Archives de catégorie : Partage/Inspiration

Analyse de Finance Watch

 

2014-12-09

Finance Watch présente un article de Fabien Hassan que j’ai commenté dans le texte, en rouge et avec des sur-lignages en orange

 

Titre : La création monétaire – un service public entre des mains privées

Date de publication: 14 November 2014

La façon dont la monnaie entre et sort du circuit économique est un élément crucial pour résoudre certains des problèmes majeurs de notre société. Il est donc surprenant que la sensibilité à ces questions soit si faible, malgré l’attention suscitée par les politiques non conventionnelles des banques centrales. Dans cet article, notre contributeur invité, Fabien, présente les idées, révolutionnaires ou pas, qui redonneraient du sens à système monétaire.

Nous pourrions laisser les banques libres, en tout cas bien plus libres qu’elles ne le sont maintenant, de prêter l’argent comme elles l’entendent, si nous leur interdisions de créer la monnaie qu’elles prêtent. » Irving Fisher, 1936

Depuis 2008, gouvernements et parlements ont été confrontés à une série d’urgences financières. Ils sont parvenus à éviter l’effondrement du système financier, mais uniquement pour en faire une crise de la dette publique, qui paralyse l’économie de la zone depuis quatre ans.

Il suffit de regarder la dette publique, qui n’est qu’une fraction de l’ensemble des dettes dans l’économie. La zone et les Etats-Unis se dirigent lentement vers une situation à la japonaise, où la dette publique dépasse le PIB. Si l’on analysait les Etats comme des entreprises ou des foyers, le message serait clair : ces niveaux de dette ne sont pas soutenables. Pour ramener la dette à 60% du PIB, un pays dont le ratio dette/PIB est de 100% et le taux de croissance de 1% devrait dégager un excédent de 1,6% chaque année, jusqu’en 2030. C’est absolument inconcevable. Ça suppose une austérité très forte et une deflation interne sauvage : le retour de l’esclavage ?

Pourquoi, dans ce cas, les marchés sont-ils si calmes ? On leur donne ce qu’ils veulent de la liquidité pour jouer au casino. Les Etats paient des taux d’intérêt très bas sur les obligations, les pays développés ne veulent pas faire défaut, et grâce aux mesures exceptionnelles des banques centrales (taux négatifs pour les dépôts, quantitative easing, achat de prêts titrisés), les marchés sont demandeurs d’actifs peu risqués car assurés par des états et l’emprise de ses états sur les contribuables.  Si l’Allemagne n’y était pas si fermement opposée, la BCE procéderait certainement déjà à des achats de titre de dette publique sur les marchés primaires en ce moment (ça risque d’être pour bientôt d’une manière ou d’une autre).

Poussées à l’extrême, ces politiques commencent à mettre à mal l’orthodoxie monétaire. On parle de mesure non orthodoxes d’ailleurs. En octobre 2014, une (petite) banque allemande a décidé de mettre en place des taux d’intérêts négatifs pour une partie de ses clients. Si les gens doivent payer pour pouvoir épargner, notre univers financier est-il devenu fou ? C’est retrouver l’inflation autrement.

Pour éclaircir ces phénomènes ainsi que les défis post-2008, une grande réflexion sur la monnaie, sa nature, et son rôle dans l’économie a été lancée par des mouvements réformateurs.

Un trou noir de la réforme financière

A l’heure actuelle, dans l’agenda de la réforme financière, le système monétaire est quasi-absent. L’idée du rôle de la monnaie  neutre dans l’économie fait long feu. L’indépendance et le mandat bien défini de la BCE ont mené à un monde stable, à faible inflation (si l’on ne tient pas compte du prix des actifs), où l’existence et la valeur de la monnaie passent pour des faits absolus, indubitables, naturels. Sa crédibilité repose sur celle du système international et de la liberté des exchanges.  Au cours des 25 dernières années, le seul changement majeur a été le passage à l’euro, une conversion à taux fixe, qui, techniquement parlant, a été merveilleusement exécutée à l’époque, et qui impliquait un engagement politique commun à limiter l’inflation = mise sous « currency board » d’une ensemble d’économies pour accentuer les dépendances réciproques.

Jusqu’à la crise, cette stabilité n’incitait pas à étudier la monnaie. Quand le système fonctionne harmonieusement, il n’y a pas de besoin immédiat pour l’analyse monétaire dans les modèles macroéconomiques : « Une monnaie qui fait l’objet d’une confiance sans faille de la part de tous les acteurs économiques, se comporte de facto comme un simple instrument des échanges » (Orléan, 2007).

En France par exemple, les débats monétaires dans la presse généraliste ne vont pas au-delà de questions pragmatiques, comme l’impact du passage à l’euro sur le pouvoir d’achat, et ne portent pas sur la monnaie elle-même (supposée neutre!).

Mais la crise et les récessions sont en train de changer les choses. Les mesures non conventionnelles prises les banques centrales attestent d’une ouverture nouvelle chez les décideurs, lorsqu’ils parlent du crédit, ou de l’offre de monnaie. Le parlement britannique a même prévu de débattre de la création monétaire et de la société, une première depuis 170 ans. Dans le cadre de sa mission, Finance Watch tente aussi de sensibiliser aux implications de la création monétaire par le secteur bancaire et soutient donc cet élan. Finance Watch n’a pas à ce jour de position arrêtée sur la réforme monétaire, mais l’un de ses membres, Positive Money (Royaume-Uni), est en pointe sur ces sujets.

L’impact de la technologie

Un nouveau livre, publié sous le pseudonyme de Jonathan McMillan, The End of Banking, à paraître en novembre, affirme que « la révolution numérique a détruit l’équilibre entre assurances publiques et régulation bancaire« . Les auteurs considèrent que la possibilité d’enregistrer les crédits électroniquement a tout changé, et a contribué à provoquer l’effondrement du schéma de régulation du 20ème siècle. Il faut donc une nouvelle régulation monétaire pour le XXIe .

La technologie a aussi précipité le déclin de l’argent liquide. 97% de la masse monétaire est constitué de monnaie électronique. L’émission d’argent liquide est un monopole étatique, tandis que la monnaie électronique peut être créée par les banques lorsqu’elles octroient des crédits. Ce pourcentage a donc un impact important : l’immense majorité de la création monétaire repose désormais entre les mains d’acteurs privés (un fait dont sont conscients étonnamment peu de gens, et en particulier de décideurs).

L’effet déstabilisant de la digitalisation des activités financières a redonné sa jeunesse à des questions essentielles : qu’est-ce que la monnaie, pourquoi en a-t-on besoin, et comment doit-elle être créée et organisée ?

L’essence de la monnaie

Pour simplifier, trois conceptions courantes de la monnaie s’opposent. 1) La première est défendue par les économistes de l’Ecole autrichienne et leurs successeurs de l’Institut Ludwig von Mises. Ils considèrent la monnaie comme une marchandise quelconque. S’il y a un lien entre Etat et monnaie, c’est uniquement parce que les Etats ont utilisé la monnaie pour assoir leur pouvoir. « La liberté peut régir un système monétaire aussi superbement qu’elle régit le reste de l’économie. […] Il n’y a rien de spécial dans la monnaie, rien pour justifier l’emprise étendue de l’Etat » (Rothbard, 1981). Tout acteur économique devrait avoir le droit d’émettre sa propre monnaie. Le marché libre (avec une concurrence non faussée-difficile dans le système financier et ses monopoles) assurerait la stabilité du système, comme, selon eux, il le faisait au temps des premières colonies américaines. Les libertariens condamnent les principales formes de la régulation actuelle : mécanismes de garantie des dépôts, interventionnisme des banques centrales, règles prudentielles.

 

  2) Dans la seconde conception, qui est dominante, la monnaie est un bien spécial, car il assure des fonctions essentielles. Historiquement, cela correspond à la vision selon laquelle la monnaie a été inventée pour répondre à un besoin du marché. « Ne disposant pas de monnaie, les gens étaient contraints d’échanger les biens ou services directement contre d’autres biens ou services » (BCE, 2011). Politiquement, cela correspond à une vision relativement conservative : si la monnaie est « un actif reconnu l’assentiment général comme un instrument des échanges  » (BCE), alors le rôle du régulateur est de faciliter ces échanges et d’assurer la stabilité des prix.

3) La troisième conception présente la monnaie comme un construit social, et non comme une marchandise ( La violence de la Monnaie 82 Orléan & Aglietta, 1998). « L’assentiment général » se place au cœur de l’analyse. Une monnaie est un objet auquel les gens décident de croire parce qu’il répond au besoin social fondamental pour une valeur abstraite (Convention + besoin social). La monnaie ne peut pas être « un bien utile, choisi par le marché libre comme intermédiaire des échanges » (Rothbard, 1981), tout simplement parce que le mot « marché » n’a aucun sens en l’absence de monnaie. L’explication historique de l’émergence de la monnaie comme réponse aux limites du troc est donc fermement écartée (Graeber, 2011).

Selon cette conception, un système monétaire n’est que le reflet des rapports de force entre les différents groupes sociaux. Et imbriqué dans le système monétaire international, il traduit le rapport de force entre les économies au sein des institutions existantes (contexte). Quand les BRICS remettent en cause ces institutions parce qu’elles ne sont plus représentatives des rapports économiques présents…elles mettent en cause l’ensemble du système monétaire international. C’est une institution sociale, que la société (ensemble des sociétés)  peut remodeler au gré de ses priorités. Une définition sociale de la monnaie ne signifie pas qu’il faille abandonner l’économie pour l’anthropologie. Cela signifie que l’analyse économique doit montrer les conséquences politiques des choix monétaires, au lieu de dire aux gouvernants comment ils doivent s’adapter à la situation financière, comme s’ils ne pouvaient pas changer cette situation. Dans une version radicale, la théorie néochartaliste affirme que « les gouvernements monétairement souverains sont toujours solvables, et peuvent acheter tout bien en vente dans leur unité de compte domestique, même s’ils font face à des contraintes inflationnistes et politiques » (Tymoigne & Wray, 2013). Dans les système présent d’étalon dollar (depuis 1971), il n’y a qu’un pays souverain monétairement les USA ; les autres sont dans un  rapport de dépendance et de subordination. L’Euro installe pour chacun des pays un double niveau de dépendance.

Un service public entre des mains privées

L’organisation actuelle du système monétaire n’est qu’une voie, qui correspond à une conception donnée de la monnaie. Economistes autrichiens et partisans de l’intervention de l’Etat s’accordent à dire que ce système souffre d’une contradiction entre le rôle-clé des banques centrales et la délégation de la création monétaire aux banques privées.

En quoi la création de monnaie par les banques est-elle problématique ? Après tout, les banques sont confrontées à des contraintes de marché et réglementaires, de telle sorte que « par une politique monétaire correctement ajustée […] devrait finalement assurer la stabilité du taux de crédit et de la création monétaire » (Banque d’Angleterre, 2014). Mais, malgré tous leurs efforts, les banques centrales ne semblent pas parvenir à maîtriser le « cycle du crédit », ni à contrôler la quantité de crédit dans le système. Selon Positive Money, une association britannique membre de Finance Watch, tant que la monnaie est créée à travers le crédit, elle sera soumise aux intérêts privés des banques : « le déterminant principal des prêts bancaires est la profitabilité de ces prêts aux yeux des banques » (Jackson & Dyson, 2013, p. 112). La spéculation peut se révéler plus profitable que l’investissement dans l’économie réelle et donc être plus encouragée par l’octroye de crédit des banques (ex immobilier avec effet d’accroissement du prix collatéral, titres surévalués et surévaluation du dollar présente via crédit à taux très bas).

Comme le boom puis le tarissement récent du crédit l’ont montré, rien ne garantit que le volume global des prêts bancaires corresponde bien aux besoins de l’économie. Il existe un écart chronique entre création monétaire et besoin de l’économie réelle.  En période de crise, les acteurs économiques tendent à se désendetter. Dans le système actuel, une réduction du montant global de dette implique une diminution de la masse monétaire, ce qui réduit à son tour la demande et l’activité économique, et aggrave encore la crise (Fisher, 1936).

L’allocation du crédit constitue un problème supplémentaire. On estime que seulement 10% des prêts accordés les banques du Royaume-Uni financent l’économie réelle ; cette proportion est certainement similaire au niveau européen. C’est ce chiffre qui a convaincu Martin Wolf, commentateur économique en chef au Financial Times, de soutenir ouvertement la réinstauration du monopole des banques centrales sur la création monétaire.

Une proposition de réforme

Il existe toute une gamme de propositions, et il serait impossible de toutes les présenter ici (voir l’article précédent pour une présentation des principaux acteurs). La réforme défendue par Positive Money est intéressante, parce qu’elle a débouché sur des propositions pratiques et des activités de lobbying.

Tout d’abord, la création monétaire serait le monopole de la banque centrale. Les banques ne pourraient prêter que les sommes collectées dans des comptes d’investissement. La dette et la monnaie utilisée pour les paiements seraient complètement séparées. Pour les consommateurs, il y aurait une alternative claire entre les comptes d’investissement et les comptes de transaction. Le système de paiement serait alors sans risque, puisqu’il ne dépendrait du remboursement d’aucune dette. (Big problème pour la dette US – comment gérer la transition?) . Une conséquence importante serait la possibilité de créer de la monnaie sans créer de nouvelles dettes (quid de sa crédibilité? et des liens de conversion entre différentes monnaies). A long terme, cela permettrait de réduire significativement l’endettement public et privé.

La restriction du crédit aux montants épargnés a suscité une controverse avec des activistes de gauche, qui craignent un durcissement des conditions du crédit, et un renforcement du pouvoir politique des possédants (Pettifor, 2014). Positive Money a abondamment répondu à cette critique. Ce débat montre le dynamisme de l’économie monétaire, et la volonté de ces nouveaux mouvements de remettre en questions leurs idées (voir exemple Tymoigne & Wray, 2013 – tenants de la Modern Monetary Theory (MMT)-).

Politiquement, la question la plus difficile est le contrôle de la masse monétaire. Elle pourrait être indexée sur la croissance économique ou sur les détentions d’or (le système ne changera pas par simple bienveillance des USA…un rapport de force gagnant peut reposer sur la crédibilité internationale des réserves d’or des BRICS), et l’argent créé pourrait soit être distribué aux citoyens, soit dépensé par le gouvernement. pour créer de la demande. Positive Money suggère que ces décisions soient prises par un comité indépendant, ce qui a déclenché une nouvelle polémique sur les implications du système sur la démocratie.

Cette proposition aurait un impact immense sur la structure bancaire. Elle retirerait le problème du « too-big-to-fail« , parce que les banques pourraient faire faillite sans que cela affecte le système de paiements. L’existence d’un moyen de contrôle direct de la masse monétaire rendrait inutiles la plupart des règles et des programmes mis en place par les banques centrales pour tenter de peser sur les décisions de crédit prises par les banques. Lobbying bancaire non efficace pour exiger un sauvetage sur le dos des contribuables. Cela explique pourquoi, selon des perspectives inverses, des groupes comme Positive Money et les économistes de l’Ecole autrichienne s’accordent à dire que la finance est excessivement régulée aujourd’hui. L’ idée commune est de laisser les financiers face à leur responsabilité pour assumer leurs erreurs et leurs paris économiques (ex :  laisser G. Soros et ses amis dans ses problèmes financiers avec l’Ukraine et ne pas maintenir à flot un pays en faillite car le lobby financier le demande au prix même d’une guerre contre la Russie).

Les alternatives moins radicales

Malgré son attachement aux idées de Positive Money, Martin Wolf juge cette option difficilement faisable politiquement à court terme, du moins pas avant la « prochaine crise«  ou bien une modification profonde des rapport internationaux. Si le système ne peut pas être réformé d’un coup, un bon début serait de s’attaquer aux domaines dans laquelle la création de monnaie par le crédit est la plus problématique.

Dans la crise de la dette publique en zone, la dépendance envers les banques représente un point saillant. Les banques bénéficient d’un accès illimité aux liquidités de la BCE, à des taux extrêmement bas. Une partie de ces liquidités est utilisée pour les Etats, qui, à leur tour, assurent les banques contre les risques de défauts ou de faillites avec l’argent du contribuable. Les banques réalisent des profits sans risque, aux dépens des Etats = vol organisé  (ex : enrichissement de Macron en 2012 suivant ce mécanisme…sur le dos du contribuables et il devient en 2014 Ministre des finances! // Ministre des finances US en Ukraine, la «gestionnaire» des fonds de l’USAID depuis 1996, une gestion avec pertes conséquentes!).

Pourquoi les banques centrales ne peuvent-elles pas financer les gouvernements, et court-circuiter la marge des banques privées ? Lord Turner, ancien président de l’autorité financière britannique (FSA), a présenté un plan permettant aux banques centrales de financer le déficit public, qu’il a appelé “Overt Money Finance” ou OMF (Turner, 2013). Le financement des Etats avec de la monnaie centrale est désigné par le terme monétisation. C’est un tabou, formellement interdit par l’article 123 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (Phobie allemande par excellence). Turner montre, de façon convaincante, que la monétisation a été défendue par des économistes comme Milton Friedman, et qu’elle devrait être envisagée « dans des circonstances extrêmes » (Turner, 2013).

Finalement, la réforme la moins radicale serait d’étendre la sphère d’activités des banques publiques (sur le modèle allemand) ou ancien modèle français d’économie d’endettement. C’est un moyen simple de donner à des entités publiques accès au pouvoir de création monétaire, afin d’équilibrer le système. Aux Etats-Unis, la Banque du Dakota du Nord est la dernière banque publique en activité, une incongruité dans l’un des Etats les plus républicains du pays. Depuis deux ans, les médias se sont beaucoup intéressés à la BND. Plusieurs Etats envisagent même de faire renaître des « banques socialistes » aux Etats-Unis (quid des banques mutualistes françaises misent à mal par le principes concurrentiels de la CE?).

Il y a un autre aspect problématique dans le système actuel : le financement excessif de l’immobilier, et le financement insuffisant de l’économie réelle.= support de spéculation. Au Royaume-Uni ?, en Chine, en Corée du Sud, et ailleurs, les banques centrales ont mis en place des règles destinées à orienter le crédit vers les usages les plus productifs. La régulation directe de l’allocation du crédit pourrait être une solution, exemple en imposant des ratios qui forceraient les banques à prêter x euros tous les 10 euros à tel ou tel secteur de l’économie réelle = des mesures de sélection du crédit en fonction de priorités nationales / planification (hors marché)

Plus généralement, toute réforme structurelle contribue à régler le problème de la création monétaire incontrôlée. Si les banques n’étaient pas protégées par le « too-big-to-fail« , elles ne choisiraient probablement pas de prêter autant d’argent pour des rachats d’actifs, accroissant l’instabilité (problème du hasard moral).

D’un autre côté, en termes de politique économique, retirer aux banques le privilège de la création monétaire et le déplacer vers une institution publique adaptée serait très difficile = un acte de courage politique, seule une transition de gouvernement peut porter ce projet.

Qu’elles soient faisables ou non, désirables ou non, les propositions de réforme du système monétaire ont apporté une nouvelle perspective sur la réforme financière. La façon dont la monnaie entre dans l’économie touche à différentes politiques publiques  car la monnaie n’est pas neutre dans les économies contemporaines : insuffisance de la demande globale, haut niveau de dette publique, inégalités, prix de l’immobilier, bulles sur d’autres actifs. Bien comprise, la création monétaire permet de mieux appréhender la réalité du système financier, et cela représente déjà un progrès considérable. C’est aussi une capacité d’adaptation aux chocs futurs et aux transitions de l’ordre international en cours.

 

Le prochain article traitera de l’innovation comme facteur de changement du système monétaire : les monnaies locales et virtuelles ouvrent-elles la voie vers un nouveau monde monétaire, ou sont-elles uniquement des outils pratiques pour répondre à des besoins de niche ?

 

Références

Théories de la monnaie et connaissances générales

  • Aglietta, Michel & Orléan, André. La Monnaie souveraine. Odile Jacob, 1998.
  • Banque d’Angleterre (McLeay, Michael, Amar Radia, & Ryland Thomas).  » creation in the modern economy. » Quarterly Bulletin 54.1 (2014): 14-27. [en anglais]
  • Banque Centrale Européenne (BCE). Pourquoi la stabilité des prix est-elle importante pour vous ?, 2011.
  • Fisher, Irving. « 100% and the Public Debt ». Economic Forum Spring Number, April-June 1936, pp. 406-420. [en anglais]
  • Graeber, David. Dette: 5000 ans d’histoire. Éditions Les Liens qui libèrent, 2013.
  • Jackson, Andrew & Ben Dyson. Modernising : Why Our Monetary System Is Broken and How It Can Be Fixed. Positive , 2012. [en anglais]
  • Keynes, John Maynard. Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie. Paris: Payot, 1969.
  • Orléan, André. L’approche institutionnaliste de la monnaie : une introduction. Paris School of Economics (PSE), 2007.
  • Rothbard, Murray Newton. What Has Government Done to Our Money?. Ludwig von Mises Institute, 1981. [en anglais]
  • Turner, Adair. « Debt, Money and Mephistopheles. » How Do We Get Out of this Mess, 2013. Disponible sur ce lien. [en anglais]

Pour une synthèse de la pensée de l’Ecole autrichienne: Rothbard, Murray N. Making economic sense. Ludwig von Mises Institute, 1995. Disponible gratuitement sur ce lien. [en anglais]

Pour une introduction à la Modern Money Theory (MMT), et une réponse aux objections les plus fréquentes : Tymoigne, Eric and Wray, L. Randall. Modern Money Theory 101: A Reply to Critics. No. wp_778. 2013. [en anglais]

Pour une synthèse de la MMT: Wray, L. Randall. Modern money theory: A primer on macroeconomics for sovereign monetary systems. Palgrave Macmillan, 2012. [en anglais]

 

La proposition de Positive Money et quelques réactions

Site internet de Positive Money : http://www.positivemoney.org/ [en anglais]

Pour une réponse à Positive Money par un économiste de l’Ecole autrichienne, voir ce lien. [en anglais]

Ann Pettifor, Why I disagree with Martin Wolf and Positive Money, 26 Avril, 2014; http://www.primeeconomics.org/?p=2629. Et la réponse de Positive Money: Why we disagree with Ann Pettifor , 25 Juin 2014: http://www.positivemoney.org/2014/06/disagree-ann-pettifor/ [en anglais].

Image:

 

 

 

O comme Oradour et Odessa!

 

2014-05-05

Les années noires du XXe siècle nous ont fait connaître le pire avec la primauté de l’expérimentation biologique comme gage de la purification humaine. La purification économique se révèle avoir des ressorts de barbaries identiques ; l’idéologie européaniste porte l’intolérance à son comble au mépris des peuples, masse informe, inculte et pour qui il faut des experts et des élites qui pensent à sa place. Déjà Martin Feldstein avait souligné dès 1997, l’éventualité qu’une telle justification puisse un jour être donnée.

Cette logique portée par une capacité d’aveuglement et de compromission rend à nouveau possible l’extermination des « indésirables »!

« Ici des hommes firent à leur mère et à toute les femmes la plus grave injure. Ils n’épargnèrent pas les enfants. »  Cette phrase de Paul Eluard est gravée au pied du Monument aux martyrs d’Oradour intitulé « les cris du silence »

Cette femme enceinte prise par les flammes qui symbolise les martys des nazis d’Oradour a péri une nouvelle fois à Odessa le 2 mai 2014 sous la main de ces mêmes bourreaux! … Des témoins attestent que des enfants, des personnes âgées ont aussi été assassinés par les nazis à Odessa, les chiffres de la barbarie dépassent ceux que la presse français ose publier…(http://ruposters.ru/archives/4753)

….honte aux complices de ses crimes ceux d’hier, comme ceux aujourd’hui! Ceux qui arment et ceux qui ferment les yeux…en renouvellant des silences qui crient!

 

PS : On doit le monument d’Oradour à Appel-les Fenosa i Florensa, un sculpteur espagnol façonné par l’exil et l’errance… en quête d’identité ; il déclarait : « la race pure n’existe pas. Il n’y a que des mélanges ».  Il semble que les amis «démocrates de Maïdan» passent trop facilement outre sur les fondement de notre mémoire française et européenne…. Collègues par pitié, à vos rapports pour parfaire la transmission du message!  Sera ainsi assuré un fonctionnement plus honorable du partenariat oriental de l’ UE, que les contribuables financent!

«Frame effect» : «Printemps Russe» des populations vs «reset» du plan Parvus

 

2014-04-02

Les manifestations populaires depuis plusieurs semaines en Russie ont témoigné de la propension des russes à manifester leur enthousiasme, une forme de «Printemps Russe» que nos experts en pronostic n’avaient pas envisagé.  Oublié le Russia blues annoncé par Renata Lesnik et Hélène Blanc dans leur ouvrage! Grande déception donc pour cette éternelle dissidente soviétique en France depuis depuis 1981 et pour cette habituée des média français et des plateaux télé qui se vantent d’avoir des informations de première main sur la Russie contemporaine.  A contrario «This is the Russia Time» comme le prédit Lada Ray : un festival russe qui se déploie cette année ; c’est ce que souligne cette étonnante géopolitoloque, dont le blog Futurist Trendcast est célèbre aux US, même parmi des académiques et dont le long interview « The Road to Moscow Goes Through Kiev » -long parce qu’il faut expliquer toute l’histoire, faute d’avoir un auditoire assez cultivé-, fait date.

 

Le bilan des jeux olympiques de Sotchi 2014 fut le constat d’une réussite totale en dépit de toutes les appréhensions : les plus réussis de l’histoire des JO d’Hiver selon Jean-Claude Killy qui dresse un bilan enthousiaste.  3 milliards de téléspectateurs dans le monde dont 5,5 millions de Français et 9 millions d’Allemands ont suivit la cérémonie d’ouverture.  Cette cérémonie comme aussi celle de la clôture a «rendu hommage à la culture russe dans sa diversité : littérature et poésie, musique, ballet et art du cirque, des domaines dans lesquels la Russie a influencé et continue d’inspirer le monde entier».

Même le très occidental Moscou Times dans son édition du 19 février 2014, a surpris tout le monde en publiant une page d’auto-critique à propos de la couverture des jeux de Sotchi dans la presse occidentale (How U.S. Media Misrepresent Sochi and Kiev) : «the recent tsunami of shamefully unprofessional and politically inflammatory articles in leading newspapers and magazines — particularly about the Sochi Olympics, Ukraine and, unfailingly, President Vladimir Putin — is an indication, this media malpractice is now pervasive and the new norm». Ce n’était qu’un début!

L’enthousiasme des JO dans la population russes n’a pas eu le temps de retomber que la situation Ukrainienne a rendu possible le retour de la Crimée en Russie. L’événement fut salué aussi par une très grand majorité de la population russe, en témoigne les manifestations de joie à travers le pays. Le vote favorable à plus de 96% des habitants de la Crimée, fut l’euphorie des urnes! Bien loin de la sanction des urnes que l’on vient de connaître en France.

Il y a juste 23 ans, un autre référendum avait marqué les esprits de la région, le 17 mars 1991. Il s’agissait alors d’une consultation pour rester ou non dans l’union soviétique. Les Ukrainiens avaient alors voté ensemble «  Pour  » le maintien de l’URSS à 71,5 %, tandis que 28,5 % de la population avait voté « Contre ». La doctrine de « la fin de l’histoire » avait alors choisi une autre issue pour le peuple Ukrainien…. instaurée par le coup d’Etat contre le Parlement à Moscou, dont on vient tout juste de réaliser, 20 ans après, qu’il avait été si meurtrier (300-500 morts). Un colloque intitulé «Un octobre oublié» a permis de refaire l’analyse de ce qui fut plutôt comme le propose Jean-Marie Chauvier un Octobre Noir 1993 ou la « Méthode Pinochet » en Russie. Notre mémoire et nos media nous l’avaient représenté comme la grande victoire fraternelle de la démocratie, nous en étions resté là depuis. Avec le temps seulement, les événements pouvaient se révéler à nos consciences médiatisées. Internet dans l’exemple présent en Ukraine pourrait remettre en cause ce constat.

Après 23 ans de tension et d’échecs économiques en Ukraine, le résultat du 16 mars 2016 est finalement assez logique et conforme à ce que le contexte historique pouvait laisser penser. Les criméens ont décidé d’en finir avec trop de frustrations et d’espoirs trahis.

Les manifestations de joie en Russie après le retour de la Crimée, qu’aucun média n’a pu dissimuler, étaient étonnantes parce que particulièrement vive chez les jeunes. Toute la population avait le sentiment profond de vivre un moment fort de son histoire. La popularité du Président russe qui avait déjà bénéficié de l’engouement des jeux de Sotchi retrouva ses niveaux les plus haut (80%). Les instituts de sondages affichent des chiffres à faire pâlir nos dirigeants occidentaux ; Ils sont eux tellement soucieux de complaire à des fonctionnements bureaucratiques qu’ils n’en comprennent plus leurs peuples. Il aurait ainsi été presque possible d’attribuer l’excitation et l’hystérie autour des sanctions contre la Russie à une irrépressible jalousie, où se mêlent incompréhension et blessure de l’ego.

Considérer ce contexte  avec suffisamment de distance et d’humour, c’est ce que propose le magazine Causeur . A la pointe dans la presse française sur le mode du réalisme critique et de l’humour  rafraichissant, avec son «Poutine me fait peur…», il met en avant une satyre de la pensée convenue sous la plume d’ Olivier Berruyer . Les analyses régulières dans le blog de ce dernier, les-crises.fr  rassemblent l’information sur la crise Ukrainienne avec la précision et la rigueur qui caractérisent cet actuaire, passé dans l’information contre propagande. C’est semble-t-il un  « chemin de sainteté » qui s’ouvre à lui si on se réfère au déclaration du Pape François. En ce temps de carême le Pape dénonce le pêché de « désinformation médiatique », les dérives manipulatrices et falsificatrices de certains organes de presse et médias audiovisuels. C’est contre cette même tentation du diable que s’attaque aussi Olivier Zajec dans Le Monde diplomatique d’avril 2014, «L’obsession antirusse»

«On ne change pas une équipe qui gagne» clame le dicton qui a ainsi éloigné les perspectives de remaniement au gouvernement envisagé depuis plusieurs mois en Russie à la suite des JO. Le premier Ministre Dimitri Medvedev est d’ailleurs le premier sur le terrain de la Crimée aux côtés de D. Kozak qui est depuis de nombreuses années l’homme de confiance de VVP pour la région Sud de la Russie. Il fut le maître de cérémonie discret des JO, mais bien en amont celui de l’organisation économique des nombreuses entités qui forment la région Sud de la Russie. Il a su contribuer à stabiliser les régions du Caucase, tâche qui fut de longue date signalée comme des plus complexes. Sa présente mission est consacrée au développement de la Crimée.

Dans ce contexte d’ambitions nouvelles, les media occidentaux rivalisent en anticipations de déboires économiques pour la Russie. Ils mobilisent les références au ralentissement de la croissance russe mais aussi à «la tarte à la crème» devenues habituelles, les fuites de capitaux. Dans un monde global où la Russie joue un rôle comme emprunteur et prêteur mondial de grande envergure sur le marché financier mondial et avec ses entreprises qui investissent dans le monde entier, cette obsession des «fuites» a depuis longtemps perdu le sens qu’elle pouvait avoir à l’époque Elstine (cf. Les “fuites” de capitaux en Russie au-delà des conventions comptables). Cette rhétorique permet de replacer les vieux effets de langage bien éculés, pour continuer à recréer dans les esprits, le mythe rêvé d’une Russie isolée du monde, qui  demeurerait à jamais unipolaire.

D’abord il faut bien mettre au clair les déterminants du ralentissements de la croissance Russe de 2013. Il y a d’une part des effets de surévaluation du roubles dont on imagine bien l’impact avec l’habitude que l’on a des effets de surévaluation de l’Euro… La nouvelle politique de change et le glissement récent du rouble permettent de mettre la Russie sur une trajectoire monétaire bien plus favorable à cet égard. Les problèmes de surévaluation monétaire  se sont  combinés à des faiblesses d’investissement. Contrairement aux idées reçues ce n’est pas l’investissement privé ou l’IDE qui a fait défaut à la Russie mais plus paradoxalement les investissements des gros groupes à forte participation publique. Ce constat est sans appel quand on précise qu’en 2013 les méga- entreprises que sont Gazprom, Rosneft et RZhD ont réduit de 20% leurs  investissements par rapport à 2012. L’origine de ses sous investissements des sociétés publiques est à chercher dans l’investissement étranger de ses firmes mais aussi dans des défauts de coordination d’ensemble….beaucoup de projets sont venus en phase terminale (Jeux de la jeunesse de Kazan, JO de Sotchi, aménagements d’Extrême Orient) et d’autres n’ont pas encore atteint des phases de forte intensité. La question qui se posait en janvier 2014 était celle de trouver rapidement des méga-projets pouvant se substituer aux programmes terminés. Le dynamisme du partenariat avec la Chine (dont les IDEs croient de +500% en 2013) était une première réponse avec la poursuite des investissements en Extrême Orient et sur la façade Arctique. Les perspectives qui s’ouvrent en Crimée sont dans ce contexte aussi bien venues.

Ce d’autant que se lève aussi progressivement une des contraintes responsables de sous investissement, la mise en réserves et le placement en titres américains. La menace de sanctions avec ses aspects affectifs et aléatoires ont permis de régler cette régidité.  l’Etat va investir son épargne en Russie plutôt qu’aux US ; dans le contexte encore, aucun économiste responsable et cohérent ne va  maintenant défendre le contraire.  Les projets en Crimée se mettent en place avec rapidité en matière d’infrastructures (routes, ponts). L’expérience des 2 ponts réalisés récemment à Vladivastok sera mobilisée pour l’édification du le pont reliant la Crimée à la presqu’ile de Kertch. Des aménagements énergétiques sont aussi prévus ainsi qu’une usine de désalinisation et comme il se doit, des équipements touristique. Là encore l’expérience des JO de Sotchi pourra être mise à disposition dans la lancée. Sotchi est à près de 300km du bout de la presqu’ile qui va relier la Région Sud de la Russie à la Crimée. Les russes voient dans cette multiplication d’opportunités une coïncidence et une mission providentielle.

Prenant le contre pied des dysfonctionnements à l’origine du tassement de croissance de 2013, c’est bien sous le sens de la cohérence que l’année 2014 se met en place. Cette cohérence s’affirme entre le dynamisme des enthousiasmes et des effusions de joie populaires et les premiers résultats sur le suivie de l’état d’esprit des entreprises et de la consommation par régions (étude publiée mensuellement par Rosgostrakh). Le moral des entreprises et des ménages connait une nette amélioration. Les perspectives du marché de l’automobile en sont encore boostées et la perception des risques de chômage encore en baisse (3,8%).

Sur le plan théorique cette confirmation va aussi dans le sens des travaux connus en matière d’économie expérimentale dans le cadre des analyses théoriques dans la lignée des travaux initiés par  D. Khaneman et  A. Tversky , maintenant qualifié de Théorie des perspectives. Les économistes ont mis en lumière l’importance de l’effet de cadrage dans la prise de décisions microéconomiques. Le phénomène prend ici une dimension plus globale qui va favoriser la dynamique macroéconomique en facilitant la coordination entres les priorités nationales clairement affichées, les décisions d’investissements à grande échelle et l’aménagement du territoire au niveau des régions.

L’effet des sanctions et de la rhétoriques qui les accompagne qui flatte les autorités occidentales et les lecteurs des média  officiels, ont en revanche renforcé chez les russes les sentiments de forte détermination et de mobilisation . Historiquement, la menace et l’agression révélées produisent dans la population russe des sursauts et non un situation de découragement comme l’espéraient les agitateurs de sanctions. Ces premières enquêtes sur le moral des acteurs économiques sont aussi relayées par le Levada center , pourtant peu susceptible de complaisance envers les autorités russes.

Les transferts financiers sont encore difficiles à mesurer dans leur totalité. Les réseaux des banques russes enregistrent des regains d’activité dont d’importants  rapatriements de fonds des groupes industriels.   La mise en place « spontanée » d’un nouveau système de paiement dont les sanctions ont offert une justification idéale devrait encore accuser le phénomène. Ils n’est pas sur que les flux induits iront dans le sens d’un avantages financiers pour les pays censeurs qui risquent de voir ainsi s’accélérer la dédolarisation d’au moins une partie des échanges mondiaux. Cette avancée va rendre vraiment possible le tournant dans l’organisation mondiale favorable à l’évènement d’une monde multipolaire.

La premier Ministre, D. Medvediev a appelé aussi les russes et les oligarques qui avaient pris l’habitude de passer leurs vacances à l’étranger de faire acte de civisme et d’envisager des séjours en Crimée. L’imaginaire de la littérature Russe et des fastes impériaux (cf. les_palais_de_Criméen_joyaux_architecturaux_de_la_peninsule) vont alimenter la curiosité et attirer ces nouveaux venus. Le dernier numéro du Courrier de Russie de mars avril 2014 qui titre «la Crimée de nos coeurs» répond en détail à la question : Pourquoi la Crimée est-elle si chère aux Russes ?. Rares seront les lieux de villégiatures estivaux qui pourront rivaliser. Rappelons nous que le russes avaient opté pour la Côte d’Azur chaque fois qu’ils avaient perdu leur terre de Crimée…un peu par défaut! La Crimée est maintenant plus qu’un lieu de rêve et de séjour estival c’est le symbole vivant du retour historique de la Russie. Pour s’en convaincre, il suffit de relire l’essai intitulé La Russie sous l’avalanche, d’Alexandre Soljenitsyne qui consacre un chapitre pour éclairer les relations russo-ukrainiennes. Dès 1998, A. Soljenitsyne explique que : « La position anti-russe de l’Ukraine est ce dont les États-Unis ont besoin » . Les autorités ukrainiennes accompagnent complaisamment l’objectif américain d’affaiblir la Russie et depuis 1998, cette dynamique c’est poursuivi finalement au détriment de la viabilité de l’Ukraine elle même. La pays est véritablement laissée pour compte, dans le rédémarage économique de la région, dans l’attente permanente d’un miracle européen. Ce miracle deviennent de moins en moins crédible depuis 2008 avec l’épuisement dans la crise en Europe de sa construction institutionnelle et monétaire. En dépit du délabrement de l’économie ukrainienne, comme l’anticipait le philosophe,  les  « relations particulières de l’OTAN et de l’Ukraine » se sont développées, ouvrant la perspective de la mer Noire à la flotte américaine. Et A. Soljenitsyne d’évoquer alors les manigances de déstabilisation à la mode de A. Parvus (un agent allemand infiltré chez les révolutionnaires) des l’années 1914-1915 : utiliser le séparatisme ukrainien pour réussir à désorganiser la Russie… Une commémoration que les instigateurs de  Maïdan comptent bien fêter en atteste le Coup d’État euro-américain en Ukraine partie1 et partie 2  ,  billets écrits par deux spécialistes de stratégie politiques en Suisse, Roxanne Zigon et Umberto Mazzei, Directeur de l’Institut de Relations Economiques Internationales Sismondi de Genève et publié par Realpolitik.tv.

 

photo à la une : La défense de Sébastopol” d’Alexandre Dejneka, 1942

 

Aussi à consulter :

République bananière d’Ukraine, épisode 8 | Realpolitik.tv > la géopolitique sur le net

Alexander Parvus & Russian Revolution 1 – YouTube

Viabilité spectacle

Quand la violence ministérielle grecque se donne en spectacle pour célébrer sa Présidence de l’Europe, c’est tout le cynisme de l’austérité qui s’affiche.

«marchandises d’exportation grecques pour la culture européenne» tel semble être le qualificatif choisi par Le Ministre grec de la Santé, Adonis Georgiadis pour décrire les étudiants et des chercheurs qui l’on interpelé sur l’austérité en Grèce durant sa venue à Londres. Il y faisait une visite à l’Imperial Collège dans le cadre de la Présidence grecque de l’UE. Sur l’invitation de la Société hellénique de l’université, il avait choisit de présenter une contribution à destination de la communauté scientifique de l’université : «Renverser la tendance: le chemin difficile depuis la crise pro­onde dans l’UE, vers la présidence grecque et le chemin encore à parcourir ».

Des étudiants et chercheurs, dont une bonne partie semblait être des grecs, l’on interpellé en soulignant que les politiques du gouvernement «tuent et Mr Georgiadis est là pour promouvoir la souffrance de notre peuple.» Ces étudiants et chercheurs ne faisaient finalement là qu’évoquer les résultats des études scientifiques publiées par leurs collègues dans The Lancet, comme aussi dans l’ouvrage,  The Body Economic, why austerity kills.

L’énervement de l’auditoire a fait suite en particulier aux propos du Ministre qui affirmait qu’il fallait éviter pour la Grèce surtout le modèle de l’Argentine ou du Venezuela. Ils ont certainement regretté que le Ministre ait oublié d’évoquer l’exemple du  modèle Islandais qui aurait pu fournir une discussion intéressante dans le contexte de la crise européenne : une alternative bien crédible (cf. VIABLECO – «Viability alarm»!)

Il semble que le Ministre Grec, excédé n’ait pas pu réprimer des propos violents ; il a été photographié, quittant le podium pour prendre à parti un de ses détracteurs dans la salle…

A partir de ce moment là il n’a pas pu poursuivre sa conférence…

Il a été remplacé à la tribune par une actrice-scénariste Zoe Mavroudi qui a simplement lu un texte publié sur le blog Ypopto Mousi  « Une tragédie grecque moderne », écrit pour éclairer la réalité de la situation sanitaire en Grèce en remplacement des déclarations du Ministre. Cette scénariste s’est fait connaître par un documentaire qu’elle a réalisé l’année dernière Ruines qui raconte la persécution d’une trentaine de femmes exhibées comme support électoral et politique pour les élections de mai 2012 en Grèce. La peur au service de la démocratie encadrée…pour que vive l’austérité!

On souligne aussi dans ces pages l’économie mise en image à travers des films de grande diffusion via le net que sont : Catastroika de Infowar Productions , sortit en 2013 après le succès du film Debtocracy de Infowar Productions qui est sortit en avril 2011. La trilogie devrait se clore avec le film qui est actuellement en préparation : Fascisme S.A.