Artificialisation rime avec financiarisation

– Quelques réflexions pour un début de recherches en “cyndinique”- 

2014-10-17

Inondations à chaud et à froid       

Un communiqué de presse de Lundi 13 octobre 2014 envoyé par France Nature et Environnement  attire l’attention sur les Inondations qui ont eu lieu dans le Languedoc Roussillon depuis quelques semaines, dans la région de Montpellier en particulier. On nous annonce déjà que les coûts devront être supportés par la collectivité, les acteurs économiques et la population.  Pour résumer : les contribuables!

Des épisodes de fortes pluies sont habituelles pour le climat méditerranéen et influence le régime de cours d’eau. Nous avons appris cette réalité dans la classe de CE1 quand nous avions moins de10 ans! Il est surprenant que cette mémoire ancrée dans l’apprentissage géographique des premiers âges, notre ABC de la géographie à l’époque…soit ainsi oublié. Reste à savoir s’il est toujours enseigné?

Qu’il y ait des risques d’inondation quand il pleut beaucoup cela ne devrait pas trop surprendre ! Et par conséquent l’incertitude qui en découle devrait demander une attention spécifique dans la mise en place des aménagements des espaces. Si la diversité géographique et climatique qui véhicule des incertitudes diversifiées est traitée par une standardisation des espaces et des mentalités, la mauvaise surprise est au rendez vous. Pour l’ancien monde occitan, Montpellier a toujours été un «Pissadou»… Les experts et les élus ont eux aussi oublié leurs racines pour avoir cru que tout était possible pour maximiser flux financiers et flux électoraux.

Point besoin d’aller chercher des nouvelles contraintes extérieures comme l’influence du réchauffement climatique mais plutôt considérer avec attention notre façon d’aménager le territoire et aussi notre façon de penser.

«Un épisode méditerranéen est un phénomène produisant de très fortes pluies sur les plaines intérieures et littorales du pourtour méditerranéen. Des flux d’air chaud, chargés d’humidité et remontant de la Méditerranée, provoquent de violents orages du littoral au relief. Ils se produisent le plus souvent en automne, période où la mer Méditerranée est la plus chaude, bien qu’il ne s’agisse pas véritablement d’un facteur déterminant. Ces orages peuvent stationner sur un même endroit pendant plusieurs heures et déverser des quantités de pluie exceptionnelles, comme ces derniers jours à Montpellier»

Des choix et stratégies humaines sont à l’origine de fragilités nouvelles vis à vis des manifestations climatiques de la région mais aussi de leurs perceptions. L’exposition au risque augmente avec l’artificialisation mais aussi avec les transformations des mentalités des acteurs qui pensent pouvoir se détacher des réalités de terrain. C’est seulement quand la catastrophe survient que les média friands d’effets émotionnels interpellent les populations mais ceci se fait de façon ex-post.

Pourtant depuis toujours, les géographes tentent d’interpeller ex-ante les institutions et les élus. Ils questionnent l’artificialisation des sols et l’inadéquations de modèle mathématique venant des sciences de l’ingénieur auxquels serait attribué une expertise trop universelle. Les contextes et l’adaptation locale important dans la majorité des cas mais ils sont souvent oubliés face à des intérêts financiers.

La plus part du temps c’est là aussi qu’ex post que les abus sont dénoncés. Quand la catastrophe a eu lieu et que la justice cherche des responsables. Elle dévoile des abus dans les expertises et le suivi des dossiers et des risques mais aussi révèle les conflits d’intérêt au cœur qui ont des mécanismes mortifère.

 

Un constat salé

Ces dernières semaines le tribunal correctionnel des Sables-d’Olonne est appelé à juger une affaire en ce sens caricaturale. Il doit établir les responsabilités humaines dans la catastrophe liée au passage de la tempête Xynthia à la Faute sur Mer (Vendée), lors du. René Marratier, ancien maire de La Faute-sur-Mer et son ancienne adjointe à l’urbanisme, Françoise Babin ainsi que deux autres personnes physiques sont jugées depuis le 15 septembre, notamment pour “homicides involontaires». En 2010, 29 personnes ont péri après le passage de la tempête Xynthia qui a brisé  la digue de la Faute sur mer (quel nom prédestiné!). La mer a envahi un lotissement voisin nouvellement construit. Le maire de la Faute plaide pour sa défense sur un manque de «Culture du risque», reportant la faute sur les administrés qui avaient élu des responsables irresponsables et incompétents. Le procès doit se terminer le 17 octobre.

Le procureur de la République a requis quatre ans de prison, dont trois ferme, ainsi que 30 000 € d’amende, à l’encontre de l’ancien maire de La Faute-sur-Mer, René Marratier.et il a énuméré les fautes qu’il reproche à l’ancien maire :

– Les risques d’inondations et de fragilité de la digue ne pouvaient pas être ignorés.

– Pas de Dossier d’information sur les risques majeurs dans la commune.

– Pas d’information « biennale à la population ».

– Pas de diagnostic de vulnérabilité des habitations derrière la digue.

– Ni plan de secours ni plan communal de sauvegarde. Et pourtant Dieu sait qu’il était considéré comme fondamental.

– Des permis de construire non conformes validés.

– Ne pas avoir informé Philippe Babin, responsable de la digue, également prévenu dans le procès, de l’alerte orange puis rouge.

Derrière cette succession de laxismes se révèle un mécanisme de conflit d’intérêt , – jolie vocable destiné à remplacer celui de corruption-, bien orchestré.

Le procureur a requis trois ans de prison dont deux ferme et 50 000 euros d’amende pour Françoise Babin, l’ancienne première adjointe en charge de l’urbanisme. Et aussi trois ans de prison, dont un an ferme et 50 000 euros d’amende à l’encontre de son fils Philippe Babin. Cet agent immobilier était président d’une association tenue d’entretenir une digue censée protéger les lotissements de la cuvette contre les risques d’inondation.

La famille Babin proche du maire avait des intérêts bien compris à La Faute-sur-Mer ; le procureur souligne qu’elle «a été au summum du mélange des genres»,«propriétaire de terrains»,«vendeuse de terrains»,«gérante d’une agence immobilière»,«présidente de la commission d’urbanisme». Le procureur n’a requis en revanche qu’un an avec sursis et 5 000 euros d’amende à l’égard d’Alain Jacobsoone, un fonctionnaire de l’Etat qui n’avait pas prévenu le maire des risques graves de la tempête alors que le Préfet le lui aurait demandé. Un autre prévenu, Patrick Maslin, également ancien élu de l’équipe de René Marratier, est décédé fin septembre… Le procureur de la république a requis cependant 150 000 € d’amende à l’encontre des deux sociétés d’immobilier et de construction qui étaient gérées par le défunt Patrick Maslin.

L’Avif (Association des victimes des inondations de la Faute-sur-Mer), partie civile dans ce dossier a exprimé sa satisfaction. «Procès exemplaire demande de peine exemplaire» a souligné le président de l’association Renaud Pinoit.

Tous sont dans l’attente du verdict. Le procureur estime en particulier que « l’appât du gain doit être aussi pris en compte dans la décision ».

Pour en revenir aux événements récents dans l’Hérault. Ces inondations font suite aux événements de la nuit du 17 au 18 septembre, où 4 personnes ont trouvé la mort dans l’inondation d’un camping à Lamalou-les-Bains également dans l’Hérault. La rapidité des secours dans l’agglomération de Montpellier a pour l’instant permis d’éviter plus de drames. Mais selon la caisse centrale de réassurance, les dommages matériels causés par les inondations de fin septembre dans la région de Montpellier sont déjà estimés entre 100 et 200 millions d’euros…et elle ne compte pas les dégâts d’octobre. Denez L’Hostis , président de France Nature Environnement réagit en évoquant le procès des Sables d’Olonnes et interpèle les autorités publiques: «Les élus ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas. Une gare nouvelle en pleine zone inondable est ainsi envisagée à Montpellier d’ici 2017. Il faut sortir de cette fuite en avant et ne plus construire en zone inondable. Rappelons qu’en 2011, 18,5 millions de français étaient exposés au risque inondation, qui demeure le premier risque naturel en France. Le procès Xynthia, actuellement en cours, démontre une fois de plus la négligence de l’Etat face à ce type de risque ».

 

Les géographes parlent-ils dans le néant ?

Il y a à peine un peu plus d’un an,  Nancy Meschinet de Richemond (Maître de conférences-HDR, UMR GRED à l’Université Paul-Valéry de Montpellier III et IRD) présentait à un public Montpelliérain, au Café Riche une discussion sur «les inondations méditerranéennes d’hier à aujourd’hui : dégâts et sinistrés».

Elle avait choisit de reposer le problème des inondations dans le temps long en rapportant que L’Observatoire des risques naturels en Languedoc-Roussillon avait dressé un bilan des victimes des inondations depuis 100 ans :

« on note 7 évènements majeurs en Languedoc-Roussillon : 1907, 1933, 1940, 1958, 1999, 2002 et 2003, auxquels on pourrait ajouter 1988 pour la ville de Nîmes. A chaque fois, les pluies dépassent 400 mm/jour sur plusieurs centaines de km² voire près de 2 000 km² comme en septembre 2002. Les dégâts sont toujours très impressionnants et le nombre de tués significatifs (35 victimes dans l’Aude et les Pyrénées Orientales en 1999, 23 victimes dans le Gard en 2002) ».

Elle faisait aussi observer que dans le temps, la vulnérabilité face aux inondations augmente et change de nature. D’une part les effets des inondations sont souvent amplifiés par les aménagements : l’urbanisation, l’implantation d’activités industrielles et commerciales, l’imperméabilisation des sols, la réduction de la capacité de rétention naturelle des sols. En zone rurale la suppression des haies et des forêts, notamment sur des terrains en pente, réduit cette capacité naturelle des sols. D’autre part, la perception des risques et des effets indirects associés a aussi été bouleversée. Les autorités publiques et les populations sont passées d’une perception globale et empirique des risques, intégrés à l’histoire locale et assumés dans les habitudes collectives, à une exigence d’une maîtrise absolue des catastrophes.

Que nous révèle l’observation de la géographe : la société est passée d’une gestion culturelle des risques d’inondations à un principe d’exigence d’assurance. A l’origine de cette illusion anthropologique se trouve la détermination à croire que l’humain est en mesure de contrôler la nature : le déni de l’incertitude.

 

Premiers pas en sciences «Cindyniques»

Au milieu des années quatre vingt-dix nous avions, Nancy Meschinet de Richemond et moi même, organisé un séminaire de recherche pour les étudiants de l’EHESS – département des études doctorales, Recherches comparatives sur le développement-, où nous mettions en œuvre un parallèle entre les risques environnementaux liés aux inondations et les risques financiers… Je défendais l’observation que la croyance en l’efficience des marchés chère aux économistes standards portait en soi une forme d’incertitude et véhiculait un risque de système majeur. Somme toute tant en géographie qu’en économie, il s’agissait d’histoire de flux plus ou moins bien contraints, contrôlés et contrôlables….et de mentalités mises en forme pour assurer l’oubli à répétition de l’incertitude.

Nancy avait illustré avec brio la proximité de nos analyses par la catastrophe du Titanic : L’idée que des enchaînements d’effets non anticipés peuvent être à l’origine de drame. Ceux-ci peuvent servir à renverser des dogmes et des assurances établis dans un univers de mentalité régi par l’arrogance de la supériorité scientifique que des élites irresponsables clament à tout bout de champ.

La crise asiatique et la crise de 2008 se sont chargées d’apporter les témoignages dans l’ordre de l’économie de cette mise en parallèle scientifique.

Depuis, les chemins de Nancy et moi-même se sont séparés institutionnellement et géographiquement. Mais je suis sûre que cette expérience d’échange est restée vive….peut être nous hante-t-elle encore à distance et a-t-elle fait murir en nous la réflexion ?

En 2012, Nancy Meschinet de Richemond a présenté un mémoire HDR à l’Université de Montpellier III où elle a consacré son temps à former des milliers d’étudiants à la géographie. «Risques, crises et territoires : réflexions géographiques et historiques sur les cyndiniques» tel était le sujet de sa réflexion qui corroborait une démarche de recherche amorcée avec sa thèse sur les inondations. Cette thèse a été effectuée sous la direction du Professeur Robert Vivian, bien trop rapidement décédé.

Nancy avait ainsi trouvé le vocabulaire propice : ce mot  de “Cindynique” venu du grec Kindunos (Danger). Les Cindyniques représentent ainsi des approches scientifiques du danger qui tentent d’en apporter une conceptualisation. Elles visent à faire mieux connaître et mieux analyser de manière globale et locale, le risque, le danger ou  la crise. L’expression est à relier à un épisode qui date de 1987. A Paris, plus de mille cinq cents spécialistes du risque, venus du monde entier se sont réunis à l’U.N.E.S.C.O. Et ils ont constaté que leurs démarches avaient des grandes parentés. Une discipline au carrefour des sciences exactes et des sciences humaines venait de voir le jour : les Cindyniques, ou sciences du danger.

 

Cyndiniques en économie

En science économique, l’approche cyndinique a été ouverte par au moins deux économistes, le britannique J.M. Keynes et l’américain F. Knight à l’origine d’école de pensée diamétralement opposées.  Ils ont symétriquement proposé dans leur publication respective (cf. biblio) de 1921, le concept d’incertitude radicale. Cette notion est devenue depuis chère à la littérature hétérodoxe mais à été laissé de côté par les approches plus standards et orthodoxes. Ces dernières firent une large place au principe des anticipations rationnelles qui pose un a priori de certitude qui peut être considéré comme le strict opposé de la conception de l’incertitude radicale. Actuellement c’est dans la lignée des travaux de l’école française des conventions qu’en économie est privilégiée la conception de l’incertitude radicale. Un juste retour des choses si l’on considère que l’inspirateur (on peut proposer cette hypothèse cohérente) des travaux de 1921 pourrait bien être Henri Poincaré, la mathématicien et philosophe français mort en 1912.

H. Poincaré écrivait, en 1908 dans son ouvrage Science et méthode:

Une cause très petite, qui nous échappe, détermine un effet considérable que nous ne pouvons pas ne pas voir, et alors nous disons que cet effet est dû au hasard. Si nous connaissions exactement les lois de la nature et la situation de l’univers à l’instant initial, nous pourrions prédire exactement la situation de ce même univers à un instant ultérieur. Mais, lors même que les lois naturelles n’auraient plus de secret pour nous, nous ne pourrons connaître la situation initiale qu’approximativement. Si cela nous permet de prévoir la situation ultérieure avec la même approximation, c’est que tout ce qu’il nous faut, nous disons que le phénomène a été prévu, qu’il est régi par des lois; mais il n’en est pas toujours ainsi, il peut arriver que de petites différences dans les conditions initiales en engendrent de très grandes dans les phénomènes finaux; une petite erreur sur les premières produirait une erreur énorme sur les derniers. La prédiction devient impossible et nous avons le phénomène fortuit. [pp. 68-69]

Une contribution publiée Ianik Marcil sous le titre “Incertitude radicale: hommage à Poincaré “pour le centenaire de la mort d’H. Poincaré, explique que si en théorie nous pouvons calculer la vitesse et la trajectoire de notre boule de pétanque à partir d’une mesure adéquate des conditions initiales, en pratique cela sera souvent impossible. H. Poincaré a montré qu’un système parfaitement déterministe (dont le comportement n’est pas soumis au hasard) peut suivre une trajectoire qui varie énormément en fonction de toutes petites variations dans les conditions initiales. Ce constat ne relève pas d’une incapacité technique et n’est pas réductible à un problème pratique, c’est une démonstration théorique. On a depuis parfois résumé l’idée dans le principe dit de « sensibilité aux conditions initiales. La thèse de H. Poincaré anéantit complètement notre capacité à prévoir l’évolution de tout système relativement complexe.  Henri Poincaré, a produit une réflexion qui a fortement marqué le développement des mathématiques pures et appliquées de la deuxième moitié du 20e siècle. Il est l’inspirateur du courant de l’approche de la viabilité qui pourrait inspirer l’économie du XXIième siècle avec profit. Cette motivation est au centre des préoccupations de ce blog Viableco.

Dans les pages des billets publiés depuis sa création, je n’ai cessé de témoigner combien la standardisation, l’uniformisation de la modélisation de l’économie standard traduisent un défaut crucial de prise ne compte de l’importance des contextes et du réel sujet à l’incertitude radicale. C’est une erreur de méthode en économie mais il semble aussi en géographie de laisser libre cours à ces simplifications inadéquates. Elles n’aboutissent qu’à ouvrir le champs de la duplicité, de l’imposture en alimentant la mystification des sciences à des fins idéologiques.

Des acteurs économique qui seraient de simples individus ne régissant qu’à des impulsions monétaires et marchandes ne sont pas en mesure de prendre des responsabilités dans le temps long, ni même de mettre en œuvre des coordinations cohérentes d’actions  et de s’adapter aux aléas. Ce sont des proies facile pour l’incertitude s’ils prennent l’habitude de la nier (inondations, crises). Les défaillances des systèmes bancaires et financiers dans la crise majeures de 2008 ont rendu compte des paralysies de comportements d’acteurs englués dans les justifications du système financiers qui venait de faillir. Ils ont déclenché des désordres économiques parmi les plus importants de l’histoire économique et des drames sociaux à grande échelle. Par d’habiles transferts de responsabilité, -d’une justification délicate selon les principe concurrentiels devant régir le cadre efficient des marchés-, contribuables et budgets publics portent jusqu’à présent la charge des erreurs des protagonistes. C’est une injustice majeure et une captation de rente sur la société. Celle-ci se fait au profit de minorités sans scrupule en collusion avec des milieux où la corruption se pratique ouvertement et dissimule l’incompétence. Ce phénomène est la réplique à grande échelle des vicissitudes des collectivités locales face au risque d’inondations… Dans le procès Xynthia l’avocat du maire de la Faute sur mer : avait mis en avant l’«absence de culture des risques» pour dissimuler le conflit d’intérêt criants. Devons nous aussi nous attendre en tant qu’économiste à lire dans les écrits des experts et des professionnels collaborateurs l’excuse du «manque de culture des risques»?

la résistances scientifique requiert de ne pas être dupes des conflits d’intérêts également en jeu : ils visent à assurer l’emprise sur toutes les relations économiques globalisées pour préserver la rente de l’hégémonie monétaire et financière. La fin de l’histoire et le monde unipolaire  sont des supercheries scientifiques multiples. 

Au delà des problèmes de méthodologie scientifique se greffent des conditionnements de la société pour anesthésier ses défenses critiques : une nouvelle aliénation assez anticipée par la science fiction et ses penseurs dont George Orwell qui n’a eu de cesse de défendre la préservation du sens essentiel de la décence (the essential sense of decence ) au sein de la société comme le symbole des liens fondamentaux (common décence). Ne nous trompons pas sur le glissement de sens en français de cette expression dont le manque au coeur de nos sociétés jaillit avec force dans la réalité de l’Europe de 2014. Chez l’auteur de 1984, la notion garde le sens le plus commun qu’il pouvait avoir dans la philosophie médiévale, ou celui de d’honnêteté, au sens du Grand Siècle. Certains commentateurs, comme Sébastien Lapaque osait évoquer l’ « honnêteté ordinaire » celle de d’instinct héréditaire du bien que des élites intellectuelles politiques et économiques auto-centrés ne peuvent imaginer faute d’expérience. Ceux sont les mêmes qui pour cette même raison ne sont pas en mesure de comprendre la force inspiratrice du philosophe montpelliérain, Jean-Claude Michéa.

L’hypothèse d’une transition anthropologique construite

La connaissance géographique montre aussi que la vulnérabilité du territoire est fortement influencée par la connaissance et la culture du risque de la population. «En effet, plus les connaissances des habitants concernant les risques auxquels ils sont soumis sont grandes, plus ils seront aptes à éviter de se mettre dans des situations dangereuses et à réagir correctement lors de la survenance d’un phénomène dangereux» C’est ce que soulignait Nancy Meschinet de Richemont au Café Riche en 2013. L’expérience géographique nous montre donc que l’ancrage local, la mémoire et la culture assure plus de résilience vis à vis des risques, moins d’émotion (moins de surprise), plus de sérénité donc et de capacité de les maîtriser.

Cette observation rentre en contradiction avec les orientations prônées par les élites de la pensée qui se vouent à prôner une transformation de notre société en profondeur pour la désaliéner de ses penchants hérités. C’est au nom de l’égalité homme-femme que l’anthropologue Françoise Héritier, détentrice d’une chaise dans la plus savante de nos institutions, le Collège de France, appelle à

« lutter individuellement et collectivement contre les privilèges d’une pensée acquise à partir des observations faites par nos lointains ancêtres et réitérées depuis. » (Cf. Masculin/Féminin II, dissoudre la hiérarchie, Tome II, p. 15)

Elle en vient à récuser toute culture ou antériorité parce qu’elle aurait la prétention de dominer l’humain et le contraindre. Sa logique commande de s’extraire de penser l’humain et ses rapports à la nature immergé dans les conscience par un long processus de dépendance du chemin : tout penseur antérieur est un penseur aliéné par des croyances culturelles qui nous ont précédés et qui ne peuvent être que désuètes et archaïques. Il faut déconstruire la pensée qui n’est que culturelle, s’en affranchir, la rejeter. L’humain qui domine déjà la nature par la maîtrise de la procréation artificielle se doit de s’affranchir de tout hystérésis culturelle. En pensant mettre la pensée en mouvement vers le progrès, l’anthropologue l’enferme dans une idéologie de la finitude. Elle trace ainsi le modèle de penser d’élites contemporaines arrogantes, détachées des territoires des peuples et de ses liens. Elle croit libérer mais elle enferme. L’idéologie de la fin de l’histoire propose une justification de l’état de fait d’un monde régi par le néolibéralisme.  La rhétorique de l’absence d’alternative s’alimente de cette justification et impose une soumission autoritaire avec des relents néocolonialistes aux populations assujetties (Grèce, Portugal, Espagne mais aussi Moldavie, Ukraine…et bien d’autres à venir). Les élites contemporaines engluées dans les conflits d’intérêts ne cessent d’articuler les facettes de ce discours en termes de convergence obligée et de nécessaire flexibilité. Elles s’accordent pour ne voir dans la réalité des sociétés et des principes sociaux,- acquis dans le temps de l’expérience et de l’histoire avec ses luttes-, qu’un objet perverti, une culture et une identité archaïque. Elles puisent cette arrogance dans une science qui se croirait capable de vaincre les désordres naturels et dans une anthropologie justifiant l’hédonisme individualiste comme instrument de la libération des «chaînes culturelles».

La catastrophe quelle qu’elle soit est perçue comme une intruse qui n’aurait jamais du être, une impensée… déni et transfert de responsabilité seront les réponses de cette imposture. Cette perception bloque les capacités à anticiper et à vivre dans le milieu naturel de notre société… Elle suit une idéologie de l’artificialisation poussée à son terme. Dans l’intervalle la société est exposée de plus en plus à des risques d’incohérences et d’impuissances à mesure que l’empire de cette perception s’étend dans tous les ordres du jugement, de l’évaluation et de compréhensions des mécanismes. Les imposteurs développe des pathologies autodestructrices comme le souligne Roland Gori,  psychanalyste et professeur de psychopathologie clinique à l’Université Aix-Marseille.

La croyance dans l’omnipuissance des mécanismes d’assurance et de leurs techniques procède de cette certitude fantasmée quant aux possibilités de libération vis à vis de la nature et de ses contraintes. Cette évolution a une double conséquence délétère : d’une part, elle provoque une déresponsabilisation de fait de toute la chaîne de acteurs qui se pensent assurés et protégés et d’autre part elle se fonde sur une illusion : la croyance en la parfaite maîtrise technique des risques. L’humain serait ainsi en mesure de maîtriser parfaitement la nature, grâce à une supériorité sans cesse réaffirmée. La normalisations et le contrôle strict par les experts adoubés servent d’instruments institutionnels de a mis en application de la domination. Les anthropologues dont les propos sont souvent trop rapidement généralisés alors qu’ils n’ont travaillé que sur des populations microscopiques entre dans la panorama pour en justifier le mouvement. Cette posture fait la parte belle au relativisme, à un être humain vagabond sommé de se déconnecter de ses ancrages culturels s’il veut aboutir à une sage maîtrise des risques. Si l’égalité homme femme chère à Françoise Héritier doit procéder de cette mise à plat salvatrice, quid de l’incertitude qui ne manquera pas de suivre ? Il suffit d’extrapoler un peu pour comprendre que sa quête absolue de libération et de justice gommera du panorama tout discours sur l’incertitude et toute capacité à la maitriser ou bien nous sommera de nous y adapter “sans faire d’Histoire”.  Elle s’efforce de nous faire croire, – sans véritable preuve-, que l’humain domine la nature…une fois pour toute comme dans un rêve de «fin de l’histoire,», un nouveau suicide…puisqu’il y est aussi question de “Dernier homme“. Notre drame est anthropologique comme nos inondations aussi!  Cette doxa de la désaliénation vis à vis du culturel par la technique rejoint celle de la «fin de l’histoire» chère au tenant du monde inertiel que nous dénonçons régulièrement dans la sphère économique dans ce blog.

Le vrai archaïsme est bien celui d’avoir pu penser que le Titanic était insubmersible… Des experts là encore croyaient et affirmaient que la société d’alors ne pouvait qu’avoir la maîtrise parfaite de la technique… H. Poincaré venait de mourir une nouvelle fois! Les protagonistes de l’efficience des marchés, nos modélisateurs de la finance ou de la sociétés  partagent la même arrogance que celles des promoteurs immobiliers de la Faute sur mer…  Un même archaïsme!

 

La diversité comme organisation anti-fragile

De ces premières réflexions de cyndiniques, des enseignements de politique économique peuvent être tirés, ils englobent un mouvement d’analyse qui va de l’aménagement du territoire local à l’aménagement des systèmes monétaires et financiers.

Dans le local,  réflexion permet de re-cadrer les proposition progressistes qui ne manquent pas d’être faites : Il est question d’ intégrer la réalité météorologique en région méditerranéenne (une contrainte!), associée à des objectifs d’aménagement du territoire. Les acteurs décisionnaires devraient tout faire pour limiter l’artificialisation du territoire et aboutir à «zéro artificialisation nette» (quelle mesure ?). A chaque mètre carré imperméabilisé devrait correspondre un autre qui ne l’est plus… Le combat contre l’artificialisation est certes une bonne prise de conscience, mais on imagine mal la surveillance bureaucratique nécessité. Ce qu’on imagine en revanche très bien est combien l’idée pourrait attirer l’attention et les ardeurs de nos maîtres bureaucrates bruxellois en quêtes de justifications permanentes. Ces normes seraient-elles plus pertinentes que la réglementation sur la courbure des bananes ?… Une course vers l’action parfaite ou le système réglementaire parfait est vaine et s’enferme dans l’idéologie de la maitrise parfaite et possible du vivant et de la nature….On y revient au détour de bonnes intentions… (Le diable est dans le détail!). Une bureaucratie encore plus complexe ne pourra pas plus stopper les intérêts de ceux pour qui construire, c’est gagner de l’argent ou de nouveaux contribuables dans le déni des risques.  Elle pourrait même se nourrir de ces conflits d’intérêt et de son orchestration à des fin de justification d’elle-même… Fermer les yeux par principe d’inertie est un modus vivendi bureaucratique qui assure une stabilité individuelle dans un système bureaucratique. Ce type de proposition ne peut qu’aboutira à déresponsabiliser les acteurs et surtout à noyer la parole dans la norme et l’omerta. Encore un retour nécessaire à la «Voice» que réclamait déjà en 1970,  Albert O. Hirschman.

C’est plus la recherche de compromis viable avec des recours possibles via des donneurs d’alerte que la question peut être gérée. Ces donneurs d’alertes locaux, -à l’image des donneurs d’alerte emblématiques comme Edward Snowden ou Udo Ulfkotte -, peuvent s’inscrire dans la culture des territoires et la mémoire… Une société valorisant la culture, ses racines et surtout le courage de dire et de faire dissonance garderait ses marges de diversité et se préserverait mieux des risques.

Ces sont par les jeux des différences que le système peut être plus solide en parant les a-coûts (pilotage viable). L’uniformisation, la conception globalisante et universelle sont autant de sources de fragilité. Les empires intellectuels comme les autres empires sont plus fragiles que les espaces multipolaires. Anti-fragile est le terme mis en exergue par Nassim Nicholas Taleb dans son dernier ouvrage. Ce slogan reprend les effets de communication populaires dans la société russe  «anti -crises» en 2009 et actuellement «anti-sanctions» qui traduisent à chaque fois la volonté d’affirmer une réponse collective aux problèmes auxquels le pays est confronté… A l’opposé nos élites occidentales s’enferment dans une rhétorique “pro-war” que porte nos media en fidèles “chiens de gardes”. Quelle caricature!

N. Taleb avance que la diversité est toujours et partout un système plus robuste que l’uniformisation. La fragilité vient de l’uniformisation qui sous-tend la certitude d’utopies idéologiques, lesquelles se brisent dès qu’il y a une faille et sous l’emprise du stress et de la panique. Pour  N. Taleb tant le système communiste que le capitalisme financier qui tente de régir nos sociétés occidentales selon une méthode universelle, ont été des systèmes fragiles. Il a largement alerté avec raison tant en professionnel de la finance qu’en théoricien sur le thème de l’incertitude non maitrisée (ouvrage le Cygne Noir) dans le système financier, pour que son analyse soit prise en compte. A grande échelle, il souligne que les empires sont fragiles et que le retour à des polarités plurielles dans le monde est une perspective anti-fragile. La période des effondrements idéologiques ouvrent des espaces de chaos et des ruines, d’où sortent des acteurs capables de faire adopter des principes d’action pour faire ré-émerger les potentiels humains et préserver la vie. Il ne croit pas que la vie accepte le suicide. L’artificialisation totale comme la financiarisation totale dont la première est une autre forme de suicide biologique et la second une forme de suicide économique seront vaincus.

Combien sont à propos ses réflexions! Elles ouvrent sur les valeurs de la diversité dans les transformations mondiales contemporaines. Elles soutiennent les espoirs ouverts par le monde multipolaire que nous voyons s’affirmer sous nos yeux.

 

Bibliographie

Dagorne, Andrée, Dras René (2005), Les risques naturels : la cyndinique, Que sais-je ? N°3533, Presses Universitaires de France, Paris.

Dupuy Jean-Pierre (2012), Sorti de l’éco-mystification, Flammariom, Paris, pp. 291.

Héritier Françoise (2002) Masculin/Féminin II, dissoudre la hiérarchie, Odile Jacob Paris

Gori Roland (2013), La fabrique des imposteurs,  Editions Des Liens qui libèrent, Paris.

Keynes John Meynard (1921), Treatise on probability

Kervern Georges-Yves, Philippe, Cyndiniques: Concepts et modes d’emploi, Economica, Paris, 2007, Collection “Cindyniques – Sciences du danger”

Knight Franck (1921), Risk, uncertainty and profit, Houghton Mifflin Company, New York.

Meschinet de Richemond, Nancy (2012), Risques, crises et territoires : réflexions géographiques et historiques sur les cyndiniques, mémoire HDR Montpellier III.

Pottier Nathalie, Veyret Yvette, Meschinet de Richemont Nancy, Hubert Gilles, Reliant Claire, Dubois-Maury Jocelyne (2004) – Evaluation de la politique publique de prévention des risques naturels, In Risques naturels et aménagement en Europe, ss. Dir. Veyret Yvette, Garry Gérald, Meschinet de Richemont Nancy, Armand Colin, Paris, pp. 46-67

Reghezza Magali (2006), Reflexions autour de la vulnérabilité métropolitaine: la métropole parisienne face au risque de crues centennales, Thèse de doctorat de géographie Université de Paris X Nanterre.

Poincaré, Henri (1908), Science et méthode, Paris, Ernest Flammarion, 1922, p. 68-9

Taleb, Nassim Nicholas(2008) Le cygne noir. La puissance de l’imprévisible,Les Belles Lettres, trad française 2008, 400 p

Taleb, Nassim Nicholas (2014), Antifragile: Things That Gain from Disorder, Random House Trade Paperbacks, 544p.