His name is Bill, Bill Black!

2014-05-30

En France nous avons Jean-Michel Naulot  et son ouvrage Crise Financière . Une clef pour comprendre ce que les économistes voient difficilement à l’intérieur du système bancaire. Son livre rend un grand service à la communauté pour peu qu’elle souhaite garder les yeux ouverts, quitte à renoncer à des généreux sponsors.

Aux USA, celui qui explicite le sujet, et ce depuis longtemps, se nomme William Black…destiné à être «blacklisté», donneur d’alerte avant que ce terme existe. Il était directeur exécutif de l’Institut pour la Prévention de Fraude de 2005-2007 après avoir été commis dans diverses administrations publiques au règlement de la crise des Caisses d’épargne. Il a finalement atterri comme enseignant d’économie et le droit à l’Université du Missouri à Kansas City. Il y enseigne le crime en col blanc, les finances publiques, la lutte contre les monopoles et le développement en Amérique Latine (pour garder un peu d’espoir sur le monde…). Avec la Levy’s Institut de Bard College (Levy Economics Institute of Bard College), l’Université du Missouri-Kansas City est à la pointe de la Nouvelle théorie monétaire (Modern Monetary Theory-MMT), est ce un hasard? Question de climat certainement…

A l’heure où le public est à nouveau ému sur l’affaire Kerviel et le destin Girardien de bouc émissaire du trader-pèlerin, la résistance de Bill Black est édifiante. Le blog Backchich, satire juste, nous livre les points les plus remarquables de la résistance de William Black:

«William Black décrocherait haut la main le Nobel de la lutte contre le banksterisme s’il existait une telle distinction.

Pendant la crise des caisses d’épargne américaines des années 80 qui s’est traduite par la faillite de plus de 1600 institutions financières, William Black était déjà aux premières loges. Nommé Directeur Général adjoint de la Saving and Loan Insurance Corporation créée en urgence pour protéger les dépôts des clients massivement détournés par les dirigeants bancaires verreux, il s’est battu comme un mort de faim pour qu’un maximum d’entre-eux soient poursuivis, sanctionnés et qu’ils passent un moment en prison pour méditer.

Le garçon n’a pas craint d’accuser le président de la Chambre des Représentants de l’époque, un certain Jim Wright et 5 sénateurs dont l’ex-astronaute John Glenn et John McCain, de protéger les dirigeants des Caisses d’Epargnes félons en échange de contributions politiques et d’avantages plus personnels. C’est le légendaire Charles Keating, qui a plié sa banque nommée Lincoln en 1989 laissant un trou de 3 milliards de dollars et 23 000 clients avec leurs yeux pour pleurer et qui a passé 4 ans et demi en prison pour fraude, racket et conspiration qui s’est montré le plus rancunier. Son mémo dont est extraite la citation passée à la postérité : « finissez-en avec Black, qu’il finisse raide-mort, métaphoriquement parlant bien sûr… » a beaucoup contribué à la réputation de William Black, aujourd’hui rangé des voitures et enseignant l’économie et le droit à l’Université du Missouri à Kansas City.

RÉGLE N°1: CRÉER UN ENVIRONNEMENT CRIMINOGÈNE EN SABOTANT LES MESURES DE RÉGULATION

Ces années terribles lui ont inspiré son ouvrage « La manière la plus sûre de piller une banque est d’en être propriétaire » paru en 2005 et devenu un « classique » avant l’heure : « …si vous pouvez voler en toute impunité en sabotant les mesures de régulation, vous détruisez les possibilités d’engager des poursuites. De telle sorte que, comme nous l’évoquons dans notre jargon en criminologie, vous créez un environnement criminogène. En d’autres termes un environnement dans lequel les incitations sont à ce point perverties qu’elles génèrent du crime à grande échelle, au travers d’un système de contrôle de gestion frauduleux. Et il est facile de constater à quel point il subsiste peu de contraintes éthiques au sein de l’élite bancaire.

Ce que vous voyez c’est une dynamique économique sous-jacente dans laquelle la fraude est le plus sûr moyen de rendre des gens fabuleusement riches et dans laquelle, les recrutements, promotions et licenciements par les entreprises fraudeuses concernent les pires individus en termes d’éthique. 

C’est comme cela que vous vous retrouvez avec l’une des plus importantes banques au monde, la HSBC, devenue l’alliée la plus précieuse des cartels mexicains de la drogue. Leur coopération est poussée au point que les cartels ont conçu des emballages pour le cash qu’ils blanchissent, compatibles avec la taille des appareils destinés à les recevoir dans les agences bancaires. Le principe d’efficacité maximale en matière de blanchiment.

De telle sorte que ces banques se retrouvent symboliquement avec le sang de milliers de personnes sur les mains, prêtes à financer des individus qui assassinent, torturent et décapitent. Et elles s’y prêtent année après année, en dépit des mises en garde des régulateurs. Et les régulateurs ne manifestent aucune volonté de prendre des mesures sérieuses au risque de contribuer à une dévastation complète… ».

Sur la dernière crise financière, Black a vu rouge et s’est répandu dans les médias assez courageux pour l’inviter, en des termes d’une rare violence. Les lecteurs de Bakchich qui maîtrisent la langue de Shakespeare, pourront prendre la mesure de sa détermination en regardant la vidéo de sa courte conférence (18 minutes) donnée en septembre 2013 à l’invitation de l’organisation à but non lucratif TED fondée en 1984; en français, « comment dévaliser une banque de l’intérieur »). 

10 MILLIONS D’EMPLOIS DÉTRUITS, 11 000 MILLIARDS ENVOLÉS, AUCUNE CONDAMNATION

Pour Black, le versant américain de la crise financière de 2008, ce sont 11 000 milliards de dollars de perte soit l’équivalent de 10 millions d’emplois et zéro condamnation pour les responsables de cette hécatombe. Des chiffres effrayants qu’il faut avoir en mémoire lorsque nos politiques discrédités aux élections européennes de dimanche, affirment que l’Union Européenne est parvenue à mettre les contribuables européens définitivement à l’abri des conséquences de la prédation bancaire à grande échelle…

Pendant ce temps là pour nous changer les idées, en Australie le numéro daté du 26 mai 2014 du Sydney Herald Tribune fait état des confidences d’un lanceur d’alerte employé au back-office de JP Morgan Australie de 2004 à 2007, en charge de la gestion d’opérations de trading sur dérivés actions pour la zone Asie Pacifique, licencié pour avoir tenté d’attirer l’attention de ses supérieurs, sur les rapports frelatés que la banque expédiait au siège de New York et à la Réserve Fédérale de New-York. 

Le malheureux avait pris au pied de la lettre le Guide Mondial des Règles de Conduite de la banque qui spécifiait non sans humour : « La règle la plus importante est aussi la plus générale : ne sacrifiez jamais l’intégrité ou ne donnez jamais l’impression que vous le faites ; même si vous pensez que ça favoriserait les affaires de JP Morgan… »

Le 27 novembre 2008 il saisissait l’Autorité Australienne des Marchés Financiers (ASIC). Il a été reçu le 5 janvier 2009 par deux cadres de l’ASIC sans que l’affaire ne connaisse la moindre suite. Le 16 mai 2012, il a adressé à l’ASIC une requête aux fins de bénéficier du régime de protection des lanceurs d’alerte. Un statut qui lui a été refusé sans explication jusqu’à ce jour…»

De cette lecture, je souligne le parcours moins connu, parce moins médiatisé, de John McCain : des Caisses d’épargne US à Maïdan en Ukraine! Voilà un éclairage financier intéressant pour comprendre certains types d’engagements. Il atteste certes du peu d’intérêt du politicien pour la population qu’elle soit US ou Ukrainienne, mais du «hasard» qui le place toujours dans des nids de corruption.

 

Avion sans pilote et/ou sans aile ?

2014-05-29

Pendant de nombreuses années j’ai étudié avec mes étudiants en économie un article, présenté sous forme d’entretien qui était devenu un document fétiche. Facile d’accès pour les étudiants de premier cycle, cet entretien avec Immanuel Wallerstein, leur permettait de comprendre l’importance pour l’économie d’une perspective historique et géographique… Il était paru en français dans Sciences Humaines, n°71 d’avril 1997, sous le titre «Le capitalisme va mourir de sa réussite». L’historien et sociologue américain y analysait le capitalisme comme un phénomène global : à la fois économique, politique et culturel qui, en cinq siècles s’était étendu à toute la planète. Selon lui ce système était déjà en 1997 proche de ses limites… Limites  interprétables comme des contraintes naturelles et physiques de viabilité  en référence à l’approche de viabilité et à son formalisme.

Né en 1930, Immanuel Wallerstein reste une figure majeure de la transmission internationale des travaux de l’historien français Fernand Braudel, décrivant le développement des grands réseaux d’échanges économiques dans les grands empires de l’époque moderne, en mettant l’accent sur leurs implications politiques.

L’Histoire donne l’impression de s’accélérer : L’éclatement de la bulle/buzz sur le schiste renforcent l’enjeu des contrats énergétiques (Chine-Russie) alors que la crise sociale et économique a mis les peuples à la merci des dysfonctionnements et des corruptions financières. Contextes et circonstances ponctuent les alliances mondiales et orientent les flux de l’économie monde ; ainsi s’affirme la perspective ouverte par Fernand Braudel. La multipolarité se tisse par ces réseaux repérables et en dépit des incitations aux chaos qui accusent l’impuissance des instances hégémoniques.

 

Dynamique Monde vs relativisme : un avion sans aile

Cette tradition de la pensée fait face à un univers des sciences sociales qui pareillement à de nombreuses sphères de la société, est chahutée par les conflits d’intérêt. Le relativisme promu avec ses relents «droit de l’hommiste» fournit une auto-justification pratique. Il vise l’uniformisation fonctionnaliste qui sied à la construction européenne. Sa finalité strictement politique se situe bien au delà des peuples concernés -qui sont laissés pour compte-, dans une volonté irrépressible de pousser toujours plus loin les frontières territoriales vers l’est. La polarisation financière, instrument de la transmission de masse, via les contrats européens, a aussi joué un rôle majeur pour encadrer les objectifs de recherche, la réflexion en sciences sociales et en économie. Elle permet de diffuser le modèle socio-économique porteur de la flexibilité requise à l’extrême pour le développement univoque du néolibéralisme : Modèle vainqueur de la guerre froide pensant pouvoir acter la fin de l’histoire en ce point fixe.

Le «rêve d’Europe» qui  sert de projet économique et culturel  semble aux populations européennes toujours plus non abouti…alors que se concrétisent ouvertement les avancées géographique de l’OTAN. L’organisation y trouve ainsi une justification existentielle et financière, favorisant une occupation toujours plus large des territoires, tout en conservant sur le mode exclusif de la communication, l’idée d’un projet de défense… La communication polarisée comme instrument de propagande semble toujours capable de fournir à chaque étape les rebonds nécessaires pour soutenir croyances et conventions (cf. VIABLECO – Viabilité au péril de la communication).

Par effet de seuil, la communication est de plus en plus en proie aux paradoxes du réel : comment faire cohabiter durablement l’alimentation active de conflits guerriers et meurtriers des populations civiles avec la promotion des affichages des droits de l’homme? La radicalisation de cette réalité commande une maitrise orchestrées et serrée des discours médiatiques. A l’heure des réseaux sociaux et de l’internet, cette tâche est de plus en plus ardue. Le cadre éclate de toute part et la crédibilité vacillante s’exprime dans les épreuves électorales… Le double discours sombre dans l’absurde quand il s’agit de justifier que certains civils ont plus de droit de l’homme que d’autres en fonction de leur lieu de résidence ; selon qu’ils vivraient en Ukraine de l’Est ou de l’Ouest? Il semble que le révisionnisme puisse aussi s’alimenter des paradoxes de ce double standard.  La caricature est le soutien européen apporté à des groupes d’extrémistes nazis slavophobes et engagés à réécrire l’histoire de la fin de la seconde guerre mondiale – sur les blogs est  apparu le concept d’OTANAZI par réaction-.

De cette posture qui ne se justifie que parce qu’elle est extorquée d’un relativisme à fleur de peau, est légitimée la critique sur l’exagération de la célébration de la victoire de la seconde guerre mondiale en Russie… La mémoire en Russie est ainsi jugé trop présente, captatrice de liberté dans l’éducation et instrumentalisée pour asseoir un pouvoir qui devrait (suivant leur logique) être contesté massivement. Tel est le point de vue d’un révisionnisme de salon qui sert à justifier l’agressivité affichée vis à vis de la Russie et de son peuple. La popularité du Président russe est ainsi jugée artificielle, temporaire, les «experts» la relient à l’exacerbation des aspects patriotiques mis en branle par des techniques de manipulation et d’endoctrinement éminemment antidémocratiques. Arrimés à l’exemple des démocraties européennes ces justifications servent l’oeuvre de promotion du projet universaliste et de son amplification. La fascination par une norme univoque d’engagement rend difficile le fait d’envisager des modes d’engagements différents et plus complexes. Le fonctionnement des sociétés occidentales, figées dans une conception idéalisée de plus en plus privée de référence au réel, demeure l’instances de référence du discours critique, qu’il ne saurait être question de contester en matière de liberté. Les segmentations des travaux sur les aires géographiques permet d’éviter le propos comparatiste qui exposerait à la prise de risque académique en prenant compte des réels qui évoluent. Dans cette perspective, la crise en Grèce est devenu un «gros mot» indécent et les divers populismes des boucs émissaires faciles. Cette posture radicalement critique de tout ce qui diffère du modèle de référence ou lui apporte un bémol repose plus sur un idéal rêvé auquel est conféré une dimension eschatologique.  Aucune  étude précise n’est nécessaire, nul détail de réalité ne compte, seule la norme imposé au cours de l’historique fait sens. Hors de ce cadre, règne le contre sens historique qui ne peut être attribué qu’à l’archaïsme, au fanatisme et à l’autoritarisme des régimes. Cet axe déterminé du discours critique qui ne s’autorise aucune réflexivité accuse la mise en place conventionnelle du modèle du justification promu à grand frais institutionnels en Europe.

Paradoxalement, c’est bien à ce modèle politico-économique univoque qu’on peut retourner la critique de contresens historique. Il vise obstinément à contrer la  tradition française en sciences sociales qui découle des travaux de Fernand Braudel sur la pluralité historique des modes de développement inscrits dans une conception dynamique de l’histoire économique. Une telle pensée plurielle est non conforme au standard d’hégémonie et de hiérarchie imposée par l’ordre fonctionnaliste mondial dans lequel les institutions européennes ont décidé de s’inscrire pour prospérer.

Un avion sans pilote

 Parmi les difficultés de viabilité du capitalisme mondial mis en exergue depuis de nombreuses années par Immanuel Wallerstein (cf. Bibliographie en français ), c’est maintenant l’absence de pilote dans l’avion qui semble le point le plus troublant. Dans un article récent, souligné dans le blog Defefensa.org, intilulé «The Center Isn’t Holding Very Well», Immanuel Wallerstein exprime son constat en référence à des accents poétiques : (je souligne en gras les aspects les plus significatifs de cette analyses).

 

«The list of countries with enduring and worsening civil strife is growing. A short while ago, the world media were highlighting Syria. Now they are highlighting Ukraine. Will it be Thailand tomorrow? Who knows? The variety of explanations of the strife and the passion with which they are promoted is very striking.

Our modern world-system is supposed to permit the Establishment elites who hold the reins of power to debate with each other and then come to a “compromise” that they can guarantee. Normally these elites situate themselves in two basic camps – center/right and center/left. There are indeed differences between them, but the result of the “compromises” has been that the amount of change over time is minimal.

This has operated as a top-down political structure, within each country and geopolitically between countries. The outcome has been an equilibrium slowly moving upward. Most analysts of the current strife tend to assume that the strings are still being pulled by Establishment elites. Each side asserts that the low-level actors of the other side are being manipulated by high-level elites. Everyone seems to assume that, if their side puts enough pressure on the elites of the other side, these other elites will agree to a “compromise” closer to what their side wants.

This seems to me a fantastic misreading of the realities of our current situation, which is one of extended chaos as a result of the structural crisis of our modern world-system. I do not think that the elites are any longer succeeding in manipulating their low-level followers. I think the low-level followers are defying the elites, doing their own thing, and trying to manipulate the elites. This is indeed something new. It is a bottom-up rather than a top-down politics.

Bottom-up politics is sometimes alluded to when the media speak of “extremists” becoming important actors, but the locution “extremists” misses the point too. When we are amidst bottom-up politics, there are versions of every complexion – from the far right to the far left, but including ones in the center. One can bemoan this, as did Yeats in one of his oft-quoted lines from The Second Coming:

“The best lack all conviction, while the worst

Are full of passionate intensity.”

But note that Yeats is attributing the category of “best” to the old elites. Are they really the best? What is indeed true, to cite one of Yeats’s less quoted lines, is that “the falcon cannot hear the falconer.”

How then can we navigate politically in such an environment? It is very confusing analytically. I think however that step one is to cease attributing what is happening to the evil machinations of some Establishment elites. They are no longer in control. They can of course still do great physical harm by imprudent actions. They are by no means paragons of virtue. But those of us who wish to seek a better world to emerge from this chaotic situation have to depend on ourselves, on our own multiple ways of organizing the struggle. We need, in short, less denunciation and more constructive local action.

The wisest lines of Yeats are the last two in the poem:

“And what rough beast, its hour come round at last,

Slouches towards Bethlehem to be born?”

As our existing historical system is in the process of dying, there is a fierce struggle over what kind of new historical system will succeed it. Soon, we may indeed no longer live in a capitalist system, but we could come to live in an even worse system – a “rough beast” seeking to be born? To be sure, this is only one possible collective choice. The alternative choice is a relatively democratic, relatively egalitarian system, also seeking to be born. Which one we shall see at the end of the struggle is up to us, bottom-up»

 

Dans la situation présente, les logiques de justification se fragmentent autant que les compromis. On l’observe en France au sein des gouvernements et des parties politiques qui perdent leur légitimité et assistent à la décomposition de leur électorat. Le refus du réel comme stratégie de survie face aux paradoxes de la construction européenne en désespoir de convergence, n’est décidément pas une réponse électoralement porteuse. N’est pas non plus porteur de s’acharner avec mépris dans tous les media sur les nouveaux «gueux illettrés» qui se sont permis d’élire des députés hors normes : «On a (ils ont) élu des députés qui ne vont servir à rien, il faut que les Français le sachent». Ainsi s’exprimait au lendemain du 25 mai le secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie le Guen ! Ce ne sont pas avec de tels propos que le gouvernement va lutter efficacement contre l’abstention. L’impression de fuite en avant, d’avion sans pilote ne peut que s’amplifier, aidée par cette rhétorique.

Une surprise de taille, qui elle n’avait été anticipée par aucun sondage: le monde des affaires français, pourtant longtemps consubstantiel à celui des élites politiques a affirmé sa différence au nom d’une souveraineté qui a brutalement jailli avec surprise lors du Forum de Saint-Pétersbourg. Le non alignement atlantisme revendiqué, en dépit de multiples injonctions et des menaces reçues, a constitué une surprise de taille. C’est certainement l’ampleur du processus de coercition mis en oeuvre qui a déterminé les patrons français à être présents à Saint-Pétersbourg à l’invitation du Président de la Fédération de Russie. Un ressort hugolien  diront certains, l’inspiration culturelle des oeuvres de R. Goscinny et A. Uderzo pour d’autres. Une page qui stigmatise assurément la dissonance cognitive France-USA s’est écrite dans les ors des palais pétersbourgeois où  résonnait à nouveau la langue française pour en affirmer le faste retrouvé. La présence du numéro 2 de General Electric -la firme qui convoite Alstom- prenant part à des négociations avec Rosneft et son patron, pourtant bien présent sur la liste des sanctions, a rassuré  l’aréopage de nos courageux gaullois sur le bien fondé des décisions prises.  La délégation française,  qui fut ainsi la plus représentée parmi le représentations étrangères n’est pas tombée dans cette farce qui dans le détail semblait plus à un nouvelle partie d’un jeu de poker-menteur. L’épisode iranien de Peugeot ou bien celui plus récent de la BNP avaient pu servir d’avertissement, signifiant qu’en affaires pour les USA, il n’y a pas d’amis, pas de membres de l’OTAN associés…simplement des concurrents-vassaux «à plumer» par tous les moyens. Ce double standard n’est plus la panacée dont seuls les peuples sont les victimes…les multinationales en subissent aussi l’hypocrisie : un pas vers plus d’égalité?

L’ordre économique se fige dans la confusion et le discours se raidit dans une fuite en avant qui accélère la confusion ; une nouvelle fois, BHL s’est érigé en symbole  grotesque de la destruction orchestrée…qui est encore capable de l’écouter? C’est bien la question qu’inspirent les prises de positions de Jean-Paul Baquiast, Paul Jorion et Jean-Michel Naulot, rassemblées dans les-crises.fr .

L’absence d’alternative érigée en système est-elle à bout? L’avion sans aile et sans pilote manquerait-il aussi de carburant, comme une longue discussion amicale me l’a suggéré hier?

 

 

 

Masochisme vs realisme

2014-05-28

Le Daily Telegraph du 21 mai 2013 a publié sous la plume d’Ambrose Evans-Pritchard , un article prémonitoire à la veille des élections européenne en France qui mérite une attention particulière. Pour un lecteur français, lire cet article est un exercice qui frise le masochisme si on fait abstraction des mises en gardes inlassablement proférées dans Russeurope, le blog de Jacques Sapir. Dans le cas contraire c’est une page de réalisme pour laquelle nous étions préparés.

«Europe’s centre crumbles as Socialists immolate themselves on altar of EMU – Telegraph»

«By a horrible twist of fate, Europe’s political Left has become the enforcer of reactionary economic policies. The great socialist parties of the post-war era have been trapped by the corrosive dynamics of monetary union, apologists for mass unemployment and a 1930s deflationary regime that subtly favour the interests of elites.

One by one, they are paying the price. The Dutch Labour Party that fathered the « Polder Model » and ran Holland for half a century has lost its bastions of Amsterdam, Rotterdam and Utrecht, its support dwindling to 10pc as it meekly ratifies austerity policies that have led to debt deflation and left 25pc of mortgages in negative equity.

Contractionary policies are poisonous for countries leveraged to the hilt. Dutch household debt has risen from 230pc to 250pc of disposable income since 2008, while British debt has fallen from 151pc to 133pc over the same period. This calamitous development in the Netherlands is almost entirely result of the EMU policy structure, yet the Dutch Labour Party has no coherent critique because its pro-EU reflexes compel near-silence.

Old Marxists now rebranded under the Socialist Party have eaten into their flank, running at 20pc with daily broadsides against the myopia of pro-cyclical EMU deficit rules at a time when more than half the currency bloc is stuck in depression, albeit one punctuated by short episodes of seeming recovery. The Netherlands relapsed yet again in the first quarter.

« The Socialist Party has never believed in the euro and we don’t believe in it now. We must therefore stop offering up ever more sacrifices in order to maintain it, » said Dennis de Jong, the party’s leader in Strasbourg. He calls for a « Plan B » to dismantle the currency union in an orderly fashion, with capital controls if need be.

Each country is sui generis. The Panhellenic Socialist Movement (PASOK) that steered Greece to democracy after the colonels is down to 5.5pc, a dead shell displaced by the hot-headed Syriza party of Alexis Tsipras, now leading at 25pc with vows to tear up Greece’s EU-IMF Troika Memorandum and stiff creditors.

PASOK deserves its annihilation. It conspired in the backroom coup of November 2011, agreeing to EU demands to overthrow its own prime minister and annul Greece’s referendum on the bail-out. It recoiled from a cathartic and necessary showdown with Brussels, too frightened to risk ejection from the euro. That referendum is now being held. Mr Tsipras has turned the EU elections this week into a verdict on debt servitude.

One can understand why the Left in small countries may feel too weak to buck the EMU system. The mystery is why a French Socialist president with a parliamentary majority should so passively submit to policies that are sapping the lifeblood of the French economy and destroying his presidency.

Francois Hollande won the presidency two years ago on a growth ticket, vowing to lead an EMU-wide reflation drive that would lift Europe out of slump. He promised to veto the EU Fiscal Compact. He asked to be judged on his record in « bending the curve of unemployment », and to his chagrin the people are holding him to his word.

The jobless rate has risen from 10.1pc to 10.4pc (Eurostat) since he took office. The economy shed a further 23,600 jobs in the first quarter as GDP growth fell back to zero. Some 57,000 jobs have been lost over the past year. Mr Hollande’s approval rating has in turn crashed to 18pc in the latest Ifop poll, the worst ever for a French leader.

Nothing has come from his New Deal rhetoric. He capitulated on the Fiscal Compact, agreeing to a straitjacket that obliges France to cut its public debt every year by a fixed amount for two decades until it is has fallen to 60pc of GDP, regardless of demographics, or the level of private sector deleveraging, or the investment needs of the economy at any given time. It is perma-slump written into EU law.

His presidency has been a horror show of austerity packages, one after another, a vicious cycle of higher taxes that abort recovery each time and become self-reinforcing as the multiplier does its worst. There has been net fiscal tightening of 3.5pc of GDP over the past two years combined, yet the deficit has refused to close, as critics warned would happen without monetary stimulus from the European Central Bank to offset the squeeze.

Mr Hollande’s response has been to double down on austerity, but fine-tune the composition. He has bowed to demands from Brussels for another €50bn of retrenchment over three years. This time the axe will fall on public spending, a record 57pc of GDP. There will be sweeping labour reforms, his variant of the Hartz IV shock therapy that screwed down German wages a decade ago. He has made his peace with business. But austerity will grind on no matter how it is sliced.

Mr Hollande helped lead a Latin alliance to confront the deflators when he first took power, forcing Germany to lift its veto on ECB action. This momentary display of grit brought about the Draghi back-stop plan for Italian and Spanish debt in August 2012, with much help from Washington. He did not follow through, and Spain has gone its own way, fancying itself the Prussia of the South or new Latin Tiger.

The ECB is once again sitting on its hands, trifling with deflation. It is letting credit contract at a 2.4pc rate, hiding behind its new mantra of « creditless recoveries », and has let M3 supply growth stall on a six-month basis. It has let passive tightening occur as its balance sheet shrinks by €800bn, and as the euro ratchets up, by 8pc against the yuan and 15pc against the yen in a year. Much of the world is trying to hold down currencies and export deflation. Europe is left holding the parcel.

The French nation does not have to accept economic asphyxiation. France is the beating heart of the Europe, the one country with the civilizational stature to lead a revolt and take charge of the EMU policy machinery. But to call Germany’s bluff with any credibility Mr Hollande must be willing to rock the Project to its foundations, and even to risk a rupture of the euro.

This he cannot bring himself to do. His whole political life from Mitterrand to Maastricht has been woven into European affairs. He is a prisoner of Project ideology, drilled to think that Franco-German condominium remains the lever of French power, and that the euro is what binds the two. French statesman Jean-Pierre Chevenement compares Mr Hollande’s acquiesce in this ruinous course with Pierre Laval’s deflation decrees in 1935 under the Gold Standard, the last time a French leader thought he had to bleed his country dry in defence of a fixed-exchange peg. It is the brutal truth.

The French socialists thought they had nothing to fear from the rise of the Front National, the one party prepared to tap into the welling fury of La France Profonde, pledging to restore French sovereign control over all that matters in the nation, and ditch the euro as the first order of duty. They thought the Front would peel off votes from the Gaullistes and split the Right. It is ripping into their own working class strongholds with near equal force.

They underestimated Marine Le Pen, now leading the Euro polls at 24pc. The socialists have slipped to third place. She has outflanked them with her brand of « Left Le Penisme » – or the Left-leaning side of Charles de Gaulle, as she once old me – a tooth and claw defence of the welfare state and the sacred Modèle Français. They have no answer to her attacks on « senseless austerity » and the « mad monetary policies of the ECB » that are hollowing out the industrial core of France, or to her taunt that the EMU project has become coterminous with mass unemployment, because they are all true.

It hard to pin down how much of Le Pen’s rise has to do with immigration, or the Kulturkampf against Islam, but she would never have gained such a footing – and nor would others, even UKIP in Britain – if six years of job wastage had not so not completely demolished EMU claims to competence and moral authority. « It all began with the euro crisis, » said Herman Van Rompuy, the EU president.

For some it began earlier with the « Stolen Referendum », the fateful decision to ram through the Lisbon Treaty without a vote after the French people had already rejected an almost identical text called the European Constitution. « In choosing to ignore the people’s choice in May 2005, France’s leaders revealed everything about the Europe we have. What we are seeing to today are the aftershocks of this anti-democratic earthquake, » said French author Coralie Delaume in Europe: Disunited States.

The Socialists said it was an outrage to refuse a referendum on Lisbon. Yet when the time came to vote in parliament, 142 deputies and senators abstained, and 30 voted for the Treaty. They gave president Nicolas Sarkozy his three-fifths majority, and it was much the same squalid story in the Dutch Tweede Kamer.

The elites thought they got away with their Lisbon legerdemain. They did not.»

Grammaires de la justification

2014-05-20

Au Centre d’études franco-russe de Moscou (CEFR), s’est tenu lundi 19 mai 2014, une journée de  débats autour du livre de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, De la justification : les économies de la grandeur,  dont la première édition en France date de 1991. Après des traductions en anglais et en japonais, une traduction russe vient d’être publiée récemment : (cf: Люка Болтански и Лорана Тевено, Критика и обоснование справедливости, Новое литературное обозрение, 2013).

Cet ouvrage ainsi que leurs prolongements des travaux de L. Thévenot s’inscrivent dans une démarche pragmatique de sociologie économique et de la participation à des recherches en commun dans le cadre de l’approche de l’ « Economie des conventions« .

 

Laurent Thevenot (LT) participait au débat à Moscou et a pu commenter les réactions à la réception de cet ouvrage auprès des chercheurs franco-russes liés au CEFR et à la «Vichka» (« Ecole des hautes études en sciences économiques » (EHESE) de Moscou ) .

Au CEFR, l’ouvrage  influence la recherche sous l’angle de l’analyse politique des mouvements sociaux dans une perspective strictement russe. Elle est très critique des modes de coordination mis en oeuvre par le gouvernement russe actuel (en toute cohérence avec l’optique intellectuelle française). Les opinions se focalisent sur les manifestations de 2011 et 2012 qui ont porté un grand espoir et beaucoup d’émotion dans les analyses des politoloques et sociologues du groupes. Les questions sur la transformation rapide des mentalités qui en  2 ans qui dans un mouvement de renversement  a vu s’affirmer la popularité des autorités russes et de son président sont difficiles à appréhender. S’en tenir à des effets de propagande généralisée semble vite insatisfaisant. Le cadre d’analyse exposé par Laurent Thévenot fournit une perspective de recherche structurante pour développer des outils d’analyse de ces changements. En Russie, la bonne maîtrise des réseaux de renseignements permettant de dégager des informations fines sur la société et ses articulations, donne aux autorités russes une connaissance subtile des lieux communs de la société dans ses composantes diverses. Ces propos ont éclairé chez moi, la perception du décalage entre ce mode de coordination qui fait un usage stratégique et performant des grandeurs en Russie et les difficultés contemporains des institutions et des autorités en Europe et en France qui contribuent de plus en plus à scinder la société européenne. L’extrémisme et le populisme en sont des éléments majeurs de déstabilisation.  Cette perceptions n’aurait pas été recevable dans l’ordre émotionnel critique exprimé par les participants par rapport à la situation en  Russie.  Le projet européen d’extension est plus ou moins consciemment associé à la rhétorique d’un idéal de pacification qui ne supporte aucune remarque allant dans le sens d’une pseudo-contradiction. Certes aussi le contexte à la veille d’élections européennes porteuses de beaucoup de tensions explique la difficulté. 

Le constat est quand même qu’une nouvelle fois la Russie par ses particularités éclaire le débat théorique pour peu qu’il soit en mesure de se dépassionner.

Les spécialistes de la Vichka ont aussi apporté leur contribution pour faire apparaître des liens avec les travaux sur la coordination au sein des approches de Durkheim et d’Hayek du point de vue de la «montée en généralité» (A. Gofman) mais aussi sur un plan plus philosophique en faisant référence à Hobbes et en s’inspirant des analyses de Philip Petit (A. Filipov). L’idée de la référence commune caractérisée par l’esprit de Cour (Courtship) pourrait être ainsi reprise avec profit pour mettre l’accent sur la dynamique de contagion et de diffusion en oeuvre. LT a aussi souligné en commentaire que la montée en généralité pouvant arriver à l’unanimité (porteuse d’universalité) était vivement critiqué par H. Bergson. On peut en effet y voir une tentative de fonder une société sur des normes devenant une «normocratie». Je ne sais si dans ce débat les protagonistes avaient en tête une critique de l’élargissement européen fondé sur le fonctionnalisme des normes et des traités ; pour moi les remarques ont fait écho dans ce sens. D’une façon plus générale il a été aussi souligné qu’une tension (subtile) permanente existe entre unir et réguler, elle est au coeur de la complexité de la coordination au sein de la société.

Gentiment invitée par Laurent Thévenot à la discussion de l’après midi, j’ai fait entendre une petite voix sur les enjeux du modèle de justification comme éclairage d’une articulation critique du modèle standard de l’économie développés sous l’égide de l’hypothèse des anticipations rationnelles (a-temporelles et a-incertitude). Les dysfonctionnements de la sphère financière (que la convention d’efficacité propage) portent atteinte à l’économie réelle. Aveuglement et négation du réel font perdurer les compromis qui portent les lieux communs et les conventions soumettant les sociétés et leur viabilité à la merci de crises à répétition.

 

La mise en perspective de l’auteur:

L’exposé de Laurent Thévenot fut l’occasion d’exposer de nouvelles ouvertures pour un débat par rapport à l’ouvrage qui tirait avantage du recul pour analyser les apports dans le contexte de la Russie mais aussi plus largement dans le monde occidental où s’imbrique la question du pouvoir dans ses formes de justification, de domination et d’exercice effectif du pouvoir.

LT a réaffirmé son ancrage dans la tradition des travaux initiés par P. Bourdieu (analyse critique de la domination par des formes symboliques) dans une perspective d’élargissement sur des zones que la sociologie de Bourdieu ne peut pas traiter : en donnant une capacité critique aux acteurs. L’approche du pouvoir développée dans la logique de la justification est celle des modes de coordination. Un rapport à l’économie et à l’économie des organisations est bien présent. La coordination est un support du pouvoir, elle l’établit et le renforce. Ce point fait référence à la question de la forme légitime de domination chez M. Weber. Mais elle est ici mise à l’épreuve du réel (possible remise en cause du compromis). Bien sûr si l’épreuve est réussie le pouvoir s’en  trouve encore plus légitimé. Cette conception du renforcement du pouvoir après l’épreuve me semble un élément fort de l’analyse du renforcement de la popularité du gouvernement russe (contestations internes certes limités en comparaison d’autres espaces mais surtout réaffirmation du rôle international à travers les épreuves des crises de Syrie et d’Ukraine).

La suite de l’exposé s’articule autour de la mise en évidence de 3 grammaires ou modèles d’interprétation. LT considère que l’approche du pouvoir par la coordination est aussi présente chez Michel Foucault (MF) par une conception à deux faces reliée de façon originale : la capacité de faire d’une part et d’autre part, la domination.

Alors que l’analyse de MF  s’intéresse au régime de la macro-histoire, l’approche de la justification fournit une analyse qui se veut plus diversifiée, suivant des configurations différentes.

Une autre proximité avec les travaux de MF (dernière période – et sur l’Antiquité) est aussi à souligner, elle est importante pour la sociologie : «la pratique de la subjectivisation» qui traduit une attention à la construction du sujet et à ses pratiques qui supportent ces constructions. Explorer la catégorie du «proche» défini comme un mode de coordination en dessous du «public» et difficilement perceptible par le sociologue traditionnel. Idem pour passer de la coordination avec les autres à la coordination avec soi-même qui joue un rôle clef dans les mécanismes d’engagement /activisme et leur évolution dans le temps.

Dans les sciences sociales, LT note une faiblesse par rapport à l’approche de l’identité (je souligne l’importance de ce terme dans le discours de VVP cf. déclarations au journée du Club Valdaï en sept. 2013 comme aussi dans le discours du 16 mars 2014 devant les représentants de la FR). On y conçoit d’une part un collectif stable d’un côté et de l’autre une sorte de narrative post moderne qui sert à décrire l’identité. Aucun de ces 2 aspects ne suffit du point de vue de LT.

15 ans de travail en commun sur le terrain russe avec des amis et des collègues renvoient à des questions très concrètes qu’ils posent: les espaces démocratiques non satisfaits qu’ils ressentent du fait du pouvoir autoritaire. Je me demande personnellement qu’elles sont vraiment leurs références démocratiques, n’y a t il pas une idéalisation assimilable à un rêve d’Europe en noir et blanc jamais vraiment assouvi. Pourquoi cet arrêt en chemin alors que les espaces de circulations existent et que l’action est possible (mon expérience)? Y transparait semble t il encore le discours occidentaliste et européaniste que porte encore le regret d’une thérapie de choc qui aurait pu bien se passer.  Ce discours a servi de coordinateur à l’élargissement en instrumentalisant la rhétorique économique (le marché efficient) et politique (la démocratie). L’exemple Grec contemporain devrait être plus largement étudié par les collègues russes, le pays a connu un régime de dictature jusqu’à très tard comme eux et il en porte encore les stigmates et la fragilité (élites corrompus). Mais surtout la démystification est bien entreprise en Grèce (au sens de l’écomystification  Jean-Pierre Dupuymême si elle peine encore à s’exprimer démocratiquement (impossibilité de referundum), elle est bien présente comme critique du rêve (quid des élections municipales et européennes?) La rhétorique et les conventions qui ont porté l’accélération du processus européen est bien détectable en Grèce. Elle a procédé en totale ignorance des réalités (déni) en recourant à des manipulations orchestrées par de lobbies financiers qui une fois révélées publiquement ont favorisé le discrédit et la délégitimisation des élites et de leurs soutiens européens. Le populisme procède de la crise politique et économique mais aussi de ces échecs de coordinations sur un compromis universaliste (critique de Bergson applicable ?). La mise en perspective avec la Russie est une voie me semble-t-il d’enrichissement du débat critique économique mais aussi politique.

 Dans ce contexte LT propose aux chercheurs russes de procéder à l’inverse de leur focalisation. Il faut chercher dans les enquêtes et les collaborations des éléments qui manque aux sciences sociales et politiques (et aussi eco j’ajoute). Faire une sociologie russe de la société russe est une voie sans issu. En effet de mon point de vue ce serait faire l’erreur d’un nombrilisme anachronique dans un monde en interrelation qu’il soit unipolaire ou multipolaire. Le modèle pragmatique doit visée une plasticité plus générale, et non un modèle russe uniquement. Il doit être capable de rendre compte à des variations prêts (trajectoires différentes des paramètres de contrôle des systèmes dynamiques) des situations en Amérique du sud et même en Europe  pour affirmer sa capacité à renouveler l’approche des sciences politiques.

Vouloir traiter d’un modèle de communauté unanime est sans intérêt(Modèle 1) pour LT qui recherche comment faire du commun avec des différences (même des désaccords)…à partir de l’idée de faire «avec» tout le monde, sans unanimité de vues. C’est une exigence, il faut transformer sa voix en passant par un lieu commun (au sens de «вместе» dérivé de «lieu» en russe plus proche ainsi qu’ «ensemble» dérivé de «semblable»).

Dans la conception libérale du commun (Modèle 2), on ne peut pas revendiquer une conception du lieu commun contre un autre. On doit se limiter à une forme plus modeste centrée sur l’intérêt individuel et l’expression de préférences, d’opinion. C’est souvent source de malentendus en particulier pour les français.  L’individu de la grammaire libérale n’est pas l’individu concret, lui aussi doit transformer sa voix pour se faire entendre. Il ne peut pas exprimer ce qui l’affecte et le touche sur un mode émotif. Il doit transformer ce qui l’affecte dans un format délibéré d’un choix individuel pour une option que tous les individus comprennent. C’est souvent un problème (ex / l’engagement religieux, parce que la foi en général n’est pas dans un format de choix individuel sauf peut être certaines version du protestantisme relié au libéralisme d’ailleurs).

Autre espace de problème avec la conception libérale : le rapport au lieu/paysage/nature auxquels on peut être «attaché» (avec émotion) ne s’exprime pas par des choix individuels pour des options (éventuellement marchandisables). Le projet de construction du circuit dans une zone environnementale partagée (Brenne) par des activités de loisirs multiples peut rendre compte de cette difficulté et du conflit avec la sphère marchande sur laquelle s’appuie le projet privé et les choix des autorités municipales.

Ce libéralisme fait peser une contrainte forte sur les personnes pour qu’elles fassent rentrer leur voix dans des choix (expressions) intelligibles par tous. C’est bien là aussi que ce fait le lien entre le libéralisme et le marché. Si on transforme les choix et les options en marchandises, on a le marché. Mais la conception libérale est elle même plus large que le marché. Mon avis est que la version néoclassique (extrême) n’est qu’une réduction de la conception libérale au seul marché…tout devient marchand et même les humains, force de travail interchangeable flexible, marchandises décomposables et uniformisables.

L’espace russe permet de dégager les traits d’un modèle 3, une grammaire plus complexe et très contemporaine mais inconnu des sciences sociales et politiques. Cette conception est une clef pour comprendre la Russie contemporaine mais aussi le retour du populisme en Europe.

Ce modèle est le plus accueillant aux attachements personnels. Certes il suppose des transformations car il s’agit aussi de faire du commun. La paradoxe est que ce qui touche, qui va engagé et faire vibrer, c’est une fibre qui n’est pas du commun mais qui revêt un accent personnel.

LT propose de le nommer : Modèle d’affinités personnelles à lieux communs multiples (Modèle 3). Ce serait faire une erreurs que de se reporter aux divers lieux communs comme à des clichés à la mode anglo-saxonne (marketing ?) qui se réfère à des routines sans créativité. Cette confusion souvent rend difficile la compréhension du modèle. Si on tombe dans le cliché c’est que la grammaire échoue. Je pense que c’est peut être le cas de la rhétorique européaniste si galvaudée par les media sans aucun retour sur le réel qu’elle a perdu toute dimension du rêve initial et crée la répulsion de façon caricaturale. L’agression de la propagande est alors insupportable, elle devient une trahison ironique et l’expression de la domination sans égards.

En Russie il est facile de trouver des formes de lieux communs, en faisant des références à la littérature, la poésie, la musique (pas un étalage de culture comme en France mais la création de la proximité). Quelques exemples quand même en France, le rapport à des films cultes (ex : les Tonton Flingueurs, le pères Noel est une ordure, les bronzés…?)

 

A la différence de  l’option libérale, le lieu commun n’est pas défini (souplesse et dynamique), il peut être investi par des tas de personnes. C’est la clef de la communication. Le régime de la gouvernance en Russie s’efforce de l’investir  pour l’instant avec un succès assez impressionnant. Les lieux communs dans le modèle 3 sont multiples et mouvants. Quand ils s’unifient ou se ferment, on quitte alors le modèle 3 pour se retrouver dans le Modèle 1, l’espace de la gouvernance autoritaire et populiste ou bien encore ce que je pense, dans le Modèle 2 (emprise libérale et marchande où tout ce paie et s’achète). Ce serait une erreur de réduire cet aspect pluriel et dynamique des lieux communs multiples à une jugement en terme de fermeture communautaire xénophobe.

Ces outils grammaticaux poursuivent le travail de la justification et sont utile pour analyser les problèmes politiques majeurs de notre temps à l’Est comme à l’Ouest.

LT poursuit aussi en cherchant à comprendre l’existence et la dynamique de ces «lieux partagés».

Le plus personnel ne peut jamais être commun, il y a un écart entre ce qui touche émotionnellement et le lieu commun. La mise en cohérence est subtile… Je pense qu’on peut évoquer à cet effet la notion de délicatesse (hors du «share» assurément).

Pour donner un exemple d’alternative Laurent Thévenot se réfère au

traitement formel de l’exercice de dissertation qui expose des coordinations différentes dans les modes divers de transmission du savoir et de son exposition:

En France : la dissertation est conçue comme un exercice pour accéder à un espace de contradiction public sans prise de parole personnelle.

En Russie : La prise de position personnelle est requise et elle doit être argumentée suivant divers ordres de justification dans un cadre formel parfaitement structuré en 7 points.

Aux US : il s’agit plus d’une joute oratoire où on exprime son opposition.

Ces différents modèles donnent une systématisation des constructions historiques pour l’analyse de problèmes qui eux sont structurels.

Assurément le Modèle 3 est le plus ancien chronologiquement, créé à l’origine à partir du langage directement. Cependant il faut se garder de le considérer comme un archaïsme car actuellement les réseaux sociaux sont de formidables vecteurs de cette grammaire. S’y mêle aussi des éléments de la grammaire libérale. La communication passant par les lieux communs : affiches sur facebook dont on suppose qu’elle vont être emotionnellement investies par d’autres personnes, ce qui est fait un équipement contemporain de cette grammaire (modèle 3). Une partie du dispositif relève aussi du modèle libéral (modèle 2) quand il s’agit de donner son avis, exprimer une opinion, faire un choix. Il y a aussi un rapport à la marchandise via les possibilités d’achat (ex: achat d’applications) ce qui le lie au capitalisme le plus avancé. Ainsi ces modèles sont réinvestis historiquement au moyen d’équipement historiquement situés.

Dans le modèle 3 on défini aussi une espace de discussion, des moyens de «différer» par des  pratiques différenciés de rapport aux lieux communs (ex: les activités différentes dans cadre d’une association de défense de la nature dans un cadre dans une aire protégée). Un lieu commun pluriel ne définit en rien un espace politique critique en son nom, il ne suffit pas. On peut interpréter ainsi aussi la déception ressenti en Russie par les leaders et les observateurs des mouvements reliés aux manifestations «rubans blancs» qui ont vu s’éparpillé leur mouvement rendant impossible la constitution de forces d’oppositions vives depuis.

 

 

Bibliographie complémentaire :

Laurent Thévenot (2014), «Voicing concern and difference from public spaces to common places», European Journal of Culturaland Political Sociology, vol. 1, n°1 2014

Laurent Thévenot (2014), «Certififying the world», in Patrick Aspers and Nigel Dodd, Re-Imagining Economic Sociology, Oxford University Press,  forthcoming