Vers une croissance viable en Russie ?

Perspectives économiques en Russie : Les spécialistes s’expriment dans le brouhaha général des média et des experts des think-tanks standards du prêt à penser (ici un exemple). Ils ont adressé leurs analyses au gouvernement russe.
Nous allons décrypter les orientations du rapport issu des séances des conseils scientifiques de l’institut de prévision de l‘académie des sciences.

La vision tranchée est qu’un miracle économique est possible en Russie (cf. Article de V. V. Ivanter) , prolongeant les succès enregistrés dans le domaine agricole et l’industrie militaire depuis quelques années.
La substitution aux importations est un atout de développement dont les experts mesurent l’impact. 2/3 de la croissance peut reposer sur la demande interne, la Russie étant un grand pays!
Les conditions favorables de l’offre semblent aussi réunies, compétitivité, potentiel de développement et main-d’oeuvre.
Les économistes insistent sur la condition nécessaire pour retrouver une dynamique de croissance en Russie. Elle repose sur la maitrise des financements et par la mobilisation des ressources internes dont l’épargne des ménages qui a cru ces derniers temps.
Ils soulignent que toute perte de temps et d’énergie dans des activités spéculatives, financières et immobilières seraient les handicaps les plus sérieux pour rendre ce miracle économique possible en condamnant le pays à la stagnation.


Restauration de croissance économique en Russie

Rapport Scientifique du collectif de l’IPEN RAN
sous la direction de l’Académicien Victor V. Ivanter

Liste des membres et collaborateurs:
T.D. Belkina ; D.P. Beloussov, A.A. Blorhin, V.Y. Boricov, I.A. Boudanov, O. D. Govtvan, M.C. Goucev, J.A. Zaïontchovskaia, Y.I. Komkov, A.G. Korovkin, M.Y. Ksenfontov, D.B. Kouvalin, Y.Y. Mirheiva, A.K. Moiceiv, V.S. Panfilov, I. Ch. Pappé, B.N. Porfiriev, D.A. Polzikov, B.A. Pevitch, K.E. Savtchichina, V.A. Salienikov, V.V. Cemikachev, Y.V. Siniac, O.G. Solntsev, A.V. Shirov, I.N. Chokin, K.V. Iankov avec la participation de V.H. Leksina.

Mars 2016

Sommaire de l’ensemble du rapport  (ici en pdf et en Russe : Restauration Eco Russie):

– Direction générale des politiques anti-de-crise : Les mesures macro-économiques et financières clefs pour la restauration de la croissance économique.
– Les axes majeurs et les mesures de restauration de la croissance dans secteurs de base de l’économie réelle.
– Politique économique régionale de restauration de la croissance
– Les perspectives de développement économique à moyen et long terme

Partie I : Direction générale des politiques anti-de-crise :
Les mesures macro-économiques et financières clefs pour la restauration de la croissance économique.

Les causes de la dépression économique présente en Russie sont principalement liées à des facteurs internes. Les taux de croissance qui ont commencé à fléchir à la fin de 2012, sont à reliés à la diminution notable d’activité d’investissement dans l’économie russe. Cette pause d’investissement est due aux difficultés de financement extérieur mais aussi aux dysfonctionnements du secteur bancaire national. Les firmes russes n’ont pas pu remplacer les financements externes par des financements internes.
Cette situation s’est encore aggravée avec la baisse des prix mondiaux du pétrole à partir du 4ième trimestre 2014 ainsi qu’avec l’incertitude et les chocs sur les changes. Augmentations de taux d’intérêt et pertes de confiance dans la monnaie nationale ont corroboré le processus. Les restrictions intérieures de l’activité économique ont été aggravées par les sanctions financières et sectorielles imposées par l’Occident. Elles ont rendu l’accès aux financements étrangers encore plus difficile.
Impulser la croissance économique à court terme, ne pourra être tenté qu’en mettant en place une stratégie anti-récession active reposant sur l’accès à des sources de financement internes.
Dans ce début d’année 2016, pour ce faire, on doit souligner que la Russie dispose d’atout important de deux types :
D’une part, l’adaptation de l’économie au nouveau système de prix est réalisée. Elle permet de bénéficier de profit et d’opportunité de croissance dans la plupart des activités économiques.
En second : la récession a bénéficié au secteur à haute capacité industrielle qui s’est constitué depuis 5-7 ans en le rendant maintenant bien opérationnel.
Troisièmement : Le nombre des travailleurs employés dans le secteur réel du fait des salaires attractifs allége la contrainte en ressource humaine et contribue à intensifier la production.
Quatrièmement : La substitution aux importations a fonctionné fournissant un report de demande dans le secteur productif.

Notre estimation compte tenu du potentiel supplémentaire mis en oeuvre sur la période 2008-2015 permet d’estimer à 3-5% la croissance possible de l’économie russe en moins de 2 ans. Cet accroissement de potentiel est le fruit de la substitution aux importations.

Cette croissance potentielle est conditionnée à un effort rapide de financement des investissements en 2016 de l’ordre de 5-7% supplémentaire par rapport au niveau de 2015.
Dans un tel contexte, la tâche de base de politique anti-crise doit privilégier les sources intérieures de financement : adapter la situation présente aux nécessités de la croissance.

En même temps la période ouverte par ces opportunités est limitée. En maintenant à un niveau réduit d’activité économique on gaspillera assez rapidement le potentiel de croissance et on accroitra le risque d’une longue stagnation.

La restauration des conditions de la croissance économique devrait inclure non seulement une croissance effective du PIB quantitative, mais aussi l’entretien d’un potentiel de revenus supplémentaires futurs à développer en fonction des orientations à choisir plus tard (pilotage) : des éléments de transition structurels mais aussi institutionnels.

Dans une perspective de restauration à court terme de la croissance économique les orientations sont les suivantes :

1- Augmentation des part des marchandises domestiques sur le marché intérieur. Pendant la récession, la demande en production domestique dans tous les secteurs de l’économie (Etat, entreprises, ménages) a diminué moins, que la demande d’importation. Les baisses essentielles ont porté sur les volumes physiques d’importation (de 20-40 % en données réelles selon les biens). Ce mécanisme a entrainé une réaffectation de la demande en volume sur les biens produits en interne de façon significative.
2. Formation de revenus supplémentaires dans le secteur industriel. Si on peut éviter des captations excessives sur ce secteur par le système financier (via taux d’intérêt élevé et déplacement vers la spéculation sur les marchés financiers et le change) ou par le budget (hausse de la fiscalité en tout genre), on peut estimer qu’en 2016 l’industrie augmentera la demande de biens de production intermédiaire et d’investissement.
3. Occasion d’accroître la compétitivité dans la métallurgie, la chimie, le génie civil (incluant les produits de consommations courantes), la production de matériaux de construction et d’autres branches en fin de cycle d’ investissement. Cette capacité de remplacement fournit la base du potentiel de croissance. De plus si on considère que les entreprises n’ont pas encore eu le temps de diminuer considérablement le nombre de travailleurs, dans les perspectives à venir, on pense que les capacités d’adaptation seront possibles pour attirer un main-d’oeuvre avec des compétences plus appropriées.
4. La réduction de la demande des biens durables par la population s’est traduite par la constitution d’une épargne. Il s’agit de ressources financières des ménages qui peuvent être dirigées vers le secteur industriel en jouant sur l’attractivité des placements (cf. Annexe du doc), en ayant recours à des moyens et des outils financiers adaptés.
5. La mise en œuvre de grands projets d’investissement, dont l’exécution ne peut pas être reportée : la construction de la base de lancement « Orientale », le développement d’infrastructure en Crimée, celles du championnat du monde de football de 2018, etc).

Les mécanismes et les mesures principales de politique anti-crise mises en place devraient inclure un ensemble d’actions pour promouvoir la croissance de la production. En même temps ces actions augmentent les risques d’infractions. Pour assurer la stabilité des activités économiques un contrôle pour limiter ces infractions qui nuisent à la marche des affaires doit être mené à bien.

La réalisation du potentiel de restauration de croissance économique repose principalement sur des mécanismes économiques déjà créés, associés à des arrangements plus favorables de la structure des coûts.

L’évaluation des perspectives montre que dans la pratique réelle les composants principaux de croissance économique sur 2016 peuvent reposer sur le potentiel de demande interne (jusqu’à 2/3 de la contribution à la restauration de croissance) et 1/3 sur le développement des exportations proprement dites.

On s’attend à ce que la dynamique économique ne puisse pas reposer sur l’influence centrale de demande intérieure (consommation publique, l’investissement en capital fixe, et la consommation des ménages) dans cette période de redressement.

En revanche l’élément clef de la restauration de croissance sera la maîtrise de l’augmentation des coûts de production. Ce qui signifie que le retour à la croissance du PIB doit se passer dans un temps réduit. On peut définir un niveau de croissance minimale pour assurer la dynamique viable : 3-4 % PIB. On sait aussi que les restaurations de croissance auront d’autres impacts significatifs sur le commerce de gros et sur la perception des impôts sur la production.
On peut dire aussi que la contrainte qui jouera de façon essentielle sur la dynamique économique dans cette période reposera sur la maitrise des coûts dans le secteur de la construction et des opérations immobilières. Une forte spéculation condamnerait tout redressement.