Archives de catégorie : Actualités / News

Parole ouverte par temps de presse fermée

2014-11-14

 

Vincent Flament, un journaliste hors des média traditionnels, à la fin de l’été, m’a proposé de répondre à quelques questions sur la crise Ukrainienne. Les réflexions échangée sont rassemblées ici dans cet article qui reprend aussi certains éléments de présentation de mon interview de juin 2014 à la Voix de la Russie de juin 2014 et des sujets abordés dans le blog Viableco.

le blog « initiative communiste » vous propose de retrouver les extraits d’un long entretien accordé par Hélène Clément – économiste auprès du CEMI-EHESS, spécialiste de la Russie – autour de la question ukrainienne. Réalisé à la fin aout, de larges extraits de cet entretien ont été publiés par Initiative Communiste. Bien sûr, sur différents sujets, les militants communistes du PRCF ne partagent pas nécessairement tout de l’analyse proposée ici, mais c’est l’occasion de donner entendre un point de vue d’une économiste spécialiste de la Russie, proche du terrain, de mettre en relief l’absence de diversité d’opinion des grands médias relayant, en invitant des experts appointés choisi avec soin, unanimement les éléments de langage établis par l’empire euro-atlantique à Washington et Bruxelles ou au siège de l’OTAN. (l’article en entier sur le site avec les cartes)

IC : Quel est votre parcours, et quelles sont vos fonctions actuelles ?

Hélène Clément : Je suis économiste, habilitée à diriger des recherches. Je suis rattachée auprès du laboratoire de recherche du CEMI-EHESS (Centre d’étude des modes d’industrialisation de l’école des hautes études en sciences sociales).

Actuellement  en disponibilité d’un poste de maître de conférences, j’habite la plus grande partie de l’année avec ma famille en Russie. Mon mari est français comme moi et nous nous sommes installés en Russie depuis 2007. Nous partageons un intérêt pour le pays, sa culture, son dynamisme qui transparaissent dans les valeurs éducatives transmises à nos enfants. Ils ont fait une grande partie de leur scolarité dans le système d’enseignement public russe.

Je collabore actuellement à un programme de recherches avec l’Institut de prévisions de l’économie nationale de l’Académie des Sciences de la Russie (IPEN-RAN) sur les stratégies des entreprises françaises intervenant en Russie. Nous observons que les grands groupes qui connaissent le terrain ne se font pas intimider par les agitations de la presse. C’est auprès des PME qui pourraient trouver en Russie des relais de croissance, que la désinformation à laquelle nous sommes habitués de la part des médias traditionnels fait le plus de ravage. Alors que les PME sont les plus frappées par la crise européenne qui  s’amplifie, voilà un gaspillage de possibilités lourd de conséquence sur l’activité de notre pays.

IC : Comment en êtes-vous venue à vous intéresser particulièrement à la Russie ?

J’ai étudié le russe au Lycée, ce qui m’a amenée à passer un mois à Moscou en 1978. Déjà à l’époque j’ai rapidement compris que la vision occidentale ne collait pas complètement avec la réalité… Etait-il possible que la propagande soit plus symétriquement partagée qu’on ne le croyait ?

« Dans les années du développement de l’économie néolibérale il était conventionnellement plus à propos de donner une large place aux études sur l’équilibre et l’efficacité ainsi que sur les mécanismes de convergence en Europe pour accréditer les transformations en cours et le passage à l’Euro »

Une fois pris le tournant d’une carrière académique en économie, j’ai orienté mes recherches vers les transitions et les mécanismes dynamiques qui façonnent l’environnement socio-économique. Cette approche allait en sens inverse des points focaux du moment. Dans les années du développement de l’économie néolibérale, portée par l’accélération de la financiarisation, il était conventionnellement plus à propos de donner une large place aux études sur l’équilibre et l’efficacité ainsi que sur les mécanismes de convergence en Europe pour accréditer les transformations en cours et le passage à l’Euro. Il est aisé de comprendre que dans ce contexte, une réflexion sur les incertitudes, les déséquilibres, les entraves à la viabilité des systèmes économiques et les crises était hors du cadre imposé. Les soubresauts du réel ont finalement très peu de prise sur les impératifs de justifications de la théorie économique lorsqu’elle flirte avec l’idéologie. Vous imaginez assez bien comment j’ai pu rester sur ma faim compte tenu de l’évolution des mentalités sur la période… Ainsi se comprend le souhait d’explorer en Russie un terrain de recherche qui ne pouvait renier les mécanismes de transformations et les crises, tout en témoignant d’une expérience qui permettait de retrouver l’espoir que des solutions économiques existent pour assurer l’amélioration des conditions de vie des populations.

Avec nos collègues du CEMI et de l’IPEN-RAN nous avons suivi l’épopée de la Russie depuis le début de la transition des années 90. J’avais pu ainsi visiter régulièrement une grande diversité de recoins du pays… Puis en 2006 nous avons pris la décision de nous installer dans la capitale en famille – une manière d’être sur le terrain et en prise avec le réel. J’assumais ainsi ma différence avec les aspirations standard du milieu académique français qui préfère souvent  la distanciation d’avec le réel comme gage d’objectivité. Cette attitude est très marquée particulièrement sur les questions qui touchent à la Russie et bien sûr à l’Ukraine… Il est clair maintenant que cette convention témoigne d’une forte dépendance de la profession à un modèle de pensée et d’analyse anglo-saxon. Cette uniformisation sape les perspectives de diversité pour imposer l’absence d’alternative (TINA *) généralisé.

« il n’y a pas d’alternative ». Associé à l’austérité, le slogan signe le joug d’une authentique dictature de la pensée

L’exigence économique du monde financiarisé qui structure la société européenne impose un déni des liens autres qu’économiques. L’Europe se sent obligée de se précipiter pour signer en catimini le Traité Transatlantique avec les USA (TAFTA) et faire avancer l’OTAN coûte que coûte….faute d’alternative. Cette absence d’alternatives assénée en permanence par nos médias, nos politiques, c’est aussi de ça que j’ai voulu me libérer en venant en Russie. Déjà en économie je n’y ai jamais cru, ce n’est qu’une mystification hégémonique. Associé à l’austérité, le slogan signe le joug authentique d’une dictature de la pensée. A l’opposé, la dictature d’opérette que singent les Pussy Riots est un contre-sens. Elles m’amuseraient plus si elles avaient les tripes de parodier la Troïka en Grèce, parce que l’austérité tue, en Grèce et ailleurs, comme le clament depuis longtemps des scientifiques britanniques dans la revue médicale The Lancet.

Au delà des aspects professionnels nous ressentions mon mari et moi cette absence d’alternatives comme un fardeau capable de briser le futur de nos enfants.  Et en sept ans de vie en Russie, nous mesurons combien la réalité en Europe corrobore de plus en plus cette anticipation. La société française semble de plus en plus laissée pour compte, sous l’argument de la crise. Le Français est seul et sommé de l’être de plus en plus, individu certes libre de se choisir en genre mais mesurable, évaluable comme une marchandise en concurrence avec d’autres. L’avenir des jeunes dans cette jungle s’articule entre le renoncement en dehors de l’économie marchandes modulo le RSA, -mais pour combien de temps encore?- et finalement les plans de départs forcés.

En somme notre intérêt familial pour la Russie va de pair avec un retour aux sources et la quête de reconnaissance de capacité collective pour affronter le futur. J’avais besoin de prendre de l’air hors de l’individualisme mortifère. Je me sens un être social et j’ai besoin d’un collectif, et de tisser des liens. C’est comme une mission spirituelle, intellectuelle, culturelle tout à la fois dans l’espace et dans le temps. Je ne suis pas un touriste qui passe, qui consomme, qui profite…je voyage par circonstance quand je peux «servir», dans beaucoup de régions de Russie et dans son voisinage. En février dernier, j’étais dans le Donbass pour une conférence. Déjà mes collègues universitaires revendiquant leur parenté cosaque m’annonçaient qu’ils se préparaient à Résister, à reprendre le flambeau de la victoire de 1945 que le gouvernement provisoire de Kiev remettait en cause. Ils feraient des milices, disaient-ils, et en même temps ils souhaitaient qu’on discute d’une coopération commune sur des contrats de recherches européens… ! J’étais seule à mesurer l’aspect contradictoire de ces souhaits et combien il était tyrannique de leur demander de choisir entre leur identité, leur histoire et la coopération avec des Européens… Comment pouvaient-ils comprendre ? Eux qui croyaient que la victoire sur le nazisme, nous l’avions remportée ensemble, et que ça devait créer des liens !…  Je restais dubitative en songeant qu’ils étaient en première ligne pour être les nouveaux bouc- émissaires. On venait d’apprendre que le gouvernement Ukrainien avait signé en janvier avec la Royal Dutch Shell un contrat de 10 milliards de dollars pour être le principal prospecteur et exploitant du gaz de schiste dans l’est de l’Ukraine (cf: Shell and Ukraine Finalize $10 Billion Shale Gas Contract). On sait maintenant aussi que Exxon est aussi présente aux côtés de la société Burisma Holdings, principale société de fracturation hydraulique de l’Ukraine. Elle appartient à Ihor Kolomoïsky, un oligarque ukrainien proche du vice-président américain Joe Biden, dont le fils a été nommé membre du conseil de direction de Burisma Holdings.

Des ce début d’année, il était ainsi dans l’air que l’Est de l’Ukraine était promis à la fracturation hydraulique, le problème qu’il allait falloir que les autorités de Kiev résolvent était celui de la population en trop sur les sites d’exploitations…personne alors ne se doutait des implications.

Si vous souhaitez plus d’information me concernant je vous renvoie à un article publié en juin  dans la Voix de la Russie,«Vivre en Russie : une leçon d’espoir et de résilience pour une économiste dans le réel». Il est repris sur mon blog : http://viableco.hypotheses.org

IC :   Dans les grands médias français, Vladimir Poutine est presque toujours décrit comme un monstre froid qui tiendrait  à la fois de Staline et de Pierre Le Grand. Qu’en pensez-vous?

D’après le classement publié par le magazine américain Forbes, le Président russe est l’homme le plus influent du monde… Pour le Huffington Post c’est l’« homme médiatique numéro un » et la  » personnalité internationale de l’année 2013  » pour  le Times. De quoi nourrir nombres de comparaisons et de rancœurs!

De mon point de vue, le rôle international de Vladimir Poutine est le symbole d’une action collective menée par la diplomatie russe afin de promouvoir un monde multipolaire où la souveraineté des pays serait préservée. Cette cohérence affichée, alliée à la préservation d’une tradition d’excellence, assure le succès dans les enjeux géopolitiques contemporains qui portent tous en germe leur part de chaos. Le rayonnement de la Russie s’affirme dans son voisinage et au delà, au sein des BRICS et de l’OCS (Organisation de coopération de Shanghai)- OCS dont les voix s’élargissent et s’affirment. Serguei Lavrov, le Ministre des affaires étrangères de la Russie incarne cette excellence et ce volontarisme au service de son pays.

« Les Russes peuvent ainsi conjurer le pire des maux pour un peuple qui est de se sentir trahi. »

Bien sûr, moins connue en Occident parce qu’elle prend le contre pied des caractérisations hâtives, est certainement la capacité du Président russe a être poche de son peuple. Les anecdotes et les témoignages ne manquent pas : il participe régulièrement à un intéressant exercice appelé Ligne directe, une émission qui dure environ quatre heures. A peine moins d’une centaine de questions sur des sujets les plus divers lui sont posées en direct par les auditeurs et le public. Le Président russe se livre à ce jeu coutumier avec facilité, sympathie et même connivence….la population a pris l’habitude de suivre avec intérêt ces échanges et il lui arrive aussi de «vibrer»  lors des conférences de presse du Président (texte.et vidéo YouTube). Peut on imaginer exercice de démocratie directe similaires avec nos élites européennes ou même françaises? Ni Herman Van Rompuy ni Catherine Ashton ne cherchent  à nous faire vibrer… le pourraient-ils d’ailleurs ? Pourtant je suis d’avis que c’est cette façon de faire en prenant les gens au sérieux qui assure au Président russe sa popularité et la confiance de son peuple. Les Russes peuvent ainsi conjurer le pire des maux pour un peuple qui est de se sentir trahi.

Le résultat statistique est édifiant, et a aussi de quoi faire encore rager nos médias et nos élites. Au Président de la Fédération de Russie, moins de 20% d’opinions défavorables, alors qu’en France moins de 20%, c’est tristement le pourcentage de Français satisfaits de leur Président… Cherchez l’erreur!

La presse occidentale a aussi pris le réflexe de mettre en doute la liberté d’information en Russie. A l’heure du net et de l’internet libre – ce qui est le cas en Russie à la différence de nombreux autres pays bien moins stigmatisés – que signifie cette accusation?  D’ailleurs cette même presse occidentale apprend en ce moment la leçon à ses dépens : la désinformation ne passe plus grâce aux réseaux et aux blogues.

Galvanisée par une presse qui se fait fort de traquer les manquements aux droits de l’homme, certes de façon un peu sélective, les Français continuent à tenir et à croire à leurs privilèges démocratiques qui les placent bien au dessus de toute ambition concurrente. Loin de moi et de la Russie, l’idée de tenter de leur donner des leçons sur ce registre, si chèrement payé. Je sais simplement que le sens des mots diffère selon les contextes et que l’universalisme occidental s’accommode mal de la tolérance, surtout au sujet de la démocratie, matière à imposer par la force si besoin est, selon la culture politico-stratégique de l’OTAN, avec frappes préventives à la clef et sanctions économiques pour amorcer. C’est entré dans les habitudes!

« Cette morale [de l’UE] fondée sur le principe de la concurrence doit s’imposer uniformément «pour tous» parfois avec des forceps, et elle imprime sa marque dans l’éducation, les rapports sociaux qui deviennent chaque jours plus durs et pesants »

Nous n’allons pas rouvrir le débat sur les droits de l’homme contre la dignité humaine, ni encore du relativisme moral garant de libertés individuelles contre la liberté humaine comme ferment du lien collectif. Le point de vue que je partage avec les Russes, mais aussi encore avec certains Français, je le pense encore, est que la somme des intérêts particuliers ne fait pas le bien commun, véritable socle de la société et source de joie d’être ensemble. Les Russes le résument habituellement par l’idée du «Nach», qui signe la reconnaissance que l’individu appartient au groupe, qu’il en est digne et qu’il y sera accueilli et protégé… Une onction de respect réciproque. Cette position est issue d’une conception anthropologique et philosophique considérée comme désuète par des contemporains «dans le vent», parce qu’elle se situerait aux antipodes de la morale européenne.  Cette morale fondée sur le principe de la concurrence doit s’imposer uniformément «pour tous» parfois avec des forceps, et elle imprime sa marque dans l’éducation, les rapports sociaux qui deviennent chaque jours plus durs et pesants, à l’école comme sur les lieux de travail : l’individu post-crise sera radicalement autonome, contractualisé et finalement peut-être bien trop déterminé pour être vraiment libre. Il sera acteur du tourisme ou devant les fourneaux selon les orientations qui s’annoncent dans le panorama économique de ce que nos alliés voudront bien nous autoriser à garder comme activité légitime (c’est-à-dire le tourisme et la gastronomie).

En Russie c’est la géographie qui explique en premier lieu le sens et l’importance du collectif : les contraintes naturelles pèsent, le collectif est ce qui fait résister mais aussi gagner contre la fatalité du déterminisme.… L’Histoire et les crises surmontées en attestent. L’individu n’est rien dans l’immensité et la solitude, le réel penche en faveur de ce qui chez nous passe pour officiellement ringard…On comprend ainsi la dissonance !

Beaucoup de choses se déclinent alors sous cette divergence de vues que la presse se plait à exacerber par la caricature du prêt à penser imposée par les figures politico-médiatiquement correctes.

L’hystérie en la matière sembla à son comble -ce n’était qu’un début !-, lors des jeux de Sotchi (NDLR cf : Sotchi: l’hystérie médiatique anti-russe et anticommuniste) pour embuer les manœuvres de l’EuroMaïdan afin que nul n’y suppose une ingérence autre que «démocratique». La distribution de biscuits par Madame Nuland en était l’assurance ! Seule ombre au tableau, l’envie irrépressible de ces «femmes éminemment bonnes» de téléphoner (V. Nuland et C. Ashton)… en oubliant que la technologie des grandes oreilles n’est pas encore la chasse gardés de la NSA  (« Fuck the EU! – Exactly! » – YouTube et Catherine Ashton-Courrier international).

IC : L’annexion de la Crimée est présentée par les mêmes médias comme le début d’une expansion russe vers l’ouest…

Un article signé de J. Mearsheimer, paru dans l’édition de septembre-octobre 2014, du Foreign affairs ( Pourquoi la crise ukrainienne est la faute de l’Occident) souligne que les États-Unis et leurs alliés européens partagent l’essentiel de la responsabilité dans la crise ukrainienne. Depuis de nombreuses années, la racine du problème est l’élargissement de l’Otan – en dépit des promesses faites à Gorbatchev lors de l’éclatement de l’URSS. C’est un élément central d’une stratégie visant à arracher l’Ukraine à l’orbite russe et à l’intégrer à l’Occident. En préliminaire à l’intégration dans l’OTAN, lorsqu’elle n’est pas encore possible, le « changement de régime » par des «révolutions colorées» fut systématique. C’est la politique que l’Occident a menée aussi en Ukraine. La proposition d’association faite par l’Union européenne qui a été à l’origine de la crise contenait également des clauses relatives à la politique de défense. Elle visait à forcer ce pays, que l’on savait pourtant profondément divisé, à choisir entre l’Europe et la Russie. Dans un sondage national conduit en décembre 2013, 48% des personnes interrogées ont dit que Ianoukovitch avait raison de ne pas signer et 35% qu’il avait tort (85 % dans l’Ouest du pays).

Ainsi, c’est l’Ouest qui avance vers la Russie en dissimulant de moins en mois sa menace. L’OTAN, en s’élargissant inexorablement, accroît sans cesse ses manœuvres militaires, implante ses bases et ses fusées toujours plus prés des frontières russes. Il ne s’agit pas que d’une question de langage ou de menace, c’est bien réel. Il est de notoriété publique que le Département d’État US a «investi» 5 milliards de dollars pour asseoir le «partenariat avec l’Ukraine» en assurant la chute du gouvernement ukrainien, suivant un complot rendu public par l’enregistrement de la communication entre l’ambassadeur U.S. en Ukraine (Geoffrey Pyatt) et  l’assistante au Secrétariat d’État (Victoria Nuland).

On constate aussi largement que les USA alimentent la propagande et la désinformation antirusse. L’épisode de l’explosion de l’avion Malaysien en atteste : il a servi à nourrir la délation, et les vraies informations sont depuis classées «secret défense», parce que beaucoup trop «sensibles» pour être divulguées au grand public, qui ne pourrait pas comprendre !

Dans l’apologie du dénigrement et de la haine de la Russie, la stratégie US n’a de cesse de réitérer le coup d’État en Russie d’octobre 1993, qui a auguré une période de sinistre mémoire pour le pays : appauvrissement généralisé de la population, et montée des mafias du fait de l’arrivée au pouvoir de réformateurs zélés en matière d’austérité, conseillés par des experts américains idoines. Récemment un colloque à Paris «1993, un octobre oubliée» a éclairé ce sujet que nos médias nous avaient quelque peu dissimulé. Rares sont les Russes prêts à se laisser faire une nouvelle fois.

De façon plus pragmatique, posons-nous la question qui s’est posée à un Criméen lambda qui se soucie de l’avenir de ses enfants : votre gouvernement vous annonce des nouvelles baisses de salaires et de retraites dans le cadre d’un plan d’austérité du FMI, et brutalement s’ouvre pour vous le choix de rejoindre votre pays d’origine, dont la grande majorité d’entre vous partage la langue et la culture, et qui s’inscrit dans une dynamique de développement – les classes moyennes y voient leur pouvoir d’achat croître sans arrêt depuis plus de 15 ans ! Comparons cette perspective à la poursuite de 23 ans de gouffre politique en Ukraine avec de vaines promesses interprêtées comme une adhésion à l’Europe et à l’Euro pour demain… Un demain qui ne vient jamais et qui a provoqué un dépérissement économique majeur. Si vous étiez Criméen, vous choisiriez quoi ? Certainement comme les 96% de la population de Crimée : le rattachement à la Fédération de Russie.

Pour rendre compte de la situation d’aberration ambiante à Kiev et voir qu’elle ne date pas d’hier, je mentionne cette anecdote : en 2000, lors d’une mission économique à Kiev, j’ai eu l’occasion d’entendre des experts américains dont l’opinion était relayée par les journalistes, et qui disaient aux Ukrainiens de ne pas se soucier de mettre en place des programmes monétaires adaptés à leur situation économique parce que dans deux ans ils seraient dans l’Euro. J’étais sans voix !

Il faut savoir aussi qu’en Crimée, les force navales de Russie sont installées de très longue date, suivant des accords renouvelés à long terme… Il est faux de parler d’invasion militaire russe, comme nos médias sans mémoire le prétendent.… Les militaires étaient déjà là!

La Crimée a demandé son annexion, pas uniquement par opportunisme économique, mais aussi du fait de la peur. Il y a eu des provocations (menace sur la reconnaissance du Russe comme langue administrative, « trains de l’amitié »  venant de l’ouest du pays, remplis de compatriotes ukrainiens amateurs de reconstitutions historiques à balle réelles…). Les agissements des bataillons punitifs gazant et brûlant à Odessa et bombardant les populations civiles au phosphore cet l’été nous ont montré que la crainte n’était pas infondée.

Ce n’est pourtant pas la chaleur de l’été qui a terrassé les capacités d’indignation de nos concitoyens européens, mais plus le souffle venu des USA. Bel exemple d’alignement et d’aliénation orchestrés une nouvelle fois par les traditionnels chiens de garde en parfaits oiseaux de malheur.

Un sondage d’opinion des populations de Crimée récemment effectué par un centre américain – ce qui est pour le moins significatif – montre que l’enthousiasme des Criméens pour le rattachement à la Russie tend à se renforcer encore depuis le référendum. A ce rythme l’Europe peut craindre une contagion pire que celle d’Ebola ! L’austérité tue en Europe et, qu’on le veuille ou non, les néo-nazis en Ukraine ont commis des agressions qui ne peuvent plus se dissimuler, visant un nettoyage ethnique anti-russe, emprisonnant les réfractaires à la conscription et persécutant çà et là par habitude et précaution… Il suffit de relire l’histoire pour ne plus craindre uniquement l’amplification de la crise économique !

IC : Qu’y a-t-il de vrai dans la grille de lecture dominante  » Gouvernement pro-Europe de Kiev contre insurgés pro-russes du Donbass ? »

D’abord sur la question du vol MH17, les informations existent mais sont maintenant classées «secret défense» ce qui acte le fait qu’elles sont mises hors de la grille de lecture autorisée.  Ainsi il est politiquement incorrect de se poser la question. Circulez il n’y a rien à voir ! Le théâtre de la communication doit passer à une autre scène. La provocation n’a visiblement pas marché ni du côté russe ni du côté de forces US ! On peut même penser que c’est le Pentagone n’a pas pu se laisser convaincre à engager troisième guerre mondiale contre la Russie… Chauffer les populations comme il se doit n’a servi à rien. Et puis l’histoire les rattrape, les chaos précédemment orchestrés se sont rappelé à leurs initiateurs… En Irak et en Syrie, rien n’est fini et ça explose aussi à l’intérieur des USA. Gageons que les néoconservateurs et les tueurs à gages en tout genre vont inventer de nouvelles provocations pour arriver à leurs fins chaotiques.

La question de communication qui accapare les spécialistes est maintenant de faire passer la nécessité de s’allier à Bachar El Assad pour anéantir les gentils rebelles d’hier en Syrie, à qui on fournit des armes, et qui se sont transformés en vrais coupeurs de tête. Il n’était pas venu à l’esprit de nos communicants polarisés par les armes chimiques que les témoignages faisant état de tortures et de décapitations l’année dernière pouvaient être fondés. Question de panorama !

Cette année la mode n’est plus à s’intéresser aux armes chimiques, qui pourtant sont expérimentées sur les populations dans l’Est de l’Ukraine (bombes au phosphore) par les troupes du gouvernement de Kiev, que l’UE et les USA ont mis en place.

Pratiquement tous les médias et même Médiapart sont pris au piège de leur désinformation. Ce que voient les lecteurs de plus en plus, ce sont des insinuations et des accusations grotesques qui discréditent leurs auteurs. La palme est certainement à décerner au journal allemand Die Welt qui a même accusé la Russie d’être responsable de l’irruption du virus ébola !  (cf. Russland hat Ebola zur Waffe gemacht). Par chance, à l’heure du net, les blogs se relayent à réinformer les curieux .

Plus concrètement, le discours de discrédit vis à vis des combattants du Donbass qualifiés péjorativement de «pro-russes» s’embourbe dans des réalités de terrain. Elles devraient forcer les observateurs à mettre l’accent sur la nécessité de négociations plus constructives et non à mettre de l’huile sur le feu. Le réalisme finira par s’imposer compte tenu que les troupes de Kiev sont en passe d’être vraiment défaites, en dépit des mercenaires et de leurs conseillers US.

Ainsi se font-elles anéantir face à des combattants qui défendent leur terre, leur vie et celle de proches. Réalisons aussi qu’ils revivent les actions glorieuses de leurs grands parents sur les mêmes terrains et contre les mêmes adversaires. Facile d’imaginer l’écart d’incitation au combat des deux côtés, entre la gloire des combats des «partisans » et la promesse de l’austérité made in FMI ! Il n’est pas surprenant que trois bataillons entiers aient pu être reconstitués avec les déserteurs de l’armée de Kiev pour combattre aux côtés des troupes du Donbass. En plus des hommes, c’est aussi du matériel en grande quantité qui est récupéré par les combattants du Donbass. Kiev, qui dirige l’expédition punitive qualifie de terroristes les insurgés du Donbass, tout comme étaient qualifiés de terroristes les résistants français par les nazis. Il y a des parallèles qui ne laissent pas indifférent et qui traduisent le manque de réflexion des élites qui utilisent les mots.

Incompétence, ignorance, amateurisme ? En tout état de cause, c’est un vrai problème que nos instances européennes aient pu parier sur cette mascarade ! On apprend même d’un responsable européen que l’impact prévisible sur l’économie européenne des sanctions contre la Russie n’a fait l’objet d’aucune étude. Eh oui, tout le monde devait être en vacances !

Progressivement, la campagne organisée par Washington afin de diaboliser la Russie est démystifiée. Par exemple, un groupe de professeurs hollandais a écrit une lettre ouverte au président russe Vladimir Poutine le 12 août, dans laquelle les signataires ont officiellement demandé pardon pour les mensonges de propagande répandus par les médias occidentaux (An open letter from the Netherlands to Putin… We are sorry!(futuristrendcast.wordpress., anglais, 05-08-2014).

IC : L ‘Ukraine de Porochenko est-elle viable à votre avis ? Risque-t-elle d’éclater, ou de connaître bientôt de nouvelles insurrections ?

Il y a une imbrication de problèmes économiques et militaires qui rendent la situation totalement non viable dans le cadre présent.

Une chose est sûre, les Ukrainiens ont une capacité de résistance hors du commun… Depuis son indépendance, soit plus de 20 ans, ce pays pourtant considéré comme une riche région (terres noires, ressources minières, industries) ne connaît pas de rebond économique. La population est prête à croire n’importe quoi par désespoir. A mon sens, c’est ce qui explique « Maïdan» avec en plus les avantages financiers retirés des participations aux manifestations «démocratiquement subventionnées».… Difficile d’imaginer pour nous Français, si prompts à manifester que d’autres peuples doivent être payés pour descendre dans la rue ! Telle est pourtant la réalité qui transparaît dans les témoignages des participants. Pour trouver une excuse valable, arguons qu’il faisait parfois -10 degrés lors de l’épopée Maïdan !

On peut aussi comprendre que la population se demande comment passer l’hiver dans le contexte présent. Les mesures d’austérité du FMI touchent les plus démunis alors que les oligarques associés officiellement au pouvoir poursuivent leurs détournements financiers comme d’ordinaire. Ils devraient normalement donner des gages aux bras armés du régime, mais il semble que même cela se fasse pas sans mal. L’appât du gain est plus fort et alimente les tensions et la dissidence. Ces mentalités sont cause d’instabilité majeure pour la suite. Les « captations » très traditionnelles en Ukraine expliquent le sous-équipement et l’indigence des troupes combattantes de l’armée. Les moyens manquent ou sont détournés. En effet une part conséquente du budget du pays a été engloutie par les opérations OAT (opération anti-terroristes) dans l’Est et le résultat n’est pas concluant. L’État ukrainien déjà en faillite avant l’offensive punitive vers l’Est ne peut subsister qu’avec des perfusions constantes de ses alliés américains et européens. Pourront-ils être à la hauteur des besoins ? La situation économique, contrairement aux prévisions trop optimistes, ne s’améliore pas chez nous, il faut bien en prendre conscience. En Europe la déflation (cf. draghi-speaketh-RWE) est maintenant un fait établi par Mario Draghi, notre banquier central, après plusieurs mois de déni et d’aveuglement.

Le pire pour les élites ukrainiennes et leurs commanditaires est que la prise de contrôle escomptée sur les ressources énergétiques potentielles du pays – fameux gaz de schiste pour lequel, dès janvier les compagnies étrangères avaient amorcé le marchandage – devient de plus en plus hypothétique. Comment alors rembourser les avances et les services rendus ? Il semble bien en effet que le gouvernement de Kiev ait déjà négocié les ressources de l’est du pays avec ses «partenaires» étrangers les plus actifs en contrepartie d’une pression d’intimidation sur les Russes et de la discrétion adéquate quant aux méthodes musclées employées pour faire table rase des populations encombrantes. Les « droits-de-l’hommistes », comme les nomme parfois Régis Debray, sont priés de regarder ailleurs ! L’Ouest ne sera pas épargné par le marchandage à cause des ambitions de Monsanto et du quitus donné par les instances internationales pour les OGM…. (cf Ukraine : pendant que les fascistes soutenus par l’UE célébrent les collaborateurs nazis, Mosanto installe ses OGM)

La conscription (3ème vague) ainsi que les listes des morts et des blessés ont provoqué de l’agitation dans de nombreuses régions au centre et aussi à l’ouest de l’Ukraine. Ce sont souvent les femmes et les mères qui manifestent. La répression et la surveillance suivant les méthodes qui ont fait leurs preuves dans des situations analogues permettent de contenir le mécontentement. Mais jusqu’à quand ?

L’effondrement de la monnaie ukrainienne montre que l’affrontement militaire tourne assez nettement à l’avantage des troupes du Donbass. Les spéculateurs, après avoir fait confiance aux ronds de jambes du gouvernement de Kiev, vendent en masse. La panique n’est pas que financière, des Ukrainiens d’autres régions se rallient aux troupes du Donbass et les sabotages des infrastructures ne sont pas rares. (…)

Les déserteurs de l’armée ukrainienne échappés des chaudrons (encerclements) fuient vers la Russie, et certains rejoignent les rangs de la résistance du Donbass. Rien d’étonnant, on connaît déjà ces épisodes dans nos livres d’histoire (enfin les vieux). La refonte des programmes prend un tour nouveau quand on comprend ce qui se rejoue avec la bénédiction des instances européennes : oublier pour ne pas transmettre à ses enfants.

La situation sur le terrain s’impose comme une vérité. Cette panique contamine les soutiens occidentaux et européens à qui les oligarques de Kiev avait assuré d’une victoire rapide. On connaît la chanson… Il y a 100 ans aussi la guerre devait être courte ! Aux abois à cause des défaites du Donbass et de la prodigieuse incompétence pour conduire cette guerre “anti-terroriste” qui devait se réduire à une boucherie type épuration ethnique bien organisée pour libérer la place au forage et à l’exploitation de gaz de schiste. Le montage géopolitique UE/USA est  radicalement compromis. Combien de fronts supplémentaires devra ouvrir l’OTAN pour sauver la face ou disparaître?

La seule issue est le mensonge sur l’intervention russe et le bombardement de l’OTAN. Tel est le scénario-catastrophe mainte fois joué qui fait envie à beaucoup d’esprits agités. Mais cette fois en gros, car jusqu’à présent cette stratégie n’a pas réussi à gagner une seule guerre…. L’OTAN ne sait que perdre alors l’ultime tentative de revanche ? Les frappes atomiques préventives que nous promettent les USA régulièrement avec l’espoir que les Russes soient tous « des jokers ». A voir l’efficacité de leurs cousins du Donbass et leurs livres d’histoire remplis de faits glorieux, j’en doute…

Gardons l’espoir d’un miracle – pour conjurer les malins et leurs jeux atomiques ! –  et qu’en Europe des gouvernements indépendants et des peuples souverains puissent briser la haine et le mensonge encore une fois. Que mordent la crise économique et les conséquences des restrictions pour créer la dissension émancipatrice et amorcer la résistance de ceux qui ne veulent pas de fin à l’Histoire.

Plus encore que la voracité économique, c’est finalement le retour d’un certain vocabulaire qui choque (cf. The Vineyard of the Saker: Are You A Passive Supporter Of Racially-Motivated Killing, Ethnic Cleansing And War-Crimes?). Trouver çà et là dans les qualificatifs des membres des autorités de Kiev l’emploi du vocable de sous-homme pour désigner les Sémites et les Slaves, ceux que nos medias qualifient de pro-Russes est devenu une habitude. C’est encore une manière de ressusciter la haine et la peur du communisme dans le contexte pour faire plus authentique ! Une chose est sûre, nous ne sommes pas dans la délicatesse des procédés. C’est peut-être ce dernier point qui laisse le plus perplexe dans le contexte d’aggravation de la crise économique et sociale en Europe. Une fuite en avant semble avoir commencé ! Le déni permet d’en retarder les actes de résistance mais le Net est là pour restaurer l’information.

Dans l’intervalle relisons pour l’espoir, la Chute de Paris d’Ilya Erenbourg, plus qu’un roman c’est un témoignage d’une époque dans ses aspects psychologiques les plus complexes mais toujours d’actualité…et la surprise est que l’espoir est au bout de façon prémonitoire pour la date de publication de l’ouvrage 1942 !

Notes d’Initiative Communiste

* TINA : « There is no alternative » (il n’y a pas d’alternative): formule par laquelle Margaret Thatcher avait coutume de « justifier » sa politique néolibérale sans avoir à argumenter.

 

La surprise d’un retour dans l’Histoire?

 

2014-07-08

Le ministre des Finances, Michel Sapin a choisi de confier au Financial Times lors d’un entretien accordé en marge des discussions économiques d’Aix en Provence, son intention de défendre, lundi 7 juillet à Bruxelles, le souhait que d’autres devises que le dollar soient utilisées pour les transactions internationales (cf. La Tribune : Paris plaide pour une alternative au dollar).

Cette déclaration peut s’interpréter comme un tournant radical dans la participation de notre pays à l’espace monétaire et financier mondial. Elle témoigne aussi d’un courage politique qu’il est plaisant de saluer dans des temps d’incertitude. La surprise nous est douce et agréable. Enfin un homme d’Etat au sens définit par de Gaulle, «un homme capable de prendre des risques»!…Affrontant Bruxelles et Washington à la fois.

On savait  l’intérêt que prenait la Russie et les BRICS pour la mise en place d’alternatives au dollar dans les échanges et la finance mondiale (cf. VIABLECO – Face à l’inertie du FMI…et  VIABLECO – Appel du 18 juin 2014 pour une résistance monétaire). Cet intérêt avait été ravivé par l’épisode des sanctions des USA sur la Russie. Avec la «chaude» participation de ses entreprises au forum économique de St Petersbourg en Mai dernier, la France avait été ouvertement le premier pays à démystifier la rhétorique américaine qui tentait de dissimuler par «des effets de presse au ordre» l’objectif pluriel des sanctions : non seulement isoler la Russie mais en plus fausser la concurrence avec les partenaires de l’OTAN tout en s’assurant de leur «fidélité» de vassaux. Les entreprises françaises avaient rapidement saisi les enjeux délétères de la stratégie et choisi de ne pas céder à ce jeu de dupe. La contagion de la rébellion avait finalement submergé les  instances diplomatiques et voilà maintenant aussi que la France par les déclaration de son Ministre des Finances, Michel Sapin, sera ainsi le premier pays «occidental» à rejoindre un positionnement «révolutionnaire» dans l’environnement monétaire et financier contemporain.

Le clin d’oeil aux émergents est aussi bien manifeste dans la déclaration de notre Ministre des Finances : Il a souligné les difficultés des économies émergentes dont les monnaies ont subit le contre coup des anticipations par les marchés de la politique monétaire américaine. Cette déclaration source de justification a son importance dans la perspective du sommet des BRICS des 14-15 juillet prochains qui confirmeront les orientations nouvelles de la globalisation monétaire et financière dans un monde multipolaire. Le prochain G20 aussi ne devrait pas manquer de piquant !

L’académicien Sergei Glasiev avait tendu une perche aux autorités des pays européens dans un texte publié le 18 juin dans Voice of Russia. Que le France relève cette proposition rapidement, témoigne de l’intérêt apporté à la coopération franco-russe dans la période présente. Y transparaît aussi l’expression d’affinités communes qui aide à la compréhension des symboles culturels réciproques : Comment être français et ne pas répondre à un appel le 18 juin…? Il y a des dates qui troublent. 

C’est certes en lisant la presse française à travers les lignes que l’on est en mesure de faire ce constat, rendu particulièrement complexe par les effets de propagande russophobe qui ponctuent habituellement nos media et les propos des experts qui continuent, non sans honte, à oeuvrer à contre courant.

La France fait brutalement fi de ces lourdeurs et reprend ainsi le sens de l’Histoire! Il est grand temps dans cette période estivale de relire l’ouvrage écrit en 1990 par Régis Debray, A demain de Gaulle, ouvrage visionnaire tant du passé que du futur…. Pour nourrir l’espoir c’est un «Must»!

Viabilité bancaire et bouc émissaire (1/2)

2014-02-19

Une déclaration pouvait attirer l’attention il y a quelques jours : le Président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, l’a confirmé, l’Europe se cherche de nouveaux boucs émissaires…dans le cercle des banques! « Nous devrons fermer les banques en mauvaise santé » (Jeroen Dijsselbloem, Eurogroupe)

La viabilité du système financier et plus largement de l’Euro aurait donc besoin de ce retour annoncé du bouc émissaire?

Cette déclaration laisse perplexe car elle soulève 3 hypothèses non exclusives :

1/ On peut la considérer comme un nouvel effet d’annonce et de propagande pre-électorale. On sait combien les effets d’annonce et les stratégies inspirées des méthodes de marketing sont prisés par les autorités européennes qui y fondent largement leurs principes de crédibilité.  On ne niera pas les talents à cet égard de M. Draghi qui s’est affirmé comme un grand spécialiste de la communication. Les récents propos du Président de l’Eurogroupe peuvent ainsi être interprétés dans cette ligne. De plus  J. Dijsselbloem les relie directement à l’échéance électoral européenne. En effet il semble qu’il faut bien agir, faire quelques choses pour piloter le système, corriger la stratégie inertielle qui semble durablement installée…les populations peuvent de plus en plus s’en rendre compte et le traduire en action contraire (en terme d’approche de viabilité il serait question d’un jeu discriminant) aux processus soutenus par les autorités européennes.

On nous parle de l’union bancaire en construction qui doit tout résoudre des dysfonctionnements financiers actuels, dans un futur à venir. Cependant comme le souligne un article de R. Godin dans la Tribune, pour la (vraie) Union bancaire, il faudra attendre… 2025. Rien de neuf dans le court et moyen terme, dans 10 ans le modèle Chypriote pourrait s’imposer dans la gestion des crises bancaires individuelles…On comprend que les incertitudes demeurent. En attendant, c’est toujours les contribuables qui seront sollicités pour renflouer les comptes bancaires ; ils devront aussi apprendre à faire attention de déposer leur épargne en vue de leur retraite dans des institutions qui ne prennent pas trop de risque (?) sinon dans 10 ans ceux sont eux, encore qui  payeront directement avec leurs dépôts les maladresses bancaires. Globalement la situation qui perdure est que  le risque financier est ainsi reporté à la charge des acteurs privés non financiers dans un perspective de long terme.

2/ La déclaration du Président de l’Eurogroupe traduit aussi une panique institutionnelle : elle exprime l’urgence de l’action. Le déni qui permet de repousser dans le temps la prise de conscience devient contre-productif. Qui ne pourrait être conscient des problèmes qui s’aggravent partout,  mettant en danger la viabilité d’ensemble. J. Sapir nous a rappelé la semaine dernière dans un papier  «CHÔMAGE(S)» publié sur RussEurope,  la réalité de l’aggravation des tendances du chômages en France. On assiste aussi à des aggravations dans ce que l’on peut considérer comme les pires des cas en la matière. Ce qui rend imminente la crise : le taux de chômage en Grèce se dirige tranquillement vers les 30% à l’horizon des prochaines élections de 2015, élections majeures pour le pays: le taux du chômage en Grèce progresse sans cesse. Socialement et économiquement la situation est non viable! D’autant plus qu’il devient de plus en plus évident que les déficits grecs sont essentiellement nourris par les renflouements réguliers du système bancaire (cf. graphique 1). La presse et les autorités qui assurent la présidence tournante de l’Europe, tentent de dissimuler la situation par des déclarations de retour de la Grèce sur les marchés financiers…et en même temps elles font pression sur l’Allemagne pour qu’elle accepte une restructuration de la dette grecque avec l’argument d’éviter l’arriver en force des parties extrémistes… En l’occurrence l’alliance  de gauche radicale, Syriza, qui s’affirme comme le parti le plus populaire de Grèce. « une réduction importante des taux d’intérêt et la prolongation des échéances du remboursement de la dette« , serait souhaitable comme le propose Yannis Stournaras, le président en titre (cf. Restructuration de la dette grecque : une arme contre l’euroscepticisme ?).

Là encore si la tentative porte ses fruits, l’effet d’annonce peut se révéler incertain sur la monnaie européenne, l’Euro.

3/ Derrière cette panique institutionnelle, ce sont des conflits internes qui s’exposent au grand jour qu’il convient de décrypter :

A la tête, depuis quelques semaines du nouveau «Mécanisme de supervision des banques de la zone euro», Danièle Nouy, a su garder la clairvoyance des serviteurs de l’état français des trente glorieuses. Il n’est pas dit qu’elle n’ait pas aussi en héritage le courage politique, capable de secouer les tentations inertielles au sein de la Banque Centrale Européenne (BCE) et les rigidités au  du lobby bancaire français qu’elle connait bien.  Elle a la charge de passer en revue  la qualité des actifs détenus par les banques européennes via le mécanisme AQR  (« Asset quality review ») et elle n’a pas hésité dans une interview au Financial Times, de se dire favorable à la disparition des banques les plus faibles: « Nous devons accepter le fait que certaines banques n’ont pas d’avenir. Nous devons en laisser quelques unes disparaître de manière ordonnée, et pas forcément essayer de les fusionner avec d’autres institutions« . Cf. FT Danièle Nouy

Le rôle du mécanisme unique de supervision des banques, premier pilier de l’Union bancaire doit en effet assurer la surveillance de 130 banques de la zone euro, considérées comme systémiques. Bien que cette mission devait entrer en vigueur à compter de novembre 2014, les déclarations faites semblent vouloir en accélérer la cadence….y aurait il urgence à bord? Cette supervision des bilans des banques doit s’accompagner de tests de résistance (stress test ou crash test) pour évaluer la capacité des établissements de crédit à surmonter des chocs de plus ou moins grande ampleur. La conception de Danièle Nouy semble musclée et en tout état de cause difficilement compatible avec la préoccupation majeure de Christian Noyer, gouverneur de la banque de France qu’il partage avec les représentants de la Fédération Bancaire Française (FBF), qui est de maintenir par tout les moyens le statut quo dans le système bancaire français et surtout de couper court à toutes velléités de séparation des activités des banques. Le lobbying bancaire en France s’est chargé de rendre caduque toute action de fond en la matière (cf. Comment le lobby bancaire a imposé sa loi). La réforme bancaire mise en place en France a accouchée d’une peau de chagrin, annihilant ce qui fut le fer de lance en matière financière de l’élection de François Hollande ; dernièrement aussi l’initiative européenne de réforme bancaire, le projet de Michel Barnier a reçu aussi comme le souligne la Tribune « une volée de bois vert« . Danièle Nouy pourrait-elle être sensible aux points de vue qui remettent en cause de tels comportements intransigeants qui laissent à l’avenant la stabilité du système au grès des capacités de renflouement des contribuables européens? Il n’est pas interdit de le croire. Ce conflit peut s’exposer vivement autour de la conception de l’union bancaire. « En maintenant la banque universelle, on maintient évidemment le lien implicite entre les dépôts et les activités de marché les plus risquées. Et en réalité, on maintient l’épée de Damoclès que tendent continuellement les banques au-dessus des Etats« , s’exprime ainsi le spécialiste des questions d’instabilité des systèmes financiers D. Plihon (Union bancaire: une réforme en trompe l’oeil), idées aussi reprises par R. Godin ( Sans séparation des activités, l’Union bancaire n’a pas de sens)

Un des symptômes de la crise financière persistante en Europe est le problème du fonctionnement du système bancaire. Les autorités monétaires assurent le bouclage du système, ce qui ne peut se faire durablement via les arrangements de court terme mis en place (Cf : BNP-Paribas C. De Lucia 11-2013). Parallèlement le système bancaire ne joue pas le rôle de financement de l’économie réelle, les prêts accordés aux secteurs non financiers s’amenuisent continuellement (cf. graphiques 2-3-4).

De fait, depuis le début de la crise, les banques ont perdu la confiance dans leur propre fonctionnement ; ainsi sont-elles réticentes à se prêter entre elles, le marché interbancaire ne fonctionne pas efficacement. Les faibles perspectives macroéconomiques en Europe et les exigences en fonds propres du comité de Bâle sont mises en avant pour expliquer l’incapacité de prêter à l’économie réelle et le primat donné aux activités « plus profitables » des banques -marché à terme et produits dérivés à fortes composantes spéculatives- avec des techniques de pointe toujours plus innovantes (trading à haute fréquence).  Ce phénomène se traduit par une asymétrie au sein du système de financement ; et cette asymétrie est artificiellement créée et institutionnellement nourrie par l’assurance du bouclage de la BCE.  Elle pénalise en premier lieu l’économie réelle qui la supporte et en paie le prix doublement : la croissance économique et l’emploi sont brisés, les contribuables sollicités de plus en plus sont exsangues et démoralisés en  assistant de façon concomitante à la décomposition du système de protection sociale. Le futur des jeunes est compromis, la lutte contre l’incertitude pour nombre de diplômés est synonyme d’émigration.

L’inefficacité de la politique monétaire est aussi une conséquence de ce phénomène : la réticence à prêter aux entreprises instaure en effet un climat propice à la déflation en dehors de tout possibilité de contrôle. En somme, la zone euro vit dans un système de «credit crunch» structurel pour l’économie réelle (cf. graphique 2). On peut y trouver une justification rationnelle dans le cadre de la théorie des fonds prêtantes compte tenu de taux d’intérêt bas ; il n’en demeure pas moins que cet immobilisme transmets l’incertitude radicale et la dépression à l’ensemble de l’économie (via le canal du crédit). Par «effet boomerang», l’incertitude accentue la défiance et induit des effets cumulatives qui accusent le gouffre de la non confiance. C’est un phénomène comparable aux bulles mais dans l’autre sens, dépressif. Il alimente comme les bulles l’instabilité, l’insécurité et la non robustesse du système.

Ce conflit institutionnel est important à décrypter parce qu’il existe un risque majeur de généralisation des antagonismes vecteur de chaos ; l’indifférenciation qui a alimenté la crise des subprimes resurgit dans les dysfonctionnements des relations bancaires au sein du marché interbancaire. De surcroit, depuis 2008, la situation des bilans des banques s’est encore aggravée.  Ce contexte évoque la crise mimétique de R. Girard comme « la guerre de tous contre tous » de Hobbes. Comment cette crise peut-elle se résoudre, comment la robustesse peut-elle revenir ? L’insoutenable dysfonctionnement du marché interbancaire et le rôle chronique du prêteur en dernier ressort (BCE) sans contre partie (absence de mécanisme de co-responsabilité) met le « hasard moral » (alea de moralité) à son comble et alimente le danger de panique. Dans un contexte où les acteurs financiers rivalisent d’arrogance, D. Nouy ne chercherait-elle pas à introduire de la cohérence dans ce système en perdition? En même temps, ces temps présents nous démontrent combien l’ordre monétaire en soi est insuffisant pour donner un sens et une cohérence au système économique et financier! Démonstration par contre exemple…

 

Annexes:

Graphique 1 : C’est l’assistance aux banques qui cause le déficit budgétaire grec! The Greek government deficit excluding and including bank aid cf. Real-World Economics Review Blog source 

greece22

Graphique 2 : M3 augmente mais pas les prêts à l’économie réelle!

M3 + prets NF

Graphique 3 et 4 : Pour s’en convaincre encore en 2012 et 2013…

prets

prets2013