Deutsche Bank, marqueur définitif du paradoxe européiste ?

 

Je voudrais d’abord préciser en quoi la notion de paradoxe est constitutive d’une réflexion alternative et comment elle est pour moi un guide de l’analyse tant économique que sociale. Ensuite j’aborderais le paradoxe européiste expression que m’inspire l’ouvrage de Brooke et North et sa préface de J. Sapir. Le commentaire du Directeur du CEMI est inspiré de la révélation d’un autre paradoxe révélé par Simon Epstein, Un paradoxe français (1) Cet ouvrage de 2008 fut déterminant pour procéder à une relecture des conventions historiques véhiculées communément sur la période de l’occupation de la France par les Allemands. La relecture éclaire les jeux de rôle sur une période plus large. Elle permet de mieux appréhender nos phobies afin de faire la part entre nos culpabilités imaginées, réelles et surtout celles dont la tentation de dissimulation demeure.
Enfin je dois préciser aussi que j’adhère à l’idée théorique que toute crise dispose d’un moment de révélation, possible tournant qui va rendre aussi imminent la mis en place d’un compromis nouveau (2)
Cette réflexion s’inscrit dans la perspective qui taraude tous les esprits tournés vers le futur. J. Sapir a choisi de l’aborder de front dans le billet titrant «Le dilemme de la lutte contre la néolibéralisme, persuadé qu’il faille  prendre la porte ; la quête de souveraineté et la mémoire l’imposent. Alors comment et avec qui la pousser en premier…cette porte? Tels sont bien les débats d’une grande actualité sur lesquels on ne peut qu’être surpris par l’étendue du mutisme de l’aréopage économique. Il est bien trop occupé à des tâches beaucoup plus sérieuses, destinées à des publications internationales de renom dans des revues accréditées par les instances de la normalisation que l’on devine en majorité sous la férule des anglo-saxons. Diversité oui mais pas trop! Encore un paradoxe. La réalité et ses turpitudes économiques ne sont pas décidément du ressort des économistes de bon ton… Les mains dans le cambouis seraient uniquement pour ceux qui ne peuvent pas faire autre chose? Disons allègrement à l’italienne -car nous sommes peut-être plus européens qu’eux dans le fond-, «Basta»!

Reprenons ainsi la logique selon les 3 points précisés

 

De l’enjeu/importance des paradoxes

L’été a été propice à étouffer les difficultés de la Grande banque de Francfort Deutsche Bank qui avaient commencé à fleurir bien avant le printemps 2016. Les attentats, le burkini furent autant d’occasions pour occuper la presse et les esprits avec la peur, la contestation et l’accentuation des antagonismes au sein de la société accusant toujours plus sa fragmentation. Un climat idéal pour laisser au second plan les questions financières qui taraudent la construction européenne car elles mettent facilement en lumière ses dysfonctionnements et les défauts de ses institutions…. Dans cette perspective, cet automne à Paris sont prises en grande considération les aspirations des nudistes -c’est de moins en moins de saison…mais l’attitude prouve au moins «l’état d’urgence» du sauve qui peut. Tout semble possible comme argument à mettre en avant pour orienter les états d’esprit hors des préoccupations économiques. C’est un sommet de l’anachronisme climatique puisque les revendications identitaires en matière de nudité font suite à l’épisode burkini, très habillé de l’été ; de quoi vraiment sourire de cette post-modernité appuyée et théâtralisée. (3)

L’activité autour de ce qui est appelé le «vidage» de la Jungle de Calais, arrive aussi au bon moment pour continuer à mobiliser les acteurs et la sociétés dans des querelles sans fin. La communication aidant avec des media rodés à la propagande, la suite de l’épopée de Deutsche Bank  et ce qu’elle nous révèle pourrait être passé sous silence et n’intéresser que des professionnels bien éloignés des soucis de la société.

L’épisode importe pourtant par sa portée sectorielle d’abord : le secteur bancaire est un secteur en difficulté et c’est bien le malheur des éducateurs qui ont développé en priorité des formations «finance et banque» dans toutes les universités sans se soucier si le «marché» suivrait et jusqu’à quel horizon. Même la crise n’a pas servi d’alerte… L’inertie des positions acquises rendait impossible un redéploiement intelligent sur d’autres domaines de formation. Une des raisons du chômage des jeunes diplômés en France est à mettre au compte de ses erreurs de prévision qui deviennent structurelles dans le système éducatif français. Ces erreurs de prévision maintenant manifestes soulignent une autre caractéristique inertielle plus générale. Il était impossible de souligner ce risque d’inadéquation des formations tant la convention «la finance peut tout…» était religieusement défendue par le milieu académique. Il était en effet peu enclin à contredire la pensée dominante et la théorie économique standard (neolibéralisme) et s’en faisait l’avocat, gageant ainsi tant des contributions financières auprès des institutions de la profession qu’auprès des instances européennes. L’incitation était ainsi à son comble de louer la capacité de développement de la finance et la convergence promise par la construction européenne. Ainsi on pouvait compter de multiples porte-paroles très déterminés dans tous les amphis de l’hexagone ou presque (4). Ce monde reconnaît difficilement ses faux-pas et ses erreurs! Nous en prenons acte mais ce n’est pas nouveau dans l’histoire.

Plus de 20 ans de ce régime de formatage des esprits, par l’éducation, la propagande des media et l’ambiance professionnelle as usual qui se chargeait de recadrer les esprits «divergent» laisse des traces. Elles marquent à la fois la réflexion économique et notre capacité de réaction -réaction viable donc à temps- pour recadrer les dynamiques économiques.

La résilience de la pensée à ce rouleau compresseur est-il un exploit, un déterminisme, une coïncidence, une grâce? On peut l’analyser par des expériences personnelles (5) qui permettent de souligner comment la question du repérage des paradoxes est majeure. Il en va d’un entrainement à la pensée logique où l’art de repérer et d’éclairer les paradoxes  se fait porteur de libération vis-à-vis des mécanismes de formatage.

Le formatage est une construction stratégiquement qui se veut exclusive et qui vise la convergence en tout et le mimétisme . Enjeux des sciences militaires et résultats de recherches comportementales et cognitives actives, il sert à prendre le contrôle des pensées, les «gérer» en mobilisant une pensée virtuelle construite pour remplacer le réel.   La sociologie et les sciences cognitives révèlent  les possibilités de l’ingénierie sociale dans le domaine économique l’acception adaptés est celle de « convention ». Ce terme étant celui qui fut choisi  et intégré dans le raisonnement d’un groupe d’économiste qui a joué un grand rôle dans ma formation intellectuelle : les économistes des conventions…et j’utilise « convention » abondamment dans mes analyses du contexte qui ponctuent les mécanismes dynamiques de l’économie. Dans une perspective d’analyse de viabilité, les contraintes de viabilité découlent des particularités du contexte dans ses caractéristiques physique, historique mais aussi par la construction des mentalités. L’économie n’est en aucun cas hors-sol contrairement à ce que distillent les diktats néolibéraux que nous entendons quotidiennement. Ainsi ces conventions en rythment le cours…on ne peut les laisser de côté.

Tout au long du formatage néolibéral uniformisant, on assiste à un mouvement compensatoire, avec la mise en avant du concept de post-modernité, de tribus, plus ou moins puisée chez les habitus des anthropologues. S’agissait-il de «noyer le poisson» de mettre en forme au sens de François Aymard Duvernet en donnant l’impression de l’émergence d’un foisonnement de possibles et de libertés, alors que les règles du fonctionnement économiques et sociales se crispaient de plus en plus sur des principes qui devenaient indiscutables (fonctionnalisme). Qui voulait les discuter courait un risque d’omerta disciplinaire plus ou moins implicite. Elle pesait en termes de contraintes accrues grevant automatiquement les possibilités professionnelles. La post-modernité était savamment contenue dans le jeu de la vie privée tout en permettant l’exposition de différence d’une façon bien codifiée. L’important était que la partition dite soit elle conforme au standard et à l’esprit distillé. Un totalitarisme qui se drape dans le visage de la démocratie d’apparence mais un totalitarisme pas si «soft «qu’on aurait pu le penser car systématique». (6)

Le paradoxe européiste

Il a certes plusieurs facettes mais je préfère lui garder son singulier car il s’agit bien d’un  processus global qui a pour fin la constitution d’un nouvel empire. Les regards distanciés de Christopher Booker et de Richard North qui ont publié en 2003 l’ouvrage enfin traduit en français cet été, La grande dissimulation, (préface de Jacques Sapir ) op. cit. , nous permet éclaire. Il en révèle les déterminants et les méthodes caractérisées, -même à l’heure des affichages pro-transparence-, par une grande opacité. Paradoxes encore du discours et des mots tels qu’ont pu les relever George Orwell. Tout au long du processus de construction européenne (construction stratégique!) mises en forme et des mensonges foisonnent pour dissimuler une idéologie anti-démocratique et la soumission à un contrôle de l’Europe par la puissance américaine. La construction européenne, «l’Europe moderne» fut un projet pilote que l’Allemagne nazi a souhaité imposer aux pays sous occupations. Ainsi la 2de Guerre mondiale fut un moment majeur de l’intégration européenne sous le contrôle du Reich. Des documentaires conservés dans les archives du cinéma ne laissent pas de doute sur le sujet! Il s’agit des inaugurations des grandes expositions qui se sont déroulées au Grand Palais à Paris en 1941 et 1942 sous l’égide de l’occupant et du gouvernement de Vichy (ici en video et aussi). Elles avaient pour objet la promotion de l’Europe Moderne et la fin des nations. Les images datant du 6 juin 1941, relatent l’inauguration à Paris de la première exposition de la France Européenne au Grand Palais. Dès la cinquième seconde, deux immenses cartes apparaissent sous nos yeux avec l’effacement des Nations devant l’Empire, pour resurgir de nouveau en arrière-plan à la fin du reportage. Déjà il était présenté qu’il n’y avait pas d’autre alternative pour la France… La seconde manifestation de la France Européenne le 12 avril 1942 intitulée: La vie nouvelle,  «annonce les préceptes de la communauté sociale de demain…».

Cette carte d’époque fait également sourire tant elle est édifiante.

 

cmcn54hwgaas2n0

 

Alors que le projet européen est présenté comme porteur de «valeurs», la réalité le fait apparaitre comme une mise en forme de principe de traités, de normes, de sanctions d’amendes même (7). C’est le fonctionnalisme qui le régit à toutes les étapes de son développement y compris l’union monétaire. Il est aussi présenté et célébré (prix Nobel de la paix) comme garantie de paix en Europe. Au danger de guerre, il remet en avant la soumission des nations à un ordre supérieur en défendant que la souveraineté, associée au nationalisme (l’identification des 2 est manifeste dans ce tour de passe passe) serait le ferment des guerres. Cette attitude sur laquelle le fédéralisme européen s’alimente n’est pas nouvelle. Elle a déjà fait passer nombre de socialistes pacifiques des années 30 à la plus radicale collaboration en 40. Nos figures clefs de l’Europe, « les pères » comme ils convient de les nommer dans le catéchisme européiste, maintenant que les archives s’ouvrent et que l’information circule, laissent peser des ambiguïtés dérangeantes : Robert Schuman, vota les pleins pouvoirs constituants à Pétain le 10 juillet 1940 par l’intermédiaire de la loi constitutionnelle voulue par Laval. L’historien Simon Epstein comme le souligne a juste titre Jacques Sapir dans la préface de la Grande dissimulation, avait bien soulevé ce paradoxe : les collaborateurs anti-juifs furent souvent plus convertis du socialisme que venus de la droites même de celle aux accents fascisant, qui eux ont pris finalement le maquis. Ce constat Ilya Ehrenbourg, grand connaisseurs de la France et de ces mentalités de l’époque, l’avait déjà fait dans la Chute de Paris, publié en 1942 avec un certain talent prémonitoire.
Ces points précisés, d’autres paradoxes se lèvent et la logique chemine mieux. On explique alors ce penchant à prendre de la distance avec l’histoire, avec l’éducation de l’histoire qui se trouve réduite à mesure que la construction européenne porte sa marque sur la société. Plus techniquement, il est de plus en plus imposé dans les programmes d’histoire de ne pas aborder les raisons des conflits qui seront alors traités globalement sur le mode de l’émotion…et du rejet du nationalisme. Il serait le seul responsable et on devrait intégrer le sentiment de culpabilité durablement.
La dernière étape serait d’anéantir l’identité de ces nations, s’assurant ainsi à jamais que se clôt la question de la souveraineté. Qui peut le plus peut le moins. Avec une nouvelle identité imposée, européenne…plus de revendication de souveraineté des nations. La démocratie peut repartir sur de nouvelle base, une meta-démocratie assainie!

Ne pas s’y tromper, il s’agit bien d’un sens de la démocratie à géométrie variable surtout quand il est motivé par le souci d’accaparer, territoire, entreprises, savoirs, ressources….Un système de prédation à l’origine de bien des drames humains. La globalisation contrairement à l’idée commune, n’empêchant en rien de raviver les entraves à la concurrence voire même le contraire, elle les exacerbe (affaire de l’amende US de la BNP, puis Deutsche Bank et maintenant Natixis?)
L’UE expose toujours plus maintenant ses fraudes, ses entraves démocratiques, il y a de quoi s’alarmer pour tous les goûts et toutes les sensibilités…Parée dans le passé de tous les rêves, comme ne pas prendre conscience que ce rêve tourne en cauchemar. Le comble peut-être de ce constat c’est qu’il est porté maintenant aussi par les institutions les plus européistes (8). Voilà une tentative désespérée de conserver positions et postes! Ce revirement est tel qu’on peut formuler l’hypothèse d’hypocrisie et d’imposture en suivant les travaux de Roland Gori en particulier l’ouvrage sur La fabrique de l’imposture.  Ce clinicien a beaucoup à nous apporter pour l’analyse de l’imposture des experts européens qui nous laissent sur notre fin en matière d’éthique… Mais le terme a certainement pris un sens inversé en Euroland comme d’autres mots.

On trouve bien un bilan accablant dans le rapport des 2 think tanks, l’Institut Jacques Delors et la Fondation Bertelsmann Stiftung, daté du 20 septembre 2016. Mais non ce n’est pas Jacques Sapir qui l’a écrit…peut-être inspiré! Le rapport fait un bilan accablant de l’état de l’Union économique et monétaire en Europe, tout en proposant une «trousse de secours»…On l’imagine très bien. On va nous dire  qu’il faut recommencer et que cette fois, ils vont le faire mieux… car ces experts  savons toujours mieux que tous les autres! Encore une fois derrière ce faux semblant s’avancera.

Rien à redire en revanche sur le constat :

«Dans sa forme actuelle, l’UEM n’est pas viable à long terme. La crise actuelle l’a poussée à ses limites, et la prochaine crise risque de la faire exploser», écrivent donc les auteurs de cette étude sous la supervision de Jacques Delors et c’est d’ailleurs lui-même qui en signe la préface.
Et la « trousse de secours » gageons qu’elle sera encore une fois la voix du fédéralisme… Les problèmes sur lesquels tout le monde s’accorde enfin…. ne viendraient que de «l’architecture incomplète».
Il devra s’en suivre un Mea culpa appuyé vis-à-vis de la Grèce si on s’en tien à ce qui est dit « La participation à une union monétaire a donc privé les économies nationales de leurs canaux d’ajustement traditionnels mais n’a pas fourni de remplacement viable»…«que contrairement à d’autres unions monétaires, la zone euro n’a pas de budget fédéral puissant qui pourrait atténuer les conséquences de la divergence» entre les pays.

Tout y est ou presque… Impossible désormais de dire qu’ils ne savaient pas, une page est tournée.

Une question cependant : Pourquoi tant de temps pour comprendre alors qu’étaient dénigrés les économistes qui s’acharnaient à faire de telles analyses (L’Euro croyances et d’illusions dans Viableco (ici) )? Quelle confiance avoir avec un ralliement aussi opportuniste…et si tardif.

La convergence oui, enfin : celle de reconnaitre que l’UEM  et l’Euro donc aussi  ne sont pas viables ; mais ce n’est pas le fédéralisme maintenant qui va les sauver tant il a été discrédité par des procédés insidieux et anti-démocratiques. C’est le fonctionalisme qui a tenté d’imposer en catimini le fédéralisme qui a tué l’Euro…en tuant la souveraineté des Etats et leurs capacités de réaction.

 

La DB sera t’elle le symbole final?

En cas de survenue d’une nouvelle crise, comme celle de 2008, «il est peu probable que l’euro survive», estime l’étude de l’institut Delors.

Pendant combien d’années voire décennies a-t-il fallu mettre en avant la dynamique économique, les chocs exogènes et les situations asymétriques…pour être enfin entendu? Combien de recherches stériles sur la convergence, de temps perdus, de compétences sclérosées…parce que des experts comprenaient lentement?
Il est arrivé ce qu’il devait arrivé car notre monde de l’économie n’est pas dans la statique comme se contentait de l’imaginer les économistes à courte vue. : La crise financière de 2007-2008 constituait le type même de «choc exogène» que l’UEM n’était pas en mesure de gérer. L’effet dans un environnement économique asymétrie s’est propagé en chocs asymétriques fusant de toute part, que chacun voulait faire reporter sur le voisin… On fit payer le rétablissement momentané des banques allemandes par la Grèce par pression autoritaire (pour ne pas mettre en péril les créanciers imprudent! Devinez qui? ). L’UE a singé ainsi une nouvelle occupation du pays. L’hypocrisie sordide a été d’utiliser pour se faire les mêmes mots et les mêmes accusations que la propagande nazie. Les dettes privées ont été transférées en dettes publiques et on a eu alors une crise des dettes publiques, argument des cures d’austérité ou l’économie réelle s’est décomposée. (sous-investissement et chômage, misère)
L’austérité tue comme le rappelle D. Stuckler et Sanjay Basu (voir un article ici)
«De quoi la DB est-elle le nom?», titre l’article de Romaric Godin dans la Tribune en février 2016. Il a été réactualisé à peu de mots en ce début d’automne tant l’analyse du journaliste économique avait une valeur de fond conférant à ce travail une capacité de prémonition. Lui seul permet-il de racheter l’aréopage de journalistes alimentés par l’incohérence du court terme dont l’inutilité fait pitié? Disons qu’il donne au moins un exemple…Auxquels les plus habiles pourront se raccrocher.

Son constat est sans appel : «on voit mal comment, en cas de besoin, la Deutsche Bank (DB) pourrait encore lever des fonds. Qui irait investir dans une banque soumise à des dizaines de litiges, dont le bilan est criblé de produits spéculatifs, qui est extrêmement sensible à une remontée des taux ou du dollar et dont l’action a perdu 57,8 % de sa valeur en un an ?»
La seule alternative c’est Angela et les contribuables allemands…encore une fois. Cette question arrive au pire moment pour la Chancelière (DB, un dilemme cruel pour Angela Merkel ici)

La Grèce a payé le prix pour les premières difficultés de la DB du à son exposition majeure sur les subprimes… Un pays et sa population mais aussi un gouvernement démocratiquement élu ont été sacrifié ; l’ensemble des membres de la zone Euro est complice de ce choix diabolique…
En 2009 l’aide apportée aux banques allemandes par l’Etat Allemand -pourtant champion en matière d’ordo-libéralisme de discours- s’est matérialisée par la prise de contrôle de l’ensemble Commerzbank-Dresdner Bank à hauteur de 25 %, la nationalisation de Hypo Real Estate, – la première depuis 1932 -, et le sauvetage des banques régionales (Landesbanken ). Pour ce sauvetage les Länder allaient être soumis ensuite à de fortes restrictions budgétaires propageant le sous-investissement public chronique en Allemagne.
Alors rejouer en 2016 une partie similaire rendrait furieuses les populations en voyant encore une fois l’argent public utilisé pour sauver DB, banque finalement fort peu populaire outre-Rhin. « Sauver » Deutsche Bank serait donc un suicide électoral pour la chancelière.

Difficile aussi de faire croire à la rigueur de l’ordo-libéralisme allemand donneur de leçon à toute l’Europe quand la réalité est si contraire au dogme affiché. Crédibilité interne érodée de la Chancelière mais aussi un risque de perte de crédibilité au sein de la zone euro et avec lui l’impossibilité de reculer plus longtemps la mise en place du « troisième pilier » de l’union bancaire -garantie paneuropéenne des dépôts de moins de 100.000 euros-, en mettant en avant la mauvaise santé des banques des pays du sud «mauvais élèves». Wolfgang Schäuble use et abus de cette rhétorique trompeuse en stigmatisant pour les banques du sud sans voir le drame des banques allemandes.
Si l’Allemagne vient encore directement en aide aux banques allemandes, via la plus grandes d’entre elles Deutsche Bank, elle risque de perdre tout levier dans son discours autoritaire. Alors le caractère bancal de l’union bancaire actuelle s’affirmera au grand jour et la finance allemande, comme un espace du faux semblant et du mensonges.
Conclusion

Jacques Sapir s’interrogeait dans le dilemme de la lutte contre le néolibéralisme sur la transition à venir… Le pourquoi, c’est clair pour lui et maintenant aussi pour le fondateur de l’Euro Jacques Delors. Le comment,  il le dégageait à partir de scenarii de l’ étude des mécanismes dynamiques en oeuvre (Etude pour Respublica avec C. Durant et Ph Murer)(9). Trois alternatives du comment sont envisagées.
Mais s’il doit y avoir un moment à repérer…alors le moment DB peut être candidat, rendant incontournable la transition … Une chute du mur de Berlin de la finance!
L’ingérence US pourra encore être mis en avant comme excuse. Les amendes records mais justifiées comme déclencheur de la fragilisation… L’Europe demeure bien le terrain de jeux et d’expérimentations parfois aléatoires de nos alliés d’Outre-Atlantique. C’est une réalité que l’Europe peine à voir et à assumer dignement, sans même qu’il soit question de la surmonter (10).

 

Notes

(1)Epstein S., Un paradoxe français, Paris, Albin Michel, 2008.

(2) en référence à la dynamique de la justification chère à B et T. De la justification. Les économies de la grandeur
Luc Boltanski et Laurent Thévenot, Gallimard, 1991.

(3) Contrairement à une collègue dont je respecte l’avis je ne dirais pas qu’il suffit d’en rire pour que le procédé ne marche plus… il me semble qu’il y a un effet de seuil qui réclame de dépasser le rire trop civilisé pour être une arme de défense.

(4) je m’efforce de croire qu’il y a quelques rares étudiants qui se souviennent tant à l’EHESS ou aux Universités de Cergy-Pontoise comme de Dauphine de mes cours qui ne manquaient pas de peser les risques de déstabilisation et de crises (gros mot du moment) de cet amalgame de la financiarisation économique.

(5) L’expérience de chacun peut apporter des éléments de réflexion. En ce qui me concerne, si je m’interroge, il m’est difficile de répondre catégoriquement d’où m’est venu ce penchant pour le soupçon et comment il est demeuré et a pu être cultivé? Cause ou conséquence, une sensibilité exacerbée? Laquelle s’est nourri par des expériences concrètes, dans lesquelles je devais donne le change… J’étais du Sud de la France et j’ai été confrontée à une forme de racisme inhérent au parianisme bon ton (qui n’est pas nouveau). Mon accent choquait il y avait toujours un professeur, voire une infirmière au Lycée qui n’avait de cesse de m’humilier pour mater ce qu’en moi il me restait comme signe distinctif! J’en fus marquée durablement ce qui a développé une sorte d’instinct de survie et une capacité à me méfier des tentatives de formatage en tous genres. Plus tard ce fut mon enthousiasme et mes émotions qu’il devait être de bon ton de réprimer pour sembler plus crédible. Dans cette posture obligée, se dessinait déjà à mon point de vue la tentation d’uniformiser les sexes, les origines. Ainsi se prennent les chemins de la perdre du sens de l’humain inexorablement…la perte du sel de la vie! On m’expliquait que c’était plus professionnel. La société de la déshumanisation était en marche depuis bien longtemps si bien que la prise de conscience contemporaine me semble bien tardive, suite à de longues habitudes d’acceptation de principe par mimétisme grégaire (synchronisation avec le groupe). Cette ingénierie sociale est bien décrite par le sociologue Lucien Cerise –ici une video de son analyse–  . J’incrimine sur ce point autant la droite que la gauche traditionnelle et à leurs classes moyennes ou supérieures acquises confortablement à l’idée distillée de fin de l’histoire : veux pieux pour une organisation immuable, un système à droits et gains acquis …de plus en plus individuelle. Ainsi ils finirent par même oublier leurs enfants qui n’avaient qu’à se débrouiller comme eux, Sommet du modèle! On voit maintenant les fractures générationnelles, fruits de ces clivages. Les autorités pour l’instant arrivent à s’en jouer par des moyens techniques. Par exemple les modes d’enregistrement sur les listes électorales qui découragent les jeunes. En effet les générations les plus âgées ont des lieux de vie fixes et plus de stabilité d’existence que les jeunes ; pour différentes raisons, études, stages, difficultés d’accès au travail chômage…Ainsi la complexité des modes d’enregistrement et les délais entre inscription et scrutin pénalisent plus les jeunes qui souvent, ne savent pas où ils logeront et où ils seront dans 6 mois… Il faut rechercher l’explication du manque de participation des jeunes dans les scrutins électoraux dans ces mises en forme complexes, contraignant encore plus des cadre de vie aussi complexes – complexités accrues car nombres de repères simplificateurs font défaut-. Le vote électronique permettra-t-il d’apporter plus d’équité dans ce panorama qui exclut les jeunes. Ainsi ils deviennent les faciles boucs émissaires passifs car exclus du débat public, alors qu’ils sont l’avenir du pays …Un avenir que les plus âgés refusent par leurs choix inertiels de leur donner. Ils vont même jusqu’à faire accroire et imaginer des êtres de remplacement qui électoralement sauraient mieux voter que les jeunes frustrés du terroir national ? Paradoxe encore : Comment expliquer cet idéal de docilité supposée alors qu’il s’agit de faire venir la quintessence de la frustration humaine de la planète qui ne voit souvent faute d’éducation que la violence comme moyen d’expression. Encore une confusion d’analyse de nos eurobéats, elles sont légion et la difficulté sera de le leur pardonner… La sensibilité au paradoxe et la distanciation vis-à-vis du management de la perception instrument des divers lobbies (cf. L. Cerise op. Cit.)- se sont développées chez moi par ces successions de périodes de vie et d’expériences qui l’ont nourrie et amplifiée.

(6) malgré la politesse de la formulation sous forme de conseil appuyé du type «ce n’est pas porteur académiquement».

(7)Le Pacte de stabilité et de croissance de 1999, à l’origine de l’ensemble de scritères devant être respectés par les Etats de l’UEM a instauré des principes de supranationalités budgétaires qui peuvent donner lieu à des sanctions et à des amendes en fonction des avis d’agences indépendantes dépourvues de contrôles juridiques et démocratiques – ECOFIN, Eurogroupe qui n’a aucune légitimité démocratique puisque non élu-.

(8) Même les plus fidèles supporters de la construction européenne font état de leur scepticisme nous rapporte cet article (ici) . Le rapport complet Repair and Prepare – L’euro et la croissance après le Brexit

(9)Ce travail avait en son temps attiré l’intérêt de Arnaud Montebourg – encore un paradoxe de la complexité de la humain de ses engagements et de ses alliances mais aussi de ses peurs.

(10) Europe l’instrument des basses oeuvres…Les USA nous ont livré récemment uns parodie du «pas nous pas nous» quand à l’approvisionnement en armes des djiadistes exterminateurs de chrétiens en dénonçant sans ménagement leurs alliés façon de se venger de journal allemand qui avait laisser passer le témoignage d’un chef d’Al Nursa assurant que leurs alliés étaient les USA.
Image à la une : référence sur le Blog Zero hedge (ici)