Piketty vs FMI : prochaine étape le réveil souverainiste?

 

Thomas Piketty, auteur du livre à succès Le capital au XXIème siècle, en France et aux US-, nous a fait part de son désarroi face au dernier article du FMI traitant des inégalités (ici). Notre brillant économiste de PSE, à juste titre, ne s’accommode pas de certains «arrangements» économétriques de l’article publié par le FMI sous la plume de l’économiste Carlos Góes qui traite d’un sujet qui lui est cher : les inégalités.  Il a parfaitement raison de trouver la provocation un peu salée, surtout quand elle est reprise en boucle dans les média du business et qu’on y parle « d’erreur cruciale de Piketty » allègrement (exemple ici sur BFMTV ). Les média ne l’avaient pas habitué à si peu de ménagement…Voilà qu’il est traité comme bien d’autres économistes par le déni et le mépris. Triste réalité! Qu’a-t- il bien pu faire pour tant déplaire aux puissants et à leurs chiens de garde? Dans l’agacement général même lui dérange? Parce qu’il décortique trop le raisonnement standard et la réalité des données?

Sa première réaction est de se défendre courageusement avec les instruments de son savoir et son honnêteté intellectuelle. Il relève la mal façon de l’économiste du FMI qui le défie.
– T. Piketty met l’accent sur l’aspect douteux de la méthodologie économétrique utilisé pour le critiquer : «le FMI utilise des deux côtés de la régression des données totalement inadaptées, aussi bien pour l’inégalité que pour r-g, si bien qu’il est à peu près impossible d’apprendre quoi que ce soit d’utile de cet exercice». (1)

Nous jugeons même indigne d’un étudiant de premier cycle un tel manque de méthode. Nous ajouterons aussi que la question de la stabilité des séries est un thème légendaire et les  périodes étudiées marquées par des chocs et des crises posent des problèmes à l’économètre scrupuleux… Souvent alors, il n’a de ressort que de mettre en scène «la partition obligée». Ce que fait parfaitement l’ étude publiée dans les Working Papers du FMI et qui a été l’objet de tant de publicité contrant les résultats des travaux de l’économiste français T. Piketty.

L’enjeu et la clef du conflit pour l’économiste du FMI sont d’infirmer la position de Piketty et démontrer une absence de lien entre les inégalités d’une part, et l’écart croissance-rendement du capital.
Pour dire simplement le FMI veut prouver «économétriquement» (scientifiquement?) que les inégalités ne viennent pas de la finance prédatrice sur l’économie réelle… CQFD! L’enjeu est de taille et porte une orientation idéologique manifeste.
L’ énervement de Thomas Piketty qui a consacré depuis plusieurs années des efforts colossaux pour rassembler des données significatives et sensibles se faisant entourer d’équipes de recherche du monde entier est manifeste. Face à tant de légèreté et de mauvaise foi, T. Piketty ne se prive pas d’oser dire :
«Au lieu de se lancer tête baissée dans des régressions statistiques mal construites et dans la défense de positions idéologiques dépassées, les économistes du FMI seraient bien inspirées de passer plus de temps à participer à l’effort collectif de transparence financière et de collecte de meilleures données sur les inégalités». « The war is over »!
Bien que cette déclaration témoigne du peu de considération qu’il a vis-à-vis d’expert «chargé de mission idéologique», ce n’est pas pour nous l’essentiel de sa manifestation d’humeur, nous préférons cet autre passage de son billet qui nous laisse espérer « un moment souverainiste » chez T. Piketty , en phase avec semble-t-il aussi la majorité des français (cf. le constat de Russeurope)

«Les mécanismes touchant au marché du travail expliquent en premier lieu l’augmentation des inégalités de revenus dans un grand nombre de pays depuis les années 1980, notamment aux Etats-Unis».
Ce constat fait par T. Piketty est sans appel pour « la loi travail » passée en force en France par l’action du gouvernement Hollande-Macron, sans débat parlementaire démocratique! Et ce point est bien cohérent avec ce Thomas Piketty avait déclaré en mars 2015 sur Europe 1 en soulignant qu' »il aurait pu manifester contre la loi travail« . (ici l’ITW). Est-ce du fait de cette déclaration qu’il a été puni par les média…? Oserait-on le penser?
Il y avait alors argumenté sa position et son aveu :

  • L’activité économique déstabilisée et le chômage multiplié par 2 n’avaient rien à voir avec un manque de flexibilité du marché du travail.
  • Pour lui comme pour tout économiste les yeux ouverts, ces dommages sont dus à une mauvaise gestion de la crise financière. Cette crise a été transformée en Europe en une crise des dettes publiques alors que les états n’avaient pas des soldes publics si catastrophiques avant la crise… En poursuivant je résumerais en disant que L’Europe a fait payer à l’économie réelle les désastres de la finance! Nos avis peuvent être convergents sur le sujet si nous sommes des économistes responsables.Mais pour être responsable jusqu’au bout ce constat ne suffit plus.
    La loi travail que la France subie correspond en réalité à la transposition dans le droit français d’un projet de la Commission Européenne (CE). Son président, Jean-Claude Juncker, l’a révélé lui-même en qualifiant d’à peine suffisante, cette réforme qui ne fait qu’appliquer un ordre du jour fixé par la CE. Cette loi, comme le souligne l’économiste Jacques Sapir, «traduit en réalité la domination politique concrète de l’Union européenne sur le cadre national» (ici le billet). Notre absence de souveraineté est source de tyrannie des peuples. européens Les peuples y sont condamnés à l’appauvrissement, au chômage de masse, à l’exil et finalement à leur disparition avec privation de leur dignité.

Jo Stiglitz grâce à la publication de son dernier ouvrage : L’Euro comment, la monnaie unique menace l’Europe a entrainé quelques académiques hésitant à franchir le pas vers plus de cohérence de pensée (2). La responsabilité qu’impose leur métier et leur poste s’exerce vis-à-vis du peuple dans une démocratie qui se respecte… Et nous aspirons tous à ce que la France en reste un modèle. La peur n’est pas bonne conseillère des économistes, l’histoire porte à le croire. Ce n’est pas la première fois dans notre histoire qu’il est donné de se rendre compte qu’on n’a pas besoin d’experts et d’économistes hors-sol, prônant les lois de la jungle et justifiant la destruction des économies par intérêt pour une puissance étrangère (3)… Même avec un emballage de « flexibilité » ? Ceux qui se livrent à ces tromperies participent à une guerre économique qui est aussi une guerre de communication et qui ne leur laisse guère une place d’honneur.
Thomas Piketty saura un jour poursuivre son raisonnement, lui aussi, en disant l’origine des réglementations et des lois qui favorisent le développement des inégalités qu’il remet en cause… Le même coupable des erreurs de gestion de la crise financière: les instances européennes. Elles détruisent ainsi les capacités de survie des économies et des peuples.Il ne pourra qu’en convenir.

C’est le rôle de l’économiste de viser la cohérence et de savoir tirer les conséquences de son travail et de ses « coups de gueule »…. L’Europe impose à la France son instrument monétaire source d’inégalités et de destruction. J’ai osé la question et le billet « Et si l’Euro n’était pas une monnaie mais un système de domination? » sur Viableco) pour expliquer cet aspect.
Thomas Piketty osera-t-il poursuivre ainsi en franchissant le pas du souverainisme? Nous l’appelons de tout coeur car son tourment et sa déception doivent être lourds. Comme furent lourdes aussi nos désillusions face à la Grande Dissimulation qui se laisse voir dans l’histoire secrète de l’UE telle qu’elle se présente suite au dépouillement des archives.

 

Notes et sources:

(1)On peut se rapporter au détail de la critique dans son analyse dans son billet titrant, Le FMI, les inégalités et la recherche économique (ici)

(2) « Les belles et beaux au bois dormant doivent se réveiller et oser dire! » me suis-je écrié dans un tweet récent. Pourront-ils me pardonner un tel manque de respect académique? Seulement si c’est pour la bonne cause et là je suis confiante.

(3)On gagnera à écouter sur le sujet les discours tirés des archives de la BBC et prononcés par le Général de Gaulle de Londres durant la Seconde Guerre Mondiale. Ils sont publiés en DVD dans leur version intégrale chez PICKWICK. Quelques uns des discours sont en accès libre sur le lien ici

(4) On pourra se reporter à la présentation faite par Jacques Sapir sur TV Liberté, de cet ouvrage. Ouvrage, dont il a signé la préface de l’édition en Français (ici son ITW)

La photo à la une est tirée du carnet http://sms.hypotheses.org/3468, billet : Protection sociale et inégalités sociales de santé par Marcel Drulhe