L’aveu de la BCE

2014-07-07

«Bien vu mais trop tard», tel est le constat qui peut être tiré de la réflexion économique menée au sein de la BCE et qui vient de donner lieu à une publication (cf. the Macro Prudential Research Network).

La référence à l’approche de la viabilité se révèle ici de façon bien opportune : il est moins crucial pour la viabilité d’agir de façon optimale que d’agir au bon moment! Cette sagesse n’avait malheureusement pas cours dans la réflexion économique officielle jusqu’au constat présent de l’institution monétaire européenne.

Dans ce document très dense, la BCE examine scientifiquement la portée de l’analyse économique contemporaine face à la crise. Nous y soulignons avec surprise et satisfaction un sens de l’humilité certain. Des points clefs sont soulignés qui augurent un tournant dans la pensée économique. Nous pouvons nous réjouir avec le RWE review blog (http://rwer.wordpress.com/2014/07/04/just-published-the-scientific-answer-of-the-ecb-to-the-crisis/) des aspects les plus remarquables  de ce rapport:

1/ Il marque un pas hors de l’approche des anticipations rationnelles et de l’équilibre général

 

2/  Il envisage une modélisation du secteur financier  en recourant aux schémas théoriques développés par H. Minsky et Ch. Kindleberger.

 

3/  Il conçoit que non seulement les flux mais aussi les stocks (dettes et acrifs) importent dans le raisonnement économique.

 

 

Certes, il faudra du temps et des efforts pour que le tournant auquel on pourrait s’attendre après ces aveux de la BCE soit significatif dans le milieu académique en économie et sur les bancs des universités ; tant l’inertie institutionnelle brise la capacité de renouvellement intellectuel de notre discipline. Mais gardons l’espoir en la matière que le réel vienne en aide au moment opportun.

 

En amorçant ainsi cette remise en cause des fondements des cadres standards de l’économie académique, le rapport de la BCE constitue un aveu de responsabilité. Une responsabilité face à la société : des millions d’emplois ont inutilement été perdus dans la zone euro et des gens ont sombré dans la pauvreté toujours en plus grand nombre. C’est aussi bien le constat récent que confirme l’INSEE à partir d’une étude détaillée des derniers chiffres dont l’institution dispose, ceux de 2011 (cf. http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/sommaire.asp?ref_id=REVPMEN14). Sur la base de ses observations et de l’aggravation de la situation économique, on peut encore extrapoler une aggravation de l’impact sur la vie des français depuis 2011. L’Insee nous décrit une tendance en cours d’affirmation et de renforcement.