Un tout petit monde !

Ces derniers temps fleurissent des appels aux acteurs des média pour qu’ils se fassent toujours plus ouvertement les portes paroles de la défense de l’ordre occidental. Guillaume Borel nous a alerté que les institutions de l’ordre établi «invite(nt) également les journalistes d’investigation à se rapprocher de structures telles que la European Endowment for Democracy, opérée par la CIA». (1)

La rhétorique se fait radicale, voire agressive pour sauver l’information qui serait menacée par l’incursion dans le panorama médiatique de nouveaux media qui rencontreraient un succès nouveau et seraient relayés dans sur les blogs et sur internet. Ces media financés par des voix alternatives créeraient ainsi des espaces de diversités de points de vue, dérangeant les certitudes établies et leurs promotions. Le conflit Ukrainien sert de révélateur. Afin de lutter efficacement contre ces incursions qui perturbent le panorama de l’information passant pour les uns pour de la désinformation et pour d’autres de la re-information, la solution institutionnelle européenne reprend la rengaine du TINA (there is no alternative): il faudrait s’en remettre à l’hégémonie américaine et aux organisations qui ont su à travers l’histoire «protéger» et assurer la maîtrise de cet instrument majeur de la domination mondiale : l’information et la propagande.

S’en remettre à l’European Endowment for Democracy, antenne «officialisée» de CIA et à ses autres multiples réseaux pour s’assurer de la neutralité de l’information peut sembler étranger? En explorant leurs diversités la surprise ne s’arrête pas là, les liens s’exposent qui expliquent les partis pris pour la récriture de l’histoire qui nous interpelle et nous fait horreur. Wayne Madsen, Ancien contractant de la National Security Agency (NSA) s’exprime sur le sujet dans Réseau Voltaire – blog blacklisté par les antennes atlantistes-, et donne un avis informé. (cf. La tentative des néocons US de réviser l’Histoire de la seconde guerre Mondiale (ici)).
Pourquoi céder à ce degré de pression de de la part de cette l’intelligensia qui souhaite « faire émerger une opinion publique en Europe»…uniforme? Elle intimide nos politiciens intimidables…pour qu’ils ne songent même pas aller fêter dignement les 70 ans de la victoire de la liberté sur l’empire nazi.

N’est-ce pas un peu vite baisser les bras ? Le procédé émotionnel en oeuvre ne cache-t-il pas autre chose?

On pourrait aussi interpréter la tentative sur un autre mode, celui de la défaite et de l’échec des mécanismes de dissimulation en oeuvre depuis des décennies.
Ces mécanismes sont en passe d’être révélés un à un, des acteurs font défaillance progressivement et témoignent (Udo Ulfkotte, J. Assange, E. Snowden, etc.)…. La liste s’allonge et l’information se diffuse trop vite pour que l’ombre demeure! Il convient de mettre rapidement certains points au grand jour pour éviter l’effet «buzz» dévastateur dans l’opinion publique.
Encore une fois, les protagonistes de cette stratégies signent avec les mêmes réflexes de communication que nous connaissons pour faire avaler tant de massacres et de destructions… La nouvelle stratégie doit manoeuvrer sur l’émotion, en affichant le caractère éminemment nécessaire de ce contrôle pour la préservation de l’ordre, de la paix, des droits de l’homme, de l’antiracisme, de l’antisémitisme, de la liberté des genres…. Là aussi la liste des justifications usuelles est longue et pas toujours bien cohérente. Aux USA le retour officiel à la torture a ainsi aussi été justifié, des Américains s’en alarment régulièrement.
Le temps est à la transition, nous assisterions à la mise en forme de révélations, pour permettre que s’affirme une justification plus vivre qui va rendre l’opinion mobilisable, domestiqué (2). Elle répondra immédiatement à des stimulus émotionnels dès que l’ordre  sera donné. Le système Pavlov en grand…pour le contrôle des masses! La grand-messe de Charlie a bien constitué une expérience grandeur nature de mobilisation collective émotionnellement organisée à des fins géopolitiques.
Paris se s’indignera-t-il à nouveau pour compatir sur les 150 assassinats de l’Airbus de Germanwings… Là aussi l’horreur humaine est à son comble et la folie meurtrière y a encore frappé… Sur le territoire français. Que le copilote allemand que l’enquête accuse soit un terroriste labellisé tel ou un détraqué insoupçonné change-t-il le degré de l’horreur ou de le caractère admissible de violence ?
Imaginez si cet avion avait été ainsi délibérément écrasé dans le versant russe du Caucase et non dans les versants des Alpes françaises? Les media auraient titré : …. a encore tué 150 européens! Je vous laisse compléter les pointillés! Aucun journaliste oseraient concevoir l’idée d’un titre aussi insensé en supputant ouvertement la responsabilité indirecte de la Chancelière A. Merkel.

Cet exemple permet de mesurer le biais dramatique qui impose un double standard permanent à la diffusion de l’information : un grille en noir et blanc exclusivement!

Revendiquer la légitimité de cette unique grille pour assurer le contrôle de l’information qui représenterait l’unique moyen de préserver des valeurs démocratiques est, en soi et dans les termes, paradoxal. Une information univoque est-elle la mieux à même de promouvoir la diversité des points de vue dans le respect des personnes et des engagements démocratiques ? Nourris des pages mémorables de 1884 de G. Orwell nous ne pouvons qu’être perplexe. Le double sens des mots tend à nous tarauder. La réalité qui s’affiche chaque jour plus nettement, que pour faire la paix des nobelisés US-UE, il faut semer la guerre et le chaos, mériteraient des explications plus approfondies et des analyses plus fouillées. Une information univoque et parcellaire veut-elle nous priver de la possibilité de comprendre, de penser et éventuellement de ne pas être d’accord?

Le diable est dans les mots et l’entrainement au décryptage est un instrument de résistance.
Je vous propose ainsi à cette étape de mener un exercice de décryptage de la mise en forme du discours. Les effets de communication mis en oeuvre par des réseaux d’influences s’affichent sans détour et c’est sans détour que nous devons résister.

L’article original qui sert de base à l’analyse est paru le 26 mars dans le Moscow Times avec le titre Putin’s Mixed Messages Show Loss of Control (ici). Il est écrit par John Lough qui est vice président d’un bureau de conseil en Stratégie BGR Gabara, basé à Londres, et est associé dans le programme « Russia & Eurasia» à Chatham House, poste avancé de l’intelligence britannique (3).

Fais pour un ami d’un ami de l’auteur anglais avec le sentiment qu’il réalisera son égarement un jour, le décryptage du «perfect Cambridgian English» est reproduit ci-dessous. C’est un instrument pour comprendre et dégager la mise en forme de la communication qui rend la rhétorique si efficace.
«Comments on a Chatham House esteemed fellow»

Moscow, March 25th 2015

The nice thing with narratives about propaganda is that you can elaborate on them for months without having to care for fact checking. It is much easier, can be carried out from home while comfortably sipping a cup of tea. It is cheaper as well, because fact checking still usually requires sending people on the ground. Discrediting the speaker not to have to check what he says is altogether an old technique. The Bolsheviks used it, now NATO; EU and the USA (hereafter “the West”) do. Nothing really new under the sun.

So we have been hearing for weeks now in the western press that all that the Russian press was publishing is Putin’s “propaganda”. The reader is supposed to understand basically that “what they say is wrong so those who criticize them must be right”. The article “Putin’s Communications Difficulties Reflect Serious Policy Problem” (http://www.chathamhouse.org/expert/comment/17267#) is an interesting example of this rhetorical exercise. It mostly comments the film “Crimea: Journey to the Motherland” broadcasted in Russia on March 15th. Reading the article, we shall learn very little about what happens in Russia, but a lot about what the author and his audience want us to believe.

First let us admit that as opposed to so many gutter press articles, it is written by an educated person in a perfect style. To its credit, the article notably avoids the most basic propaganda tool. We refer to such things as peppering texts with ready-made expressions, like the “annexation of Crimea”. The hope is to brain wash the reader for him not to notice that Crimea actually seceded from Ukraine and then joined Russia; the debate being that you may deem it legitimate or not. He only uses the expression twice which is far less than others.

What the author doe is rather more subtle: he raises a debate at the surface of things and nail down his arguments with understatements and few lies or approximations. Then the argumentation gradually moves from understatements to open accusations, but only once your mind has been prepared. Brilliant! He does that with a real talent that forces admiration even if you do not share his views.

For instance let us start with the first paragraph, detailing four stages.
Stage 1, it all begins with an assumption as neutral as possible and no understatement “[…] Vladimir Putin, faces a formidable communications challenge”. Who would not as head of a State?
Stage 2, the second part brings you to the edge of neutrality as we learn that this is “because of the need to maintain domestic support for his actions in Ukraine”. It is no wonder in a democracy that he needs to maintain domestic support. However the use of “in Ukraine” is slightly ambiguous. There is no doubt that V Putin has had actions “on Ukraine” or “about Ukraine” or “related to Ukraine”. But using “in Ukraine” may imply without really stating it that Russia was physically there and he triggered the events rather than reacted to them.
Stage 3, hammer it! When we read that V Putin is “trying to prevent the emergence of a more unified Western response to his policies” we are supposed to consider that all that happened was the consequences of his making. That is the central argument of this text: all that happened in Ukraine is a consequence of Putin’s policy, not the West’s. But do not go too fast mind you!
Stage 4, to calm down the alarm that might have been ringing in our mind with stage 3, we can relax as we learn it was only that “[…] different elements within his domestic power base, which disagree over policy on Ukraine” this time.

The second paragraph is filled with three understatements beneath simple facts giving a broad picture of the film.
First one, at the end of the second phrase we encounter the unavoidable “annexation of Crimea”, mentioned above.
Second one, the “allegedly violent intentions of Western-backed Ukrainian nationalists” is paramount of how ambiguous approximate statements may soften your attention. The violence is presented as an allegation of Russia. OK. But if you do not pay attention, you are inclined to think that if these allegation are true then the only violence that those Western backed nationalist are likely to commit remains at the level of their intention. But no Mr Lough, what they are accused of is not simply of having expressed “violent intentions” but of having committed “violent crimes”!
Third one, we are reminded that the Russian press has been guilty of a “relentless vilification over the past year of Ukrainians and their Western supporters”. Of course there would be no such vilification in the western or Kiev press about Russia….

The first open accusation comes in paragraph 3. After the second and last mention of the “annexation of Crimea” we are being told that “the military plan for retaking Crimea was supported by nuclear deterrence measures”. This is both an accusation and a lie. What Vladimir Putin actually stated is that he would have “considered” using nuclear weapons if foreign troops had been involved in Ukraine threatening Russia’s own territorial integrity. Any nuclear power, UK included, would do the same under such a threat. So if V Putin has indeed reminded the West that he was determined there has been no “deterrence measures”. Does anyone really believe that if there had been nuclear threats to the West we would learn it via V Putin’s interview one year later? That no western government or NATO would have immediately escalated and made us be aware of it as soon? This is not serious.

Of the rest of the text I shall only retain three one sided semi-lies.

Mr Lough would want us to worry because Russia may wish to save Russian lives somewhere else. Let it be. But then it means one should admit that they have actually saved life in Crimea because the cost in human lives indeed was zero. Now how does this compare with when NATO wants to save populations in Kosovo or Lybia? I would personally be worried if NATO declared they wanted to protect my life, not Russia!

The Donald Cook is not a peaceful mine sweeper, it is an Arleigh Burke-class guided missile destroyer. That sounds a bit more aggressive would you mind noticing. V Putin said the SU24’s pilots”behaved like hooligans”, and Mr Lough concludes that there is a command and control problem in the Russian army. Well, maybe there is one but I would not rely on Putin’s comment for that. Has the author ever met a fighter pilot, or seen the videos they post of their exploits on internet? Their mind set is not exactly that of a gentlemen farmer playing whist sipping a cup of tea for sure. That was kindly reminded by V Putin. But we learn nothing about the real question raised by the Donald Cook incident, has Aegis system been blurred?

Last but not least: if Russia’s military exercises send a clear signal to NATO countries then what signal are NATO’s own exercise suppose to send?

At the end of the accusation list, the topic becomes simple: V Putin triggered what happened, controls everything (except fighter pilots) so:
if nothing is resolved yet in Ukraine it can only be his fault
he needs propaganda to ensure he has support.
It only takes a few clicks to see that all these allegations about the Russian propaganda is groundless. There is nor more, if not less, propaganda in Russia than in the west. It is not always pleasant in the west for journalists who stop sticking to the expected narrative. Andrey Babitsky learned it the hard way (http://www.unz.com/akarlin/the-moor-has-done-his-duty/) even though you would hardly blame him for being pro-Putin…

I do not know whether Mr Lough really believes what he is writing, but he performed well in his communication duty. What the title of the article reveals is not what Putin’s communication and policy is or intends to be. But it may give a precious indication about what the West’s strategy has been hoping to achieve recently i.e. creating problems of communications for the head of the Russian State with a view to push him in a Policy corner.

What is raising more serious concerns about the western presentation of events, as does Mr Lough, is that it ends up loosing contacts with facts. It is so focused on the narrative that it step by step forgets to check from time to time how the text adheres to reality. The legitimacy of the existing power in Kiev and sanctions against Russia largely depends on the result of three enquiries:
February 2014 snipers of Maidan
May 2014 massacre in Odessa
July 2014 MH 17 crash

None of these have come to a clear conclusion and Russia was blamed nonetheless. Simple common sense would commands cautiousness before blaming anyone, how do you then call the West’s position. Hysterical? Cynical? By the way, facts analysis does not point to Russia or Russian supported forces for any of these three enquiries. It is not a mere detail; it determines who can claim democratic legitimacy. Those who trigger fear hardly do, don’t you think so?

A constant flow of new accusations is only there for the public to forget that older questions are still unanswered. All these gesticulations about Crimea help a lot evading questions about the three painful enquiries.

Our western anti-Russia enthusiasts face to problems currently. First people are not completely brainless and second internet helps a lot in accelerating fact checking. It is lucky because fact checking is key for demining false flags operations. It used to take years I the olden days, even for men of goodwill. If you are amongst them now, open sources allow you to know quicker.

It is lucky because you should never forget that WWII started with a false flag called “operation Himmler” (http://en.wikipedia.org/wiki/Operation_Himmler). We do not really want one more. We hope those bearing groundless accusations do want the same. So let us keep to facts. At the moment those officials who came to Kiev during Maidan where from the US, Germany even France, not from Russia.

 

Je propose encore un autre étude de cas, pour d’entraînement : l’interview de Henry Malosse à son retour de Kiev en février 2014 pour la Voix de la Russie (ici).  Cette interview est à mettre en perspective avec son article (ici) du mois de mai de la même année, publié dans le quotidien la Tribune avec un de ses collaborateurs, recteur de l’Université Continentale de Kiev, un centre de formation au «lobbying européen» à Kiev! (je n’invente rien, le programme financé par des fonds européens a bel et bien existé et existe semble-t-il toujours, bien que le site soit moins explicite que précédemment sur ce sujet)

Les slogans de « 1984 », par George Orwell

images

 

 

 

 

 

Notes :
(1)  Guillaume Borel, La mise en place d’un système de propagande au niveau européen, 21 mars 2015
Il y a quelques mois, le média EUobserver signalait l’existence  d’un document informel à l’initiative de la Grande-Bretagne, de la Lituanie, de l’Estonie et du Danemark, appelant à doter l’UE de moyens d’informations communs destinés à  « déconstruire… la propagande hostile » que représenteraient les médias russes dans le cadre du conflit ukrainien. L’affrontement du bloc américano-occidental et de la Russie, a en effet permis de mettre à jour l’embrigadement des grands médias occidentaux sur les sujets géopolitiques et stratégiques et a permis à de nombreux citoyens européens à la recherche d’une information réaliste et factuelle de s’informer hors de la sphère d’influence américaine par le biais des grands médias russes, comme Russia Today, qui dispose maintenant d’une édition en langue française. La simple comparaison entre les informations déployées à l’intérieur du bloc OTAN et celles circulants hors de la sphère d’influence américano-occidentale, permet effectivement de prendre conscience de la propagande de guerre à l’oeuvre dans les médias européens et de leur manipulation de l’information.
Le document, probablement d’origine états-unienne, prévoyait donc la mise en place au niveau européen d’une « plate forme permanente au sein de laquelle l’UE et l’OTAN pourraient échanger leurs points de vue sur la communication stratégique » et appelait les producteurs médiatiques à « encourager les échanges entre les productions des différents pays (divertissements, films, documentaires) afin de fournir des alternatives compétitives à la production russe sur le marché européen de la télévision. »
Le conseil européen des 19 et 20 mars derniers, a adopté à cet effet une « feuille de route » concernant la mise en place des mesures préconisées par ce document, sous la supervision de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, dans le but  « de superviser le nouveau programme d’envergure pour contrecarrer le travail des médias russes. »
Cette dernière a notamment déclaré le 19 janvier :
“Nous travaillons sur la mise en place d’une stratégie de communication pour faire face à la propagande en langue russe“.
A cet effet, il est prévu de lancer un grand média en langue russe destiné à promouvoir la vision atlantiste dans la sphère d’influence de la Russie et à contrer Russia Today, sur le modèle des anciens médias opérés par la CIA du temps de la guerre froide, comme Radio Liberty ou Radio Free Europe.  Le document, qui n’a pas été rendu public et serait classé « secret défense », mais dont certains éléments ont fuité, invite également les journalistes d’investigation à se rapprocher de structures telle que la European Endowment for Democracy, opérée par la CIA.
Russia Today, en tant que premier média international russe, est la cible privilégiée de cette campagne. En Grande-Bretagne, l’Office of communications, la structure de régulation des médias, a formulé en décembre un avertissement à Russia Today  en menaçant de lui retirer sa licence si la chaîne ne tenait pas compte de ses remarques.
En début d’année, le rédacteur en chef du quotidien américain The Economist, Edward Lucas, a qualifié les employés de RT « d’excentriques et de propagandistes » et a appelé à leur boycott.  Il a notamment affirmé : « Quiconque déposera son CV sur mon bureau et que je vois que cette personne a travaillé chez RT ou Sputnik ou quelque choses comme ça, alors ce CV sera jeté à la poubelle. Nous devons être capables d’humilier ces chaînes, ces personnes et les personnes qui les ont nommés, les producteurs qui les ont lancés et de les repousser en marge du monde des médias pour qu’on ne les considère plus comme de vrais journalistes ou de vraies chaînes mais comme des excentriques et des propagandistes. »
Un premier pas dans la mise en place d’une stratégie européenne de propagande de masse vient d’être effectué avec  la signature d’une alliance entre sept grands quotidiens nationaux qui comprend Le Figaro, pour la France, La Republica pour l’Italie, El Pais pour l’Espagne, Le Soir pour la Belgique, La Tribune de Genève et Tages-Anzeiger pour la Suisse, et qui sera dirigée par Javier Moreno, ancien directeur de la rédaction d’El País. Les objectifs officiels sont « la mise en commun des compétences ainsi que la promotion du journalisme de qualité. »
Cette alliance a été nommée Leading European Newspaper Alliance  (LENA) et elle s’est donnée pour objectif opérationnel de mettre en place une «  plateforme d’entraide entre éditeurs pour partager leurs expériences à l’ère numérique« , c’est à dire qu’elle proposera une plateforme de mutualisation des contenus. Cette mutualisation aura pour conséquence une réduction de la diversité éditoriale et une uniformisation des contenus à l’échelle européenne, ce qui facilitera l’imposition et la circulation de la propagande atlantiste à l’échelle du continent. L’objectif affiché est ainsi de « faire émerger une opinion publique en Europe» …

(2) Laurent Obertone, France Big Brother, 2015

(3) Le papier a été publié comme document de travail de Chatham House sous le numéro : 408973