La Grèce : l’Islande en mémoire

A l’heure où nous savons la Grèce sur la brèche nous dit-on , Romaric Godin est toujours aussi confiant sur la stratégie grecque et ressent en revanche le trouble se développer en Allemagne : des disputes aux sommets quant aux recommandations venant du pays exceptionnel… ?


Un collègue pakistanais, Asad Zaman et le WEA Pedagogy Bog (World Economic Association) qui reprend son papier publié pour un journal du Pakistan, nous rappellent avec simplicité les origines des déboires économiques présents. Le propos est aussi de mettre en lumière une proposition de réforme du secteur bancaire globale assez radicale. L’inspiration est puisée dans l’expérience vécue et savamment étudiée par l’Islande de la crise de 2008… Le pays qui a connu le pire! Ce pire dont on menace les Grecs pour les terrorise … si d’aventure ils ne se soumettent pas au diktat de la Troïka, véritable tortionnaire des populations. Mais si justement, c’était de cette expérience Islandaise que les Grecs tiraient patiemment la leçon et non de la propagande de media aux ordres de créanciers-esclavagistes? A l’heure des décisions grecques, savoir que le banquier central en chef de l’Islande, Mar Guðmundsson (ici le pdf) s’était déplacé avec enthousiasme dès novembre 2013 – sa première visite de sa vie à Athènes- pour expliquer aux économistes grecs et à quelques autres «de passage» (1), le mode d’emploi pour sortir de l’impasse avec succès. Soulignons qu’ A. Tsipras, alors pas encore Premier Ministre de la Grèce (discours et accès à la traduction) : n’avait pas manqué de participer à cette rencontre tout en défiant de son regard noir…. Yves Mersch prêchant les litanies de la Troïka…. Dès ce jour on pouvait deviner qu’une bataille se jouerait entre eux et peut-être qui aller la gagner!
Cette leçon de l’Islande tirée et analysée devrait servir…. Au moins aujourd’hui à comprendre l’état d’esprit des protagonistes grecs et ce qu’ils ont en tête pour faire face avec assurance aux menaces: décliner la partition islandaise  en Grèce et dans la zone Euro.

«La Grande Dépression de 1929 a été causée par une crise du secteur bancaire qui a anéanti les revenus de vies entières, plongeant dans la misère des millions de personnes. Des réglementations bancaires rigoureuses ont empêché que de telles crises majeures surviennent pendant cinquante ans. La libéralisation financière des années 1980 a mené à la crise des «Savings and Loan» (Caisses d’épargne) ; le renflouement qui a été nécessaire pour le sauvetage à surpassé le total du profit des banques sur la totalité du siècle. Depuis les années 1980 la déréglementation/dérégulation financière a été étendue et globalisée : elle a abouti à plus de 200 crises bancaires mondiales, avec des énormes coûts économiques. La dernière et la plus importante, la crise financière globale (CFG) de 2008, qui a coûté des trillions de dollars et a conduit aux USA au niveau le plus haut de sans-abri et de personne souffrant de la faim depuis la Deuxième Guerre Mondiale. En tout, quand on additionne les bénéfices et que l’on soustraie les coûts pour les systèmes bancaires, le résultat est significativement négatif.”

Le pire est qu’actuellement  que les négociations secrètes autour du des stratégies du TIPP tenues en haut lieu mais “révélées”, nous promettent des degrés supplémentaires de déréglementation financière… Peut-on imaginer une finance plus dérégulée encore ? (cf. Wikileaks (2)). Comme le souligne dans une interview, Gaël Giraud, ‘la dérégulation financière est notre veau d’or (ici)

“Beaucoup ont analysé les raisons de ces crises bancaires répétées et ont constaté que la cause première est le système de réserve limitée des banques (3). Dans ce système, les banques qui détiennent un milliard de roupies peuvent librement en créer un grand multiple -cinq ou dix milliards de roupies -. Ils doivent seulement avoir une petite fraction de l’argent qu’ils créent pour donner aux prêteurs. Il y a une injustice inhérente dans le système qui permet à une fraction de riches acteurs privés de créer de l’argent à volonté tout en le dissimulant au public. Henry Ford lui-même a dit qu’ “Il est heureux que le peuple ne comprenne pas notre système bancaire et monétaire, car s’il le comprenait, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain le matin.” Une intéressante caractéristique inhérente au système est que les engagements des banques sont bien supérieurs à leurs actifs. Quand trop de déposants souhaitent retirer de l’argent en même temps, ça provoque une crise. Selon Lord Mervyn King, l’ancien Gouverneur de la Banque d’Angleterre «De tous les moyens d’organiser le système bancaire, le pire est celui que nous avons aujourd’hui -le changement est inévitable. La question est de savoir si on peut aboutir de nous-même à un meilleur résultat avant que la prochaine génération soit victime d’une crise encore plus grave.

L’excellent documentaire “Inside Job” montre que l’Islande était mal en point à l’amorce de la CFG de 2008. La déréglementation financière a fait s’effondrer une petite économie jusqu’alors stable et robuste, en raison d’un système débridé et excessif d’emprunt. Les banquiers de l’Islande, utilisant leurs pouvoirs de création monétaire ont élargi la masse monétaire par un facteur de 20 au cours de la décennie précédente la crise de 2008. La masse monétaire ainsi gonflée a mené à une croissance en flèche du cours des actions et des prix des terres et en fin de compte à un effondrement de l’économie. La Banque Centrale de l’Islande a constaté que, contrairement à ce qui est écrit dans des manuels de théorie monétaires, elle n’a absolument pas pu contrôler la masse monétaire. En utilisant tous les outils à sa disposition, y compris l’accroissement des taux d’escompte à des niveaux extrêmes, elle n’a pas pu empêcher les banques privées de créer l’argent excessif.
Frustrée par cette expérience d’impuissance alors qu’ils observaient les menaces de crise sans être capable de faire quoi que ce soit pour l’enrayer, le gouvernement de l’Islande a récemment formulé un plan de réforme monétaire. L’ingrédient clef du plan de ce plan est de retirer le pouvoir de création monétaire aux banques privées. Le système proposé “de la monnaie souveraine” met le pouvoir de création d’argent dans les mains de spécialistes à la Banque Centrale”.

C’est une manière d’inverser la logique perverse du système bancaire que nous connaissons où finalement les spécialistes des banques centrales sont soumis aux acteurs financiers privés et sont condamnés à fabriquer de l’argent pour alimenter en QEs les bulles financières sur les actifs en toute déconnexion avec l’économie réelle ( cf.  William Lazonick, Profits Without Prosperity
Stock buybacks manipulate the market and leave most Americans worse off.  )

“Ils utiliseraient la théorie économique pour créer de la quantité de monnaie en tenant compte de la condition de plein emploi non inflationniste. Les spécialistes peuvent télécharger et lire la proposition de réforme monétaire de l’Islande ; elle est pleine de détails fascinants et éclaire sur les défauts de notre système bancaire actuel. La question qui se pose alors est « Pourquoi seulement l’Islande ?» alors que partout cette réforme serait nécessaire (…) (cf. The Shifting Battleground. ). Une explication bien détaillée historiquement est aussi donnée du pouvoir du lobby financier et de sa mise en forme, dans les travaux de Ellen Brown.

Les problèmes principaux du système bancaire actuel sont qu’il est fondamentalement injuste, la crise conduit à l’anti-croissance. La création d’argent privée mène à une économie de rentier, où les plus grands profits sont faits par les détenteurs de fortune qui investissent dans des actions et de l’immobilier et reçoivent des intérêts sur des obligations. Les producteurs, des manœuvres et les fermiers qui composent l’économie réelle, obtiennent de très petits revenus pour leur travail. En revanche, les revenues s’accumulent pour les financiers qui fournissent de la monnaie – créé à partir de rien – à tous les secteurs de l’économie réelle. C’est non seulement, mais ça détruit les perspectives de croissance, puisque tout l’investissement dirigé vers des secteurs financiers et hors des secteurs productifs. Les études montrent que la croissance du PIB est très fortement corrélée avec le montant d’investissement dans le secteur réel et dans l’investissement humain. C’est seulement naturel : La croissance est directement reliée à combien vous investissez dans votre futur. Bien que radicale, le projet de réforme monétaire islandais offre la possibilité d’une croissance importante de l’investissement réel et ainsi d’une croissance réelle, bien nécessaire aujourd’hui au Pakistan.»

Et pas seulement!

 

Notes
(1) Conférence : “The Eurozone Crisis, Greece, and the Experience of Austerity”
Athens, Greece, organisée par la Levy Economics Institute of Bard College avec le soutien de la Ford Foundation 8-9 Novembre 8–9, 2013
Megaron, Athens International Conference Centre. J’avais été entrainée pour la bonne cause académique: la thèse d’Effie , sur la  crise en Grèce, sujet fort tabou car non eurobéat compatible en France à son inscription à l’EHESS sous ma direction… Tranquillement maintenant elle touche à sa fin, fort à propos. Est-elle plus compatible avec le sentiment parisien actuellement? Par manque de fréquentation présente, si ce n’est à la lecture  des déclarations de presses et de communication toujours aussi «hors sol» et prétentieuses, il m’est difficile de dire à combien d’années-lumières ce monde se situe de la réalité, donc je ne peux pas vraiment mesurer…uniquement dire que le travail d’Effie est lui suivant de multiples facettes dans l’économie réelle, celle qui importe pour la vie des gens….et le futur!

(2) les fuites transmises par Wikileaks révèlent des contenus des négociations tenues secrètes sur la stratégie qui portent un nom digne d’un film de science-fiction : “T-treaty trinity”; Ainsi est proposé une plus profonde deregulation des services finnaciers ! Comment diable est ce possible ?
proponents of TiSA aim to further deregulate global financial services markets.”

(3) En film vidéo une explication courte ou longue du mécanisme sur http://www.inter-agir.fr/ ou en dessin animé (ici)

garde parlement grec L1000583Photo prise en novembre 2013 à Athène : Un garde en constume national devant le parlement Grecs, la nuit.



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 6 juin). La Grèce : l’Islande en mémoire. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70y