Perspective Russie 2024 ! Le Moment économique de la Russie

2018, « le moment économique » de la Russie : quand les libéraux occidentalistes sont délégitimés électoralement, un élan économique nouveau doit accompagner le social souverainisme. La politique du logement comme cas d’école des ambitions.

Le mouvement mondial de réaction à l’ultralibéralisme du monde globalisé, le Professeur de droit, Henri Temple propose de le designer sous le vocable de «social-souverainisme»1 ; Le social souverainisme semble être en mesure de remporter de plus en plus de succès sur la planète, à mesure qu’il sera donné aux peuples le droit de choisir. L’affirmation de cette tendance nous l’attendons aussi en Russie, parce que le peuple y a exprimé son choix d’écarter les libéraux des responsabilités.  Ainsi tout le discours occidental a été ridiculisé, les électeurs ont bien su démystifier les intentions qu’ils contenaient avec les espoirs de remettre la Russie sous le joug occidental comme dans les années 90.

En Russie le capitalisme d’Etat a permis au pays de se développer de façon importante sur les 20 dernières années et de se dégager progressivement de ce joug. Une dernière étape reste à faire, celle de lutter contre la paralysie que lui impose un système financier inadéquat, contaminé par les pratiques et les mentalités occidentales. Cette situation, prive la Russie des pleines capacités pour affronter la poursuite du développement de la sphère réel de l’économie alors que les firmes et la population bien éduquée y seraient prêtes. Les contournements budgétaires ne suffisent plus à alimenter les possibilités qui se dessinent, les bonnes pratiques à l’occidentale qui furent longtemps la référence financière sont elles aussi battues en brèche par la réalité et la russophobie,  maintenant si évidente, décrédibilise ses principaux protagonistes.

 

Combattre la pauvreté par la souvereineté

En Russie, à cette étape,  il est impératif de prendre en compte qu’il reste des citoyens économiquement pauvres : le pourcentage de la population sous le seul de pauvreté qui était tombé de 40% en 1999 s’est effondré jusqu’à 11% en 2013. Il est depuis remonté autour de 13% à partir de 20152. Il est aussi impératif d’éclairer sur ce point les déclarations hystérique de nos « experts français » reprises dans nos media .3. Les journalistes, pourtant si avides de relativité quand il s’agit de sujet de société, ne savent pas prendre la mesure des chiffres qu’ils citent en les comparant honnêtement. Qu’ils les mettant en perspective avec les évolutions bien dramatiques que connaissent certaines économies européennes est aussi trop demander. Ils oublient trop vite que la France déjà en 2013 avait dépassé les 14% de la population sous le seuil de pauvreté, rien depuis en la matière ne s’est amélioré. Ce point est préoccupant, surtout lorsqu’on sait que ce sont les populations les plus jeunes qui sont directement touchées par cette pauvreté contrairement à la Russie.4. Quant à la Grèce dans l’UE ce chiffre approche les 40% comme en 1999 en Russie…même causes, mêmes effets, l’austérité comme la thérapie de choc !

Si l’UE ne se soucie pas de voir s’effondrer sa classe moyenne, pour la Russie il en va autrement, il est important d’enrailler la récente fragilisation. Dans les circonstances extrêmes d’agressivités extérieures, il est important que le gouvernement soit en mesure de donner confiance aux différentes composantes de la population pour rassembler les efforts,  conserver la souveraineté et ainsi préserver le pays.  Le souvenir des années 90s sert de « benchmark répulsif » à la population pour garder la mesure de l’ambition captatrice et colonialiste de l’Occident. Les résultats électoraux du 18 mars 2018, qui ont semblé surprendre le monde entier, tirent leurs explications de ce constat de mémoire. Une mémoire qui fait défaut à l’Occident à qui on a répété que la fin de l’union soviétique était synonyme de libération des forces économiques pour le bien-être des peuples dans la globalisation.  Un raccourci un peu rapide que la vision univoque et le dogme du TINA alimentent régulièrement, alors que le réel devrait apparaitre beaucoup plus complexe.

Comme la Russie a de la chance d’avoir des journalistes aussi conscients des circonstances et de l’importance de la souveraineté du pays, ils savent attirer l’attention sur les enjeux majeurs de la souveraineté du pays. Dans un article phare publié dans l’hebdomadaire  Ekspert (ici), au lendemain de la réélection du Président de la Fédération de Russie,  un groupe de journalistes5 a interrogé des économistes, en particulier des collègues de l’Institut de Prévisions de l’Economie Nationale (IPEN RAN).  Sasha Chirov6 , qui supervise les outils de la prévision économique de l’IPEN RAN pour le gouvernement russe, démontre que si l’économie russe reste sur le sentier de la croissance inertielle actuelle, aucun rebond ne sera possible pour l’ensemble des citoyens russes. Cet objectif peut seulement être atteint avec un autre scénario qui rend possible une trajectoire de croissance de 4 – 5 % par an pour l’économie russe.  L’économiste estime que les ressources financières sont disponibles et peuvent être mobilisées pour répondre à des ambitions sociales. Il suffit que le gouvernement prenne la décision de le vouloir et donne les incitations appropriées pour utiliser les  instruments et les institutions financières du pays au mieux (système bancaire, Minfin, et banque centrale).

V. V. Poutine semble avoir compris lui aussi ce qu’expriment ces journalistes. Nous verrons bientôt jusqu’à quel point V. V. Poutine, qui n’est guère passionné d’économie, pourra tirer les leçons de ce  » moment économique »7 et des  possibilités qu’il est capable de déployer pour une gouvernance adaptée.  Le temps des libéraux cultivant les dogmes occidentaux est révolu en Russie, ils n’ont plus aucune légitimité de se maintenir dans les organes clefs du pouvoir sans infléchir leur façon de voir et de faire.

Malgré 30 ans de reconstruction de l’économie russes sur un schéma d’économie de marché tant bien que mal, mâtiné de capitalisme d’Etat depuis près de 20 ans, la situation d’une vingtaine de millions de Russes est encore difficile et pour d’autres insuffisamment confortable. C’est une préoccupation qu’il s’agit actuellement d’affronter sérieusement sans prendre exemple sur les « démocraties » occidentales qui sacrifient le niveau de vie enviable d’une classe moyenne nombreuse sur l’autel d’une idéologie dépassée d’un siècle.  En Russie cette dynamique d’austérité qui est favorable à la concentration des rentes et des ressources, les libéraux russes commençaient à en vanter le caractère inéluctable pour accélérer la financiarisation du pays. Elle a été battu en brèche par les sanctions ; c’est un grand service que l’Occident à rendu à la Russie. Des travaux en ont déjà bien mesuré la portée et les opportunités qui ont été ouvertes et bien confirmées8.

Pour appeler le gouvernement à mettre en oeuvre ce sursaut , les journalistes n’hésitent pas à utiliser  la caricature et la volonté de piquer au vif, en disant que malgré tous les progrès effectue en matière de constructions d’infrastructures, d’aéroports, de métro, de stades, de routes, la qualité des logements de la population est encore insuffisante,  l’industrie n’est toujours pas capable de fournir des turbines à gaz ni des collants de bonne qualité.  On reconnaît là de vieilles rancunes enracinées qui ont alimenté tant de fantasmes sur un  Occident rêvé. Tout lâcher pour des bons collants? …Mais maintenant les Russes connaissent le prix de cette folie!  Et nous, qui  venons d’un pays où les filatures savaient faire des bons collants depuis un siècle et l’industrie aussi savait faire des turbines à gars,  nous assistons à la casse organisée d’un savoir faire… Que pouvons nous dire?  Tout ce vend quand la financiarisation explique que rien n’est rentable, mais juste source de profits immédiats pour ceux qui savent s’en débarrasser à temps en profitant des parachutes d’or qui leur tombent….Un  savoir-faire c’est fragile face à des  opérations crapuleuse à laquelle tous se livrent pour maintenir le standing9. Ensuite reconstruire, un jour?
Cette impression qu’il ne nous reste plus rien est amère… Même bientôt plus la totalité de nos grands aéroports et nos barrages, objet de commerce et de profit pour des castes accréditées. Ambiance Russie années 90,  nous disent alors les Russes, quand on leur explique. Et là ils comprennent bien…les effets sur la population et la descente aux enfers!

Cette étape de prise de conscience est particulièrement importante en Russie. Car déjà depuis longtemps des questions avaient indument été placées au premier plan, reléguant la question de la formation, de la recherche, de la production et de la santé publique à des domaines de seconde zone. Les fameuses bonnes réformes en copiant les bonnes paroles des experts occidentaux s’attachaient à la politique monétaire, son indépendance, la réduction des dépenses budgétaire, la stérilisation des liquidités et l’encadrement par des normes. Un terme doit être mis à ces réflexions hors des réalités et engluées dans le conformisme occidental qui paupérise les peuples pour enrichir les plus riches en autorisant toutes sortes de manipulations (cf.  graphique World Inequality Report 2018 – la seule région du monde où les inégalités baisse depuis 10 ans : La Russie10.

Qu’est-ce que les Russes ont à attendre de l’exemple de pays où ce sont les donneurs d’alertes qui sont poursuivis devant les tribunaux (affaire Luxleaks au Luxembourg) et non les auteurs des fraudes fiscales et du blanchiment d’argent, où même les manipulations des marchés sont possibles moyennant le paiement d’une amende ( « droit à tricher »). Ainsi dans un environnement qui met en exergue la libre concurrence, les banques occidentales peuvent se payer le luxe de trafiquer les cours de l’or du Libor ; l’individu qui ne fait pas le poids sur ces marchés est le dindon de cette concurrence affichée mais faussée. Comment les libéraux russes pourraient-ils agiter durablement la référence à des pays où la norme devient le mal  : le trafic, la corruption, le commerce de la drogue sont des facteurs de croissance qui alimentent le PIB de façon comptable. Ces pratiques sèment un doute sur l’exactitude des comptabilités publiques en Europe. Mesurer les activités noires dans un pays…par définition, ça semble impossible, donc le PIB va devenir un acte de communication sans réalité économique. L’économie sera donc officiellement que de la com. Ce théâtre de l’illusion qui joue et rejoue sans cesse les mêmes pièces frelatées n’a que que faire dans la Russie qui s’annonce. Dans le propos du Président de la Fédération de Russie, le journal Expert relève 3 points d’intérêt particulier quant à l’amélioration du bien-être de la population russe: la construction de logements,  les infrastructures routières et la poursuite du développement du numérique. 

Les journalistes sont allés sur le terrains pour voir si les acteurs de l’économie réelle des différentes branches sont prêts à s’engager. Nous nous concentrons dans ce billet sur l’examen du premier volet de ce programme de priorités économiques.

 

120 millions de M2 par anl via un nouveau modèle de marché du logement.

 

En 2016 il s’est construit 1156,5 milles appartements soit environ 80 millions de mètres carrés11

La question qui se pose à l’économie russe est, comment faire passer la surface totale des appartements construits chaque année, de 80 millions de m2 à 120 ?
Cette question ainsi posée par les experts et reprise par les journalistes traduit que le sujet est une affaire qui concerne la société dans sa globalité et influence son avenir. Il ne s’agit  pas uniquement d’un choix individuel motivé par des arbitrages personnels. La question du logement s’inscrit dans une politique globale qui peut surprendre le lecteur occidental, elle repose sur l’idée que la famille reste le pôle de construction de l’individu. Dans cette logique les autorités publiques doivent mener une action cohérente s’il s’agit de soutenir la démographie du pays 12 comme l’affiche le gouvernement, et donc apporter une attention active à la politique du logement. Ainsi ce trouve-t-elle être une priorité dans la perspective 2024, tant chez les experts13 qu’auprès de ceux qui formeront en toute logique le prochain gouvernement.

Les experts consultés ont évalué à partir des caractéristiques des marchés et des branches les possibilités des modernisations nécessaires à cette ambition d’accroitre de 50% l’offre de logement annuel. Le constat a été fait que le principe d’organisation du marché du logement tel qu’il a été mis en pratique en Russie, inspiré des pratiques et mécanismes occidentaux, ne permet pas de suivre ces objectifs de bien-être des familles russes. Il est à noter que les logements construits dans le cadre du marché actuel, ne trouve pas d’acquéreur du fait de leur prix. Il n’y a donc aucune incitation automatique pour construire les 50% de plus…le système de la construction est-il bloqué?  Pire,  le marché du logement avec ses tendances à la spéculation va plutôt dans l’autre sens, celui de la diminution des surfaces construites. Des rigidités des prix à la baisse empêchent l’écoulement des biens même dans la capitale. Dans certains zones, le marché survit avec le système qui prévaut encore grâce à l’amnistie des liquidités rapatriées de l’étranger en Russie. Ces arrangements fiscaux soutiennent  le marché dans des zones privilégiées des grandes métropoles mais risquent de ne pas durer éternellement.

Les défaillances du modèle existant étant ce quelle sont, un autre modèle de développement doit être envisagé pour atteindre des objectifs viables en matière de politique du logement en Russie

Les taux hypothécaires bloquent la demande
La demande existerait pour plus de logement mais pas dans les conditions de prix actuelles, elle n’est pas solvable. Les ménages n’ont pas la possibilité financière  compte tenu des conditions sur les crédits hypothécaires. Alors que l’inflation se situe maintenant en dessous de 3% dans l’économie russe, les taux les plus bas des crédits ne tombent pas en dessous de 7%. Les banques disposent ainsi d’une rente annuelle sur la population qui accède au logement. Ce fonctionnement est en lui-même contraire aux objectifs poursuivis par le gouvernement. Des solutions doivent être trouvées pour y mettre un terme.

Très faible rentabilité du secteur du logement
Il a aussi été montré que le secteur du logement actuellement est un des secteurs dont la rentabilité est la plus faible de tous les secteurs économiques en Russie.
Cette situation se répercute sur les capacités d’emprunt des promoteurs  de programmes immobiliers. La conséquence est l’accès de plus en plus limité au crédit des banques du fait de la rentabilité des projets réduite et des risques de ne pas trouver d’acheteurs. Point de surprise que depuis quelques mois, certains acteurs quittent le secteur. Sur un total d’environ 2500 promoteurs dans les régions, depuis le mois d’octobre déjà 70 ont fait faillite.
Une réforme est en cours dans le domaine de la construction mais ce qui est prévu à l’horizon 3 ans va au contraire plutôt renforcer les difficultés et par conséquent renchérissant les coûts des logements. Plus de réglementation sur la construction et des conditions de financement toujours plus difficiles des promoteurs vont accélérer encore les faillites. Si cette réforme dans ce contexte d’un marché (ultra)libéralisé des logements a vraiment lieu ainsi, elle aura un impact récessif sur le PIB significatif et l’économie sera bien  loin de l’objectif des 120 millions de M2 .

Suite au retrait quasi total de l’Etat de la sphère de l’immobilier d’habitation, actuellement le marché du logement en Russie repose sur 2 volets distincts :
-un segment d’accession libre au moyen du crédit hypothécaire pour répondre à des initiatives individuelles,
– un segment de promoteurs privés avec les difficultés qu’on vient de souligner.

On peut substituer à ce système dual inefficace, une politique du logement socialement plus active, suivant plusieurs options dont la location de logements sociaux, le principe de sociétés immobilières, et la construction à partir d’une épargne coopérative.
Il y a une opportunité historique pour instaurer un système de développement immobilier non spéculatif fondé sur des schémas qui permettent de faire accéder au logement de qualité des couches de la population qui en sont pour l’instant privées.
Pour ce faire il faut des investissements publics massifs dans les transports, l’ingénierie et dans les infrastructures sociales. Ils permettront de baisser suffisamment le coût de revient de la construction et donneront la possibilité de retourner la tendance. Les experts sont d’avis aussi que le procédé permet d’élargir sur la problématique de la qualité des logements :  Il ne faudra pas se contenter de construction des logements de faible qualité. l’amélioration du standing et le souci des caractéristiques écologiques des habitations doivent être pris en compte. Un élément important aussi de la mise en place de cette ambition de façon adéquate sera de combiner la construction du logement avec les priorités de développement du territoire. Pourront être intégrer des nouveaux principes de développement urbain, comme l’approche des «smart city»((voir le billet Viableco, qui présente et de commenterla contribution du Directeur du CEMI-EHESS, membre étranger de l’Académie des Sciences de la Russie, Jacques Sapir pour les journées sur les villes intelligentes (Smart Cities), organisées à l’Ecole d’Economie de Moscou les 8-9 Novembre 2017 ici )).

Le logement ne devrait pas faire exception à la règle observée depuis plusieurs années dans d’autres domaines d’activités, l’accélération du développement du secteur aboutira au développement accéléré de nouvelles branches de production sur le territoire de la Russie.

 

Image mise à la une : couverture de l’article du numero de Ekspert, n° 12 – 2018, Цель – 2024 http://expert.ru/expert/2018/12/#page_5

  1. voir l’article Italie : vers un gouvernement d’union ici []
  2. Source: CIA World Factbook ici []
  3. tel  cet article du Figaro du 4 mai 2017  20 millions de Russes vivent sous le seuil de pauvreté ici []
  4. Sources CIA World Factbook ici []
  5. A. Gramatchukov, A. Doljenkov, A. Labikin, L. Mavrina, A. Choukin, E. Obourhova Objectif 2024 p. 13-18 []
  6. voir aussi un autre article en russe qui développe le raisonnement :“Экономический рост можно достигнуть за счет улучшений в разных сферах” ici  []
  7. pour paraphraser notre collègue Julien Vercuei, Le moment politique de l’ ́Economie russe. Revue Défense Nationale, Comité d’Etudes Défense Nationale, 2015, pp.91-97 Texte moment politique(ici) qui évoquait « le moment politique » dans la perspective des élections de mars 2018 en Russie… Cet argument comme les autres arguments des Cassandres sur la Russie contemporaine fit « flop » encore une fois! On connait très bien leur utilité, aucune quant à la réalité économique  et à la rigueur intellectuelle mais des objectifs stratégiques. Cette rhétorique sert à façonner   les mentalités des acteurs économiques français. Plus grave encore, aussi les avis des Etats Majors militaires pour tenter de leur retirer tout scepticisme quant il s’agirait de suivre les folies des élites globalistes []
  8. cf. viableco, le flop des experts…ici...a publication de l’ONU sur l’effets des sanction (ici le pdf) , Jacques Sapir en exil dans les Crises sur le sujet ici  []
  9. Cf. La France en guerre économique sous-marine pour sauver sa souveraineté ici et le films Guerre fantôme (ici) sur l’affaire Alstom General Electric []
  10. Voir le compte rendu du rapport ici) et le pdf du rapport ici []
  11. ce qui représente une réduction par rapport à 2015 où un record de 85 millions avait été construit “Экономический рост можно достигнуть за счет улучшений в разных сферах” (ici) p. 495 []
  12. On notera une étude de 2014, très intéressante, menée par  Svetlana Russkikh, chercheur du CERI- Sc Po Paris « L’impact de la nouvelle politique démographique russe sur la solidarité » (ici).  La Russie a mis en place ces dernières années un programme de subventions familiales pour inciter les Russes à avoir plusieurs enfants, les effets sont notables. Ces mesures de soutien vont  être prolongées et complétées par une nouvelle forme d’allocations destinées aux femmes mettant au monde leur premier enfant, et non plus à partir du deuxième. Pour une étude plus globale les travaux d’Alexandre Latsa qui ont reçu l’approbation d’Emmanuel Todd, sont à souligner « 2017, une année charnière pour la démographie russe » (ici)  []
  13. cf. voir l’étude de Irina Aïzinjvf, (Айзинова Ирина Маевна) « Ипотечное кредитование как инструмент жилищной политики »,  9 Nov 2017 ici []