«Viability alarm»!

 

2014-02-24

Dans la dernière publication de la revue The Lancet, une des plus célèbres revues médicales, le sociologie David Stuckler (2014) entouré d’une équipe de chercheurs des Universités de Cambridge et d’Oxford et des spécialistes londoniens des départements d’hygiène et de médecine tropicale poussent un cri d’alarme sur «l’austérité et le déni» dans l’Europe de 2014 !

 

Ils tentent d’alerter le monde sur la situation sanitaire en Grèce et fournissent des évidences scientifiques pour infirmer les déclarations du gouvernement : contrairement à ce qu’affichent les autorités grecques les coupes drastiques dans les dépenses publiques ont des conséquences sévères sur la santé de la population et en particulier celle des personnes les plus vulnérables, les sans abris et les personnes privées de protection sociale. 3 millions de grecs sont sans aucune assurance sociale (environ 1/4 de la population) et le gouvernement grec persiste dans le déni.

Outre la croissance de la mortalité due au SIDA, la mortalité infantile a augmenté de 43%. Ce chiffre est symbolique dans l’évaluation du niveau de développement d’un pays. Le retour de la malaria est un autre symptôme de sous développement qui s’installe en Grèce.

Plus de 8% en 2012 (3% en 2008) de la population est en situation de dépression nerveuse sévère, ce qui explique la croissance des suicides (+ 46% de 2009 à 2012). Alors que le pays était celui qui avait le plus faible taux de suicide d’Europe avant la crise…macabre «convergence»!

 

Les sociologues de l’études du Lancet n’hésitent pas à mettre en avant l’action de la Troïka (BCE, CE et FMI) et de la communauté internationale dans la responsabilité de cette situation. Contrairement à l’Islande, – cf. Présentation du Président de la Banque Centrale d’Islande sur le sujet, Mar Guðmundsson -, dont la voix populaire a permis d’épargner à la population de subir les dégâts de la crise financière, conséquences des prises de positions hasardeuses des établissements bancaires, la Grèce  s’est vu obligée de renflouer les créanciers en sacrifiant le bien être de sa population. Le « bail-out » qui a permis de renflouer les instances financières a été assorti de mesures de réductions des dépenses et d’accroissement des taxes. Les autorités grecques se sont fait un point d’honneur de respecter les objectifs de baisse de 6% de PIB depuis 2011 en matière de dépenses de santé. Le budget de fonctionnement des hôpitaux a été réduit de plus d’un quart et 2,7 milliards d’euros sont en train d’être récupérés sur les dépenses de médicaments sur 2014.

Depuis 2007, 6 années consécutives de récession….le PIB en chute de 25% soit la plus sévère récession en temps de paix (supérieure à la récession des US suite à 1929 cf. graphique)…laissent peu d’espoir à court terme pour l’amélioration de la situation du marché du travail. Le chômage s’installe (28% de la population) et les plus jeunes sont touchés de plein fouet (près de 65% sont au chômage). Entre 2008-20012, la population a perdu 40% de son revenu disponible (Reuters).

Même si il est possible de penser que le système de santé grec avait des sérieuses défauts, la brutalité des restrictions imposées suivant les recettes copiées de la «thérapie de choc» rend impossible la mise en place de gestion et de coordination efficaces. Au final un gaspillage de moyens et de personnels de santé est la conséquence paradoxale du procédé. La prise en compte des problèmes et non le déni systématique serait une attitude plus responsable des autorités grecques et européennes. Elles s’enlisent dans le gouffre de la non confiance et préfèrent tenter de changer les idées des européens qui souffrent en montrant combien le peuple ukrainien à faim d’Europe…

 

Un état de fait pour changer le monde

La crise de santé qui touche la Grèce mais aussi l’Espagne menace progressivement l’ensemble des pays européens.  Une fois instaurée dans les pratiques et les mentalités, le non droit à la protection sociale en Europe sera un point entériné. Il enterrera des centaines d’années de progrès social garantes de bien être collectif et de stabilité sociale mais aussi de préservation de la paix. Cette paix avait un prix, la lutte contre les inégalités que les élites d’aujourd’hui ne sont pas prêtes à payer.

Un constat s’impose face au double standard qui en est la conséquence : la santé du système financier et monétaire passe avant les personnes. L’input capital est primordial sur l’input humain dans les processus de production économique ; en effet, l’individu est remplaçable à merci à mesure que s’ouvrent les frontières de l’Europe. La liberté des mouvements des personnes permet un brassage universel au nom de la «nomadité» et du commerce des talents humains! La libération passe par la marchandisation, stade suprême de tous les matérialismes. L’aliénation enfin heureuse…! Ce discours vaguement inspiré de l’économique standard des manuels de base s’est imposé comme axe de justification et sa capacité de persuasion semble intacte… à lire les média officiels. Déni et caricatures sont de règles. Les tabloïds allemands (Bild Zeitung) qui renouent avec les discours ancestraux du mensonge et de la haine contribuent à en accuser les traits.

La jeunesse ukrainienne, relativement éduquée à qui a été promis depuis tant d’années un destin européen semble activement prête à jouer le jeu. Elle n’aura aucun état d’âme à abandonner un pays en proie à des milices d’extrêmes droites qui cherchent à ranimer les conflits de la seconde guerre mondiale que d’éternelles haines religieuses alimentent. On comprend que cette jeunesse dans sa majorité a autre chose à souhaiter…comme projet de vie et préfère rêver une vie européenne de conte de fée.

 

Quand un quart de la jeunesse européenne affronte le chômage et l’exclusion, pourra-t-elle se satisfaire de se savoir si enviée? C’est un pari sur la puissance du désir mimétique (cf. René. Girard) que la rhétorique va sublimer pour calmer les esprits. Le temps est compté… Car en parallèle l’épisode Ukrainien ouvre aussi un espace de légitimité de la violence qui gagne vite du terrain à l’ouest! Peut on penser que la ville de Nantes a fait ce week-end les frais de cette boîte de Pandore ouverte? Certains observateurs comme Martin Sieff, (The Globalist Research Center) ne se privent pas de souligner ce risque.

 

On peut s’attendre en tout état de cause que dans «ce combat girardien» où la communication prend le pas sur toute réalité socio-économique la poursuite des efforts de déni de réalité, de propagande soient la règle. On laissera encore longtemps les chercheurs à l’image de David Stuckler pousser des cris d’alarme en vain en ignorant que «le coût de la lâcheté est bien supérieur à celui du courage» (Cynthia Fleury).

Graphiques :  crises US29vsGrece09