Qui parie sur les jeunes ?

2014-12-19

Ce pari n’est pas naturel tant des disparités sont à souligner entre les pays.

Le graphique ci-dessous  (issu du “Euromonitor” publié sur le blog Zero Hedge) rend compte pour l’année 2013 des l’écarts entre le revenu moyen de la population de chaque pays et celui des classes d’âges des jeunes adultes, les 20-24 ans et les 25-29 ans. On observe  de grandes disparités au sein des pays présentés ici (cliquez sur le graphique pour le voir plus en détail)

rev jeune:pays :rev moyen 2013.001.001

 

Aux USA, les 20-24 ans reçoivent un revenue en moyenne 40% inférieur à l’ensemble de la population. Les autres pays qui traitent mal les plus jeunes sont la Finlande, la Suisse, l’Australie (environ -30%), L’Italie, la France et la Grande Bretagne (autour de -25% ).

Le plus inquiétant est cependant quand la  classe d’âge suivante, celle de 25-29 ans est elle aussi mal traitée ;  c’est le cas aux Etats Unis encore mais aussi en France qui en la matière est le pays d’Europe qui enregistre le résultat le plus préoccupant (La Grèce ne figure pas dans la liste de Euromonitor!).

Les pays “neufs” ou émergents de la liste, font eux le pari de la jeunesse. C’est surtout notable sur la tranche des 25-29 ans en comparaison, une fois la période des études terminée.

On peut penser que des éléments démographiques tels que la structure de la population par âge et la durée moyenne des études peuvent influencer ces distributions. Notons que la Russie, qui a une part de jeunes dans la population comparable  à celle des pays européens et un niveau d’étude important, figure aussi parmi les pays qui parient le plus sur la jeunesse ; les jeunes de 20-24 ans y reçoivent en moyenne des revenues seulement de 9% en dessous du niveau moyen total et les 24-29 ans reçoit  près de 8% de plus que la moyenne. Le Danemark, parmi les pays Européen, est le seul dans cette liste à pouvoir redresser la tendance sur les 25-29 ans.

Ce n’est donc pas une fatalité sans alternative… que de mal payer les jeunes! C’est encore moins un choix de civilisation viable, le futur s’y rétrécie et les jeunes quittent le pays.

Apres la triste période des années 90 et les ravages sociaux de la transition, la Russie a du trouver une réponse viable pour évider la fuites des compétences et des énergies et ainsi garder sa jeunesse pour regarder vers le futur et construire l’Espoir. Le  pays propose une réponse assez simple que les pays d’Europe devraient méditer avec plus d’intérêt, au regard du graphique 2 ci-dessous :

Rev jeunes +155K$.001

La situation et le niveau de vie de ces tranches d’âge explique aussi l’état d’esprit de la jeunesse en Russie ; l’article de Dimitri Sokolov-Mitrich, La Russie qu’ils ont perdue en témoigne

 



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2014, 19 décembre). Qui parie sur les jeunes ? VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v703