Confiance et conventions

2014-03-06

Aujourd’hui le site RWE sous la plume de Maria Alejandra Madi, publie un billet «Economics and Trust» dans le WEA Pedagogy Blog, dont la mise en évidence est bien opportune, tant il met en lumière un thème récurrent de nos travaux de viabilité : les risques économiques que font courir la financiarisation débridée dans nos économies contemporaines. Le commentaire renvoie à l’histoire économique et aux analyses de John Meynard Keynes à partir du thème des «conventions» qui nous est cher.

«La Grande Crise financière récente a remis en évidence la menace de dépressions profondes, véritables défis économiques lorsque le quotidien du fonctionnement du système se révelle être subordonné à la spéculation, à l’instabilité financière et aux renflouement des systèmes financiers domestiques. En regardant en arrière, dans le contexte de la Grande Dépression 1930, John Maynard Keynes avait souligné que le développement des marchés des capitaux augmente le risque de la spéculation et de l’instabilité, puisque ces marchés sont surtout basés sur des conventions dont la précarité affecte le rythme d’investissement via des pressions sur la sphère politique.

 

Keynes a attiré l’attention sur le fait que le système capitaliste contient des mécanismes endogènes capables de déstabiliser les niveaux de dépenses, le revenu et l’emploi. Au coeur de sa théorie, il a suggéré de reconsidérer la compréhension des relations entre les individus, la société et les gouvernements, au coeur des relations marchandes où les institutions et les conventions jouent un rôle pour former le comportement humain. Conscient du besoin de surmonter le concept de rationalité qui écrase l’Homo economicus, sa contribution approfondit la compréhension des décisions des entrepreneurs et plus généralement des décisions au sein des sociétés. Cette approche peut ainsi contribuer à améliorer la prise en compte du fonctionnement réel, lorsque les résultats des décisions des sociétés ne sont pas soumis aux comportements stochastiques mais sont non prévisibles (radicalement incertains).

 

En fait, les décisions au seins des sociétés sont basées sur des conventions. Comme l’incertitude est inhérente au processus de prises de décisions capitalistes, Keynes considère que la crédibilité et le degré de confiance par rapport à un jugement conventionnel, sont  historiquement construits dans le cadre des marchés et qu’ils modifient les conditions de l’économie internationale. Dans sa tentative de refonder l’organisation économique mondiale dans les années 1940, Keynes défend le besoin « d’une large consensus » ; c’est-à-dire le besoin de créer de nouvelles conventions basées sur la confiance. En effet, la confiance se révèle être un concept conventionnel construit dans une société sur l’environnement futur des affaires ; c’est-à-dire autour des l’arrangements légaux et réglementaires, macro-économiques et politiques qui auraient un impact sur l’évolution des marchés. Dans cette perspective, la confiance a une nature historique et sociale. En effet, la confiance a profondément un impact sur le développement économique et social. Il est grand temps de (re)développer cette analyse explicitement dans les programmes d’enseignement de l’économie.»

 

Les dysfonctionnements économiques contemporains auxquels les autorités sont tentées de répondre par le déni et d’inertie montrent l’intérêt pédagogique de ce rappel des enseignements de l’économie issus de l’analyse de J.M. Keynes. C’est au coeur du processus d’éducation des futurs acteurs économiques que s’établissent les mentalités et les conventions économiques qui vont façonner l’environnement et potentiellement en corriger les traits les plus dommageables vis à vis du fonctionnement et de la robustesse des économies.

L’introduction de l’approche de la viabilité et de ces concepts peut servir l’évolution souhaitée dans la pédagogie de l’économie. La viabilité permet de reformuler la méthodologie de l’économie à partir d’une approche plus globale des mécanismes dynamiques ; les principes de maximisation des profits et des utilités se retrouvent marginalisés, comportements parmi d’autres, dont il ne résulte pas un caractère viable a priori. Les jugements et principes de justification au sein des comportements que la formation en économie cherche à impulser via des automatismes s’en trouve affectée. Les normes instaurée perdent de leur hégémonie et la diversité des jugements retrouve une pertinence dans les débats. Un espace plus large s’ouvre pour prendre en compte des enjeux réels du point de vue de la viabilité des sociétés. Des enjeux susceptibles de faire facilement consensus (accès au travail, prima de l’humain sur le capital) au sein d’une assemblée démocratique. Des positions consensuelles jusqu’alors écartée dans des raisonnements statiques standards laissant place à l’intimidation de la convention, peuvent retrouver des voix de justification dans la théorie économique ainsi renouvelée par sa méthodologie.

Le retour à la décision politique et aux choix de politique économique vont ainsi pouvoir s’inscrire avec plus de cohérence dans une approche démocratique véritable. Par l’éducation et la refonte des mentalités sur la réalité des fonctionnements dynamiques des économies, il pourrait ainsi être mis en terme véritable aux justifications conventionnelles de l’austérité et autres thérapies de choc. Elles condamnent les populations soit à l’exil soit à la mort, parce qu’elle ne sont efficaces que dans une conception très limitée de la théorie économique, celle où l’incertitude n’existe pas. Loin des manuels de base de l’économie le réel des sociétés est tout autre!