«Bullish», l’agriculture russe…Oh surprise!

Dans cette note rapide, quelques éléments macroéconomiques et financiers pour éclairer la réalité de terrain…et ses surprises.

Dire que les experts français habituels n’avaient rien vu…est un euphémisme, rien vu ou plutôt rien voulu dire1 en matière de redressement économique de la Russie et aussi en matière de performances agricoles.

Dans la communauté occidentale handicapée par les sanctions2 , l’important était plus, de faire taire les voix dissonantes et que le «business» se débrouille de lui-même sur le terrain, si l’envie lui prenait de s’intéresser à ce «trou noir du monde» comme des politologues français n’hésitent pas à qualifier la Russie en introduction de cours à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, manière de planter le sujet dans un décors bien russophobe qui caractérise le politiquement correct parisien de nos jours. Les yeux fermés vers le monde qui vient, voilà une parfaite caricature franco-françaises des tendances qui poussent l’Europe à l’inertie.

Pourtant des informations ont très tôt été rendues publiques à propos de l’impulsion réussie de l’agriculture russe dès 2016.
Jacques Sapir rapporte sur son blog économique -actuellement censuré en France- une présentation de l’économiste et académicien russe VV Ivanter en janvier 2016. Elle décrivait le mouvement en cours dans l’agriculture russe et ses mécanismes irréversibles (voir ici).

L’académicien russe soulignait le réveil de l’agriculture comme un événement marquant de la situation économique.
En effet, l’agriculture russe ne s’était jamais complètement remise du choc de la collectivisation (1928-1932). Mais maintenant, il était visible qu’elle avait réussi à se reconstruire.
Ce constat fait écho et confirme l’efficacité des efforts mis en oeuvre depuis plus de 15 ans en matière de formations des professionnels du secteur dans les régions du sud de la Russie (Universités de Rostov, Stavropol, Astrakhan). La stratégie a joué un rôle déterminant dans le succès de cette dynamique de reconstruction et de mise au niveau international du secteur de l’agricole en Russie. Très tôt dans la politique des autorités fédérales, le secteur a été considéré comme une priorité stratégique de l’économie de la Fédération de Russie et ceci bien avant l’apparition des sanctions occidentales. Ces orientations témoignent d’une bonne maitrise des anticipations et d’un souci de souveraineté. Les contre-sanctions mises en place par la Russie en réponse, ont conforté l’idée que l’autonomie alimentaire est un enjeu stratégique pour un pays. Fort des investissements nécessaires dans la formation, la route était tracée pour le succès, quand bien même si peu d’experts occidentaux l’avaient remarquée. Point de surprise que les contre sanctions russes se soient donc logiquement concentrées sur l’agriculture, pour impulser une nouvelle accélération du processus de développement que l’accès à l’OMC risquait de contrarier. Cette stratégie de réponse à l’agression économique occidentale s’imposait et la cohérence allait porter ses fruits.
C’est donc au début de 2016 que pour la première fois depuis très longtemps, l’agriculture russe apparaissait  comme un exportateur régulier sur le marché mondial3 . Certes encore, en ce début de 2016, on pouvait mettre en avant les conditions climatiques de l’année 2015 favorables pour une récolte exceptionnelle de céréales… Mais cet exceptionnalité s’étant confirmée depuis sur les récoltes successives, l’évidence s’est imposée aux observateurs intelligents (Bloomberg en particulier)4 que la Russie n’était pas seulement bénie momentanément des Dieux, mais qu’elle avait structurellement de bonnes raisons d’obtenir de telles performances:
«La Russie s’installe pour longtemps parmi les meilleurs exportateurs mondiaux de céréales»5 .

Une réalité surprenants a commencé à marquer les esprits des offices de trading, la Russie dépassa tout le monde en exportation de céréales, les US mais aussi l’UE comptée dans son ensemble, avec des productions de l’ordre de 30 millions de tonnes de blé par an et autour de 110 tonnes pour toutes les céréales. Elle gagna les marchés les plus importateurs du monde comme celui de l’Egypte 6 . En garantissant des céréales sans OGM, ce que les entités rivales Ukraine et UE ne sont plus en mesure de faire, la Russie démontre que la facilité du recours aux OGM à ses revers pour les groupes européens et qu’elle aboutit à des pertes sèches.
Leonid Bershidsky pour Bloomberg en septembre 2017 s’exclame ainsi :

«Russia Is an Emerging Superpower in Global Food Supply»

Une nouvelle donne mondiale, alors que dans les esprits des observateurs ordinaires, la Russie est un fournisseur d’énergie qui n’arrive pas à se diversifier. Sanctions et guerre des prix vont faire effondrer son économie et la transition politique tant espéré en occident va suivre. Les pseudo experts ne se sont pas privés de clamer cette enchaînement dans les amphis, sur les ondes et dans des écrits jusqu’au milieu d’affaires travaillant en Russie (CCIFR-Observo)…là fut bien le comble de l’ironie et de leur égarement7.
Dans plusieurs secteurs aussi autres que les céréales, les besoins intérieurs du pays sont désormais couverts ou presque et l’exportation apparaît comme une perspective logique. L’exemple le plus accompli dans l’élevage est celui de la filière porcine8 qui a rapidement permis d’atteindre l’autosuffisance.
En 2016, certaines productions d’élevage restaient encore pas suffisamment développées. Pour satisfaire la demande intérieure, le recours à l’importation était nécessaire pour la viande de bœuf et le secteur du lait. Ces deux secteurs offrirent des opportunités différentes de développement en fonction d’éléments géopolitiques. Le lait et les produits laitiers sont des produits de base dans les échanges entre la Russie et ses partenaires de l’Union Aurasiatique UEA, -tout particulièrement pour le Belarus-. Cette union à la différence de l’UE n’est pas limitée à la mise en concurrence des producteurs mais favorise la complémentarité pour faciliter les coopérations vertueuses et stimulantes de la dynamique économique sur la zone. La substitution aux importations ne s’imposait pas aussi radicalement que pour le secteur bovin.
Ainsi s’explique que le secteur de l’élevage bovin soit rapidement devenu un secteur prioritaire en Russie de la part des investisseurs mais aussi des pouvoirs publics locaux et fédéraux. Depuis plusieurs mois les autorités expérimentent des aménagements pour mettre en adéquations les conditions de financements des secteurs et les besoins de consommation du pays. Les succès de ces procédés incitatifs pour accélérer le développement sectoriel sont notables et ont été des déterminants majeurs de l’autosuffisance russe dans le secteur de l’élevage porcin. Le principe des taux d’intérêt bonifiés s’est imposé pour stimuler la croissance et faire «plier» les banques toujours plus avides à mettre en oeuvre des activités spéculatrices plutôt que des activités productives dans l’économie réelle. Les banques russes en la matière ne sont pas naturellement plus vertueuses…mais les institutions mises en place et renforcées dans le cadre des sanctions permettent une «rééducation» des pratiques bancaires au profit de la raison d’être majeure des banques, le financement de la sphère réelle de l’économie. La mécanique semble prendre et les banques commencent à comprendre comment y trouver un intérêt de fonctionnement. L’expertise de projets se développe avec l’incitation des programmes fédéraux et les mises en formes administratives locales et fédérales qui sont requises. Elles assurent un guidage des projets inscrits dans le réel et sur les territoires.
C’est les travaux, -de longue haleine!-, de l’IPEN RAN et du CEMI que dans le registre du renouveau bancaire dans le financement de l’économie réelle ont été défendu pour la politique économique russe, les méthodes qui ont fait leurs preuves dans la reconstruction de l’économie française durant sa période d’après-guerre. Pour ce faire une page a dû être tournée dans l’orientation naturelle du système financier russe tel qu’il avait été mis en place dans les années 90 de la transition: l’ultralibéralisme. Les sanctions financières furent une bénédiction pour rendre plus facile l’amorce de ce tournant9 .
Ces réflexions économiques ont inspiré les orientations du Club Stolypine10 , espace de conseil stratégique du gouvernement russe. Cette cellule d’analyse stratégique relie les travaux macroéconomiques des prévisionnistes à la microéconomie des entreprises sur le terrain ; des professionnels comme Boris Titov ont à coeur d’y mettre en cohérence ces deux aspects du fonctionnement économique.

Réorienter l’activité des banques dans le secteur agricole est une des modestes mais déterminantes prouesses réalisées depuis quelques années à l’initiative de cette nouvelle donne de l’économie russe. Les sanctions ont aussi apporté une légitimité à des pratiques qui complètent les mécanismes de marché pour accélérer le développement et l’aménagement des territoires. L’Occident donneur de leçon en matière de libéralisme était ainsi avec les sanctions, le premier à bafouer ses propres préceptes. La compétition à laquelle se livrent pays et firmes occidentales pour s’intimider les uns les autres et gagner des marchés sur le dos des concurrents les plus intimidables, donna à voir une réalité où la concurrence faussée devenait une arme de guerre. Ce panorama d’une jungle plus destructrice que constructrice s’est donné à voir. L’Europe en pâtit chaque jour et tout particulièrement le secteur agricole européen et les agriculteurs eux-mêmes. Comment y créer dans ce cadre des espaces de coopérations intelligents ? Un challenge pour les plus courageux!

Maintenant que ces pratiques d’incitations, qui en agriculture ont pu montrer leur efficacité et deviennent bien rodées, elles se diffusent sur d’autres secteurs clefs de l’économie russe avec des résultats également stimulants.
Le carcan néolibéral est en train de sauter en Russie quant au financement de l’économie réelle, c’est le constat majeur que les macroéconomistes peuvent commencer à faire, et que les acteurs de terrain sont aussi les premiers à mesurer les bienfaits.

Cet exemple, l’Europe ne souhaite pas le considérer pour redresse son économie, toujours plus enlisée dans la défense de ses intérêts bancaires à court terme pour assurer survie des structures en quasi faillite et préservation des bonus des castes dirigeantes. On peut se demander avec de tels exemples de succès qui finiront par transparaître dans un monde globalisé, comment une telle omerta sera possible longtemps? Resteront le qualificatif de #FakeNews et le contrôle strict de l’information!

«Agriculture russe bullish», une nouvelle #FakeNews, bientôt interdite de citer.

Image mise à la une : Un Taureau Blanc Bleu… Belge ! Pour l’adaptation d’une comptine enfantine bien connue à la génétique en Russie :  » Tous les boeufs ! Tous les boeufs aimaient la vache, mais la vache n’aimait aucun d’eaux, elle (la vache russe) aimait un taureau qu’elle avait connu à (à définir ?) Taureau! Taureau !… »

  1. A croire que leur rémunération vitale est ancrée sur leur soumission à ce que l’UE et ses élites veulent entendre. Pour une contre mesure des sanctions voir l’article «Le «flop» des experts chantres de la débâcle économique russe ! L’ONU passe à l’explication de texte…» de H Clément-Pitiot, Viableco octobre 2017 ici, repris dans les blogs de les Crises, Médiapart et StopRussophobie []
  2. Cf. op. cit H Clément-Pitiot, sur l’effet des sanction sur l’économie russe, confirmé par le rapport de l’ONU 2017. []
  3. et cela sans les production des régions de l’Ukraine de l’ouest captées par des holdings agraires européens pour l’expérimentation en OGM. []
  4. ici le lien  et encore ici et en français : ici []
  5. ici le lien avec l’article []
  6. ici le lien []
  7. ces légeretés sont-elle pardonnables? Vercueil J., Le moment politique de l’économie russe …
    www.rechercheisidore.fr/search/resource/?uri=10670/1.r2hbh8
    www.rfi.fr/emission/20150411-russie-economie-crise-debacle-poutine []
  8. Elle a de quoi désespérer les producteurs européens sous sanctions…Que ceux ci ne croient jamais qu’ils reviendront sur le marché russe. Criminels seraient les experts qui tenteraient l’enfumage. []
  9. L’exemple le plus flagrant a été fourni par le plus gros financement de projet du monde (Total – Novatek) pour Yamal , l’exploitation du gaz GLN en Arctique russe, sans un dollar du fait des sanctions voir ici et ici []
  10. pour comprendre les orientations du club Stolypine, à contre courant du modèle néolibéral occidental traditionnel F. William Engdahl «Putin: Nyet to Neo-liberals, Da to National Development»ici et en français : «Poutine : feu vert pour les nationalistes économiques en Russie » ici  et pour une analyse du pragmatisme économique en Russie : voir ici Enfin aussi «Capitalisme zoologique et totalitarisme inversé» ici
    []