Crimes sans châtiments

Pas une semaine sans que la justice ne secoue des cadavres dans les placards de la finance, des scandales des manipulations du Libor à répétition aux péripéties cachées/révélées de l’histoire Kerviel en passe de devenir celle de la SocGen (1). Quand ceux ne sont des délits d’initiés fabriqués innocemment  dans les salons de la City au oreilles des « hedge funds » de la place directement par Benoit Coeuré (2) haut responsable à la BCE.  Soyez sûr que les financiers privilégiés ont su en profiter, sans se soucier du biais concurrentiel!  Le Français de la BCE n’aurait « pas remarqué » que l’information n’était pas encore disponible pour l’ensemble des marchés… Etourderie négligeable, étant au directoire de la BCE, il est intouchable et n’a à  répondre devant aucune juridiction… !

Nous finissons par ne plus y attacher d’importance à ces dérives devenues courantes… Des milliards par-ci, reçues, payés parce que d’autres ont été perdus ou mal dirigés… Et surtout tout faire pour que la justice n’ai rien à y voir et s’arrête de rechercher la vérité…le cas échéant, en contrepartie d’amendes négociées! Deux expressions s’autojustifient le TBTF et le TBTJ (‘too big to fail/jail‘) (cf. Viableco La Russie et la fable de la finance mondiale) mais une troisième pointe son nez TBTR (‘TBTrégulate’)… Deux ouvrages contemporains analysent les turpitudes qui se dissimulent sous ces acronymes pour en prendre la dimension appropriée.

Celui d’un sociologue allemand, Wolfgang Streeck, Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, traduit de l’allemand par Frédéric Joly (3). Et celui d’un spécialiste de criminologie financière, Jean-François Gayaud, Le nouveau capitalisme criminel (4).


Wolfgang Streeck écrit en 2013, avant les révélation du donneur d’alerte (‘whistleblower‘) Udo Ulfkotte (5) et il nous montre qu’en Allemagne la pensée unique se fissurait déjà. Un clivage apparaît entre «résignation politique et révolte qui gronde» comme le souligne le commentaire de Nicolas Delalande, suite à la publication de la traduction française, dans un article intitulé «Aux Urnes financiers». Ce clivage renvoie à celui qui existe entre peuples et marchés, entre identité et globalité, et pour finir celui entre justice et impunité.
La crise de 2008 s’inscrit déjà dans la longue durée sans qu’elle ait pu encore vraiment servir à remédier aux dysfonctionnements qui l’ont causée. Pour ce faire un élargissement du cadre des réflexions est nécessaire, mais il se heurte au rétrécissement de l’horizon temporel des élites dans leurs liaisons avec le processus électoral.

Il faudrait revenir à l’analyse de la tendance de plus long terme, marquée par la transformation des États, de leurs modes de financement et des déterminants de la légitimité de ces transformations. Le compromis qui avait permis d’établir un capitalisme démocratique après le choc de la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide s’est fissuré dans les années 70 et 80.  Le capital se serait ainsi «révolté». Le monde unipolaire rendu possible avec la chute du bloc de l’Est a changé les rapports économiques et les contraintes. Il a légitimé la désolidarisation du capital et des capitalistes de l’équilibre politique mondial et de la paix… Cette désolidarisation alliée à la financiarisation des économies s’est soldée par une déresponsabilisation (6) : légitimé par la rhétorique de la mondialisation néolibérale, les déréglementations financières ont été libératrices des forces perverses de l’aléa de moralité (hasard moral). C’est le nom élégant donné par les économistes à ce que J.-F. Gayraud qualifie la plupart du temps de fraude (7). Selon W. Streeck dans les années 1980, avec la hantise inflationniste érigée en dogme, déjà le mouvement de conversion de « l’État fiscal » en « État débiteur » se mettait en place. Ce mouvement s’associait à une augmentation des dettes publiques sans précédent en temps de paix. Le sociologue allemand explique que tout le reste n’a consisté qu’à gagner du temps… D’où le titre de son ouvrage . Déréglementation, désintermédiation, financiarisation ajoutaient des pierres à l’édifice et à sa justification. On  éduquait en aveuglant les esprits avec des illusions pour en faire des bons soldats des marchés et de l’appât du gain, ce que souligne Paul Jorion dans sa préface de l’ouvrage de J.-F. Gayraud. J. Kerviel, figure mythique et symbolique, est né de ce procédé et ceux qui l’ont façonné aussi. Sa grâce juridique qui pourrait conclure le rebond de l’affaire suite aux révélations des enquêteurs sur l’obstruction à l’enquête faite par la Société Générale,  pourrait-elle provoquer un Watergate à la française ?  Assisterons-nous aux premières mises en accusation directe des pratiques de collusions financières, «criminalité organisée en col bancs».  Jean-François Gayraud les dénonce ainsi comme «une gangstérisation de l’économie et de la finance». Sans entraves juridiques et morales, ces procédés conduisent à une institutionnalisation des pratiques criminelles avec incitation pour chaque acteur à s’y livrer. Il n’hésite pas alors à parler d’un véritable «capitalisme de la fraude» (8).
Wolfgang Streeck lui, met en évidence trois illusions financières au niveau global qui ont été utilisées à tour de rôle pour gagner du temps et faire perdurer le système générateur de rente : l’inflation des années 1970, la dette publique dans les années 1980-1990 et l’endettement privé dans les années 2000. Il pense que 2008 marque la fin de ces illusions… C’est peut-être aussi ici sa propre illusion que de le croire. En effet avec le recul supplémentaire, depuis ses écrits,  nous savons que les QEs  (Quantitatives Easings ) s’inscrivent en quatrième mécanisme de cette illusion financière, peut-être le plus criant !… Et ceci dans un contexte de chômage et d’atonie de l’économique réelle, dans les pays sous l’emprise de cette finance.

L’un des objectifs du livre de W. Streeck est de mettre au grand jour l’inadéquation des théories de la démocratie avec le fonctionnement réel des systèmes politiques et économique contemporains. Jean-Français Gayraud renforce le constat du sociologue par l’analyse des pratiques criminelles de terrain : «un certain capitalisme financiarisé, mondialisé et dérégulé marque la fin de la démocratie (…) signe notre entrée dans un âge postpolitique».

Les démocraties libérales contemporaines selon W. Streeck, penchent vers le « peuple-marché » (Marktvolk) qui privilégie les garanties accordées aux créanciers, pour protéger les tenants du système et leurs bénéfices des soubresauts éventuels du suffrage universel (9).  En Europe cette orientation met en pratique les recettes fonctionnalistes déjà éprouvées, en jetant un voile de discrétion pudique sur les protagonistes et les précédentes expérimentations du principe en Europe (cf Viableco  Propagande d’hier et d’aujourd’hui) (10): des institutions indépendantes des électeurs, organisées par des traités rigides et des experts intéressés à les faire appliqué à la manière des fermiers généraux d’antan (11). Ce retour des rentiers, des féodaux et des inégalités économiques et sociales, entraîne une transformation profonde et durable de la société et de son devenir. La menace du chaos devient un instrument de chantage politique et économique ; les polarisations sur l’ethnicité et les religions accusent les perspectives de conflits. Ce contexte assure à la fois  la crédibilité de la menace et la peur tout en garantissant des profits pour les féodaux liés au complexe militaro-industriel. lesquels approvisionnent les conflits, souvent des 2 côtés. Point de surprise de voir la presse, spécialiste de l’indignation à double standard, dans leurs griffes (souvent propriété des groupes militaro-industriels) avec un destin de «chiens de garde».
W. Streeck insiste sur la dynamique auto-validante des politiques « néolibérales » : la dépression des services publics, qui est partout visible, amène, d’une part, la contestation fiscale et délégitimise les prélèvements, et d’autre part, elle  commande de nouvelles réductions de dépenses pour contenir les déficits. La fuite en avant dans les privatisations et le saccage des actifs publics assèchent les rentrées futures et assurent les cumuls des bénéfices pour ceux qui les récoltent et la croissance cumulative des inégalités.
Pour entériner et incruster cette transformation de la société, le sociologue allemand souligne qu’un procédé de transformation sémantique a vu le jour : il s’agissait de modifier progressivement le sens et la perception des critères démocratiques…. Alors que les critères moraux individuels d’éthique sont battus en brèche par les mécanismes incitatifs en oeuvre et «les formations professionnelle» aux affaires, comme le souligne J.-F. Gayraud (p.284-85 ), c’est aux plans globaux que des critères moraux sont mis en oeuvre pour «réactualiser et moderniser» le sens de la démocratie : la question des droits de l’homme dans une conception elle-même réduite -déconnectée naturellement du droit au travail qui pourtant a conditionné toute subsistance de l’individu à travers les siècles-, est mise au premier plan. Par exemple: Il est plus important d’avoir le droit de pisser dans un édifice religieux que d’avoir un droit au travail… La flexibilité économique, gage de compétitivité dans un monde global et ouvert, rend impossible l’exercice d’un droit au travail. Pisser dans un lieu public ne gêne qu’une minorité, du moins veut-on nous le faire croire…. Ces nouveaux droits de l’homme accompagnent des transformations éthiques de la société, au bon moment.  L’enjeu est d’accélérer le développement des pratiques marchandes et consuméristes, de tous ordres, même celui de l’humain (PMA- GPA). La condition humaine, déconnectée des droits de l’homme est ainsi laissée pour compte, même si les conditionnements requis pour l’épanouissement des nouvelles libertés et droits amènent à condamner des humains à l’esclavage de fait!
La doctrine économique néolibérale se fait aussi discrète vis-à-vis du thème de la condition humaine que l’économie libérale originelle qui la fonde. L’ouvrage d’Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, se fit en effet très discret sur les conditions de l’enrichissement des marchands écossais dont Smith vantait les mérites. J-F Gayraud trouve des expressions imagées pour le souligner : «la main invisible, une illusion fondé sur crime» …une main invisible au mieux «noire» au pire «rouge» (p. 27). Cette observation est aussi reprise par Gaël Giraud dans un ouvrage de 2012, Illusion financière, pourquoi les chrétiens ne peuvent pas se taire (12). L’économiste jésuite considère que les chrétiens ne devraient pas limiter leur émotion à la partie émergée de l’iceberg et se taire sur les fondements économiques des transformations de la société : répondre qu’aux incitations marchandes en favorisant les réflexes exclusivement monétaires chez les  individus.

Cette transformation suppose que le seul assujettissement moralement acceptable dans la société contemporaine est celui de l’argent… Admiration, mémoire, tradition, famille ne sont que des soumissions passéistes, aliénantes et ringardes qui doivent être stigmatisées et expurgées des comportements.  Les présent débats sur les programmes d’enseignement de l’histoire se font l’écho de cette orientation. Le conditionnement monétaire est posé indirectement comme l’unique conditionnement non aliénant! Telle est la proposition de base que l’éducation, la presse et la propagande se font fort de répandre. Il n’y a plus ainsi en Europe de place pour des sociétés économiquement et socialement démocratiques… mais pour une seule société moralement libérée grâce au conditionnement monétaire : la nouvelle démocratie.
Derrière ce conditionnement monétaire et ces justifications culturelles et « sociétales » aux forceps, se dessine une réalité qui n’a rien de nouveau : L’Europe traite progressivement ses propres peuples comme elle traitait au 19e siècle ses colonies, en pays soumis et en peuples rendus muets. Il y avait aussi alors des experts internationaux (ancêtres de protagonistes des Troïkas contemporaines) qui assuraient le contrôle financier des pays soumis pour assurer l’intérêt des créanciers et ainsi les rassurer… Les créanciers contemporains sont apatrides, ils appartiennent aux élites de la gouvernance mondiale transnationale, colonisent et aspirent à coloniser toutes les contrées (13). Ils déclenchent la violence quand les peuples et les états leur résistent… Guerres de communication et de propagande, guerres économiques, coups d’Etat et guerres tout court! Les exemples foisonnent. L’Ukraine rendue misérable et faible, donnée en pâture à l’appât du gain est une réalité qui s’affiche ouvertement (privatisation en Ukraine source de convoitise et même des actifs stratégiques… (cf. Viableco Collision et Collussion bis ). Les media et les instances européennes « démocratiques » ne se soucient pas du double standard qu’elles appliquent quand elles stigmatisent la Grèce dont les autorités résistent au sort qui ai fait aux populations au nom de la dignité… Chaque Grec  traité en bouc émissaire à la Kerviel, pour renflouer les créanciers et assécher les pertes des bancaires subies dans la crise financière, tel est le diktat européen de l’austérité en Grèce.

Seule la souveraineté peut sauver !
Le diagnostic de W. Streeck l’amène à se prononcer à cet égard en faveur d’un choix politique, maintenant bien posé : sortir de l’Euro. Il s’agit d’en finir encore une fois avec cette version surannée de l’étalon or ou du currency board que nous rejoue l’Euro. Globalement la solution s’impose aussi pour le sociologue allemand d’instaurer un nouveau SMI coordonné, comme l’était le système de Bretton Wood à son origine, avant sa dérive à la convenance des Etats-Unis en 1971. Attendre ne servira qu’à instaurer plus surement le chaos en exacerbant les tensions nationalistes entre le Sud et le Nord de l’Europe ; mieux vaut redonner un peu d’autonomie monétaire et fiscale aux états-nations à temps. C’est un principe de viabilité que le sociologue défend ici. On ne sera pas surpris qu’en réponse à cette proposition,  le philosophe Jürgen Habermas (14) se soit insurgé violemment contre W. Streeck.  Fier de son parti pris pour la primauté des effets de communication dont les instances néolibérales ne se privent pas (cf. Viableco Viabilité au péril de la communication,) il reste convaincu qu’une démocratisation et une politisation des institutions européennes verront le jour. Nous retenons toutefois que le philosophe souligne lui-même les «contradictions» entre capitalisme et démocratie qu’il faudrait résoudre… Des contradiction?  Pourtant l’économie de marché capitalisme était censée amener la démocratie partout dans le monde! C’était du moins le dogme véhiculé par les institutions que les agitateurs divers se font toujours forts de reprendre dans toutes les révolutions colorées.
Pour JF Gayraud, avec le retour à la souveraineté, il y a aussi les conditions pratiques de sa mise en fonctionnement. Elle passe par la nécessité d’une définanciarisation de l’économie pour remettre le Casino dans les limites du supportable pour la société et l’économie réelle, mais aussi pour la justice. Est-il encore temps de mobiliser le pouvoir disciplinaire à cet effet comme l’évoque JF Gayraud dans sa conclusion ? N’y a-t-il pas aussi grand risque qu’il soit accaparé rapidement par le Casino pour discipliner les revendications des peuples?

Notes
(1) Une enquête parlementaire est demandée par un député PS, spécialiste des fraudes,  suite aux révélations de Mediapart. Le témoignage de la commandante de la brigade financière sur les conditions dans lesquelles s’est déroulée l’enquête avec l’intrusion de la Société Générale à chaque étape,  amènent à s’interroger sur les dysfonctionnements du système judiciaire. Comme la Société Générale, «au titre de ses pertes déclarées dans l’affaire Kerviel, a bénéficié d’une déduction fiscale d’un montant de 2,2 milliards d’euros»,  il pourrait être demandé à la banque de rembourser ce «cadeau fiscal». La demande de commission d’enquête est appuyée par le député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan  qui souhaite que cette enquête soit l’occasion d’ «élargisse son champ d’investigation à l’influence générale des grandes banques françaises et étrangères sur notre pays». Jean-Luc Mélenchon en tant que député européen soutien la démarche. Il va jusqu’à faire l’hypothèse que la Société Générale a utilisé Jérôme Kerviel comme un bouc-émissaire pour cacher «un trou dans ses comptes» et parle de «grosses magouilles entre les sommets de l’Etat et les sommets de la banque». L’avocat de Jérôme Kerviel demande l’annulation de la condamnation de son client. La Grâce juridique après la Grâce divine ? Voir aussi sur Viableco  His name is Bill, Bill Black! «le destin Girardien de bouc émissaire du trader-pèlerin»!

(2) dans la Tribune Romaric Godin s’en alarme : « Benoît Coeuré aurait, suite à une « erreur de procédure », divulgué des informations sensibles à certains hedge funds. La BCE a alors décidé de supprimer l’envoi des discours à la presse sous embargo. Une preuve de plus de l’irresponsabilité juridique de l’institution« .

(3) Wolfgang Streeck, Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Paris, Gallimard, traduit de l’allemand par Frédéric Joly, 2014 [2013], 400 p

(4) Jean-François Gayaud, Le nouveau capitalisme criminel, Paris, Odile Jacob, 2014, 359 p.
(5) Voir aussi dans Viableco Usual complaints on usual suspects
(6) Udo Ulfkotte, Bought Journalism. How Politicians, Intelligence and High Finance Control German’s Mass Media. Kopp, Rottenburg am Neckar 2014

(7) «capacité pour les acteurs financiers à s’affranchir des règles , donc à frauder». Dissimuler la réalité ou l’enjoliver par une novlangue. Le criminologue cite les propos de Mario Draghi en expert du langage adéquat : «Les comportements de certains protagonistes et les manquements sont inqualifiables et ont mis en évidence une nouvelle fois une gouvernance fautive du processus» dans un interview donné au Monde,  intitullé, «J’assume mon passage chez Goldman Sachs» recueillis par Claire Gatinois , Erick Izraelewicz et Philippe Ricard, 22-23 juillet 2012. (cf. p. 29 J-F Gayraud)

(8) J-F Gayraud montre que la transformation du cadre juridique opérée par les grandes institutions financières dans les années 1990 a joué un rôle déterminant : «les grandes banques sont autorisées à quitter ce modèle prudentiel au profit de celui de société par actions cotée en bourse» p. 272. La responsabilité collective des partenaires est diluée et la prise de risque encouragée.

(9) Wolfgang Schaüble, le ministre allemand des Finances, paraissait regretter il y a peu que la démocratie parlementaire soit un frein à l’application des réformes jugées par lui nécessaires.

(10) Hans Peter Ipsen , brillant juriste nazi ayant fait carrière au sein des autorités militaires d’occupation à Bruxelles durant la guerre, devient le plus grand spécialiste du droit des Communautés Européennes de l’Allemagne Fédérale. Il se fit le partisan farouche de l’approche fonctionnaliste (Funktionalismus ) américaine fondatrice du processus de l’intégration économique européenne et des principes de supra-nationalité qui accompagnent si bien la perte de souveraineté des états.

(11) «Cependant, cette prospérité ne s’explique pas seulement par le talent et l’esprit d’entreprise des marchands écossais et des colons européens installées en Amériques du Nord. Un autre facteur joue un rôle central : la main d’oeuvre abondante et bon marché fournie par l’esclavage». (J-F Gairaud p. 25)

(12) aux Editions de l’Atelier, Paris.

(13) « elle (la finance internationale) est désormais animé d’une volonté de puissance toute nietzschéenne, au sens où elle se forge un destin autonome et mondialisé, dominateur et expansionniste, affranchi des contraintes traditionnelles issues des limites territoriales et de la morale» (J.-F. Gayraut, p. 267)

(14) cf. La version anglaise disponible librement : « Democracy or Capitalism? On the Abject Spectacle of a Capitalistic World Society » où J. Habermas écrit :
«Wolfgang Streeck underestimates the ratchet effect not only of legally valid constitutional norms but also of the actually existing democratic complex—the persistence of the established institutions, rules, and practices embedded in political cultures.» J’espère que J. Habermas a bien suivi les débats présents entre la Grèce et l’Allemagne…. que réponda-t-il à la remarque de Wolfgang Schaüble (cf. Note supra) ?