Impasses de viab. : le cas finlandais

 

 2014-03-24

C’est la Finlande pays jusqu’alors loué par sa vertu de discipline qui aujourd’hui nous fournit un exemple d’impasse de viabilité en Europe. Nous proposons un relecture de la situation économique en Finlande, à la lumière de l’approche de la viabilité, en mettant l’accent sur la compréhension des mécanismes économiques dynamiques et de ses sources d’incertitude. Un article de R. Rénier, dans la Tribune du 18 mars 2014 portait un titre provoquant : « Le paradoxe finlandais, symbole de l’impasse européenne». La Finlande, pays de la zone euro qui a été confronté à la crise, semble prête à renverser les options de politiques économiques dont elle se faisait le défenseur acharné.

La brutalité de la récession qui frappe la Finlande peut se lire ainsi comme une remise en cause radicale du modèle de développement que le pays a jusqu’alors suivi. La ministre des Finances Jutta Urpilainen qui semblait n’exister que pour recevoir les louanges de la commission européenne, envisage maintenant d’outrepasser les traités européens en faisant progresser le déficit public pour stimuler l’innovation et ainsi tenter de sortir de son pays du marasme économique…

Il s’agit là d’un virage radical vers l’indiscipline d’un pays qui a jusqu’alors été un bon élève des instances européennes et qui avait habitués ses «compatriotes» à le voir afficher sa fierté avec ostentation.

L’expression de cet élitisme mal placé accuse depuis longtemps l’absence de coopération en Europe en aggravant encore le trait jusqu’à le rendre irréversible. Le culte de l’exemple est propagé contre la diversité des trajectoires. Il fut ainsi un support facile à bien des idéologies dont la mémoire dérange. Le rencontrer au tournant des travaux proposés au CIERA dans le cadre d’activité de recherche largement soutenue par les instances européennes (Exemple-Exemplarité / Beispiel-Beispielhaftigkeit – ciera, Atelier franco-allemand de jeunes chercheurs du CIERA au Moulin d’Andé 2014), redouble nos préoccupations.

La prudence aurait pu cependant conduire les autorités finlandaises à plus de retenue et de mesure vis à vis de ses voisins. Nous savons depuis des épisodes successifs, en Argentine, Espagne, Irlande, qu’être gratifié du qualificatif de «bon élève» par le FMI ou par les instances européennes, peut se révélé bien dangereux d’un point de vue de la stabilité et de la robustesse de l’économie. Ce point récurrent révèle combien les perspectives macroéconomiques peuvent être différentes. Il y a d’une part la préoccupation d’une gouvernance focalisée sur des critères financiers et commerciaux de court terme à la mode des institutions internationales et d’autre part, la viabilité des fonctionnements macro-économiques dans le plus long terme qui s’impose aux gouvernements soucieux d’avenir économique pour leurs populations et de stabilité sociale…

La Finlande a été marquée par la crise financière qu’elle a traversé dans les années quatre-vingt-dix et les efforts qu’elle a dû consentir qui, pensait-elle, lui permettrait de se sortir des problèmes durablement. Congratulée par les instances européennes, la Finlande a toujours défendu une « ligne dure » dans le règlement de la crise de la zone euro. Depuis le début de la crise, elle a milité pour une «responsabilisation» des pays en difficulté suivant ainsi les positions de l’UE les plus affirmées pour dissimuler les vraies responsabilités des dysfonctionnements bancaires et financiers plus globaux. La Finlande a en particulier été radicalement opposée à toute mise en commun des dettes via des eurobonds ou le rachat de titres souverains par la Banque centrale européenne.

En juillet 2012, la sociale-démocrate Jutta Urpilainen , avait fixé les règles du jeu : pas de responsabilité commune pour les dettes, les économies et les risques. Et si l’on se dirigeait dans cette voie, « Plutôt sortir de l’euro que de payer les dettes des autres » avait martellé Jutta Urpilainen. Cette spécialiste de l’éducation (on comprend son attachement au 20/20) a suivi la voie ouverte par son père député, qui l’a amenée à la direction politique du parti puis à une nomination à la tête des finances de l’Etat. Il semble qu’aujourd’hui la réalité de son pays contribue à lui donner une leçon d’économie pragmatique en lui faisant abandonner cette posture rigide digne des maîtres d’école les moins pédagogues. Une bonne décision prise à temps est comme nous le savons meilleure qu’une décision optimale à contre temps. Espérons qu’il est encore temps pour la Finlande de renverser les certitudes avec profit.

Pour l’instant le pays, constamment cité en exemple par les instances européennes pour sa bonne gestion des finances publiques est toujours noté AAA par les grandes agences de notation, comme il se doit. On reconnait là le principe de la corrélation légendaire  qui remplace l’exercice du flair ou de la vraie analyse économique. Tant que rien de grave n’a éclaté, il ne sert à rien d’annoncer la pluie. Point de risque sous le soleil.

 

Au début, le conte de fée

Avec le chamboulement consécutif à la fin de l’URSS et au début de la   transition,  l’économie de la Finlande a été gravement touchée. Elle fut longtemps la porte d’entrée commerciale privilégiée de l’URSS vers l’Occident. La transition en ouvrait de nouvelles qui allaient concurrencer les activités finlandaises.  La hausse des taux d’intérêt européens dans le cadre de l’ancrage nominal sur le mark, qui prévalait en Europe, fut un instrument de répartition de la charge de la réunification allemande sur l’ensemble des économie européennes avoisinantes. Ces taux élevés vont directement handicaper l’économie finlandaise minée par le surendettement du secteur privé (ménages et entreprises).  Une forte baisse des recettes fiscales suite à un effondrement du PIB en 1991 de 6,5 % s’est combinée à une explosion des dépenses sociales que rend nécessaire la situation sur le marché du travail :  un taux de chômage qui en 1993 avoisine les 20% de la population.

Pour aggraver le panorama, le gouvernement finlandais doit aussi secourir le secteur bancaire pour lui éviter la faillite.

Ces éléments se combinant,  le déficit public se creuse comme les expériences récentes le montrent aussi, – servant à rappeler l’enchainement pervers, pour les idéalistes de l’économie qui n’avaient pas encore compris-.

Les excédents budgétaires d’avant la transition à l’Est cèdent la place à un déficit qui en 1992 atteint déjà 7 % du PIB. L’encours de dette en proportion du PIB est multiplié par 7 (10 % du PIB en 1990 à plus de 70 % en 1996). Dès octobre 1990, Moody’s, prive le pays du AAA accordé quatre ans plus tôt. Le pays se retrouve en 1992 à Aa2.

Dans un contexte de thérapie de choc à l’Est et d’austérité pour digérer l’inflation artificielle créée avec le choix allemand de l’exacte parité des marks est et ouest, la Finlande se trouve automatiquement entraînée dans la mise en place d’une cure d’austérité. Conformément à la convention économique qui prévaut, elle semble constituer la seule alternative pour retrouver la crédibilité perdue des marchés.  Les gouvernements successifs en font leur priorité.  Une rigoureuse austérité budgétaire est mise en place par le gouvernement conservateur. Sous l’argument de réductions des dépenses publiques, la rigueur lui permet de justifier la liquidation de pans entiers de l’État providence, construits dans les années 1960 en barrage à l’idéologie communiste. Il s’agissait alors de démontrer aux populations que la capitalisme était une alternative viable pour l’amélioration des conditions de vie dans la société.  La chute du mur avait, -devait-on penser-, rendu caduque une telle exigence qui imposait des conditions drastiques à la répartition des revenus et rendait difficile l’accroissement des revenues des plus habiles. L’individualisme aidant, l’habileté et la valeur humaine devaient de plus en plus se mesurer en terme monétaire. Anthony Giddens  fournissait les justifications qui ont su sensibiliser les parties sociaux démocrates en Europe sur cette interprétation fort radicale du libéralisme.

Il sembla que les efforts furent récompensés, le pays retrouva les faveurs des marchés. En 1995, le gouvernement social-démocrate poursuivit de plus belle ce parcours glorieux. La confiance retrouvée des marchés fait baisser les taux d’intérêt. Cette baisse en allégeant le service de la dette contribue à ce que le pays retrouve un  budget en équilibre dès 1997, qualifiant le pays pour l’euro. La lune de miel dura encore quelque temps. La dette finlandaise ne représente «que» 50% de son PIB en 2012, en dessous du plafond des 60% . Plus impressionnant encore, le déficit public pour l’année 2012 est inférieur à 1% du PIB, bien en de ça du seuil des 3%.

La note suprême, le triple A est retrouvé en 1998 alors même que le contexte international est tendu par les crises asiatique et russe.

Le AAA que la Finlande est la seule à détenir en zone euro dès 2012 n’est pas seulement la récompense de la politique monétaire et budgétaire du pays. Une libéralisation ambitieuse de l’économie et ses effets de restructuration industrielle auraient profité à la dynamique de croissance. Nombre de réformes structurelles dont des déréglementations et des dérégulations du marché du travail furent menées et des pans entiers de l’industrie touchée par la crise des années 90 ont été abandonnés, mobilisant travail et capital vers les 2 secteurs jugés alors à forts potentiels de développement : l’exploitation forestière et l’électronique.  Des incitations fiscales ont aussi orienté les investissement vers la recherche dans le  secteur industriel ciblé. L’austérité qui a favorisé la déflation salariale a contribué à offrir une main d’oeuvre bon marché à ce secteur promis à un développement certain. Le géant Nokia de la téléphonie mobile émergea ainsi de ce conte de fée économique. Cette seule entité porta la dynamique économique du pays tout entier avec un taux de croissance parmi les plus élevés de la zone euro.

Le vers était dans la pomme

Une chose est sûre à l’époque de ce rebond, l’objectif de réduction des dépenses n’avait pas fait perdre de vue au gouvernement la nécessité d’investir dans l’innovation. « Le principe de la compétitivité c’est d’avoir des salaires qui ne varient pas plus vite que la productivité. Pour les faire augmenter il faut augmenter la productivité, notamment grâce à l’innovation, » résume Christophe André de l’OCDE.

Cependant il semble que les observateurs aient sous estimé un mécanisme économique important qui a pu jouer en faveur de ce rebond : durant les années 90, les difficultés de l’économie finlandaise avaient provoqué une dépréciation salutaire de la monnaie, la markka. Une dépréciation de l’ordre de 40% avait ainsi rendu les produits finlandais hautement compétitifs. Ce n’est donc pas tant la déflation salariale qui a permis le redressement mais plus amplement l’amélioration de la compétitivité prix due aux nouvelles conditions monétaires. La réussite du pari de l’innovation que symbolisait Nokia, devenu en 1998 le premier fabricant au monde de téléphones mobiles, s’est ainsi fondé sur une recette bien classique. L’austérité finalement n’aurait-elle pas contribué qu’à  la marge à l’accroissement des profits de la branche?

La dynamique d’exportation une fois lancée impulsa  la croissance du PIB du pays sur les 10 années qui ont suivi. Elle a aussi garanti pour un temps la «soutenabilité» des équilibres budgétaires. Il n’en demeure pas moins que l’édifice s’est révélé instable dans la plus longue durée.

Depuis 2 -3 ans  l’économie a quitté sa trajectoire viable.

Des erreurs microéconomiques dans le contexte de la taille de l’entreprises unique-leader ont eu un impact macroéconomique direct. La théorie du «no-bridge» s’est appliquée comme dans le cas d’école de « l’individu représentatif ».

De mauvais choix stratégiques ont fait rater à Nokia le virage sur le «smartphone». Dès 2011 , l’entreprise doit céder sa place de leader. Tout le secteur de l’électronique a été gravement touché à la suite de cet épisode. Il fournissait près de 6% du PIB, il tombât à 2%.

Le problème qui se pose dans le contexte de la monnaie unique, c’est qu’il n’y a plus moyen de dynamiser le secteur avec des effets monétaires, la Finlande va brutalement l’apprendre à ses dépends.

Avec un euro fort, ce sont aussi les ventes de bois qui sont directement concurrencées par les pays voisins plus compétitifs. Innover dans ce contexte semble aussi de plus en plus compromit n’en déplaise aux experts qui en soulignent l’impérieuse nécessité. Cette impossibilité s’illustre magistralement avec un élément notable qui a frappé le second secteur clef du pays.  Il s’est montré incapable jusqu’à présent d’investir dans les bioénergies, ratant ainsi des opportunités de nouveaux débouchés.

Pour aggraver ce marasme, l’ère du «smartphone» a frappé doublement la Finlande, via Nokia et via l’industrie de la pâte à papier qui a souffert du développement irréversible du numérique. Une spirale dépressive touche maintenant le pays. Privés de débouchés, les entreprises investissent de moins en moins et réduisent leurs embauches. Le chômage grimpe à nouveau, à 8,4% de la population active ; il est encore en position intermédiaire entre l’Allemagne et la France. La demande intérieure est aussi plombée par la stagnation des salaires. La réduction de la consommation est sensible déjà pour 2013.

Cette spirale perverse témoigne qu’un orientation concentrée sur l’exportation n’est pas une stratégie de développement viable surtout lorsqu’elle est ciblée sur un nombre si réduits de secteurs. En 2013,  la Finlande a enregistré sa troisième année consécutive de déficit commercial. Jamais le pays n’avait connu depuis 30 ans de si mauvais résultats commerciaux en série. L’ironie est que la  commission européenne commence à pointer du doigt ce déséquilibre dans son rapport de mars 2014, qui fait le bilan annuel des économies de l’UE.

 

La morale de cette fable qui a tourné en cauchemar le conte de fée.

Privée de politique monétaire en ayant adoptée la monnaie unique,  la Finlande ne dispose plus de l’instrument qui lui avait permis de bâtir sa compétitivité dans les années 90s. A cause de l’Euro fort, la Finlande voit ses exportations fondre. La Suède et l’Allemagne qui représentent des clients majeurs pour le bois finlandais ne suffisent pas à soutenir le marché. La Russie développe la production pour son marché intérieur mais aussi pour l’exportation, ce qui concurrence doublement les producteurs de bois finlandais. L’Allemagne développe en priorité ses exportations en installant ses producteurs dans des zones de ressources bon marché.

La production de métaux qui pouvait fournir une alternative jusqu’alors négligée de développement se trouve également marginalisée dans un contexte de sous investissement. En Finlande comme dans le reste de le zone Euro, la faiblesse des financements pèse sur l’investissement comme aussi l’absence de stratégie coopérative dans l’UE. Sur les marchés hors zone euro, l’Allemagne qui cumule depuis la création de l’Euro les avantages, étouffe toute concurrence. Elle écarte ainsi la Finlande tant sur le marché américains que chinois quand bien même les finlandais pouvaient avoir une bonne connaissance de  ces marchés grâce à leur antériorité.

La Finlande semble maintenant condamnée à viser des objectifs simultanément contradictoire (baisse des coûts et innovation) dans un contexte excessivement rigide. Elle va commencer à connaître les dilemmes qui frappent nombres de pays de la zone que ses ministres avaient le mauvais goût de toiser de leurs plus grands mépris…

La désobéissance obligée

Réalisant certainement progressivement que privé d’instrument monétaire pour stimuler l’exportation et l’innovation dans les secteurs économiques, les autorités finlandaises s’aperçoivent parallèlement que le levier de réduction des dépenses publiques à lui seul est bien mince. En ligne avec Bruxelles, le gouvernement reprend l’initiative sur un nouveau tour de réduction budgétaire, déflations salariales et déréglementations destinées à «optimiser la dépense publique et les retraites». Elles rêvent aussi de renouveler l’exploit de la télécommunication avec cette fois l’économie des jeux vidéos. Il est à craindre que cette nouvelle orientation ne se révèle pas plus durable ni robuste que le première….

Il semble aussi de plus en plus que le secteur privé dans un régime de «credit crunch» n’est pas en mesure de prendre de risque ; on ne saurait le lui reprocher. Le gouvernement s’interroge donc sur les instruments qui pourraient représenter une alternative à cette nouvelle cure d’austérité…. La posture de ne croire qu’à une solution unique ne se révèle ainsi valable que pour les autres économies. «Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais», grecs et espagnols pourront en tirer une leçon de «diplomatie de voisinage».

Une nouvelle cure d’austérité ou de pression fiscale – dans un pays comme la Finlande où le niveau de prélèvements est l’un des plus élevé de l’OCDE- ne ferait qu’éteindre un peu plus la demande intérieure tout en réveillant durablement les positions euroceptiques. Le gouvernement finlandais comprend ainsi qu’il se mettrait à risque dans le cadre de l’expression démocratique.

C’est ainsi qu’on a pu entendre ce qui jusqu’alors semblait impossible  : dans la bouche de Jutta Urpilainen une manifestation d’intérêt non feinte pour un déficit public au delà des critères de sagesse. La fourmis pense devenir cigale!

Il n’y a en effet que les imbéciles qui ne changent pas d’avis…!

Qu’on se rassure en effet ; l’idée n’est pas venus toute seule dans l’esprit d’obéissance irréductible de la Ministre des finances finlandaises, c’est bien Angel Gurria le secrétaire général de l’OCDE qui a soufflé, lors de sa visite de février, ce vent d’inconduite en déclarant : »Vous n’êtes pas obligés de vous mettre dans une camisole de force, »

Gageons que les autorités finlandaises se feront plus discrètes sur leurs invectives envers leurs partenaires du sud de l’Europe ; même si finalement eux aussi serait bien enclins à partager les enseignements de l’économique dynamique, une fois la leçon bien comprise.

La crédibilité, celle qui nous dit-on importe, n’est dans le fond qu’une affaire de relations au marché à mémoire courte.  La confiance et le respect du aux partenaires et aux voisins ne seraient que des stigmates d’esprits psychorigides, inadaptés à la concurrence telle quelle se décline dans l’Europe contemporaine… Quand aux populations, la question est bien embarrassante pour ces élites de « la diplomatie du voisinage ».

 

Des leçons de viabilité hors du cadre

Le constat que tire le journaliste de la Tribune de la situation est sévère :

«Rien ne sert d’être compétitif si l’on n’a rien à vendre et que les clients font défaut.»

Il souligne avec brio ainsi des préoccupations de viabilité intuitive dont on doit le féliciter tant elles sont rares dans le prêt à penser commun. Il nous fait immédiatement réfléchir sur l’importance de la demande, en particulier de la demande interne qui est toujours une sécurité. Il éclaire aussi la nécessité d’adapter l’offre à la demande. Là encore la demande la plus «connaissable» qui est sujette à moins de volatilité est d’incertitude, c’est la demande interne. «La stratégie tournée vers l’exportation» sous estime cet élément de robustesse et de résilience à plus long terme. Ces aspects d’offre et de demande sont importants à privilégier, avant même de penser aux conditions de la compétitivité. On sait que cette compétitivité est difficilement maitrisable par des politiques internes, elle découle en grande partie de mécanismes monétaires et de concurrences stratégiques entre les devises. L’incertitude qui règne dans ces mécanismes dépasse les prévisions des seuls états souverains, rendant impossibles des adaptations fines. Penser que des dévaluations internes (baisse des coûts de la main d’oeuvre et/ou délocalisations) en répercutant la stratégie géopolitique mondiale sur les populations vont suffire pour rétablir les équilibres est un leurre des modèles standards. C’est ignorer le temps et renoncer au futur que de le croire. L’atteinte dépressive sur les conditions de vie et de subsistances des populations va avoir un effet boomerang sur la demande. Les études faites avec les «bons» multiplicateurs dans le cadre des travaux du FMI insistent sur ce point ; elles sont maintenant aussi reprises dans un intéressant document mis à la une des publications de la Fondation Robert Schuman «Marchés de capitaux et déséquilibres économiques : d’une crise à l’autre…» Tous ces efforts analytiques semblent encore pour l’instant vains pour convaincre les politiciens de la gouvernance européenne. L’austérité et la poursuite de dévaluations internes demeurent pourtant en tête de liste de la bonne gouvernance. On peut douter qu’elle suffise à asseoir la crédibilité des instances qui la prônent sans vouloir voir le réel. Elle semble dans ce contexte être un pur exercice d’autorité vis à vis des populations et l’affirmation de rapports de force dont la brutalité tend à s’amplifier.

La gouvernance européenne fait porter l’ajustement sur les populations parce qu’elle a renoncé à assumer une responsabilité économique dans la compétition mondiale. Elle use d’une violence intérieure faute de pouvoir affirmer sa force à l’extérieur. Certes la crise Ukrainienne lui apporte un lot de compensations qui lui permet de pousser des cris et d’imposer des sanctions dans une logique de communication…

La monnaie européenne est devenue le jouet des affrontements stratégiques. Ne pouvant faire le poids entre les US, la Russie et la Chine, l’Europe se retrouve être l’espace d’ajustement final des velléités monétaires des entités, qui combinent, elles, puissances politique et économique. C’est par ce choix du retrait que l’Europe laisse ses populations à la merci d’affrontements extérieurs ainsi intériorisés.

Ça pourrait être pire, on pourrait avoir une généralisation de ce renoncement à l’ensemble de la société :  renoncer à lutter contre la dégradations des conditions de vie, l’accepter au même titre que les pays ont accepté de voir leur rôle diplomatique s’éteindre avec leur souveraineté sans que ne s’y substitue une diplomatie respectueuse des enjeux économiques des territoires. L’Europe du renoncement politique et économique mais aussi social serait l’anéantissement de la mémoire et de l’histoire…. L’affirmative à la question «l’Europe sortie de l’histoire?», posée par Jean-Pierre Chevènement