La Russie dans les yeux d’un tout petit monde (suite))

 

Ce tout petit monde…qui manie si bien la rhétorique des néoconservateurs. Il nous approvisionne régulièrement en publications choisies. Dans mon billet précédent, j’ai mis en perspective quelques commentaires sur l’ouvrage de Nicolas Hénin (1) et sur le billet de Pascal Boniface (2), directeur de l’IRIS qui met en relief l’apport du journaliste parisien. J’attache ici le lien avec une contribution d’une autre journaliste beaucoup plus au fait des questions russes, Frédéric Saillot.

La France russe de Nicolas Hénin pétard mouille de la désinformation néocon (ici) , publié dans EurasiExpress

Sa recension est très fouillée et remarquable de précisions pour relever les approximations grossières de l’ouvrage de Nicolas Hénin analysées à l’aune de sa personnalité d’enfant chéri de la nomenclature parisienne. Fragile aussi quant à ses convictions, il s’est à plusieurs reprises montré bien capricieux face à la controverse, mais particulièrement assuré sur ses appuis. Avant même de se faire enlever en Syrie, il ne doutait pas que la France et ses autorités l’aideraient si d’aventure un problème survenait! Quelle prémonition !

Pourquoi s’intéresser à son livre?  Sinon parce qu’il est particulièrement étrange qu’il ait pu attirer l’attention et surtout les compliments de P. Boniface. “Que vient faire Boniface dans cette galère ?” Se demande avec raison aussi Frédéric Saillot.  Et plus encore la question se pose aussi pour le Directeur de la CCIFR (Chambre de Commerce franco-russe) qui a retweeté avec entrain le papier de P. Boniface sitôt publié. Pour la petite histoire ce retweet daté du jour même où Emmanuel Quidet était reçu avec des hommes d’affaires au Kremlin par le Président de la Fédération de Russie : insolence, ironie, injonction immédiate de donneurs d’ordre? Les hypothèses restent ouvertes.

Frédéric Saillot formule l’hypothèse de la mise au grand jour d’une guerre des réseaux au sein des services français d’intelligence : pro-néoconservateurs vs réalistes pragmatiques. Les premiers  ayant pris l’initiative de cette stratégie dans la logique de la guerre de l’information qu’ils mènent : diffuser coûte que coûte et n’importe quoi pour marquer les esprits et discréditer. Cette guerre s’appuie sur les échos médiatiques de la presse française bien veillante que ces divers ouvrages de dénonciations peuvent rencontrer ainsi que que ces relais académiques ou institutionnels.

La démonstration de Frédéric Saillot est perspicace, on a du mal encore à mesurer les enjeux sous-jacents dans ses liens de pouvoir médiatico-politiques… Ils semblent très larges tant est large le panorama des attaques! Quelle surprise en effet que  le pamphlet d’Hénin attaque non seulement les élus impliqués dans la défense des intérêts des milieux d’affaires franco-russes mais aussi jusqu’au plus jeune et plus récent des cercles russophiles parisiens, le Cercle Pouchkine, suspectant son Président Pierre Gentillet, d’intelligence avec le G.R.U. (La Direction générale des renseignements de l’État-Major des forces armées de la Fédération de Russie). Il n’y a pas de demie mesure chez nos néocons pour mener une opération  d’intimidation…à coup de pétards, plus ou moins mouillés comme le souligne Frédéric Saillot.

Nous attendons avec impatience la présentation de nouveau tome  de la série : La Russie entre peurs et défis.

L’ouvrage (3) est cette fois signé d’une part par Marlène Laruelle  historienne (INALCO, CERCEC)spécialiste des idéologies nationalistes dans le monde russe contemporain (4)  et d’autre part par Jean Radvanyi  éminent géographe (INALCO) de l’observatoire franco-russe de la CCIFR qui ne cache pas “ses réserves” sur la situation russe contemporaine pour mieux alimenter les soucis de ses bailleurs de fonds… Beau pied-de-nez  en perspective à la gente russophile et au business qui s’invite en ces soirées de juin à St Pétersbourg autour du forum économique annuel. De quoi satisfaire les egos de ce petit monde parisien hors-sol et entretenir la flamme russophobe de rigueur.

 

Notes :

(1) Nicolas Hénin, La France russe : Enquête sur les réseaux de Poutine en France Fayard .

(2) Pascal Boniface, Les réseaux de Poutine en France : réalités et limites, Blog Mediapart 24 Mai 2016

(3) Marlène Laruelle et Jean Radvanyi : La Russie : Entre peurs et défis, A. Colin 2016. Une présentation  organisé par le CEFR le jeudi 23 juin à 18 heures à l’Institut Français de Moscou

(4) A bien des égards beaucoup de similitudes avec Cécile Vaissié, auteure du pamphlet N°1, dans la détermination russophobe, peut être en pire, car avec beaucoup plus d’intelligence il faut bien le lui concéder… et contre toute attente parce qu’en “version blonde”. On considérera avec attention sa présentation dans les instances du Cargenie Councel Event (ici)… Tout est dit dans cette longue discussion, quand elle parle de “la révolution démocratique venue de la rue en Ukraine” en 2014 alors que les groupes fascistes  montent ailleurs en Europe chez les eurosceptiques, mais assurément pas en Ukraine si dangereusement!

Image à la une : Merci à Nicolas T. , sa photo s’imposait ici lui qui connait si bien ces rouages de l’intérieur.