La trappe à liquidité, trappe de la honte et de la violence

Zoltan Pozsnar et Paul McCulley ont présenté une contribution dans un colloque de la Banque de France en 2012 d’un actualité certaine qu’ a souligné le blog RWER.

Que la Banque de France traditionnellement si acquise au point de vue ultra standard ait pu contribuer à l’accueil de thèses si peu conformes à sa tradition est déjà en soi une surprise. Elle est certainement due à la Gobal Society of Fellows qui organisa les rencontres et les débats dans les lieux. La GSF poursuit la lourde tache de soulever les questions sur les problèmes économiques contemporains qui affectent les relations internationales : la réalité des situations importe à ses membres au delà d’une posture officielle et des discours convenus.

Ainsi l’attention était attirée sur la mission d’une Banque Centrale. Elle ne doit pas simplement craindre l’inflation mais aussi les effets d’une déflation accentués par le mécanisme de trappe à liquidité. L’étude présentée montra que dans cette situation, il s’avère qu’une Banque Centrale ne peut rien faire sinon s’agiter, déclamer et accepter son impuissance. Ce constat fixe la limite du sens des principes si popularisés d’indépendance des banques centrales.
L’étude que présentaient par Zoltan Pozsnar et Paul McCulley titrait : «Does Central Bank Independence Frustrate the Optimal Fiscal ? Monetary Policy Mix in a Liquidity Trap?» (ici en pdf)

Les auteurs associent la menace qui se profile déjà en 2012 d’une «debt deflation» et  ses effets dévastateurs sur l’économie réelle. Depuis, l’économie mondiale a commencé à tester dans la réalité le phénomène de déflation et a donné raison aux économistes comme I. Fisher, J.M. Keynes, H. Minsky et leurs successeurs.
Ils expliquent comment le blocage de la dynamique économique est à comprendre à partir le l’expression imagée de «trappe à liquidité». Dans ce contexte les approches standards à l’origine du problème ne sont pas en mesure, ni de le comprendre et encore moins de lui trouver une solution. Mettre l’accent sur les principes d’austérité traditionnellement prônés  assure rien moins qu’une dépression et une paupérisation radicale.

Qui commande cette stratégie sans recul ? L’inertie des croyances ? L’incompétence ou bien un motif plus stratégique? C’est à cette étape la question qui est en filigrane de ce travail. Laissons d’abord de côté cette interrogation fondamentale pour revenir aux explications claires des concepts.

Le concept de trappe à liquidité,

Décrit une situation particulière où suite à une crise provoquée par l’éclatement d’une bulle spéculative, elle-même portée par le développement du crédit, le secteur privé tentent de se désendetter dans l’urgence pour compenser la dépréciation des collatéraux qui perturbe sévèrement leurs bilans. L’idée de trappe à liquidité exprime le piège dans lequel l’économie réelle et le secteur privé sont entrainés : l’absence de demande de crédit (de liquidité) que même une baisse des taux d’intérêt n’est pas en mesure de ranimer. La demande et l’économie restent alors atone. La politique monétaire «conventionnelle» ne marche simplement plus….la Banque Centrale est réduite à regarder le train passer… sa rhétorique n’est que discours sans outil.
A qui la faute ? La confusion entre le macro et le micro encore une fois

Cette confusion est classique dans les approches économiques qui laissent de côté les impacts économiques dynamiques et les liens qui font que les économies réelles et monétaires interfèrent durablement. L’économie à courte vue a permis de justifier les erreurs par des lieux communs  ; mais surtout elle a nourri l’aveuglement, la corruption et les conflits d’intérêt en dissimulant le sens, sous un vocabulaire «raisonnable» et aguicheur. Les politiciens allemands nous ont habitué en la matière à faire des merveilles dans la radicalisation de cette rhétorique (cf. Viableco “Du venin dans la rhétorique“). La presse allemande se manifeste dans ce sens par rapport à la Grèce avec un brio digne des films sur l’occupation : le décor et les références sont bien fixés dans les esprits. La rhétorique agressive trouve sa justification dans des dogmes économiques caricaturaux portés au rang d’axiomes.
En mémoire de D. Ricardo, on rappelle que de nouvelles dettes seraient insoutenables pour les futures générations…puis que l’effet d’éviction (au sens le plus limité) des investissements publics sur les investissements privés mettrait en défaut les principes de la concurrence et ralentirait au final le développement économique. Enfin que sur les marchés se ralentiraient aussi les achats d’obligations en faisant croître les taux d’intérêt… Tous ces maux commandent une rigueur exemplaire que l’Allemagne s’est chargée de personnifier sinon dans les faits mais dans le discours… C’est ce qui compte à l’ère de l’hyper-médiatisation pour tourner la réalité à son avantage.

Au niveau individuel le désendettement est une vertu de bon père de famille, certes. Dans le mécanisme complexe des circuits économiques, désendettement endettement se compensent à travers différentes périodes et sur différents agents. C’est la diversité des situations qui permet l’équilibrage/bouclage à chaque instant. Il peut en aller de même pour des entreprises voire les états. Tout est dans la dynamique et les diversités. Le problème dynamique majeur qui remet en cause le bouclage est la polarisation dans des attitudes homogènes et identiques. Ces polarisations procèdent d’effets mimétiques.
Polarisation et mimétisme sont aussi à la source des bulles financières créatrices de désordre ultérieur mais qui à court terme excitent la convoitise et l’appât du gain sur le marché. Aucun acteur ne semble en mesure de résister à cette emprise diabolique. Notre Ministre des finances E. Macron a bien souligné que la finance était intrinsèquement liée à l’imitation….(cf. Viableco “L’Europe au pied du muer et..“.),  une manière indirecte de reconnaitre la responsabilité des acteurs dans ces mécanismes pervers qui engendrent la crise.
Le problème est à chaque fois la question de l’agrégation des comportements, tout peut bien se passer si la diversité est au rendez vous et l’alternance ; mais si c’est la polarisation mimétique qui provoque l’uniformisation des choix et des comportements, alors la dynamique perd sa capacité stabilisatrice et la viabilité est en jeu.
Ainsi dans la dynamique économique, ce qui est raisonnable au niveau individuel, appliqué uniformément au niveau plus agrégé d’une communauté peut devenir non viable.

Croire que la Macro se définit par l’agencement uniforme de comportements microéconomiques revient à simplifier à l’extrême les dynamiques d’interactions complexes et ignorer le temps. L’économie «Main Stream» qui fonde les politiques économiques standards a sauté le pas de cette simplification si schématique, parce qu’elle est une économie de manuel, basique…. Le réel n’importerait pas mais la représentation simplifiée qui permet d’expliquer toute construction institutionnelle simplement sans en expliciter les motifs et les déterminants plus complexes. Heureusement que les manuels de la classe de terminale ne sont pas la référence pour envoyer des fusées dans l’espace! Dommage que ce recul en économie soit oublié.

Mais est ce vraiment un oubli…? A ce stade des conséquences et des dommages? Le doute pourrait être un acte de responsabilité…
Sous cette instrumentalisation grotesque du discours, c’est l’idée qui a pris le dessus. L’arrogance de l’idée sur le réel, une nouvelle fois : l’idée pourrait fonder et créer le réel, et l’économie standard -de manuel- et la pseudo-philosophie la porter. Ces disciplines ont été l’instrument du discours, celui du projet européen dans lequel l’Europe et de ses peuples se meurent chaque jour davantage… l’instrumentalisation de l’économie dans sa version la plus primaire, illusoire et fausse.

Plus qu’une erreur unique une succession d’erreurs économiques.

Il ne s’agit pas de dire que les acteurs privés ne doivent pas se désendetter. Ils doivent le faire de façon intelligente et surtout jamais «animale»…pour amorcer un processus de rebond économique soutenable. Tout est dans la manière et la mesure… Que choisir alors? Désendettement des engagements dans l’économie réelle ou désendettement dans l’économie financiarisée? La question, compte tenu du diagnostic de la cause de la crise, donne déjà la réponse. Malheureusement c’est la mauvaise réponse qui a été retenue…et personne n’est intervenu pour s’y opposer. Les lobbies financiers ont été les plus forts et les plus convaincants… Aucun garde fou ne fut instauré par les autorités publiques en France, on ne laissa pas faire les protagonistes qui y pensaient. Et vogue la galère… La responsabilité est ainsi collective, une faiblesse, une soumission acceptées dont la facture sera générationnelle.

Ainsi l’économie a subit les dommages de la finance à l’aller et au retour du flux de la crise : une première fois avec la bulle qui génère des choix financiers privés de sens réel, écartant des projets industriels plus prometteurs (effet d’éviction). Ceux-ci ont été laissés de côté au profit d’investissements à la mode tels que les  subprimes  aux US ou l’immobilier en Espagne,  fleurons de l’investissement de l’opulence de certaines générations européennes et d’une intermédiation de marché déréglementée et diablement efficace. Une seconde fois l’économie a été touchée avec le dégonflement brutal de la bulle et les désendettements infligés. La récession encaissée sur l’économie réelle à permis de laisser les institutions financières libres de poursuivre la course aux paris financiers rentables à court terme et sans risque pour ces mêmes institutions. Le principe du transferts «légitime» de ses risques sur d’autres acteurs a acquis rang d’évidence, une fois que le système et ses instruments ont été mis en place à ces fins : rapports de force, propagande, culpabilisation…

Il ne s’agit donc plus d’actes manqués mais de stratégies raisonnées. Pourquoi ces répétitions d’erreurs? L’habitude? l’incompétence? L’indifférence totale aux enjeux et aux problèmes de l’économie réelle : le marché c’est la jungle!… Le terme est cependant bien faible car dans cette économie là, la dynamique est extrême, celle de la destruction totale.

Alternatives viables sans suite
Il y avait certes des alternatives viables : la solution qui se présentait pour éviter à l’économie réelle cette double conséquence aurait été des compensations sectorielles. Si le secteur privé se désendettait, il fallait que le secteur public compense les pertes de demande (ainsi va la dynamique des fluides) ; mais une compensation avec du sens. Il fallait compenser là où le désendettement affecte les activités réelles pour parfaire l’efficacité macroéconomique de la politique économique. L’idée du pacte de croissance pouvait fournir un cadre à cette action raisonnée et viable. Mort face à l’autoritarisme allemande débridés…! Sans suite!
Le choix politique fut ainsi autre : transférer l’endettement des entités financières sur le secteur public mais pas pour encourager le financement de l’économie réelle (aucune contrepartie n’a été requise) mais au contraire pour mieux libérer les institutions financières et leur faciliter encore le jeu du Casino… Une double couche et les leçons de morale en plus! Les enjeux politiques allemands n’ont pas laissé d’alternative à son gouvernement avide de voix. Une population vieillissante nourrie d’égoïsme et d’esprit de revanche (la répétition du processus ne laisse plus trop de doute)…plébiscitait ce choix aberrant pour la communauté et le devenir de l’Europe.
Le mal est certainement aussi dans le détail de ces transferts des fautes des uns (les exonérant à jamais et pour toujours ?) en peine durable pour d’autres présents et à venir.

L’endettement public a rapidement porté la marque de ces transferts ouvrant ainsi la porte au cumul des déficits indignes qui allaient suivre. Les intérêts pèsent toujours plus ses les équilibres budgétaires quand la dette est brutalement plus forte : une évidence que la rhétorique des donneurs de leçon s’est chargée de dissimuler. Mais on sait très bien qui paie l’information et la presse, cette rhétorique est sans surprise. Elle saura présenter les génocides présents et à venir comme une manifestation d’espoir démocratique au bénéfice des droits de l’homme, n’en doutons pas. Point de honte au delà d’un certain niveau, c’est le principe des effets de seuil à la B. Arthur qui emporte tout,  la raison et l’éthique dans la bestialité.

Derrière le décor : la honte du vassal

La situation de trappe à liquidité rend inopérante la politique monétaire, on l’a vu, ainsi le seul instrument de politique économique encore effectif pouvait être la politique budgétaire. Emprunter et investir avec clairvoyance ! Le jeu politique européen et ses appétits égoïstes a supprimé cette option : Exit cette possibilité par le report massif des dettes sur les comptes publics, tel qu’il a été mis en place si grossièrement. Place alors encore à la rhétorique porteuse de conventions : l’austérité mot emblématique de la stratégie de culpabilisation, justificatrice des répressions sociales comme des captations de rentes. En acceptant ces processus, les états européens sont complices de l’impotence à long terme à laquelle ils se condamnent et condamne leur population.
Les auteurs de l’étude du GSF illustrent le mécanisme avec une image appropriée : «l’austérité budgétaire dans une situation de trappe à liquidité, c’est comme mettre au régime un anorexique !»
Les partisans de l’austérité expriment la réalité d’un rapport de force : ils ont choisi qui seraient sauvés en priorité, c’est du moins leur impression. Et ce choix est sans appel… Ils profitent de la nouvelle opportunité qu’ils ont là de justifier haut et fort le malthusianisme qui les hante!

Faute de demande publique orchestrée avec raison (principe imposé de l’austérité) c’est la stimulation de la demande externe qui doit prendre le relais…. L’assouplissement monétaire est alors une voix indirecte mais dans la situation de l’Euro qui boucle des relations monétaires dans un étau comparable à un currency board, il est incertain et sujet à caution. L’instrument affiché comme alternative devient celui de la déflation des coûts et des salaires qui rajoute son cran récessif dans les pires moments de la déflation. Compter sur les effets de richesses des minorités actives sur les marchés financiers pour relever la demande est une illusion manifeste et un non sens statistique. En dépit de ce constat et avec le 49.3, la loi Macron est passée.

La confiance ne se décrète pas ni ne s’impose par la force. Pourtant cette croyance est portée au nue : Réduire les déficits et mettre ses affaires en ordre va rétablir la confiance, faire revenir les investissements, la demande et assurera le retour de la croissance dans le long terme…. “quand nous seront tous morts” en effet comme le soulignait judicieusement J. M. Keynes. Mathématiquement, arithmétiquement en effet dans le système imbriqué de l’économie mondiale, il faut bien que quelqu’un investisse et emprunte quand d’autres ne peuvent le faire. La réponse est maintenant dans la géostratégie :  le seul pays, parce qu’il domine le système monétaire et financier, qui s’accorde le droit d’emprunter (sans le contrôle d’une quelconque Troïka) sont les USA. Il leur faut investir massivement pour sécuriser une dette infinie. Cette dynamique de fuite en avant est un rempart de puissance qui ne se maintien qu’avec la capacité à convaincre et l’autorité de la force si besoin est. L’affichage sera d’assurer la sécurité “toujours menacée” des alliés et vassaux…la structure de l’OTAN y retrouve un sens perdu. Celle-ci à force de convaincre du danger avant même de savoir si elle est capable de protéger…  A cette effet, l’inventivité n’a pas de limite dans l’organisation de la peur et de la mise en forme du mal.  La compromission des alliés est une des armes de conviction la plus efficace :

La France serait ainsi Boko Haram” c’est ce que semble nous livrer les événements récents au Cameroun, livraisons d’armes et d’experts malheureusement si peu compétents pour se laisser découvrir et prendre par l’armée camerounaise… L’excitation anti-français est à son comble quand sans l’ombre d’une hésitation la France demande par la bouche de son Ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, la libération immédiate des suspect d’ assassinats de chrétiens, tortionnaires d’enfants et esclavagistes…parce qu’ils sont français! Et tous cela au mépris de la souveraineté Camerounaise. A ce niveau de compromission pour manoeuvrer la peur, toute souveraineté économique et monétaire devient anecdotique…et le pire est certainement de se donner en spectacle devant le monde entier : un vassal et un vassal chargé des plus basses besognes!

Une telle soumission assure une mort économique et sociale de la France programmée…mais sera- t-elle suffisante?  “Merci pour ces moments” dira la France en fin de partie.

Quand à l’Allemagne ses contorsions arrogantes destinées à faire croire à sa rigueur construite sur de fausses légendes, peinent à cacher encore ses passions. Comment dans cet aveuglement sans sens, la convaincre que dans une trappe à liquidité personne sera vraiment sauvé, les interrelations des fonctionnements dans les situations de dépression sévère affectent chacun. Si vous tuez vos clients vous aurez plus du mal à en trouver d’autres… À moins que l’idéal de conquête ne retrouve ses lettres de noblesse. Le talon d’Achille…et la faiblesse qui tue. La fuite en avant est inscrite dans l’intransigeance politique, dans ce mercantilisme forcené qui n’a de comparaison possible que dans l’idéal de la race. Celui là même qui a porté le sentiment de conquête allemand dans les périodes les moins glorieuses de l’histoire de l’Europe.

Retour à la croisée des chemins du totalitarisme que ces fuites en avant dans la honte et la violence? La guerre économique est interne au pays et elle se livre au nom d’intérêt extérieur.

 

 



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 26 février). La trappe à liquidité, trappe de la honte et de la violence. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70i