Pour le 2 mai : mémoire d’Odessa (Ukraine)

Les cris du silence ! 2 mai,  jour de mémoire comment redire ce qui fut écrit il y a un an dans le billet, «O comme Oradour et Odessa»? Je laisserais donc cette fois la parole à Vercors,-nom de résistance de Jean Bruller écrivain français-.  Paroles dans des pages écrites sous la chape de l’indifférence et du déni des mêmes, qui aujourd’hui encore taisent et transforment…

Que de dégoût, de désespoir et d’impuissance ressentis. «L’impuissance» titre d’ailleurs de la nouvelle de Vercors écrire en juillet 1944, dans l’émotion des événements d’Oradour sur Glane.

Il ne me dit rien quand j’arrivais : je n’appris le répugnant massacre du village d’Oradour que plus tard. Il avait eu entre temps entre les mains, lui, le matin même, cet étrange compte rendu préfectoral, d’une simplicité sinistre, qui circula quelque temps puis disparut. Et qui ne fut suivi d’aucune protestation officielle. Je suppose”. (L’impuissance p. 79)

«L’Impuissance» et «Le songe» sont des nouvelles qui figurent dans le recueil du Silence de la mer de l’auteur (1).
“(…) pendant qu’on rôtit tout vifs des femmes et des gosses dans une église? Pendant qu’on massacre et qu’on assassine sur toute la surface de la terre? Pendant qu’on décapite des femmes à la hache? Pendant qu’on entasse les gens dans des chambres délibérément construites pour les asphyxier? Pendant qu’un peu partout des pendus se balancent aux arbres aux sons de la radio qui donne peut être du Mozart? Pendant qu’on brûle les pieds et les mains des gens pour leur faire livrer les copains? Pendant qu’on fait mourir à la peine, qu’on tue sous les coups, qu’on fait crever de labeur, de faim et de froid (…)? Et que nous sommes entourés de gens (des gens très bien, n’est ce pas, cultivés et tout) dont pas un ne risquerait un doigt pour empêcher ces actes horribles, qu’ils veulent lâchement ignorer, ou dont ils se fichent, que quelques-uns même approuvent et dont ils se réjouissent? Et tu demandes «quelles folie encore… ?”(l’Impuissance p. 84).

Je voudrais enfin transmettre le sentiment douloureux, celui-là même que Vercors a su capter, celui des collègues qui vivent aujourd’hui au Donbass :

Ils avaient réussi après des heures et des heures d’attente à des postes-frontières divers à venir à Rostov sur le Don pour une conférence d’économie….et revoir ainsi un monde de vie et de joies si près géographiquement mais si loin pour eux par la volonté des maîtres de l’Europe. Repartis depuis à leur tâche à leur vie à leurs tourments extrêmes pour résister à la menace, à la haine et à ses manifestations mortelles. Pour eux le pire déchirement et la souffrance aigüe, nous ont-il dit soudain dans une conversation, c’étaient qu’à l’ouest de l’Ukraine, où ils ont de la famille, personne ne croit à leur calvaire malgré les drames, les morts quotidiennes ; ils sont la risée de leurs proches rendus crédules, bêtes et mauvais. Les témoignages des mères, les photos les films ont pourtant circulé dans l’Europe entière sur les massacres d’Odessa du 2 mai 2015 – à la Maison des syndicats… mais rien ne semble arrêter la haine et ceux qui l’excitent par avidité et cupidité!

«Nous le savons bien que l’homme est décidément une assez sale bête. Heureusement l’art, la pensée désintéressée le rachètent». (L’impuissance, p. 85).

Et si au fond de ce puits, au fonds de cette inépuisable géhenne, si au fond de cette hébétude déchirée j’avais une pensée – s’il me restait un sentiment, c’était l’amer crève-coeur, c’était le déchirement, c’était le désespoir glacé de savoir que des gens, par le monde, des hommes comme nous, avec une tête et un coeur, connaissent notre existence et notre vie, et qu’ils mènent leur vie à eux, leurs affaires d’argent, d’amour, et de table, qu’ils avancent chaque jour parmi les choses et dans le temps sans nous consacrer l’obole d’un souci. Et que même il en est d’autres, oui, qu’il en est d’autres, d’autres qui parfois songent à nous -et cette pensée fait sourire”. (Vercors, Le songe, novembre 1943 p.73 )

 

Photos à la une et ci-dessous:  “les cris du silence”, monument aux martyrs d’Oradour d’Appel-les Fenosa i Florensa, sculpteur espagnol.

« Ici des hommes firent à leur mère et à toute les femmes la plus grave injure. Ils n’épargnèrent pas les enfants. »   phrase de Paul Eluard est gravée au pied.

Photo_026

Notes :
(1) Vercors (1951), Silence de la mer, Coll. Le livre de poche, Albin Michel.



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 30 avril). Pour le 2 mai : mémoire d’Odessa (Ukraine). VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70t