Recherche : ligne d’horizon

 

2014-10-14

Regarder avec attention le programme officiel de la recherche en Europe soulève des questions complexes. L’honnêteté intellectuelle requiert du chercheur qu’il s’interroge ainsi et exerce sa responsabilité aussi vis à vis des contribuables et des citoyens européens. Eclairer les démarches méthodologiques et les a-priori scientifiques qui émergent de tendances de fond s’impose. Sont-elles en cohérence ou en contradiction avec l’expression de la société? Celle-ci dans ses manifestations, ses media et ses publications met en avant des éléments d’un décorticage social et économiques des peuples européens. Il en va de la crédibilité et de la responsabilité des acteurs de la recherche que de témoigner honnêtement pour tenter une mise en perspective chaque fois que l’opportunité se présente.

 

 

  1. Les stimulants de la recherche européenne…

Au départ de cette réflexion personnelle se trouve la réception d’un email relatif à un appel à participation pour un nouveau volet d’un programme de contrat européen. Un volet colossal financièrement!

 

En tant qu’universitaire et chercheur répertoriée par les instances européennes, fin Mai 2014, j’ai fait parti des destinataires d’un «mailling»  diffusé par les instances de recherche bruxelloises. Voici la copie de cet email :

 

 

—– Сообщение от [expéditrice] < ****@******>’ на ‘Wed, 28 May 2014 —–

 

Tema : Gender in Horizon 2020 at the Gender Summit 4 – EU, Brussels, 2014

 

Dear Colleague

 

We would like to draw to your attention the upcoming Gender Summit 4 – EU, being held at the European Commission Charlemagne Building. The event will be held under the theme “From Ideas to Markets: Excellence in mainstreaming gender into research, innovation, and policy” and will focus on gender as a cross cutting topic in Horizon 2020, the latest 80bn Euro Research and Innovation funding program of the European Commission.

 

The event will bring together experts from research, industry and policy to consider gender research evidence and the ways of improving the quality and impact of research and innovation through the inclusion of gender in science knowledge making and application.

Go to www.gender-summit.com to find out more and register.

Kind regards

[signature]

[expéditrice]

[téléphone]

www.gender-summit.com 

30 June – 1 July 2014, Brussels

You are receiving this because we identified that this topic would be of relevance to your professional interest areas. If, however, you would rather not receive occasional updates please reply with “UNSUB” in the subject and accept our apology.

 

 

Au premier abord, j’ai cru à une erreur sur le montant (80 millions au lieu des 80 milliards d’euro) affiché pour ce programme de recherche…

De façon assez désinvolte et visible dans ce message et son titre, l’institution met en avant une rhétorique à vocation universelle.

Vivant en Russie et fréquentant les milieux scientifiques du pays, je sais que cette rhétorique n’a pas une assise aussi universelle, en Europe, en Afrique ou en Asie. La recherche en Europe s’insèrerait ainsi dans une conception civilisationnelle et téléologique. Cette posture qui semble évidente pour ses protagonistes ne manque pas de mettre en porte à faux nombre de chercheurs curieux de la diversité et des dialogues avec d’autres cultures et horizons historiques et géographiques. Le temps a certes peu d’importance tant la conviction européenne doit être forte et parce que les instances européennes vivent avec l’idée retrouvée d’une convergence mondiale sur une vision spécifique de l’humanité et de ses aspirations propres à civiliser. Le retour d’un néocolonialisme, une forme «d’exceptionnalisme» mais par procuration… Est-il parfaitement justifié dans le domaine scientifique? Le thème est à explorer…et constituerait un sujet d’étude de premier ordre. Mais serait-il recevable par nos instances européennes peu enclines à l’autocritique?

 

Ma surprise fut cependant limitée à la lecture de cet email….car je considère que les chercheurs européens avaient déjà pu s’habituer à l’universalisme de Bruxelles en goûtant ses impacts sur les programmes de recherche antérieurs. Pendant de nombreuses années les programmes  traitaient assez unilatéralement de la question de la convergence en Europe… Convergence posée comme un présupposé à expliciter dans le détail suivant les différentes disciplines des sciences humaines, en donnant une large place aux déterminants et à la méthode de l’économie standard (néoclassique). Cette uniformisation explique largement l’absence de réflexion et d’analyse menée sur les impacts des chocs asymétriques et sur les éventualités de crises…quand elles furent au rendez vous, la communauté de la recherche «se trouva ainsi fort dépourvue…»!

 

Aucune leçon ne semble avoir été tirée de la cause de cette défaillance. Cette dernière serait à relier à l’absence d’ouverture et de logique scientifique dans la mise en oeuvre des programmes de recherches.  La recherche et la science étaient finalement prises en otage d’un projet économique et politique géostratégique. Chaque discipline s’est trouvée instrumentalisée et les chercheurs de premiers plans transformés en collaborateurs zélés (un exemple édifiant de limitation scientifique : http://www.bloomberg.com/news/2014-06-20/gay-myths-derailed-by-economist-badgett-s-data-research.html ), les avancés de la marchandisation aidant. Il suffit de parcourir les publications pour prendre conscience de ce biais. Gageons qu’aucun examen à postériori ne sera mené pour l’instant pour mesurer la cohérence avec le réel. La confrontation au réel n’a pas été le propos majeur  des études économiques soutenues par les programmes de recherche, on ne saurait être étonné des écarts a posteriori. Ces thèmes ouvrent cependant un champ épistémologique riche pour comprendre le processus de modification des mentalités et du contrôle d’expression dans un contexte historique particulier. Gageons que des thèses futures pourront développer l’analyse, les archives étant parfaitement disponibles sur le sujet.

Dans la discipline économique le biais anti-réaliste que nous relevons a largement influencé la poursuite des travaux et des résultats, sur une très large échelle. Le mouvement «naturel» des dynamiques économique n’a ainsi pu être conçu hors des a priori. Toute réserve qui aurait pu être mise en avant, et qui se serait révélée utile pour comprendre les dysfonctionnements de cette tendance idéale n’avait pas droit de cité et était violemment combattue par une censure à la fois implicite et explicite. Dans les publications, la rareté des alternatives ou des conceptions plurielles exprime plus cette censure, que le défaut de la pensée des scientifiques. Seules des publications, parfois non alignées et étrangères à la recherche normée, suivant les critères anglo-saxons, offrent une plus large diversité de vues… A cet égard aussi l’épistémologie future pourra mener le travail de recherche adapté.

L’illusion universaliste alignée sur la «fin de l’histoire» justifiait le procédé global…en «ringardisant» toutes les alternatives et en taisant les références aux revues et articles hors du cadre. La science aussi avait une fin!

 

Avec le renouveau des appels d’offre européen  aux accents universalistes si familiers et dont l’email cité est un bel exemple,  assiste-t-on à la poursuite du processus et de ses erreurs? Si oui, ne prendrait-il pas en plus un tour encore plus idéologique? Après la convergence imposée des économies, celle de l’humain réduite à un atome, face à son pendant dual l’unité de capital, répondant tout deux à une exigence de super-flexibilité. La théorie standard néoclassique peut dans ce parfait schéma trouver une justification fondatrice de la vérité qu’elle souhaite universaliser. Celle-ci serait le guide d’un futur obligé pour formater un réel qui semble avoir le mauvais goût de se dérober en défiant la norme. Cette vision d’un tel future est viable dans le cas où elle réussit à s’imposer ou à faire croire qu’elle s’impose comme une vérité globale, valable sur l’ensemble de la planète. Que les dissidents/terroristes en prennent acte et s’alignent ou qu’ils périssent. Telle semble être l’alternative et la menace. Dans le cas contraire ils seront vilipendés, sanctionnés et châtiés par recours à une guerre légitime sous toutes ses formes : «vaste programme»! Et quelle escalade utopique. ?

 

 

2/ Précision importante obtenue par téléphone auprès de l’expéditrice de l’email précité

Le montant de «EUR 80 bn» concerne l’ensemble du programme Horizon 2020  et pas seulement pour la partie «Gender» a priori…mais le sujet doit être transversal!

La convergence vertueuse aussi devait être particulièrement «transversale» en son temps. Regrettons simplement pour les économies et sociétés européennes que le réel soit si indiscipliné, et si pervers en ayant mis en place une convergence non de rêve mais de cauchemars… Même l’Allemagne commence à prendre la mesure du processus qui atteint sa production industrielle par ricochet. Surprise pour tant d’experts et d’observateurs alignés par principe… de commande.

 

Une entrave à la transparence?

Un différence notable cependant dans la transparence, alors que la convergence économique s’affichait ouvertement, sur le site de la Commission (http://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/en/what-horizon-2020) on chercherait en vain le thème du «Genre» dans les objets censés être financés, et ce même dans la catégorie “societal chalenges” . C’est  certainement qu’il s’agit d’une discipline bien “transversale” comme il a été expliqué…

 

En ce qui concerne la conférence dont il est question pour lancer le programme, les participants prévus sont soit des membres de la CE soit des instituts de recherche spécialisés dans le genre. Il y a également une ONG allemande (Frauenhofer , spécialisée dans l’exécution de contrats de recherche, et l’éditeur Elsevier (comme sponsor ? ).

 

Plus d’infos sur le site de la CE  dans le Programme «Horizon 2020» ?

 

Tout ce qui a trait à «Horizon 2020» n’est disponible qu’en anglais…chasse gardée et/ou avantages comparatifs assumés !

 

Dans les Programme Sections, il n’est à proprement parler pas fait de référence au genre ( http://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/en/h2020-sections)

 

En revanche dans l’onglet “Find Your Area”  il y a une section Society  qui expose que le deuxième objet est de

“promote gender equality in particular by supporting structural changes in the organisation of research institutions and in the content and design of research activities”

 

Dans le bas de la page, sous le titre “Related Horizon 2020” sections: si on clique sur le lien vers  “Science with and for Society” on lit qu’il existe un programme RRI qui cherche a faire la promotion de la science dans la société et dont le troisième objet est “ensure gender equality, in both the research process and research content” sur le même plan que la promotion de l’accès aux résultats de la recherche scientifique ou  de l’éducation en science.

 

Citons les passages clefs : Responsible Research and Innovation (RRI)

RRI is an inclusive approach to research and innovation (R&I), to ensure that societal actors work together during the whole research and innovation process. It aims to better align both the process and outcomes of R&I, with the values, needs and expectations of European society. 

In general terms, RRI implies anticipating and assessing potential implications and societal expectations with regard to research and innovation. In practice, RRI consists of designing and implementing R&I policy that will: 

engage society more broadly in its research and innovation activities, 

increase access to scientific results, 

ensure gender equality, in both the research process and research content, 

take into account the ethical dimension, and promote formal and informal science education.

 

Il s’agit donc bien d’une exigence pédagogique à contenu éducatif mais au cœur de la normalisation de la recherche en Europe…

Un égalitarisme édictée de la maternelle à la fin de vie, sur tous les continents pour assurer la transition vers l’humain nouveau. Cet humain débarrassé d’entraves et d’interdits n’est en fait que l’homo-économicus parfait, acteur des «marchés parfaits» répondant sans friction à des stimulants monétaires. La marchandisation du monde et de l’humain mis en avant comme seule alternative de paix ou le chaos de la diversité ? Sont-ce là réellement les seules alternatives d’une pensée de la recherche honnête en UE ?

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hélène Clément-Pitiot (14 octobre 2014). Recherche : ligne d’horizon. VIABLECO. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v6zo