L’économie de propagande

D’abord ils vous ignorent, puis ils rient de vous, puis ils vous combattent, puis vous gagner. (First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win. — attributed to Mahatma Gandhi).

Auto-congratulation et anticipations rationnelles
“In Portugal, the 2009-13 reforms have already raised the levels of productivity and potential GDP. According to OECD estimates the reforms will have resulted in a 3.5% increase in these variables by 2020″ cité par la BCE en mars 2015 et  repris d’un article “Portugal: Reforming the State to promote growth”,  de l’OCDE de Mai 2013“.


Encore un récent exemple d’autoconglatulation: Les institutions internationales aime à se congratuler. Cet extrait repris dans le bulletin de la BCE “Progress with structural reforms across the euro area and their possible impacts” en est un parfait exemple. Elles se congratulent entre elles sur la trajectoire des réformes menées en Europe, se réjouissant des prévisions faites par une institution de même obédience néolibérale, l’OCDE, qui anticipe sur la base de travaux publiés en 2013, un effet bénéfique de ces réformes à horizon 2020… Sans comparer la pertinence de l’avis de l’OCDE sur les prévisions des étapes précédentes en fonction des réalités observées… Le jugement économique s’enferme dans un discours circulaire, hors de tout encrage réel. C’est maintenant une habitude dans l’appareil institutionnel européen et les jeux de ces experts… Il est la clef de l’ignorance finale des situations économiques réelles : l’illusion prend le pied sur le réel!
La méthode est maintenant bien éculée pour qu’elle attache l’intérêt scientifique, son manque de rigueur est une constante… Mais une telle uniformisation pose un problème institutionnel et rend la gouvernance inefficace tant elle est déconnectée du réel. On se demande même quels sont les objectifs qu’elle poursuit ?
Il est important de souligner qu’on peut même trouver des références théoriques d’un éminent courant économique (naïf ou cynique ?) qui permettent de fonder le peu de cas fait des réalités économiques. Ce courant fondent les enseignements qui sont dispensés aux étudiants d’économie en France. Ils sont ainsi formatés comme il convient, institutionnellement… La clef de voute du raisonnement est la logique des anticipations rationnelles (cf. Viableco : Méthodologie) : ainsi il suffit qu’un spécialiste (ex de l’OCDE) dise le futur pour que rationnellement toute la réalité se mettre en ordre de valider la prévision… Les acteurs agents parfaitement rationnels (comme il se doit!) dans un environnement de certitude et d’information parfaite, vont intégrer cette prévision à leurs calculs économiques et à toutes leurs prévisions. La théorie considère qu’ainsi est validée dans le réel,  l’anticipation…sur la base d’hypothèses que personne dans le milieu académique se permettrait sérieusement de contester ; la discipline et l’auto-discipline fonctionnant assez bien dans une petit sphère.
Qui oserait évoquer trop longtemps l’incertitude et le rapport au réel, passerait pour un terroriste intellectuel! Un rebelle ignoré, moqué combattu si il/elle persiste…
La méthodologie de l’économie et la formation des élites économiques procèdent de ce mode d’analyse économique, elles se fondent sur de telles croyances de la rationalité et de l’illusion de la certitude. On peut apprendre comment une courant remporte un pseudo prix Nobel en même temps ne pas chercher à savoir pourquoi les politiques économiques en Europe échouent face à la crise… Le réel n’est pas au programme!

Dans la pratique, cette caractéristique particulière de l’analyse a des impacts : point de surprise que progressivement il n’est pas nécessaire de  mettre en perspective la réalité et les prévisions (anticipations rationnelles passées) passées dans les méthodes de travail au sein des institutions… Si le réel s’est trompé ce n’est pa sla faute du modélisateur… On fait du faux et on génère du faux à partir du faux, le réel est hors du sujet. On ne le considère jamais, c’est la théorie qui nous commende d’agir ainsi et donne raison aux experts qui la suivent. Ce hors sujet du réel, est malheureusement bien une évidence et beaucoup d’Européens en prennent progressivement conscience. Sans parler aussi des alertes de nos collègues sociologues spécialistes des colonnes de The Lancet (équipe de David Stukler) qui partagent l’horreur des conséquences… «when austerity kills!» (1)
L’approche de l’économie standard qui est prônée dans le fonctionnalisme institutionnel en Europe fait de l’économie théorique une justification de l’illusion.

Ignorance des résultats économiques

Point besoin d’aller dans les détails des travaux et des avancés de la disciplines… s’y référer est illusoire puisque seul le discours de justification idéologique importe. C’est un quasi-sabotage du travail scientifique rendu inutile et confiné dans des espaces contrôlés.

Ce qui a pu surprendre les spécialistes à l’esprit critique aiguisé des colonnes de RWER blog est le degré d’ignorance de ce dernier bulletin publié par la BCE (publication N°2 2015). Il fait peu de cas moment des travaux récents produits  au sein de la BCE, trvaux qui contrediraient précisément les propositions énoncées dans le bulletin, en rendant les hypothèses sous-jacentes caduques. On paie les scientifiques pour qu’il reste à leur place, disciplinés et qu’ils ne fassent pas de bruit! Tel est aussi peut-être l’objectif des millions d’Euros des budgets européens consacrés à la recherche?… Le sujet sera un jour à explorer du point de vue épistémologique.

Faisons donc honneurs aux travaux effectués aux sein de la BCE tout récemment, qui sont laissés dans l’ombr, en les passant en revue. Ils pourraient fournir des éléments de raisonnement dans le réel qui dérangent le discours officiel et rendraient justice à nos amis grecs:

– Une étude qui exhibe des effets de l’instabilité financière issue des rigidités dans les délais de paiements (2) Une manière encore d’attester que la monnaie n’est pas neutre dans l’économie et que l’équivalence ricardienne chère aux partisans de l’austérité ne tient toujours pas dans le contexte réel.

-Une étude prudentielle, sur la base de la mise en forme d’un indicateur de vulnérabilité et de risque systémique dans l’esprit de H. Minsky (debt deflation) (3). H. Minsky a fait l’hypothèses que l’économie à risque rend compte de déséquilibres endogènes qui se diffusent par effet de concentration sur des secteurs économiques (excès de crédit et d’endettement par exemple). Ces travaux mettent en perspective la relation entre les dettes et l’évolution du niveau de l’épargne nationale.

– Une étude aborde les consolidations fiscales via l’austérité pour montrer qu’elles induisent des pertes de confiance dommageables pour l’économie (4).

– Une autre étude aborde la question de la mobilité géographique du travail (5) :  Elle montre une diminution des différences de mobilité entre les US et l’UE quand bien même les obstacles linguistiques et culturels sont forts en Europe…Pour les experts qui critiquent le manque de flexibilité en Europe…on peut leur demander jusqu’où veulent-ils aller et pourquoi ce fanatisme?

Non comptant d’ignorer ces travaux récents qui devraient amener à reconsidérer les recommandations focalisées uniquement sur les baisses des revenus et la flexibilité du marché du travail, s’ajoute un défaut chronique supplémentaire : le bulletin de la BCE ignore les résultats majeurs des équipes du département d’économie du FMI et de son économiste en chef. Ils ont montré sur la base de ré-estimations plus réalistes des multiplicateurs que la dépense des gouvernements importe pour le redémarrage des économies touchées par des crises (O. Blanchard – Leigh 2013) (cf. VIABLECO : Economie fiction et réalité )

 

EUROPE : Austérité et manque d’investissement

Pourtant le manque de demande est manifeste en Europe (EA12)
Pour s’en convaincre il suffit de regarder la dynamique des investissements en la comparant avec divers moments de chocs historiques (1975, 1983, 1993, 2009) -cf. Graphique ci-dessous-
Le rattrapage du choc de 2009 a prend beaucoup de retard… L’austérité dans la zone Euro est à incriminer? En tout état de cause il y a quelque chose de grippé dans la dynamique.

investments

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources: RWER blog

– une erreur de perspective (l’austérité)…comme seul remède à la crise

– un gaspillage de capitaux (fuites dans le système bancaire et la spéculation) et de ressources humaines (chômage et émigration des jeunes)

Une autre époque ? Un déclin programmé ? La faute aux «BULLES»

Les bulles de crédit (endettement- QEs) sources de bulles spéculatives ne créent pas plus de capital….une illusion de richesse pour certains certains mais en corollaire un appauvrissement d’autres = croissance des inégalités (6)

Surtout = Un prétexte à modifier/manipuler la répartition des revenus ! La fin des classes moyennes ?

 

La BCE plus marxiste que les marxistes ?
«Labour market reforms, to the extent that they reduce the wage mark-up or the reservation wage, should have a wage-moderating effect, which is reflected in improved competitiveness and/or higher profit margins for firms … because the initial wage-moderating effect of labour market reforms is reflected in a higher profit margin, firms have additional funds to invest and a higher return to capital…» (Les réformes de marché du travail en réduisant les pressions à la hausse des salaires et du salaire de réserve, devraient avoir un effet de modération sur l’ensemble des revenus, ainsi reflété dans la compétitivité, celle-ci s’améliore et assure un accroissement des marges pour les firmes… l’effet de modération du salaire initial via les réformes de marché du travail est reflété dans un gain sur la marge bénéficiaire, les firmes ont des fonds supplémentaires pour investir et dégagent des retours sur investissement plus importants).

Le matérialisme économique de la BCE qui transparaît dans ce dernier bulletin ne ressemble finalement à rien d’autre qu’à la reprise de la théorie matérialiste par excellence : le marxisme.
Tout dans l’expression révèle la culture marxiste et le raisonnement mais en le mettant au service du capital… Avec l’implication qu’une hausse des salaires est mauvaise mais qu’une hausse des profits, par définition bonne. La BCE se montre ainsi dans une logique de lutte des classes (travail-capital) bien caractéristique de l’analyse Marxiste classique. Un a priori est tangible : que des salaires plus bas et du chômage exercent une pression favorable au profit et à l’accumulation du capital sur le long terme.

La superstructure de la société reposerait-elle  légitimement sur les 1% qui exerce avec l’aide des institutions européennes une pression sur le reste de la société en éliminant les classes moyennes? Que des raisonnements de ce type prennent si ouvertement le dessus sur des travaux de recherches qui ont le mérite d’examiner des aspects en relation avec l’économie réelle, laissent songeur.
On peut cependant encore trouver une certaine justification à ce grand écart, puisque l’économie néoclassique partage ses racines avec le marxisme. Les deux approches considèrent le capital et la travail comme des forces opposées en concurrence…une vision pour le moins caricaturale dans l’environnement du XXI siècle. Pourtant elle s’expose partout, dans les politiques d’austérité qui opposent en soi, travail et détentions des actifs (capitaux ou dettes) et dans les attaques systématiques des modèles sociaux européens qui seraient incohérents dans le monde de la globalisation du présent et du futur. Un monde où il s’agit de seriner que l’Europe et son mode de vie serait anachronique… Retour au 19e sans alternative? Pour faire passer cette pilule il va falloir armer la propagande, détruire le courage et manoeuvrer la peur…Un Tittytainment à la Zbigniew Brzezinski, revisité par G. Soros, ? Deux protagonistes qui partagent des obsessions dont celle du marxisme : ça finit par transparaitre! (cf. VIABLECO : Peut-on l’écrire ?)

L’économie un instrument de la propagande

Le plus grave est que l’analyse reporté dans le Bulletin de la BCE ignore sciemment totalement des éléments macroéconomiques clefs : le chômage cyclique, les dépenses publiques, les bulles financières et immobilières, les chocs d’investissement… L’histoire économique est aussi niée dans ce travail de sabotage du réel. Qui se rappelle encore de la réalité des situations économiques en 2008 : le Portugal, la Grèce et l’Espagne (7) n’étaient en aucun cas dans une situation de stagnation avant 2008, le manque de dynamisme n’était pas de leur fait…. C’est la crise financière qui a déclenché les déséquilibres majeurs et elle est le fruit de la financiarisation débridée de l’économie mondiale…

Mais qui croit encore cette réalité après l’oeuvre de propagande institutionnelle et médiatique  pour nous égarer? Tachons de ne pas nous tromper de démons.
Un effet de circonstance transparaît pourtant dans le contexte et montre combien le raisonnement économique primaire et insatisfaisant est mis en avant à des fins politiques. Ce rapport est sorti au moment où les institutions européennes font pression sur la Grèce pour faire céder le gouvernement de Alexis Tsipras sur les deux questions clefs : le marché du travail et les retraites (cf. «Grèce : pourquoi le blocage semble indépassable» de Romaric Godin dans la Tribune du 30 mars 2015 )

 

Une partie de la production économique de la BCE n’est pas fondée scientifiquement et est même contraire aux résultats scientifiques du moment des autres productions des départements de recherche. Ces productions sont des instruments du discours politique et de la stratégie de négociations avec les gouvernements élus des pays européens : le fonctionnalisme en action contre la démocratie

Le bulletin récent de la BCE semble doublement hors-sol, hors-sol parce que l’économie réelle et la situation réelle ne sont pas prises en compte (typique d’une analyse néoclassique menée sans aucune référence à une quelconque réalité). Au réel sont substituées des analyses financières hors des réalités économiques, fondées sur des mécanismes pervertis par la spéculation des casino financiers. Le document et le fruit d’une idéologie incohérente avec le réel (hypothèses du raisonnement falsifiées) et sans tenir compte des expériences déjà menées qui ont montré (par contre exemple) la non validité des propositions (inefficacité de l’austérité pour corriger les déséquilibres dus aux crises).
Ce travail est aussi hors-sol car il ne prend même plus en compte les travaux économiques sur la situation de la zone euro dans la période contemporaine, effectués au sein même de la BCE. Des travaux menés parfois avec sérieux et qui mériteraient d’être considérés par le bulletin, sinon on peut se demander à quoi ils servent.

Le bulletin met hors jeu ces aspects importants du débats économiques dans sa réalité pour prôner un discours strict de propagande, en accord avec la vision de politique économique la plus favorable au pouvoir en place dans l’UE.
Tous les pays n’ont pas la chance de la Grèce d’avoir des économistes compétent en poste au gouvernement, capables de démystifier ces études hors-sol et de contrer le discours stratégique qui prétend se fonder sur elles. Par conséquent, La propagande cherche aussi à discréditer ses spécialistes qui sont ainsi jugés plus dangereux que la moyenne des experts politiques…suffisamment endormies par la rhétorique et les cures d’enseignement univoques. Avec les grecs ont touchent en Europe à des fondateurs de démocratie qui comptent bien défendre l’Histoire de leur pays

Dans ce contexte et face à la Grèce et la compétence économiques de ses ministres (qui ne font pas le jeu de la Finance semble-t-il), il est significatif de voir que le dernier recours est une posture morale quant à la dette de la Grèce. Venant des protagonistes allemands cette version est pour qui sait un peu d’histoire un manque de réserve et un cynisme certain (Cf.  Greek Debt: Do the Right Thing
de Dimitri B. Papadimitriou (8)). L’ironie du deux poids 2 mesures (double standard) est évidente, elle n’est pas sans évoquer un certains exceptionnalisme de triste mémoire en Europe (cf. Viableco: Prapagande d’hier et d’aujourd’hui)

Notes

(1)The Lancet, une des plus célèbres revues médicales du monde, le sociologie David Stuckler (2014) entouré de sa traditionnelle équipe de chercheurs des Universités de Cambridge et d’Oxford associés à des spécialistes de médecine renouvellent leur cri d’alarme à propos de leur constat sur «l’austérité et le déni» en Europe (cf. VIABLECO – «Viability alarm»! )
(2) Cristina Checherita-Westphal, Alexander Klemm, Paul Viefers «Governments’ payment discipline: the macroeconomic impact of public payment delays and arrears»
WP 1771, mars 2015
Abstract : This paper considers the impact of changes in governments’ payment discipline on the private sector. We argue that increased delays in public payments can affect private sector liquidity and profits and hence ultimately economic growth. We test this prediction empirically for European Union countries using two complementary approaches. First, we use annual panel data, including a newly constructed proxy for government arrears. Using
panel data techniques, including methods that allow for endogeneity, we fund that payment delays and to some extent estimated arrears lead to a higher likelihood of bankruptcy, lower profits, and lower economic growth. While this approach allows a broad set of variables to be included, it restricts the number of time periods. We therefore complement it with a Bayesian VAR approach on quarterly data for selected countries faced with significant payment delays. With this second approach, we also fund that the likelihood
of bankruptcies rises when the governments increase the average payment period.

(3) Bruce A. Ramsay and Peter Sarlin, «lending: assessing systemic risk with debt to cash flow», Macroprudential Research Network, WP 1769 mars 2015
Abstract
This paper introduces the ratio of debt to cash ow (D/CF) of nations and their economic sectors to macroprudential analysis, particularly as an indicator of systemic risk and vulnerabilities. While leverage is oftentimes linked to the vulnerability of a nation, the stock of total debt and the flow of gross savings is a less explored measure. Cash fows certainly have a well-known connection to corporations’ ability to service debt. This paper investigates whether the D/CF provides a mean for understanding systemic risks. For a panel of 33 nations, we explore historic D/CF trends, and apply the same procedure to economic sectors. In terms of an early-warning indicator, we show that the D/CF ratio provides a useful additional measure of vulnerability to systemic banking and sovereign crises, relative to more conventional indicators. As a conceptual framework, the assessment of financial stability is arranged for presentation within four vulnerability zones, and exemplied with a number of illustrative case studies.
(3) Roel Beetsma, Jacopo Cimadomo, Oana Furtuna, Massimo Giuliodor «The confidence effects of fiscal consolidations» WP 1770 mars 2015

Abstract:  We explore how fiscal consolidations affect pr ivate sector confidence, a possible channel for the fiscal transmission that has received particular attention recently as a result of
governments embarking on austerity trajectories in the aftermath of the crisis. Panel
regressions based on the action-based datasets of De Vries et al.(2011) and Alesina et al. (2014) show that consolidations, and in particular their unanticipated components affect confidence negatively. The effects are stronger for revenue-based measures and when institutional arrangements, such as fiscal rules, are weak. To obtain a more accurate picture of how consolidations affect confidence, we construct a monthly dataset of consolidation announcements based on the aforementioned datasets, so that we can study the confidence effects in real time using an event study. Consumer confidence falls around announcements of consolidation measures, an effect driven by revenue-based measures. Moreover, the effects are most relevant for European countries with weak institutional arrangements, as measured by the tightness of fiscal rules or budgetary transparency. The effects on producer confidence are generally similar, but weaker than for consumer confidence. Long-term interest rates, as a measure of confidence in the sovereign, tend to fall around spending-based consolidation announcements that take place in slump periods. Overall, if confidence is a concern and consolidation is unavoidable, spending-based measures seem preferable. Slump periods are
not necessarily bad moments for such measures, while strengthening institutional arrangements may help in mitigating adverse confidence effects.

(4) Robert C. M. Beyer et Frank Smet, «Working Paper Series
Labour market adjustments in Europe and the US:
How different?» WP 1767 mars 2015

Abstract: We compare the labour market response to region-specific shocks in Europe and the UScand to national shocks in Europe and investigate changes over time. We employ a multi-level
factor model to decompose regional labour market variables and then estimate the dynamic response of the employment level, the employment rate and the participation rate using the region-specific variables and the country factors. We find that both in Europe and the US labour mobility accounts for about 50% of the long run adjustment to region-specific labour demand shocks and only a little more in the US than in Europe, where adjustment takes twice
as long. In Europe labour mobility is a less important adjustment mechanism in response to country-specific labour demand shocks that cause stronger and more persistent reactions of the
employment and the participation rate. However, we detect a convergence of the adjustment processes in Europe and the US, reflecting both a fall in interstate migration in the US and a
rise in the role of migration in Europe. Finally, we show that part of the difference between Europe and the US in previous studies may be due to the use of different data sources

(6)  Voir aussi l’Etude de Capital sur le long terme :
The growth of capital :Piketty, Harrod, Domar, Solow and
the long run development of the rate of investment, de Merijn Knibbe)

(7) citée même en exemple par les instances européennes…qui ont vite oublié leur égérie!

(8) Président de la Levy Economics Institute of Bard College NY