SNIF SNIF(1) SWIFT

02/20/2015
Depuis 2013, le monde n’a plus de doute sur les ambitions de la NSA en matière de supervision et de contrôle du système mondial des paiements. Les enjeux monétaires et financiers sont des armes de bataille traditionnelles en fait. Bien naïfs sont ceux qui l’avaient oublié.

La NSA a une division appropriée, la FTM qui porte un nom judicieusement choisi : “Follow The Money”. Des révélations ont été publiées en septembre 2013 dans la presse allemande, elles proviennent du donneur d’alerte (whistleblower), Edward Snowden, qui résident actuellement à Moscou. On a su que les bases de données de la NSA contiennent des informations rassemblées à partir des réseaux des système de paiements couvrant le monde entier : les systèmes de carte VISA mais aussi l’agence de transmission des règlements financiers basées à Bruxelles SWIFT: (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication). C’est un réseau utilisé par des milliers de banques pour envoyer des informations «sécurisées» sur les transactions monétaires et financières qui ont lieu partout dans le monde. Dans son langage interne la NSA utilise le nom  de “target,” pour désigner le réseau SWIFT… L’ironie est qu ce même mot désigne aussi le système de paiement de la BCE!

Ces révélations ont fait prendre conscience à la planète que la dépendance des systèmes monétaires et financiers aux technologies de l’information est un vecteur supplémentaire de fragilité économique. Cette fragilité peut être mise à profit pour des fins non concurrentielles voire hostiles.
Un nouvel instrument dans l’art de la guerre monétaire ? Simplement de nouvelles possibilités stratégiques adaptées au contexte qui s’ajoute à celles qui ont pu être déjà expérimentées.
Rappelons rapidement que Napoléon avait fait imprimer des billets de banque en rouble avant même qu’il se décide à attaquer ouvertement la Russie. Il a ainsi pu acheminer des faux roubles et payer des fournitures en cours de campagne en Pologne et en Russie en roubles émis à la banque de France! Voulait-il accroitre artificiellement le volume en circulation pour créer une inflation ? Difficile de tabler sur ce point totalement. La réalité de ces émissions de faux roubles est arrivée jusqu’à nous par les travaux des historiens qui ont pu retrouver dans les archives des témoignages et des billets en rouble avec des erreurs de frappes caractéristiques… En effet des erreurs avait été faites lors de l’impression des billets en cyrillique à la Banque de France.  Ce point a été discuté par les spécialistes, -en particulier Marie-Pierre Rey de Paris I -, lors d’un colloque à Moscou sur 1812.
L’espionnage de la NSA pouvait ne pas être une réelle surprise pour les autorités de nombreux  pays, elle a eu le mérite de rendre plus crédible globalement les soupçons. Ainsi a pu être justifiée vis à vis des établissements financiers la volonté des autorités de plusieurs pays de se distancier des réseaux dont le monopole est si ouvertement sous contrôle américain.

Les USA contribuent ainsi par ce contrôle à repérer les atteintes à l’hégémonie mondiale du dollar dans les transactions et les systèmes financiers mondiaux. En même temps ce contrôle contribue à assurer la supervision du bon fonctionnement du drainage des liquidités et de la valeur vers les places financières internationales occidentales. Il apporte ainsi une garantie directe au soutien financier dont les USA ont besoin pour assurer leur viabilité (contreparties aux dettes extensives et QEs).
En terme de système de paiement indépendant, la Chine a déjà un savoir faire, elle a expérimenté un système de paiement par carte dès 2002 qui est acceptées dans plus de 141 pays hors de Chine. Qui se priverait de la consommation des touristes chinois en leur faisant des difficultés dans les paiements, se tirerait une balle dans le pied!
L’année dernière dans les premiers moments de la stratégie des sanctions mises en place par l’occident pour pénaliser la Russie dans l’affaire Ukrainienne, les réseaux de paiements ont été affectés, certes pour un court instant. Mais ce court instant a suffit pour rendre compte du caractère crédible de la menace. Elle s’est avérée encore plus sensible aussi lorsque dans l’été 2014, le Royaume Unis a fait part de son désir d’exclure la Russie du système SWIFT ? S’en sont suivies des protestations de SWIFT qui a revendiqué son statut privée et son “indépendance”!

Le risque représenté pour l’ensemble de l’économie russe par l’insécurité possible des transactions et des réglements a été pris très au sérieux par les autorités russes et les responsables financiers. Intelligemment la Russie et la Chine ont annoncé vouloir travailler ensemble pour fournir rapidement un système alternatif qui assurerait leur indépendance vis à vis de SWIFT. A la fin de l’année 2014, des essaies ont été menés et on attendait que le réseau soit disponible en Russie seulement dans la second partie de l’année 2015. D’ailleurs, il y a un mois le Premier Ministre de Russie, Dimitri Medvediev menaçait les occidentaux de réactions violentes et extensives si la déconnexion de la Russie devenait une sanction effective.
La surprise a été au rendez vous : Finalement c’est bien avant la date prévue qu’à a été mise en fonctionnement par la Russie la plateforme alternative à SWIFT. Déjà 91 institutions de crédit y sont rattachées. La Russie a donc conjuré la menace d’une déconnexion en mettant en oeuvre une alternative fonctionnelle.

Encore une effet indirectement positif des sanctions sur l’économie russe : la maîtrise et la sécurité de ses flux finnaciers.
Elle signe aussi une étape cruciale du processus de dé-dolarisation en cours dans l’économie mondiale et devrait permettre un accélération de ce processus.
Le nouveau service, permettra aux banques russes de communiquer en direct via la Banque centrale de la Russie et ainsi bénéficier de plus de sécurité et d’indépendance quelles que soient les ambitions occidentales dans le futur.

Depuis 1989, année de son rattachement à SWIFT, le réseau était devenu centrale pour le fonctionnement du système financier de la Russie. Et inversement la Russie était un des acteurs les plus actifs de la plateforme. Environ 360,000 messages étaient envoyés quotidiennement ; la Russie fut ainsi le deuxième utilisateur de SWIFT dans le monde en terme de croissance des messages. Actuellement plus de 600 institutions financières russes utilisent le système et on a pu enregistré que le trafic s’est accru de 40% en 2014.

SWIFT a donc subi une double peine depuis le règne des sanctions : Une première menace qui a finalement été écartée : celle de perdre un client a court terme si elle se voyait intimer l’ordre de couper les liens avec la Russie. Un seconde menace plus effective : la société est dorénavant sûre de perdre progressivement des pans de sa clientèle inexorablement, peut être même au delà des institutions russes clientes. SWIFT fait ainsi partir des entreprises qui subissent frontalement, non seulement les sanctions mais aussi leur soumission à la NSA. Des sociétés d’équipements informatiques seraient aussi dans cette dynamique de risque parce qu’elles incorporent des éléments qui facilitent le contrôle par la NSA…et s’y rajoutent de nouveaux scandales sur les cartes SIM.

 

Le développement d’un système alternatif à SWIFT constitue bien un tournant dans la globalisation contrôlée des USA. Progressivement se mettent en place les instruments de le “libéralisation financière”…une libéralisation entendue comme une possibilité de prise de distance du système de l’étalon dollar, instauré depuis 1971.
Gageons que l’année 2015 nous apporte encore d’autres surprises à cet égard.
Notes
(1) Le SNIF (acronyme de Service National d’Information Fonctionnelle) est un service de renseignement fictif créé par le Lieutenant X dans la série de romans pour la jeunesse Langelot écrit par Vladimir Volkof



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 20 février). SNIF SNIF(1) SWIFT. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70h