Intimidations économiques ordinaires

Une note rapide (ici), publiée par la banque de France1 a attiré mon attention et ma critique.

Une note censée proposer une explication à la désindustrialisation que connaît l’économie française depuis de nombreuses années, – soit une décroissance de la part du secteur industriel dans le PIB en valeur, de  19% in 1975 à 10% in 2015 selon l’INSEE-.2.  Les  explications seraient simples à formuler et politiquement très correctes : les consommateurs changent de goût et les travailleurs (ceux qui ont la chance d’avoir un travail) travaillent toujours plus efficacement… toutes autres considérations devant être traitées comme marginales! Surtout celles qui oseraient évoquer l’Euro. Exit la considération sur l’accroissement permanent de l’excédent courant de l’Allemagne, situation qui, pourtant fait s’interroger le Trésor Français3.

Le plus surprenant de cette étude est que sont laissés de côté, même des considérations assez neutres sur des éléments comptables et techniques bien documentés : l’externalisation des activités tertiaires des entreprises industrielles. L’importance de cette question a pourtant été abordée dans une étude du Trésor et ne semble pas pouvoir être qualifiée de négligeable. Sur la période 1980 à 2007 les économistes ont évalué les pertes d’activités à 25%4.

Cette note de la BCF expose le recourt à un procédé d’information économique qui vise à servir un discours préétabli : il relève d’une réelle intimidation économique. Au moyen de ce procédé d’intimidation,  l’analyse est canaliser vers une seule logique, celle qui est jugée acceptable. Elle est présentée dans sa version la plus fruste dans la note publiée par ce qui fut notre institut d’émission : variation des goûts de consommation et productivité meilleure causent la désindustrialisation de la France. Comment n’y avait-on pas pensé plus tôt? Les baisses d’activité suivent naturellement ainsi que le chômage, la baisse de bien-être des populations et l’accroissement de la pauvreté5. Le chômage rend pauvre, un millions de pauvre en plus en 10 ans en France (ici) . Et cette pauvreté frappe tout particulièrement les plus jeunes6 . Même les réformes étatiques mises en oeuvre tendraient à accentuer le mécanisme,  et non à l’endiguer (ici).

Ces raisonnements se veulent la démonstration de l’irréversibilité du processus, seuls quelques élus du destin…et de l’éducation seront épargnés! Des études montrent en effet que les plus protégés sont les plus expérimentés et les mieux éduqués7…d’où la course aux études!

Cependant en France comme dans beaucoup de pays occidentaux, le coût des études (des frais de logement en particulier en France) ne cesse de creuser les budgets, et les dettes étudiants explosent. Il en découle que les  étudiants sont particulièrement sujets à la précarité ce que confirment les réalités observées par la Croix Rouge (ici)… Mais la logique marchande n’a pas dit son dernier mot pour «gérer» la situation : des officines proposent des «debt sex swap» et des mises aux enchères de la virginité8 pour étudiant(e)s en défaillance financière… L’humanité et la morale devraient s’y soumettre au nom du progrès…

Autoritarisme et compensation (autre nom de la carotte et du bâton) sont tour à tour mobilisés pour faire avaler ces changements «sociétaux» qui ne sont en fait que l’avatar de sociétés soumises à la loi de la jungle. La France est «généreuse» pour ses citoyens puisqu’elle est prête à accorder toujours plus d’assurance de liberté: la maturité sexuelle à 13 ans pour parfaire le programme de formation en cours,  bien «appointed» par les instances européennes. La psychologue Ariane Bilheran, dans son livre L’imposture des droits sexuels. Ou la loi du pédophile au service du totalitarisme mondial (ici) , l’expose et consacre un interview pour dénoncer les textes européens prônant l’éducation sexuelle dès la maternelle9.

Les économistes, qui se livrent à des approximations afin de tenter d’infirmer la réalité, ont peu de scrupule et s’imaginent toujours qu’ils vont avoir une place plus chaude demain, s’ils se plient aux intimidations ordinaires et disent ce qui va plaire aux media et à leurs sponsors. On sait combien ceux-ci sont attachés à ce que rien de déplaisant ne perce trop dans les pages des journaux…((Bernard Arnaud aurait réduit le budget publicitaire du quotidien Le Monde après les révélations du quotidien le concernant sur les Paradis Papers et la fraude fiscale associée (ici). )).

Une question mérite d’être posée dans ce panorama sous contrôle étroit visant l’intimidation généralisée de la société française. En supprimant l’aide aux journaux, aurait-on de meilleurs journalistes, des journalistes qui referaient acheter les journaux?

Que le brillant éditorialiste économiste, Romaric Godin, ait été éjecté de la Tribune alors qu’il était plébiscité des lecteurs, est un exemple que sacrifier la compétence est pratique courante dans la presse10. Nous ne dirons rien de plus de  la situation du monde académique avec l’exemple qui se donne à voir de la censure du blog Russeurope de Jacques Sapir sur la plateforme hypothèses…

 

Image à la une : extrait de la couverture de 1984 de G. Orwell collection Folio.

 

 

  1. Il faut bien que l’institution justifie encore d’exister, ne serait-ce que pour servir un jour, si d’aventure… Le pire ou le meilleur survenait, comme par exemple la disparition de l’Euro! []
  2. voir aussi Patrick Artus et Marie Paule Virard dans La France sans ses usines  (ici)  et  Patrick Artus et Marie Paule Virard Le Capitalisme est en train de s’autodétruire (ici). L’industrie ne représente plus que 16 % du PIB français en 2010, contre 25 % en 2000 []
  3. «Comment expliquer le niveau élevé de l’excédent courant allemand ?» (ici). []
  4. L’étude exhaustive en pdf (ici). []
  5. on peut la mesurer par le pourcentage de la population sous le seuil de pauvreté qui n’a cessé de croître en 10 ans []
  6. de 2008 à 2012 la pauvreté des enfants a cru de 17% selon l’Unicef en Grèce, 5,7% en Italie et 2% en France (ici le pdf). []
  7. cf. « Winners and losers from globalisation: offshoring benefits skilled workers and hurts the less skilled  » (ici le pdf) []
  8. voir la publicité qui s’affiche à Paris : «Romantisme, passion…et pas de prêt étudiant»( ici). En Allemagne, le business lucratif des agences de vente aux enchères de la virginité se développe. Serait-ce un modèle pour l’Europe? []
  9. Commentaire sur les Standards pour l’éducation sexuelle en Europe pour standardiser et planifier les comportements (ici)! []
  10. Suppression de la macroéconomie à La Tribune : Romaric Godin nous répond (ici) C’est Franck Julien, président du groupe industriel Atalian, nouvel investisseur dans le journal La Tribune, qui a décidé de la suppression du service de macroéconomie. []