Démystification en Grèce : la parole aux internautes

Les lecteurs assidus des articles de Romaric Godin à la Tribune nous montrent (1) que le raisonnement économique s’apprend aussi dans les journaux… Même à l’heure de la presse massivement de propagande : une pédagogie active pour démystifier le double standard qui s’applique à la Grèce et en comprendre les dessous :

FX souligne que : «Tous les pays du monde empruntent pour rembourser leur dette, seule la Grèce rembourse sur ses fonds propres depuis l’été dernier !»
En effet sauf la Grèce car «la Grèce ne peut pas bénéficier du FESF, contrairement au Portugal et l’Espagne entre-autres qui bénéficient de prêt à 0,05%, car la BCE ne le veut pas. 
Les créanciers tirent en longueur des négociations pour le déblocage de la dernière tranche de 7,2 milliards du prêt de 130 milliards accordé en 2012, et qui pourrait servir à rembourser les 6,2 milliards de la BCE en juillet et août.
 On ne veut pas restructurer sa dette, ni même “postposer” l’échéance.
 Bref, la BCE et les créanciers font tout pour mettre la Grèce en défaut de payement, car on sait bien que les Grecs, qui ont déjà fait un effort surhumain pour rembourser le FMI à heure et à temps, n’auront jamais les moyens de rembourser cette somme de 6,2 milliards à la BCE.
De plus, la BCE ne rembourse pas le 1,9 milliard de profit qu’elle a fait sur des obligations grecques qu’elle a achetées, comme elle le fait pour les autres états. Sans compter les 2 milliards de trop que la Grèce a remis sur le paquet dédié aux banques grecques». Sympa le double standard de la BCE… Quant à l’aide aux banques, du grand classique: sauver les banques grecques pour éviter les problèmes aux autres banques européennes dont les plus grosses.  Une tartuferie de plus!



«Qu’ai-je donc encore oublié dans cette longue liste?? Ah oui, la Grèce est encore exclue du QE, rachat d’obligations d’état sur le marché secondaire»… Alors donc!
 Ah oui et encore, sans compter que la BCE débloque aux compte-gouttes l’ELA pour des liquidités aux banques grecques. 

L’ELA est le  dispositif d’aide d’urgence au banques mis en place par la BCE.

“Après autant d’hostilité de la part de la BCE et des créanciers envers un de … “””leur membre”””, ce n’est pas une question de couleur politique car, n’importe quel parti subirait même pire s’il subissait la moitié de ce que subit le gouvernement Syriza!

 Dans ce contexte, même une décroissance de 0,2% du PIB au premier trimestre 2015 par rapport au dernier de 2014 (mais, une croissance de 0,3% par rapport au premier trimestre de 2014) est plutôt une performance dans ces conditions. Sans compter l’excédent primaire de plus de 2 milliards pour les 4 premiers mois de 2015, des dépenses publiques parfaitement contrôlées, des rentrés d’arriérés fiscales, des premiers payements infligés aux détenteurs de comptes HSBC de la fameuse liste dite Lagarde, alors qu’en 5 ans que cette liste est dans les mains des autorités grecques, pas 1€ n’avait été prélevé des gouvernements précédents du style UMPS». Comme quoi il savent bien trouver l’argent mais sont plombés par les corruptions antérieures qui ont profité pas seulement à des grecs (cf. Okeanews, les scande sont plétoriques , voir aussi viableco )

”A se demander des fois, si c’est vraiment la politique du parti gauche radicale même qu’on attaque ou plutôt sa lutte contre la corruption des oligarques et autres riches!!» Bonne pioche et merci à l’internaute «V-v» pour cette étude de cas bien détaillée.
Anna d’ajouter : « Il faudra bien qu’un jour tous ces décideurs rendent des comptes».
Et Fx encore : «C’est la punition pour être de gauche. Hollande l’a bien compris et a rapidement viré de bord. Heureusement il en reste des plus courageux !». Vu de Russie c’est le moins qu’on puisse dire sur le courage…!

Et Coolargol de féliciter et de préciser : «Votre analyse est bien construite. Pour connaitre un peu le milieu bancaire, Il m’apparaît que la “finance” Européenne raisonne comme si la perte était déjà provisionnée. Elle agit comme devant une PME en dépôt de bilan… Gagner du temps en espérant faire un peu de recouvrement, donner ce qu’il faut d’oxygène pour tenir jusqu’aux vacances, et puis quand les “ouvriers” partent en juillet-août, on liquide tout…
 En réalité j’ai bien peur que la “casse” soit mutualisée sur le plan Européens de deux façons:


1) Reprise des dettes par les banques centrales (donc par les contribuables européens)
,

2) Prêts réalisés via les placements en Assurance-Vie, fonds en Euro (soi-disant sécurisé)  ;  là ce sont les épargnants (qui, fiers de leurs rendements à 3% ne savent pas que le rendement est lié à un “junk bond” Grec.

Du coup la faillite grecque, qui pourrait être annoncée en juillet-aoît, sera vécue moins “dramatiquement”. 
Quelques astuces comptables, permettront de diluer la perte en capital sur les “épargnants” pendant 20 ou 30 ans, et la “mise à mort” sera achevée…» et surtout le contribuables “labda” prié de ne rien dire mais de payer pour que prospère la Finance et son illusion d’efficacité.
Fx  précise à quelques innocents qui ont mal compris la leçon :
«La Grèce a un budget relativement efficace, et dégage un excédent primaire, plus de 2 milliards d’euros sur les 4 derniers mois, d’ailleurs en constante hausse depuis janvier. C’est cet argent qui sert à rembourser le FMI, dont les échéances sont moindres. Les échéances envers la BCE sont par contre beaucoup trop lourdes pour la Grèce dans sa situation actuelle !» et aussi cet argent sert à financer le régime “sympathique de Kiev” des amis de BHL (3) et G. Soros. De la à dire que dans le sud de la France des généraux ukrainiens s’achètent de villas avec!… Chut ! je n’oserais pas sans plus de confirmations…

V_v  qui semble connaitre FX, enfonce alors un clou terrible dans l’univers idéalisé des innocents «Tu as raison, mais ce que beaucoup ignorent, c’est comment font les autres pays pour rembourser leur dette? Car ils ont aussi une dette, plus de 2000 milliards pour la France, l’Italie, l’Allemagne, plus de 430 milliards pour la Belgique.
Et bien comment? Tout simplement en empruntant sur les marchés (aidés par la même occasion avec le QE de Draghi qu’ils refusent aux Grecs), donc ils ne remboursent pas leur dette, comme la Grèce le fait (passé de 320 milliards fin 2014 à 312,  fin mars 2015), mais s’endettent pour rembourser leurs dettes plus anciennes qui viennent à échéance. Dans ces conditions, facile de donner des leçons aux autres alors que soi-même on s’endette pour ses dettes». C’est toujours comme ça que ça marche…les donneurs de leçons sont les plus coupables, ex : l’Allemagne, les affaires de corruptions de ces entreprises (BMW et Daimler-Benz, Siemens, Rheinmetall, etc (ici).), les manipulations de ses banques (Deutsche bank et l’affaire du Libor)…et l’amnésie des dettes et le plus grave, celle de l’histoire. Un pays peut-il choper Alzheimer?

Fx  qui ne perd pas patience et détaille l’explication :
«La Grece n’a pas “pompé” les trésoreries de qui que ce soit. Elle a juste fait rapatrier l’argent des différentes entités publiques, qui était reparti dans différentes banques, dans la seule banque nationale. L’argent est bien évidemment encore disponible pour les collectivités, juste sur un autre compte dans une autre banque, les salaires, retraites et diverses dépenses de fonctionnement sont jusqu’à présent assurés sans problème.»

Fx  encore une fois :
“La Grèce est dans l’impasse: prêtez-moi de l’argent que je vous rembourse…mieux vaudrait en rire” : euh, si vous relisez l’article avec attention, vous verrez que c’est justement ce que Varoufakis veut éviter : emprunter pour payer les dettes. Ce qui je suis d’accord avec vous est totalement ridicule, mais pas pour tout le monde, vous oubliez qu’un prêt se fait généralement avec intérêts, c’est peut être pour ça que c’était la solution appliquée par les gouvernements précédents ?» et qui gagne à ce jeu des intérêts…? Devinez? Le système financier qui a le monopole de la création monétaire.

Paul C, un peu caricatural ajoute : «Ils nous tiennent et ils le savent. Nous allons donc reporter une dette qu’ils ne rembourseront jamais. L’euro est une faillite car il a été bâti sur des règles trop laxistes !»

cirta nous rappelle justement : «Strauss Kahn avait raison..Il fallait annuler la dette…ou alors les Grecs sortiraient de l’Euro…3 pour cent du PIB….européen….De toute façon, ils ne paieront pas…». Mais entre-temps beaucoup ont profité pour se refaire et gagner plus sur le dos de la Grèce. Même DSK trouvait que s’était dégueulasse…

Puis la discussion s’enlise dans la pâtée assez habituelle du style…”et pourquoi la Grèce on lui prête et pas à moi ?”

bruno_bd  répond alors : «Les différences entre un individu et un état sont 
:

– que l’individu est mortel (et ses dettes éventuelles s’éteignent avec lui… c’est bien pour ça que les prêteurs aux particuliers exigent que ceux-ci souscrivent une assurance-décès pour leur prêter quoi que ce soit). Il n’est donc pas aberrant que la dette des états “dure” très très longtemps


-qu’un Etat peut dégager des ressources en levant l’impôt (autrement dit en faisant les poches de ses citoyens). Notons au passage que c’est justement cette faculté qui est défaillante en Grèce avec une fraude généralisée des moins riches aux plus riches» on va en parler plus loin justement, la propagande à la vie dure
 «Les institutions pourraient offrir à la Grèce la faculté de se refinancer à faible taux en apportant en garantie le capital de ses entreprises publiques rentables (je ne parle pas des chemins de fer, qu’il coûterait moins cher de supprimer et d’offrir des voyages en taxi gratuits). Ce qui serait une manière “soft” de saisir ces actifs.» Un peu rapide pour les chemins de fer…. Avec ces simples raisonnements pourquoi pas tout supprimer sauf les vélos, le plus rentable et économique des moyens de transport sur le long terme….(cf. I. Illich (2))

Fx  qui ne perd pas courage…revient sur la légende de la fiscalité grecque. «Notez que ce point est une légende urbaine, pourtant contredite par les chiffres de l’agence Eurostat, chiffres que même la Troïka ne contesterait pas.
 Le taux de collecte de l’impôt en Grèce a toujours été comparable à la moyenne européenne ! Donc oui il y a de la triche en Grèce, évidemment, mais non, ce n’est pas une exception, et surement pas la source des problèmes grecs !»

Bravo à tous!
On voudrait tous vous avoir dans le jury de la thèse d’Effie sur “la Crise en Grèce…” Et un jour pour remplacer nos innocents dans les Ministères si nous survivons aux naufrages de nos institutions.

 

J’attendais l’occasion de poster cette photo prise dans le métro de Moscou pendant la visite du Premier Ministre Grec, la voici… L’allusion à nos institutions européennes est-elle consciente ?

Troïka (système de carte de transport à Moscou) ici on peut remplir la carte "Troïka" SANS COMMISSION! ...
Troïka (système de carte de transport à Moscou) ici on peut remplir la carte “Troïka” SANS COMMISSION! …

 

Notes
(1) commentaires repris d’un article de la Tribune non signé Romaric Godin et sans grand intérêt sinon de susciter tant de discussions et de passions économiques.

(2) Ivan Illich,  Energie et équité, texte paru dans le Monde en 1973, en 3 fois. “Le vélo élève la mobilité autogène de l’homme jusqu’à un nouveau degré, au-delà duquel il n’y a plus en théorie de progrès possible.

(3) Notre ministre des affaires étrangères permanent depuis des décennies, selon Jean Christophe Rufin (cf. Viableco : Relooker l’Europe…)



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 15 mai). Démystification en Grèce : la parole aux internautes. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70w