Une Europe politique existe

 

2014-12-23

 

Une Europe politique existe … mais elle s’est construit contre les peuples et contre la démocratie.

 

Une Europe Politique existe en effet, nous en avons maintenant des preuves flagrantes avec l’épisode de cette semaine de décembre.

Nous avions déjà été habitués à des démonstrations d’ingérence en politique extérieure via le Partenariat Oriental de la Commission Européenne depuis sa mise en place en mai 2009 ; il devait permettre aux pays partenaires d’Europe centrale et orientale de se rapprocher de l’UE en renforçant leurs liens politiques, économiques et culturels. Ce partenariat s’est rapidement révélé surtout en parfaite cohérence avec les aspirations de l’OTAN. Débutant par des aides financières directes de “voisinages”, des soutiens à des activités d’ONG assez officiellement anti-gouvernementales, les protagonistes sont passés à des reports «légitimés» d’élections lorsque les perspectives n’étaient pas favorables (en Moldavie par exemple),  et au soutien direct au coup d’Etat en Ukraine (voir le billet “Economie fiction et viabilité” ). On pouvait penser qu’en la matière l’Europe était le suiveur de ses alliés de l’OTAN, les USA …mais l’excuse reste faible et la faute certainement historique.

Il n’en demeure pas moins que l’habitude de “manager” la politique semble dorénavant prise par les instances européennes, mettant ainsi à profit  au sein des pays Européens, avec entrain et un zest de semblant de légitimité, l’expérience acquise à l’Est. C’est ce qui est bien visible en Grèce, pays de la zone Europe pour le pire et le meilleur (un jour peut être?)

En effet, en ce mois de décembre 2014, la Grèce voit l’interventionnisme politique des institutions de Bruxelles revendiquée ouvertement. Le très aligné et bien «politiquement correct» Institut Robert Schuman -think tank de l’année 2014 pour les affaires européennes ! , l’a révélé sans gêne :

«Pour la première fois de son histoire, la Commission européenne s’est engagée dans la campagne électorale d’un Etat membre. Dans un entretien à la chaîne de télévision autrichienne ORF III, son président, Jean-Claude Juncker (Parti populaire, PPE), a appelé à voter contre les « forces extrêmes » et en faveur de « visages connus (Stavros Dimas est un ancien commissaire européen) ». « Les Grecs savent très bien ce qu’un mauvais résultat des élections signifierait sur la Grèce et la zone euro » a-t-il affirmé.»

Athènes a aussi reçu le 15 décembre, la visite pressante du commissaire aux Affaires économiques et monétaires, à la Fiscalité et à l’Union douanière, notre compatriote Pierre Moscovici. Le soutien de l’ancien membre du gouvernement socialiste français à un candidat de la droite grecque atteste de la prévalence des engagements européens sur toute considération politique. Il n’y a plus de parti qui tienne en Europe, seule une logique du soutien inconditionnel aux institutions et à ses représentants est prônée. Il est de coutume d’évoquer dans les circonstances la démocratie représentative rendue nécessaire car les peuples ont une expertise limitée et pourrait être influencés… par la détérioration de leur condition de vie, pourrait-on par exemple rajouter !

L’historien grec Constantin Tsoukias, cité aussi par l’Institut Robert Schuman, n’a pas manqué de faire remarquer ce tournant radical des instances de l’Europe en politique :

« Il est inimaginable, inadmissible que des instances européennes puissent afficher ouvertement à la veille d’un scrutin leur préférence pour tel ou tel parti. C’est du jamais vu».

Eclairons ce propos par la situation relative aux élections présidentielles grecques qui se déroulent à  la Vouli, la chambre unique du parlement grec,  en ce mois de décembre 2014, suite à la démission quelque peu anticipée du président de la République sortant Carolos Papoulias. Les députés grecs ont le choix d’une part de voter pour le candidat de la coalition au pouvoir Stavros Dimas qui est le seul candidat à se présenter et ainsi soutenir la politique du premier ministre Antonis Samaras ; et d’aitre part d’opter, par un vote négatif, pour des changements radicaux avec la dissolution du parlement qui suivrait l’impossibilité délire le candidat. Celle-ci entrainerait la démission du gouvernement, et des législatives anticipées qui pourraient remettre en cause l’alignement des autorités grecques sur les visées des institutions européennes. En ligne de mire bien sûr la révision des accords entre la Grèce et la Troïka internationale et les créanciers (FMI, BCE, Commission européenne). Un allègement de la dette grecque pourrait alors être envisagé voire même une sortie de la crise inspirée de la méthode islandaise (0) : Condamnant les banques imprudentes et tenant à distances les créanciers avides et peu avisés, l’Islande a choisi une  solution plus précautionneuse pour sa population et ses perspectives de croissance ; cette alternative s’est révélée être un succès majeur surtout quand on la compare à l’épreuve subie par la Grèce qui n’a même pas eu le mérite de régler la crise de la dette mais bien de l’aggraver (au lieu des 120% prévu, la dette grecque atteint maintenant 180% du PIB). Ces comparaisons n’ont pas manqué d’être soulignées en mars dernier à Bruxelles, naturellement en marge des institutions européennes, par les participants des rencontres organisées pour passer en revue les solutions alternatives qui existent pour faire face à une crise de la dette. A ces rencontres l’économiste  John Milios affilié au parti grec SYRIZA a jeté le blâme sur la politique d’austérité responsable des désastres actuels en Grèce et du parti pris en faveur des créanciers spéculateurs. Ceux-ci exercent depuis le début de la crise financière des pressions sur les Etats souverains pour éviter d’assumer les responsabilités de leurs paris perdants. Prenant le contre pied des pratiques en cours, l’économiste grec préconisait une réduction des dettes pour les pays surendettés de la zone Euro et des remboursements conditionnés à des clauses de croissance pour ne pas sacrifier la population au bénéfice des créanciers. Après tout l’Allemagne a, en 1953 par le traité de Londres, été bénéficiaire d’un tel arrangement pour le remboursement des dettes de guerre dues par le pays ; il a durablement contribué au rebond du pays et a ses performances économiques. L’économiste grec ne demande ainsi qu’une preuve d’équité inter-temporelle dans le fonctionnement de l’Europe et suggère que la Banque Centrale Européenne refinance les banques en fonction de critères sociaux et environnementaux.

Lors du premier scrutin du 17 décembre, le parlement grec a échoué à élire le président. Le candidat Stavros Dimas est un ancien commissaire européen à l’Environnement (2004-2010) et ancien ministre grec des Affaires étrangères (2011-2012). Alors que la majorité des 2/3 est requise, il n’a recueilli que 160 des 300 voix des députés du Parlement Grec. Aujourd’hui 23 décembre se tient le 2ème tour de scrutin où la majorité des 2/3 des députés (200 voix de députés) est encore requise. On s’attend à une nouvelle impasse. Les espoirs portés par les institutions de Bruxelles, le gouvernement grec actuel et les créanciers du pays vont être confrontés à une épreuve de vérité le 29 décembre où seulement 3/5 (soit 180 voix) des voix sont requis pour l’élection.

Il leur faut gagner une vingtaine de voix pour rendre possible la poursuite de la politique économique sous contrôle de la Troïka au bénéfice des créanciers. Le Premier ministre Antonis Samaras s’est cependant déclaré confiant quant aux chances de Stavros Dimas d’être élu à la présidence de la République, certainement à l’issue du troisième tour. Avec les déclarations de Bruxelles et les déplacements des officiels à Athènes, on comprend que tout est, et sera fait pour appuyer le choix qui convient…

À Athènes, le premier Ministre Antonis Samaras tente de grignoter des voix parlementaires pour assurer la victoire de son poulain à la présidence de la République. Il s’agit de reculer coûte que coûte la perspective d’élections législatives anticipées qui pourraient être gagnées par les partis d’opposition en premier lieu desquels, Syriza.  Les pointages et anticipations pour ce 3ième tour du 29 décembre, pour l’instant contrarient encore les aspirations du pouvoir en place.

Deux épisodes que François Leclerc qualifie de “débauches” ont été rendus publics et sont arrivés en France. Ils attestent des efforts entrepris pour faire reculer la perspective d’un appel au vote de la population. Les cibles sont d’une part des députés Indépendants et d’autre part l’ensemble du parti DIMAR.

– un enregistrement circule témoignant de tentatives  d’achat de vote au tarif de 2 à 3 millions d’Euros par député. Un des députés, Pavlos Haikal, qui a été approché semble-t-il par un financier, a refusé la proposition et a fourni, pour appuyer ses dires, des vidéos qui attestent de cette corruption. La Commission d’éthique de la Vouli s’est saisie de l’affaire. Dans le contexte les observateurs n’hésitent pas à ironiser : ” It would also mean that European GDP numbers will now be adjusted to include “Eurozone cohesion fees paid to ruling politicians” as part of the addbacks to make sure that nobody has any idea that all of Europe is now in a triple-dip recession” en conclusion de l’article posté dans Zero Hedge sur cet épisode.

–  Lors d’une allocution télévisée dimanche 21 décembre, le premier ministre, a fait une proposition de marché aux députés : avancer les élections législatives de 2016 à la fin de 2015, élargir le gouvernement et proposer ainsi plus de postes de Ministres (le peuple grec a du apprécié!) pour obtenir en contrepartie le soutien au candidat désigné, Stavros Dimas.

A cette heure , les résultats du second scrutin sont disponibles : 168 voix ont été obtenues en faveur du candidat du gouvernement sortant. Deux députés affiliés à Aube dorée, parti largement reconnu comme néo-nazi, ont voté pour le candidat officiel ! Plusieurs députés indépendants ont finalement rejoint le candidat gouvernemental, notamment après la promesse d’Antonis Samaras, le premier ministre, d’élargir le gouvernement… On a aussi signalé le ralliement d’un député de la gauche indépendante (Dimar)….il reste encore 6 jours pour obtenir les 180 voix, soit 12 voix de plus!

Zero Hedge a mis en exergue le coût de la réélection du gouvernement Ukrainien en octobre dernier, il s’élève à 4 milliards de dollars rien que pour les réserves dépensées suite aux manipulations de cours avant les élections. La coïncidence est qu’on assiste à une sorte de convergence des coûts avec ceux des élections à mi mandat du Congres US, coïncidence symbolique qui permet de fixer le coût du “tout est possible” en démocratie en ce début du XXI siècle : il suffit de pouvoir aligner 4 milliards…! Est ce là  le montant des étrennes des députés grecs pour accepter de fermer les yeux sur la poursuite de la décomposition sociale du pays? En la matière, comprendre le relativisme qui guide la réflexion de nos élites, s’impose pour fixer le tableau avec acuité. Qu’est ce que 4 milliards de dollars finalement ? Même pas le salaire annuel d’un manager de Hedge Fund bien en cours… c’est ce que Jean-François Gayrault souligne dans son ouvrage récent Le nouveau capitalisme criminel. En effet John Paulson, le “brillant” manager de Paulson & Co. a reçu, pour l’année 2010, -l’année même où il a été suspecté par la SEC de conflit d’intérêt,  pour rester “soft”, dans une affaire de CDO avec Goldman Sachs-,  4,9 milliards de dollars de revenu personnel. Soulignons que John Paulson n’a pas de parenté avec Henry Paulson, ils ont simplement en commun d’intéresser souvent les régulateurs de la SEC quand à leurs activités… qui momentanément paraissent «suspicieuses» aux régulateurs (1).

La particularité du système électoral grec avec son principe des 3 tours est de rendre assez périlleuse la manipulation (parce que visible), ce qui lui assure une certaine transparence… on sait qui sont les députés qui auront été retournés par rapport au premier scrutin… Potentiellement ils devraient être au nombre de 20, 8 ont déjà été “convaincus”…. C’est ainsi une responsabilité majeure qui va être porté sur les épaules de ces hommes et femmes s’ils cèdent finalement à la pression des élites européennes qui sont guidées par le souci de préserver l’intérêt des créanciers bien avant celui de la population grecque. Certains députés pourraient se douter qu’ils peuvent avoir un jour à répondre devant ce peuple, s’il devenait impossible de le maîtriser durablement…

Les partis Syriza, Podemos et 5 étoiles, largement présentés respectivement en Grèce, en Espagne et en Italie par la presse officielle, les gouvernements et les instances européennes, comme des démons, représentent peut être en réalité la meilleure chance pour l’Europe. Mais une autre Europe que celle soumise à la financiarisation. Il faudrait que la démocratie retrouve sa capacité d’expression pour que cette chance soit tentée.

C’est le pari de reconnaître les erreurs pour les corriger et tenter la chance d’une Europe viable en refusant la fuite en avant. Cette fuite en avant dans le profit de court terme des financiers mafieux qui n’aboutit qu’à la violence contre les peuples. Nous sommes nombreux à être persuadés qu’il n’y a pas qu’une seule alternative en politique économique….le croire est une illusion alimentée de mensonges vis à vis des peuples. D’autres chemins étaient/(sont ?) possibles hors de l’enfermement dans la financiarisation, comme le souligne aussi l’économiste des conventions Robert Salais (2). En s’inspirant de ses propos, on peut dire qu’il s’agit de conjuguer la lumière des lucioles avec la patience et l’espoir des veilleurs. Dans son discours en hommage à Jean Moulin à l’occasion du transfert des cendres du résistant au Panthéon – discours dont nous venons de fêter le 50ième  anniversaire- (3) André Malraux nous rappelait que cette conjugaison est possible en France et qu’elle a contribué à la libération de la France et de l’Europe.

Sommes-nous comme le pense Jean-François Gayrauld dans l’âge post politique «un certain capitalisme financiarisé, mondialisé et dérégulé marque la fin de la démocratie telle que nous l’avons vécue depuis un siècle» (4). La privatisation du monde a aussi, si ce n’est surtout, profité à des intérêts privés qui se sont avérés plus ou moins légaux, gris ou même criminels. La défense de ces intérêts par-dessus tout finit « naturellement » par vassaliser les peuples et les Etats. Violence, chantage agressions deviennent des modus operandi ordinaires dont on ne perçoit plus le caractère odieux à force d’habitude. L’auteur, spécialiste de la géopolitique de la corruption et du crime organisé affiche son pessimiste. Si nous commençons à prendre conscience des dangers et les nommer, c’est que le monde à déjà basculé et qu’il est certainement trop tard… Il nous rappelle qu’Hegel nous a appris que «la chouette de Minerve ne prend son envol qu’à l’irruption du crépuscule»!

Nous serons tous suspendus au vol de Chevêche d’Athéna le 29 décembre 2014… dans l’espoir qu’il sera donné aux grecs de créer encore une fois la démocratie en Europe.

anim_chouette

source photographique : http://vogue-grenadine.eklablog.com/la-chouette-symbole-de-la-sagesse-a65523079

 

Notes:

(0) cf. Présentation du Président de la Banque Centrale d’Islande  Mar Guðmundsson qui explique comment l’Islande a pu épargner à la population de subir les dégâts de la crise financière, conséquences des prises de positions hasardeuses des établissements bancaires. Alors que la Grèce  s’est vu obligée de renflouer les créanciers en sacrifiant le bien être de sa population… voir aussi le billet “viability alarm

(1) “Les régulateurs prétendent que Goldman a requis la société de M. Paulson, Paulson et  & Co., pour aider à concevoir un procédé d’investissement financier sous la forme d’un CDO, (collateralized dent obligation), bâti sur un ensemble spécifique d’actifs hypothécaires risqués,- destiné à assurer l’échec du CDO -. J. Paulson aurait alors pris des positions pariant sur cet échec sans que les investisseurs dans les CDO aient été informés ni de ce point ni du rôle de J. Paulson. Il s’agissait là d’un soupçon de délit d’initié doublé de conflit d’intérêt.

(2) Robert Salais, Le viol d’Europe, enquête sur la disparition d’une idée, PUF 2013

(3) le 19 décembre 1964

(4)  Jean-François Gayrauld, Le nouveau capitalisme criminel, Odile Jacob, 2014 p. 303



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2014, 23 décembre). Une Europe politique existe. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v704