Contre-information et résistance : le film

La contre-information est efficace quand elle est acte de résistance, c’est ce que souligne Gille Deleuze dans uns interview à propos de l’entrée dans la « société du contrôle» qu’il voyait déjà comme pouvant s’installer en France…si d’aventure nous n’y prenions pas gare! (ici le lien avec l’interview)

Contre-information et résistance, deux mots qui caractérisent le film de Paul Moreira projeté sur Canal + le lundi 1ier février ainsi que la mobilisation de résistance qui a précédé la diffusion pour contrer les tentatives de censure.

Voici le lien (qui marche encore au 4/2/2016) sur le film documentaire de Paul Moreira (2016): Ukraine, les masques de la révolution


ici la présentation et la première partie :

«Ce documentaire a créé la surprise dans le public français, jusque-là tenu dans l’ignorance de cette face cachée de la « révolution » ukrainienne, si l’on excepte les petits artisans du net !» Comme le dit si bien notre ami Frédéric Saillot. La succès d’audience  qu’il a rencontré lundi a amené Canal+ à le reprogrammer prochainement.

A l’époque du drame, en mai 2014, j’avais publié sur viableco le 5 mai 2014, 3 jours après la tuerie , un billet avec le titre : O comme Oradour et Odessa, souvent mis en lien dans les contenus de billets ultérieurs et ensuite j’ai cru bon de commémorer cet épisode sombre en mai 2015 : Pour le 2 mai, mémoire d’Odessa (Ukraine) .
Pendant deux années nous ne pouvions qu’évoquer “les cris du silence”, une nouvelle fois en évoquant le nom du monument aux martyrs d’Oradour d’Appel-les Fenosa i Florensa, sculpteur espagnol.  Gravée aussi au pied de ce monument la phrase de Paul Eluard.
« Ici des hommes firent à leur mère et à toutes les femmes la plus grave injure. Ils n’épargnèrent pas les enfants. »

Ames et coeurs ne pouvaient oublier ce parallèle si vivant!

Photo_026

En ce début d’année 2016… le silence est enfin rompu et les cris résonnent, les cris des morts et des vivants qui ne supportent pas l’aveuglement, la mauvaise foi….ni l’intimidation de pantouflards aveuglés.

Ce cri , ce fut le « buzz » comme on dit de la semaine! Parce qu’il a fallu crier bien fort, bien haut contre la haine et la volonté de censure d’un gouvernement extérieur à la France qui voulait faire taire les Français… Acte similaire à ceux de cette Gestapo de ces films qu’on a tant vu qu’on serait amener à  croire qu’ils sont imaginaires? Cette réalité-de l’époque nos grands-pères ne sont plus là pour nous la compter, ce n’est pas une raison pour accepter d’oublier (ici une chronique de Philippe Migault sur le sujet).

L’ambassade Ukraine a donc tenté depuis plusieurs jours avant la projection du film de le faire supprimer de la programmation de Canal+. Cette action a été soutenus par des intellectuels « chiens de garde » comme on dit aussi et une pétition signé par un peu moins de 800 personnes…beaucoup d’Ukrainiens en fait mais toujours bien trop de Français!
Ils n’ont pas eu gain de cause… Les cris des victimes et des résistants ont pu être entendus! Je ne sais qui nous devons remercier, la Providence, Canal + et ses conseillers, l’opiniâtreté collective du net?
Le résultat est une bonne nouvelle! Une bonne nouvelle  de voir qu’un espace de parole et de liberté sont ainsi (re)conquis… Cet épisode fut aussi un mécanisme de communication, tel que les arroseurs furent arrosés…et la publicité pour le documentaire assurée par ceux-là même qui voulaient le faire taire. Plus impressionnant encore des masques de haine et de collaboration sont tombés. Des masques tombés dans Ukraine incertaine post Maïdan, mais aussi en France au sein de nos institutions les plus prestigieuses qui sont salies par des responsables qui veulent comme en 40 encore une fois museler la parole et bander les yeux du peuple.
L’affaire est retracée dans le détail avec les liens nécessaires sur le blog Les crises, dans 2 billets datés du 31 janvier :

Paul Moreira répond aux critiques sur son film sur la révolution ukrainienne et aussi sur Médiapart

Soutien à Paul Moreira, par Olivier Berruyer

L’information complémentaire elle aussi foisonne tant dans le «dossier Ukraine» du blog «Les crises» qu’ailleurs sur le net.
Voici quelques liens qui complètent en partie le film sur des points précis:
– sur Les brassards rouges pseudo « proRusses » que l’on ne voit pas de face dans le film, ici ils sont vus bien en face et ils ne sont pas forcément ceux que l’on croit (ici le lien ). « False flag » comme pour la manipulation sur les snipers de Maïdan maintenant révélée (ici le lien)?

– Une autre hypothèse argumentées en images (peu soutenables) : Un simulacre d’incendie pour couvrir l’exécution d’un des plus atroces massacres jamais vus (ici le lien).  Ce n’est peut-être pas pour aider, comme on le dit dans le film, qu’ils ont monté des échafaudages le long des murs de la maison des syndicats : des morts non comptés et des victimes violées par ces précurseurs de DAESH, héritiers des pratiques d’un autre monde (ici le lien) ?
– Enfin comment ne pas penser aux implications qui nous dérangent? Ukraine : L’OTAN et l’UE à l’œuvre à Odessa (ici le lien) .

– Il ne reste alors que la mémoire : Odessa un an après : les habitants commémorent les victimes du massacre du 2 mai (vidéo)

 

Et surtout face à tout ça, le silence de la justice lui demeure… Toujours pas d’enquête, car rien à voir!… La réalité est que ces actes constituent une menace qui maintenant pèse sur chaque Ukrainien!

L’Ukraine est candidate pour rentrer dans l’Europe alors CHUUUUUUUTTTTTTT, cette belle détermination assure l’impunité en dépit de tout, des conditions économies du pays…et de ces dénis mortifères!

Jusqu’à quand les Européens seront-ils ainsi indignent de leur mémoire? Un pas vers le réveil ce 2 février 2016?

Maintenant faisons une pétition pour demander la tenue d’une enquête sur les massacres d’Odessa…

Parce que L’Europe nous doit bien ça!