Perspectives sur l’activité des entreprises françaises en Russie 2

Diffusion du rapport 2 du contrat RGNR- FMSH (1)
Avril 2016
L’activité économique des entreprises françaises en Russie :  Analyses des déterminants structurels et des conventions franco-russes sur les perspectives de développement.

Economistes dans l’éprouvette !
Réflexion méthodologique et théorique en environnement franco-russe.

Quel résultat attendre d’une étude sur les entreprises françaises en Russie face à un environnement radicalement modifié du fait du contexte géopolitique?

Les périodes de crise, sont en matière économique des périodes propices à l’intensification de la réflexion scientifique.

Dans le cadre du contrat d’étude de 3 ans inclu dans le partenariat en sciences humaines entre la FMSH et la RGNF portant sur la stratégie des entreprises françaises intervenants en Russie, les équipes de recherche engagées (CEMI-EHESS pour la partie française et l’IPEN-RAN pour la partie russe) ont été confrontées à la question de la variabilité du contexte.
Au temps de l’appel à propositions, la Russie venait d’entrée dans l’organisation mondiale du commerce (OMC) favorisant l’accroissement continue des activités des firmes française en Russie et les relations concurrentielles entre les acteurs (2).
Se retrouver à étudier des relations réelles du «business» dans une période de guerre économique et de sanctions, implique une transformation de l’approche de la recherche. D’économistes analysant un processus d’évolution et ses déterminants avec une certaine distanciation, nous nous sommes retrouvés, -si on peut dire-, dans l’éprouvette. Revoir de A à Z la méthodologie de l’étude prévue dans un cadre donné à l’origine de l’appel d’offre fut rapidement une nécessité.
Il ne s’agissait plus de comprendre la stratégie de développement de relations économiques bilatérales entre des firmes françaises différenciées et les partenariats tissés dans l’économie russe mais bien d’envisager une dynamique multi-directionnelle de déconstruction, conservation voire dissimulation. Il s’agissait alors d’appréhender les déterminants poussant à cette déconstruction en s’interrogeant sur leur nature et leurs finalités. Des aspects véritablement anticoncurrentiels peuvent être mis en évidence : Rapports de forces, captations de marché, intimidations sont devenus les vecteurs des relations économiques de cet environnement particulier. Quel paradoxe avec les intentions affichées dans le cadre de l’avancée des accords de l’OMC! Quel exemple de transition radicale dans l’espace des conventions économiques! Quel économiste réaliste peut encore prétendre à l’équilibre comme fondation de la discipline économique avec un tel constat de terrain?

Nous nous sommes orienté vers l’étude des mécanismes de résilience suivant divers aspects qui maintiennent les relations franco-russes. Certes la stratégie la plus viable est pour beaucoup d’entreprises la décision pure et simple d’implantation en Russie en remplacement de relations commerciales perturbées : un saut structurel accéléré. Paradoxalement à l’objectif politique affiché des sanctions, cette stratégie renforce l’économie russe mais pénalise les économies «adverses»! Nous espérons qu’au cours de la dernière année de notre contrat nous serons en mesure de mesurer cette évolution dans les faits avec le recul et les données nécessaires.
Afin de conserver le plus possible la méthodologie de base de notre programme, nous voulions aussi mettre en oeuvre des études systématiques (analyse de questionnaire) auprès des entreprises sur les questions de résilience. Mais nous avons dû aussi reconsidérer cette méthodologie. Les questionnaires risquaient de manquer de fiabilité et entrainer plus de réserves que prévues si nous avions pu les diffuser dans un contexte apaisé. Dans le contexte de gêne qui caractérise l’environnement des entreprises engagées dans le partenariat franco-russe, il aurait été impossible de traite scientifiquement la matrice des données faute d’un recueil de données suffisantes et surtout de leur fiabilité. Nous avons du réaliser assez vite grâce à nos rencontres régulières avec les responsables commerciaux des entreprises que des réponses détachées des enjeux et des rapports de forces étaient impossibles à obtenir. Ces biais contextuels allaient dissimuler les réalités économiques et les processus de décision. La nature des contrats qui lient les collaborateurs à l’entreprise est aussi à prendre en compte (3) pour comprendre ces biais systématiques. Rien d’étonnant aussi dans ce contexte que nombre de témoignages privés ne pouvaient pas être divulgués, car ils auraient constitué un danger professionnellement pour nos interlocuteurs.

Cette étape de l’étude nous a conduit à une réflexion accrue sur le pouvoir et la politique qui sont au coeur des relations économiques. L’expression de cette symbiose s’expose dans la dépendance avec les media qui coordonnent les modes d’information et la propagande (le terme ne semble pas exagéré).

Les effets d’annonce et les conventions qui ont ainsi été façonnées dans ce contexte particulier, montrent combien l’information et sa présentation ont pris une dimension stratégique dans le monde économique. Elle a submergé le réel et le cadre juridique qui régit les activités économiques : les menaces d’amende ont suffit a tétaniser les plus grands groupes, causant des abandons de marchés et des irréversibilités. La concurrence a pu aisément s’infiltrer dans le processus et paradoxalement la concurrence avec des entreprises de pays moins enclins à se soumettre aux pressions médiatiques (USA). Ainsi a-t-on pu voir dans les statistiques officielles, l’accroissement des relations économiques sur la période avec les firmes américaines. Constat bien paradoxal qui fait repenser l’ambition réelle des sanctions. La guerre économique n’est elle pas alors plus contre l’Europe que contre la Russie?
Le temps et les données sectorielles diront si des liens auront pu été maintenus pour d’éventuelles reprises d’activités ou si l’irréversibilité aura le dernier mot. Les questions de la confiance et du courage dans les affaires se poseront nécessairement et affecteront le contexte futur. Encore un aspect qui témoigne de l’insertion de l’économie réelle dans un espace pluridisciplinaires, ici la sociologie.
Ce travail d’analyse de terrain dans un contexte si marqué par la «crise» est une pièce qui témoigne que l’économie est bien aux antipodes d’une sciences normatives.

Ces travaux ont alimenté nos réflexions, les diffusions lors de séminaires, colloques, tables rondes. Ils ont aussi permis d’animer des discussions entre chercheurs dont les aspects principaux sont publiés sur les blogs de notre centre de recherche (CEMI-EHESS). Ils attirent beaucoup de professionnels du business et de la société civile à la recherche d’une lecture originale liant théorie économique et terrain.

Notes :

(1) Cette recherche est soutenue financièrement par le Fond pour les sciences humaines russes (RGNF) et la Fondation Maison des Sciences de l’homme (FMSH) sous le numéro 14-22-08001

Этот поиск (исследование) материально поддержан основанием для Русских гуманитарных наук (RGNF) и основы Дома Гуманитарных наук (FMSH) под номером 14-22-08001

(2) Depuis 2003 en Russie les gains de productivité ont été particulièrement élevés dans l’industrie manufacturière et dans l’industrie agroalimentaire. Selon J. Sapir, ce point rend compte de la modernisation de l’appareil de production russe et il souligne que cette modernisation se fait largement en coopération avec des entreprises étrangères. Les sanctions antirusses visent ainsi à toucher des coopérations mises en place qui sont des déterminants importants du processus de modernisation. Des substitutions de partenaires mais surtout une modification du modèle de développement du pays (substitutions aux importations), moins extraverti sera à la clef. Cf. J. Sapir p. L’économie russe face aux sanctions dans D. Pluvinage ed. (2015) Le siècle Russie, Apoxis editions, pp183-236
Aussi : J. Sapir, L’économie russe face aux sanctions Blog Russeurope 18 octobre 2015, http://russeurope.hypotheses.org/2924

(3) contrat expatrié, local sans parler de certain contrat à durée déterminés comme les VEI ou éventuellement plus précaires faisant appel à de la mains d’oeuvre jeune, fragile n’ayant que peu de choix et l’impossibilité de s’exposer. Chaque acteur pouvait avoir un intérêt individuel à se conformer rationnellement aux consignes politiques plus qu’à l’intérêt effectif des entreprises. Pour beaucoup la Russie et ses sanctions n’étaient qu’un passage dans une carrière future. L’effet mimétique bien décrit dans les mécanismes économiques confrontés à des dynamiques de conventions jouait rationnellement dans ce contexte. Un questionnaire perdrait ainsi toute pertinence informative.



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2016, 12 avril). Perspectives sur l’activité des entreprises françaises en Russie 2. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v71h