Fiches « Eco ouverte » – mise à jour 1 Avril 2020

Fiches de cours à distance pour les groupe 1,2, 5 et 6
Clément-Pitiot (« Helene Clement-Pitiot » <helene.clement-pitiot@u-cergy.fr>)

Vous trouverez le cours de référence sur le poly en pdf (cliquez sur le lien : cours5_ecoouverte). Le poly. a été fait par l’équipe de Macro S2 à partir  de l’ouvrage de référence du cours : Macroéconomie 6e édition O. Blanchard, D. Cohen, D. Johnson, ed. Pearson France.

Il contient 86 «slides» numérotées de S1 à S86.

Nous traitons dans les fiches ci-dessous d’explications complémentaires, de remarques et de questions qui vont vous accompagner pour travailler le cours plus facilement.

BON COURAGE !

S1 : Etudions l’économie ouverte et sa croissance.…au moment où elle n’a jamais été aussi fermée (brutalement) que maintenant (à cause du virus !). Un paradoxe certes, mais un moyen aussi de comprendre les liaisons de cette mondialisation qui sont actuellement économiquement très perturbées.

Parlons d’équilibre…pour mieux comprendre les turbulences  auxquelles nous assistons!

S2 : Une économie ouverte…est aussi (plus ?) fragile à l’incertitude (virus, instabilité financière, chute du prix du pétrole) comme nous le voyons en ce moment, les phénomènes de contagions sanitaires mais aussi financières sont importants.

Voici un texte à lire sur les effets macroéconomiques du fameux coronavirus…  dans le calcul du PIB de la France (ici en lien) … Vous y découvrirez  « l’effet Blanche Neige » selon l’image choisie par J. Sapir!
On est quand même bien loin de notre «cher Kuznets»…et du calme des années 50-60…

S3 : On rappelle dans ce cours la méthodologie de la macroéconomie ouverte:
-les grandeurs mesurées (chapitre 1)
-le modèle simplifié -petite pays- (chapitre 2)
-la détermination des prix internationaux et des taux de change (chapitre 3)

S5, S6 et S7: NOTATION
Aux grandeurs/agrégats «domestiques» (exposent «d») s’ajoute les EXPORTATIONS de B&S domestiques (produits sur le territoire et à destinations du reste du monde, elles sont notés (EX)

Sur le territoire national sont consommés des B&S par les ménages (M) les Entreprises (E) et la dépense publique du gouvernement (G). Ces grandeurs ont pour exposant «f» ici . On a utilise aussi des biens produits à l’étranger ; ceux sont les IMPORTATIONS de B&S notées (IM)

S8 : PIB en économie ouverte incorpore le bilan des flux entrants et sortants de B&S

Equation fondamentale du PIB en eco. ouverte : Y=C+I+G+NX

S9 : Notions  : «exportateur net» NX > 0 soit Y > C+I+G
ou «importateur net»

Question : A vous de donnez la condition symétrique pour « importateur net »

S10 : Portée de l’équation : c’est une identité comptable issue des grandeurs de la comptabilité nationale et des comptes internationaux (Balance des paiements, voir ci-dessous).

On parle en fait de phénomène qui ont déjà eu lieu, donc «Ex post» (c’est un enregistrement qui a eu lieu) , c’est à dire une fois que le cycle (dynamique des flux) c’est déroulée, on va pouvoir faire le bilan : l’investissement réalisé représente ce qui n’a pas été consommé au sens large.

S11 : Les liaisons marchés financiers et marchés des B&S sont ETROITES et multiples…on le voit dans les crises à répétition.

Le BOUCLAGE macroéconomique repose sur l’égalité entre les capacités de financement (EPARGNE),  S et les besoins de financement en I et NX .

Ce bouclage (enregistré comptablement) est- il optimal? On ne peut pas le dire… via cette simple écriture comptable des flux.

Remarques : Il peut y avoir des pertes (évaporations?)…induites par la spéculation ou les effets de bulles financières qui perturbent les décisions en matière d’économie réelle et le marché des B&S mais aussi le marché du travail.
Exemple : Dans les crises on sait que le chômage n’est pas que volontaire (cf. J.M. Keynes)….Ce n’est pas aujourd’hui que quelqu’un va nous dire le contraire !

S12 :
L’épargne intérieur est ce qui n’est pas consommée ….rien de neuf par rapport à ce que nous avons vu en économie fermée et dans le modèle de R. Solow.
On en déduit ici que le surplus d’épargne sert à financer le SOLDE DE LA BALANCE COMMERCIALE

Soit : S – I = NX

On fait ici le point sur le rôle de l’épargne dans les relations avec le reste du monde (RDM) : elle sert à prêter au RDM pour financer les flux de B&S, via le marché financier et les institutions bancaires.

Remarque : On comprend ainsi que des chocs (surprise, incertitude) sur ces marchés ou ces institutions peuvent perturber les économies réelles (bouclage sous optimal du point de vue des besoins domestiques…)

S13 : Un Pays exportateur net : S>I
Quand la capacité d’investissement est supérieur à ses besoins intérieurs (ceux enregistrés via l’équilibre comptable…pas forcément ses besoins intérieurs potentiels ou réels..il peut y a avoir des «shortages» comme aussi du gaspillage), alors le pays peut prêter au RDM

Question : Faites le raisonnement symétrique pour un Pays « importateur net »

Remarque : On a un phénomène d’allocation internationale des capitaux qui s’est mis en place dans notre éco ouverte… est-il efficace ? Le résultat comptable nous dit rien à ce sujet aussi.

Remarque : Plusieurs interrogations surgissent :
Ne peut-il pas y avoir des sous investissements dans le pays d’origine alors que l’épargne investie à l’étranger est importante ? Exemple (au hasard?) : un manque de moyens médicaux ? Ces phénomènes ne peuvent pas être ignorés ou dissimulés dans l’illusion de l’efficience des marchés financiers…les réalités et leurs crises nous le rappelle quotidiennement.

C’est un volet important de l’économie à repenser à partir de notre cadre d’analyse macroéconomique…notre discipline est jeune, nous ne le disons jamais assez.

Qu’est ce qui incite les acteurs à sous investir domestiquement et à investir à l’étranger (prêter à l’étranger). L’attrait du profit extérieur? Est ce viable toujours?
Un réponse rationnelle (économiquement) n’est pas assurément une réponse viable à plus long terme. Le court terme de la finance et des marchés financiers ne fait pas bon ménage avec la temporalité de l’économie réelle. Il peut y avoir incohérence des choix et des dysfonctionnement dans les mécanisme d’allocation des ressources entre acteurs économiques.

A final on peut dire que l’économie apprend la mesure du temps à travers les crises auxquelles elle fait face…
Mais ça ne fait pas sans heurts ni sans coûts ! Nous allons le vivre si nous échappons au virus… Hauts les coeurs! Pour un économiste…c’est un moment TRES INTERESSANT, PASSIONNANT.

S14 : Balance des paiements (BP)

Doc. comptable issue de la comptabilité internationale du Fond Monétaire International (FMI) qui rassemble les flux avec le RDM pour chaque pays.

Les informations sont fournies en France par les services de la Banque de France (elle ne crée plus de Francs mais il lui reste à faire quand même des comptes…)

Vocabulaire : Haut de BP : transactions en B&S
Bas de BP : transactions monétaires et financières

A chaque flux réel (transaction en B&S tels que IM et EX ) est associé un règlement de la transaction et donne lieu à une transaction monétaire et financière en contre partie (principe de l’enregistrement en partie double)

S15 : La BP est divisée en 3 parties :

Balance des transactions courantes (BTC), en haut
Balance des capitaux (BK)
Balance des Mouvements Monétaires (BMM), au plus bas

1/ Dans la BTC :
Balance commerciale (BC) : export – import en biens
Balance des services (ou des invisibles) (BS) : export-import en services
Balance des dons et transactions unilatérales

S16 : 2/ Balance des capitaux (BK)
Séparation long terme (LT) / court terme (CT)
BK à LT : investissement à l’étranger ou venant de l’étranger (dans un sens et dans l’autre).
BK à CT : …. Durée < à 1 an

3/ Balance des mouvements monétaires BMM
-variations des avoirs et engagements du secteur bancaire / RDM
-….du secteur public (variation des réserves officielles en devises)

S17 : Enregistrement en partie double

Exemple : enregistrement d’une importation (en – en haut de BP et en + en bas de BP)

-achat biens importés :Signe négatif dans la BTC
-règlement de cet achat : diminution des avoirs vis à vis du RDM (non résidents) ce qui équivaut aussi à une augmentation des engagements

Il y a différentes possibilités pour le financement/règlement de cette transaction réelle :

-via un prêt : Signe positif dans la BK dans la rubrique «capitaux à court terme»

– via un règlement en devises : Signe positif au soldes de BMM

S18 :
Egalité comptable dans la BP : solde de BTC = opp (solde Balance opération financière et monétaire)

On retrouve NX (les flux réels) = S -I ( capacité de financement non utilisée domestiquement) soit des flux monétaires et financiers

Questions : Etes-vous d’accord avec les 2 conclusions du poly à propos de pays à Balance commerciale (BC) déficitaire ou excédentaire?  Envisager par exemple le cas BC déficitaire et Balance des services excédentaires…

S19 : Epargne et Investissement dans une petite économie ouverte

Au centre la Condition d’équilibre : «l’éternel bouclage» que se passe bien (en hypothèse !)

NX = S – I

Remarque : Dans le modèle on a considère que le bouclage est déterminé par le taux d’intérêt r. C’est ainsi le seul canal de transmission (dans le modèle en économie fermée) de la sphère financière à l’économie réelle.
Transmission des mouvements sur r qui affectent I et S… Petits mouvements…gros chocs, crise?  Oui/Non car il y aura des arbitrages car la finance « marche bien » ? A voir….

Par comparaison (avec eco fermée): comment les choses se passent-elles en économie ouverte ?
Même à l’équilibre (interne) on peut avoir des excédents ou des déficits extérieurs.

-on considère un processus d’égalisation (qui fonctionne par arbitrage efficace ! Vive l’efficience des marchés financiers ) du taux d’intérêt domestique r avec le taux d’intérêt mondial (internationale).

Cf. Doc Le marché unique – Marché intérieur – Toute l’Europe  (lien ici ) Un article récent qui fait le point sur toutes les étapes institutionnelles de l’ouverture des mouvements de capitaux en Europe.

S20 : H.«petit pays» ? Pourquoi?
trop petit pour influencer l’équilibre sur le marché mondial des capitaux. On dit qu’il est alors «preneur» de prix ; ici le prix signifie le taux d’intérêt mondial.

Attention : «petit» est un concept théorique plus que réel, Il ne veut pas dire que petit en taille…mais surtout peu influent dans la sphère financière. On ne peut pas parler vraiment de petit pour la Suisse ou Singapour….par exemple.

Cette hypothèse permet de poser que le taux d’intérêt est exogène…vient d’ailleurs et que les autorités ou les acteurs économiques domestiques n’ont aucune action possible dessus (pas de régulation ou de contrôle)

Pour ce faire, une conséquence qui détermine la structure du marché financier : capitaux parfaitement mobiles….

Ainsi quand la stratégie des autorités publiques (politique économique) d’un pays ou d’un groupe de pays est de rendre le marché de capitaux parfaitement mobiles (ex. «Big Bang» en France 92)…c’est une mesure qui vise à faire «rentrer» l’économle dans le modèle du manuel de 1ière année ! Pour avoir l’impression de mieux comprendre les mécanismes en jeu et suivre le mouvement mondial…

S21 ; la formalisation du modèle

  • Grandeurs exogènes :
    Facteurs K et L sont données…donc exogènes dans le modèle
    Dépenses du gouvernement G et taxation T aussi sont données…donc exogènes
    Taux d’intérêt égal au taux mondial (suivant H de petit pays)
    Ici aussi S est exogène… Fixée institutionnellement ou comment… à nous d’imaginer. Le mystère du modèle est impénétrable, c’est lui qui décide pour ce qu’il veut nous faire voir. OK ! juste l’épargne ici est la partie non consommée du revenu.
  • Qu’est ce qui varie dans le modèle alors?

L’Investissement dépend positivement du taux d’intérêt (uniquement !) en terme mathématique la dérivée première par rapport à r est négative, la fonction I est décroissante par rapport à r (idem pour r par rapport à I voir graphique ci-dessous)
Économiquement : ça veut dire que plus le taux est élevé moins les acteurs économiques investissent…

  • Le modèle va permettre de déterminer le niveau des exportations nettes NX à l’équilibre.

S22:
Grâce à la condition d’équilibre, se détermine la seule valeur de NX possible, compatible avec l’équilibre sur marché B&S

S23 : Ce qu’on doit en tirer comme info clef ; ce qu’on veut qu’un étudiant retienne :
La BTC (NX dans l’équation) comble exactement l’écart entre épargne domestique et l’investissement soumis au condition de taux d’intérêt mondial.

S24 Graphique :

S exogène, donnée comme constante dans le modèle, s’exprime par une droite verticale dans le repère (S,r) S en abscisse (comme x) et r en ordonnée (comme y)
On superpose la fonction r(I)….ici on prend r(I) dans le repère (r,I) r fonction décroissante de I plus le taux d’intérêt est élevé moins il y a d’investissement.

Ici sur le graphique le point d’intersection correspond à un taux d’intérêt plus faible que le taux mondial…. si le pays est preneur de prix (pas d’action possible) on devrait avoir égalité….donc apparait l’écart !

Pour le taux mondial donné, on a un excès d’épargne par rapport à l’investissement domestique. D’où la capacité de financement extérieure de la BTC. On peut graphiquement évaluer, l’écart entre la courbe S et I pour le niveau du taux d’intérêt mondial qui représente graphiquement la BTC (NX).

Questions :

1/ NX positif ou négatif? Interprétation avec IM et EX ?

2/ Faite le graphique avec le taux d’intérêt mondial inférieur au taux d’équilibre domestique et analyser.

La question qui tue ! Pourquoi avec des taux d’intérêt très bas et proches de zéro…il peut arriver que l’investissement ne reparte pas? Cette question est centrale pour les prochains mois ou années à venir, surtout après l’épreuve du Covid19 et du confinement qui affecte directement les économies!
Petite lecture d’actualité (ici le pdf en lien : commencer à penser le « dé-confinementB(1)) …et retour à «Blanche Neige» ou comment réveiller la la belle endormie (notre économie endormie en confinement)?

Retour à la théorie :
Donnez des éléments intuitifs pour comprendre ce mécanismes «anormal» (relation I et r) par rapport à notre modèle.

Pour les plus avisés…faite une recherche sur le rôle d’autre déterminants de l’investissement en économie,….au passage rencontrez la « trappe à liquidité » de J.M. Keynes!

Avis : Prime/Bonus à celui qui me donne une bonne analyse ! A vos marques…

S25: Introduction de la politique économique dans le modèle….quel contrôle et sur quoi?

L’état peut jouer sur G ou su T …on va voir comment.

On part de NX=0 (IM=EX)
Dans ce cas retour à l’hypothèse du bouclage comme en éco fermée
I = S

S26 Exemple de politique budgétaire domestique (intérieure)

  • Augmentation des dépenses publiques : hausse de G
    Dans ce modèle quand G augmente, S diminue

L’idée sous-jacente est que quand l’état consomme des B&S (pour l’équipement des écoles, des hôpitaux ou de l’armée… Ici on parle de « dépenses régaliennes ») elle prive le secteur privé de capacités d’épargnes …et donc d’investissement privé

Remarque : c’est un peu ignorer le réel… par exemple l’effet pervers de l’austérité : quand G baisse à des niveaux qui fragilisent le pays…elle entraine des dépenses ultérieures importantes, plus importantes que l’économie réalisée initialement.

Question : Donnez des exemples (Italie, France)… Pistes : Infrastructures…système de santé, etc.

Remarque (suite ) : La question du moment… de la politique économique prise à temps…une voix de recherche prometteuse pour la science économie…encore dans l’enfance.
….on a besoin de lumière et du courage de la jeunesse pour ce faire !

  • diminution des impôts (T baisse) :

Ici dans l’analyse du cours une baisse de T augmente la consommation des ménages et diminue l’épargne nationale… Il s’agit d’un a priori pas si évident…pour uoi une baisse des taxes n’induit pas une hausse de l’épargne ? On aimerait avoir des justifications plus précises sur le comportement macro des acteurs…

  • Question pour un prolongement (en CT ? par exemple…): Envisager l’effet d’une hausse de G compensée exactement par une hausse de T (pour l’état c’est à dire une politique budgétaire à budget constant). « Amusez » vous à faire des graphiques…

S27 Graphique :  Effet baisse de S «toute chose égale par ailleurs.»..
Ici le point d’équilibre initial correspond au taux mondial et la baisse de l’épargne impose un taux d’équilibre de r supérieur au taux mondial r* d’où NX =/= 0

S28 : Effet d’une politique budgétaire à l’étranger (RDM)

  • politique budgétaire expansionniste du reste du monde (RDM) : hausse de G….alors S diminue !
    idem baisse taxes…
    Hypothèse «collatérale» clef : r* équilibre parfaitement le marché des capitaux mondial…. No comment ! Ainsi si le RDM pris globalement baisse T ou monte G , on doit avoir une augmentation du taux d’intérêt mondial.

Remarque : On va pouvoir vérifier rapidement la pertinence de cette analyse. Avec le Covid 19, le monde entier va augmenter G. Verrons nous une croissance de r* ? Personnellement j’en doute car la finance et les banques seraient encore plus mal. La conclusion qui s’imposera alors : …il manque des éléments dans notre modèle de référence : la temporalité des actions, la dynamique, les aspects plus complexes des domaines monétaires et financiers, les rapports de force et les jeux de pouvoirs géopolitiques. L’économiste est donc condamné à travailler plus… réécrire certains livres et modèles et peut être à mieux hiérarchiser les priorités.

S29 Effet de l’augmentation du taux d’intérêt mondial (sur le petit pays (PP))

Baisse de I…. Soit

Remarque : Mais même avec une baisse de r, I peut continuer à baisser…gros pb ?

Écart S et I se creuse à épargne intérieure inchangée (hypothèse)

Augmentation de BTC,  NX = S-I du fait de la baisse de I

C’est ainsi qu’un excédent commercial se forme (en B&S)

S 30 Graphique Expansion budgétaire du RDM
Augmentation de r* qui fait naître NX…seul le RDM peut avoir un effet sur r* (c’est lui qui le fixe, le PP n’a pas d’influence)

S31 Comportement d’investissement
Quand I se déplace….

Ex : incitation à l’investissement….par autorités publiques du PP

Question : imaginez, cherchez différentes façons et mesures gouvernementales

La pays (PP) prend comme fixe le taux d’intérêt mondial en vigueur. A épargne constante, la hausse de I provoque une baisse des capacités de financement de la BTC …et ainsi apparait un déficit commercial

Sur le graphique ; la courbe d’investissement r(I) se déplace vers la droite ce qui donne un NX négatif.

S34 Evaluation de Pol. Eco

On nous dit que les déficits commerciaux ne sont pas « soutenables » dans le LT. Il s’interprète comme un prêt de l’étranger par le RDM… qu’il faudra rembourser…. et on ajoute une culpabilisation vis à vis des générations futures !

Remarques

1/: c’est une vision émotionnelle de l’économie qui rétrécit l’environnement… On doit regarder les dettes mais aussi les actifs qu’on laissera : plus ou moins grande capacité scientifique, capacités de recherches, de découverte fondamentale, d’innovation de rupture…, de leadership… qualité du système de santé, éducatif…culture, art, etc. ) tout doit être pris en compte et non uniquement des chiffres qui compenseraient qu’un haut de bilan de BP.  L’émotion tue parfois la réflexion…c’est un instrument de manipulation de masse et ça marche même en économie.  Restons clairvoyant pour être bon économiste. sachons qu’en plus si on regarde dans la pratique des économistes /financiers de terrain même des analystes financiers ne regardent jamais uniquement les dettes des entreprises…mais aussi leurs actifs nets. Un pays a aussi des actifs et des potentialités nettes tracées dans son histoire… On peut ne pas croire à la fin de l’histoire contrairement à un vieux dictat des années 90 !)

2/ L’analyse en plus d’être émotionnelle ne repose que sur le haut de la BP…beaucoup de choses se passent dans le bas, la capacité d’engager des IDE (investissements étrangers) et des investissements de portefeuille extérieurs.
Conclure sur la soutenabilité qu’avec le haut de la BP est un peu léger… Pour un CT ça passe mais dans l’économie réelle ça casse…un jour ou l’autre.

Pour aller plus loin :

La question est qui détient cette dette du pays ? la comptabilité de la balances des paiement n’apporte pas toute l’info…c’est un fait.
– des résidents? Des non résidents…dans ce cas la soutenabilité est une question plus de souveraineté et d’autonomie des décisions économiques.
On peut dire en effet que la dette grecque est non soutenable….et qu’elle entraine une mise sous tutelle de l’économie grecque.
C’est le danger aussi qui pèse sur l’Italie et la France au réveil d’après le Covid 19….

  • Dichotomie PVD/PD…

Retour au cours : Quand est ce qu’un déficit de BTC (B&S) ne nous contentons pas de parler de déficit commercial (BC uniquement) est un problème PB ?

On nous dit qu’il y a un PB si ce déficit est associé à une épargne domestique trop faible… Cas d’une population trop jeune et/ou qui a un fort niveau d’endettement intérieur.

Il n’y a pas que les pays en développement qui ont besoin de financements extérieurs…. Les USA ne sont pas un PVD ni un pays en transition ou bien un PVD ou une éco en transition qui s’ignore ?

Attention à la caricature…et à la dichotomie PVD et Pays développés…l’orgueil tue parfois comme le Covid 19.

S33
Cas d’une eco «développée» ou qui s’y croit….

Le déficit de BTC vient d’un manque d’épargne (excès d’endettement des ménages ou des entreprise par exemple)
Ces économies…seraient à l’état stationnaire !

Remarque : Qu’on nous le montre d’abord et on rit ensuite surtout aujourd’hui ! Pour les USA…. La mondialisation des échanges en dollars (qui assure une demande de dollars) et la puissance militaire restante sont le garant de ce que les économiste appelle un «état stationnaire» , certains prient pour qu’il soit durable….est ce viable ? Il y a là une forme de réligiosité… de la main invisible, de l’efficience des marchés, de la convergence mondiale. Sortir des dogmes ou des croyances druidiques : un impératif dans l’économie mondiale troublée. L’histoire s’écrit… Mais aussi l’histoire économique. Nous sommes à un moment où il faut ouvrir grand les yeux.

S34 (à suivre)