Impasses de viab. : le cas finlandais

 

 2014-03-24

C’est la Finlande pays jusqu’alors loué par sa vertu de discipline qui aujourd’hui nous fournit un exemple d’impasse de viabilité en Europe. Nous proposons un relecture de la situation économique en Finlande, à la lumière de l’approche de la viabilité, en mettant l’accent sur la compréhension des mécanismes économiques dynamiques et de ses sources d’incertitude. Un article de R. Rénier, dans la Tribune du 18 mars 2014 portait un titre provoquant : « Le paradoxe finlandais, symbole de l’impasse européenne». La Finlande, pays de la zone euro qui a été confronté à la crise, semble prête à renverser les options de politiques économiques dont elle se faisait le défenseur acharné.

La brutalité de la récession qui frappe la Finlande peut se lire ainsi comme une remise en cause radicale du modèle de développement que le pays a jusqu’alors suivi. La ministre des Finances Jutta Urpilainen qui semblait n’exister que pour recevoir les louanges de la commission européenne, envisage maintenant d’outrepasser les traités européens en faisant progresser le déficit public pour stimuler l’innovation et ainsi tenter de sortir de son pays du marasme économique…

Il s’agit là d’un virage radical vers l’indiscipline d’un pays qui a jusqu’alors été un bon élève des instances européennes et qui avait habitués ses «compatriotes» à le voir afficher sa fierté avec ostentation.

L’expression de cet élitisme mal placé accuse depuis longtemps l’absence de coopération en Europe en aggravant encore le trait jusqu’à le rendre irréversible. Le culte de l’exemple est propagé contre la diversité des trajectoires. Il fut ainsi un support facile à bien des idéologies dont la mémoire dérange. Le rencontrer au tournant des travaux proposés au CIERA dans le cadre d’activité de recherche largement soutenue par les instances européennes (Exemple-Exemplarité / Beispiel-Beispielhaftigkeit – ciera, Atelier franco-allemand de jeunes chercheurs du CIERA au Moulin d’Andé 2014), redouble nos préoccupations.

La prudence aurait pu cependant conduire les autorités finlandaises à plus de retenue et de mesure vis à vis de ses voisins. Nous savons depuis des épisodes successifs, en Argentine, Espagne, Irlande, qu’être gratifié du qualificatif de «bon élève» par le FMI ou par les instances européennes, peut se révélé bien dangereux d’un point de vue de la stabilité et de la robustesse de l’économie. Ce point récurrent révèle combien les perspectives macroéconomiques peuvent être différentes. Il y a d’une part la préoccupation d’une gouvernance focalisée sur des critères financiers et commerciaux de court terme à la mode des institutions internationales et d’autre part, la viabilité des fonctionnements macro-économiques dans le plus long terme qui s’impose aux gouvernements soucieux d’avenir économique pour leurs populations et de stabilité sociale…

La Finlande a été marquée par la crise financière qu’elle a traversé dans les années quatre-vingt-dix et les efforts qu’elle a dû consentir qui, pensait-elle, lui permettrait de se sortir des problèmes durablement. Congratulée par les instances européennes, la Finlande a toujours défendu une « ligne dure » dans le règlement de la crise de la zone euro. Depuis le début de la crise, elle a milité pour une «responsabilisation» des pays en difficulté suivant ainsi les positions de l’UE les plus affirmées pour dissimuler les vraies responsabilités des dysfonctionnements bancaires et financiers plus globaux. La Finlande a en particulier été radicalement opposée à toute mise en commun des dettes via des eurobonds ou le rachat de titres souverains par la Banque centrale européenne.

En juillet 2012, la sociale-démocrate Jutta Urpilainen , avait fixé les règles du jeu : pas de responsabilité commune pour les dettes, les économies et les risques. Et si l’on se dirigeait dans cette voie, « Plutôt sortir de l’euro que de payer les dettes des autres » avait martellé Jutta Urpilainen. Cette spécialiste de l’éducation (on comprend son attachement au 20/20) a suivi la voie ouverte par son père député, qui l’a amenée à la direction politique du parti puis à une nomination à la tête des finances de l’Etat. Il semble qu’aujourd’hui la réalité de son pays contribue à lui donner une leçon d’économie pragmatique en lui faisant abandonner cette posture rigide digne des maîtres d’école les moins pédagogues. Une bonne décision prise à temps est comme nous le savons meilleure qu’une décision optimale à contre temps. Espérons qu’il est encore temps pour la Finlande de renverser les certitudes avec profit.

Pour l’instant le pays, constamment cité en exemple par les instances européennes pour sa bonne gestion des finances publiques est toujours noté AAA par les grandes agences de notation, comme il se doit. On reconnait là le principe de la corrélation légendaire  qui remplace l’exercice du flair ou de la vraie analyse économique. Tant que rien de grave n’a éclaté, il ne sert à rien d’annoncer la pluie. Point de risque sous le soleil.

 

Au début, le conte de fée

Avec le chamboulement consécutif à la fin de l’URSS et au début de la   transition,  l’économie de la Finlande a été gravement touchée. Elle fut longtemps la porte d’entrée commerciale privilégiée de l’URSS vers l’Occident. La transition en ouvrait de nouvelles qui allaient concurrencer les activités finlandaises.  La hausse des taux d’intérêt européens dans le cadre de l’ancrage nominal sur le mark, qui prévalait en Europe, fut un instrument de répartition de la charge de la réunification allemande sur l’ensemble des économie européennes avoisinantes. Ces taux élevés vont directement handicaper l’économie finlandaise minée par le surendettement du secteur privé (ménages et entreprises).  Une forte baisse des recettes fiscales suite à un effondrement du PIB en 1991 de 6,5 % s’est combinée à une explosion des dépenses sociales que rend nécessaire la situation sur le marché du travail :  un taux de chômage qui en 1993 avoisine les 20% de la population.

Pour aggraver le panorama, le gouvernement finlandais doit aussi secourir le secteur bancaire pour lui éviter la faillite.

Ces éléments se combinant,  le déficit public se creuse comme les expériences récentes le montrent aussi, – servant à rappeler l’enchainement pervers, pour les idéalistes de l’économie qui n’avaient pas encore compris-.

Les excédents budgétaires d’avant la transition à l’Est cèdent la place à un déficit qui en 1992 atteint déjà 7 % du PIB. L’encours de dette en proportion du PIB est multiplié par 7 (10 % du PIB en 1990 à plus de 70 % en 1996). Dès octobre 1990, Moody’s, prive le pays du AAA accordé quatre ans plus tôt. Le pays se retrouve en 1992 à Aa2.

Dans un contexte de thérapie de choc à l’Est et d’austérité pour digérer l’inflation artificielle créée avec le choix allemand de l’exacte parité des marks est et ouest, la Finlande se trouve automatiquement entraînée dans la mise en place d’une cure d’austérité. Conformément à la convention économique qui prévaut, elle semble constituer la seule alternative pour retrouver la crédibilité perdue des marchés.  Les gouvernements successifs en font leur priorité.  Une rigoureuse austérité budgétaire est mise en place par le gouvernement conservateur. Sous l’argument de réductions des dépenses publiques, la rigueur lui permet de justifier la liquidation de pans entiers de l’État providence, construits dans les années 1960 en barrage à l’idéologie communiste. Il s’agissait alors de démontrer aux populations que la capitalisme était une alternative viable pour l’amélioration des conditions de vie dans la société.  La chute du mur avait, -devait-on penser-, rendu caduque une telle exigence qui imposait des conditions drastiques à la répartition des revenus et rendait difficile l’accroissement des revenues des plus habiles. L’individualisme aidant, l’habileté et la valeur humaine devaient de plus en plus se mesurer en terme monétaire. Anthony Giddens  fournissait les justifications qui ont su sensibiliser les parties sociaux démocrates en Europe sur cette interprétation fort radicale du libéralisme.

Il sembla que les efforts furent récompensés, le pays retrouva les faveurs des marchés. En 1995, le gouvernement social-démocrate poursuivit de plus belle ce parcours glorieux. La confiance retrouvée des marchés fait baisser les taux d’intérêt. Cette baisse en allégeant le service de la dette contribue à ce que le pays retrouve un  budget en équilibre dès 1997, qualifiant le pays pour l’euro. La lune de miel dura encore quelque temps. La dette finlandaise ne représente «que» 50% de son PIB en 2012, en dessous du plafond des 60% . Plus impressionnant encore, le déficit public pour l’année 2012 est inférieur à 1% du PIB, bien en de ça du seuil des 3%.

La note suprême, le triple A est retrouvé en 1998 alors même que le contexte international est tendu par les crises asiatique et russe.

Le AAA que la Finlande est la seule à détenir en zone euro dès 2012 n’est pas seulement la récompense de la politique monétaire et budgétaire du pays. Une libéralisation ambitieuse de l’économie et ses effets de restructuration industrielle auraient profité à la dynamique de croissance. Nombre de réformes structurelles dont des déréglementations et des dérégulations du marché du travail furent menées et des pans entiers de l’industrie touchée par la crise des années 90 ont été abandonnés, mobilisant travail et capital vers les 2 secteurs jugés alors à forts potentiels de développement : l’exploitation forestière et l’électronique.  Des incitations fiscales ont aussi orienté les investissement vers la recherche dans le  secteur industriel ciblé. L’austérité qui a favorisé la déflation salariale a contribué à offrir une main d’oeuvre bon marché à ce secteur promis à un développement certain. Le géant Nokia de la téléphonie mobile émergea ainsi de ce conte de fée économique. Cette seule entité porta la dynamique économique du pays tout entier avec un taux de croissance parmi les plus élevés de la zone euro.

Le vers était dans la pomme

Une chose est sûre à l’époque de ce rebond, l’objectif de réduction des dépenses n’avait pas fait perdre de vue au gouvernement la nécessité d’investir dans l’innovation. « Le principe de la compétitivité c’est d’avoir des salaires qui ne varient pas plus vite que la productivité. Pour les faire augmenter il faut augmenter la productivité, notamment grâce à l’innovation, » résume Christophe André de l’OCDE.

Cependant il semble que les observateurs aient sous estimé un mécanisme économique important qui a pu jouer en faveur de ce rebond : durant les années 90, les difficultés de l’économie finlandaise avaient provoqué une dépréciation salutaire de la monnaie, la markka. Une dépréciation de l’ordre de 40% avait ainsi rendu les produits finlandais hautement compétitifs. Ce n’est donc pas tant la déflation salariale qui a permis le redressement mais plus amplement l’amélioration de la compétitivité prix due aux nouvelles conditions monétaires. La réussite du pari de l’innovation que symbolisait Nokia, devenu en 1998 le premier fabricant au monde de téléphones mobiles, s’est ainsi fondé sur une recette bien classique. L’austérité finalement n’aurait-elle pas contribué qu’à  la marge à l’accroissement des profits de la branche?

La dynamique d’exportation une fois lancée impulsa  la croissance du PIB du pays sur les 10 années qui ont suivi. Elle a aussi garanti pour un temps la «soutenabilité» des équilibres budgétaires. Il n’en demeure pas moins que l’édifice s’est révélé instable dans la plus longue durée.

Depuis 2 -3 ans  l’économie a quitté sa trajectoire viable.

Des erreurs microéconomiques dans le contexte de la taille de l’entreprises unique-leader ont eu un impact macroéconomique direct. La théorie du «no-bridge» s’est appliquée comme dans le cas d’école de « l’individu représentatif ».

De mauvais choix stratégiques ont fait rater à Nokia le virage sur le «smartphone». Dès 2011 , l’entreprise doit céder sa place de leader. Tout le secteur de l’électronique a été gravement touché à la suite de cet épisode. Il fournissait près de 6% du PIB, il tombât à 2%.

Le problème qui se pose dans le contexte de la monnaie unique, c’est qu’il n’y a plus moyen de dynamiser le secteur avec des effets monétaires, la Finlande va brutalement l’apprendre à ses dépends.

Avec un euro fort, ce sont aussi les ventes de bois qui sont directement concurrencées par les pays voisins plus compétitifs. Innover dans ce contexte semble aussi de plus en plus compromit n’en déplaise aux experts qui en soulignent l’impérieuse nécessité. Cette impossibilité s’illustre magistralement avec un élément notable qui a frappé le second secteur clef du pays.  Il s’est montré incapable jusqu’à présent d’investir dans les bioénergies, ratant ainsi des opportunités de nouveaux débouchés.

Pour aggraver ce marasme, l’ère du «smartphone» a frappé doublement la Finlande, via Nokia et via l’industrie de la pâte à papier qui a souffert du développement irréversible du numérique. Une spirale dépressive touche maintenant le pays. Privés de débouchés, les entreprises investissent de moins en moins et réduisent leurs embauches. Le chômage grimpe à nouveau, à 8,4% de la population active ; il est encore en position intermédiaire entre l’Allemagne et la France. La demande intérieure est aussi plombée par la stagnation des salaires. La réduction de la consommation est sensible déjà pour 2013.

Cette spirale perverse témoigne qu’un orientation concentrée sur l’exportation n’est pas une stratégie de développement viable surtout lorsqu’elle est ciblée sur un nombre si réduits de secteurs. En 2013,  la Finlande a enregistré sa troisième année consécutive de déficit commercial. Jamais le pays n’avait connu depuis 30 ans de si mauvais résultats commerciaux en série. L’ironie est que la  commission européenne commence à pointer du doigt ce déséquilibre dans son rapport de mars 2014, qui fait le bilan annuel des économies de l’UE.

 

La morale de cette fable qui a tourné en cauchemar le conte de fée.

Privée de politique monétaire en ayant adoptée la monnaie unique,  la Finlande ne dispose plus de l’instrument qui lui avait permis de bâtir sa compétitivité dans les années 90s. A cause de l’Euro fort, la Finlande voit ses exportations fondre. La Suède et l’Allemagne qui représentent des clients majeurs pour le bois finlandais ne suffisent pas à soutenir le marché. La Russie développe la production pour son marché intérieur mais aussi pour l’exportation, ce qui concurrence doublement les producteurs de bois finlandais. L’Allemagne développe en priorité ses exportations en installant ses producteurs dans des zones de ressources bon marché.

La production de métaux qui pouvait fournir une alternative jusqu’alors négligée de développement se trouve également marginalisée dans un contexte de sous investissement. En Finlande comme dans le reste de le zone Euro, la faiblesse des financements pèse sur l’investissement comme aussi l’absence de stratégie coopérative dans l’UE. Sur les marchés hors zone euro, l’Allemagne qui cumule depuis la création de l’Euro les avantages, étouffe toute concurrence. Elle écarte ainsi la Finlande tant sur le marché américains que chinois quand bien même les finlandais pouvaient avoir une bonne connaissance de  ces marchés grâce à leur antériorité.

La Finlande semble maintenant condamnée à viser des objectifs simultanément contradictoire (baisse des coûts et innovation) dans un contexte excessivement rigide. Elle va commencer à connaître les dilemmes qui frappent nombres de pays de la zone que ses ministres avaient le mauvais goût de toiser de leurs plus grands mépris…

La désobéissance obligée

Réalisant certainement progressivement que privé d’instrument monétaire pour stimuler l’exportation et l’innovation dans les secteurs économiques, les autorités finlandaises s’aperçoivent parallèlement que le levier de réduction des dépenses publiques à lui seul est bien mince. En ligne avec Bruxelles, le gouvernement reprend l’initiative sur un nouveau tour de réduction budgétaire, déflations salariales et déréglementations destinées à «optimiser la dépense publique et les retraites». Elles rêvent aussi de renouveler l’exploit de la télécommunication avec cette fois l’économie des jeux vidéos. Il est à craindre que cette nouvelle orientation ne se révèle pas plus durable ni robuste que le première….

Il semble aussi de plus en plus que le secteur privé dans un régime de «credit crunch» n’est pas en mesure de prendre de risque ; on ne saurait le lui reprocher. Le gouvernement s’interroge donc sur les instruments qui pourraient représenter une alternative à cette nouvelle cure d’austérité…. La posture de ne croire qu’à une solution unique ne se révèle ainsi valable que pour les autres économies. «Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais», grecs et espagnols pourront en tirer une leçon de «diplomatie de voisinage».

Une nouvelle cure d’austérité ou de pression fiscale – dans un pays comme la Finlande où le niveau de prélèvements est l’un des plus élevé de l’OCDE- ne ferait qu’éteindre un peu plus la demande intérieure tout en réveillant durablement les positions euroceptiques. Le gouvernement finlandais comprend ainsi qu’il se mettrait à risque dans le cadre de l’expression démocratique.

C’est ainsi qu’on a pu entendre ce qui jusqu’alors semblait impossible  : dans la bouche de Jutta Urpilainen une manifestation d’intérêt non feinte pour un déficit public au delà des critères de sagesse. La fourmis pense devenir cigale!

Il n’y a en effet que les imbéciles qui ne changent pas d’avis…!

Qu’on se rassure en effet ; l’idée n’est pas venus toute seule dans l’esprit d’obéissance irréductible de la Ministre des finances finlandaises, c’est bien Angel Gurria le secrétaire général de l’OCDE qui a soufflé, lors de sa visite de février, ce vent d’inconduite en déclarant : »Vous n’êtes pas obligés de vous mettre dans une camisole de force, »

Gageons que les autorités finlandaises se feront plus discrètes sur leurs invectives envers leurs partenaires du sud de l’Europe ; même si finalement eux aussi serait bien enclins à partager les enseignements de l’économique dynamique, une fois la leçon bien comprise.

La crédibilité, celle qui nous dit-on importe, n’est dans le fond qu’une affaire de relations au marché à mémoire courte.  La confiance et le respect du aux partenaires et aux voisins ne seraient que des stigmates d’esprits psychorigides, inadaptés à la concurrence telle quelle se décline dans l’Europe contemporaine… Quand aux populations, la question est bien embarrassante pour ces élites de « la diplomatie du voisinage ».

 

Des leçons de viabilité hors du cadre

Le constat que tire le journaliste de la Tribune de la situation est sévère :

«Rien ne sert d’être compétitif si l’on n’a rien à vendre et que les clients font défaut.»

Il souligne avec brio ainsi des préoccupations de viabilité intuitive dont on doit le féliciter tant elles sont rares dans le prêt à penser commun. Il nous fait immédiatement réfléchir sur l’importance de la demande, en particulier de la demande interne qui est toujours une sécurité. Il éclaire aussi la nécessité d’adapter l’offre à la demande. Là encore la demande la plus «connaissable» qui est sujette à moins de volatilité est d’incertitude, c’est la demande interne. «La stratégie tournée vers l’exportation» sous estime cet élément de robustesse et de résilience à plus long terme. Ces aspects d’offre et de demande sont importants à privilégier, avant même de penser aux conditions de la compétitivité. On sait que cette compétitivité est difficilement maitrisable par des politiques internes, elle découle en grande partie de mécanismes monétaires et de concurrences stratégiques entre les devises. L’incertitude qui règne dans ces mécanismes dépasse les prévisions des seuls états souverains, rendant impossibles des adaptations fines. Penser que des dévaluations internes (baisse des coûts de la main d’oeuvre et/ou délocalisations) en répercutant la stratégie géopolitique mondiale sur les populations vont suffire pour rétablir les équilibres est un leurre des modèles standards. C’est ignorer le temps et renoncer au futur que de le croire. L’atteinte dépressive sur les conditions de vie et de subsistances des populations va avoir un effet boomerang sur la demande. Les études faites avec les «bons» multiplicateurs dans le cadre des travaux du FMI insistent sur ce point ; elles sont maintenant aussi reprises dans un intéressant document mis à la une des publications de la Fondation Robert Schuman «Marchés de capitaux et déséquilibres économiques : d’une crise à l’autre…» Tous ces efforts analytiques semblent encore pour l’instant vains pour convaincre les politiciens de la gouvernance européenne. L’austérité et la poursuite de dévaluations internes demeurent pourtant en tête de liste de la bonne gouvernance. On peut douter qu’elle suffise à asseoir la crédibilité des instances qui la prônent sans vouloir voir le réel. Elle semble dans ce contexte être un pur exercice d’autorité vis à vis des populations et l’affirmation de rapports de force dont la brutalité tend à s’amplifier.

La gouvernance européenne fait porter l’ajustement sur les populations parce qu’elle a renoncé à assumer une responsabilité économique dans la compétition mondiale. Elle use d’une violence intérieure faute de pouvoir affirmer sa force à l’extérieur. Certes la crise Ukrainienne lui apporte un lot de compensations qui lui permet de pousser des cris et d’imposer des sanctions dans une logique de communication…

La monnaie européenne est devenue le jouet des affrontements stratégiques. Ne pouvant faire le poids entre les US, la Russie et la Chine, l’Europe se retrouve être l’espace d’ajustement final des velléités monétaires des entités, qui combinent, elles, puissances politique et économique. C’est par ce choix du retrait que l’Europe laisse ses populations à la merci d’affrontements extérieurs ainsi intériorisés.

Ça pourrait être pire, on pourrait avoir une généralisation de ce renoncement à l’ensemble de la société :  renoncer à lutter contre la dégradations des conditions de vie, l’accepter au même titre que les pays ont accepté de voir leur rôle diplomatique s’éteindre avec leur souveraineté sans que ne s’y substitue une diplomatie respectueuse des enjeux économiques des territoires. L’Europe du renoncement politique et économique mais aussi social serait l’anéantissement de la mémoire et de l’histoire…. L’affirmative à la question «l’Europe sortie de l’histoire?», posée par Jean-Pierre Chevènement

Viabilité spectacle

Quand la violence ministérielle grecque se donne en spectacle pour célébrer sa Présidence de l’Europe, c’est tout le cynisme de l’austérité qui s’affiche.

«marchandises d’exportation grecques pour la culture européenne» tel semble être le qualificatif choisi par Le Ministre grec de la Santé, Adonis Georgiadis pour décrire les étudiants et des chercheurs qui l’on interpelé sur l’austérité en Grèce durant sa venue à Londres. Il y faisait une visite à l’Imperial Collège dans le cadre de la Présidence grecque de l’UE. Sur l’invitation de la Société hellénique de l’université, il avait choisit de présenter une contribution à destination de la communauté scientifique de l’université : «Renverser la tendance: le chemin difficile depuis la crise pro­onde dans l’UE, vers la présidence grecque et le chemin encore à parcourir ».

Des étudiants et chercheurs, dont une bonne partie semblait être des grecs, l’on interpellé en soulignant que les politiques du gouvernement «tuent et Mr Georgiadis est là pour promouvoir la souffrance de notre peuple.» Ces étudiants et chercheurs ne faisaient finalement là qu’évoquer les résultats des études scientifiques publiées par leurs collègues dans The Lancet, comme aussi dans l’ouvrage,  The Body Economic, why austerity kills.

L’énervement de l’auditoire a fait suite en particulier aux propos du Ministre qui affirmait qu’il fallait éviter pour la Grèce surtout le modèle de l’Argentine ou du Venezuela. Ils ont certainement regretté que le Ministre ait oublié d’évoquer l’exemple du  modèle Islandais qui aurait pu fournir une discussion intéressante dans le contexte de la crise européenne : une alternative bien crédible (cf. VIABLECO – «Viability alarm»!)

Il semble que le Ministre Grec, excédé n’ait pas pu réprimer des propos violents ; il a été photographié, quittant le podium pour prendre à parti un de ses détracteurs dans la salle…

A partir de ce moment là il n’a pas pu poursuivre sa conférence…

Il a été remplacé à la tribune par une actrice-scénariste Zoe Mavroudi qui a simplement lu un texte publié sur le blog Ypopto Mousi  « Une tragédie grecque moderne », écrit pour éclairer la réalité de la situation sanitaire en Grèce en remplacement des déclarations du Ministre. Cette scénariste s’est fait connaître par un documentaire qu’elle a réalisé l’année dernière Ruines qui raconte la persécution d’une trentaine de femmes exhibées comme support électoral et politique pour les élections de mai 2012 en Grèce. La peur au service de la démocratie encadrée…pour que vive l’austérité!

On souligne aussi dans ces pages l’économie mise en image à travers des films de grande diffusion via le net que sont : Catastroika de Infowar Productions , sortit en 2013 après le succès du film Debtocracy de Infowar Productions qui est sortit en avril 2011. La trilogie devrait se clore avec le film qui est actuellement en préparation : Fascisme S.A.

La Russie et la fable de la finance mondiale

2014-03-13

Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mathématiques et les stratégies financières complexes pouvaient battre le marché. Ils ont eu raison une bonne partie du temps, mais pas tout le temps….! En joueurs invétérés, assistée d’apprentis sorciers modernes, ils oubliaient l’incertitude en cédant à la puissance de l’argent.

La culture comme garde fou

Fiodor Dostoïevski, dans le joueur a écrit une puissante satire de la société européenne du XIXième siècle et de ses élites dont les individus y sont présentées comme des opportunistes qui ne vivent que pour l’argent. 150 ans plus tard, dans  le film Blue Jasmine, Woody Allen soulève une critique sociale des cercles des élites financières, étrangement proche de celle de F. Dostoïevski. Incontestablement, le propos porte plus que dans la caricature donnée dans le Loup de Wall Street qui se veut une provocation «trash» de la perversion.

 

A Moscou, en face de RTS (la Bourse) et devant la bibliothèque Lénine trône la statut de F. Dostoïevsky, comme un garde fou entre le savoir d’un côté et le marché financier. Les symboles portent en Russie! Ni la bourse ni les marchés ne dictent la politique économique à son gouvernement souverain… Certains économistes le savent, la bourse de Moscou ne «pèse» plus comme dans les pays occidentaux sur le destin des populations et du développement économique. C’est un point difficile à comprendre pour beaucoup de journalistes qui, souvent par habitude, sont trop hypnotisés par la finance.

Au lieu de ne se fixer qu’à leur modèle de trading (à basse ou haute fréquence), les financiers occidentaux auraient tout à gagner à réaliser qu’au delà du gain monétaire existe une autre vie. Ils pourraient s’en rendre comte en portant attention aux enseignements de l’histoire, de la littérature ou du cinéma ; Ainsi seraient-ils mieux en mesure de corriger leurs égarements récurrents et comprendraient qu’en n’agissant que dans un ordre de conscience réduit, ils laissent une grande force aux responsables qui savent eux tirer partie de la mémoire : rien ne sert d’aboyer contre un soit disant «Maître de Sotchi» à la mode BHL quand cette mémoire permet de comprendre que les «Maîtres de Wall Street» qui ne croient toujours pas à l’incertitude…peuvent plus sûrement tomber!

Pourtant ce ne sont pas les témoignages qui manquent pour alimenter  ce constat. Lorsque la culture, la mémoire et le discernement veillent sur les tentations d’avidité systémique il est impossible d’oublier que l’incertitude peut provoquer des rendez-vous surprises. Les élites en occident auraient ainsi pu apprendre à maitriser leurs passions qui se manifestent au détriment des peuples : ne pas céder aux jeux du cirques où les peuples sont brisés moralement et physiquement dans l’austérité quotidienne…parce qu’il faut payer pour les erreurs de la finance pour que le jeu continue coûte que coûte!

La différence est notable, la Russie sait se divertir de diverses façons  au delà de l’addiction univoque aux jeux financiers. La dissonance cognitive lors des jeux olympiques de Sotchi en était une preuve majeure. Les uns comptaient avec jalousie les dépenses, les autres célébraient le sport, le courage et l’endurance et surtout s’amusaient ensemble. Nombreux de jeunes européens, sportifs ou non, entraînés dans la fête ont ainsi pu réaliser que l’enthousiasme, le sens du collectif peuvent faire dépasser les montagnes d’incompréhension. Cette énergie il faudra que eux aussi un jour ils la retrouvent pour prendre leur destin en main, et sortir de la fatalité du chômage de masse qui contraint leur vie et leur futur.

Communication, rhétorique suffisent souvent en occident pour prétendre que le réel importe peu ; ça devient une habitude, une posture intellectuelle héritée de l’économie de la fiction et du discours de la fin de l’histoire. Le problème est que cette histoire ne se laisse pas tordre facilement…elle semble décider à ne pas finir comme il conviendrait à nos financiers. Lundi 10 mars, le Représentant spécial du Secrétaire général de L’ONU, Tarek Mitri, dans un exposé devant le Conseil de Sécurité nous faisait regretter une des conséquence de cet aveuglement (Libye : la violence est en forte hausse). Avec cet état des lieux sur la situation en Lybie de chaos et de trafic généralisés pour propager la guerre et le terrorisme dans plus de 14 foyers dans le monde, on voit mal comment la promesse faite à l’Ukraine du pétrole Lybie pourra être tenue? Beau choix de programmation des ordres du jour à l’ONU, ce rapport fournissait ainsi une introduction bien illustrative pour les débats qui suivraient sur l’Ukraine, manière de remettre des pendules de communication à l’heure du réel.

 

Relations tumultueuses entre la Russie et la finance

L’histoire que les russes sont «des empêcheurs de tourner en rond» pour les financiers peu scrupuleux n’est pas nouvelle. Elle se lit à travers deux épisodes majeurs laissant le troisième à cette histoire qui fut pensée finie, un peu trop tôt!

 

Épisode 1 : Les emprunts russes 

Le 29 décembre 1917, un décret du gouvernement bolchévique répudie unilatéralement l’intégralité des dettes. Plus d’un million et demi de français, une grand proportion de petits épargnants, avaient investi dans ces emprunts. Depuis les petits porteurs français en on vu d’autres  (cf. Épisodes  Natixis, Madoff pour les plus récents), feront-ils mémoire comme les fameux emprunts russes?

C’est pour une bonne part une histoire de «dettes indignes» comme on pourrait la nommer actuellement. Même si l’objet de la créance était des actifs réels, comme des financements pour la construction du chemin de fer Moscou Kazan, on pouvait trouver à redire sur les méthodes utilisées à grands frais de commissions diverses pour placer ces titres risquée auprès d’une population manipulée.

Dans les années 1920 déjà, des enquêtes ont montré que les financiers au service du  gouvernement tsariste avait mis en place entre 1900 et 1914 une véritable organisation de corruption de la presse française, avec des intermédiaires rémunérés, des comptes en banque secrets et des représentants quasi-officiels à Paris. Il s’agissait d’assurer le succès du placement des emprunts russes dans le grand public auprès des petits porteurs.

Dans une lettre adressée le 2 novembre 1904 au ministre des Finances russe,  l’envoyé Arthur Raffalovitch écrit : « J’ai l’honneur de remettre à Votre Excellence les chèques payés par l’agent Lenoir pour le concours donné par la presse française durant le mois de septembre. J’y joins une sorte de clef, c’est-à-dire le numéro du chèque en face du journal qui a touché. » La liste des journaux bénéficiaires incluait tout l’éventail politique, de la presse conservatrice de droite jusqu’à des journaux d’opposition de gauche.

 

Environ 1,5 millions de personnes furent touchés, on comprend aussi que dans le climat d’affrontement de la guerre de 1914-1918, les tentatives de recours juridiques des créanciers étaient sur le moment exclues. La mémoire de la population demeura ce qui accusa pour longtemps sa méfiance vis à vis des affairistes. L’affaire récente autour de la banque Natexis/Natixis, qui a touché cette fois près du double de personnes (2,8 millions) dans la France de 2006-2008, attire plus l’attention des tribunaux dont certains délivrent des verdicts qui peuvent faire jurisprudence (Cf. La justice indemnise des actionnaires de Natixis). Y figure une liste de dysfonctionnement légaux significatifs : manquement des établissements vendeurs de titres à leur devoir d’information, de conseil et de loyauté, mais aussi «conflit d’intérêts». Elégant synonyme qui témoigne que la corruption est toujours présente au coeur de nos systèmes financiers et qu’elle peut frapper toujours à grande échelle.

A l’origine de l’histoire, le succès de l’introduction en Bourse de Natixis semblait ne faire aucun doute. « On est en présence d’un groupe qui est loin d’avoir exploité tout son potentiel. Tout plaide en faveur d’une progression régulière du titre sur l’année, de l’ordre peut-être de 15% » trouvait on sous la plume d’un expert en placement.

On pourra regretter du point de vue de la transparence qu’aucune enquête n’ai été mené pour déceler les compromission et les responsabilités. Ce fut bien la différence par rapport à l’époque1920 et une fois la guerre finie, où suite à l’épisode des emprunts russe, la justice chercha des éclaissessements… Au XXIième siècle, la gouvernance juridique change de forme, elle se fait plus individuelle et l’indemnisations des créanciers les plus acharnés permettent de calmer les esprits. Les archives livreront peut être un jour des informations… En 2006, les titres étaient vendus par les deux réseaux qui étaient en phase de fusion : agences des Caisses d’épargne et des Banques populaires qui disposaient de la distribution du très populaire livret A. Les habitués de ce support de placement défiscalisé et au rendement garanti était par là même rassurés lorsque leur agence bancaire vantait l’action Natexis. Cependant ce titre n’avait lui aucune des caractéristiques assurant la sécurité du placement. Produit risqué par excellence, assis sur les activités des banques d’affaires, opérant sur les marchés des capitaux internationaux dont les subprimes US, les produits Maddoff et  plus globalement des produits dérivés, particulièrement volatiles. Un total de 2, 8 millions de personnes furent ainsi victimes de «la banque universelle» dont quotidiennement encore les autorités bancaires nous vantent les mérites, comme étant la raison de leur profond attachement en faveur de ce système d’organisation… Leur influence majeure et leur force de conviction a permis de briser les intentions régulatrice du gouvernement Hollande.

Moins de 2 ans après leurs placements en titre Natexis, les petits épargnants allaient très brutalement prendre conscience de leur confusion, à la faveur de la crise boursière qui éclata le 15 septembre 2008. La banque est sauvé par l’intervention de l’Etat et des généraux contribuables, ce qui lui évite la faillite. Les actions perdent près de 90% de leur valeur (de 20 € à moins de 1 € ) (cf. VIABLECO – Economie fiction et viabilité).

Natixis se mue alors en symbole des dérives du système financier dont la mémoire s’était perdu… Nos grands mères y auraient vite fait le parallèle avec la manipulation des emprunts russe de 1914, même si en dernier ressort dans l’affaire récente, il n’y avait pas là de bolchéviques à accuser.

Contrairement aux débats juridiques des années 20 sur l’origine des malversations liées aux placements des emprunts russes, les media contemporains se sont fait plus silencieux et cyniques.  Ils nous laissent penser que dans le système pervers et complexe de la finance contemporaine les acteurs financiers, citoyens d’un genre supérieur ne sont jamais responsables ou jugés comme tels. Ainsi faut-il coûte que coûte leur assurer la poursuite de leur «business as usual», le principe du «too big too jail» s’appliquant. Ces postures justifient le double sauvetage, financier mais aussi en terme de réputation des établissements et des banques à vocation universelle…qui jouent toujours dans l’arène du cirque.

 

Episode 2 : Russie 1998 et l’ allumage de la mèche LTCM!

Encore un épisode où la Russie s’immisce en déclencheur de bombe financière.

Le coup fatal intervient en Août 1998 avec la défaut et la dévaluation annoncés par le Russie. Ecrasé par la thérapie de choc le secteur industriel s’est effondré de 50%, la population russes est à 40% sous le seuil de pauvreté, alors que les spéculations les plus folles poussent le gouvernement de B. Elsine à payer jusqu’à 200% d’intérêt aux financiers qui prêtent à l’Etat. A cet Etat russe «démocrate» qui depuis plusieurs mois ne paie plus ses engagements auprès de la population. Ces «séquestration budgétaires» sont connus de tous. L’épisode «dramatique» montre que la persistance du double standard austérité pour les peuples et incitation à l’appât du gain pour les financiers n’était pas viable. Les autorités russes ont su une nouvelle fois entériner le fait en mettant les spéculateurs et leurs émissaires, -FMI en tête qui jurait de la pertinence du modèle économique!-, face à la réalité de leur extravagance.

Les investisseurs se tournent alors naturellement vers les emprunts américains (les plus sûrs) tout en délaissant les titres les plus risqués. Tout cela se déroulant au moment où LTCM, le fonds le plus prestigieux que Wall Street (cf. LTCM : la dérive d’un fonds prestigieux et Long-Term Capital Management – Wikipedia) ait jamais connu, était en position ouverte et avait vendu à découvert des emprunts. Le fonds tente de vendre certaines de ses positions en vain car le marché manque de liquidités. Les pertes se cumulent : 1,7 milliard de dollars en août, 1 milliard sur les trois premières semaines de septembre ; le capital du fonds plongent depuis décembre 1997 de 4,7 milliards à 1,5 milliard de dollars en septembre 1998. Le 18 Septembre 1998, la rumeur se propage, éclairant les risques que l’éventuelle faillite fait courir à la finance mondiale. La FED réuni un pool d’institutions et de banques de la place qui vont intervenir pour sauver le fonds LTCM, en injectant près de 3,6 milliards de dollars. Les «équipes de rêve» de la finance sorte aussi pitoyablement que «les équipes de rêve» da la transition russe (vocable laudatif utilisé par de L. Summers) pour désigner les économistes qui ont mis en musique la thérapie de choc en Russie. Les dégâts seront importants mais contenus au sein de l’industrie financière. En tenant compte de l’ensemble, prêts irrécouvrables, plan de sauvetage, pertes des actionnaires, c’est près de 110 milliards de dollars qui se sont évaporés. De nos sommets présents atteints depuis 2007, ça semble une bagatelle!

 

Pendant longtemps ce chiffre faisait frémir théoriciens et financiers, les uns y voyant comment le système pouvait faillir ce qui a leur sens montrait l’utopique de la croyance dans l’efficience des marchés ; les autres jugeant au contraire, qu’ils avaient limité et contenu la casse et qu’ils étaient ainsi les rois du monde…!

 

La crise de 2007-2008 a théoriquement tranché le débat…tout en laissant en suspend des pans entiers du règlement des mauvaises créances ici et là dans les bilans des banques… Lesquelles ne semble véritablement ne hanter que quelques dames du mécanisme de supervisions bancaires (Danièle Nouy et Sabine Lautenschläger).

En 2008 les états sont venus appuyer cette fois bien directement les banques sauf de rares exceptions ; dont Lehman Brothers, étrangement celle qui avait refusé de participer au pool du sauvetage de 1998. Preuve que la mémoire existe aussi chez les financiers. Les dettes bancaires se sont transmutées en dettes souveraines dont le montant mondial s’élève à 43 000 milliards de dollars selon la BRI en mars de 2014 (cf. Global Debt). Les contribuables et la société civile ont partout été sollicités et continuent de l’être alors que la crise touche maintenant de plus en plus sévèrement l’économie réelle et compromet la subsistance des population. Le constat est clair «in essence, the elite financial players are manipulating the game so that they get the stimulus … and the little guy gets the austerity» S’en suit une cohorte de malheurs, de suppressions d’emplois…la viabilité du modèle est à nouveau en jeu.

Avant même les épisodes de septembre 2008 et la faillite de Lehman, le FMI estimait que proprement dit le coût de la crise financière se rapproche des 1 000 milliards de dollars rien que pour les subprimes…où en sommes nous depuis? 4 000 milliards en avril 2010 encore selon le FMI, 5000, les chiffres explosent toujours! Impossible bien sûr d’évaluer les dégâts sur la sphère réelle des économies, combien d’investissements perdus vers les nouvelles technologies, la transition verte, combien de millions de vies et de destins brisés sur les jeunes générations?

 

Pourtant le Casino tourne toujours plus que jamais, il y a du temps à gagner et de l’argent à faire (des 2009 les bonus US s’élevaient déjà à 145 milliards de dollars) et un nouveau slogan pour rassurer les esprits la close du «too big to jail» fait flores… Un seul pêcheur sur les chemins  Rome pour «relayer le message du Saint-Père qui prône une lutte contre la tyrannie des marchés» (Jérôme Kerviel en pèlerinage). Un seul bouc émissaire suffit parfois à assurer la survie d’une société? Mais peut elle vraiment fonctionner de façon viable sans une transformation profonde au coeur de ses valeurs? Six exemples mis en perspectives par Eric Toussaint du CADTM témoignent que nous en sommes encore bien loin de cette transformation. Le bouc émissaire a simplement servi à assurer l’impunité de l’armée!

  • Des accords ont été passés entre les banques des États-Unis et différentes autorités du pays afin d’éviter une condamnation en justice dans l’affaire des prêts hypothécaires abusifs et des expulsions illégales de logement (foreclosures) ;
  • HSBC (1e banque britannique) a été mise à l’amende aux États-Unis pour blanchiment d’argent des cartels mexicains et colombiens de la drogue ;
  • La manipulation des taux d’intérêt interbancaires et des taux sur les dérivés est qualifiée d’affaire du LIBOR ;
  • Le scandale des « prêts toxiques » a touché la France ;
  • Dexia avait développé des activités illégales en Israël ;
  • L’évasion fiscale internationale était organisée par la principale banque suisse UBS.

La morale au coeur du système économique qui découle de ces réalités est qu’il ne peut être question de poursuivre en justice, un dirigeant d’une institution bancaire qui «ne fait que le travail de Dieu », comme le souligne Éric Toussaint en rappelant les paroles de Lloyd Blankfein, patron de Goldman Sachs.

 

Episode 3 : la Russie et la morale de l’affaire

La réflexion a mener dans le panorama présent de l’histoire qui s’accélère est à portée de nous, de notre culture et des savoirs acquis des expériences passées. Suivant l’approche chère aux pragmatiques  que Guillaume Garreta nous fait redécouvrir à partir de l’édition française de travaux de J. Dewey, (Après le libéralisme. Ses impasses, son avenir), faire acte de mémoire pour examiner le contexte présent s’impose… Petit exercice personnel que chacun pourra mener à partir des évocations ci-dessus et des quelques repères qui sont ici notés :

– Notre système de banque universelle est un levier de la contagion ;

-Les CDS sont les instruments de l’appât du gain irréfréné qui aveugle et précipite le «black-out» ;

-Le trading à haute fréquence, après avoir constitué l’investissement majeur des banques en recherche développement qui ouvre droit à crédit d’impôt, va permettre d’accéléré les dynamiques…plus rapidement qu’en 1998 et 2007 ;

-Le marché interbancaire est toujours en panne depuis 2007 faute de confiance réciproque des établissements. Ce point atteste que la situation des banques occidentales ne s’améliore guère et est chroniquement incertaine depuis la crise!

-La Rumeur…est l’instrument de communication des marchés qui tend à surévaluer les dangers quand l’incertitude survient… Les processus deviennent auto-validant et s’auto-amplifient. Se perdent ainsi les chaines d’évaluation…L’indécidable brise les marchés ;

-Selon la BRI, banque des règlements internationaux : Les banques européennes détiennent plus de 23 milliards de dollars en prêts exceptionnels sur l’Ukraine. Les banques italiennes, par exemple, ont prêté environ 6 milliards de dollars ;

-La BRI encore elle, nous apprend dans une récente communication que le montant total de la dette dépasse largement le niveau du PIB mondial, (75.000 milliards soit 2/3 des dettes). Cette dette n’est encore que partielle, elle inclut les obligations des Etats et les dettes cotées des entreprises et des sociétés financières, mais pas celles des ménages. Elle n’était que de 40.000 milliards en 2000, elle est passée à 70 000 milliards avant la crise en 2007 (cf. Les Echos 10/4/2014).

La BRI ainsi souffle un vent froid venant de Suisse destiné certainement à calmer les esprits belliqueux! Il est en effet assez facile de comprendre que l’encours des titres de dette souveraine qui a bondi de 80 % en six ans, à 43.000 milliards de dollars en juin 2013 ne concerne que très marginalement la Russie et la Chine qui au contraire ont fait des réserves…

Nous avons aussi appris qu’il en faut bien peu pour toucher le château de carte de notre système financier et que les conséquences pour l’économie réelle et les population ne se font pas attendre… Une simple aile de papillon?

« Jusqu’où l’économie russe pourrait-elle résister à des sanctions occidentales» est la question que posait Atlantico le 9 mars?  On pouvait croire à l’autosatisfaction digne d’un BHL suivant la symbolique étriquée du chiffre fourni : les exportations russes vers l’Europe ne représentant que 1% du PIB européen. Envoyer les chars, il n’y a rien à craindre! Avec ces rodomontades, le «rêve d’Europe» de l’article aurait pu inspirer la fable de Jean de la Fontaine à propos de la grenouille et du boeuf. C’est le drame de la perte de la culture quand l’envolée de chiffres sans perspective prend le dessus!

 

La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Une Grenouille vit un Boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : « Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
– Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
– Vous n’en approchez point. » La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

J’ai toujours tant de mal à croire à la pure naïveté des professionnels, tant est si bien que je lis dans les justification hors du sens réel, un moyen qui se croit habile de gagner du temps en rendant possible des prises de positions -via les marchés- pour faire gagner encore quelques euros… et en recevoir en aumône quelques kopecks? La routine…

 

 

 

En photo à la une : Détail d’une obligation russe sur les chemins de fer Moscou Kazan, 1914. Comparable à celle donnée par ma grand mère Juliette…

En références :

Printemps raté dans le « pays du pillage » ukrainien. | Mondialisation

Occident : la culture du supermarché… – LA CHUTE – LAPSUS