J-1 de “l’Espoir en chemin”

2015-01-24

Cette semaine Monsieur Draghi a acheté encore un peu de temps. Depuis septembre 2014 «Mr. Market» surnom maintenant usuel de M. Draghi, compte tenu de son talent de communiquant, a réussi à faire croire à un QE européen qui s’élèverait à 1,1 mille millions d’Euro. Ce QE aurait un objectif affiché simple  : sauver l’économie européenne de la déflation qui paralyse la demande et bloque les économies européennes.

Un objectif plus dissimulé est cependant aussi assez clair chez les spécialistes : recapitaliser les banques européennes (allemandes en priorité) qui n’ont toujours pas résolu leurs problèmes de solvabilité depuis la crise de 2008. Il y avait mieux à faire pour elles, spéculer encore et toujours, en profitant des effet d’aubaines : des taux d’intérêt bas et des pressions sur les dettes publiques des Etats du Sud. Des gains sans risque (assurés par la BCE) et automatiques….Impossible d’y résister longtemps! La rationalité ne se viole pas!

On comprend que dans ce contexte, les acteurs de marché attendent avec impatience les mesures institutionnelles de la BCE qui vont assurer la poursuite du Casino, les poches remplies! Les bourses européennes s’apprécient comme attendu, chaque fois que la question du QE devient plus d’actualité….Les acteurs approchent d’une situation d’extase, l’anticipent, s’aveuglent dans le calcul de leur gain futur et des bonus qu’ils vont en tirer.

Les media ont sonné avec élan les trompettes du QE le jeudi 23 janvier 2015 après la réunion de la BCE.  A y regarder de plus prêts, il s’avère que les amateurs de QE devront encore patienter jusqu’au 15 mars 2015… Mais ils y croient dur comme fer et les déclarations des autorités et des media ont largement suffit pour entretenir leurs rêves… C’est l’essentiel pour la BCE. L’économie et la finance procèdent depuis plusieurs mois d’effets d’illusion….l’Europe entière est plongée dans une dimension virtuelle, hors de l’économie réelle. Ce que Mario Draghi a réussi encore une fois à faire, c’est différer sa promesse comme si de rien n’était. C’est la rhétorique «du barbier qui rase gratis demain»….. Il remplit ainsi parfaitement son rôle d’acteur fétiche du cinéma de la BCE.  Ses effets de discours ont permis encore une fois de capter l’attention des acteurs économiques, en particuliers ceux des marchés, en les détournant des événements sur lesquels l’Europe et l’OTAN ont de moins en moins de prise. L’illusion contribue à mettre le voile sur l’incertitude pour assurer de la poursuite des affaires courantes dans le Casino. En même temps un tel climat d’illusion est propice pour fixer encore une fois la rhétorique (narrative) sur les symboles nécessaires. Les conventions économiques ont la vie dure quand la communication est mise en oeuvre pour les servir.

Il y a quelques semaines, c’était le gouvernement français qui s’était démené pour profiter du massacre de Charlie Hebdo afin de détourner les regards des préoccupations courantes…difficilement maîtrisables et assurément bien dérangeantes. Tous les spectateurs ont pu être contentés : Après des grands effets de poursuites policières des islamistes, des plus classiques dans les films de série B ou les feuilletons de télévision, les événements ont atteint les sommets avec la grande messe de rassemblement national.   Le président Hollande a revêtu l’habit messianique escorté de tous le démocrates européens dont la vedette américaine (à double titre !) était le Président de l’Ukraine Piotr Porochenko. Celui-ci après les effusions démocratiques et les «je suis Charlie» de rigueur dans le spectacle français, – qui auraient pu heurter sa détermination d’homme de parole  (pro-sanction)-, a rapidement initié une stratégie de désintoxication radicale. De retour à Kiev, il a  prescrit une nouvelle salve de bombardement des populations d’Ukraine de l’est et la levée de nouveaux conscrits pour remplacer les morts et les déserteurs dans les rangs de l’armée ukrainienne.

C’est en effet pendant les émois européens des Charlies, des rêveurs de QE et plus récemment des grandes rencontres de Davos, que la guerre en Ukraine a repris de plus belle, tout en confirmant les résultats de l’été : Aux attaques désordonnées de l’armée ukrainienne  dont la motivation n’est effective que sous les menaces des enragés de Pravyi Sector (banderistes affirmés), ont répondu les avancée des combattants de Novorussie qui se battent pour défendre leur terre, leur famille et leur culture…avec un courage sans faille.

Le gouvernement de Kiev, dans ce panorama auquel s’ajoute le déni du défaut financier,  a su se contenter d’images pour la mise en forme de sa communication. Subir des revers et des défaites, n’est en effet qu’une affaire d’opinion et de communication sitôt que le nombre de morts et les dégâts collatéraux s’effacent dans les esprits. On connait ce type de questionnement à propos de la bataille de Borodino en 1812….qui l’a gagné, la Grande armée de Napoléon ou l’armée du Tsar Alexandre Ier ?

La presse Ukrainienne a ainsi analysé le résultat de ces derniers jours comme un repli stratégique avant la grand offensive victorieuse qui s’annonce sous bénédiction américaine. La presse occidentale a repris durant presque une semaine cette rhétorique n’ayant pas pris conscience que l’aéroport de Donetz était tombé en totalité sous le contrôle des combattants «terroristes» . Qualificatif standard donné en son temps aussi aux combattants du Normandie Niemen qui n’avaient ni la sympathie des responsables allemands, ni celle des autorités français soumises et encore moins celle des media de la collaboration…

Pendant ces derniers temps aussi certaines pages d’histoires ont été savamment réécrites…la nouvelle originale sur le front de l’histoire de la révision de l’identité des forces militaires qui ont libérer Auschwitz.  Les autorités polonaises ont pris l’initiative de cette modification «à la marge» en remerciant l’armée d’Ukraine d’avoir libéré les camps! Belle pirouette de l’histoire, après avoir accepté l’idée que l’URSS avait envahi l’Ukraine et l’Allemagne (conformément aux déclarations faites en Allemagne par le Premier Ministre Ukrainien)….certainement pendant que les ukrainiens libéraient les camps, la place étant libre?!!  C’est du moins la logique qui pourra découler de cette mise en conformité de l’histoire avec le besoin de justifier d’une part la défense des droits de l’homme à géométrie variable et d’autre part pour opacifié les troubles financiers généralisés et les manipulations qui en découlent.

Des observateurs qui se croient encore tout permis – conséquence d’information trop facilement diffusées sur les réseaux et sur RT-,  en ont profité pour s’étonner qu’il ne soit pas question d’une «no fly zone»  en Ukraine…en se référent à des témoignages des populations civiles bombardées. Ces voix doivent être contenues le plus longtemps possible. Toute l’Europe tâche d’y contribuer de Paris à Varsovie en passant par Berlin et Kiev… Mais la tâche est complexe précisément parce que l’Europe à 28….ça fait beaucoup trop de monde à gérer, au pire moment! Telle peut être ainsi trouvée l’explication à la remarque de Hélène Carrère D’Encausse dans la Tribune de Genève:

« l’Europe s’est trompée sur toute la ligne dans la gestion de la crise ukrainienne et de ses relations avec la Russie».

Peut être par dessus tout ce qui doit être dissimuler est ce qui se passe en Grèce, les élections du parlement grec pour lesquelles le parti anti-austérité Syriza est en tête des sondages sous le mot d’ordre «l’espoir est en marche». Si Alexis Tsipras devient en effet le représentant légitime du peuple grec, alors une formidable occasion de rentrer dans l’histoire de la Grèce et de l’Europe au côté des plus grandes figures, lui est offerte.

Nos financiers à l’appât du gain focalisé sur le court terme des déclarations de Bloomsberg ne peuvent pas être en mesure de comprendre la tension qui anime les hommes/femmes de demain qui vont avoir le basculement de l’Europe dans leur main. L’honneur ne s’achète pas à coup de compromission quand les enjeux sont à ce niveau là….! Privés d’éthique et de sens de l’humain aucune des marionnettes du Casino n’est en mesure de comprendre. C’est là que réside la chance ou la Grâce de l’histoire pour mettre un terme à la fabrique organisée d’un Tier monde au coeur de l’Europe.

L’aveuglement pourrait se retourner contre les aveugleurs et leurs méthodes de criminels!

La veillée commence :

garde parlement grec L1000583

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 25 janvier). J-1 de “l’Espoir en chemin” VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v708