La surprise d’un retour dans l’Histoire?

 

2014-07-08

Le ministre des Finances, Michel Sapin a choisi de confier au Financial Times lors d’un entretien accordé en marge des discussions économiques d’Aix en Provence, son intention de défendre, lundi 7 juillet à Bruxelles, le souhait que d’autres devises que le dollar soient utilisées pour les transactions internationales (cf. La Tribune : Paris plaide pour une alternative au dollar).

Cette déclaration peut s’interpréter comme un tournant radical dans la participation de notre pays à l’espace monétaire et financier mondial. Elle témoigne aussi d’un courage politique qu’il est plaisant de saluer dans des temps d’incertitude. La surprise nous est douce et agréable. Enfin un homme d’Etat au sens définit par de Gaulle, «un homme capable de prendre des risques»!…Affrontant Bruxelles et Washington à la fois.

On savait  l’intérêt que prenait la Russie et les BRICS pour la mise en place d’alternatives au dollar dans les échanges et la finance mondiale (cf. VIABLECO – Face à l’inertie du FMI…et  VIABLECO – Appel du 18 juin 2014 pour une résistance monétaire). Cet intérêt avait été ravivé par l’épisode des sanctions des USA sur la Russie. Avec la «chaude» participation de ses entreprises au forum économique de St Petersbourg en Mai dernier, la France avait été ouvertement le premier pays à démystifier la rhétorique américaine qui tentait de dissimuler par «des effets de presse au ordre» l’objectif pluriel des sanctions : non seulement isoler la Russie mais en plus fausser la concurrence avec les partenaires de l’OTAN tout en s’assurant de leur «fidélité» de vassaux. Les entreprises françaises avaient rapidement saisi les enjeux délétères de la stratégie et choisi de ne pas céder à ce jeu de dupe. La contagion de la rébellion avait finalement submergé les  instances diplomatiques et voilà maintenant aussi que la France par les déclaration de son Ministre des Finances, Michel Sapin, sera ainsi le premier pays «occidental» à rejoindre un positionnement «révolutionnaire» dans l’environnement monétaire et financier contemporain.

Le clin d’oeil aux émergents est aussi bien manifeste dans la déclaration de notre Ministre des Finances : Il a souligné les difficultés des économies émergentes dont les monnaies ont subit le contre coup des anticipations par les marchés de la politique monétaire américaine. Cette déclaration source de justification a son importance dans la perspective du sommet des BRICS des 14-15 juillet prochains qui confirmeront les orientations nouvelles de la globalisation monétaire et financière dans un monde multipolaire. Le prochain G20 aussi ne devrait pas manquer de piquant !

L’académicien Sergei Glasiev avait tendu une perche aux autorités des pays européens dans un texte publié le 18 juin dans Voice of Russia. Que le France relève cette proposition rapidement, témoigne de l’intérêt apporté à la coopération franco-russe dans la période présente. Y transparaît aussi l’expression d’affinités communes qui aide à la compréhension des symboles culturels réciproques : Comment être français et ne pas répondre à un appel le 18 juin…? Il y a des dates qui troublent. 

C’est certes en lisant la presse française à travers les lignes que l’on est en mesure de faire ce constat, rendu particulièrement complexe par les effets de propagande russophobe qui ponctuent habituellement nos media et les propos des experts qui continuent, non sans honte, à oeuvrer à contre courant.

La France fait brutalement fi de ces lourdeurs et reprend ainsi le sens de l’Histoire! Il est grand temps dans cette période estivale de relire l’ouvrage écrit en 1990 par Régis Debray, A demain de Gaulle, ouvrage visionnaire tant du passé que du futur…. Pour nourrir l’espoir c’est un «Must»!