Jeu de vérité

Impression de calme avant la tempête! Préparer les orgues et les mouchoirs bleus!

«And now we sit back and prepare for all sorts of red lines to be crossed.» nous dit Y. Varoufakis

Ligne rouge

«La ligne rouge» dans le vocabulaire de la leçon de démocratie que nous donne la Grèce et ses autorités n’a pas le sens politique habituel de nos gouvernants à la gâchette facile (au moins en paroles). Pour Y. Varoufakis, la ligne rouge a le sens d’une frontière du domaine de viabilité d’une société. C’est en considérant avec attention les populations européennes qu’on peut fixer cette ligne rouge. Bien loin de l’exceptionnalisme des élites du système économique mondial, Y. Varoufakis explique comment doit se définit cette « ligne rouge», qui sépare les conditions de non viabilité de l’Europe avec la possibilité de l’espoir. Il la mesure «en regardant dans les yeux des populations mécontentes descendues dans les rues, en contemplant les classes moyennes sous le choc, en prenant en compte les intérêts des personnes qui travaillent dur partout dans nos villes et villages européens au cœur de cette union monétaire». Il considère que «l’Europe ne retrouvera son âme que quand elle regagnera la confiance de sa population en mettant ses intérêts au centre des préoccupations».

Pas de problème Messieurs les Marquis!

C’est ce que nous disent les marchés : tout est sous contrôle, la QE de la BCE…se prépare et il résoudra tout les problèmes. On vient en somme de ressusciter le financier écossais John Law au cœur de l’Europe. Cette croyance suffit a assurer les résultat records. De la sphère financière en totale ébullition. Comme si la réalité était gommée, ne comptait plus. Seules les déclarations d’un cercle fermé de «mages» habilités permet d’ignorer ce qui fâche pour se mieux auto-congratuler entre soi. L‘Europe est forte, d’ailleurs elle impose de nouvelles sanctions sur la Russie au lendemain de Minsk! C’est surtout la dé-unions qui transparait dans ses sanctions….et l’absence de cohérence! Nous sommes au paroxysme de l’illusion et de ses effets de communication qui signent l’expression du totalitarisme économique. Il mystifie la réalité des choses et des êtres et inverse les significations.

J’ai croisé trop de gens qui se croient encore obligés de vivre dans la «tyrannie des conséquences», privés d’espoir et soumis. Ils sont prêts à mettre au pilori les grecs, infâmes traîtres à peine extirpés de la préhistoire de l’humanité (la rhétorique historique est lacunaire…le 19e (1), encore l’ère des chèvres en Grèce…!) Ces Grecs qui n’accepteraient pas de payer de leur sang les banques créancières. Mais ces banques casino ceux sont celles qui n’ont pas mesuré les risques pris et à force de circonvolutions et de lobbying ont transféré les «paumes» pour ne pas les assumer. Convaincus par les mages de la bienséance, tous crient avec les loups et reprochent aux grecs de ne plus vouloir partager le sors de désespoir condamnant leurs enfants. Au delà du déni, que ces gens affichent, cette réalité, est bien celle qui va finir par les miner. Comprendront-t-ils que le réveil des grecs est une chance, une main tendue de la Providence ?

Il faudra encore une fois que la stupeur soit au rendez vous pour enfoncer le clou du raisonnement…

Dans l’intermède, l’obstination a le dernier mot. Le temps du déni qui force la convention permet encore d’engranger quelques heures de bénéfices à court terme. La croyance des financiers est que les grecs bluffent….! Ils se donnent encore l’illusion de le croire pour combien d’heures? Pour gagner à la marge quelques lignes de monnaie virtuelles. Y. Varoufakis a beau dire haut et fort «qu’il n’a pas le droit de tricher», tous les financiers et les chantres bruxellois savent mieux que lui… La dissonance vient qu’ils ne jouent pas la même partie ; ils ne sont pas dans le même référentiel. Dans une contribution du New York Times du 16 février 2015,  Y. Varoufakis tente d’expliquer, il en appelle à la philosophie allemande (Kant) pour faire comprendre qu’il ne bluffe pas, parce qu’il ne joue pas dans le clan des «ayants droit», ceux qui pensent détenir le droits de vie et de morts sur les peuples. Y. Varoufakis joue en Ministre des Finances d’un pays souverain. C’est impossible à comprendre à Bruxelles après tant d’années de certitude et de convergence des mentalités (celle là bien vraie). L’illusion de l’évidence règne en maître.

Le Ministre grec a pleinement conscience que nous sommes a un moment de démystification. Il assume son destin, quel qu’en soit les conséquences (subit-il des menaces personnelles encore?). Il montre ce qui est mauvais pour la Grèce et pour l’Europe et il veut le montrer haut et fort. Il est temps! Il exercera ainsi sa responsabilité vis à vis de son peuple, de sa tâche et de l’histoire… En économiste responsable!. Il faut mettre un terme à des expérimentations d’apprentis sorciers et arrêter de prétendre et d’affirmer sans savoir, sous l’emprise de le rumeur et du mensonge. La Grèce ne veut plus de cette logique de l’emprunt dans laquelle on la fige. La dette publique, telle qu’elle a été compactée suite à la crise de 2010 est non soutenable sans une trajectoire viable de croissance, qui rende possible le service des intérêts. Pour se faire, les classes moyennes doivent être remises à flots et l’accent doit être porté en priorité sur la crise humanitaire…. Ne nous y trompons pas, ce n’est pas une démarche de charité mais de justice -au sens basique de la justice célébrée par Louis IX de France, roi et Saint dont on a fêté l’anniversaire de la naissance en 2014-. L’appât du gain des financiers et de leurs habiles associés peut-il justifier le carnage humanitaire en Grèce ? On ne peut trouver aucune justification à infliger des «réformes» qui affectent les populations en laissant, voire en encourageant le développement des pratiques de la corruption et les dérives financières à grande échelle? Y. Varoufakis n’a que l’embarras du choix pour donner des exemples de ces dérapages :

Pourquoi s’escrimer à poursuivre cette stratégie mortifère de la thérapie de choc et de l’austérité de la haine… Manque d’imagination ? Incompétence? Quoi encore ?

La foi dans la parole

Dire sans fin pour convaincre, c’est la stratégie déterminée d’Y. Varoufakis, il veut faire changer les mentalités au cœur de cette Europe qui porte chaque jour de nouveaux signes de désunion ou de fausse union. L’ambition démesure de la Grèce est la volonté de donner à entendre un autre discours, de forger de nouvelles routines. La survie de l’Europe se mesurera à sa capacité à produire de nouveaux cadres de raisonnements pour transcender les divisions. Ne pas dissoudre la réalité de l’Europe dans l’exacerbation de la haine entre les créditeurs et les débiteurs au nom d’un principe de concurrence qui est en fait le premier a être dans les faits violé. L’intérêt de l’Europe est à replacer au delà de la politique à courte vue et des dogmes économiques universels qui lui sont soumis. Il faut inverser le cadre de raisonnement, telle est l’urgence de viabilité. Le raisonnement portée par les instances européens est du hors jeu de la dynamique économique, impossible que se prolongent les conditionnements qui ont prévalu jusqu’à présent :

Les exportateurs allemands tablant sur des avantages monétaires et les banques européennes tablant sur les substituts monétaires offerts par la BCE.

L’économie et ses relations doivent être remises sur une trajectoire de sens et de cohérence. Dans le contexte d’habitudes figées de «productive incoherence» au sens donné par Ilene Grabel, et d’absence de conscience, la surprise va être forte ; mais elle sera légitime en en accords avec E. Kant, le philosophe allemand que se plait à citer Y. Varoufakis. Pour échapper à l’emprise des illusions il appelle à la rationalité et à la logique de la raison. Qui veut jouer au plus malin? Et des malins ont voulu jouer aux plus malins avec Y. Varoufakis. C’est du moins ce qu’il semble s’être passé dans les rencontres de l’Eurogroupe de lundi 16 février : Y Varoufakis a expliqué qu’il était disposé à signer un accord préparé par la Commission européenne reconnaissant la gravité de “la crise humanitaire” en Grèce, proposant aux créanciers “une extension de quatre mois de l’accord de prêt“. Cet accord, la Grèce était prête à accepter qu’il soit assorti de “conditions” mesurées. Il devait permettre d’établir “un nouveau contrat” entre Athènes et la zone Euro. En échange, le gouvernement grec était prêt à “ne pas appliquer pendant six mois son propre programme“, à la seule condition “de ne pas se voir imposer de mesures créant de la récession” par exemple, une hausse de la TVA ou une baisse des retraites les plus faibles. Le Premier Ministre grec a expliqué que “Malheureusement, ce document a été remplacé” juste avant la réunion de l’Eurogroupe par un texte différent, présenté par M. Dijsselbloem. Et c’est ce texte que Yanis Varoufakis a refusé de signe : “Il nous était impossible de signer ce document” qui visait une “extension du programme en cours“. Notons les bonnes pratiques de la gouvernance UE ! Tricherie et mauvaise fois comme instrument de négociations….la Grèce, un pays vassal de l’Europe, telle est bien le constat tiré par le Ministre des Finances.

Qu’à cela ne tienne, l’Eurogroupe demande le remplacement du négociateur grec, ils ne veulent plus d’Y. Varoufakis comme interlocuteur. Si effectivement il est remplacé par A. Tsipras…je crains que se soit pire pour nos européens convenues de leurs bonnes pratiques, préservant les intérêts des minorités choisies. Pour avoir assisté à des faces à face entre A. Tsipras Y Mersch…je souhaite bien du courage pour faire face à la détermination du Premier Ministre. A Tsipras est certainement encore plus accoutumé que son Ministre des Finances à la mauvaises fois et au cynisme des personnages qui vont tenter de renouveler avec lui le jeu de dupe…en position de force, suivi par plus de 75% de sa population, il ne lâchera rien de plus! Retour aux tulipes.

Les marchés des titres US a atteint des sommets jamais atteint dans l’histoire de l’humanité (le NASDAQ a triplé depuis 2008 !). Comme le souligne  le blog financier, zerohedge et ceci en dépit des pires résultats macroéconomiques enregistrés depuis longtemps (dépenses de consommation aux US au plus bas depuis 2009). L’expérience rappelle la bulle de l’internet de la fin des années 90 voire plus loin encore celle des bulbes de tulipe du 17 ième siècle. La même croyance en l’infinité des hybridations possibles des bulbes comme de la monnaie avec les QEs ou pseudo QEs, accentue la frénésie. Ce sens de l’infini soutient la spirale des tickets alimentaires pour apaiser la société américaine mais aussi pour fournir armes, et mercenaires à travers le monde et faire ainsi régner les règles du casino et de ses croupiers affiliés. Les yeux peuvent se fermer sur les difficultés, au final seule la croyance importe et la dynamique mimétique, elles surpassent toute réalité. Bagatelle que l’évacuation en catastrophe de l’ambassade US au Yemen, bagatelle aussi le chaudron de Deblastevo au contraire lui “non évacué”!…. Point besoin de raisonnement économique, d’indicateurs de pertes ou de profits, rien n’importe, seule la croyance en la puissance de l’empire monétaire peut permettre de gagner à court terme quelques heures providentielles de profit en plus.

Hors du champ aussi le «Minsky moment», emblème de la contagion que nous prépare les grecs, nourris par des années de séminaires en hommage à H. Minsky à la Levy Economics Institute de Bard College de NY.

L’enjeu est à chaque fois d’arriver à convaincre le plus grand nombre, le plus longtemps possible que tout est normal…et que c’est le réel qui a faux! Tout doit continuer «as usual» sans accroc : la monnaie sera créée à profusion et sans fin dans le Monopoly, captée rapidement dans les poches des joueurs. Il n’y a ainsi jamais à se soucier de drainer l’argent ou les ressources vers le réel, l’économie, les gens pour les faire vivre en paix. Rien ne compte, et eux ne comptent pas! Dans ce moment d’extase financière, le système se virtualise et se déconnecte du réel. Le Nouvel Observateur nous livre l’esthétique de cette virtualité dans son iconographie de l’entourage du président français F. Hollande  (cf. Les zombies de l’Elysée). Le prochain numéro du journal, nous le verront, porté par sa cours de «Merveilleux» tel un Barras dans l’olympe céleste….fini le terre à terre des courses en scooter!

Tout est calme et tranquille!

 

Notes :

(1) Encore le 19e siècle… Il semble devenir le brenchmark social de nos financiers nourris du «créationnisme économique» à la mode germanique. Dean Baker dans son papier pour RWEBlog du 17 février 2015 nous en livre un analyse saisissante Il aspire à voir enfin venir l’Allemagne au XXI ième siècle.( cf.Greece does battle with creationist economics: can Germany be brought into the 21st Century?)

Bibliographie

Ilene Grabel, (2015) The rebranding of capital controls in an era of productive incoherence. Review of International Political Economy. Volume 22, Issue 1, 2015

Ilene Grabel, (2010) Productive Incoherence in an Uncertain World: Financial Governance, Policy Space and Development after the Global Crisis, WP Political Economy research Institute, Univ. Masschusetts Amherst janvier 2010 à lire ici, dans le blog New Economic Theory.



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 17 février). Jeu de vérité. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70f