Capitalisme zoologique et totalitarisme inversé, 4 ans après…les sommets !


8 mai 2020

Il y a 4 ans je proposais un article singulier sur mon blog de recherche Viableco…«Capitalisme zoologique et totalitarisme inversé : une lecture conventionnaliste de ces temps suspendus» (ici le lien). Depuis avec la suite de notre récit français…les temps sont suspendus plus haut encore. Et maintenant à l’heure où j’écris ces lignes le temps est même arrêté, comme la liberté de commerce, de vivre, de marcher librement sans permis temporaire… Comment ne pas s’interroger sur l’accélération du phénomène d’entraves qui affecte tout dans nos vies et notre économie ?

Il ne s’agit plus d’ajouter des concepts porteurs de piquant dans la boite de réflexion, mais d’analyser comment ils ont pris le dessus sur toute forme de règle de fonctionnement de notre société et de notre économie. Il y a 4 ans, je proposais une lecture à travers les représentations/conventions..maintenant, c’est bien le réel qu’il faut impérativement rajouter aux représentations car ce qui se devinait il y a 4 ans devient flagrant chaque jour plus crument.

I Capitalisme zoologique
I1 Du capitalisme zoologique l’origine du concept
Le «capitalisme zoologique», est un néologisme d’un économiste russe, Rouslan Greenberg1 que je qualifierai de pragmatique. Ce pragmatisme russe qui caractérise une politique économique de retour au prima du réel mais aussi aux leçons de l’histoire économique, nous le saluons dans ces pages comme une source d’inspiration. J’ai la conviction qu’un jour ce pragmatisme économique fera ouvertement école et s’imposera comme un courant fort de notre discipline, privilégiant le dynamisme et la viabilité à la notion d’équilibre si frustre. Le réel au-delà des modèles atteste de méthodes pour faire rebondir l’économie (à la suite de chocs majeurs, crises financière mais peut être aussi sanitaire). Sachons le voir et tirer l’inspiration pragmatique…d’où elle se propage. Il y a parfois des bons virus en économie…
A l’origine de la conception du vocable de «capitalisme zoologique», un constat qui révèle des tendances pourtant conventionnellement admises mais entachées de risques et lourdes d’options ratées. En tout premier lieu, la croyance dans l’autorégulation économique qui conduit dans l’impasse. Les gouvernements auraient dû mener des politiques industrielles et fixer des priorités de développement. D’ avoir trop ouvert nos économies et délocalisé….nous a fait perdre le nécessaire en cas d’urgence et nous met à la merci des joueurs de ce mondes, plus ou moins bien intentionnés2. Ces remarques et critiques ne nous sont plus étrangères, nous les avons lues ou entendues depuis quelques semaines (même Bruno Lemaire s’est laissé conduire dans cette voie). Ce constat est bien réel… Brutalement grâce au Covid 19, les leçons de Dani Rodrik  et Jacques Sapir porteraient plus efficacement…
Qu’est ce qui a coincé ? Qu’est ce qui a égaré les économistes et les politiques pour en arriver là?
La réponse formulée il y a 4 ans est toujours d’actualité : ce qui coince, c’est «dans les têtes, et dans cette philosophie du fondamentalisme de marché». Les mots de R. Greenberg étaient déjà radicaux : «Quand on est guidé par une doctrine erronée, l’échec est inévitable». Le constat de l’économiste russe est bien valable tant pour une analyse de la politique économique russe que de celle de l’Europe : même doctrine erronée, même échec de la politique monétaire et financière! Mêmes experts et mêmes manuels traduisent aussi la réalité du «soft power» en action. Serait-il en voie de se désagréger, atteint par le Covid 19?
La posture à l’origine du mal, parfois nommée «convention financière occidentale» pour faire simple nommons là «convention globalisation» a fait long feu, trop longtemps… L’économiste russe nous avertissait déjà : «et rappelez-vous : c’est nous qui étions en extase devant ce que faisaient les pays occidentaux – on ne nous a rien imposé ! Nous avons choisi d’appliquer leurs recettes. L’Occident voulait que nous ne produisions que du pétrole et du gaz et que nous vendions des métaux et des engrais. Tout le reste, nous vous l’enverrons, disaient-ils». Personne n’obligeait les Russes à dire « oui » à ce programme, certes, mais les conditions étaient créées pour ce «oui»,  d’une manière plus subtile… Elle avait pour nom, globalisation et avait parfaitement la fonction d’un convention mondialement partagée, sur les bonnes pratiques économiques et sur ce qui devait être l’Efficacité en économie  ; elle signifiait : la dérégulation et la soumission à la finance mondialisée, qui assure la suprématie de la monnaie US. «L’Occident menait tout de même une partie de l’élite par le bout du nez…». Une manière d’exprimer l’impact des conventions de façon bien imagée par la voie d’un journaliste qui menait l’ITW de l’économiste russe. On imagine mal nos chiens de garde de BFMTV s’exprimant aussi clairement et de bonne foi. Un jour peut-être ?

2/ Le capitalisme au-delà du social et au-delà de la jungle.

Le tableau est dressé pour maintenant aborder la « crise du capitalisme ». L’âge d’or du capitalisme mondial, ce sont « les années 1950-1970, il y a eu un capitalisme humain et social » fruit de la Guerre froide et de ses rapports de forces. « L’Occident devait montrer que, chez lui aussi, les relations sociales se portaient bien ».  Le corolaire de cet état de fait est que la chute de l’URSS en brisant les contraintes et les rapports de forces…la forme conventionnelle « obligation de prendre en compte le social » avait vécu ; une ère nouvelle pouvait s’affirmer.
Unipolaire, le monde fut précipité dans «l’ère du fondamentalisme de marché» vers ce que R. Greenberg osa appeler «un capitalisme zoologique», celui de la loi de la jungle et des inégalités dans un environnement de contraintes. Les cages : d’abord, des normes qui s’empilent. Les européens en savent long sur le sujet…des fardeaux de règles autant d’occurrences d’inégalités toujours plus importante à mesure que le discours affiché est celui de la préservation de la concurrence, le double langage s’imposant en mode Orwell. Les Allemands sont très forts à ce jeu3.
Une question qui pouvait se poser : Comment les peuples se soumettront définitivement à «ce capitalisme antisocial»? Il y a 4 ans on pouvait déjà dénoncer les risques sociaux d’une doctrine de l’austérité appliquée sans fin, la trame des Gilets Jaunes se traçaient déjà…4.


3/ L’expérience zoologique en Europe et en France
Quand à cette Europe de ces dernières semaines : quel triste spectacle de zoologie primaire, jalousie, vol sanitaire, mépris et insultes5. Mais là nous avons donné au monde un spectacle fort inquiétant. Comme le suicide européen jusqu’à présent n’a jamais bien fini… l’Europe est redevenue une préoccupation pour ses voisins. La Russie s’est précipitée pour aider la région Lombarde assaillie par le virus et handicapée par l’austérité de l’UE qui a paralysé son système de soin. La France bientôt sera-t-elle secourue elle aussi dans ses territoires les plus défavorisés, ces lieux d’abandons ou les maires se retrouve seuls face aux pénuries dans un contexte règlementaire mouvant et quasi aléatoire? Pour l’instant l’orgueil du MAE (Ministère des Affaires Etrangères) condamne toute intervention amicale et la peur commande…
L’exemple est édifiant en effet, pour faire perdurer le capitalisme zoologique, il faut de la contrainte… Et elle se donne à voir : violence parfois (surtout contre les Gilets Jaunes qui ont osé revendiquer pour leur vie perdue), mais le plus efficace est la contrainte par la peur. La culture et la communication de la peur affinée jusqu’à l’extrême sont un gage de force pour le capitalisme zoologique. Briser toute velléité de courage ou ces colonnes vertébrales qui tenteraient de se relever voir même stigmatiser ces neurones qui tenteraient de penser.

Penser l’économie autrement (expérience vécue) quelle infamie!… Ces gens qui osent incriminer l’Euro par exemple ! Acte diabolisé par excellence au même titre que ce terme de Brexit… Cette pensée ne doit pas être, n’existe pas… le réel est une fakenews, on doit l’affirmer haut et fort. Ainsi la messe est dite…d’ailleurs il n’y en a pas eu d’autre depuis longtemps… L’église étant considérée au mètre carré, plus dangereuse qu’un supermarché (penser en volume, qui oserait ?). Le virus lui-même est là pour punir, quelle aubaine…! C’est ainsi que la France, pays des libertés dans les imaginaires, est devenue le pays au confinement le plus rigoureux de la planète (en concurrence avec l’Espagne peut-être). Maintenir la peur et la soumission, est un exercice qui en plus rapporte au budget de l’état en amendes prélevées sur ceux qui se font attraper et en bonus pour les miliciens. La répétition quotidienne des morts à la télé dans les media, rajoute la dose de peur nécessaire. Imaginerait-on cette mise en scène à la TSF de nos grands parents qui avaient vécus l’occupation nazie ? Et partout l’insolente inégalité s’affiche, la géométrie variable…ces firmes qui n’ont jamais fermé et ces autres qui n’osent que se soumettre aux ordres qui intimident au-delà même de la loi. Pire que la jungle car dans la cage. L’enfermement par excellence condamne et bloque les relations sociales et économiques, ne survivent que le piratage et la concurrence faussée. L’économie en chute libre, comment ne pas s’y attendre.
Le primat à celui qui ne se soumet pas à l’intimidation, qui n’ a pas peur…mais à lui aussi les récrimination des compatriotes soumis au courage flou qui en redemandent par habitude médiatique et leçon bien apprise. Finalement ceux sont eux le fléau de l’économie, prêts à tout sacrifier parce qu’eux bénéficie encore de rentes ou de retraites qui les mettent en sécurité mais que la soumission assure. Leurs enfants…sans courage appris que vont-ils devenir ? L’égalité reste un mythe des temps jadis comme la liberté et la fraternité. Quel brusque contraste. Vieux slogans qui désormais servent à orner les bâtiments publics comme des vestiges éteints d’un service public qui exista. Le lien social? Comment le briser mieux que par la « distanciation sociale », seul mode de réponse contre le danger de mort de la contamination. N’est-on pas allé en France jusqu’à interdire aux médecins de famille la prescription du traitement qui soigne ailleurs. L’histoire jugera… mais en l’occurrence la raison scientifique s’est fait forte de démontrer que dans l’urgence l’expérimentation primait sur le traitement et qu’envers et contre le monde entier, les scientifiques français (devrais-je dire parisiens ?) seraient les plus fidèles aux côtés de l’industrie pharmaceutique qui finance les « peer review » de référence. Le cercle est bouclé. Beau programme, chacun ses cages et ses gardiens zélés, les fameux « chiens de garde » que Paul Nizan caractérisa avec brio. Son petit fils E. Todd se fait un honneur d’être parmi les scientifiques qui relèvent la tête : comment éviter l’ Etrange défaite des populations, face à l’économie du zoo. Le zoo est bien là. L’étape de l’euthanasie est passée dans la lancée, un acte rationnel, raisonnable. Les plus lourds à soigner compte tenu de l’âge… Le pas fut franchi en quelques heures à l’assemblée nationale, des députés serviles votèrent la mort possible de ceux-là même qui les avaient fait élire. Et l’injection létale permit d’arrondir les chiffres quotidiens des morts qui avait la mauvaise idée de ne pas rendre compte des prévisions des épidémiologues mathématiciens à la Neil Ferguson, le fameux expert des gouvernants et par là-même, booster les conditions de la peur.


4/ Zoo et casino ferait-il bon ménage?
Le sommet de l’épisode zoologique demeure étrange pour un parc animalier…et c’est peut être la plus grande limitation de l’analogie. Au coeur de cette économie zoologique se trouve une maison de jeu, un casino, lieu qui concentre tous les intérêts, toutes les liquidités, les subventions magiques créées en un tour de clic d’ordinateur : le fameux argent magique de la BCE (QE) pour sauver le casino et ses acteurs bancaires. La BCE sera ainsi le prêteur en dernier ressort à tout jamais parce qu’ «elles le valent bien» ! Sacrifier l’économie réelle, les entreprises, les gens mais surtout pas le casino lieu de fantasme et de transfert sans fin. Il sert de garantie, fournit la clef de l’enchaînement des populations à la dette pour tenir bien fermées les cages du zoo. Chaque « espèce » à sa place… une place plus ou moins grande en fonction de la voracité et de l’agressivité. La passivité hors de la civilisation est toujours un atout pour fabriquer des martyres, que l’on oublie d’autant plus vite que leur nombre s’accroit.

II Le «totalitarisme inversé» instrument du «capitalisme zoologique».


II1/ l’origine de la notion

Que la démocratie soit menacée devient un telle évidence qu’il n’est même plus possible d’en conteste le constat, il devient «Common knowledge». Il y a 4 ans une discussion entre 2 anglo-saxons, le Professeur Sheldon Wolin, politologue et le journaliste Chris Hedges, avait attiré mon attention et mes commentaires.6
Le politologue S. Wolin qui fut pilote de bombardier durant la Seconde Guerre mondiale, a acquis l’autorité de parler de ce contre quoi il a combattu…le totalitarisme. Il propose une définition du « totalitarisme inversé» : une idéologie qui s’accapare le produit des entreprises et du travail en captant les fruits de la croissance. Dans la pratique, il s’agit d’un système de gouvernance où les grandes firmes et le gouvernement travaillent ensemble pour garder le grand public en esclavage. Pour prolonger la caractérisation théorique de S. Wolin compte tenu des réalités qui se donnent à voir, nous pouvons ajouter qu’il s’agit d’une forme de féodalité, mais une féodalité sans la vertu et les honneurs consacrés7, qui s’élabore dans le cadre d’un capitalisme zoologique tel que R. Grinberg nous l’a défini. Nous proposons ainsi de relier les 2 néologismes pour rendre compte d’une réalité contemporaine.


II2/ La propagande en démocratie?
Les mécanismes de cette gouvernance sont au demeurant assez classique : la Propagande et la suppression de l’esprit critique. Ils servent à promouvoir l’idéologie pour laquelle la démocratie réelle «est superflue et potentiellement un obstacle» à ce qui est considéré par les élites comme le progrès. Le politologue américain souligne que «les institutions privées, les médias par exemple, sont capables de travailler pour tendre vers le même objectif de contrôle, d’apaisement, que ce qui intéresse le gouvernement, que l’idée d’une opposition sincère est généralement considérée comme subversive». S. Wolin a théorisé les Gilets Jaunes avant l’heure.
Plus que l’autocritique qui devient impossible, c’est radicalement toute critique qui va se trouver muselée par l’imbrication des soumissions. Cette imbrication des soumissions forge l’architecture d’une communication de propagande qui n’ose même pas s’avouer à elle-même les déterminants de son action ni considérer avec recul ses méthodes. Le déni règne avec ses accès de violence que nous avons appris à connaître chaque samedi en France: Des actes de barbaries et de mutilations volontaires sur des citoyens non armés d’une démocratie «officielle» pour faire exemple et inciter le reste de la population à rentrer dans le rang.
Les travaux de S. Wolin servent aujourd’hui directement à éclairer le peu de recul dont nous disposons. Ces états de fait sont des sources de confusions et de pertes de repères pour le public habitué à la litanie des droits de l’homme quand il s’agit de manifestations aux Moyen Orient, en Chine ou en Russie. De même chez les  propagandistes, eux aussi, sont dans la confusion et la perplexité. Dans l’urgence et le stress qui en découlent, ils parent au plus pressé, au matériel : garder leur job!
Cette situation nous la connaissons bien, mieux qu’il y a 4 ans lorsque je la commentais l’approche de S. Wolin. Nous y avons pris part, avons subi la peur et l’angoisse et parfois certains d’entre nous l’apaisement de voir les véhicules blindés dans les rues de Paris contre ses ‘Jaunes»… qui osaient voir rouge. Un quotidien de brutalité ciblée qui devenait récurrent, habituel, banal… Puis une nouvelle arme qui fit cesser la danse des samedis : l’arrêt brutal, une nouvelle contrainte, le confinement. Il mis un terme drastique à toute possibilité de revendications. Seule une petite poignée de nostalgiques ont voulu célébré le premier mai 2020, Place de la République… Mal leur en a pris. La République au secours ! L’enfermement obligatoire, rester en cage (celle du zoo) surveillée par les miliciens et suivre à la télé des ordres aléatoires des autorités de coercition appuyées sur un degré mouvant de scientificité. Tantôt le masque est inutile, tantôt il est vital…entre temps nous dit-on c’est la science qui a progressé. Scepticisme ! Quid des vrais experts…autant d’ignorance est suspecte. Que dire des effets indirects de ce contexte : Les effets d’inconscients se renforcent dans ce processus de peur organisée…et en effet il faut avoir peur, peur de la milice, qui agit pour notre bien, nous «redresse»…car le virus nous guette et la mort qui va avec. Nos grands-parents y auraient ressentit les frissons glaçants du monde de l’occupation…et assurément ils nous auraient dit qu’un choix s’imposait vite, subir ou résister… Pour eux ça allait de soi, mais on nous a fait oublier leurs témoignages. Oublié aussi le témoignage de Marc Block8 pour la communauté académique goûtant elle les joies du confinement pour se faire elle-même toujours plus oublier…


3/ la confusion instrument d’isolement et de contrôle
Les mécanismes de cet oubli peuvent aussi être décryptés : en affichant de façon systématique des paradoxes a priori incompréhensibles, ce que la presse occidentale donne à voir quotidiennement… s’installe un climat d’injonctions paradoxales. Il garantit le brouillage des repères et provoque l’incompréhension. Quand elle s’installe trop longtemps, le désintéressement prend le dessus et survient alors le basculement individuel vers le nombrilisme plaintif chaque fois que les aspirations matérielles sont déçues. L’enfermement psychologique en premier avant même le confinement physique, tel est le constat qui fait que cet enfermement physique passe…comme la lettre à la poste (avant sa privatisation qui a eu lieu -mentionnons le- durant le confinement…ni vu ni connu!).
La cage psychologique a été mise en place progressivement au sein de la population… Les media et leurs experts ont travaillé pour justifier des bombardements et des assassinats de masse au nom des droits de l’homme (Iraq, Libye, Syrie…). Facile maintenant de justifier la mise en cage, le flicage voir bientôt le puçage de la population, par les mêmes méthodes éprouvées et avec des populations si malléables face à la peur.


4/ totalitarisme inversé, marchandisation de l’humain au coeur de l’idéologie du capitalisme zoologique
Un autre champs de bataille atteste aussi de l’efficacité de la méthode sur les masse rendues inertes : la justification de l’esclavage sexuel et procréatif... pour libérer (monétairement) les opprimés de la société et au nom de la générosité d’âmes des plus riches. Une belle fable qui donne libre cours à l’affichage de l’hédonisme pour peu que soient acquis les moyens monétaires libérateurs et les droits qu’ils estiment devoir aller avec. Point de droit de cité pour les sous-humains sans moyens, hommes femmes ou enfants devenus marchandises! Une telle société n’accepte qu’un seul mode de libération des individus : en payer le prix monétaire  et mettre sur la table sa richesse son argent, son sang et sa vie ! Mise à part la symbolique de Faust en littérature, la grille d’analyse économique est bien pauvre et bien contrainte. Car dans ce marchandage, il faut bien parler d’économie et aborder la compromission des experts qui va avec… La rationalisation du procédé découle de «nos modèles économiques» mais ceux-ci sont tronqués (mais chut). Tronqués par suppression de leurs hypothèses, parce que mal comprises et étudiées si superficiellement ! Là encore on relèvera la peur et l’appât du gain qui règnent. C’est ainsi que le dictat économique domine tous les choix et décisions : pouvoir payer le prix c’est avoir les moyens légitimes de se libérer…un jour. Présentement c’est l’équation qui devra permettre de sortir de la cage…mais en est-on vraiment sûr, au fait? L’histoire de la famille de Camondo a toujours hanté mon esprit. Elle laisse bien perplexe : quand l’infamie se déchaine même les plus en cours qui se croient protégés peuvent y mourir jusqu’aux derniers d’entre eux.
Point besoin de morale comme le rappelle l’économiste Jean Tirole. Il se fait le parfait porte-parole de la doxa économique (TSE, Toulouse School of Economics) : Il va jusqu’à justifier les ventes d’organes (ici le lien ) comme instrument d’une allocation efficace sur le marché. Un système adéquat pour limiter la pénurie ! D’autres économistes victimes aussi de défaillance d’éthique vont justifier à la Paris School of Economic, le marché d’appariement des réfugiés : disons plus simplement sans jargon inutile, le nouveau marché de l’esclavage européen… Cette horreur est déjà, plus qu’un projet. Elle est directement alimenté par les contrats européens pour la recherche et au programme  de nos centres de recherches universitaires les plus en vogue ; on y apprend que le marché a tous les droits et que les économistes -nos collègues- sont les instruments du progrès de l’humanité qui va apparier (avec du «matching» !) optimalement les humains, dans le sens du bien public mondial ( gouvernance mondiale ça va de soit!?)… Un marché d’esclaves donc!  Ces experts offrent ainsi à des politiques européens, au bon moment, les justifications de la honte. Il y a quelques décennies c’était des biologistes spécialisés dans l’eugénisme à qui incombaient le sale boulot! Ils se rassemblaient dans le pôle scientifique phare du moment «Die berlinische Schule von Biologie». De nos jours dans l’Europe contemporaine, le marché des esclaves du XXIième puise ses justifications au sein de PSE, la Paris School of Economics (cf. Agoravox, un billet de R. Bouchard ici en lien ) et la vente à la découpe de l’humain dans le pôle de Toulouse TSE9. L’Europe persiste et signe dans le macabre…
 
Pour tous ces apprentis-sorciers de l’économie, successeur ainsi des plus immondes biologistes, la marchandisation est une nécessité. Elle s’inscrit dans la légitimité économique des modèles standards, sous-bassement orthodoxe de la discipline économique du moment. La convention amorale est contenue dans leur théorie standard des relations économiques et la marchandisation généralisée, un mode d’organisation naturel. Trente ans d’éducation des esprits au prima de la marchandise et du marché, tel est le résultat, la disparition de la possibilité de penser hors du marché. S. Wolin en a aussi décrit le phénomène : «Il y a une sorte de conjoncture entre la manière dont les institutions sociales et éducatives ont façonné une certaine forme de mentalité parmi les étudiants, à l’intérieur de l’université, et ainsi de suite, et les médias eux-mêmes qui marchent mécaniquement du même pas dans la direction exigée par l’ordre politico-économique que nous avons actuellement». La démocratie n’est plus qu’un concept de communication, un affichage publicitaire, utilisable en élément de propagande quand c’est nécessaire. Il a été vidé par les forces de la globalisation. Les autorités voient «la structure politique comme une opportunité. Et plus elle sera perméable, mieux ce sera, parce que les groupes dominants ont aujourd’hui tellement d’instruments sous leur contrôle pour réaliser cette exploitation, la radio, la télévision, la presse papier, et autres, que c’est le meilleur des mondes pour eux» :  la fin de l’histoire tant promise…et rêvée, associée au conte de fée de l’Euro et de la convergence des peuples.
Convergences en effet mais vers quoi? Telle pourrait être la question du réveil de l’époque, avec le choc du brutal cauchemar qu’impose le réel à nos sociétés occidentales apeurées. Il y a 4 ans je posait ainsi la question. Elle a une réponse… la mise en cage pour faire taire! A d’autre moment en 1914 une réponse à la globalisation en déroute fut la guerre. Peut-être devrait-on ainsi s’estimer heureux?… Heureux mais prudents !


5/ Totalitarisme inversé et normalisation
L’oppression intellectuelle dans le totalitarisme inversé tel que le décrit Wolin est réelle, elle procède des engrenages institutionnels, des rapports de forces organisés, des systèmes d’allégeances professionnelles et des principes de reconnaissances standardisées. Nous, économistes et chercheurs du CEMI, nous avons vécu cette expérience, des moments de harcèlement scientifique avec les pratiques normatives de l’AERES. On peut voir la critique sévère de ces mécanismes normatifs dans la science, faite par Roland  Gori  dans son ouvrage La fabrique des imposteurs. 10. La problématique rebondit actuellement de façon criarde avec une envolée médiatique et une bataille rangée sur les réseaux sociaux avec le centre de recherche de IHU en maladie infectieuse  du Professeur Raoult (infectiologue de renommée mondiale)  de Marseille. Cet acharnement est de même nature. La science est normée par les règles des laboratoires qui ont droit de regard sur tout…parce qu’ils alimentent en liquidité, les structures et les acteurs. Ces conflits se donnent à voir de façon suffisamment criarde pour que les imposteurs se démystifient eux-mêmes grâce au « pas de trop ». L’épopée est savoureuse dans ces aspects les plus caricaturaux. Notre doctorant du CEMI Maxime Izoulet est aussi emporté dans la bataille du fait du travail statistique auquel il s’est livré qui soulève l’ire des opposants au traitement préconisé  face au Covid 19 par le docteur Raoult11. Traitement interdit chez les praticiens privés en France mais qui dans le monde entier contribue à soigner. Les élites françaises, je devrais dire parisiennes, veulent avoir raison contre tous et contre le monde entier. On assiste en grand à une querelle de « bac à sable » mais qui peut être mortelle pour beaucoup de personnes qui ne peuvent avoir accès au traitement et qui reçoivent en remplacement la piqûre de Rivotril autorisée depuis quelques semaines pour limiter l’engorgement des services hospitaliers ! La rentabilité et les dictats de l’UE ont commandé depuis 10 ans la diminution drastiques des lits dans les hôpitaux français… Maintenant faute d’avoir suffisamment de lits disponibles, il s’agit de la suppression des vies… des lits, des vies coûteuses et inutiles comme sauraient le dire nos économistes.
A l’origine de cette réalité, qui moi me heurte même en tant qu’économiste, point de surprises, la conséquence directe de la domination de la marchandisation. Le vecteur de propagation de la convention repose sur les modalités de gestion et ses modes de financement. Dans le domaine médical, l’impulsion est donnée par les grands laboratoires pharmaceutiques ; dans notre domaine économique, il s’agit d’une part des établissement bancaires qui innovent pour le casino (avec déductions fiscales à la clef) et plus généralement les contrats européens. Pour ces derniers la partition obligée : rassurer sur les espoirs grâce à l’Euro, le primat de la convergence, le tout saupoudré de «genre»  pour passer les grilles du politiquement correct gage d’oboles. Bel exemple de contrat rémunérateur: «le genre à la BCE». En revanche le QE, ses effets effectifs et pervers…ne relèvent pas vraiment d’un sujet de recherche de référence même si finalement le sujet intéresse des millions de « twittos » sur le net grâce au blogueur Anice Lajnef. Rendons lui ici hommage pour le talent pédagogique déployé et le « fair play » quotidien face aux attaches des chiens de garde qui viellent à la soupe.
Nous avons pu largement constater que les moyens de subsistance sont aux avant-postes de la répression intellectuelle dans les milieux professionnels contraints par l’austérité budgétaire. L’hôpital et l’université sont emblématiques. Pour les économistes les incitations marchandes demeurent fortes parce que sans guère d’alternatives contrairement aux confrères juristes. Manipulations des idées mais aussi manipulations des statistiques pour aller dans le sens du vent… On aura tout vu. Et quel chalenge parfois ! Une fois dévoilé, mieux vaut en sourire : Quand au final on vous reproche d’avoir constaté en 2012 que l’économie du Bélarus était plus robuste que l’économie de l’Ukraine !.. Il fallait comprendre que cette réalité disruptive du logiciel officiel n’était pas dans le programme du Partenariat Oriental de la Commission Européenne et que les donneurs d’ordre doivent être satisfaits du rendu du rapport ! Se soumettre ? Non…
Plus largement la soumission obligée de l’économiste est celle qui valide le protocole officiel : la politique monétaire laxiste pour les uns (QE de la BCE) et austérité pour les autres aux conséquences institutionlles funestes sur les infrastructures et les standards de vie…et finalement sur la viabilité de l’économie. L’illusion du ruissellement a fait place au réel de l’évaporation. Les liquidités bancaires injectées à profusion dans le système financier disparaissent dans les bulles spéculatives et les cracks…pas de ruissellement tant vanté mais assurément une évaporation réelle. Pour les économistes au quotidien…la contrainte de la marmite, celle particulièrement des loyers ou des échéances de crédit -fruits des spéculation du casino- pèsent. Tout se boucle. Les bonus via les contrats européens, sont devenus une nécessité et la soumission une pratique courante et généralisée. Les experts furent ainsi tenus, ligotés dans le déni du réel et l’incompétence rémunératrice : ruissellement, chômage volontaire, grâces de l’Euro et de la convergence, impossibilité du Brexit. La recherche s’est stérilisée dans le vivre au quotidien qui dictait les exigences de soumissions alors que les media s’érigeaient en censeur du vrai…tout ce qui ne plait pas à l’intelligentia verse dans le qualificatif de «fakenews» et leur auteur reçoive des matricules de la défiance. Les journaux officiels procèdent leurs censeurs officiels qui travaillent pour la justesse de la pensée en mode Orwell 2020.

6/Plus efficace que le complot la séduction via l’éducation
Une des particularités du fonctionnement de ce système sur lequel S. Wolin insiste est que le totalitarisme inversé est alimenté par ceux qui détiennent le pouvoir mais aussi par les citoyens. Ils seraient tous deux aveugles des conséquences en profondeur de leur action ou de leur inaction. Une inconscience généralisée, par incompétence contagieuse ? Il ne s’agit en aucun cas de mettre en avant un quelconque complot. Pas de complot sinon celui de la bêtise et de la sous-éducation, si on exprime en termes compacts l’idée. Le mal est profond est au coeur des représentations que se font les gens d’eux-mêmes. Les individus se sentent adaptés à un seul type de monde et quand le monde change, il se sentent déclassés et hors d’usage!…Ils justifient ainsi que la réponse de certains experts soit : remplacez-les! Euthanasie, remplacement migratoire, hausse des suicides, un programme en découle. C’est toute la société qui se soumet à son sort, de marchandises à obsolescence programmée…
Se maintenir pour ne pas s’effondrer, c’est simplement tenter de continuer comme avant…et chacun vote sur celui qui va leur permettre de continuer comme avant…garder ses rentes (acquis sociaux, subventions associatives, retraites, pécules). Les acteurs, tels des spectres programmés ne comprennent pas autre chose…la pensée manque, l’éducation a fait sont oeuvre de nettoyage. La logique du TINA et son acceptation prend ses racines dans cette impuissance. Celle  qui fait affirmer avec autorité que l’Euro est irréversible  du haut de l’institut Robert Schuman. Il le serait donc parce qu’il est subitement politique même si ce là n’a pas été dit de prime abord. Les citoyens doivent se plier sous le poids de son essence. Submergés les pauvres humains sans substance et appauvris durablement et pour des temps infinis…comme les Grecs. Ces Grecs qui ont eu la primeur de l’expérimentation du rouleau compresseur européen (même les collègues du FMI ont osé dénoncer les excès de la manoeuvre). Ne fallait-il pas sauver les banques et l’Euro? Qui ose même poser la question?
«Il n’y a pas d’alternative autre que celle de s’effondrer ensemble!»…cette conclusion que je tirais il y a 4 ans, est finalement bien d’actualité. L’effondrement économique, la décroissance la population doit l’avaler et on lui ordonne de remonter la pente par son travail…quand le chomâge règne? Quelle exemple funeste d’injonction paradoxale!
L’économie sans perspectives de l’Europe expose au grand jour la même résignation que celle de l’esprit qui prévalait dans le bunker d’Hitler à l’arrivée de l’armée rouge victorieuse (cf. le film la Chute nous en fait ressentir la nausée). « Europe, femme stérile « !Lle Pape François avait osé le dire, un Verbe sans faux-semblants!
Face à ce constat, je m’interrogeais : «Depuis combien de temps avons-nous conscience que toute action en Europe n’est que communication ? Que plus rien ou presque ne se passe à l’initiative des Européens et de leurs dirigeants même. L’action se résume dans la communication…qui a vocation de cacher l’inaction et tromper pour gagner du temps. L’urgence du court terme, c’est de cacher…on parle comme si on voulait changer… mais on laisse tout en l’état parce que comprendre le changement est trop compliqué et pas rentable !… On profite des drames commis par Daesh pour avancer des pions et remporter des élections. Opportunisme de circonstance jusqu’à quand ! On crée la peur, les martyrs à répétition, on ressort les emblèmes même les plus méprisés… tout pour subsister tel quel! L’économie, elle, s’effondre de jour en jour, emportée par la des-industrialisation, les trahisons et les manigances financières d’ici et d’ailleurs »

En commentant les analyses de S. Wolin, Chris Hedges exposait déjà les affres de la réalité institutionnelle que nous connaissons : des « forces privées ont essentiellement pris le contrôle des systèmes non seulement médiatiques mais aussi éducatifs » et ont détruit toute capacité à l’esprit critique. Le blocage institutionnel, trouve une explication logique : l’érosion continue des institutions qui se vident de toute substance, incapable d’exercer leur mission et de «légifèrer de façon indépendante». Blocage interne mais blocage externe dans les formes politiques du dialogue. « Les partis politiques sont tellement chers que je n’ai pas besoin de vous détailler les difficultés que rencontrerait quiconque voudrait essayer d’en organiser un». Deux générations ont été éduquées à gérer le système comme il est, en technicien gestionnaire du court terme. Pour illustrer le propos il suffit d’évoquer le développement tout azimut de la gestion financière des entreprises qui conduit à laisser de côté investissement et projets de long terme. L’horizon marchand contraint les acteurs dans un seul positionnement, celui de la perspective des négociations sur les futures conditions du LBO et de la retraite dorée des protagonistes…voir aussi la ventes des fleurons de l’industrie française aux plus offrants ou pire au plus contraignant. ( cf. Frédéric Perucci et M. Aron , Le Piège américain JC Lattès 2019 et l’ émission sur Thinkersviews, la France vendues à la découpe ici en lien ). Réduire les coûts en licenciant et faire apparait l’EBITDA sous son meilleur jour, une technique de principe, communément accepté. Chômage et désindustrialisation se sont inscrits dans cette gestion sclérosée. Ainsi naquit la France sans ses usines dont parlaient déjà très sévèrement P.  Artus et M. Viard en 2011. Une gestion à très court terme du monde avec le primat de la préservation d’intérêts individuels aussi à court terme : une solution dynamique de chaos, chaos collectif mais chaos individuel  des vies vaines que l’imposture rattrape avec la conscience. C’est du moins l’avis plus virulent de Roland Gori récupère dans son cabinet les «winners» déchus de ce monde du précaire12.
La crise financière mondiale de 2008…et celle que nous connaissons en ce moment en 2020 fournissent aussi une illustration remarquable. Qu’ont fait les protagonistes éduquées à la gestion sclérosée de la finance à chaque fois ? En 2008 comme le soulignait Chris Hedges «ils pillent immédiatement le Trésor américain pour ré-insuffler vie au système, grâce à un montant ahurissant de 17 000 milliards de dollars», aujourd’hui idem, en Europe la BCE a en portefeuille 4000 milliards de titres rachetés à la hâte mais qui ne rapporte rien et ne valent de fait finalement rien… L’argent magique du QE a été injecté sans contrepartie ; aux contribuables de la zone UE à travailler sous contraintes d’austérité pour payer la facture. Ces chiffres sont hors de toute imagination ! Il est à parier qui les gens qui ont agit ainsi ne se sont même pas posé la question sur les conséquences à plus d’une semaine de ce qu’ils faisaient…
Et quelles sont les conséquences maintenant de ces successions d’aveuglements, de ce manque de lucidité économique, de cette éducation défaillante purement et simplement ? La dynamique se répète : Le monde se retrouve à nouveau dans une situation de crise financière sans précédent ! Aucune leçon tirée de la surprise de l’été 2007 sinon qu’il est préférable de taire et de parler du Covid19 tout en continuant «as usual».
Jusqu’à quand la répétition ? Jusqu’à la tonte complète des moutons… C’est une anticipation raisonnable. Et la suite? Les plus vieux financiers, anéantis par des penchants diaboliques si caricaturaux (cf. G. Soros) jouent la carte de la guerre mondiale qu’ils appellent de leurs voeux… Pour « maximiser » les gains ou se refaire juste avant de mourir «en paix» ! Ceci est plus qu’une analyse, un constat qui a même finit par  exaspérer John Kerry lors d’une réception mondaine à Londres , sponsorisée par ces personnages «bienveillants» sous couvert de l’aide aux éternels «rebelles modérés» syriens. Il n’a pas pu se retenir et a laissé échapper : – «Que voulez-vous que je fasse? Que j’aille en guerre contre les Russes!», ici le lien
Si l’on a pas cette guerre au final… ce sera bien parce que des individus sont passés à travers les mailles de ces filets éducatifs de la sclérose généralisée… parce qu’avec eux la Russie a su faire peur à nouveau. C’est son principal système de défense, avec son climat certes… ils ont ainsi préparé avec des ingénieurs toute une remise en état d’un appareil militaire alliant recyclages intelligents et innovations stupéfiantes… alors que l’occident les croyaient anéantis par les sanctions. C’était bien mal connaitre les Russes…et le pouvoir stimulant de faire face à des sanctions imposées injustement ; nos experts là encore ont donné la partition que les politiques voulaient entendre et l’occident a été aveuglé, aveugle par ses propres turpitudes. Assurément les Russes ont maintenant les instruments pour dissuader les militaires US de tenter l’aventure diabolique que leur commanderaient les financiers paniqués…Que restait il alors ? Le chaos sanitaire quelle aubaine, nous y voilà.

«Le totalitarisme inversé» selon S. Wolin a comme corolaire la démobilisation des citoyens et s’apparente à un totalitarisme qui se laisse ignorer, tant l’acceptation a fait son chemin naturellement dans les esprits. A l’heure où les supplications faites au gouvernement français sont de réouvrir les plages et les lieux de culte (fermés si consensuellemment)…tout en acceptant la privation de mouvement généralisé et l’interdiction de réunions publiques et j’en passe. Il est facile de mesurer comment une annonce incohérente qui va focaliser l’attention sert à dissimuler l’essentiel de la privation de liberté. Les gens seront contents de fêter Pentecôte et d’aller sur les plages le 29 mai au lieu du 2 juin. Bien maigre victoire…à la Pyrrus. On se met à espérer le pas de trop révélateur de la supercherie, soyons patient il arrivera un jour.
L’ouvrage de S. Wolin central pour l’exposé du totalitarisme inversé a été publié aux USA en 2008, il avait en ligne de mire l’évolution politique aux US avec le rôle grandissant du Deep State. Mobiliser cette analyse fournit pour l’Europe contemporaine une grille de lecture éclairante à la fois de son passé mais aussi du présent prémonitoire ou dépassée ? Un temps où l’avenir semble être suspendu s’ouvre…la reconstruction interpelle et le même en pire fait peur quand il ne nous reste qu’un imaginaire privé d’alternatives et d’imagination.

Est-il comparable à ce temps où l’on pourrait dire que le totalitarisme naissant se donner à voir aux yeux d’un trop petit nombre ? Quand cette l’Europe de nos grands-parents louait la réussite économique de l’Allemagne, sa compétitivité retrouvée grâce à Hjalmart Schacht alors que l’austérité tuait des gens et nourrissait les haines qui elles allaient encore tuer plus !13 ( voir l’ Annexe).


Conclusion :
Depuis quelques années un temps de basculement de conventions se fait sentir. A mon sens c’est la Russie qui a connu la primauté du phénomène…grâce à la crise de 1998 d’abord, puis aux sanctions occidentales de 2014, -on ne remerciera jamais assez l’occident et l’Europe de ses mauvais calculs-. L’économie russe a commencé à penser et à mettre en oeuvre une alternative au capitaliste zoologique. En Russie, la morsure des sanctions économiques et celle de la guerre monétaire qui a suivi, a exigé un sursaut interne rapide. Les économistes russes ont du se mobiliser, explorer de nouveaux modèles, des compromis entre le Marché et le Plan, entre le marchand et les priorités de  viabilité d’une société. Celles qui rendent « au capitalisme sa dimension sociale». Pressés ainsi, ils ont été capables d’y arriver, ces Russes ,avec la bonne étoile qui les accompagne et surtout en arrêtant d’écouter les leçons perverses occidentales. Sur ce point les sanctions et leurs caractères iniques (effet boomerang) les a aidé à voir toute l’étendue de la stupidité de ceux qui se sont cru forts. Et forts nous l’étions…notre système de santé, le meilleur du monde, idem pour l’éducation… Quel avenir pour nos enfants si vraiment ce système scolaire est aussi à ce point de confusion ? Même Cuba , le Vénézuela, le Viet Nam et la Corée du Sud sont en mesure de nous faire la leçon en matière sanitaire.  Plus symbolique encore la Grece s’en sort mieux que la France et que l’Allemagne  dans cette épreuve du Covid 19… un beau pied! Nous avons reçu en France une nouvelle douche froide…en mode ligne Maginot !

Reste pour cette économie russe prometteuse à peaufiner le modèle avec la mise en cohérence de la sphère monétaire et financière avec l’économie réelle. Bon courage au nouveau Premier Ministre super économiste du pays (le second économiste en première ligne qu’à connu la Fédération de Russie depuis la chute de l’URSS, le premier étant E. Primakov qui sauva en 8 mois l’économie du pays..), notre collègue A. Beloussov. Nous aurons besoin de ses succès pour mieux nous guider dans ce futur qu’il faudra un jour nous aussi reconstruire.
Du côté européen le basculement est aussi en cours le fait est avéré, le Brexit est vrai…l’UE subit la charge. Ce gros mot de Brexit, inacceptable auprès des universitaires et qui a valu à notre institut de recherche pour l’avoir prononcé entre collègue, un ostracisme radical. Cette réalité le monde académique a choisi de la refuser, de la cacher…difficile projet cependant. La rentrée académique sera passionnante car il va falloir enfin sortir des cages et repenser l’économie…les étudiants vont un jour nous demander des comptes. Une amnistie par anticipation des économistes sera-elle voté dans les prochaines nuits ? Les économistes du réel, ceux qui ne rêvent pas et ceux qui ne rêvent plus depuis quelques semaines…doivent penser et comme leurs homologues russes s’efforcer de trouver autre chose. Le confinement pourrait avoir la fâcheuse conséquence d’avoir rendu possible à nouveau dans la population la réflexion et la pensée. Certes privé d’échanges et d’intelligence collective la réflexion ne peut pas aller loin. Ajoutons que l’élan du déconfinement avec des points focaux bien choisis en terme de communication (plages!) pourra calmer les ardeurs intellectuelles au sein de la société… Qu’en restera-t-il? Les liens sur les réseaux sociaux, les groupes blagues… L’ironie ayant toujours été le meilleur vecteur contre la censure et de nos jours encore contre les procès en fakenews. La puissance de l’ironie, nous l’avons hérité de nos collègues russes aussi et tout particulièrement de l’Académicien V V Ivanter décédé à l’automne… Au final ces réseaux sociaux quand la distanciation est un ordre, c’est eux qui ont rendu un service salvateur à nos sociétés… Recréer les liens qui ont été distendus et en inventer d’autres. Le monde a tant besoin d’inventions…de rupture14.

 

Annexe : « détail » sur cette Allemagne que nous admirons tant !
«Le miracle économique» du IIIe Reich a été le fait d’un remarquable tournant financier, mis en place par un célèbre banquier central, Hjalmar Schacht. Depuis le milieu des années 20 il fut le relais des centres financiers anglo-néerlandais et des industriels et mit aussi en oeuvre une stratégie édifiante de la peur. Cette stratégie prit place dans un contexte d’instabilité financière et de crises de la dette, étrangement évocateurs de nos repères contemporains : Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, une crise rampante de la dette étranglait les pays européens. L’Angleterre et la France devaient rembourser les dettes de guerre aux Etats-Unis, au moyen de l’argent qui venait des réparations allemandes. L’instabilité financière attira les élites financières en quête de gain immédiat. L’Allemagne captive des spéculations fit une manoeuvre spectaculaire dans ce contexte des rapports de forces économiques : un QE («quantitative easing») avant l’heure, source du drame ; H. Schacht fut celui qui mit un terme brutal à l’expérience en reprenant en main les finances allemandes à la fin de 1923. «L’équipe de rêve» déroula alors la déflation salariale et l’austérité drastique sur les populations.
En dépit des bonnes relations des financiers allemands avec les Américains et les renégociations des dettes de guerre, la pression sur les populations s’aggrava toujours avec la poursuite de l’austérité. Le chômage et l’endettement se creusèrent par le jeu des mécanismes dynamiques de l’austérité que nous connaissons bien (baisse des recettes). Les syndicats étaient paralysés par le réservoir de main d’oeuvre qui offrait des volants de baisse de coûts salariaux. En France et en Allemagne les dettes de guerre pesaient de façon concomitante. Le risque de blocage des paiements en Allemagne paralysait les perspectives de remboursement des Français et des Britanniques. L’incertitude se propagea et fut un des éléments à l’origine du jeudi noir de Wall Street en 1929.
Alors que H. Schacht préparait les conditions de ses alliances et de sa prochaine reprise en main des affaires, la crise financière et sa contagion mondiale radicalisèrent l’austérité, et la déflation salariale. L’effondrement économique qui en résulta permit l’ascension au pouvoir des protecteurs de H. Schacht… L’argument de la compétitivité de l’économie allemande -cible atemporelle des politiques –  précipita le revenu/coût du travail à son niveau de 1913. La rhétorique et son corolaire la négation d’alternatives sont familiers. Il y a une méthode obligée, même si on sait qu’elle induit toujours plus de malheur. Face à cette violence, le silence, l’intimidation l’arme contre les gêneurs, toujours ! Récusant l’alternative salvatrice du Plan Lautenbach (parfaitement dans la ligne du futur New Deal de Roosevelt) les élites  prenaient d’autres dispositions. H. Schacht rassembla le soutien industriel et financier nécessaire pour assurer la nomination de Hitler. En poussant les événements avec le feu (incendie du Reichstag) le processus démocratique fut « accéléré ». H. Schacht, banquier central puis Ministre des Finances en 1934,  raffermi encore d’un cran la discipline par l’austérité et la déflation salariale. La consommation des ménages chuta à son niveau de 1913. C’est seulement quand le pouvoir fut jugé suffisamment stabilisé et la population sous contrôle disciplinaire, que furent mobilisés les ressorts économiques pour accompagner les ambitions de conquêtes du Führer. H. Schacht, comme par miracle, assura le redémarrage par une relance massive de la création monétaire. Bel exemple que la monnaie peut mettre en action l’économie réelle (la production et les services) au moyen d’un taux élevé d’investissement. La productivité se renforça et la prospérité revint. Suprême miracle, l’inflation elle-même fut évitée. La production doubla entre 1932 et 1938 et le taux de chômage passa de 44% de la population en 1932 à 12% en 1936 puis à 3 % en 1938 (Pierenkemper, T. (1987), ‘The standard of living and employment in Germany, 1850-1980: an overview’, Journal of european Economic History 16-1 pp. 51-73). Cette expérience, en confirmant les pronostics du plan Lautenbach, nous rappelle que la politique a le dernier mot sur l’économie,  souvent pour le malheur des peuples. Voir aussi l’ouvrage de JF Bouchard (2015), Hjalmar Schacht Le banquier du Diable, Max Milo, Paris

  1. ITW sur Kultura ici . La transcription a été reprise et traduite par le Courrier de Russie []
  2. les maires de nos communes en quête de masques chirurgicaux à ce jour sont les jouets des arnaqueurs de toutes espèces… L’exemple est caricatural et à la portée de la compréhension de tout le monde []
  3. l’industrie automobile allemande y a été prise les pieds dans le plat []
  4. Tout particulièrement en France dans cette période où les manipulations d’opinion pour la fameuse élection du gendre idéal faisait ses ravages. Il séduisit et fut porté au pouvoir en un tour de main par tous ceux qui quelques années plus tard allaient mourir dans les EHPAD seuls, abandonnés par leur proche et par la loi. Parfois je pense que le Covid 19 a bon dos…je militerais plus pour le désespoir et la culpabilité qui pourraient aussi être mortelles et provoquerait des insuffisances respiratoires…Comme on ne teste pas les morts (ni même les vivants), le Covid reste l’explication phare qui nourrit les statistique dans le sens souhaité. La raison voudrait pourtant qu’il soit réalisé qu’on a tous plus de chance de mourir un jour d’insuffisance respiratoire que d’autre chose, Covid X ou pas… []
  5. certes la crise en Grèce nous avait habitué aux insultes intra-européennes en tout genre []
  6. la traduction de l’entretien se trouve dans le Blog les Crises ; Chris Hedges, journaliste lauréat du prix Pulitzer et le Professeur Sheldon Wolin qui a enseigné la politique à Berkeley puis à Princeton. Sheldon Wolin, décédé à l’automne dernier a rassemblé ses analyses dans une série d’ouvrages, la discussion avec Chris Hedges se rapporte directement à celui qui a pour titre : Democracy Incorporated: Managed Democracy and the Specter of Inverted Totalitarianism. publié en 2008. Le billet publié dans Les Crises  rapporte une série de discussions approfondies entre les deux hommes sur le capitalisme et la démocratie. Elles mettent l’accent sur la notion de « totalitarisme inversé » comme menace pour la démocratie. (le lien ici) []
  7. plus Gilles de Rais que Bayard si on s’en tient à l’enquête sur l’affaire Eipstein []
  8. L’Etrange défaite []
  9. Le pôle PSE n’hésite pas à faire la promotion de travaux de ces chercheurs, la constitution d’un marché de droit d’accueil, capable d’assurer un appariement «économiquement efficace». Il s’agit assurément d’un travail aussi consciencieusement et mathématiquement «juste» que celui effectué pour nous persuader de la convergence en Europe grâce à l’Euro! Une question survient : Les logiciels trompeurs de Volkswagen ne seraient-ils pas construits sur la base de ces logiciels mis au service de la recherche européenne? ((cf. Viableco Et si l’Euro n’était pas une monnaie viableco.ici le lien []
  10. cf. aussi Viableco Artificialisation rime avec financiarisation []
  11. ici la mention de l’étude officielle  …transparence ! et l’ITW de Maxime Izoulet pour PY Rougeyron ici le lien []
  12. ici le lien []
  13. Cf Viableco Du venin dans la rhétorique  pour un  commentaire []
  14. cf. Jean François Genest, ‘la théorie de la moyenne et l’innovation de rupture« , conférence à l’université de Cergy UCP- IFAEE septembre 2019… []

Pitié, pas d’anglicisme ce jour aux Invalides !

 

J’ai été amené à faire cette prière et ce commentaire suite à la lecture d’un bien bel article de courage publié par les éditeurs du Blog la Vigie (ici)1.  Le courage des plumes…qu’est ce par rapport au sacrifice d’une vie, un timide pétale d’hommage en ce jour où la valeur du courage porte dans les esprits français encore grâce à lui.   Les auteurs défendent dans ce billet la langue française ; cette défense va bien au-delà du secteur militaire dont ils nous parlent. La problématique de «l’anglicisation» qu’ils décrivent comme instrument de domination de pouvoir dans l’OTAN mais aussi de contrôle des esprits est à l’oeuvre dans bien d’autres espaces de la vie et du travail des Français.

Continuer la lecture de Pitié, pas d’anglicisme ce jour aux Invalides !

  1. Valeur stratégique du français militaire – La Vigie []

Carnet CEMI-Viabilité de Hélène Clément-Pitiot

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search