Le printemps de l’Economie?

La communauté économique mondiale est en émoi!

Bernanke se remet à son métier de base , économiste ;  il a ouvert un blog d’économie et ses interrogations sont brutalement sources de discussions et de controverses…

Un sentiment soudain de responsabilité ?

Le choc du réel ?

Le Printemps de l’économie enfin ! Parlons donc de printemps en référence au mot d’ Alexis Tsipras,  qui lors de la conférence de presse avec le Président de la Fédération de Russie, le 8 avril 2015 s’est ainsi réjoui : «Nous avons apporté le printemps dans les relations entre la Grèce et la Russie !»

La cause de ce Printemps de l’économie, de l’air qui change ? Avançons des hypothèses :

  • L’ AIIB , la banque mondiale duale (1)?
  •  Le rebond économique de la Russie ?
  • Cette visite de Tsipras qui, en affirmant  des racines communes avec la Russie exposerait la division de l’Europe (2)?
  • Celle de nos 17 élus français à Moscou…bravant l’interdit et l’omerta?… Causes ou conséquences ? Un éternel débat…

Le vent souffle et les paroles claquent : Richard C. Koo , l’économiste en chef de Nomoura, avait déjà lancé le pavé dans la mare : «The world in balance sheet recession»…les remous se propagent : les économistes s’entrechoquent, la bienséance est renversée.

L’Australien Steve Keen que  Gaël Giraud a fait connaître en France est accusé d’être “a little nasty” , parce qu’il appelle à du sang neuf, refuse de s’excuser, persiste et signe. Ce sang neuf sera la source d’idées nouvelles et plus encore de liberté de penser. Je traduis dans ce billet en le commentant, son texte de combat. Il porte aussi les accents de celui que nous menons contre la pensée unique, l’aveuglement au réel et la dictature des media, esclaves de la financiarisation.

Derrière le vocable de  “a little nasty”  se cachent beaucoup de haine et d’embuches. Dans notre environnement quotidien, l’affront est décliné sous un vocable plus ciblé encore: «faussaire du Kremlin»…après «esclave volontaire». Il va de soit que les journalistes en parfait «chiens de garde» estiment que les hommes d’affaires ou les économistes qui s’aventurent à critiquer la politique des sanctions contre la Russie ne sont que des faussaires (forcément du Kremlin !). Des faussaires de la doxa et du TINA parce qu’ils regardent la réalité et le terrain et n’accordent pas de valeur à la propagande de la haine. Cette doxa et ce TINA commandent l’austérité aux peuples et l’absence d’espoir pour la jeunesse. A. Tsipras est venu témoigner de ce mal  en Russie…. Lui aussi est  « un faussaire » ?  On en reparle (cf. Viableco dette digne ou indigne à paraître)…

 

Titre : Le débat consanguin, Bernanke-Summers, sur la stagnation séculaire

Steve Keen (6 avril 2015)

Ben Bernanke a récemment commencé à «bloguer». Son sujet : pourquoi les taux d’intérêt sont si bas dans le monde entier? Il ouvre le débat sur une critique de l’idée de Larry Summers sur « la stagnation séculaire » pour justifier que depuis la crise financière, la croissance est faible. Summers a répondu à l’argumentation de Bernanke et un débat s’est amorcé.
Qui a raison ? B. Bernanke qui soutient que la cause est « une surabondance globale d’épargne », ou Summers qui soutient que la cause est un ralentissement de la croissance démographique, combinée avec un manque d’opportunité à trouver des investissements profitables (pour le temps présent mais aussi pour le futur). L’argument de Summers pourrait aussi justifier la recherche d’opportunités par le chaos (consommateur d’armes)associé à la tentation de capter des territoires prometteurs (terres fertiles et ressources minières ukrainiennes et ressources énergétiques et matières premières en Afrique et au Moyen Orient).

(Steve Keen) engagerai la discussion en les mettant dans un même sac : chacun peut mettre en avant de la même façon des données empiriques qui soutiennent sa position ; mais ils avancent seulement les explications qui sont compatibles avec la conception qu’ils partagent ensemble sur le fonctionnement de l’économie.
Et il n’est pas exagéré de dire qu’ils sont le produit d’une unique façon de penser le monde ; ça va au-delà d’une simple appartenance à la même école économique de pensée (« l’École Néoclassique » par opposition « aux Autrichiens », « Post-Keynesian »,  » Marxiste » etc), ou même à celle de la même secte au sein de cette école (« Nouveau Keynesian » par opposition à « Nouveau Classique »). Ça va bien au delà de tous ça.
Ils ont préparé leur thèse dans le même département du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Ils ont assisté aux mêmes cours de macroéconomie: «Stanley Fisher’s course in monetary economics at MIT for graduate students (la même année ? Peut être que quelqu’un sait?). Parmi leurs compatriotes, également étudiants de S. Fisher,  Ken Rogoff et Olivier Blanchard (O. Blanchand lui-même venant de France- Paris X Nanterre du DEA Monnaie financement dirigé par P. Llau… Ceux qui sont restés à Nanterre ont rapidement bifurqué de la pensée standard, ce fut mon cas et celui de Jacques Sapir aussi rencontré à Paris X quand il était assistant pour DSK). Retournons de l’autre côté de l’Atlantique :

Au-delà de tout ça encore, l’architecte intellectuel dominant du MIT, de ce que la plupart des gens pensent être l’économie Keynésienne, est Paul Samuelson, l’oncle de Larry Summers. Les bases de l’analyse économique, écrit par Samuelson est le coeur de l’approche économique du MIT qui façonna les manuels d’économie à travers le monde entier. Le Manuel bien orienté «marchés» signé de Gregory Mankiw (docteur du MIT aussi) est un pâle écho de l’ ouvrage original de Samuelson.

Ce groupe s’est attaché à dédaigner les autres approches de l’économie. Krugman (docteur du MIT aussi ) n’hésite pas dans ce papier (ici ) à railler les vues hors de ce cadre.

A propos d’un élevage de chevaux pur-sang, ce niveau de consanguinité serait une sonnette d’alarme. Un conseil raisonnable serait d’y injecter du sang nouveau car la multiplication au sein d’un même groupe est problématique. Cependant cette question ne semble avoir de l’importance qu’en matière de chevaux de course.

Et pourtant, (Steve Keen) parle d’individus dont les idées ont une influence colossale sur le développement de la pensée économique, sur les conceptions des politiques économiques sur l’ensemble du globe depuis 4 décennies.

Ce n’est pas le fait que cette approche, qui domine la pensée économique, provienne d’une perspective aussi limitée, mais surtout qu’elle vienne d’un si petit groupe interconnecté, qui aurait dû sonner l’alarme. Comment le monde est-il passé complètement sous l’influence de ce clan consanguin ?
Tout se passait bien durant un bon moment, bien sûr, avant le choc de la crise financière et tout particulièrement pour cet équipage de champions intellectuels. Bernanke voyait « la Grande Modération (Great Moderation) » comme la preuve que lui et ses collègues de promo géraient bien l’économie mondiale :

« La période de l’inflation basse des deux décennies passées a vu des améliorations non seulement significatives de la croissance économique et de la productivité, mais aussi une réduction marquée de la volatilité économique, tant aux États-Unis qu’à l’étranger. C’est ce phénomène qui a été appelé  « la Grande Modération. » Les récessions sont devenues moins fréquentes et plus amorties et de trimestre en trimestre la volatilité dans la production et l’emploi a baissé significativement aussi.
«Les sources de la Grande Modération restent quelque peu controversées, mais comme je me l’ai déjà abordé ailleurs, l’évidence est que ce qui a permis un meilleur contrôle de l’inflation a contribué dans la mesure importante à cette amélioration globale» (Bernanke 2004)

Olivier Blanchard a aussi mentionné, après la première année de la que la crise financière la situation macroéconomique était bonne :

«Pendant longtemps après l’explosion qu’a connue la discipline de la macroéconomie dans années 1970, a ressemblé à un champ de bataille. Au fil du temps cependant, en grande partie parce que les faits ne se dissipent pas, une vision partagée sur l’explication des fluctuations et sur la méthodologie est apparu. Tout n’est pas toujours que favorable. Comme toutes les révolutions, celle-ci a causé aussi une destruction de certaines connaissances et elle a souffert d’excès d’extrémisme et d’endoctrinement.  Rien de tout ceci n’est mortel cependant. La situation macroéconomique est bonne». (Blanchard août 2008)
Maintenant, après la crise, les champions ne sont pas si optimistes. Mais ils essayent de comprendre pourquoi les choses ont tourné si mal en utilisant des explications qui sont compatibles avec la perspective intellectuelle consanguine dont ils sont les produits.

Vont-ils quand même bien faire les choses ? Difficilement : les chances que l’explication de notre malaise suite à la crise financière puisse être trouvée au sein des  mêmes références intellectuelles que celles qui n’ont pas vu la crise venir,  sont quasi nulles. Le plus grave est que les biais consécutifs dans la mise en place des politiques économiques ont sans doute fait encore plus de mal que la crise elle-même (voir par exemple la mise en cause de L. Summers ici) .
C’est pourquoi les étudiants d’économie se révoltent finalement et réclament le pluralisme dans les enseignements d’économie à l’Université  (ils se nomment les « rebelles de l’économie » ).
Des groupes comme « Rethinking Economics’ »et « International Student Initiative for Pluralism in Economics’ » (en France c’est l’AFEP qui défend l’idée de pluralisme dans l’Economie ) sont en effet en train de mettre en lumière le degré de consanguinité qui s’est affirmé depuis 40 ans et réclame un sang nouveau. L’Université de Kingston à Londres ou enseigne (Steve Keen) est une des seules institutions à avoir répondu positivement aux étudiants.
Je discuterai le détail du débat Bernanke-Summers « le débat » ultérieurement (ici). Je me suis attaché à donner une représentation des problèmes posés par cette mentalité partagée (shared mindset) qui les a égarés alors même qu’ils semblent avoir des positions différentes dans leurs écrits. Leur cadre de pensé (Convention) voit le capitalisme comme un système qui est ou tend vers l’équilibre. L’énigme clé pour eux est d’expliquer pourquoi ce n’est pas en équilibre à tout moment.
La figure ci-dessous montre un nuage de mots relatifs au premier article du blog de Bernanke et le mot « Equilibre » est le 9ème plus fréquemment mot utilisé sur l’ensemble du billet.

 

B Bernanke blog

 

 

 

Figure :  Nuage de mots pour le 1er blog de Bernanke. «Équilibre» 9ème plus fréquemment mot utilisé

 

Notes:

(1) A propos de l’AIIB les réactions sont multiples comme m’écrivait un ami qui s’occupe du sujet. Il résumait ainsi :

«-Les BRICS applaudissent, bien sûr.
-Le club occidental, toute honte bue (le Royaume-Uni en premier, qui a
compris que le business passait avant les USA), s’est rallié à la Chine
en laissant tomber l’ami américain sans réaliser qu’il se rallie aussi à
la Russie. Mais nous ne sommes pas à une contradiction près…
-Les USA font grise mine, en attendant que le Japon quitte le navire à
son tour.
-La diplomatie russe se frotte les mains avec raison. Il faut dire
Lavrov et Poutine sont brillant, et que Xi Jin Ping a parfaitement
manoeuvré.»

Quand à l’UE et ses cerbères…on peut comprendre leurs aigreurs.
«Dans les rues d’Athènes, la pression sur le gouvernement ne diminue pas», 700 anarchiste et 2 voitures brûlés ! … Encore un rêve de révolution de couleur (on-t-ils choisi la couleur déjà ? Et combien ça va couter ? 5 milliards encore au team de V. Nuland?). Quand plus de 70 % d’une population soutient son gouvernement et est prêt à le protéger…c’est dur de mette le chaos comme en Ukraine ou au Yemen.

(2) C’est ce qu’affirme le Süddeutsche Zeitung en Allemagne, en publiant un commentaire scandalisé sur « le comportement » du Premier ministre grec. « En seulement trois jours, il s’est avéré que le nouveau gouvernement grec conçoit l’UE comme une espèce de communauté de combat au corps à corps. Le dernier exemple en date est l’attitude de Tsipras dans le dossier des sanctions russes. […] En détruisant l’image d’unité de l’UE, il livre même au Kremlin la preuve longtemps attendue d’une faiblesse de l’Europe.«