Hommage et éloge du théâtre

 

«Il faut revenir au théâtre pour redevenir attentif à notre destin dans la langue et saisir le grand mouvement de nos vies, que la scène restitue et rend visible…

En ne dédaignant ni le rire ni la grimace, en mêlant le récit, le chant, l’action, les imprécations, les eaux profondes du réel et de l’irréel, la prière et la prophétie, en jouant de la singularité des corps et des voix dans l’ incertitude des frontières et le va-et-vient risqué entre les catégories, le théâtre porte au plus haut l’intention (souvent publiée) de la poésie, qui est de maintenir ouverte pour tous, dans la langue, la circulation de l’infini. Et puisqu’il reste à créer un enjeu pour le millénaire qui vient, en voici un, digne d’une démocratie. Dans une société intéressé au bonheur et à la santé mentale de ses membres, mais respectueuse des fragilités de chacun, le théâtre ne devrait-il pas être pratiqué par tous, dès les premières années de l’école et jusqu’à la fin de la vie, comme le sport dont il est une variante parlée? Le plongeur qui descend dans le noir et remonte dans la lumière, l’amoureux qui court à son rendez-vous donnent l’image des métamorphoses du coeur qui sont le secret du théâtre. Les enfants comprennent cela quand ils se déguisent; et les adolescents que fascinent les jeux de rôles. En nous faisant entrer de biais dans les passions et les vies les plus déréglées, le théâtre donne une langue, un habit, un nom, une histoire à l’insularité des corps qui ne sont violents pour de vrai que par l’absence de projets à quoi le présent les condamne et par l’humiliation d’aller sans mot ni rôle à jouer dans un monde de spectateurs».

Jean-Pierre Milovanoff, Presque un manège, 1998 Julliard, pp. 68-69.

L’auteur de ces lignes est fils, d’un émigré russe, ingénieur des mines dans les exploitations minières du Sud de la France. Il avait 58 ans en 1998 à la publication de l’ouvrage d’où est extrait ce texte. Il doit en avoir 75 aujourd’hui et c’est dans l’avion qui me mena à Rostov sur le Don pour assister à une conférence et au Jubilé des 75 ans d’un collègue de l’Université Fédérale du Sud de la Russie, Le Professeur Victor Nicolaevitch Ovtchennikov , que j’ai découvert cet éloge du Théâtre qui met l’accent sur l’importance de la théâtralité de la vie. Elle est l’assurance que le futur est ouvert et que tout est possible parce qu’une infinité de sens s’entrecroisent. Un monde ouvert qui rend naturelles la surprise et le rebond. Le mouvement des êtres fait de flux et de reflux, certains partent, d’autres reviennent continument. Seule la passivité d’éternels spectateurs jamais acteurs de leur vie, figent dans l’inertie et fait le nid du désespoir. Le mouvement, la prise de risque pour que tout soit possible ; c’ est la quête de l’espoir que surgira du pire des cas, une voix, un chemin (voie). Un espoir impossible à rêver ou à imaginer dans le raisonnable ou le non raisonnable. La surprise radicale ne se prévoit pas, elle est in-pensée (George L. S. Shackle) . Dans le monde qui loue l’immobilisme glorieux et de l’exceptionnalisme qui s’interdit l’alternative viable, c’est le chaos et la mort qui finissent par être préférés à la recomposition. Tant que cette illusion se maintiendra et que la propagande portera, tant que la menace fera peur et que la violence convaincra, l’espoir sombrera ; le politicien et le diplomate agiteront du vent et l’économiste sera la victime la plus aveuglée, sa discipline prise en esclavage de la justification de l’immobilisme et de l’absence d’alternative. Se tromper, s’égarer, deviendra un «modus vivendi». Pourvu qu’on ne lui demande jamais de vérifier ses dires avec le réel, telle doit être son éternelle prière…(1) La réalité même sera muselés par la presse, rejouant la partition écrite par G. Orwell… Cet économiste-là en tirera un répit pour sa conscience. Des déclarations en sortiront à couvrir de honte la discipline, qui ne pensait pas les crises… Ces temps de duplicité et ces économistes nous en ont réservé par milliers de mémorables… «L’économie russe à la remorque de sa diplomatie» (2), parmi les derniers en date. Pensait-il faire tant rire dans le contexte de mai 2015 ou visait-il les félicitations de ses mentors? Pardonnons leur encore une fois, ils ne savent pas ce qu’ils font!

L’éloge du théâtre nous ouvre une perspective de rédemption de tous ces êtres égarés par le conformisme mortifère dans un monde qui s’auto-puni. Puissent-ils l’entendre cette assurance d’un un autre mode de vie où tout serait possible où tout pourrait se rejouer où l’endoctrinement idéologique serait toujours contournable et où ainsi le déterminisme n’aurait pas de prise?
Qui ne connaît pas l’appel du Don et la force d’entrainement de cet autre Sud, peut se satisfaire de cette vie programmée. Pour avoir respiré une fois …alors que «mes autorités» universitaires m’interdisaient de me rendre dans un lieu si dangereux, le Sud de la Russie en 2002, – Sud de la Russie, Caucase ,Tchétchénie ne faisant plus qu’un dans l’esprit étroit des idéologues du système-, j’en fus conquise et je ne pue jamais accepter la soumission et l’aveuglement qui devenait inexorablement la partition académique imposée du parisianisme ambiant. Pour survivre dans un environnement étroit en pensée, en compréhension, en imagination, le plus dur était l’interdit des émotions… Assurément obscènes et contre toute bienséance. L’apathie comme «benchmark»? Un monde qui refuse les émotions du théâtre de la vie que peut-il laisser espérer (des financements européens bien gras et bien conditionnés, des mètres carrés de bureau, champs de bataille ouverts des universités et des postes à remplir sans ne jamais prendre en compte le désespoir des étudiants? Eduquer comment et à quoi dans un monde où le futur s’amoindrit pour les jeunes mais où il faut faire semblant de ne pas le voir. Logique que dans un tel monde, il n’y ait pas d’acte final et de sortie de la scène avec panache et suspense….mais un principe technique! Le droit à l’euthanasie comme horizon choisi de l’affirmation de ce qui semble être une liberté….fonctionnaliste!

Destination Eurasie et l’appel du large, du Don , des espaces, du Sud et de la liberté qui se conquiert!

Réintroduire le théâtre dans l’existence, le mouvement l’espoir, les possibles. C’est bien à l’échelle des pays ce que proposent la Grèce et la Russie, une partition qui émerge des profondes racines des territoires. Ces pays tétanisent les spectateurs de la région Europe, paniquent les élites illusionnistes qui privées d’imagination et de n’expriment que la haine et souhaitent le chaos. Les hommes et femmes libres osent la surprise, le non écrit, le retournement…face à l’imagination tronquée, guidée , vassalisée, achetée, muselée, et finalement meurtrie…ils osent faire respirer le destin. C’est dans les contrées du Don que sont inscrites les traces qui lient ces pays et ces peuples : Tanaïs à 40 km de Rostov, une cité grecque du Don qui fit briller plus au Nord l’intelligence de la Chouette à jamais!

Ce Don vers lequel j’ai volé, si proche de ses territoires défendus contre les forces de la violence aveugle et vénale qui se brisent sur la détermination des peuples slaves. Ce sera la rencontre annoncée par les mots lus dans l’avion, celle avec le théâtre, celui de la vie de l’épopée quotidienne : le jubilé du Professeur V. N. Obchenikov, 75 ans donc 40 au service de la transmission et de la formation : 38 thèses d’Etat («doctorat nayka») plus de 100 thèses de 3e cycle («aspiranture»)… Des dizaines d’hommes et de femmes, d’économistes formés à une économie du respect des lieux, des gens, des régions. Il faut le signaler car dans nos perspectives d’équilibristes européens de la fin de l’histoire, contexte et dynamique ne font pas partie de la partition autorisée. Ceci explique une bonne partie de nos déboires de logique et de raisonnement économique : la crise qui ne devait pas exister dans les modèles de la convergence européenne, s’est pourtant chargée d’aggraver le trait! Le malheur est que la réponse des experts qui se sont déjà trompé maintes fois, est de s’obstiner, nier les fautes et le réel… Une comédie irréversible?

Ces jours passés à Rostov furent un théâtre de la variété, des mots déclinés sous toutes ses formes, des hommages des toasts, des poèmes et des chants : telle fut la réalité du jubilé de Victor Nicolaévitch Ovtchevnnikov. Ambiance qui rendait palpable et véritable les phrases de Jean-Pierre Milovanoff, un monde d’où cet écrivain inspiré tire ses racines…et qui répond à l’écho de ses espoirs. Est-il possible qu’il s’en doute ?

Un monde de délicatesse possible, d’attention à autrui, de l’accueil, dans l’amitié, le travail et la coopération. Un mode assurément étranger à l’individualisme et à ses fins…mais aussi ainsi un monde fort pour surmonter les épreuves du quotidien, de la vie, de la guerre si proche, de l’exode. Un monde qui ne donne pas prise aux menaces, aux manifestations de haine et aux provocations comme ces sanctions -qui cachent si mal les caprices de l’envie et celle de l’absence de courage-… Le témoignage d’une force d’entrainement et d’espoir pour des millions d’êtres humains!
L’histoire est théâtrale et n’a pas de fin.

Не Бросим! Ne cesse de redire Victor Nicolaevitch….un Elbrouz vivant (3)!

Notes :
(1) Pour les économistes comme Charles Wyplosz eurobéat ancestral, ce genre d’erreur sert la «bonne cause». Le RWE blog veille et remet en place les statistiques : «It is however true that Eurostat does mention a 12,3% deficit – but for 2013, not for 2014. And it does mention a 3,5% deficit – but for 2014, not for 2015. For starters, the change between 2013 and 2014 is not improbable, as the 2013 data contain quite a lot of transfers to banks» Fact checking Charles Wyplosz: more than a little wrong about the Greek government deficit
(2) présentation de Julien Vercueil INALCO, à la Société française des analystes financiers (SFAF) et l’Observatoire franco-russe de la CCIFR, Dans la table ronde sur les enjeux économiques majeurs! du 7 mai 2015.
(3) Comme l’a caractérisé avec spontanéité et émotion une collègue, certainement aussi ancienne élève…



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 28 avril). Hommage et éloge du théâtre. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70r