De l’irresponsabilité des stratégies politiques

2014-05-13

J’ai encore une fois pu faire le constat tangible que l’économie réelle est bien fragile vis à vis des assauts de la politique.  Surtout lorsque, déguisée en dogme économique, la stratégie politique n’a de fin que de spolier les territoires de ses ressources et de ses vies, considérées comme de l’input travail… En Crimée, des serres, des vergers, une agriculture vivrière de qualité est laissée à l’abandon depuis de nombreuses années ; Les autorités ukrainiennes qui se sont succédées, avaient d’autres impératifs à satisfaire…! Dans la région de Donetsk, c’était en février dernier, le même constat de détresse et d’abandon : des usines par centaines laissées en friche… Et toujours la vie de millions de gens soumise à l’incertitude du quotidien et de la politique des marchés et des élites qui s’y enrichissent.

Alors les commentaires de Peter Radford , lus ce matin à propos de la remarque courageuse de Paul Krugman, et publié dans RWE blog, ont raisonné avec un écho de circonstance.

Je les reprends ici :

 «Paul Krugman, with whom I do not always agree, asks two very pertinent questions:

Were the freshwater guys always just pretending to do something like science, when it was always politics? Is there simply too much money and too much vested interest behind their point of view?

Let’s set aside our differences for a moment and unite behind those questions.

Yes. It was always politics.

Yes. There is simply too much money and too much vested interest behind their point of view.

Orthodox economics is a sham as a science. It is an ideology masquerading as science. How else can we describe a body of thought that appears totally inflexible and immune to contradictory evidence? It does not adjust. It’s believers do not learn. They preach. They proselytize. Their theory lies exposed for all to see as a mere prop for a particular point of view. A point of view that justifies inequality of outcomes and mean spirited indifference to the plight of vast swathes of our fellow citizens in the name of pseudo-efficiencies in the allocation of our collective resources. These supposed efficiencies are neither observable nor measurable in the real world, but only within the enclosed, cramped spaces of models specially created to produce a very limited and desired outcome. Desired, that is, by those who value extreme individualism over community, excessive competition over cooperation, and an almost pathological belief in rational behavior over human cognitive frailty.

There is nothing in orthodox economics that resembles the world in which we live. Yet it is deployed relentlessly, and heartlessly, by policy makers as if it were some scientific truth. Worse: it is deployed as a template for social change. It is thus a toxic and supremely unethical attempt to bend society to the advantage of a particular vested interest.

Yes. It was always politics.

Of course it was».

Hors de la politique et de la stratégie de puissance des nations, l’économie est une discipline du réel et du terrain mais aussi de la vie.

La viabilité de la discipline ne pourra durablement pas se passer de ce constat… Et les peuples de réclamer une autre futur.

Pour une écologie monétaire viable I

2014-05-06

Ressources monétaires et ressources renouvelables : un parallèle de recherche

Depuis de nombreuse années, j’ai toujours associé théoriquement les problèmes auxquels sont confrontés les systèmes économiques de nature environnementale et les systèmes monétaires et financiers. Je suis partie d’un travail de doctorat sur les conditions de transformation du rôle des banques dans l’environnement financier qui se dessinait en France, dès la fin des années 80. J’ai vite repéré l’intérêt de mettre l’accent sur la montée des incertitudes et des risques non maîtrisables ; je posais déjà la question de la résilience du système (que je qualifiais «efficacité dynamique»). En effet,  le monde académique n’avait qu’un regard, celui de «l’efficience statique» du système, inspiré par les techniques d’arbitrages, qu’ouvraient toutes la gammes des innovations financières, -censées rendre le marché parfait comme dans la théorie-. Les nouvelles stratégies des autorités publiques s’harmonisaient avec ce contexte qui leur promettait des options nouvelles de gestion de la dette publique. Ainsi les autorités ont accompagné voire même précédé favorablement la dynamique de déréglementation financière. En plus de l’argument de l’efficacité, elles soutenaient  la rhétorique de la contrainte internationale qui allait de pair avec celle des nécessités de la construction européenne.

Un passage à l’IFREMER (Institut français de recherche et d’exploration des mers) m’a permis de me familiariser avec l’univers des risques en milieux naturels et des dérapages socio-économiques qu’ils peuvent générer. L’importance de se préoccuper des crises de ressources environnementales apparaissait dans ce domaine ouvertement. Il s’agissait en l’occurrence de crises de surproduction et d’effondrement des ressources marines qui perturbaient le fonctionnement des marchés des produits de la mer, mais aussi un ensemble de secteurs d’activité. L’intérêt de la mise en place de réglementations ou d’organisations da producteurs (OP) dans des cadres données pour assurer la viabilité des systèmes naturels mais aussi des systèmes humains s’est vite imposé.

Les deux axes de ces travaux m’ont permis de faire un rapprochement théorique significatif entre les deux domaines étudiés dans mes recherches qui mettaient en oeuvre des espaces d’incertitude et des déstabilisations potentielles. Cette mise en perspective fut l’objet de la présentation que je fis pour l’obtension de l’habilitation (1995) à diriger des recherches puis des séminaires que j’ai donnés à l’EHESS dans le programme des recherches comparatives sur le développement.

La justification que je choisis de mettre en avant dans le cadre théorique de l’économie reposait sur le concept d’externalité  en économie qui permettait de traiter de phénomènes de dysfonctionnement et d’effets de contexte à l’heure ou les travaux de A. Tversky et D. Kahneman ne sortaient qu’à peine de l’ombre. Les domaines environnementaux comme celui de la monnaie et de la finance avaient la particularité commune de subir et de provoquer des effets d’externalité ; l’approche standard de l’économie privilégiant la recherche d’équilibre et les mécanismes d’anticipations rationnelles, pouvait être mise en échec du fait des incertitudes sur les effets induits. Tout le raisonnement de la gestion traditionnelle de ces espaces en était perturbé. Prédation, spéculation, erreurs d’arbitrage, manipulations, asymétries d’information pouvant se combiner, il étaient impossible de mener un travail à partir de l’approche habituelle de l’économie avec les méthodes d’optimisation et d’actualisation standards requises. L’incertitude radicale chère aux analyses de J. M. Keynes mais aussi à celles de F. Knight devenaient le principal obstacle au fonctionnement économique mais un obstacle bien réel. La compréhension de la dynamique imposait une réflexion sur les modes de régulations dynamiques à mettre en oeuvre afin d’en assurer l’efficacité et la robustesse. Les premiers travaux de viabilité furent donc mis en oeuvre dans cette perspective du marché des produits de la mer (rapport pluridisciplinaire du CNRS-PIREN environnement 1991-1994)

Un article récent qu’on pourrait aussi qualifier de travail plurisdiciplinaire n’est pas passé inaperçu auprès des économistes de RWE (cf : Altmonies as a means to stabilize the financial system. The ecosystem view. | Real-World Economics Review Blog ). Il expose une recherche d’alternatives à la stabilisation du système monétaire et financier actuel en s’inspirant des recherches et résultats des écosystèmes dynamiques et de l’écologie.

Alors que durant de nombreuses années il était vain de tenter de mobiliser l’intérêt des économistes sur les instabilités et l’incertitude dans la sphère économique et financière, tant les réponses définitives étaient une certitude pour beaucoup : l’euro, la monnaie de la stabilité en Europe et la haute sophistication de la finance qui constituait la garantie de l’allocation optimale du capital. «Ne pas croire à l’équilibre» était une crime de lèse majesté qu’on vous reprochait sans embarras dans le milieu économique avisé. L’économie devenait une religion, la recherche, un engagement dans la foi qu’un modèle économique avait gagné la guerre froide et qu’il avait une vocation universelle, comme je l’ai souvent souligné dans ces pages.

 

Des crises destructrices et les dénis

Pourtant de multiples crises monétaires et financières ont ponctué l’environnement économique. Preuve que la contextualisation pouvait avoir des intérêts analytiques, les économistes se chargeaient de trouver des raisons parfaitement objectives pour chaque cas particulier, ce qui permettait de dédouaner à chaque étape les processus d’ensemble et les dynamiques systémiques en oeuvre. Crise de 1987, crise immobilières européennes, japonaises, crise asiatique, crise des NTI, crise russe, crise argentine, les arguments avancés étaient généralement la sous-efficacité des systèmes financiers et les niveaux de corruption dans des pays encore «sous-développés» en infrastructures de marché, ne disposant pas des compétences et des institutions appropriées… On réalise maintenant l’outrecuidance des propos publiés alors.

La finance anglo-saxonne servait d’exemple de référence pour un fonctionnement libéral parfait. Même la crise de LTCM, pouvait attester de la capacité de réaction et de résilience du système… Dans cet environnement d’auto-congratulation, en Europe, la constitution de la monnaie européenne et ses institutions se posaient en garantes des espoirs pour se hisser parmi les élites financières mondiales. Le système disposait d’une institution gestionnaire assignée à un seul objectif monétaire capable de soumettre toute l’économie afin d’en préserver l’essence néo-libérale : l’indépendance de la banque centrale. Elle semblait constituer une «avancée historique» de la science économique ; elle permit de rassembler les analyses les plus classiques de l’économie de l’offre (équivalence Ricardienne analysée par Barro), des anticipations rationnelles mais aussi des approches hétérodoxes de nature essentialistes, puisqu’une meta-institution monétaire était garante de l’ensemble du fonctionnement économique.  Ce n’est qu’a posteriori en tentant d’expliciter cette convergence des analyses économiques que J. Sapir en proposa cette explication plus théorique sur l’essentialisme, permettant de lever un peu la suspicion distillée par M. Feldstein dès 1997, qu’il pouvait s’agir aussi de comportements politiques mus par la recherche d’intérêts personnels (cf. http://viableco.hypotheses.org/269). Tout pouvait être mêlé sans que le discernement ne permette de s’y retrouver, ainsi pouvons nous dire pour exonérer les économistes imprudents qui n’avaient d’autre fin que de rendre irréversible le fédéralisme en Europe…. »le jusqu’au boutisme » selon le qualificatif bien trouvé!

La crise de 2008 et les difficultés qui s’en suivirent sur le fonctionnement de la zone euro remettant en cause la résilience de la zone économique, ont dirigé le projecteur de l’actualité sur le retour des crises financières et économiques. Nul ne pouvait plus ignorer le phénomène durablement.

Cependant, l’autorité institutionnelle, mise en place depuis si longtemps dans le cadre de la construction européenne et sa conception néolibérale et fonctionnaliste des institutions, n’a pas cédé un pouce de sa superbe….Tous les fonctionnaires internationaux ont du être persuadés que la viabilité de leur situation et les avantages personnels étaient à la clef de cette résilience sans compromis. Au discours convenu du déni de crise s’est substitué celui de l’absence d’alternative pour gérer cette crise.

Nous connaissons les écueils sévères de cette position doctrinale et les dégâts de viabilité qui en découlent ; dégâts eux aussi niés dans un premier temps, puis acceptés dans un second temps face aux réels, comme des dégâts collatéraux inévitables sur lesquels il n’y a pas lieu de s’appesantir.

Après cette exposition du cadre d’analyse qui sert d’introduction ici à l’article relevé par le RWE , revenons à son propos : L’article développe une conception qui peut être qualifiée de connexe à celle de la viabilité, que nous avons l’habitude de traiter dans ces pages. Elle repose sur les travaux menés dans la discipline de l’écologie sur la préservation des systèmes. La viabilité du système économique y est envisagée sur un mode analogique (cf. Bernard Lietaer et alii «Options for Managing a Systemic Banking Crisis»).

Ils partent du constat que près d’une centaine de crises bancaires ont été enregistrées depuis les 20 dernières années. Elles se sont déroulées dans des cadres réglementaires forts divers à des niveaux de développement et d’institutionalisation économique des pays forts différents. Les crises font ainsi partie des constantes du fonctionnement des systèmes monétaires et financiers mais elles induisent des gaspillages majeurs de l’ordre des milliers de milliards d’euros.

Les auteurs de l’étude considèrent alors que la crise économique actuelle est due à une faiblesse structurelle du système monétaire et financier dans son ensemble….Ils ne sont pas tous économistes, donc ils osent le dirent! On tente à chaque fois de façon excessivement coûteuses d’apporter des solutions aux symptômes mais on ne règle pas la question de la défaillance systémique.

Dans la crise présente, les autorités ont réinjecté sous diverses formes des sommes énormes dans le système sans procéder systématiquement à l’expertise de l’utilisation de ces fonds. C’est un fait que soutien un spécialistes de l’AMF,  Jean-Michel Naulot dans son ouvrage, La crise financière, pourquoi les gouvernements ne font rien. L’impression qui demeure est celle du remplissage d’un tonneau percé alors que la confiance est loin de se remettre en place entre les acteurs financiers, quand on prend acte de l’atonie des marchés interbancaires et des financements à la sphère réelle. Les banques centrales restent les prêteurs en dernier ressort systématique, alimentant les banques qui assurent le business largement spéculatif «as usual» dans un contexte où, le «too big to fail» s’applique comme le «too big to ail», l’opportunisme devenant le principe de références. Ce point de tendance renforce le caractère pervers des incitations qui guident les comportements des acteurs. Les espoirs de voir se mettre en place des formes de re-réglementations s’effondrent dans cette logique individualiste, portée par les actions de lobbying financées pour assurer la poursuite des gains.

On peut aussi penser que de simple re-réglementations (comme avec l’exemple du Glass Steagall Act qui n’eut qu’un temps) ne permettraient que de limiter les risques momentanément et au mieux de contenir la fréquence des crises sans en empêcher leur occurrence…. et cela jusqu’à ce que les lobbies et leurs disciples obtiennent la peau de la loi (Merci L. Summers)!

L’enjeu est de taille pour les auteurs du papier, ils y voient un moyen d’éviter que ne resurgissent des désastres comparables à ceux de la grande dépression qui s’est enlisée dans le fascisme et le nazisme en Europe pour finir dans une guerre mondiale est des massacres de masse ; ainsi pensent-ils que des alternatives doivent être envisagées en urgence… J’ajoute : -« s’il n’est pas déjà trop tard tant la peur du drame monétaire et financier en cours propage déjà la panique, la propagande pour laisser libre cours à la violence aveugle à travers le monde ».

 

L’erreur du critère d’efficience

Le système monétaire et financier est considéré comme un système complexe qu’on peut analyser en s’inspirant du fonctionnement raisonné des écosystèmes qui régissent de tels systèmes. Les travaux ont montré que tous les éco-système complexes deviennent structurellement instables à chaque fois que le critère d’efficience prend le pas sur la diversité, source d’interaction qui procure une résilience déterminante pour la survie (la viabilité est aussi à la clef).

Les auteurs du papier ne tirent pas les conclusions d’ensemble sur les enjeux de politiques économique de ce constat. Mais on peut les prolonger suivant un double axe: La polarisation monétaire et la polarisation sur le fonctionnement de grosses entités (banques too big to fail). Ces excès de polarisation (résultats de compromis (1) mal équilibrés ?) joueraient un rôle quand à la perte de résilience du système. La polarisation du système monétaire international (SMI) sur une seule devise,  le dollar pose un problème de résilience. Mais aussi, les difficultés de gérer un espace monétaire unique (Euro) qui s’efforce de briser une diversité structurelle des régions économiques de l’Europe, relèverait du même constat critique.

  • Multipolarité du SMI comme construction de la résilience
  • Alternatives résiliantes au système de la monnaie unique en Europe

Ces deux orientations trouvent un sens dans l’appréhension du fonctionnement monétaire et financier pour assurer la viabilité socio-économique.

 

Gaspillage et pollution pour de la sphère réelle

Ce qui est intéressant aussi dans l’analyse du papier est que les auteurs qui ne semblent pas être des spécialistes d’économie -ce qui ne retire rien à leur intuition- développent étroitement un exemple en réponse à une problème de restriction de liquidité pour les entreprises de la sphère réelle.

Ils discutent de la création de monnaies parallèles susceptibles d’alimenter la liquidité nécessaire à des entreprises de petites tailles pour éviter des ruptures dans les activités économiques, lorsque les banques ne sont plus en mesure de répondre à leur rôle de financement de l’économie (bien public ?). Ils soulignent l’exemple du fonctionnement de la monnaie et de la banque «WIR» en Suisse auprès des PMEs depuis 80 ans (cf. Groupe WIR Romandie).

Ce faisant, l’équipe pluridisciplinaire aborde un des problèmes majeurs des économies contemporaines, la perte de sens économique d’un système qui voue ses populations au chômage et à la disparition des entreprises. Associé à  la captation de rentes, a lieu un gaspillage de savoir-faire accumulés par des décennies de développement économique. L’économie français est ainsi prête à sacrifier les actifs constitutifs de sa puissance économique parce qu’un petit nombre estime qu’il n’y a pas d’alternative…pas d’alternative à la vente d’Alstom après avoir liquidé Arcelor et ainsi laisser la place libre à des concurrents qui ont su se montrer fort persuasifs face à des élites particulièrement faibles. Elles ont faibli en adoptant cette logique financière de court terme, a-temporelle qui ignore le futur et trahit les générations à venir. Point de surprise qu’elles soient soutenues dans cette entreprise qui vise à tenter de sauver l’Euro à n’importe quel prix par une majorité de gens qui ont dépassé 65 ans. C’est ce que souligne le dernier sondage dont les résultats sont publiés dans le Figaro (cf. Plus d’un Français sur deux est favorable à l’euro). L’Euro s’illustre ainsi come la monnaie majoritairement du troisième âge! 70% des gens de 65 ans et plus sont favorables à l’inertie. La pression démographique aidant, c’est l’inégalité inter-générationnelle et l’inertie qui sont prônées et dont les politiques se font les maîtres de cérémonie. Cette politique condamnent les jeunes européens à un chômage de masse et à l’émigration. C’est alors durablement que l’économie du pays quitte une trajectoire viable, parce qu’elle a dilapidé ses ressources cognitives et humaines qui font sa richesse propre bien au delà des unités de capital mobilisables et démobilisables en fonction des orientations données aux/par les marchés.

En matière d’environnement, on peut parler de gaspillage et de pollution ; en économique aussi les générations présentes gaspillent et polluent l’économie au détriments des générations futures.

 

A suivre…

Pour une écologie monétaire viable II

Avec 

-Monnaie moyen d’échange vs monnaie réserve de valeur et instrument spéculatif,

-Des perspectives pour le financement complémentaire de l’économie réelle dans la zone euro, pour des eurofrancs «Wir»,

-La stabilité SMI et la pluralité de zones monétaires.

(1) suivant le sens donné au terme par L. Thévenot (1996), «Justification et compromis», dans  dans Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, sous la direction de M. Canto-Sperber, Paris, PUF, pp.789-794.

O comme Oradour et Odessa!

 

2014-05-05

Les années noires du XXe siècle nous ont fait connaître le pire avec la primauté de l’expérimentation biologique comme gage de la purification humaine. La purification économique se révèle avoir des ressorts de barbaries identiques ; l’idéologie européaniste porte l’intolérance à son comble au mépris des peuples, masse informe, inculte et pour qui il faut des experts et des élites qui pensent à sa place. Déjà Martin Feldstein avait souligné dès 1997, l’éventualité qu’une telle justification puisse un jour être donnée.

Cette logique portée par une capacité d’aveuglement et de compromission rend à nouveau possible l’extermination des « indésirables »!

« Ici des hommes firent à leur mère et à toute les femmes la plus grave injure. Ils n’épargnèrent pas les enfants. »  Cette phrase de Paul Eluard est gravée au pied du Monument aux martyrs d’Oradour intitulé « les cris du silence »

Cette femme enceinte prise par les flammes qui symbolise les martys des nazis d’Oradour a péri une nouvelle fois à Odessa le 2 mai 2014 sous la main de ces mêmes bourreaux! … Des témoins attestent que des enfants, des personnes âgées ont aussi été assassinés par les nazis à Odessa, les chiffres de la barbarie dépassent ceux que la presse français ose publier…(http://ruposters.ru/archives/4753)

….honte aux complices de ses crimes ceux d’hier, comme ceux aujourd’hui! Ceux qui arment et ceux qui ferment les yeux…en renouvellant des silences qui crient!

 

PS : On doit le monument d’Oradour à Appel-les Fenosa i Florensa, un sculpteur espagnol façonné par l’exil et l’errance… en quête d’identité ; il déclarait : « la race pure n’existe pas. Il n’y a que des mélanges ».  Il semble que les amis «démocrates de Maïdan» passent trop facilement outre sur les fondement de notre mémoire française et européenne…. Collègues par pitié, à vos rapports pour parfaire la transmission du message!  Sera ainsi assuré un fonctionnement plus honorable du partenariat oriental de l’ UE, que les contribuables financent!