Déclaration de guerre au cynisme

 

2015-02-10

Madame Zoé Konstantapoulou a été choisie comme Présidente du parlement grec, la Vouli. Ses propos réveillent au delà de l’hémicycle de la Vouli… (ici des extraits de son discours). Ce discours s’adresse à toute l’Europe et à tous les européens pour que vibrent la mémoire et l’espoir.

La rédaction de Oceanews (en français) parle de «révolution démocratique»  de la Présidente et présente ses orientations qui vont changer les pratiques et les mentalités de la classe politique grecque. Zoé  Konstantapoulou donne le ton et affiche sa résolution pour moraliser cette classe politique… C’est une des priorités du nouveau gouvernement grec et une leçon de démocratie quelle adresse aux futurs élus en Europe : une leçon de dignité pour reconquérir la souveraineté et l’approbation des populations.

La classe politique traditionnelle s’est corrompue ouvertement et elle devra assumer la responsabilité de son  aveuglement. Déconnectée du réel, elle a laissé les dysfonctionnements européens assurer leur oeuvre de prédation sur les forces vives et la jeunesse européenne…

La guerre au cynisme est déclarée! Merci à L’Eurhope de l’Espoir

parapolitika010215

Hope for a Change (par Dimitris Georgopalis pour Realnews)

 

 

Cet espoir tous les journalistes, même «les plus Charlies» ne sont pas en mesure d’en parler… Le journal français le Monde dans sa “logique Casino”qui ne se cache plus, ne nous privera d’aucune honte. En avocat rétribué de la financiarisation , un nouvel article fait porter aux grecs les tribulations de l’Europe.  Il feint d’iglorer que cette Europe est mal construite institutionnellement et que sa morale suit un double standard.  Romaric Godin,  en véritable “Chevalier de l’information” à la Tribune, a su remettre l’éditorialiste du Monde en place avec aisance, dans son article «La bien triste Europe de Monsieur Leparmentier» : une belle leçon d’analyse économique pour en finir avec la langue de bois de la propagande.

 

 

 

La dette européenne envers la Grèce

2015-02-09

De plus en plus d’observateurs se rendent compte de la leçon de démocratie faite à l’Europe et aux européens, par le nouveau gouvernement, élu du peuple grec. Cette leçon porte au delà des mécanismes économiques, au coeur du politique: l’esprit du CNR est ranimé. Elle interpelle les observateurs et les clivages droite gauche traditionnels qui, comme il a été donné de le voir dans les élections de la 4ième circonscription du Doubs, n’ont plus aucun sens politique et économique.

La sympathie pour le gouvernement grec exprimé par un rassemblement politique comme le “Mouvement pour un socialisme du 21e siècle”, le Ms21, est le signe d’un tournant politique important en Europe. Dans un récent article le mouvement souligne que:

«Certains commentateurs de la gauche française reprochent à Syriza de s’être alliée avec le parti de droite souverainiste ANEL, oubliant qu’en France, le programme du Conseil National de la Résistance de 1943 avait été négocié avec des organisations de droite et que sa réalisation a permis la plus grande avancée sociale qu’a connue notre pays. (…) Précisons que le parti ANEL est opposé aux mesures d’austérité et défend la souveraineté nationale de la Grèce».

 

L’intervention de Frédéric Lordon dans le blog les crises d’Olivier Berruyer contribue aussi à apaiser les interrogations sur l’alliance de Syriza avec l’ANEL, l’économiste s’est laissé séduire pour le gouvernement grec et sa détermination… Ce gouvernement montre l’exemple que tenir tête aux instances européennes du TINA et retrouver  la démocratie en Europe est possible.

Comme je le soulignais dans mon précédent billet sur ce blog… “les langues se délient” et ce sont les premières conséquences de ce tournant politique. Ainsi un commentaire fort à propos de Jacques Michel (nom ou pseudonyme ?) de l’article du Ms21, rappelle un épisode majeur de l’histoire de la résistance grecque au nazisme. L’auteur en mesure la portée sur le tournant du conflit mondial et son issue finale. En effet, les victoires de la résistance grecque contre l’invasion italienne ont rendu nécessaire l’intervention allemande contre le royaume hellène : le 6 mars 1941 débuta l’« Opération Marita » (ou « Bataille de Grèce »), qui coïncida avec l’« Opération châtiment » lancée au même moment contre la Yougoslavie. Ces engagements auraient ainsi permis de retarder l’invasion de l’URSS par les troupes de l’Axe. Ce retard a pu être stratégiquement déterminant… Les allemands, tablant sur une offencive rapide et victorieuse, n’avaient pas prévu sérieusement l’hiver russe et les équipements nécessaires… Une nouvelle fois, l’hiver fut l’allié des habitants dans le combat contre les envahisseurs. Les soviétiques ont ainsi réussi à vaincre les armées d’Hitler et à changer le cours de la guerre et de l’histoire:

«Nous avons tous, une dette historique et morale avec la Grèce et le peuple grec. En effet, on peut dire que à un moment donné, la Grèce et ses habitants, durant la Seconde guerre mondiale ont changé le cours de l’histoire et par là même, sauvé le monde.

En effet, en octobre 1940, Mussolini attaqua la Grèce sans prévenir personne, pas même Hitler. Il pensait alors n’en faire qu’une bouchée. Erreur, non seulement les troupes grecques repoussèrent victorieusement l’envahisseur, mais pénétrèrent en Albanie annexée l’année précédente par l’Italie et d’où les troupes fascistes s’étaient élancées. La situation s’enlisa, de sorte que Mussolini fut contraint de demander l’aide d’Hitler. Celui-ci vint alors à la rescousse et attaqua non seulement la Grèce,mais aussi la Yougoslavie où une révolution avait renversé le Régent Paul plutôt pro-allemand et mis en place un gouvernement anti-nazi. Pour la Wehrmacht, la campagne des Balkans dura deux mois, avril, mai 1941. Or, cela eut pour conséquence de retarder le plan “Barbarossa” L’invasion de la Russie par l’Allemagne. Cela n’a l’air de rien, mais c’est capital. En effet, à l’origine, Hitler avait prévu d’attaquer la Russie en mars-avril 1941. Si ce plan initial avait été suivi, il est possible que les troupes nazies auraient pris Moscou et Leningrad avant l’été et alors, qui sait si la Russie ne se serait pas effondrée…… La campagne des Balkans ayant repoussé le plan “Barbarossa” à la fin juin 1941, la situation changea du tout au tout. En effet, les troupes nazies n’arrivèrent devant Moscou qu’au début décembre dans un état d’épuisement total, Hitler et l’état major de la Wehrmacht, n’avaient absolument pas prévu de campagne d’hiver. Ce qui devait arriver arriva, les troupes soviétiques lancèrent une contre offensive victorieuse qui repoussa l’envahisseur sur plus de cent kilomètres. On peut dire que c’est là, qu’Hitler a perdu la guerre. Oui vraiment, par leur héroïque résistance les grecs ont véritablement changé le cours de l’histoire. Il serait bon de s’en souvenir aujourd’hui…»

Cette mémoire ne semble pas  partagée par toutes les forces qui dirigent l’OTAN ; des intérêts stratégiques et économiques devant dépasser la mémoire sont en jeu. Ainsi l’organisation et ses alliés institutionnels (dont la fameuse Troïka de triste mémoire chez les grecs) apportent aides financières, stratégiques et militaires au gouvernement ukrainien, engagé à briser les séparatistes slaves de l’Est du pays, sans grands succès présents. Les personnages politiques qui expriment haut et fort le regret de la victoire contre les nazis ne cachent pas leur souhait de mettre tout en oeuvre pour amplifier ce soutien stratégique de l’occident. Ils veulent rejouer une nouvelle manche en engageant plus ouvertement encore le combat global contre la Russie et ses alliés.

Pourra-t-on trouver suffisamment de conscience européenne pour refuser un tel discours de l’oubli et de l’incohérence qui contient la source du chaos. Condamner la Grèce pour s’engager parallèlement plus activement dans le conflit en Ukraine est une aberration historique… une troisième tentative de suicide européen.  A l’inverse des technocrates de la Troïka aveuglés d’opportunisme , les européens doivent reconnaître la dette de l’Europe envers le peuple grec :  cette dette est colossale! Un tel sursaut du sens historique pourrait fonder un identité européenne bien mieux que le fonctionnalisme technocratique… Mais qui le comprendra?

Si l’amnésie emporte l’Europe pour son malheur encore une fois, soyons assurés que la Russie et son peuple n’oublieront jamais les résistants grecs, qu’ils soient d’hier ou d’aujourd’hui.

Les grecs en ont, eux aussi, la certitude…

 

Image à la une : chouette à l’entrée du Musée de l’Acropole à Athènes (photo novembre 2012)

Le grec posthume et le gouvernement de l’espoir

2015-02-06

Les nouvelles autorités grecques surprennent par leur détermination, leur façon de faire : elles ne sont pas conformes, ni à gauche ni à droite…. Un élan inconnu les anime. Est ce une forme de spiritualité nouvelle? Une spiritualité plurielle à la foi laïque et religieuse sans que ce soit contradictoire…. cet épisode démontre qu’un compromis de respect et d’assistance mutuels, jusqu’alors jamais vu en Grèce et dans nombre d’autres pays européens, peut être envisagé. Ne nous y trompons pas, il ne s’agit  pas d’un opportunisme de circonstance pour asseoir coûte que coûte une majorité au parlement grec….car 3 voix pouvaient se trouver ailleurs qu’à l’aile droite du parlement et assez facilement… Qu’en déduire ? Que le respect de la parole donnée a compté plus que les clivages habituels? Ces clivages sont qualifiés de «sociétaux» par la vulgate et les media. Cette posture permet de mieux accuser le caractère irréductible  pour rendre impossible l’accord sur des valeurs transcendantes. En premier, celle qui gêne en remettant en cause la légitimité technocratique européenne, est la souveraineté. Les grecs ont bien mis l’Europe à la croisée des chemins sur ce thème et Jacques Sapir ne s’y trompe pas en concluant son billet du 5 février, L’ultimatum de Francfort, par : “Nous sommes aujourd’hui confrontés au conflit inexpiable entre la légitimité technocratique et la légitimité démocratique.

Le compromis “renversant” des idées reçues, inauguré par les autorités grecques est à lire comme un message d’espoir démocratique pour le peuple grec certes, mais bien au delà aussi.

Le Premier Ministre grec qui incarne le gouvernement a, depuis longtemps, été inspiré hors des idées préconçues… En dépit du discrédit et de la suspicion légitime vis à vis du monde académique économique si compromis avec la financiarisation dévoyée et ses dérives (2), Alexis Tsipras choisit dans sa marche au pouvoir pour la Grèce, -«l’espoir en marche!» on se souvient, fut son slogan de campagne-, de se faire entourer d’économistes (1) et d’écouter leurs conseils…

L’économie et les économistes dont  il se passe aisément

Mais il n’a pas choisi n’importe lesquels parmi les économistes : en aucun cas ceux qui professent le «mainstream» et qui sont les acolytes de la financiarisation….  Ceux des formalisations mathématiques à outrance mais pour lesquels ils importent peut de linéariser à la louche (est-on à l’équilibre ?) et d’user de stratagème des anticipations rationnelles à profusion (l’incertitude n’existerait-elle pas ?)…. Cette méthode de la compromission avec la financiarisation est aussi celle qui a «démontré» la convergence en Europe pour accréditer les politiques de nos instances européennes….. C’est elle aussi qui a lénifié sur l’austérité comme seule alternative : Le sacrifice obligé pour maintenir les équilibres…Equilibres à doubles standards pourtant, fardeaux des contribuables pour que profite le «leverage» financiers! Mais tous ça pour la bonne cause : pour le meilleur de la grande famille européenne autour de l’Euro… Entendons nous bien, la famille se compose exclusivement des élus, des élites et de leurs cours d’experts et de journalistes. En sont assurément exclus, les damnés du système qui n’ont qu’à assumer les dégâts collatéraux.  Cette répartition révèle une vision  déterministe de l’existence. C’est là bien un aveu d’une croyance religieuse culpabilisatrice qui fonde cette Europe, celle-là même qui tue de plus en plus (3) (cf. “Viability alert!” sur Viableco). Notez que le plus incroyable est que cette croyance puritaine n’est pas qu’abstraite, on l’a découverte jusque dans les prêches conservés sur des gadgets électroniques pour inciter au combat les soldats de l’armée ukrainienne attaquant l’aéroport de Donetsk !

Depuis le milieu des années quatre-vingt en Europe, la «contrainte extérieure» fut agitée pour soutenir l’inéluctable globalisation avec un dose d’hystérie croissante. Même les esprits réputés brillants ont été incapables de résister aux sirènes du confort matériel érigé en unique cadre d’épanouissement efficace de la pensée économique. Rien ne pouvait les convaincre que leurs esprits cédaient déjà à une forme de collaboration… L’appel à la sincérité, à la dimension historique de l’engagement, en vain furent tentés. S’ ils ne sont pas encore totalement aveuglés ou privés de mémoire, sous l’emprise des prémisses de la maladie d’Alzheimer (4),  ils peuvent tenter de se racheter quand le réel reprend peu à peu ses esprits. Ainsi s’affiche de soudaines résistances, un peu molles parce que bien tardives : «L’incomplétude de l’Euro face au problème de la dette» enfin une explication promise par M. Aglietta à l’OFCE prochainement. Réjouissons nous!

La mythologie de la contrainte extérieure a été l’instrument pour contraindre les esprits, les analyses et ainsi les résultats. Asseoir le discours politique et idéologique devait permettre de tenir la barre serrée, dans un climat de discipline «soft», maniant l’incitation persuasive des budgets européens aux carottes de la reconnaissance. Ce programme pervers a accouché de passivité, d’incompétence, de lâcheté, de pertes d’initiative et d’imagination, mais plus que tout, d’erreurs analytiques et méthodologiques. Les scandales fleurissent régulièrement  à cet égard ; le plus retentissant aux Etats Unis est celui de la remise en cause des résultats qui avaient en 2010 apporté un grand crédit scientifique aux politiques budgétaires restrictives, fer de lance de l’austérité : le scandale des travaux des professeurs Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff de l’Université de Harvard. On attendrait la même prise de recul en Europe. Cependant à l’image de ce que l’on peut observer dans le milieu bancaire européen,  le caractère feutré et la main mise autoritaire rendent plus difficile les remises en cause ouvertes. Les économistes grecs pourraient s’attacher à initier un questionnement académique des experts et des chercheurs qui furent trop eurozélés en profitant de l’immunité du dogme de la théorie standard. Cette orthodoxie a malheureusement encore en France toujours rang de culte absolu. Jean Tirole a fait le faux pas de se compromettre dans cette justification tout récemment (5). Faisons le pari qu’il n’y a pas qu’à la BCE que la mauvaise conscience et la crainte s’installent…si quelqu’un  osait finalement demander des comptes! La première réaction, à n’en pas douter sera, comme pour l’affaire “Luxleaks” qui inquiète Jean Claude Juncker  : “circuler il n’y a rien à voir” (refus d’ouvrir l’enquête!)

Les rejets de considérations éthiques et scientifiques au plus haut niveau témoignent de la contagion radicale du «false flag» scientifique. Il a donné lieu à une gabegie financière et un gaspillage insensés de financements de recherche pendant 20 ans! Le comble est que depuis 2009, alors que la crise avait déjà frappé et révélé les incohérences et les dynamiques de chaos en œuvre, le financement européen a été mis à disposition pour développer  le Partenariat Oriental de la Commission Européenne … qui s’est vite affirmé comme une instance de lobbying à destination des pays convoités par l’OTAN, en premier lieu l’Ukraine…. Ajoutons aussi les 5 milliards de “la bonne dame” V. Nuland pour mesurer l’étendue de l’effort de mettre à exécution les menaces faites au gouvernement de Kiev (6) et accoucher d’une guerre fratricide avec déjà plus de 5000 morts civils! Bien joués les UE-US et les chiens de garde de service! C’est au duo européen, A. Merkel et F. Hollande ce jour au Kremlin à Moscou de faire le calcul des pertes et profit de cette aventure et tenter de sauver la face vis à vis de  l’électorat. La grâce de “je suis Charlie” peut finir par s’éroder face au réel… Gageons aussi que tout sera fait pour attirer l’attention hors des méandres économiques grecs et des ultimatum de Grexit. Qui peut mieux qu’une perspective de guerre totale cacher les affres monétaires et bancaires à venir?

Tous ces faux pas, faux “flags” mais vraie austérité et propagande de diversion, constituent bien une dette cruciale des élites et de l’Europe de Bruxelles vis à vis des citoyens. Cette dette est financière mais aussi morale…comment compenser les pertes d’emploies par millions, les suicides occasionnés par cette orchestration d’inepties en Grèce et en Europe? Les grecs l’on payé doublement…et les autorités grecques qui ont prêté serment et qui représentent le peuple grec ont parfaitement bien intégrer ce dû. Il ne procède pas de contrat juridique bien écrit, mais de la tromperie généralisée… C’est un abus de confiance global. C’est pour cet abus que les autorités grecques demandent des comptes…Elles nous montrent le chemin du courage.

S’explique alors l’inflexibilité qui surprend. On ne l’avait  vu ni chez Matteo Renzi ni chez François Hollande. Ils se faisaient forts, dès les premiers moments de leur mandat, d’infléchir A. Merkel pour gagner un peu de croissance et réduire le chômage… Actuellement en moins d’une semaine par sa détermination le gouvernement grec s’est fait plus craindre que les responsables des 2de et 3ème économies de la zone Euro. Même si eux aussi avaient promis beaucoup à leur population avant de se coucher devant  A. Merkel.

La crainte aidant, c’est la BCE qui a attaqué brutalement ces jours-ci, un acte de vengeance qui révèle les intentions autoritaires et si peu démocratiques. Finalement cette attitude agressive de la BCE ajoute encore du crédit au gouvernement grec et à son chef qui est maintenant soutenu par 70% de sa population disent les sondages. La progression est impressionnante en une semaine. Ils sont sur une trajectoire qui va  rivaliser avec la popularité de VVP… Nos élites qui se démènent pour accroitre de maigres pourcentages leur côte de popularité, devraient en tirer une leçon!

La leçon qu’ils n’ont décidément pas la bonne grille de lecture, celle que les nouvelles autorités grecques ont tout de suite mise à profit avec succès. Qu’est ce qui empêchent les nôtres encore de comprendre ? Il semble que l’esprit critique et le courage ne résistent pas à tant d’années de conventions, d’idées reçues et de formatage institutionnel. Le président français a fini par croire que l‘esprit critique ne sert que dans les discours électoraux sous la plume d’Henri Guaino circonscrit à demeurer tristement, l’érudit de service…La réalité pour les autorités françaises depuis des lustres, c’est le diktat allemand irrévocable, le juin 40 joué en boucle! … Tout est donc permis! – Réécrivons donc l’histoire, semble encourager cette démission de la France. C’est bien la posture prise par les autorités polonaises et les ukrainiennes qui s’emboitent allègrement le pas en faisant fi de la honte faite à la mémoire… Sous l’oeil bien trop bienveillant des autorités allemandes. La seule réaction honorable, à ce qui est un affront des millions de morts, est encore à mettre au profit des nouvelles autorités grecques: La première visite du Premier Ministre grec A. Tsipras fut pour le monument de Kaisariani en l’honneur des 200 résistants grecs qui ont été massacrés par les nazis en 1944.  Les media soulignent que les allemands ont été choqués! Gloups!

La perte de la réflexion qui se généralise à l’histoire! Toute cette économie façonnée à « l’eurobéatrie » servile et au culte de la finance comme seule compensation ne pouvait rien apporter à  Alexis Tsipras, il l’a depuis longtemps deviné. Il a compris que cette conception européenne réduite au culte des intérêts individuels de castes a paralysé les débats économiques, les capacités d’analyse et les forces vives. C’est pour lui l’ennemi qui handicape à long terme les capacités de rebonds et les met au risque de l’anéantissement. Il a choisi de faire revivre l’espoir… ça marche : «La Grèce est déjà en position de force» lit-on dans la Tribune sous la plume de Romaric Godin. Alors qu’en Allemagne la presse prend ses accents les plus acerbes, l’enthousiasme de la Grèce est contagieux : Les langues se délient, certains journalistes émergents. Michèle Cotta a caractérisé cette élection de vrai referendum! Mot combien tabou en Euroland. Ces media qui se réveillent grâce au dynamisme des grecs vont-ils ouvrir les yeux jusqu’au conflit de l’Europe, jusqu’en Ukraine? La Grèce sur cette question  a aussi commencé à mettre certains points sur les i, elle n’est pas dupe de la rhétorique imposée ni du masochisme européen des sanctions à la Russie!

 

L’intimidante détermination

Alexis Tsipras a choisi de s’entourer d’économistes qui ont beaucoup parcouru le monde tout en restant attachés à leur pays d’origine, la Grèce… Il a choisi ceux qui se sont engagés à dénoncer les mystifications théoriques et les  crimes économiques commis. Ceux qui ne vont pas transiger pour sauver la Grèce et sa population du drame de l’austérité. Cette austérité qui serait le prix à payer au Sud de l’Europe pour que se poursuive la gabegie financière dans l’aveuglement construit et méprisant des européens du Nord…Une guerre des mentalités pas si anodine… Elle dissimule une guerre économique sauvage avec ses scenarii rampant de nettoyage éthnique ou de déplacement des populations au profit de pays à forts besoins démographiques (Allemagne). Quelle aubaine pour économiser les coût de la formation de la main d’oeuvre sur le long terme depuis la naissance (santé et éducation). En économie, cette stratégie opportuniste a un qualificatif, «free rider», cavalier solitaire : celui qui ne s’allie avec d’autres que pour vampiriser. Tout ceci est loin du rêve fédéral et de la mutualisation tant promise en Europe…Mais un jour il faut se réveiller quand le rêve tourne en cauchemar… C’est le sursaut dont seuls les grecs ont été capables en Europe jusqu’à maintenant, hormis l’expérience de l’Islande qui assurément figure dans le manuel de référence des grecs.

Les économistes qui tissent l’avenir de la Grèce en quelques mots sont tout le contraire des économistes «chiens de garde» qui ont profité autant des largesses des financiers avant la crise, qu’après la crise : en continuant à en nier ses effets et en soutenant le renflouement des banques sur le dos des populations et de l’économie réelle. Pour les économistes de l’entourage d’Alexis Tsipras, le TINA n’existe pas. Seul le travail sérieux d’analyse économique permet de comprendre dans le détail et le contexte donné, le terrain. On va les retrouver tant avec des conceptions tranchantes au niveau international sur les questions monétaires et financières mais aussi avec des propositions pragmatiques à applications locales. Ils vont ouvrir les boîtes de Pandore pas seulement sur l’Euro mais jusque dans l’économie locale qui subit tant la crise : Un nouveau discours économique  à apprendre et à comprendre pour les observateurs et les commentateurs en manque de repères.

Impossible pour ces économistes de faire l’économie de l’intelligence, de la peine à l’ouvrage en ayant recours à un discours préfabriqué. Ils savent qu’il n’y a pas de lois de l’économie qui s’appliquent partout et en tout lieu y compris sur la lune! Cette croyance pourtant longtemps si partagée par les experts dans l’aveuglement est du domaine de l’utopie (naïve des manuels de base du premier cycle) voire de l’incompétence ou de la mauvaise foi. Ils la rejettent!

Le Ministre des finances grec, Yanis Varoufakis caractérise ce sursaut des économistes, il est en lui-même une révolution. Elle intimide et fait trembler tout l’aréopage de Bruxelles à Berlin. Il est un des économistes du réel et non du monde de l’illusion…ils en restent, ils ne sont pas tous morts ou ensevelis! Il a largement démystifié l’illusion de ceux qui confondent ou font mine de confondre la théorie caricaturée et le réel et se galvanisent d’idéologie ; ceux qui nous connaissons trop bien et qui courent pour avoir la Grâce des marchés, l’aura des agences de notations et des media aux ordres… Yanis Varoufakis est bien d’une autre trempe. Il a répondu présent le 7 novembre 2014 pour expliquer la monnaie dans un séminaire d’histoire de l’Art (8), devant un public d’étudiants non économistes de l’Université de Berkeley : une conférence intitulée : “Modern money : aesthetics after the gold standard“. Il s’y attache à parler de la symbolique graphique sans substance (9) des billets en Euro et y loue l’intuition monétaire innée de sa grand mère pour mettre en perspective les égarements de Lawrence Summers….! Tout ça est bien loin de la morgue des Ministres qui gardent l’arrogance des  financiers et l’opacité de leur pratique, parce que tout ce qui est aussi élevé intellectuellement ne s’explique pas aux masses. Nous en connaissons un qui a eu l’ultime arrogance de rajouter le qualificatif «d’illettrés» par automatisme. Il a du avoir déjà l’occasion de rencontre le nouveau Ministre des Finances grecs, lors de sa visite à Paris ; un bon début pour commencer à se familiariser à un autre discours de l’économie… Qui a du passer pour l’illettré alors?

Là n’est pas la seule différence entre les deux hommes. Contrairement à notre Ministre des finances E. Macron, qui n’a de cesse que de se faire entourer de brigades de consultants en communication, son homologue grec a annoncé qu’il réduisait les frais de conseillers et de consultants pour ré-embaucher les centaines de personnels de ménage qui avaient été licenciés en 2013 au Ministère des Finances et dans les services fiscaux grecs… Changement de valeur!

Quelques références, qui rendent compte de cheminements et des épreuves franchies, éclairent cette volonté si peu commune chez un Ministre des Finances :

Dans un article de septembre 2015, Y. Varoufakis s’interrogeait sur l’avenir de l’Europe en ces termes: Pourra -t- on échapper à la crise sans tomber dans une prison de fer ?   Il prenait au sérieux les tendances qui s’affirment d’un “féodalisme postmoderne européen”postmodern European feudalism»). Il est une antithèse totale avec ce que pourrait être une fédération démocratique. L’économiste considérait que la toute première exigence en Europe était de porter l’optimisme dans les esprits, en faisant raisonner le message  : “That Astonishingly There Is AN Alternative” . On doit remplacer le TINA déprimant par un TATIANA . Il affirmait nettement que c’était aux parlements nationaux («Europeanised Decentralisation») que la démocratie pourrait être ranimée en Europe.  La Grèce a posé la première pierre de ce chemin, en ce début de 2015. Y. Varoufakis s’y consacre maintenant directement.

Ses expériences passées lui ont déjà montré qu’une posture aussi «a-normale» rend compte d’une liberté conquise en bravant bien des étapes…Il y a tout juste un an, dans le Monde, il apportait un témoignage dans ce sens, lorsqu’il commentait sa «modeste» proposition de résolution pour sortir de la crise de la zone Euro qui aurait pu se faire sans changement institutionnel majeur (5) . A cette occasion il expliqua au Monde qu’il avait du s’établir à l’étranger et quitter son poste à l’Université d’Athènes en 2010.  ce départ fut décidé à la suite, d’une part, de la fermeture de tous les budgets de fonctionnement de sa formation doctorale et d’autre part, du fait des menaces reçues par sa famille  « extrêmement précises et graves » !  Finalement une forme de convergence existe en Europe. Ce n’est pas la convergence bienfaisante dont il fut fait la promotion.  Mais une convergence de la répression, par divers moyens, des économistes qui ne se reconnaissent pas dans le mainstream, la pensée économique “exclusive”. Heureusement que des pays les accueillent à travers le monde, leur offrant la liberté de vivre, de penser et de se faire entendre dans l’espoir de temps meilleurs…  C’est un peu comme les donneurs d’alerte de l’informatique, les fameux “whistleblower”. Imaginons E. Snowden devenant un jour Ministre de l’information aux USA!… Ainsi peut on comprendre l’impact que représente Y. Varoufakis comme Minsitre des Finances grec en Europe!

Dans un interview publié dernièrement sur son blog, il nous montre que le cynisme ordinaire ne passera pas avec lui : Le titre du billet contient une référence bien symbolique à nous français «La théorie économique prise comme une référence biblique laisse chacun aveugle et sans dents»(Biblical economics leave everybody blind and toothless)… Il explique sa vision politique dans une dimension évidemment historique. Un sens pédagogique le démangeant… il dit vouloir expliquer à A. Merkel qu’une autre dimension de l’existence est possible : -“Je voudrais l’inviter à penser qu’un héritage existe au delà de la simple survie de court terme et je voudrais l’amener à considérer que dans 10, 20 ou 100 ans en Europe on pourrait parler non seulement du plan Marshall qui a sauvé l’Allemagne, mais aussi du plan Merkel qui a sauvé l’Euro” (What I would like to invite her to do is to think of her legacy beyond just mere survival, and I would like her to consider the possibility, that in 10, 20, 100 years’ time, Europe could be speaking not only about the Marshall plan that saved Germany, but also the Merkel plan that saved the Euro). 

Ce que les grecs ont en plus de nos élites «normales» pour oser penser et dire si différemment, c’est le courage qui tient à la détermination et au sens de la parole donnée. Assurément, elles pèsent plus que le mépris et le mensonge. Ils ont si longtemps du écouter la rhétorique de la haine distillée au creux de l’Europe qui n’hésitait pas à user de la propagande et du mensonge comme d’un arme comme une autre, avec le cynisme en plus. Pour le mépris on a entendu tout les poncifs sur les grecs, leurs impôts, leurs retraites…pour mieux se persuader de la justification des thérapies mortifères expérimentées qui ne seraient évidement jamais pour les européens «disciplinés» (cf. «du venin dans la rhétorique»)… Qui a la naïveté encore de la croire? Ces poncifs propagés par la presse allemande, elle-même suivie par les media serviles ont la vie dure… Ils sont devenus paroles “d’évangile européen”. Il n’est pas rare de croiser des experts français, pourtant honnêtes au premier abord, souligner, avec une moue offensée de rigueur, que la richesse des grecs est supérieure à celle des allemands ! (cf. Intervention de  Laurent Berrebi sur BFM TV )! L’expert y fait référence à des moyennes bien peu pertinentes. Tente-t – il de nous persuader que les spéculations immobilières qu’ont connues la Grèce et aussi la France- et dont l’Allemagne a été épargnée- sont une chance? Les niveaux élevés des prix des logements qui en découlent pèsent dramatiquement sur les loyers et les prix à l’achat… Pour qui alors la chance? Pour les banques qui prêtent et jouent sur l’endettement des salariés qui ont besoin de se loger? Ces mécanismes supposés vertueux des marchés accusent les clivages générationnels …une fracture sociale de plus!  On connait aussi la dynamique «vertueuse» des subprimes qui est ainsi encouragée : Vertueuse pour certains et dévastatrice pour la majorité, car  destructrice pour toute l’économie! Souvent nos experts manquent de mesure en la matière, leurs réflexes en attestent. Faute de sens du réel ils s’imaginant que les calculs financiers rythment la vie des acteurs économiques comme elle rythme la leur. Grosse bourde, mais si courante!

Ayant vu à l’œuvre les personnages de la Troïka, j’en suis restée profondément marquée par le mépris ouvert et constant envers la Grèce et son peuple… je n’ai aucun doute sur le fait que dans les esprits de Alexis Tsipras comme de ses économistes, ces attitudes sont aussi restées gravées (cf «Retour à la civilisation» dans Viableco ). Elle explique le rejet total de toute discussion avec cette pseudo institution qu’est la Troïka. Celle-là, même qui sévit malheureusement en sous main en Ukraine aussi. Ses acolytes représentent un véritable danger… Allez vous faire financer ailleurs qu’en Grèce semblent leur dire les grecs avec raison.

On peut aussi trouver significatif que Y. Varoufakis, qui s’exprime en parfait anglais dans ses conférences et ses cours, rompt avec la convention de l’anglais institutionnalisé en Europe. Pour sa rencontre avec le chef de l’Eurogroupe,  J. Djisselbloem, il s’exprime en grec, une langue des PIIGS! Le technocrate doit attendre la traduction pour comprendre le sens des déclarations du Ministre grec des finances. Il s’en suit que le grec gagnent la bataille de la communication… La video du technocrate européen face à la surprise font le tour d’internet ainsi que son exclamation devenu mythique  “mais vous tuez la Troïka”!

L’époque du colonialisme de la Troïka est ainsi révolu, les grecs ont repris le pouvoir dans leur pays et ces néo-coloniaux européens vont devoir se plier aux protocoles du gouvernement grec…qui n’accepte de discuter qu’avec les institutions représentées individuellement. On a pu très vite douter qu’Yves Mersch puisse contenir ses habitudes d’arrogance longtemps, l’ effort était trop insurmontable. Vengeance et ultimatum s’imposaient. D’abord mercredi 4 février au soir : la décision de suspendre l’accord d’accepter les obligations d’État grecques en collatéral pour des prêts des banques grecques… Cette décision vise a assécher brutalement la liquidité du pays! Puis vendredi 6 en fin d’après midi, l’ultimatum sans appel, vous plier ou vous sortez de l’Euro ! Ainsi les grecs ont le choix et l’Europe doit attendre leur bon vouloir…jusqu’au 16 février. L’Europe pense-t-elle ainsi mener le jeu ?

Cet épisode caricatural sublime l’épisode mémorable du départ du FMI (et de ses “Marriot boys” (10)) de la Fédération de Russie du temps du Premier Ministre E. Primakov en 1999… Pour les observateurs qui s’interrogent sur la surprenante clémence des grecs vis à vis de la Russie, cette proximité d’expériences est à mieux étudier : La thérapie de choc, qu’a connue la Russie dans les années 90 et qui a mis 40% de sa population sous le seuil de pauvreté, fut l’avant goût de l’austérité qu’à subit la Grèce depuis 5 ans.  La théorie économique qui a servi à justifier ces expériences, fut cet instrument du colonialisme financier qu’il est dorénavant de plus en plus difficile de cacher. Des voix s’élèvent maintenant clairement en Grèce pour le dénoncer et ces voix sont au pouvoir et comptent bien l’exercer dans l’intérêt de la Grèce et dans une dimension historique Parlons par exemple aussi des dettes allemandes à la Grèce restées impayées! N’y a t-il que les historiens pour se rappeler que l’Allemagne est le plus mauvais payeur de tous le XXe siècle ?

Sauver la population et donner un futur est-ce une ambition si osée en Europe au XXIième siècle ?  Comme serait aussi osé de concevoir à nouveau une démocratie libérée des carcans allemands et non une démocratie libérale au bénéfice de l’Allemagne (12) ? Croire à «l’Espoir en marche»!

Nous aimerions être tous grecs!… Je connais aussi au moins «un Charlie» qui même du ciel, aimerait être grec aujourd’hui! La récupération par les Eurobéats pour s’auto congratuler, en dissimulant l’espoir des grecs et bien d’autres choses criminelles… Quelle honte à la mémoire de Bernard Maris!

Il est aujourd’hui un grec posthume!

Un grec qui se réjouit de son collègue devenu Ministre des Finances !

 

Avant : Parlement “sous contrôle” à la veille d’une manifestation (Novembre 2013)L1000579

Après : http://www.okeanews.fr/20150128-le-parlement-nest-plus-protege-de-son-peuple et les chats grecs installés sur une voiture allemande…(moderne coccinelle de Wolkswagen ?)

L1000589

 

Notes

(1) beaucoup d’académiques travaillant dans l’enseignement et la recherche auprès d’ institutions académiques  : Université de Crète, Levy Economic Institute of Bard College de New York, Université du Texas (Austin), du Missouri (Kansas City). Cette dernière est le foyer mondialement connu de la théorie monétaire moderne (MMT).

(2) Déjà en 2010, le film Inside Job (voir le commentaire de Claude Rochet ici ) exposait les sombres personnalités de ces économistes collabo dépourvus d’éthique. Mais ils se sont infiltrés partout…la facilité aidant, l’espèce est malheureusement si répandue dans nos milieux académiques crispés sur des positions de pouvoir. Les étudiants subissent leurs cours de micro et de macro économies aux fondements assis exclusivement sur des certitudes de manuels, hors du réel. C’est un faux pas sérieux de Jean Tirole que d’avoir voulu leur prêter main forte pour s’opposer à un projet de loi qui vivait à accroitre la diversité des analyses économiques et libérer l’enseignement du carcan anachronique. Son geste n’a comme rationalité que celle de maintenir des positions de pouvoir de court terme…quid de la si chère concurrence? Le choix de l’inertie et de l’irresponsabilité ! Parce qu’il croit qu’un pseudo Nobel (pas de vrai Nobel en économie, un pseudo octroyer par des banquiers de la banque de Suède) et une légion d’honneur donnent tout pouvoir. Tout pouvoir pour priver d’espoir et de formation adaptée les étudiants….forçant les plus fortunés à partir dans les pays où le système prend la mesure des réformes nécessaires en arrêtant de ressasser de l’économie hors sol!  C’est bien Napoléon à l’origine de la légion d’honneur qui doit se retourner dans son catafalque de porphyre aux Invalides! (cf. Pétition  suite aux interventions ministérielles de J.Tirole dans l’assurance de son prestige. laquelle  a donné lieu à une lettre ouverte contre l’obscurantisme en protestation.)

(3)  Cf .  The Body Economics when austerity kills de David Stuckler et Sanjay Basu Allen Lane (21 May 2013)

(4) Qui a malheureusement touché ce pauvre Michel Camdessus, ancien responsable du FMI! Il fut le fer de lance de l’austérité tout azimut et des dogmes de la globalisation sans mesures… Mieux vaut dans ce cas en effet perdre toute mémoire en recommandant son âme au plus haut. Il n’hésitait pas à faire des conférence de Carême à Notre Dame de Paris… est ce pour alléger sa conscience ou pour s’assurer la clémence et le pardon?

(5) voir note (2)

(6) Mykola Azarov, Premier Ministre d’Ukraine du 11 mars 2010 au 28 janvier 2014, a mentionné lors d’une conférence de presse à Moscou à l’occasion de la sortie de son livre, l’Ukraine à la croisée des chemins, que les représentants de l’UE avaient fait comprendre durant les négociations avec la partie ukrainienne que «si vous ne signez pas, un autre gouvernement le fera». L’ancien politicien compare la destitution forcée de Viktor Ianoukovitch en février 2014 à la chute du président libyen Mouammar Kadhafi en 2011 : «Ianoukovitch devait être mis à mort comme précédemment Kadhafi».

(7) Bernard Maris comme Yanis Varoufakis pensait que l’économie et l’art pouvaient se rejoindre (dans le concept)… Bernard Maris avait fait un manuel d’économie expliqué en images par des œuvres artistiques, tableaux anciens, photos, films étaient au rendez vous. Je recherche désespérément ce manuel que j’ai prêté un jour… Il semble aussi ne plus être disponible nulle part.

(8) Tout est dans l’abstrait…aucun ne représente un véritable monument existant en Europe…soit disant pour ne pas blesser les susceptibilités en choisissant un plutôt qu’un autre….la stratégie de la négation de l’histoire en symbole et l’anéantissement de l’identité des européens en cette identité unique européenne si virtuelle!

(9) version discutée avec ses confrères britannique et américain Stuart Holland et James K. Galbraith respectivement qui a donné lieu à un ouvrage préfacé par Michel Rocard dans la version française.

(10) du nom de l’hôtel Marriott affectionné des délégations du FMI qui n’en sortait d’ailleurs que fort rarement…par manque d’intérêt pour le réel et la vie de tout les jours en Russie.

(11) Je ne le crois pas vendu à G. Soros comme il se dit sur le net ; il n’y a pas de nuance dans ces analyses. Comme la grande majorité des économistes hétérodoxes, tous ou presque dans le monde occidental pour survivre et exister un peu ont du d’une manière ou d’une autre bénéficié des largesses de G. Soros au moins indirectement…il a financé la plupart des colloques hétérodoxes aux US et certainement ailleurs. J’avais mis le doigt dessus l’année dernière quand nous avons eu un étudiant qui a été invité dans un colloque de ce type. Je l’ai encouragé à y aller cependant… G. Soros ne peut pas contrôler chaque personne! Et j’avais fait une intervention en commentaire dans le blog RWE à propos des financements de Soros dans la sphère hétérodoxe pour mettre en garde. Une autre argument aussi : certains peuvent faire défection…et jouer double jeu -surtout si ils sont spécialistes de théorie des jeux DYNAMIQUES.! Je pense que Y. Varoufakis n’est dupe de rien et n’a qu’un objectif : sauver son pays et rendre viable la démocratie…c’est l’histoire qui le motive. Il dit sur son blog vouloir l’expliquer à Merkel!

(12)  Au cours d’une conférence de presse commune en Hongrie, la Chancelière allemande a précisé : «Non libérale et démocratie ne peuvent, selon moi, pas aller ensemble (…) Les racines de la démocratie s’ancrent toujours, entre autres, dans le libéralisme». Viktor Orban, lui a rétorqué «Nous ne pensons pas que la démocratie soit nécessairement libérale. C’est accorder la primauté à une école de pensée, et nous ne le souhaitons pas».V. Orban est plus en ligne dans cet argumentaire avec les protagonistes du gouvernement grec qu’avec le gouvernement allemand.

 

Y.E.S. he Khan !

2015-02-03

 

Le Y.E.S., «Yalta European Strategie forum», se déroule chaque année à Yalta en Crimée depuis 8 ans… Cette année,  il s’est déroulé à Kiev le 12 janvier 2015 !

Les organisateurs dont la fondation du milliardaire ukrainien pro-européen Viktor Pintchouk avaient convié un invité d’honneur : Notre compatriote DSK, ancien Directeur Général du Fond Monétaire International. Cette présence était entourée comme d’habitude de beaucoup de  rumeurs. Cette fois, celle de sa possible accession au poste de banquier central de l’Ukraine avait la primeur.

La surprise fut largement au rendez vous pour les ukrainiens, qui une fois encore ont témoigné d’un certain manque de perspicacité….forcer le réel et en recevoir les retours peu gratifiants assez vite, devient leur spécialité!

Contrairement aux autres intervenants, M. Strauss-Kahn s’est abstenu de dénoncer «l’annexion de la Crimée» par la Russie… Il annonçait ainsi la tonalité de son intervention pas seulement en orange mais en noir aussi…

L’économiste est connu pour son franc parler et ses manières sans détours. A ce propos, son collègue grec, l’économiste Yanis Varoufakis, actuel Ministre des Finances de Grèce, louait les mérites économiques et la franchise de DSK, en conclusion d’un ouvrage publié en anglais en 2011: The Global Minotaur, America, the True Origins of the Financial Crisis and the Future of the World Economy  (récemment publié en français, Le Minotaure planétaire, aux éditions, le Cercle). Y. Varoufakis précisait :

«Dans une interview à la radio remarquable (si remarquable que je le l’ai déjà cité deux fois), Dominique Strauss-Kahn, actuellement mal en cours, souligne combien la Crise de 2008 est révélatrice de l’esprit des puissants. Adoptant une perspective plus haute, alors même qu’il envisageait de quitter le FMI pour la présidence de la France, Strauss-Kahn a voulu détailler ses vues en répondant à une question à propos de l’économie mondiale en envisageant ses possibles reconfigurations».

Est ce que DSK franchi là les limites de l’acceptable en évoquant sa fidélité à J.M. Keynes ? Et sa détermination à réformer le FMI dans la ligne des recommandations du grand économiste (1)? Lignes qui promettaient de revoir les droits de votes des pays membres et de développer l’usage du DTS, la monnaie internationale alternative au dollar…qui est prévue dans les accords du FMI.

Dans la période contemporaine, DSK n’a plus grand chose à perdre et sa présence à Kiev dernièrement atteste de cette disposition. Personne ne pourra jamais l’intimider pour l’empêcher de dire ce qu’il pense. A Kiev, il n’a que faire des ombres nazis des sbires de Parvyi Sector, et il les défie en parfait “Don Juan” de tragédie.  Au Y.E.S. dans son intervention, il est allé très loin : il a critiqué vivement les stratégies européennes et ukrainiennes dans la gestion de la crise en Ukraine, condamnant les sanctions contre la Russie et de la gestion du gouvernement ukrainien de Piotr Porochenko. Un véritable pavé dans la marre atlantiste! On rapporte qu’il aurait déclaré :

Personne en Europe ne veut mourir pour l’Ukraine, et même ne veux vous donner de l’argent dans cette bataille que vous menez. Ni la population, ni, en particulier, la communauté d’affaires en Europe, ne sont pas prêts a apporter leur soutien militaire aux autorités de Kiev” (2)

DSK s’est aussi étonné de « la force et l’imagination » déployées par les autorités européennes pour « sanctionner la Russie » alors que cette imagination était bloquée pour aider l’Ukraine au bon moment au delà de vaines promesses alimentant lobbying et propagande.  Il souligna que « Toute cette affaire a été très mal gérée par l’Europe et c’est vous, Ukrainiens, qui en payez le prix.(…) Si vous voulez changer le cours de l’Histoire, ça ne me gêne pas, mais faites-le plutôt par la négociation que par la guerre (…). Parce que, évidemment, les Européens ne sont pas prêts à mourir pour l’Ukraine : vous êtes seuls (3)Certains compte-rendus lui prêtent également des propos encore plus provocateurs (4).

Hormis le Monde (rubrique FR) que nous saluons pour cet effort, il semble que la presse occidentale préféra rester assez discrète sur les déclarations de l’économiste à Kiev. Elle a pris goût depuis longtemps à mettre en exergue l’intérêt journalistique pour ses frasques sexuelles plus ou moins supposées qui alimentent les imaginations à souhait. Avec le procès en cours devant le Tribunal de Lille, qu’elle bonne occasion de laisser libre cours à cette obsession… L’ombre sur les réalités économiques et le conflit ukrainien est si bien venue!

A parler franc encore une fois, DSK a encore une fois hypothéqué une “chance professionnelle”, celle de devenir Directeur de la Banque Centrale d’Ukraine… Gageons qu’il ne doit pas en pleurer…

 

Notes :

 

(1) «Never in the past has an institution like the IMF been as necessary as it has been today… Keynes, sixty years ago, already foresaw what was needed; but it was too early. Now is the time to do it. And I think we are ready to do it! Will we cdo it’? Is this a commitment that might survive Strauss-Kahn’s ignominious political demise?» (‘Inside the IMF’, BBC Radio 4,17 January 2011.)

(2) propos recueillis par Erwan Castel pour Novorrosia today 

(3) DSK critique la politique de sanctions à l’égard de la Russie, Publié le 13 janvier 2015 sur le site “LE MONDE.FR

(4) «Pour demander quelque chose, il faut avoir quelque chose à donner !… A l’exception de la colère et la haine vous n’avez rien donné. Vous avez trahi la Russie, qui vous avez créé et nourri avec une cuillère. Le monde entier le sait ! Il faut se rappeler que personne n’aime les traîtres».