Capitalisme zoologique et totalitarisme inversé

Capitalisme zoologique et totalitarisme inversé : une lecture conventionnaliste de ces temps suspendus
Voilà deux nouveaux concepts qui vont apporter du piquants dans notre boîte de réflexion, centrée sur la viabilité des économies et sur les politiques qui vont bien avec. La grille de lecture des conventions (dont nous usons et abusons ?) donne un éclairage  pour articuler ces concepts avec le contexte et les réalités qui s’offrent à l’économiste.

69735020_2248005_166

1 Du capitalisme zoologique et de ses conventions

Le premier concept, «capitalisme zoologique», quelle surprise de le trouver dans les paroles d’une ITW de Rouslan Greenberg sur Kultura. La transcription a été reprise et traduite par le Courrier de Russie . Cet économiste russe, d’une hétérodoxie pragmatique (1)  a pris maintenant un tournant radical par ses propos engagés et par son inventivité sémantique, inspirée peut être de notre Frédéric Lordon national. La « classe créative » existe donc maintenant au service de la réflexion économique interventionniste en Russie. Il n’est pas le seul a nous en apporter les signes : notons aussi que Boris Titov, le conseiller des autorités pour les PMEs russes dans un autre ITW sur Kommersant (2), expose un programme quasi électoral d’interventions étatiques dans l’économie : pour une politique industrielle active au service des petites et moyennes entreprises. B. Titov démystifie la spéculation occasionnée par une politique incohérente de la BCR qui se trompe en croyant (il parle du « mythe ») que l’inflation en Russie n’est que monétaire…et souligne qu’ainsi dans l’erreur, la BCE ne fait qu’appliquer des remèdes dignes du Médecin malgré lui de Molière. Cette idéologie erronée héritée de croyance hors du réel ne le trompe plus. Une banque centrale active doit utiliser des instruments quantitatifs, comme le refinancement des créances d’entreprises… B. Titov se fait ainsi l’avocat d’une nécessaire collaboration de la finance avec la sphère réelle de l’économie et il retrouve ainsi les grandes lignes, maintes fois discutées dans les séances du séminaire Franco-russe. Ce que Jacques Sapir a nommé  La répression financière, dans le titre de sa  présentation à l’occasion de la 50e rencontre franco-russe IPEN RAN-CEMI EHESS, en janvier 2016 à Moscou. La répression financière est la régulation de la finance qui la met au service de l’économie réelle et non des intérêts d’individus avides de gains spéculatifs. Cette finance c’est celle qui a permis la croissance sans précédent du bien-être dans une France souveraine durant les fameuses Trente Glorieuses.

Le pragmatisme russe qui caractérise le retour au prima du réel mais aussi aux leçons de l’histoire économique, nous le saluons dans ces pages. Les sanctions font décidément, indirectement, un bien fou à l’économie russe et aux économistes!

 

Revenons, à R. Greenberg et à ses déclarations fortes : la «politique économique de la Russie est erronée». «Ces 25 dernières années, nous nous sommes orientés vers l’autorégulation économique. Et c’est précisément ce qui nous a conduits dans l’impasse. Le gouvernement aurait dû mener une politique industrielle et fixer des priorités de développement. L’autre erreur est d’avoir trop ouvert notre économie»… Les leçons de Dani Rodrik et Jacques Sapir portent-elles ?
Ce qui «coïnce» la réflexion sur d’autres formes d’économies, adaptées au réel c’est «dans les têtes, et dans cette philosophie du fondamentalisme de marché». Les mots de R. Greenberg sont radicaux : «Quand on est guidé par une doctrine erronée, l’échec est inévitable». Le constat de l’économiste russe est bien valable tant pour une analyse de la politique économique russe que de celle de l’Europe : même doctrine erronée, même échec! Mêmes experts et mêmes manuels traduisent aussi la réalité du «soft power» en action. Serait-il en voie de se désagréger? C’est bien ce que semble vouloir dire Rouslan Greenberg quand il insiste en ces termes « Il n’y a pas de bloc libéral !» Pas ou plus? Les mentionner serait faire résonner des «débats anciens». Le pragmatisme chez les économistes russes est remarquable, louons ce signe  et espérons un retournement aussi net chez nous, le plus vite possible.

Notre hypothèse de convention financière occidentale , -convention globalisation-, est confirmée par les propos de l’économiste russe lorsqu’il dit: «et rappelez-vous : c’est nous qui étions en extase devant ce que faisaient les pays occidentaux – on ne nous a rien imposé ! Nous avons choisi d’appliquer leurs recettes. L’Occident voulait que nous ne produisions que du pétrole et du gaz et que nous vendions des métaux et des engrais. Tout le reste, nous vous l’enverrons, disaient-ils». Personne n’obligeait les Russes à dire « oui » à ce programme, certes, mais les conditions étaient créées pour ce «oui»,  d’une manière plus subtile… Elle avait pour nom, globalisation et avait parfaitement la fonction d’un convention mondialement partagée, sur les bonnes pratiques économiques et sur ce qui devait être l’Efficace en économie  ; elle signifiait la dérégulation et la soumission à la finance mondialisée, qui assure la suprématie de la monnaie US. Comme le souligna alors, le journaliste de Kultura sentant le vent de l’influence et l’odeur de la convention: «L’Occident menait tout de même une partie de l’élite par le bout du nez…». Une manière d’exprimer l’impact des conventions de façon bien imagée.

C’est à ce niveau de la discussion  que Rouslan Greenberg  aborde alors la question de la « crise du capitalisme » et qu’il va lancer son mot phare! L’âge d’or du capitalisme mondial, ce sont «les années 1950-1970, il y a eu un capitalisme humain et social» fruit de la Guerre froide et de ses rapports de forces. «L’Occident devait montrer que, chez lui aussi, les relations sociales se portaient bien ».  Soyons donc clair, la chute de l’URSS en brisant les rapports de forces et la convention « obligation de prendre en compte le social »… a précipité le monde dans «l’ère du fondamentalisme de marché» vers ce que R. Greenberg ose appeler «un capitalisme zoologique», celui de la loi de la jungle et des inégalités. Les peuples se soumettront-ils définitivement à «ce capitalisme antisocial»? Ce n’est pas ce que pense Rouslan Greenberg et il rejoint les économistes qui donnent de plus en plus de la voix en Occident pour dénoncer les risques sociaux d’une doctrine de l’austérité appliquée sans fin. Il est temps pour R. Greenberg comme et pour nous économistes du réel de penser et de trouver autre chose…
Les économistes russes sont nombreux à se mobiliser actuellement autour de cette recherche. Ils explorent intensivement ce nouveau modèle, compromis entre le Marché et le Plan, entre le marchand et les priorités de  viabilité d’une société. Celles qui rendent « au capitalisme sa dimension sociale». Peu de temps leur est laissé…La morsure des sanctions et celle de la guerre monétaire exigent un sursaut interne rapide!
Pressés ainsi, ils sont capables d’y arriver ces Russes avec la bonne étoile qui les accompagne! Gageons que le Patriarche et le Pape mettront aussi en commun leurs prières, -en cette date historique du le 12 février prochain-,  pour favoriser cette réflexion vers une économie respectueuse des humains : Cuba ! Quel bel endroit symbolique pour aborder ce sujet avec chaleur.

2 Aux conventions du totalitarisme inversé
Des débats de l’Est passons à ceux de l’ouest avec le Blog les Crises qui nous offre la traduction d’un riche dialogue entre Chris Hedges, journaliste lauréat du prix Pulitzer et le Professeur Sheldon Wolin qui a enseigné la politique à Berkeley puis à Princeton. Sheldon Wolin, décédé à l’automne dernier a rassemblé ses analyses dans une série d’ouvrages, la discussion avec Chris Hedges se rapporte directement à celui qui a pour titre: “Democracy Incorporated: Managed Democracy and the Specter of Inverted Totalitarianism.” Le billet publié dans Les Crises rapporte une série de discussions approfondies entre les deux hommes sur le capitalisme et la démocratie. Elles mettent l’accent sur la notion de totalitarisme inversé comme menace pour la démocratie.

S. Wolin qui fut pilote de bombardier durant la Seconde Guerre mondiale, a acquis l’autorité de parler de ce contre quoi il s’est battu. Il appelle le « totalitarisme inversé» une idéologie qui s’accapare le produit des entreprises et du travail en captant les fruits de la croissance. Les grandes entreprises et le gouvernement travaillent ainsi ensemble pour garder le grand public en esclavage. Propagande et suppression de l’esprit critique servent à promouvoir cette idéologie pour laquelle la démocratie réelle «est superflue et potentiellement un obstacle» à ce qui est considéré par les élites comme le progrès. Le politologue américain considère que «les institutions privées, les médias par exemple, sont capables de travailler pour tendre vers le même objectif de contrôle, d’apaisement, que ce qui intéresse le gouvernement, que l’idée d’une opposition sincère est généralement considérée comme subversive». Plus que l’autocritique qui devient impossible, c’est radicalement toute critique qui va se trouver muselée par l’imbrication des soumissions. Cette imbrication des soumissions forge l’architecture d’une communication de propagande qui n’ose même pas s’avouer à elle-même les déterminants de son action ni considérer avec recul ses méthodes. Le déni règne avec ses accès de violence que nous avons appris à connaître. Cet état de fait est source de confusions et de pertes de repères dans le public mais aussi chez les  propagandistes. Les effets d’inconscients se renforcent ainsi.
Le résultat en est l’affichage de paradoxes a priori incompréhensibles que la presse occidentale donne à voir quotidiennement… Elle travaille à justifier des bombardements et des assassinats de masse au nom des droits de l’homme comme elle soutient aussi par ailleurs l’esclavage sexuel et procréatif pour libérer les opprimés de la société. Ceux qui pourraient se sentir contraint de ne pas pouvoir afficher leur hédonisme au grand jour alors qu’ils auraient acquis les moyens monétaires libérateurs et les droits qu’ils estiment devoir aller avec. Point droit de cité pour les sous-humains sans moyens, homme femmes ou enfants devenus marchandises! Une telle société n’accepte qu’un seul mode de libération des individus : en payer le prix monétaire  et mettre sur la table sa richesse son argent, son sang et sa vie ! A part la symbolique de Faust la grille d’analyse économique est bien pauvre et bien contrainte. Elle est censée découler de nos modèles économiques mais ceux-ci sont tronqués. Tronqués par suppression de leurs hypothèses, parce que mal comprises et étudiées si superficiellement!

Ainsi en sommes-nous à ce dictat : pouvoir payer le prix c’est avoir les moyens légitimes de se libérer. La possibilité de libération ne s’inscrit que dans une grille hiérarchique et monétaire. Point besoin de morale comme le rappelle Jean Tirole en parfait porte-parole de la doxa économique (TSE, Toulouse School of Economics) : Il va jusqu’à justifier les ventes d’organes comme instrument d’une allocation efficace sur le marché adéquat parce qu’elle va limiter la pénurie. D’autres économistes victimes de la même de l’éthique défaillante vont justifier à la Paris School of Economic, le marché d’appariement des réfugiés : disons plus simplement sans jargon inutile, le nouveau marché de l’esclavage européen… Cette horreur est déjà, plus qu’un projet, alimenté par les contrats européens pour la recherche, -instruments de servilité- , mais bien au programme  de nos centres de recherches au sein des universités les plus en vogue ; on y apprend que le marché a tous les droits et que les économistes -nos collègues- sont les instruments du progrès de l’humanité qui va apparier (avec du «matching» !) optimalement les humains dans le sens du bien public mondial ( gouvernance mondiale !?)…Un marché d’esclaves donc!  ces experts offrent ainsi à des politiques européens au bon moment les justifications de la honte. Il y a quelques décennies c’était des biologistes spécialisés dans l’eugénisme à qui incombait ce sale boulot! Ils rassemblaient pour se faire reconnaître dans le pôle «Die berlinische Schule von Biologie» à la mode du moment? De nos jours dans l’Europe contemporaine, le marché des esclaves du XXIième puise ses justifications au sein de PSE, la Paris School of Economics (cf. Agoravox, un billet de R. Bouchard ) et la vente à la découpe de l’humain dans le pole de Toulouse TSE (3)

 

Pour tous ces apprentis sorciers de l’économie, successeur des plus immondes biologistes soumis aux nazis, la marchandisation est une nécessité. Elle  s’inscrit dans la légitimité économique des modèles standards, sous-bassement orthodoxe de la discipline économique du moment. La convention amorale est contenue dans leur théorie standard des relations économiques…et la marchandisation généralisée, un mode d’organisation naturel. Trente ans d’éducation des esprits au prima de la marchandise et du marché, tel est le résultat, la disparition de la possibilité de penser hors du marché. S. Wolin décrit le phénomène : «Il y a une sorte de conjoncture entre la manière dont les institutions sociales et éducatives ont façonné une certaine forme de mentalité parmi les étudiants, à l’intérieur de l’université, et ainsi de suite, et les médias eux-mêmes qui marchent mécaniquement du même pas dans la direction exigée par l’ordre politico-économique que nous avons actuellement». La démocratie n’est plus qu’un concept de communication, un affichage publicitaire, utilisable en élément de propagande quand c’est nécessaire. Il a été vidé par les forces de la globalisation. Les autorités voient «la structure politique comme une opportunité. Et plus elle sera perméable, mieux ce sera, parce que les groupes dominants ont aujourd’hui tellement d’instruments sous leur contrôle pour réaliser cette exploitation, la radio, la télévision, la presse papier, et autres, que c’est le meilleur des mondes pour eux» :  la fin de l’histoire tant promise…et rêvée associé au conte de fée de l’Euro et de la convergence des peuples.
Convergences en effet mais vers quoi? Telle pourrait être la question du réveil de l’époque, avec le choc du brutal cauchemar qu’impose le réel à nos sociétés occidentales apeurées.

L’oppression intellectuelle dans le totalitarisme inversé est réelle, elle procède des engrenages institutionnels, des rapports de forces organisés, des système d’allégeances professionnelles et des principes de reconnaissances standardisées (cf. les pratiques normatives de l’AERES , on peut voir la critique sévère faite par Roland  Gori  dans son ouvrage la fabrique des imposteurs) (4). Point de surprises que dans un environnement où la marchandisation domine, le vecteur de propagation de la convention ait été le mode de financement :  les contrats européens avec le primat de la convergence à démontrer et du saupoudrage obligé du genre  pour passer les grilles du politiquement correct gage d’oboles . Les moyens de subsistance sont aux avant-postes de la répression intellectuelle dans un milieu professionnel contraint par l’austérité budgétaire : les incitations marchandes demeurent fortes parce que sans guère d’alternatives. Manipulations des idées mais aussi manipulations des statistiques pour aller dans le sens du vent…. Et quel challenge parfois! Une fois dévoilé, mieux vaut en rire! Quand au final on vous reproche d’avoir montré que l’économie du Bélarus était plus robuste que l’économie de l’Ukraine !.. et que vous comprennez que cette réalité n’était pas dans le programme du Partenariat Oriental de la Commission Européenne, qui doit avoir elle-même ses comptes à rendre…! Et les donneurs d’ordre doivent être satisfaits du rendu du rapport! Quel temps perdu en discussions et en négociations par se battre et garder le vrai! Mais qu’est-ce-que le temps quand on considère l’étendue du mensonge construit et surtout ses conséquences diaboliques ? Des milliers de morts parce que se soumettre à la tyrannie n’était pas chez eux aussi dans le logiciel. Le déni encore en Occident à l’image du film que les mêmes censeurs, issus des mêmes instances ont tenté de faire déprogrammer, cette fois sans succès! Le vent souffle-t-il un peu d’un autre côté (ref Viableco Contre information et résistance : le film ) ? (5)

Une des particularités du fonctionnement de ce système sur lequel S. Wolin insiste est que le totalitarisme inversé est alimenté par ceux qui détiennent le pouvoir mais aussi par les citoyens. Ils seraient tous deux aveugles des conséquences en profondeur de leur action ou de leur inaction. Une inconscience généralisée, par incompétence contagieuse? Pas de complot sinon celui de la bêtise et de la sous-éducation, si on exprime en termes compacts l’idée. Des individus adaptés à un seul type de monde qui quand le monde change sont déclassés et hors d’usage!…A remplacer! Tel est bien le programme que l’on voit poindre, euthanasie, remplacement migratoire…hausse des suicides. Une société qui se soumet à son sort, de marchandises à obsolescence programmée.
Se maintenir pour ne pas s’effondrer, c’est simplement tenter de continuer comme avant… Le même sans alternative, parce que ces acteurs, spectres programmés ne comprennent pas autre chose. La logique du TINA prend ses racines dans cette impuissance. Celle  qui fait affirmer avec autorité que l’Euro est irréversible du haut de l’institut Robert Schuman. Il le serait donc parce qu’il est subitement politique même si ce là n’a pas été dit de primes abords. Les citoyens doivent se plier sous le poids de son essence. Submergés les pauvres humains sans substance et appauvris..
Il n’y a pas d’alternative autre que celle de s’effondrer ensemble!… L’économie sans perspectives de Merkel c’est la même résignation que celle de l’esprit qui prévaut dans le bunker d’Hitler à l’arrivée de l’armée rouge victorieuse (cf. le film la Chute nous en fait ressentir la nausée). Europe femme stérile comme ose le dire le pape, verbe sans faux-semblants! Parce que des maux doivent être dits et nommés dépourvus des fards habituels du mensonge.
Depuis combien de temps avons-nous conscience que toute action en Europe n’est que communication? Que plus rien ou presque ne se passe à l’initiative des Européens et de leurs dirigeants même. L’action se résume dans la communication…qui a vocation de cacher l’inaction et tromper pour gagner du temps. L’urgence du court terme, c’est de cacher…on parle comme si on voulait changer…mais on laisse tout en l’état parce que comprendre le changement est trop compliqué et pas rentable!… On profite des drames commis par Daeh pour avancer des pions et remporter des élections. Opportunisme de circonstance jusqu’à quand! On crée la peur, les martyrs à répétition, on ressort les emblèmes même les plus méprisés…tout pour subsister tel quel! L’économie elle s’effondrant de jour en jour, emportée par la des-industrialisation, les trahisons et les manigances financières d’ici et d’ailleurs.
Chris Hedges expose les affres de la réalité institutionnelle : des «forces privées ont essentiellement pris le contrôle des systèmes non seulement médiatiques mais aussi éducatifs» et ont détruit toute capacité à l’esprit critique. Le blocage institutionnel, trouve une explication logique : l’érosion continue des institutions qui se vident de toute substance, incapable d’exercer leur mission et de «légiférer de façon indépendante». Blocage interne mais blocage externe dans les formes politiques du dialogue. «Les partis politiques sont tellement chers que je n’ai pas besoin de vous détailler les difficultés que rencontrerait quiconque voudrait essayer d’en organiser un». Deux générations ont été éduquées à gérer le système comme il est, en technicien gestionnaire du court terme. Pour illustrer le propos il suffit d’évoquer le développement tous azimuts de de la gestion financière des entreprises qui conduit à laisser de côté investissement et projets de long terme. L’horizon marchand contraint les acteurs dans un seul positionnement, celui de la perspectives des négociations sur les futures conditions du LBO et de la retraite dorée des protagonistes. Réduire les coûts en licenciant et faire apparait l’EBITA sous son meilleur jour, une technique de principe. Chômage et désindustrialisation sont inscrits dans cette gestion sclérosée. Ainsi n’acquit la France sans ses usines dont parlait déjà très sévèrement P. Artus et M. Viard en 2011 . Une gestion à très court terme du monde avec le primat de la préservation d’intérêts individuels aussi à court terme : une solution dynamique de chaos, chaos collectif mais chaos individuel, des vies vaines que l’imposture rattrape avec la conscience . C’est du moins l’avis plus virulent de Roland Gori qui récupère dans son cabinet les «winners» déchus de ce monde du précaire.

Chris Hedges lui prend un autre exemple significatif, celui de la crise financière mondiale de 2008. Qu’ont fait les protagonistes éduquées à la gestion sclérosée : «ils pillent immédiatement le Trésor américain pour ré-insuffler vie au système, grâce à un montant ahurissant de 17 000 milliards de dollars». Le chiffre est hors de toute imagination! Il est à parier qui ne se sont même pas posé la question sur les conséquences à plus d’une semaine de ce qu’ils faisaient…
Et quelles sont les conséquences maintenant de ces successions d’aveuglements, de ce manque de lucidité économique de cette éducation défaillante purement et simplement : le monde se retrouve à nouveau dans une situation de crise financière sans précédent! Aucune leçon tirée…. La surprise comme dans l’été 2007! Les plus vieux financiers, anéantis par des penchants diaboliques si caricaturaux (cf. G. Soros) jouent la carte de la guerre mondiale qu’ils appellent de leurs voeux… Pour « maximiser » les gains ou se refaire juste avant de mourir «en paix» ! Ceci est plus qu’une analyse, un constat qui a même finit par  exaspérer John Kerry lors d’une réception mondaine à Londres , sponsorisée par ces personnages «bienveillants» sous couvert de l’aide aux éternels «rebelles modérés» syriens. Il n’a pas pu se retenir et a laissé échapper : – «Que voulez-vous que je fasse? Que j’aille en guerre contre les Russes!»
Si l’on a pas cette guerre au final…ce sera bien parce que des individus sont passés à travers les mailles de ces filets éducatifs de la sclérose généralisée…ils ont préparé avec des ingénieurs toutes une remise en état d’un appareil militaire alliant recyclage et d’innovations stupéfiantes… L’Armata et le SU 35, silhouettes rampantes et volantes des sauveurs du monde. Assurément les instruments pour dissuader les militaires US de tenter l’aventure diabolique que leur commanderaient ces financiers paniqués.
«Le totalitarisme inversé» est non seulement un signe de la démobilisation des citoyens…un totalitarisme qui se laisse ignorer selon S. Wolin. Ou du moins qui s’est laissé ignorer pour un temps. L’ouvrage de S. Wolin publié aux USA en 2008 avait en ligne de mire l’évolution politique aux US, il fournit pour l’Europe contemporaine une grille de lecture éclairante. La question est la suivante : grille prémonitoire ou dépassée ? Prémonitoire si la soumission donne raison au dogme de la fin de l’Histoire. Mais le temps de l’urgence en France avec ses faux pas, ses mauvaises intentions qui régénèrent l’esprit de haine et de division comme assurance primaire de conservation des pouvoirs, montre que «l’inversion» commence à se défaire : A mesure qu’un nombre croissant d’individus ouvre les yeux et  les autorités et leurs obligés paniquent. Un temps où l’avenir semble être suspendu s’ouvre. Est-il comparable à ce temps où l’on pourrait dire que l’inversion du totalitarisme était en train de se défaire aussi pour devenir plus criarde aux yeux d’un trop petit nombre? Quand cette l’Europe de nos grands-parents louait la réussite économique de l’Allemagne, sa compétitivité retrouvée grâce à Hjalmart Schacht alors que l’austérité tuait des gens et nourrissait les haines qui elles allaient encore tuer plus! Cf Viableco Du venin dans la rhétorique (6).

Conclusion :
Nous sommes dans des temps de basculement de conventions, En Russie, la détermination clairement affirmée d’une alternative au capitaliste zoologique fait travailler les économistes avec ardeur. Le succès sera-t-il au rendez-vous ? Comme toujours la voie est étroite et les écueils profonds mais les exemples de victoires portent toujours l’âme russe, nourrie d’histoire.

Du côté européen le basculement est aussi en cours, non pas celui encore du capitalisme zoologique qui règne toujours en Europe en maître sans alternative, mais celui du totalitarisme qui ne sait plus garder son caractère «convenable» et inversé…Quels réactions pour demain?

 

Notes

(1) un article de Rouslan Greenberg donne ici  une analyse intéressante de la transition russe des années 1990.

(2) Aussi repris en français dans le Courrier de Russie

(3)  Le pôle PSE n’hésite pas à faire la promotion de travaux de ces chercheurs, la constitution d’un marché de droit d’accueil, capable d’assurer un appariement «économiquement efficace». Il s’agit assurément d’un travail aussi consciencieusement et mathématiquement «juste» que celui effectué pour nous persuader de la convergence en Europe grâce à l’Euro! Une question survient : Les logiciels trompeurs de Volkswagen ne seraient-ils pas construits sur la base de ces logiciels mis au service de la recherche européenne? cf. Viableco Et si l’Euro n’était pas une monnaie

(4) cf. aussi VIableco Artificialisation rime avec financiarisation

(5) Choisir de ne pas se soumettre et d’affronter tant bien que mal dans l’espoir de temps meilleur…en France nous pouvions avoir encore cette option! Mais l’expérience menée, m’a montré qu’une terre d’accueil, seulement, pouvait offrir des moyens de résistance et de liberté de parole : La Russie même avant E. Snowden m’a offert cette liberté sans remettre en cause la possibilité de faire grandir 3 enfants et de les éduquer dans la diversité.

(6) «Le miracle économique» du IIIe Reich a été le fait d’un remarquable tournant financier, mis en place par un célèbre banquier central, Hjalmar Schacht. Depuis le milieu des années 20 il fut le relais des centres financiers anglo-néerlandais et des industriels et mit aussi en oeuvre une stratégie édifiante de la peur. Cette stratégie prit place dans un contexte d’instabilité financière et de crises de la dette, étrangement évocateurs de nos repères contemporains: Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, une crise rampante de la dette étranglait les pays européens. L’Angleterre et la France devaient rembourser les dettes de guerre aux Etats-Unis, au moyen de l’argent qui venait des réparations allemandes. L’instabilité financière attira les élites financières en quête de gain immédiat. L’Allemagne captive des spéculations fit une manoeuvre spectaculaire dans ce contexte des rapports de forces économiques : un QE («quantitative easing») avant l’heure, source du drame ; H. Schacht fut celui qui mit un terme brutal à l’expérience en reprenant en main les finances allemandes à la fin de 1923. «L’équipe de rêve» déroula alors la déflation salariale et l’austérité drastique sur les populations.
En dépit des bonnes relations des financiers allemands avec les Américains et les renégociations des dettes de guerre, la pression sur les populations s’aggrava toujours avec la poursuite de l’austérité. Le chômage et l’endettement se creusèrent par le jeu des mécanismes dynamiques de l’austérité que nous connaissons bien (baisse des recettes). Les syndicats étaient paralysés par le réservoir de mains d’oeuvre qui offrait des volants de baisse de coûts salariaux. En France et en Allemagne les dettes de guerre pesaient de façon concomitante. Le risque de blocage des paiements en Allemagne paralysait les perspectives de remboursement des Français et des Britanniques. L’incertitude se propagea et fut un des éléments à l’origine du jeudi noir de Wall Street en 1929.
Alors que H. Schacht préparait les conditions de ses alliances et de sa prochaine reprise en main des affaires, la crise financière et sa contagion mondiale radicalisèrent  l’austérité, et la déflation salariale. L’effondrement économique qui en résulta permit l’ascension au pouvoir des protecteurs de H. Schacht. L’argument de la compétitivité de l’économie allemande -cible atemporelle des politiques –  précipita le coût du travail à son niveau de 1913. La rhétorique et son corolaire la négation d’alternatives sont familiers. Il y a une méthode obligée, même si on sait qu’elle induit toujours plus de malheur. Face à cette violence, le silence, l’intimidation l’arme contre les gêneurs, toujours! Récusant l’alternative salvatrice du Plan Lautenbach (parfaitement dans la ligne du futur New Deal de Roosevelt) les élites  prenaient d’autres dispositions. H. Schacht rassembla le soutien industriel et financier nécessaire pour assurer la nomination de Hitler. En poussant les événements avec le feu (incendie du Reichstag) le processus démocratique fut «accéléré». H. Schacht, banquier central puis Ministre des Finances en 1934,  provoqua raffermi encore d’un cran la discipline par l’austérité et la déflation salariale. La consommation des ménages chuta à son niveau de 1913. C’est seulement quand le pouvoir fut jugé suffisamment stabilisé et la population sous contrôle disciplinaire, que furent mobilisés les ressorts économiques pour accompagner les ambitions de conquêtes du Führer. H. Schacht, comme par miracle, assura le redémarrage par une relance massive de la création monétaire. Bel exemple que la monnaie peut mettre en action l’économie réelle (la production et les services) au moyen d’un taux élevé d’investissement. La productivité se renforça et la prospérité revint. Suprême miracle, l’inflation elle-même fut évitée. La production doubla entre 1932 et 1938 et le taux de chômage passa de 44% de la population en 1932 à 12% en 1936 puis à 3 % en 1938 (Pierenkemper, T. (1987), ‘The standard of living and employment in Germany, 1850-1980: an overview’, Journal of european Economic History 16-1 pp. 51-73). Cette expérience, en confirmant les pronostics du plan Lautenbach, nous rappelle que la politique a le dernier mot sur l’économie,  souvent pour le malheur des peuples. Voir aussi l’ouvrage de JF Bouchard (2015), Hjalmar Schacht Le banquier du Diable, Max Milo, Paris


2 réflexions sur « Capitalisme zoologique et totalitarisme inversé »

Les commentaires sont fermés.