Les raisons de la colère

 

 

2014-11-28

 

Depuis 2008, les BRICS ont suggéré, attendu, espéré des transformations de fond afin que le système monétaire et financier global puisse perdurer sans diffuser ses désordres aux économies mondiales… espoirs chaque fois déçus ! Le patron du FMI lors de la crise avait bien pris conscience des dérives récurrentes et il était favorable à la révision commune du cadre du système international. Il voulait développer l’utilisation des DTS (s’inspirant de la proposition de Bancor de Keynes) comme support des changes… mais il a été mis rapidement hors d’état de modifier quoi que ce soit. Peut être était-il le dernier keynésien dans l’âme de nos élites et  il  voulait vraiment sauver le système! Il croyait que c’était possible et que ça en valait la peine.

Dans le contexte contemporain de l’alternative qui se dessine, l’Europe comme les Etats Unis risquent de regretter de ne pas avoir fait confiance à DSK pour refonder ensemble avec les BRICS un système mondial commun.

Déception accusée encore lors du G20 d’Australie dernièrement. L’événement ne nous a fourni que des caricatures pour contourner le problème et l’enjeu. le constat est bien que l’économie internationale est réduite à des effets médiatiques inconséquents. L”Empire of Illusions” comme le souligne Chris Hedges dans son ouvrage qui porte en sous titre  «The End of Literacy and the Triumph of Spectacle».

Sous fond d’incantation du président américain B. Obama quant à l’ “American leadership“, l’actualisation des droits de vote au sein du FMI fut repoussée aux calendes grecques encore une fois, comme on pouvait s’y attendre. Les 5 membres des BRICS demeurent ainsi actuellement qu’avec 11% des droits de vote au FMI! Dire que la répartition actuelle des droits de vote n’a plus aucune signification économique, compte tenue du rapport de force des nations, est une évidence. C’est aussi le constat d’un rapport de force politique qui s’impose par l’inertie. L’Occident est tétanisé : des présidents «sous valium», des monnaies «sous morphine» ! Tout un environnement patologique avant même d’évoquer Ebola!

Les BRICS et leurs partenaires de l’ OSC (organisation de Shanghai) sont ainsi arrivés à la conclusion qu’ils devaient imaginer eux même une réponse viable : un système plus robuste capable de fonctionner en parallèle du système défaillant actuel et pouvant offrir suffisamment de flexibilité pour que l’adaptation soit possible progressivement. Il doit aussi s’attacher à offrir des flexibilités pour les entités qui voudraient en partie établir des relations économiques internationales dans ce nouveau cadre. Le difficulté sera de contenir les dynamiques d’auto-destruction occidentales en faisant apparaître des forces de développement économique et de paix pour contrer les frustrations. Tâche bien ardue, même avec l’aide du réel, dans un environnement occidental où penser le jeu à somme nulle est un postulat d’équilibre et l’équilibre une doxa.

 

I La refonte de l’ordre monétaire : le contexte

A un nouveau panorama des flux d’échange et de la géographie (1) répond aussi une transition dans l’ordre monétaire. Les BRICS et d’autres pays de l’OCS préparent à marche forcée une alternative monétaire pour fonder un système monétaire solide et indépendant de Wall Street du FMI et de la BRI (la Banque des règlements internationaux), en somme de l’ensemble des institutions qui symbolisent et assurent toujours le Consensus de Washington.

C’est un événement majeur depuis 1971 et l’instauration du «dollar standard» (étalon dollar). Un dollar détaché de l’or, assis sur sa propre crédibilité (son exceptionnalisme), s’est affirmé comme la monnaie internationale pour l’ensemble des échanges mondiaux et comme la réserves de valeurs pour les banques centrales du monde entier. Le dollar est la tête d’une armée monétaire et d’une juridiction extra- territoriale ; ile est le centre de la puissance américaine, la raison qui explique que tout est possible (dette infinie) aux Etats Unis et à ses décideurs.  L’affaire de l‘amende de BNP du printemps s’est chargée de nous le rappeler.

Cependant, la crise économique mondiale de 2008, au coeur du système financier occidental a parachevé une succession de crises majeures à la périphérie de ce systèmes. Elles ont montré comment les défaillances de la construction/déconstruction du système monétaire internationale, sa financiarisation dévoyée pesait sur l’économie réelle et les populations.

Avec en portefeuille près d’un tiers (des 6 milles milliards de dollars) de l’ensemble des titres émis par le gouvernement américain pour financer sa dette géante,  les 5 pays des BRICS peuvent légitimement prendre part au processus de refonte de l’ordre monétaire à un moment où rien ne tend à s’améliorer de lui même. S’ajoute à la crise économique et financières, l’instabilité de la finance qui rebondit, ses écueils de spéculations délétères mais aussi ses manipulations des cours et ses activités frauduleuses. Les multiplications des procès et des amendes en attestent. Les sanctions imposées à la cinquième puissance économique du monde (PPA), la Russie,  pour tenter de l’isoler et renverser son gouvernement, sapent encore plus directement la crédibilité de l’ordre financier et économique international. Ces sanctions commandent aux innovations. On connait bien la dynamique de l’innovation financière de contournement d’interdit, puis d’imitation.

Le projet de refonte a bien sûr été pensé de longue date entre les protagonistes mais la Russie a servi de déclencheur de la visibilité du processus. Point de surprise alors qu’elle focalise ainsi toute les fureurs du systèmes et de ses élites. Il n’est pas facile de devoir changer des habitudes prises depuis longtemps lorsqu’en plus, elles ont contribué à fonder des succès personnels. Dans le climat d’individualisme exacerbé de nos sociétés occidentales, ceux-ci permettaient d’ignorer les dysfonctionnements, les déséquilibres ainsi que la vie quotidienne des «sans dents» et tout simplement le Réel. Le modèle économique standard, avec ses caricature marketing de l’équilibre, les anticipations rationnelles et la fameuse efficience des marchés avait permis de fournir toutes les justifications nécessaires pour entériner la bonne conscience des maîtres de la gouvernance. Maîtres et disciples n’ont pas envi de s’adapter à une nouvelle partie…Grande fatigue du vieux monde!

II La refonte de l’ordre monétaire : les grandes lignes:

Comme la théorie de la monnaie l’enseigne, deux axes complémentaires sont concernés

1) La transformation de la monnaie d’échange internationale : Le moyens d’échange international, les dollars FOREX et les Bons du Trésor US, sources des « pétrodollars » peuvent être remplacés par des lettres de change, des effets de commerces, -ce sont certainement les plus anciens instruments financiers connus tant en Chine qu’en Europe-,  libellés en devises (hors du dollars en Yuan Chinois par exemple…comme le fait la banque russe VTB depuis 2010!) ils vont permettre d’acheter des énergies et d’autres biens commerciaux.

Transformation de la monnaie de réserve de valeur internationale : Le Dollars et les Bons du Trésor US (BT) sont des instruments de réserves en particulier pour les banques centrales. Les BT combinent aussi la fourniture d’un flux régulier de revenu ( taux d’intérêt à moyen ou long terme). Le système repose dans ce fonctionnement exclusivement sur la confiance dans l’économie américaine. Dans le système qui a commencé à fonctionner en parallèle, l’or et éventuellement d’autres métaux ou actifs tangibles est/seront le socle des réserves via les monnaies alignés sur eux (Yuan chinois en premier lieu). Ils représentent une confiance tangible. L’idée aussi est loin d’être révolutionnaire, c’est une convention immémoriale.

On peut imaginer que pourront être créées et introduites pour des institutions appropriées des supports financiers adaptés, des obligations ou bonds libellées en masse de métal (or, argent ou autre) ou en quantité de biens.  Celles-ci produiraient un intérêt versé en masse/quantités de biens et dont le principal sera remboursable en masse/quantité de biens. Il s’agirait d’obligations-réelles, bien différentes des obligations adossées à un collatéral or qui sont, elles, libellées en monnaie fiduciaire.

Dans le système dual qui en résulte, on va trouver à la fois la monnaie internationale traditionnelle, le dollar (d’autres aussi éventuellement comme l’Euro) assise sur la confiance virtuelle de la puissance américaine et d’autres devises assises sur des effets/supports réels (exemple le yuan chinois assis sur l’or) . Ils vont servir à régler les échanges internationaux et circuler en parallèle. La confiance des utilisateurs dans les devises se reflétera en temps réel dans le prix local de cette devise qui pourra être mesurée en mg d’or (ensuite d’autres référents pourront s’ajouter). Le dollar retrouvera ainsi une évaluation en référence à l’or comme avant 1971 en accords avec les décisions de Bretton Wood. La création d’un nouveau marché de l’or à Shanghaï qui est en cours de développement rapide depuis septembre 2014 et qui rend possible la cotation de contrat spot sur l’or en RMB permettra  d’établir des cotations en fonction de l’offre et de la demande sur la zone. Ce mécanisme va provoquer un tournant majeur qui révélera progressivement les prix (combien de temps ?) Ils pourront  via des arbitrages se propager aux marchés de Londres et de New York .  Actuellement les cotations y sont influencées par des manipulations qui conditionnent le fonctionnement des marchés de l’or tant à New York qu’à Londres….ainsi les prix y sont faux.

 

III La refonte de l’ordre monétaire : l’amorce

 

Au delà de la rhétorique de propagande anti-russe des pseudo-experts, il a pu être mis en évidence par des observateurs sérieux, – dont le plus approprié pour en parler, puisqu’il a sauvé l’économie russe en 8 mois de 98-99 du désastre promis par le FMI,  E. Primakov, – que les sanctions imposées à l’économie russe ont été sources de modifications structurelles importantes et favorables à l’économie russe. Cette transition affecte progressivement les modes de financements pour en corriger les caractères de fragilité et  de dépendance. Les changements de partenaires associées aux modifications des circuits des produits et des capitaux ont une autre conséquence, celle de promouvoir automatiquement et facilement les transactions hors du dollars. Les accords de swaps qui se sont généralisés entre partenaires et les activités en Yuan chinois (RMB) prennent de plus en plus d’importance au delà du cadre des relations avec la Russie. Ainsi la place de Singapour s’est mise très rapidement à cette transformation pour généraliser le Yuan chinois, la contagion aidant. Dans ce contexte il est aussi bon de souligner l’opportunisme de la place de Londres : on a assisté aux premiers émissions de titres d’Etat britannique en Renminbi.  Le Financial Times site les propos de Jan Dehn, un financier londonien qui a fait une déclaration fracassante:  I’ll eat my hat if the renminbi isn’t the strongest currency on the planet over the next 10 years.(Je mange mon chapeau si le renminbi n’est pas la plus forte devise de la planète dans les 10 prochaine année!).

Les contraintes de la réalité pousse à l’innovation et le pragmatisme agit. L’enseignement a pu être tiré des expériences des sanctions occidentales imposées à l’Iran (qui fait son entrée dans l’OSC en 2015).  Le régime de sanctions en Iran impose que les revenus d’exportations pétrolières iraniennes soient reçus sur des comptes en devises avec des limites sur les quantités de devises fortes que l’Iran peut recevoir. Mettre en place des échanges hors du dollar permet de contourner ces sanctions, mais ceci nécessite une organisation et des partenaires… l’Iran a réussi ainsi à éviter une crise de balance des paiements malgré les sanctions. On a pu ainsi encore une fois se rendre compte du biais des prévision du FMI (2). La raison de la résilience de l’Iran : son non isolement! Des échanges en or contre pétrole entre l’Inde et l’Iran via des swaps passés dans des banques turques, de même les échanges de produits contres pétrole ou or avec la Russie ont contribué à maintenir les relations d’échange du pays. L’Iran a ainsi pu réduire au minimum l’utilisation de devises tout en échangeant avec des partenaires des BRICS. Ainsi fut mené cette expérience à échelle réduite du processus en cours à grande échelle!

C’est ainsi qu’à grande échelle les accords bilatéraux de règlements hors du dollar se mettent en place entre les économies des BRICS et largement au delà. Chaque jour il y a de nouvelles annonces dans ce sens… Entre les BRICS et la Russie, ces accords se font  qui parallèlement avec le développement des relations économiques réelles et aux échanges pour se substituer aux produits européens.  Les règlements hors du dollar progressent ainsi vite. Quel contraste avec les attaques régulières avec effet de style convenu qui s’efforcent de décrire le pays comme isolé du monde en proie à des difficultés économiques qui le ramènent à l’époque de l’effondrement de l’union soviétique. Les observateurs comparent sans précaution l’histoire parce qu’ils connaissent mal et l’histoire et la réalité. Pour re-cadrer rapidement les imprudents : ils devraient savoir que l’URSS a du rapidement vendre son or à l’époque pour faire face à la chute des prix du pétrole ; aujourd’hui c’est l’inverse, la Russie achète de l’or (3). Autre erreur de casting : ils font mine d’ignorer que le pays est globalement un grand créancier du reste du monde, assis sur des réserves en devises et en or parmi les plus élevées du monde. Sa puissance d’endurance mais aussi de réaction et d’entrainement pourrait surprendre les suiveurs d’opinions médiatiques. Les plus perspicaces des observateurs ne seront pas étonnés d’apprendre que la Chine et la Russie ont au cours du 3ième trimestre de 2014 acheté de l’or en grande quantité ; la première l’a fait plus discrètement alors que la seconde, affichait ostensiblement ses achats La Russie a ajouté ainsi 55 tonnes d’or dans ses réserves en profitant des cours attractifs actuels. Le Kazakhstan partenaire de l’UEEA (union eurasiatique qui voit le jour au 1ier janvier 2015 et qui prolonge l’union douanière eurasiatique) suit la Russie avec 28 tonnes d’or achetées sur la même période (83 tonnes sur un total de 93 tonnes vendues aux banques centrales au 3e trimestre 2014 officiellement). C’est le quinzième trimestre consécutif d’achat net d’or par les banques centrales ; point besoin de souligner que les banques centrales qui achètent sont essentiellement celle des BRICS (ici BRICKS avec le Kazakhstan). Ces achats ont commencé massivement en 2009 suite à la crise.

L’accroissement de ces parts de réserves en or amorce la mécanique de la dédollarisation de l’économie mondiale (côté de la fonction de monnaie de réserve). La mécanique se combine avec  la dépolarisation des transactions commerciales (côté fonction monnaie d’échange)

La Russie a déjà établit un système de vente de l’énergie contre de l’or sans passer par le dollar sinon symboliquement pour un temps. La Russie reçoit toujours des paiements en dollars de certains de ses clients (Europe) et rapidement elle les revend (4) contre de l’or physique. D’ailleurs la croissance des réserves d’or russes suit le revenu des exportations de la Fédération de Russie, à chaque période. Cette stratégie permet de neutraliser quasi instantanément les effets de baisse du pétrole et de hausse du dollars face au rouble et ce qu’elle que soit leur origine.

Les spécialistes des marchés avancent que les occidentaux (d’autres aussi ?) dépensent beaucoup d’effort et de ressources pour manipuler les marchés : faire baisser le prix des hydrocarbures (rejouant l’effondrement de l’URSS ? Par naïveté).  En revanche les observateurs de marché soulignent que parallèlement à cette baisse du pétrole, des pressions s’exerceraient pour corriger les réalités économiques et faire monter le dollar. On augmente ainsi son pouvoir d’achat et sa crédibilité extérieure. Ceci maintient Wall Street à des niveaux qui rassurent. Les mêmes pressions sur le marché, en vendant de l’or contre du dollar, afin de maintenir artificiellement bas le prix de l’or.

Le constat est que les actifs tels que l’or ou les hydrocarbures sont ainsi sous-évalués et de dollar surévalué. La Russie vend l’énergie russe en échange de dollars artificiellement sur-évalué puis les échanger ensuite contre de l’or artificiellement sous-évalué. C’est un procédé qui neutralise les effets négatifs du pétrole bas conjugué au rouble faible par rapport au dollar. S’il y a manipulations, le procédé les neutralise également. Que dire ainsi de l’effet des sanctions : elles deviennent un boomerang avec effet de levier!

«En 2014, le président Russe Vladimir Poutine, à rouvert la fenêtre de convertibilité du dollar en or sans demander la permission de Washington» c’est ce que se permet de déclarer Bruno Paul sur son blog.  Telle est bien la raison de la colère mondiale.

La perspective ouverte est en effet, celle de la fin de l’étalon dollar qui régnait depuis 1971 sur l’ordre économique mondial. Cette histoire là, a bien, elle, une fin!

Dans ce système, les importations énergétiques mais aussi les biens importés de Chine ou d’ailleurs sont payés en fait, en bradant l’or en occident. Il n’y a en effet aucun doute à avoir sur la coopération de la Chine et des BRICKS dans ce processus. De multiples photos de famille en atteste tout au long des sommets mondiaux. On voit aussi combien les déclarations des partenaires sont coordonnées :

– Quand la Russie dit que la BCR pouvait utiliser l’or de ses réserves pour payer ses importations, elle provoque l’Occident et ses sanctions et attirent bien des partenaires qui de plus en plus, ont perdu confiance dans le dollar, support de dettes infinies.

– Quand la Chine annonce qu’elle cesse d’accroître ses réserves de devises et d’or libellés en dollars au vue du  déficit commercial croissant entre les États-Unis, elle signifie qu’elle ne vend plus ses marchandises contre des dollars. Techniquement, une fois qu’elle a reçu des dollars, elle les remplace par d’autres supports au sein de ses réserves (or par exemple).

Comme le stock d’or physique en possession de l’Occident n’est pas illimité, le processus de manipulation des cours (or et dollar) trouvera ses limites.

Certains suisses semblent l’avoir compris, le référendum qui approche en dira plus. L’initiative populaire fédérale “Sauvez l’or de la Suisse” sera soumise à la «votation» populaire le 30 novembre 2014. Elle requiert que la part de l’or dans les actifs de la Banque nationale soit portée à au moins 20%. L’or devra être inaliénable et entièrement stocké en Suisse.

Plus les prix de l’or et du pétrole contre le dollar tendent à être sous évalués, plus rapidement les réserves d’or occidentales se vident. Laissant «le roi nu»!

Laisser tomber, ne pas voir…ou ne pas oser réagir et demander de comptes quand la confiance à de bonne raison de ne pas régner c’est manquer à son devoir de responsabilité. Un acte de trahison de plus?

Quand à la production mondiale d’or, Le constat des spécialistes du secteur de l’or semble  sans appel : en 2014,  ils prévoient que la Russie sera le 2d producteur d’or au monde après la Chine et devant l’Australie

Les financiers vont vite comprendre le jeu qui est en train de se jouer, on commence à en voir certains en quête d’opportunités ,-et parce que les titres US sont excessivement chers par rapport aux fondamentaux-, être tentés finalement par le marché russe. Marché russe pourtant si étroit mais offrant les valorisations les plus attractives parmi les «émergents» compte tenu des fondamentaux….. La question, -“qui seront les «immergents»”? reste ouverte.

IV Perpectives

A l’étape initiale les pays fondateurs du nouveau système n’ont pas eu besoin de l’Occident pour mettre en route les échanges et le processus… C’est dans un second temps que les pays occidentaux qui pourront progressivement être intéressés pour poursuivre les relations économiques avec les pays des BRICKS et de l’OSC….déjà des mémorandi sur des accords de swaps donne le ton des intentions en Europe.

L’intérêt du processus est de permettre une adhésion doublement progressive (temps et quantité) ; cette flexibilité est censé juguler les risque de crises de systèmes et leur impact sur les relations réelles. Quand à la finance…elle devra sentir le vent!

Cette flexibilité a eu assez tôt un nom  : ‘L’Initiative Multipolaire de Résilience Stratégique” pour dire plus simplement et plus concrètement, c’est la main tendue vers l’Europe. Il s’agit là d’organiser et de réguler l’interface entre la zone dollar-yen et le reste du monde et de contenir le risque systémique. Chaque pays Européen pourra progresser à son rythme via des accords de swaps bilatéraux avec les partenaires fondateurs du nouvel ordre monétaire en se rapprochant des nouvelles institutions pour en respecter la logique coopérative. Evgenia Obitchkina (5) a résumé l’idée  « la multipolarité dans la diversité »!

Une main tendue….restera-t-elle longtemps si invisible pour l’Europe ?

 

 Notes:

(1) qui se ra décrit dans un chapitre consacré à l’Eurasie “Eurasie entre tourment occidental et tournant économique” d’un ouvrage en cours d’écriture, rassemblé par l’éditeur D. Pluvinage de Diallogue R

(2) Les communications du FMI début 2014 montraient que l’économie iranienne pourrait commencer à se stabiliser et même à croître de 1 à 2 % en 2014-15.  Les commentaires viennent après ceux d’une mission FMI précédente qui soulignait que les sanctions internationales avait décimé l’économie…! Que dire des avis du FMI sur la Russie maintenant et après l’erreur mémorable de 1999 (ils prévoyaient -7% et le résultat fut de +6,7% avec E. Primakov et ses équipes à la manoeuvre).

(3) il semble que l’idée avait circulé aussi dans les cercles d’économistes avant la chute de Gorbatchev.

(4) des experts “radoteurs” ne vont pas hésiter à dire qu’il y a là fuite de capitaux! Et oui ils osent tout…

(5) Obitchkina, « From the diplomacy of states to that of networks: powers and areas of interest », 3rd Euro-BRICS seminar, Cannes, 09/2012.  Sources :http://conscience-sociale.blogspot.ru/2013/08/vers-un-nouveau-systeme-monetaire.html



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2014, 28 novembre). Les raisons de la colère. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v6zx

Une réflexion sur « Les raisons de la colère »

Les commentaires sont fermés.