«La vertu en économie : 2 poids et 2 mesures»

Il est une confusion courante en économie, c’est même un lieu commun de la «pensée» journalistique dont la particularité est d’être trop souvent instrumentalisée politiquement:

La croyance que le secteur public doit se comporter comme un ménage,  en  «bon père de famille»…. pour être vertueux!

Cette analogie souvent mise en avant procède d’une exagération et d’une confusion à propos du terme «déficit» couplé à la notion de vertu. Deux acceptions de l’idée de «déficit» sont ici confondues pour donner l’illusion qu’on peut les comparer.

1) Lorsqu’on évoque la vertu de «bon père/mère de famille» d’un ménage , il s’agit de comprendre que le ménage doit honorer ses engagements et les charges de ses dettes (remboursements) aux termes convenus….ce faisant le ménage peut être en déficit sur plusieurs années compte tenu de son profil de revenus.  Sur le plus long terme, le ménage a considéré, -et cette idée a été validée par l’établissement financier qui lui a prêté de l’argent (pour acquérir son domicile ou pour contracter un prêt étudiant par exemple)-, qu’il sera en mesure de payer ses engagements annuels futurs, jusqu’à leur terme.

2) Pour une gouvernement, la vertu à laquelle il serait fait référence est en fait totalement d’un autre type : Lorsqu’on demande au secteur public (l’Etat, les administrations ou les collectivités locales) d’éviter un déficit, on veut imposer que sur la période de référence, l’année, il tache d’équilibrer ses dépenses avec ses revenus. On va jusqu’à nommer cette exigence «règle d’or» pour la sacraliser. Elle prend ainsi le statut de «convention» de vertu en dehors de toute logique économique

Il ne peut être question d’une éventuelle «règle d’or» pour un ménage ou une entreprise même les plus vertueux! On imagine bien l’effet stérilisant que cette rigueur artificielle pourrait avoir… Elle signifierait, l’impossibilité d’accéder à la propriété sans héritage ou épargne d’une vie pour un ménage et l’impossibilité de faire des paris entrepreneuriaux et des investissements pour une entreprise.

Cette clarification ne vise pas ici à justifier ou non un déficit mais elle veut contribuer à montrer que la comparaison et l’analogie habituellement faites reposent sur un manque de précision dans les termes choisis et les processus économiques en jeu.  Le sens de la comparaison doit être mis en cohérence avec une dimension temporelle ; ici la perte de repère temporel  falsifie  le raisonnement.

Croire à l’équivalence des comportements économiques d’acteurs différents est  une conséquence de la perte de la dimension temporelle dans l’analyse économique. En projetant le temps dans le présent, conséquence du raisonnement mettant en avant les anticipations rationnelles, les horizons temporels d’acteurs différents se confondent entre eux. La cohérence entre la réflexion économique et la réalité impose une mise à plat des concepts utilisés suivant les acteurs en question, ici le couple déficit/vertu et la prise en compte du temps.

Cette confusion constitue une des parties immergées d’une pratique théorique courante : l’imbrication du raisonnement micro et macroéconomique hors du temps, qui brouille les spécificités et le rôle des acteurs économiques. L’habitude de l’ancrage des fondements de la macroéconomie sur la microéconomie a fait perdre de vue la dimension temporelle dans l’analyse économique. La confusion qui est ici dénoncée traduit les difficultés contemporaines de l’économie pour appréhender les fonctionnements dynamiques et tout simplement le temps. Elle se privent ainsi de la capacité à mobiliser une réflexion pour faire face aux crises économiques qui procèdent de mécanismes temporels et d’effets d’accumulations….le danger qui en résulte est l’absence de viabilité des trajectoires et des systèmes économiques!

 

Cette réflexion a été menée à partir d’un commentaire proposé par Jerry Wyant le 12 décembre 2013 sur la page http://rwer.wordpress.com/2013/12/12/handbag-economics-the-ideology-of-austerity/.