«Relooker l’Europe»… et la France, comme en 40?

 

Le colonel américain Michael Foster, commandant la 173e brigade aéroportée a informé du transfert de 290 soldats de son unité, située sur une US base italienne vers le centre d’entrainement de Yavoriv (1), aux environ de Lviv, en Ukraine de l’Ouest…. pour “Relooker l’Europe”  (cf. 17e-20e mn du discours sur youtube ). Le site d’Olivier Berruyer s’en est ému! Proposition progressiste et branchée? Si on regarde le profil du colonel, ce sera difficile de nous servir cette sauce…

On doute vite de ses intentions! C’est donc une menace qui nous concerne directement, peuple d’Europe et de France…au cas où nous ne voudrions pas obtempérer aux injonctions diverses… De la flexibilité, de l’austérité, de la surveillance, de l’immigration, de l’éducation, de la GPA, et finalement bientôt de l’esclavage et des STO pour revenir à des notions assez symboliques.
L’ouvrage de notre collègue Catherine de Montlibert, L’émancipation des serfs de Russie 1830-1861, qui vient de sortie (cf. Présentation) .
explique justement comment l’aspiration à l’industrialisation en Russie a favorisé l’émancipation des serfs. Ces pages de mémoires et de témoignage, prises en  contre plongée nous forcent à nous demander, ce que réserve à sa société déjà en crise la déindustralisation sévère d’un pays comme la France? Elle est en cours depuis des décennies ; même le très réservé et politiquement correct site Atlantico, le soulignait il y a déjà un an. : «la part de l’industrie dans le PIB est passé de 24% en 1980 à 14% en 2007 puis 10% en 2012. Elle est de 20% en Allemagne ! (…) Sur 27 ans, ce sont 70000 emplois industriels qui disparaissent en moyenne chaque année» et la crise a encore aggravé la dynamique. Le total des  emplois industriels a ainsi été à peu près divisé par 2 en moins de 30 ans!

Dans ce contexte de retournement du monde et de l’histoire qui fait peur…qui s’étonnera que des journalistes s’exécutent en “chiens de garde” comme en témoigne Udo Ulkrotte (2)  et que l’histoire soit réécrite par des philosophes, des historiens qui jouent aux commissaires politiques, ou tout simplement rédigent les rapports pour supprimer inexorablement des programmes l’histoire… Croyant la gommer ainsi pour de bon de la mémoire. Ils s’affichent avec ostentation et mépris des citoyens et de leurs ancêtres…. des plus médiatisés comme BHL, vrai «Ministre français des affaires étrangères» guidant une vision simpliste, hédoniste et moralisatrice de la diplomatie française depuis plus de 20 ans selon Jean Christophe Rufin (3) sur Europe 1,  aux plus discrets qui sont contraints à la trahison sans vraiment, s’en rendre compte pour survivre ou vivre bien tout simplement (?) aux plus risibles d’entre eux (stigmatisé(e) par  le tweet d’ Alexandre Latsa la géopolitique française à la cuisine pour les dépressifs“). Ils s’efforcent avec assiduité et parfois avec inconscience, par la désinformation, la caricature et le mensonge de briser toutes les racines, tous les liens avec le passé et les familles. Tout ça pour contrôler, diriger l’émotion et conditionner la main-d’oeuvre à ne répondre qu’à des incitations monétaires… 1984 en 2015 en Europe! L’économie de la soumission pour briser la volonté en enchainant les individus offreurs de travail au manuel d’économie standard : avoir les unités de travail aussi flexibles que les unités de capital dans un monde globalisé, au service de la finance et de ses élites mondialistes….et pouvoir supprimer le trop-plein des «inutiles» facilement : un programme écrit par Zbigniew Brzeziński (4), stratège de l’exceptionnalisme US,  comme BHL lui aussi en poste depuis des décennies. “Tittytainment” mot inventé par le politologue américain  est une théorie sociale,   L’idée de Brzezinski est que, dans un monde où 20 % de la population mondiale suffira à faire tourner l’économie, le problème des élites au pouvoir consistera à trouver la “bonne gouvernance” pour que les 80% restants ne gênent pas… Le philosophe contemporain Peter Sloterdijk a parlé de “fascisme de divertissement“, car  il  existe pour lui un lien clair entre le divertissement de masse et le management du ressentiment de type fasciste… On y revient!

Quelle attaque en règle de notre pays, de notre sol et de nos âmes, par tous ces incrédules (5)  qui font ainsi resurgir les démons :
le nouvel ordre s’affiche avec une mémoire sélective, mise en place sans égard, sans  honte et avec le soutien des instances européennes et la soumission des autorités de notre pays. Ces physionomies de haine et de soumission n’avaient rien à faire à Moscou pour le 9 mai , elles auraient sali l’hommage aux immortels. Leurs “amis” à Kiev, font honneur au SS :  l’agence officielle UNIAN témoigne  de la sollicitude du pouvoir de Kiev envers les « vétérans », mais pas n’importe lesquels : les anciens de la Waffen SS Galizien (Galitchina). Ceux des défilés commémoratifs SS, ils sont reconnaissables à leur béret bleu et à l’écusson au lion galicien… Les monstres d’Oradour sur Glane et de tant d’autres lieux rayés des cartes! Les autorités de Kiev soutenues par les instances européennes ont réhabilité l’armée de l’UPA, armée des insurgés de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN) associé à la mémoire des Waffen SS et cette mémoire mortifère est célébrée à Kiev! Kiev et l’économie ukrainienne sont sous perfusion des contribuables européens alors que l’austérité de l’Europe tue en Grèce et que le gouvernemente d’Alexis Tsipras tente d’éviter la poursuite des exactions économiques! Deux poids de mesures une nouvelle fois, pour un suicide européen programmé et déjà en cours.

L’écho des 12 millions de voix qui en Russie ont clamé “spaciba” au défilé des immortels pourra-t-il se faire entendre pour défier les illusionnistes européens qui fomentent ce plan macabre pour l’Europe et ses peuples. Les Russes de toutes origines et de toute génération ne sont pas dupes…et certainement aucunement naïfs (cf. la Russie qu’ils ont perdue).  Sur un territoire ouvertement convoité (cf. « Le Grand Échiquier » de Zbigniew Brzezinski) pour ses richesses par l’OTAN et ses idéologues qui puisent leur haine dans la mémoire des crimes des nazis, ils savent toujours ce que la force collective veut dire et peut réaliser.

Les Russes sont encore une fois nos partenaires de Résistance, notre exemple de courage et d’espoir.

Mais déjà aussi des historiens se sont levés de leurs recherches assidues dans les archives ouvertes depuis 10 ans. Ils  exposent comment décrypter les stratégies guerrières du passé dans leurs ressorts les plus obscurs ; stratégies efficaces certes  mais aussi dont la démystification permet d’en étudier les faiblesses, plus tôt.   Nous avons la chance de savoir que la victoire est possible, la résistance peut vaincre. C’est un formidable actif qui est le cadeau de l’histoire pour nos générations. Imaginons nos grands-parents résistants, dans le doute, face au déni, à l’indifférence, au mensonge à la violence, et avec ainsi toutes les raisons du monde de douter et de baisser les bras… Combien de “à quoi bon” on-t-ils-eux aussi entendu? Quand nous en entendons de ces “à quoi bon” et Dieu sait combien il en existe de versions… : “et ta carrière ? et ton poste? et ton package, ton bonus? et les contrats européens tu n’en voudrais pas ? Cette litanie des “à quoi bon” du politiquement correct,  pennons les, comme des honneurs qui nous rapprochent des sons entendus par ces géants qui ont aussi sauvé le monde. Tous les soirs en s’endormant, ils devaient se demander : “Peut-on vaincre ?”
Et oui ! et comment ils ont vaincu!… Et nous, on le sait d’avance! Ceux qui veulent qu’on l’oublie,  que nos enfants perdent la mémoire de leur propre histoire, ils se désignent d’eux-même comme les traîtres prêts à ordonner le massacre.

Place donc à cette mémoire enfouie avec les immortels qui ne demande qu’à se réveiller en nous. Ils sont salis par nos élites et cette Europe qui ose nous proposer une “Quiz institutionnel” pour voir si nous savons bien notre leçon sur le 9 mai : fête de Robert Schuman et de son traité façonné par les esprits des puissances mortifères, bien avant la fin de la guerre (cf. Viableco : Propagande d’hier et d’aujourd’hui). Une peu grosse la ficelle ! L’ouverture des archives nous révèle les noeuds du mensonge. De quoi corriger la propagande des va-t-en-guerre et de leurs chiens de garde.
Annie Lacroix-Riz a rédigé fort à propos un texte sur «Le rôle de l’URSS dans la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945)». Il est un témoignage documenté et analysé suivant le prisme de l’historienne, sa sensibilité et l’émotion qu’elle ressent devant la portée  de ces mensonges. Ils aboutissent à modifier les sens de l’histoire et ses perceptions (cf. le constat sur la fabrique de crétins). Elle révèle des sources et des logiques économiques qui ont prévalu pour donner libre cours aux démons et au mal. Le choc est que ces  logiques et leurs  argumentaires de la globalisation nous sont étrangement familiers, s’éclairent alors les fins qui nous étaient encore confuses.  Nous déjà savons que ces logiques économiques sont mortifères pour le système économique lui-même et l’économie réelles. Les économistes même les plus ancrés dans le système osent parfois en parler (cf. T. Piketty). Des inégalités croissantes à  la puissance des élites financières qui sont dispensées de rendre des comptes ! Des instances juridiques américaines, les seules à réagir, pour se faire payer pour cesser les investigations et les poursuites. Plus de limite aux falsifications de la concurrence (manipulation du Libor) (6), de destructions de l’économie réelle et des populations, en toute impunité, une fois l’amende acquittée… TBTF et Tout big to jail (cf Viableco). En lisant les témoignages historiques des archives pour expliquer les stratégies de la guerre et de la paix, on gagne un coup d’avance dans la partie d’échecs en cours…

D’autres témoignages se rajoutent qui complètent le panorama tracé par Annie la croix Riz, à Oxford, l’historien Mark Mazower (7) fournit des analyses à partir des archives allemandes et grecques. Récemment la Saker français a traduit un texte de Valentin Katasonov,   “La Seconde Guerre mondiale organisée par les ploutocrates anglo-américains” en 2 billets  (ici la partie I et la partie II).  sur
Ces travaux nous rappellent aussi l’article de 2006 de William F. Wertz, Jr. “Comment Londres et Wall Street ont mis Hitler au pouvoir” et le témoignage de l’expérience de John Perkins,  confession d’un assassin financier.  Ses confession anciennes font écho à celles du journaliste éditorialiste allemand, Udo Ulfkotte qui choisit lui aussi de témoigner pour l’humanité…pour que cette tradition des journalistes compromis et finalement aussi assassins, cesse un jour!

Dans une lettre au secrétaire d’Etat Cordell Hull de 8 septembre 1944, Franklin Roosevelt écrivait que : «La défaite de l’armée nazie devra être suivie de l’éradication de ces armes de guerre économique. »

Roosevelt est mort avant avoir pu être écouté sur ce sujet et la decartélisation qu’il souhaitait de l’économie mondiale n’a pas eu lieu  ;  à l’inverse elle a trouvé dans l’institutionnalisation progressive de l’Europe et dans la mainmise sur l’Etat américain les leviers pour s’amplifier.

Dans ce contexte on comprend le signe de croix fait par Le Ministre de la défense russe Serguei Shoïgou, originaire de la République de Touva et bouddhiste,   en ouvrant le défilé de la célébration du soixante-dixième anniversaire de la victoire contre le nazisme le 9 mai 2015 sur la Place rouge de Moscou (8).

Notes

(1) Le centre d’entrainement de Yaroviv est appelé IPSC (International Peacekeeping and Security Center) (ipsc.asv.gov.ua). Quelle ironie! Il y a «de la place pour au moins 1790 personnes  et bénéficie de nouveaux bâtiments “aux normes européennes” qui ont été inaugurés par Porochenko, le 30 décembre 2014. Une petite vidéo à l’entrée du Centre montre les drapeaux de différentes nations dont les Etats-Unis, l’Allemagne, la Pologne, et la Roumanie. Les troupes américaine y ont d’ailleurs déjà séjourné en 2014 dans le cadre d’exercices de l’OTAN.  Le centre est prévu pour toutes sortes d’entrainements, y compris pour la conduite de chars T-64BV, d’hélicoptères Mi-8 et Mi-2 et de drones» comme le souligne l’article sur les Crises qui prend soin de mettre les liens

(2)Le journaliste européen Udo Uflkotte a publié un ouvrage sur ses 30 années de carrière de journaliste qui était à l’automne n°1 des ventes chez Amazone alors qu’aucun media officiel ne pouvait citer cet ouvrage! « Gekaufte Journalisten – Wie Politiker, Geheimdienste und Hochfinanz Deutschlands Massenmedien lenken » (Journalistes achetés – Comment les politiciens et la finance dirigent les médias de masse). Udo Ulfkotte,  ancien éditeur du journal allemand  Frankfurter Allgemeinne décrit comment  il a été approché par les services allemands pour devenir journaliste. Il explique aussi comment ces relations avec les services de l’intelligence allemande et de la CIA ont orienté ses articles et ses éditoriaux durant 30 ans. Pour lui, l’Allemagne n’est pas un pays libre et souverain.

(2) Jean Christophe Rufin,  écrivain, membre de l’Académie française, et ancien diplomate, dans un chronique qui fera date , évoque la fin du” Bernard-Henri-Lévisme”.

(4) Depuis les années 90, Zbigniew Brzeziński, conseiller de la diplomatie US nourrit ainsi la rhétorique de l’«exceptionnalisme» américain pour asseoir la pérennité de son hégémonie sur le monde. Cette vision aurait peut-être pu ouvrir un ordonnancement du monde graduel, rationnel et beaucoup d’européens convaincus ont pensé qu’elle pouvait même être pacificatrice” …(cf. Viableco Peut-on l’écrire?” ). Voir aussi le blog Les Crises sur le sujet du Grand échiquier de Z. Brzezinski.

(5) La soeur de Bernard henry Lévy, Véronique Lévy prie pour son frère !

(6) Et les responsables des manipulations peuvent même être promus… (cf. Mark Dearlove chez Barclays).

(7) cf. Viableco la propagande d’hier et d’aujourd’hui

(8) Selon la tradition slaves en passant devant la tour du sauveur, il est de coutume de se signer pour honorer l’icône sacré à droite de la porte.

 

en image à la une : Rémy Berthonneau, Richard Clément et son grand père au défilé des immortels à son arrivée sur la Place Rouge le 9 mai 2015



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 13 mai). «Relooker l’Europe»… et la France, comme en 40? VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70v