Marc Bloch et le sursaut intellectuel

Sur un chemin de conscience intellectuelle avec Marc Bloch

Nous proposons dans ce billet et d’autres qui vont suivre, une expérience de croisement entre l’histoire et le réel : un chemin de conscience intellectuelle en faisant revivre par la diffusion, les mots d’un des historiens qui marqua le plus la discipline des sciences humaines, Marc Bloch. Il aurait certainement rêvé de disposer de notre outil, ce merveilleux «carnet hypothèses» qui peut relier le monde. Faire raisonner/résonner ainsi la voix de Marc Bloch, conformément à ces dernières volontés, est plus que légitime c’est un impératif dans le contexte présent.

L’ Etrange défaite (LED), récit et analyse, livrés pour nous, est un chemin de conscience pour gagner le courage


Perdre ou gagner une guerre peut dépendre de l’état d’esprit des combattants ou des « renonçants ». Et il en va de toutes les guerres, chaudes, froides, économiques même… Dès juillet 1940 Marc Bloch se met à sa table d’écrivain dans un coin perdu de la Creuse (Guéret-Fougères) où il se cache pour écrire…pour nous écrire.

Il se fait un devoir de conscience de tirer les leçons de cette «Etrange défaite». Il sent déjà que cette défaite va meurtrie le pays et ses âmes durablement. Il l’analyse comme une défaite intellectuelle pour les Français et une victoire intellectuelle pour les Allemands. Il faudra de nombreux mois d’occupation et l’engagement de puissantes armées étrangères…et des millions de morts pour redresser ce dérapage intellectuel de la France, rendant possible la libération du pays par les patriotes français.

«Nos chefs ou ceux qui agissaient en leur nom n’ont pas su penser cette guerre. En d’autres termes, le triomphe des Allemands fut, essentiellement, une victoire intellectuelle et c’est peut -être là ce qu’il y a eu en lui de plus grave» LED p. 26

Marc Bloch écrit les pages de LED pour que la France et les Français se souviennent, mais aussi pour que cette défaite intellectuelle puisse être évitée une fois prochaine, si d’aventure la tentation de sombrer dans l’apathie s’emparait de notre pays à nouveau. Etrange vision, insoutenable prémonition de Marc Bloch, mais admirable lucidité de l’historien et de l’observateur de terrain.

Alors que les derniers témoins oculaires disparaissent un à un, la France de 2016 est à nouveau dans la détresse et la confusion qui sapent le courage de vouloir vivre. Marc Bloch nous entraîne à refuser cette mort. Les enchaînements de soumission auxquels il a personnellement assisté et qu’il a décrits dans l’Etrange défaire lui imposent le devoir, la responsabilité de dire et de faire comprendre.

Son geste de bon sens anticipait l’expression de respect total pour les millions de vies qui allaient être sacrifiées pour notre liberté. Ces vies nous ont redonné un pays…un pays libéré. La vraie liberté est celle qu’on ne peut confondre avec l’insolence des lâches qui fleurit dans les media comme écho d’une soumission réitérée. Ce point, clef de la propagande de la soumission,  n’avait pas échappé à Marc Bloch aussi.

 

Il était grand temps pour Marc Bloch d’écrire, en cet été 1940, trois mois durant, alors que les Allemands prenaient le contrôle du pays. La France  subissait l’ambiance de haute trahison qui régnait au sein de ses élites, suite à cette cette sorte de «printemps franco-allemand» comme nous le nommerions joliment de nos jours.

Il s’agit aussi de bien comprendre la nature du désespoir de l’historien. Un désespoir de ne pas avoir dit à temps, tel est bien son regret ultime. Résistance ensuite pour lui, une nécessité pour supporter les plaies ouvertes de l’esprit qui lui feront accepter les plaies physiques de la torture et son terme de paix, l’exécution en héros sous les balles Allemandes en juin 1944.
Ne pas avoir dit, tout en voyant, tout en dissertant avec son entourage académique, furent à l’origine de la meurtrissure profonde, longuement décrite et analysée ex-post par l’historien. La facilité de vivre qui mine le courage et l’énergie de dire au bon moment…et qui laisse du sang sur les mains et l’esprit. Comment la fuir ? Sinon en lisant son remord. Il nous l’a livré en testament pour que nous menions cette réflexion vitale.

«J’appartiens à une génération qui a mauvaise conscience» LED p.106
(…) Et pourtant, paresseusement, lâchement, nous avons laissé faire. Nous avons craint le heurt de la foule, les sarcasmes de nos amis, l’incompréhensif mépris de nos maîtres. Nous n’avons pas osé être, sur la place publique, la voix qui crie, d’abord dans le désert, mais du moins, quel que soit le succès final, peut toujours se rendre la justice d’avoir crié sa foi. Nous avons préféré nous confiner dans la craintive quiétude de nos ateliers. Puissent nos cadets nous pardonner le sang qui est sur nos mains !»
(…) Tout ce qu’on a lu plus haut sur les faiblesses qui, peu à peu, minaient la robuste santé du pays, sur la léthargie intellectuelle des classes dirigeantes et leurs rancoeurs, sur les illogiques propagandes dont les mixtures frelatées intoxiquaient nos ouvriers, sur notre gérontocratie, sur le malaise de l’armée, dans la nation, tout cela ou presque tout, il y a longtemps que nous nous le murmurions, entre amis choisis. Combien ont eu le cran de parler plus fort ? » LED p.107

La responsabilité est grandement ressentie surtout par un spécialiste des sciences humaines attaché à analyser pour bien connaître le fonctionnement et l’âme d’une société dans le présent et la durée. La cause? Le fatalisme, le doute d’une manifestation à la marge, la faiblesse de l’espoir et de la foi qu’anéantit le confort académique? Tels sont les ingrédients du diagnostic de l’historien, les poisons de la conscience qui ne cessent de miner son âme.
«Nous avions une langue, une plume, un cerveau. Adeptes des sciences de l’homme ou savants de laboratoires, peut-être fûmes-nous aussi détournés de l’action individuelle par une sorte de fatalisme, inhérent à la pratique de nos disciplines. Elles nous ont habitués à considérer, sur toutes choses, dans la société comme dans la nature, le jeu des forces massives. Devant ces lames de fond, d’une irrésistibilité presque cosmique, que pouvaient les pauvres gestes d’un naufragé ? C’était mal interpréter l’histoire. Parmi tous les traits qui caractérisent nos civilisations, elle n’en connaît pa s de plus significatif qu’un immense progrès dans la prise de conscience de la collectivité. Là est la clef d’un grand nombre des contrastes qui, aux sociétés du passé, opposent, si crûment, celles du présent.» ED p. 107

La mort comme soulagement d’un sentiment intenable d’être passé à côté d’une tache déterminante. Alors pour réparer tout faire… écrire, dire mais en sachant amèrement qu’il fut trop tard pour son présent, alors il écrivit pour dire pour demain… pour la France de demain, -celle  qui aura pu peut-être être reconstruite-,  pour qu’elle ne tombe plus, sous le joug de la lâcheté intellectuelle, dans la soumission.

Il est temps de faire résonner les paroles de Marc Bloch, elles sont une chance, un chemin tracée. Ce chemin sera la rédemption ou le pardon possible des âmes torturées. Celles de Marc Bloch et de ses collègues avec leurs non-dits, celles de nos collègues semblablement muets qui s’engagent dans les affres éprouvées par Marc Bloch, simplement parce que l’intimidation de nos jours aussi est souvent la plus forte.

Tels sont ma promesse et mon engagement pour témoigner. Ainsi porter l’espoir est très léger et facile… La communauté du net et ses réseaux nous offrent facilement les moyens de ne plus subir la douleur mortelle de Marc Bloch et de ses proches morts sans voix.

Voir, comprendre et dire, trois sens de l’humain à l’heure où le trans-humanisme rivalise avec l’EI pour avoir le dernier mot et anéantir notre histoire. Savoir que nous avons aussi les moyens de résister!

 

 

img_1804

A suivre…

Texte de référence : Intégrale de l’ouvrage de Marc BLOCH
Cette édition électronique a été réalisée par Pierre Palpant, bénévole (Courriel: ppalpant@uqac.ca à partir de Marc Bloch (1886-1944) L’étrange défaite, Témoignage écrit en 1940
Société des Éditions Franc-Tireur, Paris, 1946, pages 21-194.
L’édition papier contient un avant-propos de Georges Altman.
Édition numérique complétée à Chicoutimi le 15 août 2005.

lien : http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/etrange_defaite/bloch_defaite.pdf

Photos : Oeuvres de Dragan Bartoula (huile sur toile) 2014 – Exposition Kremlin de Riazan 10 nov.-17 dec. 2015