Banques centrales radicalisées et déphasage climatique

La main bien visible des banquiers au nom du néolibéralisme et de l’économie orthodoxe est certainement la plus grande supercherie économique de notre temps : Avec la strangulation drastique des mécanismes monétaires pour sauver la finance Casino de l’explosion, les banques centrales livrent une bataille contre les mécanismes économiques naturels… Elles tentent d’artificialiser la dynamique économique et oublient que la raison d’être de la finance c’est d’abord l’économie réelle et non le primat du jeu. Un peu de réflexion économique et de mesure du temps et des saisons permettent d’illustrer cet égarement.


Au début fut la radicalisation de la finance
Au départ les intentions semblaient bonnes, Il s’agissait de lisser les cycles conjoncturels et adoucir l’impact des crises économiques sur les économies réelles. Mais la méthode qui fut prônée aurait dû alerter plus que quelques observateurs attentifs aux faits de l’histoire des économies monétaires et des mécanismes en oeuvre. Il est donc devenu  à la mode de gommer l’interventionnisme étatique pragmatique en laissant faire les marchés …et donc les acteurs financiers. Le discours conventionnel (des anticipations rationnelles) voulait que ceux-ci sachent plus que les autres ce qui était bon pour l’économie réelle…. Ils l’avaient appris dans les livres! Des livres de recettes qui devaient eux-aussi ne jamais se tromper, dans un monde arrivé à l’apogée de son sens…et à la fin de l’Histoire!

Ainsi se radicalisèrent la finance et ses acteurs, poussés par une vague de croyances et de conventions de caste. Elle s’est montrée capable de drainer toutes les aspirations de plusieurs générations d’étudiants et de professionnels hors du réel.

Puis survint 2008 avec la crise de viabilité du système. Mais rien ne changea alors vraiment… La question d’une bifurcation dans la stratégie de financiarisation a-t-elle même été envisagée? Peut-être par quelques individus qu’il a été facile de faire taire (DSK ?) ce qui permettait de continuer à ignorer dédaigneusement ceux qui s’acharnaient à proposer des alternatives… Un non-conformisme qui ne pouvait relever que de la pathologie. On se souvient encore des regards méprisants lorsqu’on osait douter de la pertinence de la politique monétaire Européenne et de l’Euro.

La crise généralisa cette radicalisation aux banques centrales
Les banquiers centraux se sont «radicalisés» quand ils ont commencé à user et abuser de l’interventionnisme radical : la politique monétaire destinée à préserver le Casino lui-même des conséquences de la crise la finance qu’il avait provoqué. Les banquiers centraux ont alors imaginé le procédé « magique » pour immuniser la finance des conséquences de ses erreurs de stratégie économique à grande échelle. Les boucs émissaires s’imposaient d’eux-mêmes : les exclus du jeu financier, présents et à venir. Le choc sur la sphère réelle de l’économie fut négligé mais non négligeable. Le mécanisme permis de siphonner les ressources économiques pour alimenter encore plus le jeu monétaire et financier globalisé. La destruction massive des économies réelles nous est présentée maintenant comme une surprise…! Mais aussi comme une fatalité que les peuples devraient accepter. Ceux-ci semblent avoir le mauvais goût de ne pas se réjouir de leur sacrifice au nom de la globalisation heureuse.
Kondratiev et les saisons de l’économie
Dans les années 20, L’économiste Russe Nikolai Kondratiev (1) a développé une théorie des cycles économiques. Ces cycles de long terme (50-60 ans) -qualifiés en son honneur plus tardivement de « K-waves » ou en français de « cycles de Kondratiev »-, expliquent que les systèmes capitalistes sont sujets à des crises et dépressions sévères qui sont ensuite suivies par des périodes de redressement économique. A partir de ce raisonnement il tenta de formuler des prévisions de l’évolution macroéconomique.
Les cycles de Kondratiev sont déterminés par divers mécanismes dynamiques qui se superposent : L’investissement, la démographie, la répartition des activités entre les différents secteurs économiques, les innovations technologiques, les relations et conflits extérieurs, les mécanismes de fixation des prix. La question de l’endettement et du désendettement influe aussi.
La théorie des cycles de Kondratiev se réfère à un vocabulaire illustré, emprunté au cycle des saisons :

  • Printemps, phase ascendante du cycle, souvent inflationniste, riche en innovations technologiques génératrices de développement et de croissance de productivité.
  • L’été, période d’apogée, de bulles, de confrontations voire de conflits potentiels
  • L’automne est la phase de transition où la bulle et la spéculation (rationnelle financièrement et irrationnelle du point de vue de l’économie réelle) explosent. L’euphorie est remise à sa place.
  • L’hiver caractérisé par la déflation, la hausse des taux d’intérêt, la chute des bourses, la dépression économique, des faillites et du chômage. Un nettoyage des dettes et des engagements indues a lieu alors

 

 Un déphasage climatique du monde économique: l’hiver plus rude pour l’économie réelle

La phase hivernale du Kondratiev est celle que nous vivons actuellement (2). En général l’hiver pour Kondratiev dure 20 ans… La question est quand a-t-il commencé? En 1997 avec la crise asiatique ou en 2000 avec la crise des nouvelles technologies? On peut discuter.
Ce réel nous montre que nous sommes actuellement dans une phase de dépression sévère de l’économie réelle, les prix des ressources chutent faute de résistance de la demande (3), les monnaies s’affrontent, les marchés s’agitent et les dettes doivent toujours se nettoyer…ultérieurement. Le système financier affronte des difficultés récurrentes qui touchent les plus grandes institutions financières de la place (Deutsche Bank) mais des « miracles » les sauvent régulièrement.

Les anomalies au tableau dessiné par Kondratiev sont criantes :

  • la non-conformité des mouvements des taux d’intérêt…radicale : des taux à zéro voire même négatifs
  • La santé relative des marchés de titres (actions et obligations). De brèves secousses, mais rien de majeur jusqu’à présent
  • L’ajustement «normal» par le nettoyage des dettes n’a pas lieu. Bien au contraire, on assiste à une fuite en avant dans l’endettement (plus de 200 milles milliards de dollars, une progression de 130% depuis 2000).

Cette situation exceptionnelle du point de vue de l’analyse dynamique cyclique est due à l’intervention radicale des banques centrales : la politique monétaire globale des banques centrales.
Le résultat est un déphasage climatique du monde économique!
L’hiver ne touche que les marchés du travail et ceux des biens réels, les acteurs financiers et leurs instruments sont immunisés du froid.

Les banques centrales ont réduit les taux d’intérêt pour tenter de stimuler l’économie et prévenir la dépression. Mais cette stimulation contra-cyclique a été canalisée sur une partie du système économique, la sphère financière. S’y concentrent les avantages, des taux d’intérêt bas et des capacités quasi illimitées d’emprunt.
Le cycle du nettoyage des dettes a ainsi été canalisé et reporté sur l’économie réelle sans que celle-ci ne soit en mesure de faire face à cette charge en continu.
En voulant faire bénéficier la finance « du beurre et de l’argent du beurre » (4) , les banques centrales ont brisé la dynamique économique globale, rendant impossible le retour du printemps pour tous!

La question de la réversibilité du processus est une première ligne pour les économistes avisés. C’est un débat sous-jacent dans des pays comme la Russie, mais aussi peut-être  bientôt aux USA. L’Europe encore ne se pose pas vraiment la question et laisse filer les dysfonctionnements et les profiteurs en tous genres.

 

Notes :

(1) N. Kondratiev (1925) The Major Economic Cycles. Cet ouvrage est une application de sa théorie des cycles comme illustration de l’histoire économique des pays occidentaux depuis la fin du 18e siècle ; c’est à dire depuis que ces pays ont pris le tournant de la révolution industrielle.

(2) C’est ce point que rappelle Kim Iskyan , économiste et éditeur d’une chronique d’investissement à destination des nouveaux espaces (Asie et Eurasie) dans the Truewealth Asian Investment Daily

(3) Une exception le marché de l’or, mais celui-ci est sujet à tant de manipulations via les instruments associés qui tentent de contrer les effets des demandes croissantes des banques centrales des BRICS.

(4) certains ajoutent « la crémière« !

Image à la une : « Chart courtesy of longwaveanalysis.ca »