His name is Bill, Bill Black!

2014-05-30

En France nous avons Jean-Michel Naulot  et son ouvrage Crise Financière . Une clef pour comprendre ce que les économistes voient difficilement à l’intérieur du système bancaire. Son livre rend un grand service à la communauté pour peu qu’elle souhaite garder les yeux ouverts, quitte à renoncer à des généreux sponsors.

Aux USA, celui qui explicite le sujet, et ce depuis longtemps, se nomme William Black…destiné à être «blacklisté», donneur d’alerte avant que ce terme existe. Il était directeur exécutif de l’Institut pour la Prévention de Fraude de 2005-2007 après avoir été commis dans diverses administrations publiques au règlement de la crise des Caisses d’épargne. Il a finalement atterri comme enseignant d’économie et le droit à l’Université du Missouri à Kansas City. Il y enseigne le crime en col blanc, les finances publiques, la lutte contre les monopoles et le développement en Amérique Latine (pour garder un peu d’espoir sur le monde…). Avec la Levy’s Institut de Bard College (Levy Economics Institute of Bard College), l’Université du Missouri-Kansas City est à la pointe de la Nouvelle théorie monétaire (Modern Monetary Theory-MMT), est ce un hasard? Question de climat certainement…

A l’heure où le public est à nouveau ému sur l’affaire Kerviel et le destin Girardien de bouc émissaire du trader-pèlerin, la résistance de Bill Black est édifiante. Le blog Backchich, satire juste, nous livre les points les plus remarquables de la résistance de William Black:

«William Black décrocherait haut la main le Nobel de la lutte contre le banksterisme s’il existait une telle distinction.

Pendant la crise des caisses d’épargne américaines des années 80 qui s’est traduite par la faillite de plus de 1600 institutions financières, William Black était déjà aux premières loges. Nommé Directeur Général adjoint de la Saving and Loan Insurance Corporation créée en urgence pour protéger les dépôts des clients massivement détournés par les dirigeants bancaires verreux, il s’est battu comme un mort de faim pour qu’un maximum d’entre-eux soient poursuivis, sanctionnés et qu’ils passent un moment en prison pour méditer.

Le garçon n’a pas craint d’accuser le président de la Chambre des Représentants de l’époque, un certain Jim Wright et 5 sénateurs dont l’ex-astronaute John Glenn et John McCain, de protéger les dirigeants des Caisses d’Epargnes félons en échange de contributions politiques et d’avantages plus personnels. C’est le légendaire Charles Keating, qui a plié sa banque nommée Lincoln en 1989 laissant un trou de 3 milliards de dollars et 23 000 clients avec leurs yeux pour pleurer et qui a passé 4 ans et demi en prison pour fraude, racket et conspiration qui s’est montré le plus rancunier. Son mémo dont est extraite la citation passée à la postérité : « finissez-en avec Black, qu’il finisse raide-mort, métaphoriquement parlant bien sûr… » a beaucoup contribué à la réputation de William Black, aujourd’hui rangé des voitures et enseignant l’économie et le droit à l’Université du Missouri à Kansas City.

RÉGLE N°1: CRÉER UN ENVIRONNEMENT CRIMINOGÈNE EN SABOTANT LES MESURES DE RÉGULATION

Ces années terribles lui ont inspiré son ouvrage « La manière la plus sûre de piller une banque est d’en être propriétaire » paru en 2005 et devenu un « classique » avant l’heure : « …si vous pouvez voler en toute impunité en sabotant les mesures de régulation, vous détruisez les possibilités d’engager des poursuites. De telle sorte que, comme nous l’évoquons dans notre jargon en criminologie, vous créez un environnement criminogène. En d’autres termes un environnement dans lequel les incitations sont à ce point perverties qu’elles génèrent du crime à grande échelle, au travers d’un système de contrôle de gestion frauduleux. Et il est facile de constater à quel point il subsiste peu de contraintes éthiques au sein de l’élite bancaire.

Ce que vous voyez c’est une dynamique économique sous-jacente dans laquelle la fraude est le plus sûr moyen de rendre des gens fabuleusement riches et dans laquelle, les recrutements, promotions et licenciements par les entreprises fraudeuses concernent les pires individus en termes d’éthique. 

C’est comme cela que vous vous retrouvez avec l’une des plus importantes banques au monde, la HSBC, devenue l’alliée la plus précieuse des cartels mexicains de la drogue. Leur coopération est poussée au point que les cartels ont conçu des emballages pour le cash qu’ils blanchissent, compatibles avec la taille des appareils destinés à les recevoir dans les agences bancaires. Le principe d’efficacité maximale en matière de blanchiment.

De telle sorte que ces banques se retrouvent symboliquement avec le sang de milliers de personnes sur les mains, prêtes à financer des individus qui assassinent, torturent et décapitent. Et elles s’y prêtent année après année, en dépit des mises en garde des régulateurs. Et les régulateurs ne manifestent aucune volonté de prendre des mesures sérieuses au risque de contribuer à une dévastation complète… ».

Sur la dernière crise financière, Black a vu rouge et s’est répandu dans les médias assez courageux pour l’inviter, en des termes d’une rare violence. Les lecteurs de Bakchich qui maîtrisent la langue de Shakespeare, pourront prendre la mesure de sa détermination en regardant la vidéo de sa courte conférence (18 minutes) donnée en septembre 2013 à l’invitation de l’organisation à but non lucratif TED fondée en 1984; en français, « comment dévaliser une banque de l’intérieur »). 

10 MILLIONS D’EMPLOIS DÉTRUITS, 11 000 MILLIARDS ENVOLÉS, AUCUNE CONDAMNATION

Pour Black, le versant américain de la crise financière de 2008, ce sont 11 000 milliards de dollars de perte soit l’équivalent de 10 millions d’emplois et zéro condamnation pour les responsables de cette hécatombe. Des chiffres effrayants qu’il faut avoir en mémoire lorsque nos politiques discrédités aux élections européennes de dimanche, affirment que l’Union Européenne est parvenue à mettre les contribuables européens définitivement à l’abri des conséquences de la prédation bancaire à grande échelle…

Pendant ce temps là pour nous changer les idées, en Australie le numéro daté du 26 mai 2014 du Sydney Herald Tribune fait état des confidences d’un lanceur d’alerte employé au back-office de JP Morgan Australie de 2004 à 2007, en charge de la gestion d’opérations de trading sur dérivés actions pour la zone Asie Pacifique, licencié pour avoir tenté d’attirer l’attention de ses supérieurs, sur les rapports frelatés que la banque expédiait au siège de New York et à la Réserve Fédérale de New-York. 

Le malheureux avait pris au pied de la lettre le Guide Mondial des Règles de Conduite de la banque qui spécifiait non sans humour : « La règle la plus importante est aussi la plus générale : ne sacrifiez jamais l’intégrité ou ne donnez jamais l’impression que vous le faites ; même si vous pensez que ça favoriserait les affaires de JP Morgan… »

Le 27 novembre 2008 il saisissait l’Autorité Australienne des Marchés Financiers (ASIC). Il a été reçu le 5 janvier 2009 par deux cadres de l’ASIC sans que l’affaire ne connaisse la moindre suite. Le 16 mai 2012, il a adressé à l’ASIC une requête aux fins de bénéficier du régime de protection des lanceurs d’alerte. Un statut qui lui a été refusé sans explication jusqu’à ce jour…»

De cette lecture, je souligne le parcours moins connu, parce moins médiatisé, de John McCain : des Caisses d’épargne US à Maïdan en Ukraine! Voilà un éclairage financier intéressant pour comprendre certains types d’engagements. Il atteste certes du peu d’intérêt du politicien pour la population qu’elle soit US ou Ukrainienne, mais du «hasard» qui le place toujours dans des nids de corruption.