Viabilité au péril de la communication

2014-02-24

Un économiste américain de «terrain»,  Paul Craig Roberts,  nous livre un constat sévère sur l’approche économique standard et sa mise en application dans la réalité de l’économie américaine contemporaine.

«Cette économie ne marche pas quand le gouvernement US socialise les coûts et privatise les profits à l’image de ce qu’il a eu lieu avec l’aide de la Réserve Fédéral aux banques «too big to fail» et qu’une poignée d’institutions financières a concentré la plus grande partie de l’activité économique. Subventionner les banques «privées» ne représente pas une différence fondamentale par rapport aux politiques de subventions à l’industrie publique qui ont eu cours en Grande Bretagne, France, Italie ou même dans les anciens pays communistes. Les banques ont reporté le coût de leur incompétence, de leur avidité et de leur corruption sur les contribuables. En effet, les entreprises socialisées d’Angleterre ou de France étaient plus efficacement dirigées et n’ont jamais représentés des dangers pour la sécurité des l’économies nationales et encore moins celle du monde entier à la hauteur des risque de ruine que font encourir les banques privées des Etat Unis «too big to fail». Ni les anglais, ni les français ni même les communistes n’ont provoqué une émission de 1000 milliards de dollars annuellement pour sauver une poignée d’entreprises financières incompétentes et corrompues».

Ces propos peuvent surprendre surtout lorsqu’ils sont exprimés par un économiste qui s’est vu décerné la légion d’honneur en mars 1987 par E. Balladur,  pour le «renouvellement de la science économique et politique après un demi-siècle d’interventionnisme»!

 

L’histoire d’un sur-ajustement 

Paul C. Roberts peut se targuer d’avoir une approche réelle du fonctionnement du système économique et financier américain ; il a été le sous-secrétaire au trésor américain en charge des questions de politique économique sous l’administration Reagan. Editeur associé au Wall Street Journal, il a aussi enseigné au Centre pour la Stratégie et les Etudes Internationale (CSIS) de Washington. ll livre une critique de l’intérieur du système américain qui met l’accent sur les dérives non viables du système économique avec  ses retombées internationales. On sait combien la politique économique de l’administration Reagan a cherché à re-cadrer la politique économique américaine sur l’économie de l’offre et la liberté des forces des marchés, supposées garantir la stimulation des intérêts individuels et le bien être global. Le principe des réductions d’impôt découlant de l’interprétation statique de la courbe de Laffer (Laffer curve) constitua un des fers de lance de l’action de politique économique à laquelle participa Paul C. Roberts (tax-act de 1981).

La dynamique économique et financière impulsée par la nouvelle politique économique menée dans les années quatre-vingt  aurait selon le constat de P. C. Roberts, dépassé les ambitions de ces protagonistes et provoqué un emballement du processus. Il évoque même le thème de «la tyrannie des bonnes intentions» dans un ouvrage publié en 2000.

Une sorte de contagion mimétique s’est alimentée par la promotion de conventions financières fondées sur tout un système de justifications économiques, instrumentalisant la théorie économique de façon univoque.  L’abrogation en 1999 du Glass-Steagall Act qui réglementait depuis 1933 les activités financières à partir d’un cadre compartimentant les activités bancaires, serait le sommet symbolique de ce processus. Il a rendu juridiquement possible la concentration et la collusion des acteurs financiers.

Ce mécanisme de contagion rend compte aussi d’une dynamique de sur-ajustement qui s’est figée au sein des institutions et dans les mentalités des acteurs économiques. La rigidité du phénomène repose sur des mécanismes de corruption plus ou moins «soft» et de lobbying qui exercent un pouvoir de plus en plus crucial dans l’arène politique ; ils sont suffisamment puissants pour que la survenue de la crise de 2008, finalement, renforce le phénomène d’interdépendance, sans remettre en cause vraiment la réalité des dysfonctionnements économiques à court et moyen terme. Les discussions sur le retour à des espaces de régulations s’inscrivent dans des perspectives historiques futures dont l’applicabilité de fait reste incertaine. La promesse de la régulation à des fins essentielles de communication semble suffire actuellement pour piloter les mentalités et les acteurs économiques concernés avec l’appui des media.

La critique de P. C Roberts pourrait-elle aussi être déclinée dans le cadre des péripéties des la crise économique européenne? L’Europe a été gravement touchée par la contagion de la crise américaine car les institutions financières européennes avaient pris largement part à la financiarisation hasardeuses du marché immobilier des Etats Unis.

On pourra se souvenir de la déconfiture du groupe bancaire français Natixis qui fournit une bonne caricature de ces excès,  suite à l’épisode des subprimes que des investissements mal à propos dans une société du financier escroc, Bernard Madoff, ont encore aggravé. Les petits épargnants sollicités pour l’augmentation de capital de décembre 2006 à hauteur de 19,55 euros par actions ont vu s’effondrer le titre jusqu’à 0,76 euro en 2009. Ces petits épargnants qui avaient répondu par milliers ont perdu une fortune… La banque peine a se remettre de cette «catastrophe» de communication nous dit-on! Le coût pour 2008-2009 s’est élevé à 4,5 milliards d’Euro et au final l’Etat français a du soutenir avec 6,5 milliards le groupe par l’intermédiaire des Caisse d’Epargne et des banques populaires comme le souligne une étude de 2010 du groupe international de recherche en éthique financière et fiduciaire (GIREF – L’histoire d’une banque dans la crise 2007-2008, Natixis ). En 2012 le chiffre des pertes cumulées s’établissait à 8 milliards selon l’aveu du directeur général de Natixis, Laurent Mignon. Cette affaire a pu relativement rapidement se faire oublier à l’inverse de l’affaire Dexia. Est-ce parce que  le scandale Dexia, impliquait plus d’acteurs nationaux, locaux et internationaux, qu’il a médiatiquement été plus suivi (P. Saurin (2013), Prets toxiques : une affaires d’Etat, comment les banques finances les collectivités locales, Ed Démopolis)?

Depuis la crise de façon générale et systématique les soubresauts financiers européens (cf. (J. Sapir (2008), Global finance in crisis, RWE Review)) sont largement conditionnés comme aux Etat-Unis par l’assistance en préteur en dernier ressort des autorités monétaires européennes.  Cependant elles font peser un risque permanent sur le système de financement et handicape l’économie européennes réelle (cf. VIABLECO – Viabilité bancaire et bouc émissaire). Contrairement aux Etat-Unis où la création monétaire a assuré une part majeure des injections de liquidités nécessaires au fonctionnement des marchés financiers et des relations bancaires, en Europe l’assistance pèse directement sur les budgets des états membres par les diverses techniques mises en place. On le voit de façon évidente dans les pays le plus touchés par les conséquences de la crise, en Grèce (cf. VIABLECO op. Cit.  annexe 1) où de façon récurrente les déficits publics alimentent directement les injections effectuées auprès des institutions financières mais aussi en Espagne où la situation économique et financière est aussi préoccupante.

 

Les mécanismes mis en place remplissent différentes missions (refinancement à taux très bas intégralement servis, programme OMT (Outright Monetary Transactions) associé au Mécanisme européen de Stabilité) : d’une part, ils assurent le financement des structures financières en limitant le plus possible le risque inflationniste ; d’autre part, ils préservent de l’effet domino qui ravagerait l’ensemble du système financier européen et tout particulièrement les banques allemandes et françaises.

 

Le pays du Sud dotés de gouvernements facilement influençables ont été des cibles privilégiées. Comme il pouvait dans une certaine mesure afficher des difficultés structurelles, ils ont pu alimenter des justifications simplificatrices en contribuant à préserver la réputation d’ensemble du système financier européen. Le FMI a lui même clairement mentionné avec une certaine dose d’énervement en juin, que c’est l’effort imposé à l’économie Grèce qui a permis indirectement la survie de l’Euro. (Rapport FMI juin 2013).  L’austérité qui pèse sur les populations du sud de l’Europe, en Grèce, Espagne et Portugal, permet de mobiliser à un coût qui semble minimum, la rançon qu’exige le sauvetage des banques européennes des pays choisis comme devant demeurer les plus crédibles… En associant le sauvetage des banques à la survie de l’Euro, le lobby bancaire a su instrumentaliser la crainte de la BCE à son avantage en la généralisant à tous les acteurs. Le sauvetage de l’Euro a tout prix faisant écho à la diabolisation de toutes autres alternatives servait ainsi en premier lieu des intérêts de clan. Dans ce contexte, le langage et la communication jouent un rôle clef dans les déterminants du bouclage monétaire et financier qui ont façonné la rhétorique uniformément. Les lobbies financiers en ont fait l’axe fort du langage à imposer aux politiques, que les media devaient relayer.  Un mode de communication univoque a ainsi été mobilisé pour asseoir rationnement le sauvetage financier sur lequel est sensé reposer la crédibilité de l’Euro et sa survie. La confusion a été entretenu pour globaliser le risque systémique qui pesait sur le système. Cette globalisation n’allait elle aussi pas de soi :  En effet, la régulation globale du système de paiements repose sur deux axes de régulations, l’une la régulation financière à proprement parlé a trait aux rapports entre débiteurs et créanciers et l’autre, la régulation monétaire a trait à l’unité de compte ainsi qu’à son pouvoir d’achat. La viabilité de la forme finale de la régulation propre à un système donné de paiements, dépend donc de la pondération accordée à l’un et l’autre de ces deux pôles. Le type de hiérarchie  qui s’établit entre eux ainsi que les objectifs socialement assignés à l’un et à l’autre peuvent différer. Toute la maîtrise du discours fut de dissimuler ces diversités possibles de hiérarchie et de fonction en généralisant la peur.

 

L’interdépendance des mécanismes n’allait pourtant pas de soi, des alternatives aurait pu être proposées formellement avec des restructurations d’établissements et des contrôle plus stricts des fonctionnements. Ce tournant vers l’essentialisme monétaire qui polarise tout le système sur la monnaie unique se décrypte ainsi comme une réponse opportuniste du lobby bancaire : un fétichisme opportuniste réducteur.

 

 

Essentialisme monétaire fruit de la communication

La rhétorique de la communication mise en oeuvre a engagé le système monétaire dans une fuite en avant dans l’essentialisme monétaire le plus radicale, figé dans une forme de fétichisme. Dans sa conception initiale de l’essentialisme,   A. Orléan explique qu’il peut être conçu comme provisoire parce qu’il est naturellement soumis au jeu dynamique des compromis. Dans le cas européen présent le compromis est figé. Le poids symbolique de l’Euro et son fétichisme accusé, a servit d’alibi théorique à la justification salvatrice en lui fournissant un schéma rationnel de communication justificatif. Il permit paradoxalement de justifier dans le discours l’irrationalité économique et sociale découlant du sacrifice des économies réelles et de l’emploi pour assurer le renflouement des institutions financières. Pour 2012, Eurostat évalue à 5,5% du PIB de la zone Euro le poids du soutien aux banques ; c’est une ponction majeure sur la croissance et sur l’économie réelle !

 

Différents ordres de justification distincts les uns des autres se rassemblent ainsi pour renforcer le primat donné à l’argument monétaire. En plus des banques soucieuses de voir leur sauvetage primer, se justifie aussi l’intérêt des institutions européennes qui doivent témoigner de leur bien fondé en assurant leur survie, voire même se trouver des perspectives de croissance avec des pouvoirs accrus : la superposition de commissions, d’agences va pouvoir se justifier rationnellement par l’activité rendue nécessaire pour lutter contre la crise… La survie de l’Euro, essence du système européen, procède ainsi de l’imbrication d’intérêts joints issus de la construction institutionnelle qui s’auto-développe. L’interprétation essentialiste de l’ordre monétaire  immuable sur lequel repose tout le discours symbolique qui est tenu, devient de plus en plus effectif avec l’accroissement de l’influence des mécanismes institutionnels européens. Il s’auto-entretient et s’auto-renforce ainsi. L’opportunisme stratégique se nourrit des intérêts de clans comme de l’hubris d’économistes qu’une sensibilité à la flatterie a rendu instrumentalisables. L’histoire économique nous éclairera ultérieurement sur ces déterminants en décortiquant les jeux d’influences au sein des comités d’experts et de professionnels qui se sont progressivement imbriqués, en créant les formes adaptées de la «rationalité communicationelle».

 

Exit l’économie place à la communication

Point de surpris alors d’assister dans ce contexte au jeu de la politique économique en Europe prise en otage de la communication et guidée par un compromis fondé sur la réputation. Tout argument d’action ou de non action se réfère au marché…à comment les marchés vont prendre tel ou tel point… Les exemples ne manquent pas dans la communication des représentants européens.

Tout se joue sur les postures marketing et les effets de langage. En revanche, l’économie est laissée à sa plus simple extrémité, avec la charge de justifier qu’il n’existe pas d’alternatives possibles au modèle imposé.  C’est en effet le seul à pouvoir assurer au moins à court terme le  sauvetage de l’ordre instauré sans rapport avec sa viabilité à plus long terme ; ainsi l’économie prêche-t elle par un discours abscons et caricatural. L’argument de la faute intérieure rachetable par la déflation salariale reprend l’idée de «la contrainte extérieur» qui a porté nombres de réformes depuis 1983 en France et qui fait toujours recette. Cette contrainte serait inévitable dans un monde globalisé dont on ne peut s’extraire par convenance civilisationnelle ; démocratie, droit de l’homme sont à l’appuie de la rhétorique univoque de cette perspective contenue. Retour au discours…

Le contexte historique permet d’éclairer le processus en oeuvre qui a placé la transformation socio-économique sous l’angle de la communication : la fin supposée entérinée des modèles fascistes et l’érosion progressive du modèle communiste ont progressivement conduit à penser le système capitaliste tel qu’il prévalait en occident comme le seul viable, justifiant les discours sur la fin de l’histoire mais surtout la fin de l’histoire économique. On a souligné déjà combien le discours sur les anticipations rationnelles et la méthodologie de l’équilibre général ont cristallisé la perspective a-temporelle et a-historique, figeant la discipline économique dans un immobilisme institutionnel et théorique.

 

Totalitairisme de la communication

Dans les transitions historiques du début de XXieme siècle, Marcel Gauchet a pu montrer, comment  des formes de «religions séculières» qui traduisaient des «antireligions religieuses» caractérisaient la phase spécifique et périlleuse du processus de construction de la modernité en expliquant en partie les tentations vers le totalitarisme (Cf.  M. Gauchet L’avènement de la démocratie, III : À l’épreuve des totalitarismes, (1914-1974)).

Par analogie, nous proposons de penser la sortie «organisée» de l’histoire économique comme une anti-économie économique qui a diffusé un discours universel et univoque pour guider la politique économique et justifier de politiques économiques déconnectées de la réalité des économies (thérapies de choc, austérités). C’est aussi le signe d’une tentation totalitaire en oeuvre que de penser l’économie comme une discipline de manuel devant être imposée à la société. Les témoignages fournis par les observations de Paul Craig Roberts montrent bien combien les auteurs même de la transformation économique ont été rattrapé par leurs actions, avalés dans une dynamique totalisante….Même prise en faute dans la crise, rien n’altère le processus.

Comment l’enfermement dans la communication au dépend de l’économie a-t-il eu lieu ?  D’abord par l’isolation de l’économie qui a cherché à se démarquer des disciplines des sciences sociales pour s’instituer en Science. Dans ce mécanisme elle a subit l’éviction radicale, mise en forme dans un discours de caricature hors du temps et du réel. Pourtant, l’argument du primat des mathématiques et de la formalisation comme alibi ne tient pas aux regards de la méthodologie statique ou semi statique (linéarisation) de référence. Les mathématiques en elles-même auraient permis de faire mieux et plus efficace pour analyser les modèles dynamiques. Gommer le temps et le contexte était le vrai motif de cette simplification, un motif de soumission à un ordre simpliste qu’à pu dénoncer Jean-Pierre Dupuy évoquant l’éco-mystification. De plus oser penser l’économie comme une science qui a prétention à l’exactitude à l’issu des crises économiques que nous connaissons a perdu beaucoup de sa pertinence justificative. Le discours théorique et méthodologique standard est grandement écornée. Même la Reine d’Angleterre s’est plaint auprès des responsables de la LSE de l’incapacité de la discipline à prévoir la crise…

 

Les travaux de J. Habermas sur la communication nous offrent matière à alimenter cette réflexion pour comprendre l’emprise de la communication et du discours sur la discipline économique. Il faut d’abord reconnaître la force du langage mais aussi la force illocutoire d’ensemble d’un discours ambiant, ce qui entoure le langage, l’atmosphère, la mise en forme du contexte sur lesquelles les conventions influent directement… Un locuteur, l’expert en l’occurrence peut ainsi motiver un auditoire à accepter des propos et à les tenir pour rationnels parce qu’il semble fonder en raison la validité des normes. Des conventions plus ou moins explicites servent à faire émerger une inter-subjectivités auto-entretenues au sein des acteurs concernés qui assure et amplifie la «rationalité communicationnelle» : l’avènement d’une communauté idéale dans sa composante socio-économique a ainsi dominé la rhétorique du discours sur le projet européen. L’économie a servilement fournit l’argumentaire adéquat de la convergence obligée.

 

La théorie délibérative de la communication exposée par J. Habermas, met au coeur du raisonnement les effets d’intersubjectivité. Le philosophe y voit une action suivant deux formes : sous des formes institutionnalisées de délibérations menées dans les corps parlementaires et démocratiques mais aussi dans les espaces publics politiques. Ces espaces publics politiques (société civile ?) sont des « arènes » où une formation plus ou moins rationnelle de l’opinion et de la volonté peut s’opérer. On voit dans cet espace le rôle que peuvent prendre les media, le soft power et les «meta-surveillances» mues par des stratégies géopolitiques. Ces formes d’action définissent deux sources de pouvoir : la formation de la volonté institutionnalisée par l’Etat de droit et les espaces publics mobilisés par la sphère culturelle, médiatique, d’influence diverses. Il est important de noter que le pouvoir vient de l’interaction entre ces deux instances, suivant des modes de compromis plus ou moins polarisés. L’espace de la démocratie est un entre deux…

Dans le mécanisme dynamique de la communication J. Habermas introduit un garde fou éthique : «Chaque norme valide, doit satisfaire à la condition selon laquelle les conséquences et les effets secondaires qui, de manière prévisible, résultent de son observation universelle dans l’intention de satisfaire les intérêts de tout un chacun peuvent être acceptées sans contrainte par toutes les personnes concernées». (De l’Ethique de la Discussion, Première partie, Chapitre 2).

Cette condition d’étique reporte le jugement sur la norme en terme de contrainte ressentie. Dans des univers où l’intersurjectivité est différente, différemment construite… il y de fortes chances que ce qui est «contraintes» pour les uns ne le soient pas pour d’autres…et vice vers ça. Les débats en termes de «droits de l’homme» bafoués ou pas, fournissent des exemples illustratifs des dissonances cognitives de la sorte dans lequel les média prennent plaisir à se glisser ; ils trouvent sans difficulté une façon de discourir en rond dans un laissez-aller infantile. Les commentaires auxquels les JO de Sotchi ont donné lieu dans la presse occidentale fournit un champs d’observations  privilégiées de ces mécanismes (cf. How U.S. Media Misrepresent Sochi and Kiev,The Moscow Times).

L’universalisme devient le seul mode de pacification de la communication pour homogénéiser la perception des contraintes ; mais un paradoxe apparait, l’intolérance de l’universalisme poussée à l’extrême auto-détruit la communication en elle-même. L’épisode du «Fuck E.U.!» lâché malencontreusement par Victoria Nuland réaffirme que l’enjeu stratégique se dissimulent toujours dans le discours universaliste.

Le monde de la réalité est dans la conception de J. Habermas bien déconnecté du monde social qui seul s’affirme comme le champ de la communication. L’économie communicationnelle qui est promue se trouve par nature hors du champs de la réalité. Ce sont les clivages qui apparaissent dans le monde social qui sont accusés par l’accroissement des inégalités qui rétablissent des lieux d’aliénation possibles, à mesure que les contraintes qui pèsent sur les individus s’alourdissent.

 

Le poids de l’austérité sur les populations et l’indifférence concomitante des élites occidentales stigmatisent le clivage croissant du monde social et remet en cause directement le garde-fou éthique. Des mondes sociaux parcellaires se superposent et donnent naissance à des justifications éthiques diverses, pouvant devenir contradictoires…le règne de l’imposture se généralise comme pathologie de la confusion, c’est ce que dénonce le psychanalyste clinicien, Roland Gori (La fabrique des imposteurs) qui y voit une entrave majeure à la démocratie. L’opacité de la perte de confiance se propage… L’information biaisée alimente la perte de repères et le chaos. L’exemple fut fourni par la crise américaine des subprimes qui fut aussi une crise de la communication : au moment où chaque acteur s’est trouvé dans l’impossibilité de croire les évaluations… précipitant la signification dans le néant : tout est devenu sans valeur parce qu’ indifférenciable. La crise d’indifférenciation a précipité le système dans son ensemble dans la crise financière. C’est la contagion de ce chaos à tous l’ordre financier et économique n’est toujours pas résolu mais simplement gérer à court terme au bénéfice du système financier et au détriment de l’économie réelle ; la menace du rebond amplifié est ainsi permanente…

«Viability alarm»!

 

2014-02-24

Dans la dernière publication de la revue The Lancet, une des plus célèbres revues médicales, le sociologie David Stuckler (2014) entouré d’une équipe de chercheurs des Universités de Cambridge et d’Oxford et des spécialistes londoniens des départements d’hygiène et de médecine tropicale poussent un cri d’alarme sur «l’austérité et le déni» dans l’Europe de 2014 !

 

Ils tentent d’alerter le monde sur la situation sanitaire en Grèce et fournissent des évidences scientifiques pour infirmer les déclarations du gouvernement : contrairement à ce qu’affichent les autorités grecques les coupes drastiques dans les dépenses publiques ont des conséquences sévères sur la santé de la population et en particulier celle des personnes les plus vulnérables, les sans abris et les personnes privées de protection sociale. 3 millions de grecs sont sans aucune assurance sociale (environ 1/4 de la population) et le gouvernement grec persiste dans le déni.

Outre la croissance de la mortalité due au SIDA, la mortalité infantile a augmenté de 43%. Ce chiffre est symbolique dans l’évaluation du niveau de développement d’un pays. Le retour de la malaria est un autre symptôme de sous développement qui s’installe en Grèce.

Plus de 8% en 2012 (3% en 2008) de la population est en situation de dépression nerveuse sévère, ce qui explique la croissance des suicides (+ 46% de 2009 à 2012). Alors que le pays était celui qui avait le plus faible taux de suicide d’Europe avant la crise…macabre «convergence»!

 

Les sociologues de l’études du Lancet n’hésitent pas à mettre en avant l’action de la Troïka (BCE, CE et FMI) et de la communauté internationale dans la responsabilité de cette situation. Contrairement à l’Islande, – cf. Présentation du Président de la Banque Centrale d’Islande sur le sujet, Mar Guðmundsson -, dont la voix populaire a permis d’épargner à la population de subir les dégâts de la crise financière, conséquences des prises de positions hasardeuses des établissements bancaires, la Grèce  s’est vu obligée de renflouer les créanciers en sacrifiant le bien être de sa population. Le « bail-out » qui a permis de renflouer les instances financières a été assorti de mesures de réductions des dépenses et d’accroissement des taxes. Les autorités grecques se sont fait un point d’honneur de respecter les objectifs de baisse de 6% de PIB depuis 2011 en matière de dépenses de santé. Le budget de fonctionnement des hôpitaux a été réduit de plus d’un quart et 2,7 milliards d’euros sont en train d’être récupérés sur les dépenses de médicaments sur 2014.

Depuis 2007, 6 années consécutives de récession….le PIB en chute de 25% soit la plus sévère récession en temps de paix (supérieure à la récession des US suite à 1929 cf. graphique)…laissent peu d’espoir à court terme pour l’amélioration de la situation du marché du travail. Le chômage s’installe (28% de la population) et les plus jeunes sont touchés de plein fouet (près de 65% sont au chômage). Entre 2008-20012, la population a perdu 40% de son revenu disponible (Reuters).

Même si il est possible de penser que le système de santé grec avait des sérieuses défauts, la brutalité des restrictions imposées suivant les recettes copiées de la «thérapie de choc» rend impossible la mise en place de gestion et de coordination efficaces. Au final un gaspillage de moyens et de personnels de santé est la conséquence paradoxale du procédé. La prise en compte des problèmes et non le déni systématique serait une attitude plus responsable des autorités grecques et européennes. Elles s’enlisent dans le gouffre de la non confiance et préfèrent tenter de changer les idées des européens qui souffrent en montrant combien le peuple ukrainien à faim d’Europe…

 

Un état de fait pour changer le monde

La crise de santé qui touche la Grèce mais aussi l’Espagne menace progressivement l’ensemble des pays européens.  Une fois instaurée dans les pratiques et les mentalités, le non droit à la protection sociale en Europe sera un point entériné. Il enterrera des centaines d’années de progrès social garantes de bien être collectif et de stabilité sociale mais aussi de préservation de la paix. Cette paix avait un prix, la lutte contre les inégalités que les élites d’aujourd’hui ne sont pas prêtes à payer.

Un constat s’impose face au double standard qui en est la conséquence : la santé du système financier et monétaire passe avant les personnes. L’input capital est primordial sur l’input humain dans les processus de production économique ; en effet, l’individu est remplaçable à merci à mesure que s’ouvrent les frontières de l’Europe. La liberté des mouvements des personnes permet un brassage universel au nom de la «nomadité» et du commerce des talents humains! La libération passe par la marchandisation, stade suprême de tous les matérialismes. L’aliénation enfin heureuse…! Ce discours vaguement inspiré de l’économique standard des manuels de base s’est imposé comme axe de justification et sa capacité de persuasion semble intacte… à lire les média officiels. Déni et caricatures sont de règles. Les tabloïds allemands (Bild Zeitung) qui renouent avec les discours ancestraux du mensonge et de la haine contribuent à en accuser les traits.

La jeunesse ukrainienne, relativement éduquée à qui a été promis depuis tant d’années un destin européen semble activement prête à jouer le jeu. Elle n’aura aucun état d’âme à abandonner un pays en proie à des milices d’extrêmes droites qui cherchent à ranimer les conflits de la seconde guerre mondiale que d’éternelles haines religieuses alimentent. On comprend que cette jeunesse dans sa majorité a autre chose à souhaiter…comme projet de vie et préfère rêver une vie européenne de conte de fée.

 

Quand un quart de la jeunesse européenne affronte le chômage et l’exclusion, pourra-t-elle se satisfaire de se savoir si enviée? C’est un pari sur la puissance du désir mimétique (cf. René. Girard) que la rhétorique va sublimer pour calmer les esprits. Le temps est compté… Car en parallèle l’épisode Ukrainien ouvre aussi un espace de légitimité de la violence qui gagne vite du terrain à l’ouest! Peut on penser que la ville de Nantes a fait ce week-end les frais de cette boîte de Pandore ouverte? Certains observateurs comme Martin Sieff, (The Globalist Research Center) ne se privent pas de souligner ce risque.

 

On peut s’attendre en tout état de cause que dans «ce combat girardien» où la communication prend le pas sur toute réalité socio-économique la poursuite des efforts de déni de réalité, de propagande soient la règle. On laissera encore longtemps les chercheurs à l’image de David Stuckler pousser des cris d’alarme en vain en ignorant que «le coût de la lâcheté est bien supérieur à celui du courage» (Cynthia Fleury).

Graphiques :  crises US29vsGrece09

Viabilité bancaire et bouc émissaire (1/2)

2014-02-19

Une déclaration pouvait attirer l’attention il y a quelques jours : le Président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, l’a confirmé, l’Europe se cherche de nouveaux boucs émissaires…dans le cercle des banques! « Nous devrons fermer les banques en mauvaise santé » (Jeroen Dijsselbloem, Eurogroupe)

La viabilité du système financier et plus largement de l’Euro aurait donc besoin de ce retour annoncé du bouc émissaire?

Cette déclaration laisse perplexe car elle soulève 3 hypothèses non exclusives :

1/ On peut la considérer comme un nouvel effet d’annonce et de propagande pre-électorale. On sait combien les effets d’annonce et les stratégies inspirées des méthodes de marketing sont prisés par les autorités européennes qui y fondent largement leurs principes de crédibilité.  On ne niera pas les talents à cet égard de M. Draghi qui s’est affirmé comme un grand spécialiste de la communication. Les récents propos du Président de l’Eurogroupe peuvent ainsi être interprétés dans cette ligne. De plus  J. Dijsselbloem les relie directement à l’échéance électoral européenne. En effet il semble qu’il faut bien agir, faire quelques choses pour piloter le système, corriger la stratégie inertielle qui semble durablement installée…les populations peuvent de plus en plus s’en rendre compte et le traduire en action contraire (en terme d’approche de viabilité il serait question d’un jeu discriminant) aux processus soutenus par les autorités européennes.

On nous parle de l’union bancaire en construction qui doit tout résoudre des dysfonctionnements financiers actuels, dans un futur à venir. Cependant comme le souligne un article de R. Godin dans la Tribune, pour la (vraie) Union bancaire, il faudra attendre… 2025. Rien de neuf dans le court et moyen terme, dans 10 ans le modèle Chypriote pourrait s’imposer dans la gestion des crises bancaires individuelles…On comprend que les incertitudes demeurent. En attendant, c’est toujours les contribuables qui seront sollicités pour renflouer les comptes bancaires ; ils devront aussi apprendre à faire attention de déposer leur épargne en vue de leur retraite dans des institutions qui ne prennent pas trop de risque (?) sinon dans 10 ans ceux sont eux, encore qui  payeront directement avec leurs dépôts les maladresses bancaires. Globalement la situation qui perdure est que  le risque financier est ainsi reporté à la charge des acteurs privés non financiers dans un perspective de long terme.

2/ La déclaration du Président de l’Eurogroupe traduit aussi une panique institutionnelle : elle exprime l’urgence de l’action. Le déni qui permet de repousser dans le temps la prise de conscience devient contre-productif. Qui ne pourrait être conscient des problèmes qui s’aggravent partout,  mettant en danger la viabilité d’ensemble. J. Sapir nous a rappelé la semaine dernière dans un papier  «CHÔMAGE(S)» publié sur RussEurope,  la réalité de l’aggravation des tendances du chômages en France. On assiste aussi à des aggravations dans ce que l’on peut considérer comme les pires des cas en la matière. Ce qui rend imminente la crise : le taux de chômage en Grèce se dirige tranquillement vers les 30% à l’horizon des prochaines élections de 2015, élections majeures pour le pays: le taux du chômage en Grèce progresse sans cesse. Socialement et économiquement la situation est non viable! D’autant plus qu’il devient de plus en plus évident que les déficits grecs sont essentiellement nourris par les renflouements réguliers du système bancaire (cf. graphique 1). La presse et les autorités qui assurent la présidence tournante de l’Europe, tentent de dissimuler la situation par des déclarations de retour de la Grèce sur les marchés financiers…et en même temps elles font pression sur l’Allemagne pour qu’elle accepte une restructuration de la dette grecque avec l’argument d’éviter l’arriver en force des parties extrémistes… En l’occurrence l’alliance  de gauche radicale, Syriza, qui s’affirme comme le parti le plus populaire de Grèce. « une réduction importante des taux d’intérêt et la prolongation des échéances du remboursement de la dette« , serait souhaitable comme le propose Yannis Stournaras, le président en titre (cf. Restructuration de la dette grecque : une arme contre l’euroscepticisme ?).

Là encore si la tentative porte ses fruits, l’effet d’annonce peut se révéler incertain sur la monnaie européenne, l’Euro.

3/ Derrière cette panique institutionnelle, ce sont des conflits internes qui s’exposent au grand jour qu’il convient de décrypter :

A la tête, depuis quelques semaines du nouveau «Mécanisme de supervision des banques de la zone euro», Danièle Nouy, a su garder la clairvoyance des serviteurs de l’état français des trente glorieuses. Il n’est pas dit qu’elle n’ait pas aussi en héritage le courage politique, capable de secouer les tentations inertielles au sein de la Banque Centrale Européenne (BCE) et les rigidités au  du lobby bancaire français qu’elle connait bien.  Elle a la charge de passer en revue  la qualité des actifs détenus par les banques européennes via le mécanisme AQR  (« Asset quality review ») et elle n’a pas hésité dans une interview au Financial Times, de se dire favorable à la disparition des banques les plus faibles: « Nous devons accepter le fait que certaines banques n’ont pas d’avenir. Nous devons en laisser quelques unes disparaître de manière ordonnée, et pas forcément essayer de les fusionner avec d’autres institutions« . Cf. FT Danièle Nouy

Le rôle du mécanisme unique de supervision des banques, premier pilier de l’Union bancaire doit en effet assurer la surveillance de 130 banques de la zone euro, considérées comme systémiques. Bien que cette mission devait entrer en vigueur à compter de novembre 2014, les déclarations faites semblent vouloir en accélérer la cadence….y aurait il urgence à bord? Cette supervision des bilans des banques doit s’accompagner de tests de résistance (stress test ou crash test) pour évaluer la capacité des établissements de crédit à surmonter des chocs de plus ou moins grande ampleur. La conception de Danièle Nouy semble musclée et en tout état de cause difficilement compatible avec la préoccupation majeure de Christian Noyer, gouverneur de la banque de France qu’il partage avec les représentants de la Fédération Bancaire Française (FBF), qui est de maintenir par tout les moyens le statut quo dans le système bancaire français et surtout de couper court à toutes velléités de séparation des activités des banques. Le lobbying bancaire en France s’est chargé de rendre caduque toute action de fond en la matière (cf. Comment le lobby bancaire a imposé sa loi). La réforme bancaire mise en place en France a accouchée d’une peau de chagrin, annihilant ce qui fut le fer de lance en matière financière de l’élection de François Hollande ; dernièrement aussi l’initiative européenne de réforme bancaire, le projet de Michel Barnier a reçu aussi comme le souligne la Tribune « une volée de bois vert« . Danièle Nouy pourrait-elle être sensible aux points de vue qui remettent en cause de tels comportements intransigeants qui laissent à l’avenant la stabilité du système au grès des capacités de renflouement des contribuables européens? Il n’est pas interdit de le croire. Ce conflit peut s’exposer vivement autour de la conception de l’union bancaire. « En maintenant la banque universelle, on maintient évidemment le lien implicite entre les dépôts et les activités de marché les plus risquées. Et en réalité, on maintient l’épée de Damoclès que tendent continuellement les banques au-dessus des Etats« , s’exprime ainsi le spécialiste des questions d’instabilité des systèmes financiers D. Plihon (Union bancaire: une réforme en trompe l’oeil), idées aussi reprises par R. Godin ( Sans séparation des activités, l’Union bancaire n’a pas de sens)

Un des symptômes de la crise financière persistante en Europe est le problème du fonctionnement du système bancaire. Les autorités monétaires assurent le bouclage du système, ce qui ne peut se faire durablement via les arrangements de court terme mis en place (Cf : BNP-Paribas C. De Lucia 11-2013). Parallèlement le système bancaire ne joue pas le rôle de financement de l’économie réelle, les prêts accordés aux secteurs non financiers s’amenuisent continuellement (cf. graphiques 2-3-4).

De fait, depuis le début de la crise, les banques ont perdu la confiance dans leur propre fonctionnement ; ainsi sont-elles réticentes à se prêter entre elles, le marché interbancaire ne fonctionne pas efficacement. Les faibles perspectives macroéconomiques en Europe et les exigences en fonds propres du comité de Bâle sont mises en avant pour expliquer l’incapacité de prêter à l’économie réelle et le primat donné aux activités « plus profitables » des banques -marché à terme et produits dérivés à fortes composantes spéculatives- avec des techniques de pointe toujours plus innovantes (trading à haute fréquence).  Ce phénomène se traduit par une asymétrie au sein du système de financement ; et cette asymétrie est artificiellement créée et institutionnellement nourrie par l’assurance du bouclage de la BCE.  Elle pénalise en premier lieu l’économie réelle qui la supporte et en paie le prix doublement : la croissance économique et l’emploi sont brisés, les contribuables sollicités de plus en plus sont exsangues et démoralisés en  assistant de façon concomitante à la décomposition du système de protection sociale. Le futur des jeunes est compromis, la lutte contre l’incertitude pour nombre de diplômés est synonyme d’émigration.

L’inefficacité de la politique monétaire est aussi une conséquence de ce phénomène : la réticence à prêter aux entreprises instaure en effet un climat propice à la déflation en dehors de tout possibilité de contrôle. En somme, la zone euro vit dans un système de «credit crunch» structurel pour l’économie réelle (cf. graphique 2). On peut y trouver une justification rationnelle dans le cadre de la théorie des fonds prêtantes compte tenu de taux d’intérêt bas ; il n’en demeure pas moins que cet immobilisme transmets l’incertitude radicale et la dépression à l’ensemble de l’économie (via le canal du crédit). Par «effet boomerang», l’incertitude accentue la défiance et induit des effets cumulatives qui accusent le gouffre de la non confiance. C’est un phénomène comparable aux bulles mais dans l’autre sens, dépressif. Il alimente comme les bulles l’instabilité, l’insécurité et la non robustesse du système.

Ce conflit institutionnel est important à décrypter parce qu’il existe un risque majeur de généralisation des antagonismes vecteur de chaos ; l’indifférenciation qui a alimenté la crise des subprimes resurgit dans les dysfonctionnements des relations bancaires au sein du marché interbancaire. De surcroit, depuis 2008, la situation des bilans des banques s’est encore aggravée.  Ce contexte évoque la crise mimétique de R. Girard comme « la guerre de tous contre tous » de Hobbes. Comment cette crise peut-elle se résoudre, comment la robustesse peut-elle revenir ? L’insoutenable dysfonctionnement du marché interbancaire et le rôle chronique du prêteur en dernier ressort (BCE) sans contre partie (absence de mécanisme de co-responsabilité) met le « hasard moral » (alea de moralité) à son comble et alimente le danger de panique. Dans un contexte où les acteurs financiers rivalisent d’arrogance, D. Nouy ne chercherait-elle pas à introduire de la cohérence dans ce système en perdition? En même temps, ces temps présents nous démontrent combien l’ordre monétaire en soi est insuffisant pour donner un sens et une cohérence au système économique et financier! Démonstration par contre exemple…

 

Annexes:

Graphique 1 : C’est l’assistance aux banques qui cause le déficit budgétaire grec! The Greek government deficit excluding and including bank aid cf. Real-World Economics Review Blog source 

greece22

Graphique 2 : M3 augmente mais pas les prêts à l’économie réelle!

M3 + prets NF

Graphique 3 et 4 : Pour s’en convaincre encore en 2012 et 2013…

prets

prets2013

Dynamique de la «patate chaude»

13/02/2014

sous titre : de la responsabilité collective

Un débat particulier sur lequel je reviens ici est resté lettre morte mais le relever permet de préciser un contexte qui a trait aux travaux de viabilité qui ont été menés à Dauphine jusqu’en 2007. Souligner la forme que peut prendre le cynisme institutionnel permet que des leçons pour demain puissent être tirées de la mémoire :
Dans Le Monde daté des 2 et 3 novembre 2008, Michel Rocard affirmait : « Des professeurs de maths enseignent à leurs étudiants comment faire des coups boursiers. Ce qu’ils font relèvent, sans qu’ils le sachent, du crime contre l’humanité ».
Cette déclaration a soulevé l’indignation d’académiques mathématiciens qui ont souhaité s’expliquer en décrivant le rôle des mathématique dans ce processus pour bien marquer ses limites:
«L’émission de produits financiers complexes, comme les subprimes, est précédée d’études théoriques menées au sein des institutions financières par des spécialistes : les quants. Ces études utilisent des concepts mathématiques élaborés, notamment le calcul différentiel stochastique. En principe, ces outils mathématiques devraient servir à modéliser l’évolution des prix de marché d’actifs liquides, à établir des prix de transaction équitables pour certaines options, et à construire des stratégies efficaces de gestion de certains risques. Il est donc exact que les mathématiciens enseignent à de futurs quants des théories mathématiques qui servent en gestion de produits financiers. On ne saurait reprocher aux mathématiciens français d’avoir formé chaque année, depuis plus de dix ans, plusieurs centaines d’étudiants de haut niveau en mathématiques financières qui ont tous trouvé un emploi à la sortie de leur mastère ou de leur grande école d’ingénieurs. Cela étant, les quants ne commercialisent rien, ne décident ni les émissions de produits, ni les prix et les volumes des transactions effectives ; de plus, les approches mathématiques des marchés financiers concernent exclusivement certains produits sous des hypothèses strictes sur les actifs rentrant dans leur composition : les subprimes n’appartiennent pas, et de loin, à cette catégorie de produits.»
(Pour lire l’article en entier : Finance, politique et mathématiques, quels liens ? )

Adapter le produit «étudiants» à la demande afin que les jeunes trouvent ensuite un travail était de mise. Qui peut-on incriminer dans le contexte du fonctionnement des départements et des universités? La logique y était implacable : Quelques «viabilistes» pouvaient proposer leurs services chez les fabricants de fusées, d’autres tentaient de trouver un poste à l’Université de Brest au département mathématique, où l’on peine à trouver encore trace de travaux de viabilité à la simple visite du site… En revanche, la masse des spécialistes des mathématiques formés aux « dérivées partielles » avaient tout l’avenir de l’économie financière devant eux et des propositions salariales toujours relativement juteuses à travers le monde… mais ils demeuraient les techniciens qu’on utilisent!
Le logique était aussi d’adapter les postes d’enseignements et les « mètres carrés » de bureau -des expériences épiques en la matière pourraient être rapportées-, à cette exigence «naturelle» du marché…. L’Université de Dauphine mit en oeuvre le procédé en douceur, sans état d’âme, en éteignant le plus rapidement possible la mémoire à mesure des départs à la retraite des mathématiciens en poste… Ainsi en 2007 , s’étaient déjà éteintes les collaborations entre économistes et mathématiciens de la viabilité à la veille du moment où l’économie allait redécouvrir l’incertitude et les crises… Le monde organisé sur le court terme avait fait table rase.

En effet la réflexion de viabilité en économie n’était pas utile, la viabilité n’avait rien à dire dans un contexte où l’on ne pensait pas la crise…la science économique de l’idéologie de la «fin de l’histoire» n’avait pas besoin d’empêcheurs de tourner en rond. Une croyance dominait les esprits : l’efficience des marchés financiers dans le meilleur des mondes possibles promis….l’optimum auto-affirmé.

Une étude très récente de la société de conseil Deloitte établit plusieurs résultats instructifs:

«49% des jeunes diplômés de moins de trois ans sont en recherche d’emploi»
La conséquence s’impose :

«27% des jeunes diplômés en recherche d’emploi envisagent une recherche d’emploi hors de l’Hexagone, 1/3 sont issus des grandes écoles et 45% de 3e cycle universitaire. 28% de ces répondants envisagent l’expatriation pour toute la durée de leur carrière».

Avec cette masse de jeunes diplômés et de jeunes en général exclus du marché du travail en France et plus largement en Europe, c’est bien un problème de viabilité qui se pose, lié à l’insoutenable inefficacité du marché du travail. L’approche de la viabilité, permet de souligner que ce problème vient de la non définition du cadre de contraintes en cohérence avec cette observation. La signification est claire, du point de vue de l’économie politique la question est marginale, seconde…des questions plus importantes s’imposent telles que la lutte contre l’inflation avec obstination.
Nos systèmes économiques s’accommodent du sous-emploi sans limite en refusant de prendre en compte les alternatives qui existent ; le déni a toujours médiatiquement et politiquement le dernier mot… Le plein emploi n’est pas une contrainte du modèle économique encore moins du système scolaire qui se borne à suivre le marché tout en sachant qu’il se trompe…
Au 13e siècle, l’Université de Paris assurait le rayonnement Européen du royaume et de la connaissance, elle avait même un statut juridique particulier qui garantissait son indépendance… Qui l’aurait soumise alors aux lois des marchands? Dans nos temps troublés par des doutes d’avenir, les suiveurs de marchés qui rayonnent dans nos institutions scolaires et universitaires et qui se soumettent à des hypothèses fausses portent eux une responsabilité. : celle du silence!

Que chacun assume sa part de responsabilité…