Pour un 2 décembre de résistance

 

2014-12-02

Voici les questions qui m’ont été soumises par une journaliste de Ouest France, Amandine.COGNARD, et voici mes réponses et mes commentaires. J’espère que l’article qui en sortira qui résumera ces analyses sera fidèle à ce travail ! Alea jacta est!

A quel point la Russie est-elle aujourd’hui dépendante du pétrole ? Pourquoi

l’est-elle encore autant ?

On confond les choses, en disant ça doublement : ce n’est pas l’économie russe qui est orientée vers le pétrole et bien plus le gaz mais ce sont les exportations… L’économie russe est bien plus diversifiée que ses exportations (normal pour un grand pays – on peut dire pareil pour les US et le Canada) Le pays est grand et dispose d’un grand marché intérieur avec une population au pouvoir d’achat qui n’a cessé de croitre (on va voir cette année mais ce n’est pas assuré que la croissance du PA stoppe). La Russie produit pour son marché intérieur avant de produire pour l’exportation…ce n’est pas si mal!  La Chine actuellement développe beaucoup son marché intérieur aussi face au ralentissement mondial. La Russie exporte ce qu’elle a en plus de ses besoins…des ressources.

Dans un sens les sanctions sont favorables au développement de la diversification de la production comme aussi la baisse du rouble, les produits russes sont plus attractifs. Le pays signe actuellement de nouveaux contrats dans le cadre de l’Union Eurasiatique avec de plus en plus de partenaires intéressés à se joindre aux commerces avec cette zone ; l’Asie mais aussi d’Amérique latine, le Moyen Orient et l’Afrique dans les 4 coins. Evidement le partenariat avec les BRICS est au centre et tout particulièrement la Chine est au cœur de ce nouveau panorama : on parle de pivotement vers l’Est de la Russie. La Russie est pragmatique. L’UE réduit la capacité des pays d’Europe centrale à avoir des relations avec la Russie, alors la Russie s’accorde avec la Turquie pour l’extension des gazoducs… Elle préfère s’entendre avec des pays souverains qui respectent leurs paroles. C’est un peu le B.A. BA du commerce, que de penser à la confiance! Tuer son client ou déclarer qu’on veut le paralyser et l’isoler n’est pas une stratégie très gagnante du point de vue du jeu mondial ou du monde multipolaire, on ne peut le nier.

 

Vous avez aussi beaucoup d’entreprises étrangères qui produisent en Russie et les sanctions les incitent à le faire de plus en plus. Les sanctions «libèrent» aussi les entrepreneurs de Russie des contraintes de l’OMC. Elles sont un protectionnisme imposé de l’extérieur, favorable à la rentabilité des projets industriels et agro-industriels intérieurs. Il y a beaucoup d’exemples de ce type, les entreprises se développent ainsi plus vite que prévu, accélèrent leur plan d’investissement du fait de l’accroissement des possibilités internes (retrait des importations) et baisse du rouble qui facilite les exports. Ici la filière porcine est vraiment boostée, et ce n’est rien de le dire; en France on connait la conséquence….surtout dans l’ouest du pays. Je n’ai pas besoin de détailler, vos lecteurs le savent mieux que moi.

 

Les spécialistes souhaiteraient que la politique monétaire russe suivent mieux cette tendance d’accompagnement de l’investissement…au lieu de cibler l’inflation avec acharnement (d’autant plus que l’inflation russe est en grande partie structurelle-liée aux réseaux d’approvisionnement qui doivent être améliorés et plus concurrentiels). Ça n’a jamais aidé une économie de ne se focaliser que sur l’inflation et d’avoir des taux d’intérêt trop élevés. Les banques centrales sont dirigées avant tout par des financiers et l’inflation basse n’aide que les rentiers en favorisant la financiarisation et la spéculation sur les biens réel ; l’immobilier, les titres. Si ça dérape c’est la déflation et la récession réelle pour la population… Diverses bulles comme nous avons pu le voir avec la crise ont été les conséquences du comportement excessif des banques centrales et du laxisme pour la supervision bancaires et financières. Ces pratiques sont toujours dommageables pour l’économie réelle

 

La banque centrale russe est encore trop dans cet état d’esprit ce qui pénalise l’économie depuis de nombreuses années. Les économistes s’affrontent sur ce sujet, considérant que c’est maintenant qu’il faut agir pour amplifier l’investissement et le développement. Est ce qu’ils auront gain de cause auprès du gouvernement et du président russe? Là aussi les sanctions pourraient jouer favorablement…en pressant le lobby financier à plus de réalisme et de grandeur de vues.

Il faut comprendre l’économie en dynamique et non pas rester avec des images d’équilibre et une perception de la Russie des années 90.  Il faut simplement regarder le réel et la diversité des pays…ne pas rester le nez sur une Europe qui ne progresse guère. Quand nous stagnons et que nos classes moyennes s’effondrent ça ne veut pas dire que les autres pays stagnent aussi. C’est une erreur de perception de le penser…mais c’est aussi un moyen de permette aux populations d’accepter leur sort sans se poser plus de question. Les media aident à soutenir cette perception des choses et d’un monde économique inertiel, sans alternative que celle des financiers qui savent mieux que tous le monde…mais aussi on le sait se trompent plus souvent.

La Russie a connu une désindustrialisation très dans les années 90 (perte de plus de près de la moitié en 8 ans de son potentiel industriel et 40% de sa population sous le seuil de pauvreté). Elle a tenté avec succès depuis 15 ans de remonter la pente. Pour les économiste du *******[ ?] rel «tutier cette évolution est source d’espoir en Europe…d’autre préfèrent cacher et recevoir les bénéfices de leur dissimulation (ils on aussi raconté longtemps combien les espoir été fondés dans l’économie ukrainienne et qu’il fallait y investir…en 23 ans on voit le résultat et sur les terres parmi les plus riches de l’Europe, un drame) ! La Russie est la 5e économie mondiale du point de vue du pouvoir d’achat (ce qui compte au delà des monnaies et des marchés) de son PIB (la Chine est n‘1). En France nous sommes tombé à la 8e-9e place je crois. En Europe nous descendons bien cette pente avec la désindustrialisation irrépressible. Un jour se posera comme pour la Russie il y a 10-15 ans la question de la réindustrialisassions…la France avec plus de 60 millions d’habitants ne vivra pas que de tourisme à long terme ni de recettes de cuisine !

 

 

 

  • Quelles conséquences a et va avoir une telle dépréciation du rouble ? 

Baisse des importations et croissance des exportations, c’est mécanique et ça marche très bien. La balance commerciales s’en porte comme jamais depuis plusieurs année! Les commentateurs qui pourraient regarder les chiffres ne vous en parle habituellement pas…car on sait bien que chez nous cette balance diminue toujours plus chaque année.

 

Plus individuellement, les russes vont moins voyager en Europe. C’est un fait et un constat déjà. Dans les autres pays émergents on assiste aussi à des mouvements de ce type, baisse des monnaies nationales…donc les russes pourront aller dans de nombreux pays prendre le soleil. En revanche les russes vivant à l’étranger ne pourront plus vivre au même niveau de vie sur leurs revenus de Russie (immobiliers ou autres)… Ça pose ainsi quelques problèmes pour les rentiers. Faut-il les plaindre plus que le personnel des chantiers de Saint Nazaire? On comprend la grogne de ces élites apatrides dans la presse occidentale d’ou beaucoup de confusions pour les journalistes….Pour les russes en Russie et dans l’esprit des sanctions, ils ne regrettent pas tant que ça de ne pas aller en Europe cet hiver ; surtout que quand ils regardent la mentalité distillée par la presse. Eux c’est la joie de vivre qui importe et ils savent que c’est avec elle que les épreuves se passent – mais aussi avec un président en qui ils ont confiance…86%). Ils ne comprennent pas la France accablée, mécontente, (13-15% de satisfait pour le président ?), fondamentalement triste car imprégnée d’individualisme. Ils espèrent que les européens resteront plus lucides que leurs élites – et ça semble être le cas, en tout cas en France- et pense mieux à l’avenir du pays et à leur jeunesse. L’exportation de la main d’œuvre européenne jeune et éduquée pour lui permettre de vivre n’a qu’un temps…

Les russes étaient 6-7 millions en 2006 à voyager à l’étranger. L’année dernière il y en a eu autour de 37 millions…cette évolution en 7 ans, tout cela parce que la classe moyenne en Russie existe vraiment, il n’y a pas d’autre explication à ce constat. Il est sûr qu’actuellement, pour les vacances de neige de 2015, il y aura moins de russes dans les stations européennes. Les réservations en attestent déjà. Ils iront au soleil ailleurs, ce ne sont pas les destinations qui manquent dans les émergents.

 

Mais aussi il est désormais possible d’aller à Sotchi….les JO sont encore dans la mémoire de chacun. Il faut savoir que l’hiver vous ne manquez pas d’équipement de sport d’hiver à disposition de la population en Russie, patinoires à tout les coins de rue, ski, surf accessibles en métro ou dans le parc (ex Moscou Gorki Park avec des aménagements pour les activités des jeunes et des moins jeunes). L’arrivée des premières neiges est une fête! (c’est arrivé aujourd’hui!) reste à savoir si elle va tenir pour que commencent les activités sportives ce weekend?

 

 

 

Des entreprises russes sont-elles déjà en grande difficulté à cause de

cette dépréciation ? Avez-vous des exemples ?

 

Ce sont celles qui importent en Russie qui sont pénalisées, celles qui produisent en Russie (dont beaucoup d’entreprises étrangères) c’est plus indirect (via le renchérissement des machines allemandes…).

En 2009 durant la crise il y avait des problèmes d’entreprises plus importants au quotidien car elles avaient emprunté en devises alors que leurs revenus étaient en roubles. Les plus exposées furent les PMEs, les plus grosses entreprises ayant été aidées en priorité…grâce aux lobbies puissants (comme en Europe d’ailleurs). En ce moment ce n’est pas du tout pareil, les bilans sont moins déséquilibrés. La situation oblige à travailler autrement, se fournir (machine chinoise à la place de machine allemande par ex.) et livrer autrement…le confort du quotidien ne suffit plus…il faut rechercher plus d’efficacité, c’est aussi une incitation qui favorise les vrais entrepreneurs.

 

Mes contacts dans les grandes banques me disent que les dossiers de demandes d’investissement s’empilent, la travail a changé d’échelle là aussi chez les banquiers. Un nombre de projet de taille plus réduites (que les gros projets énergétiques) et plus diversifiés. Mais il faudrait encore que la banque centrale suive la tendance….avec plus de clairvoyance. J’ai souvent entendu dire par de brillants économistes que la banque centrale russes est plus dangereuse que les sanctions pour l’économie russe….C’est aussi presque la position de E. Primakov l’économiste ancien premier Ministre qui a sauvé en 98 99 l’économie russe en 8 mois!  Ce qui manque pour les entreprises c’est la liquidité; le système bancaire russe manque de tuyaux pour l’amener jusqu’au entreprises de tailles plus réduites et ainsi jouer à font les possibilités de développement. C’est dommage! Certains acteurs de marché disent aussi que c’est ce manque de liquidités qui poussent les entreprise à emprunter en devises d’où les mouvements sur le change lorsqu’ils doivent s’acquitter des remboursements (les chutes de cours de fin de mois!). Est-ce l’explication de la baisse du rouble ? C’est ce qui disent des traders qui sont sur les marchés en direct.

 

Certains y voient aussi les effets des spéculateurs amis de Monsieur Soros qui attaqueraient le rouble pour pousser l’action militaire de la Russie en Ukraine et ainsi obliger les pays occidentaux à venir au secours de leurs avoirs dans l’économie Ukrainienne, qui sont dans une situation désespérée car la faillite est proche? Une guerre mondiale pour ne pas accepter de s’être trompé sur ses placements…je trouve un peu osé d’y penser et j’ai personnellement du mal à croire à cette pression. Mais sait-on jamais jusqu’où peuvent aller la bêtise et l’appât du gain de certains? Comme aussi de ceux qui ne voient que les perspectives de ventes d’armes…On a vu sur les blogs grâce au travail des hackers et des donneurs d’alerte que les ukrainiens de Kiev ont passé des commandes (de Noël !!) et que les USA ont accepté de livrer des armes normalement interdites dans les accords internationaux. Certes ça fait désordre surtout qu’ils n’en avaient pas averti les partenaires de l’OTAN semble-t-il…Qui fait semblant : l’UE ou les US? Nous avons des «Veilleurs» et des donneurs d’alerte maintenant à travers le monde  qui sont vigilants et assurent une certaine transparence pour l’information.

 

Doit-on soumettre l’avenir de l’Europe au désir de brigands de la finance? Il est aussi vain de penser que ces spéculations si elles existent peuvent tout.  Surtout vis à vis d’un pays qui a comme la Russie les 5e réserves mondiales de change (devises et or), qui est loin d’être isolé.  Son plus proche partenaire la Chine, est aussi  celui qui dispose des premières réserves mondiales et de loin! Regarder la photo de famille a la fin du sommet de l’APEC : VVP est à droite de Xi Jinping…cherchez B. Obama? Sur le côté à gauche je crois. Qui connait la Chine et la Russie peut vous dire que c’est doublement symbolique.

 

Le ministre russe des finances chiffre à 80 milliards d’euros par an, les

pertes liées à cette chute de 30 % du prix du Brent et à 40 milliards les

pertes liées directement aux sanctions occidentales, que pensez-vous de ces

estimations ?

Il regarde un aspect des choses ce qui l’intéresse directement toute chose égale par ailleurs….c’est classique dans les approches à l’équilibre. Ce qui lui importe se sont les rentrées de son budget, les plus rapidement calculables.

Il reste que les finances publiques russes sont en bien meilleur état que celles des pays occidentaux que nous connaissons. Les encours de dettes sont de l’ordre de 10% du PIB et le budget est généralement équilibré…cette année peut-être avec moins de facilité ? Certes il y a de la marge! Je n’ose comparer avec nos économies. Alors si ça passe à 15% de dette…ils seront toujours bien loin des chiffres de 100% voir plus de beaucoup de pays d’Europe! Qui doit donner de leçon à qui sur ce plan ? Ceux qui ne connaissent pas les détails des statistiques comme toujours par facilité…rumeur, imitation!

 

La restructuration industrielle qui est en cours sera favorable à court et à long terme à la Russie…-elle pourrait l’être plus avec une banque centrale plus responsable-, on ne la chiffre pas ex ante à la louche dans le budget! Il faut des modélisations plus complexes pour donner une idée, c’est le type de travail effectué à l’IPEN RAN suivant différents scenarii. Mes collègues de cet institut (Institut de Prévisions de l’Economie Nationale de l‘Académies des Sciences de Russie) sont eux moins pessimistes que le Ministre des finances… Ils ont eu l’habitude des rumeurs et des prévisions fantaisistes qui plaisent aux élites internationales. En 1999 le FMI faisait pour la Russie une prévision de récession du PIB de -6,7%. Au final le PIB de 1999 enregistra une hausse de +7%. Certes l’Economie russe avait alors renoncé à l’aide du FMI et s’est débrouillée par elle-même. Cette mémoire en dit long.

Ce type d’exemple explique pourquoi les BRICS qui n’ont actuellement que 11% des droits de vote au sein du FMI ont maintenant décidé de créer leurs institutions propres et concurrentes. Ils n’ont plus d’espoir que les choses changent en interne…contrairement aux promesses depuis 2008 et au projet en cours depuis 2010. L’occident a ainsi progressivement mais volontairement perdu la confiance.

 

 

Poutine affirme que ce n’est pas “si grave”, que la Russie n’est que

“partiellement touchée” et que l’équilibre du marché du pétrole sera de

retour mi 2015″, comment analysez-vous ces déclarations ?

VVP n’est pas économiste mais il sait bien écouter ses conseillers. Pour le retour à l’équilibre du marché du pétrole, c’est un peu le constat aussi des pays de l’OPEP qui annoncent une stabilisation prochaine. De toute manière les plus touchés sont aussi le secteur du gaz de schiste aux US, les rentabilités s’effondrent et les terminaux gaziers construits ne peuvent plus être approvisionnés. On se pose d’ailleurs la question : la baisse du pétrole qui dans un certains sens est bien la conséquence des décisions de production (production identique alors que la demande baisse) pourraient être faite pour briser les cartels du gaz de schistes US et ne ciblerait pas uniquement l’Iran ou la Russie…je ne me prononce pas mais je connais le débat.

J’attire votre attention sur un point monétaire (qui est plus mon domaine). Globalement la Russie arrive à s’immuniser de cette baisse : elle vent du pétrole et du gaz en dollars et remplace immédiatement le dollar en or (il y a des experts qui se croient malins qui pensent que ce sont des fuites de capitaux! Pour acheter de l’or….je vous laisse conclure). Il bénéficie du dollar au plus haut (surévalué comme les titres US par rapport à leur fondamentaux?) et de l’or sous-évalué…et les réserves d’or s’entassent. La Russie et le Kazakhstan le font de façon visible. La Chine plus discrètement mais tout aussi surement. Ce d’autant qu’un marché de l’or en yuan vient d’être ouvert à Shanghai en septembre….il va y a voir ainsi des cotations indépendantes de celles de Londres et de New York!

Le résultat est que sur le dernier trimestre 93 tonnes d’or ont été vendues aux banques centrales dans le monde, les pays de l’Union eurasiatique que sont la Russie et le Kazakhstan ont acheté respectivement 55 et 28 tonnes chacun… En se débarrassant de leur dollars (fuites vous avez dit?)! La situation accélère la dédollarisation et les pays occidentaux vendent de l’or pour compenser et soutenir le dollar. Depuis 15 trimestres consécutifs les pays de BRIKCS (avec le K de Kazakhstan achètent de l’or… Les marchés financiers se développent à vitesse grand V en Chine en yuan assis sur de l’or! Plus de 30 pays ont des accords de swaps avec le yuan sans passer par le dollar…même notre banque de France a signé un mémorandum dans ce sens en juin. Mais chut….! On ne doit parler que de la baisse du rouble exprimé en euro et en dollar!

 

 

 

Que peut faire la Russie pour augmenter le cours de sa monnaie ? La Banque centrale doit-elle, selon vous, intervenir ? Quelles sont les options ?

Il y a 2 perspectives : d’une part la transformation du système monétaire international en un système polycentriste. Je pense que cette transformation est en cours. Ainsi l’expression du rouble en dollar ou euro va perdre de son sens  à moyen terme surtout si les échanges de la Russie continue à se transformer (sur un an, 30% de plus d’échange avec la Chine!) et avec les contrats signés (énergie et autres) on sait que le processus n’est pas réversible.

Laisser filer un peu le rouble comme je l’ai souligné est une bonne chose car il était surévalué et la baisse fait gagner des parts de marché extérieur.

Mais elle doit être maitrisée et contrôlée à court terme pour éviter des paniques spéculatives. On sait que le FMI n’hésite pas à revenir à ses textes fondateurs (§art 8 du FMI) et conseille maintenant aux économies faisant face à des attaques spéculatives de mette en œuvre des volets de contrôle des changes….DSK s’en était fait le promoteur en cas de nécessité. Nous ne somme plus à l’époque de M. Camdessus qui était ancré sur des dogmes incohérents avec les statuts même du FMI et qui a failli mettre l’institution elle même en faillite.

 

La Russie a un marché des capitaux plus ouverts et libéralisé que la Chine, qui a pu quant à elle par une moindre ouverture se protéger des contagions et de la crise de 1997 et de celle de 2008. Une stratégie cohérente et prudente serait pour la Russie de rétablir certains volets de contrôle de change. A cette heure la Russie n’a pas besoin de financiarisation à outrance. La France s’est développée jusqu’en 1987 avec des volets de contrôle des changes. Les 30 glorieuses comme la croissance Chinoise récente se sont déroulées dans un système avec des contrôles des changes. VVP a certains de ses conseillers proches qui ne manquent pas de lui dire ce que je vous dis là. Il doit craindre encore l’opinion internationale…et les cabales et les extrapolations …qui vont lui attribuer la reconstruction de l’union soviétique et en plus avec la Chine! On imagine le tableau avec le couteau entre les dents, publié dans nos média. Parallèlement le monde nous dit que les signes nazis ne sont que du «romantisme» de la jeunesse ukrainienne…signe de son envie d’Europe!!! Il faut une bonne dose de méconnaissance de l’histoire pour rentrer dans cette caricature.

 

  • Dans quelles mesures cette crise du rouble peut-elle avoir une incidence sur la France ? Cette crise peut-elle toucher l’économie européenne et française ? Les prix du gaz pourraient-ils augmenter (même si la chute du prix du pétrole les poussent à la baisse) ?

 

Elle a déjà une influence, et vous vous en doutez bien…moins d’importations en Russie ça fait moins d’exportations depuis l’Europe! Le secteur agroalimentaire en France est touché (eg porc) et en Allemagne c’est prêt de 20% d’exportations en moins pour les entreprise allemandes en Russie. Elles harcèlent Angela Merkel qui commencent a se trouver en difficulté au sein de son alliance politique de gouvernement.  Et en désaccord possible avec son Ministre des affaires étrangères ? L‘économie allemande qui ne peut plus se tourner vers un marché européen atone est frappée de plein fouet. Ses prévisions de croissance sont revues régulièrement à la baisse et le spectre de la récession est bien réel. L’Italie aussi est touchée gravement par la récession et la perte des marchés dans un moment très crucial. Les déclarations de Berlusconi rallié à une transition monétaire en attestent (une nouvelle monnaie parallèle à l’Euro qui ne resterait ainsi que comme une monnaie commune en Europe). Le pragmatisme risque de commander aux positions idéologiques à mesure que l’Europe s’enlise dans ses contradictions sur de nombreux plans (ici avec les relations avec la Russie et au delà).

Mais la crise institutionnelle est latente, sans compter la crise financière toujours due à des prises de risques sans mesure mais en toute protection des autorités et des gouvernements qui renflouent a chaque fois….le jeu est pervers…comme au casino. On sait que le prochain renflouement risque d’être impossible!

Pourra t on compter toujours sur les contribuables pour renflouer les Etats qui financent les banques ? Dans contribuable il y n’y a pas que « tribuable » ce que les bonnets rouges de l’ouest de la France semblent avoir bien intégré…

Quand à la France, vous savez bien que la désindustrialisation n’a pas attendu les sanctions russes. Elles nous donneront ainsi une bonne raisons d’expliquer…la situation : ce sera de la faute des russes ce sera pratique…et on brandira l’idéal de la démocratie et des droits de l’homme en oubliant Sirven, Ferguson et j’en passe avec les répressions régulière en Grèce….que des méchants d’un côté et que des gentils sur Maidan à Kiev!

L’épopée des Mistral nous montre combien nous nous tenons le doigt sur la couture du pantalon… nous savons suivre les sanctions plus qu’à la lettre avec zèle et extrapolation (les sanctions ne touchaient pas les contrats antérieurs – c’est ce qu’ont bien compris les entreprises américaines qui poursuivent leur coopération avec la Russie eg dans l’espace!).

Comme je vous l’ai dit aussi nombres d’entreprises françaises ont déjà des partenariats actifs avec des groupes russes, pour produire sur place a proximité du marché de consommation. Renault, Alstom, EDF, St Gobain, sans compter les distributeurs locaux Auchan, Leroy Merlin qui ont des perspectives importantes avec le développement des régions russes – le territoire est énorme- et le développement de l’Est du pays tout simplement stupéfiant. Le business qui intervient en Russie l’a bien compris… la tristesse, on la ressent pour notre pays qui ne sait comment réagir avec pragmatisme parce qu’on lui assène une idéologie qui n’est pas celle de l’identité française profonde, qu’on veut d’ailleurs aussi gommer au nom de valeurs uniformes que l’occident doit avoir (pour constituer un grand marché de consommation assuré pour les USA et leur sortie de crise): des droits de l‘homme à géométrie variables (Ferguson, Maidan, Lybie, Donbass ; Syrie ?) Qu’on se pose un peu plus la question…ou qu’on la pose à nos intellectuels médiatiques avec plus de fermeté.

 

La dernière partie de votre question est en effet bien pertinente, et ce serait un paradoxe mais malheureusement ce sera le cas certainement au vu des évolutions présentes.

Si le prix du pétrole baisse, le gaz devrait baisser. Dans un sens oui, et une partie du prix du gaz est indexé sur celui du pétrole… Mais la logique est un peu plus complexe, il n’y a pas que le marché car ce qui importe pour le gaz se sont les infrastructures de transport. Le marché du gaz est un marché régional en fait. C’est ce point qui est souvent traité en raccourci. Donc tout dépend des tuyaux! Renoncer à des tuyaux c’est renoncer au gaz pas cher….c’est pourtant le choix de l’Europe sans consulter ses populations. Elles seront mise devant le fait accompli «euro-démocratiquement», les experts ont parlé, ils savent mieux que le peuple.

 

On peut voir en effet l’énergie augmenter en France (c’est déjà le cas pour 2,4% d’accroissement de tarif pour EDF!) parce qu’il faut d’une part payer le gaz de l’Ukraine. Les russes refusent maintenant de la payer et la corruption en Ukraine est telle que comme à l’époque Eltsine en Russie, l’argent du FMI n’arrive pas où il devrait aller. C’est le cas aussi des aides pour les militaires ce qui explique qu’ils demandent des armes directement …ce fait démoralise les troupes de Kiev alors que le gouvernement leur impose des objectifs contraires au cesser le feu de Minsk, de regagner du terrain…la solution c’est alors de bombarder des civils. C’est plus facile quand moral et matériel manquent parce qu’ils ont été volés ailleurs.

L’énergie sera aussi plus chère en Europe car nous manqueront de réseau d’approvisionnement fiable…plus l’Ukraine en ponctionne sans payer et sans que la Russie n’en livre plus…moins on en a…

L’Europe ne peut pas faire autrement que payer pour l’énergie de l’Ukraine…elle est au pied du mur à moins de révéler le scandale et qu’un nouveau coup d’Etat ne soit organisé avec une dénazification et contrôle sur les oligarques qui se comportent en seigneurs de guerre. Ce serait révéler trop de choses gênantes…? Alors L’Europe préfère faire payer ses contribuables et l’énergie sera plus chère alors que le pétrole baisse !

 

Le gaz de Russie vient sans problème par North Steam, gazoduc ouvert il y a quelques année, fiable, il ne passe pas en Ukraine!. Le gazoduc qui passe par l’Ukraine lui n’est pas fiable, il est ponctionné et les ukrainiens qui ne paient pas et ne peuvent pas payer car ils sont volés par leurs élites…rien n’a changé ni en un an ni depuis 23 ans sur ce point! L’effet est que les européens doivent accepter de recevoir moins de gaz…tout en payant le gaz commandé. La situation va se crisper dans l’hiver. L’UE oblige des pays comme la Hongrie la Slovaquie la Bulgarie a faire ce que l’on appelle du «reverse flow» (en fait accepter de ne pas être livrés en quantités commandées….les pays râlent car l’UE ne prévoit pas de compensation monétaire (l’argent manque) ainsi l’énergie devenue plus rare va augmenter. Les gouvernements pourraient même être menacés de révolutions de couleur s’ils ne cèdent pas….les droits de l’homme sont en jeu une nouvelle fois!

La solution pour eux et ceux qui sont en bout de chaîne (Italie, France) serait de continuer la construction avec les russes de South Stream sur laquelle ils s’étaient tous engagés en 2012 – JP Chevènement avait assisté à la pose de la première pierre, ou plutôt du premier tuyau, en Russie au départ ! Le tracé contournait habilement l’Ukraine. Dans la situation présente et malgré les demandes de pays soucieux de leur sécurité énergétique à moyen terme, qui font face à des manifestations contre l’énergie chères qu’ils doivent réprimes avec force (Bulgarie)…l’UE commande au pays de renoncer à South Stream et les russes viennent d’entériner ce processus…: Point de dépenses superflues si vous pensez que vous êtes confortables pour votre demande d’énergie et que vous pouvez la payer plus cher!

L’ironie de la chose est que les russes viennent de conclure un accord avec la Turquie pour amplifier les flux de Blue Stream (gazoduc vers la Turquie) en compensation avec une option pour approvisionner la Grèce (enfin des voisins qui pensent à la misère de la population plus qu’à faire payer les créanciers, ça fait plaisir!). La presse en France s’est-elle étendue sur ces décisions récentes ? J’en serais surprise.

La Turquie toujours habile et inventive (les swaps pétrole contre or entre l’Iran et l’Inde passe par les banque turques) à la manœuvre pourra ainsi revendre a ses tarifs vers l’Europe d’une manière ou d’une autre, indépendamment en tant que médiateur avec l’Europe. Quand on regarde aussi les contrats d’approvisionnement signé à l’Est, on ne se fait pas de souci pour les débouchés du gaz russe, ni pour ses revenus d’exportations, ni à l’ouest ni à l’est dans ce panorama. Encore une fois l’Europe en est réduite à accepter et à suive des décisions supranationales dont la rationalité est en question. Est-ce une mise au pied du mur pour que la seule alternative soit pour l’Europe une guerre mondiale? Avec l’exemple des précédents suicides européens du XXe siècle on pourrait y penser. Et les media veillent d’ailleurs à exacerber la haine contre la Russie…et faire croire à son isolement…donc a sa fragilité…pour que l’Europe n’hésite pas a accepter l’engagement et la guerre comme un fait incontournable mais devant se conclure favorablement….contre plusieurs puissances nucléaires? Ne connait-on pas depuis des siècles cette propagande de guerre pour ne pas la reconnaitre dans les excès présents?

 

Quand aux promesses de gaz de schiste !…Avec une rentabilité d’exploitation en berne aux USA due à la baisse du pétrole les forages ont déjà diminué. Il y a aussi les infrastructures pas encore construites qu’il faudra bien amortir…Est-ce que véritablement on s’imagine que ce sera une source d’énergie compétitive pour l’Europe ? Et en plus avec un dollar au plus haut : double peine!! Qui peut sérieusement penser que les mêmes USA qui nous mettent sous un chantage politique aussi flagrant vont nous faire un cadeau industriel ? Je ne peux pas croire que ce soit le pari de personnes sensées, défendant les intérêts des européens et visant la stabilité en Europe. C’est tout simplement du cynisme.

 

Alors les énergies renouvelables, formidable moment et alternative ?…Oui, mais il faut une somme conséquente pour les mettre en œuvre à grande échelle rapidement et on sait déjà que le coût pour le consommateur sera  important du moins au début…Il y a en effet un enjeu de viabilité qui vaudrait le sacrifice initial. En même temps des emplois pourraient être à la clef ainsi et peut-être même un enthousiasme qui fait cruellement défaut au pays. Mais il faut pour cela du courage politique…Dans l’inertie ambiante…il semble que ce courage et l’élan manque. Le développement durable c’est d’abord le recyclage politique avant d’être celui des machines et de l’énergie. Une chose est certaine ce n’est pas une solution de court terme et encore moins pour cet hiver….l’option vélo et pull-over est plus sûre dans cette perspective. Mais au delà de la boutade…la contraction industrielle qui serait associée affole les entrepreneurs européens en Allemagne, en Italie et en France!

 

 

 

Comment peut-on se mettre ainsi une épine dans le pied tout seul ? Quand en Europe en plus de la crise économique venue des USA et de son modèle financiarisé que les banques occidentales ont copié avec zèle- on accepte de se couper de ses partenaires les pus prometteurs? Pour l’Europe, l’Eurasie est le tremplin vers le monde du XXI siècle vers l’est et l’Asie. Devons nous rester enlisés ? Paralysés parce des idiots dans des bureaux parisiens et bruxellois nous disent que l’Eurasie …c’est trop flou? Ainsi seront nous laissés comme des proies, dans l’affrontement et la guerre alors que les tournants économiques et la paix sont ailleurs. Je n’ai aucun doute à avoir sur le fait que les USA vont savoir le prendre à temps, eux, ce tournant, guerre ou pas guerre en Europe. L’inertie et la dépendance ont un coût que l’Europe va mesurer encore une fois…sans en tirer de leçon ?

 

Je suis désolée de perturber des certitudes qui rassurent mais je ne me fais aucune illusion sur les représentants de notre pays et je pense que la perspicacité de nos concitoyens est plus grande qu’ils ne le prétendent. Les enchaînements ne vont pas les surprendre quand ils auront connaissance des éléments qu’on s’évertue à leur dissimuler par des campagnes de propagandes proprement honteuses. Le réalisme est plus présent dans la population qu’auprès des élites qui quant à elles préfèrent dans la grande majorité rester par intérêt et mollesse dans le XXe siècle et ses conflits. La presse finira par apprendre à décrypter le réel que la population ressent de plus en plus et ainsi la démocratie ne sera plus accaparée. Du chemin encore…

Merci pour votre aide, pour nos enfants pour nos aînés aussi pour ce bout de chemin! Chacun peut y contribuer par civisme…et pour faire avancer l’espoir. A la France de l’Ouest comment parler autrement ? Et surtout un 2 décembre, quand on est française et patriote.

 

 

image à la une : je remercie Nicolas de cette photo d’un mécanisme de l’horlogerie bien approprié au sujet de ce billet.  Que ce 2 décembre porte Espoir et Succès!



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2014, 2 décembre). Pour un 2 décembre de résistance. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v6zy