Duperie à la française…une de plus!

Les financiers luxembourgeois ne se privent pas de conseiller la Russie à leurs clients…alors qu’aux français, les experts “habilités” à parler servent la partition imposée de la frilosité.

Concentrée sur son travail quotidien mais aussi sous la réflexion de la fin de sa thèse sur la Crise en Grèce, -un sujet anodin sinon hors sujet, dans le panorama français il y a 5 ans mais qui maintenant fait trembler l’Europe bien pensante-, Effie Antiochou n’a pas manqué de me faire passer cet article du responsable pays émergent de chez Schroders,  Alexander Moseley . Repris aussi par le magazine Citywire Americas : «Why foreign investors should not write off Russia» (Pourquoi les investisseurs ne doivent pas laisser tomber la Russie), du 29 avril 2015, il devrait  perturber les certitudes de nos experts économiques français, «habilités» par l’Observatoire de la CCIFR et son directeur Arnaud Dubien à parler de la Russie aux analystes financiers parisiens (cf. Conférence SFAF- Observatoire Franco-Russe CCIFR) .

Le luxembourgeois de chez Schroders a pris, lui, la peine de venir en Russie avant d’écrire et fait part de sa surprise d’y avoir trouvé le calme au sein de la communauté d’affaire, alors que la presse occidentale ne cesse d’exciter le public et les acteurs économiques sur les catastrophes de l’économie russe pour dissimuler les déboires de l’Europe et la fuite dans le chaos toujours si bénéfique aux vendeurs d’armes auxquels cette presse à des comptes à rendre!

L’explication de l’analyste est simple : sur les six derniers mois, la communauté d’affaire a appris que le pays avait  ” a sustainable economic system, even under stress” (un système économique robuste/ «soustenable» même en situation de stress). La Russie est finalement «a large, serious country with a government committed to long-term growth» (un grand et sérieux pays avec un gouvernement qui s’est engagé dans une croissance de long terme).

Dans ce contexte, le financier estime que les managers de fonds qui ignoreraient la Russie perdraient dans la course au benchmark! Il souligne, n’en déplaise à «nos experts», que les situations macroéconomies, monétaire, bancaire et la politique budgétaire sont meilleures que ce qui est largement perçu : «Russia is financially a good Credit» (la Russie est finale un bon débiteur). Avec un des plus bas niveaux de dette souveraine et de déficit public, la Russie peut être enviée de la plupart des gouvernements occidentaux. A quoi s’ajoute un stock de réserves en devises et en or conséquent. Le financier expérimenté n’est pas dupe : les 120 milliards de dollars de sorties capitaux du secteur privé que les «cassandres» ont agités ne sont pas tous des «fuites» mais plutôt le remboursement de dettes concentrées du fait de la fermeture des prêts aux emprunteurs russes (effet direct et indirect des sanctions). Nos experts français eux, ont toujours bien du mal à comprendre ces subtilités même si on tente de le leur expliquer depuis longtemps ( Cf. Les “fuites” de capitaux en Russie au-delà des conventions… dans Russeurope) et ils croient malin de titrer «l’économie russe à la remorque de sa diplomatie» dans la publication d’avril 2015 de la Revue analyse financière consacrée à la Russie.

imagesUn Monde orwellien! France Big Brother,  le mensonge est la vérité (présentation ) , comme l’écrit Laurent Obertone! ( ed. RING 2014)….images

 



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 30 avril). Duperie à la française…une de plus! VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70s