Perspectives sur l’activité des entreprises françaises en Russie

Diffusion du rapport 2015 :
Note I sur le contrat RGNR- FMSH1
février 2015

 
Titre de programme de recherche : L’activité économique des entreprises françaises en Russie :
Analyses des déterminants structurels et des conventions franco-russes sur les perspectives de développement.
Cette recherche (1) est soutenue financièrement par le Fond pour les sciences humaines russes (RGNF) et la Fondation Maison des Sciences de l’homme (FMSH) sous le numéro 14-22-08001

 

 

Plusieurs centaines d’entreprises de tailles différentes opèrent en Russie sur des domaines d’activité divers mais majoritairement positionnés sur des activités liées aux technologies novatrices, à la distribution, aux services de logistique, et aux commerces du luxe.

L’objectif de notre recherche est d’analyser la structure et la dynamique du comportement économique des entreprises françaises dans leur positionnement en Russie, d’éclairer les enjeux et les problèmes associés ainsi que les conventions qui les structurent.

Nous voulions cerner le potentiel de développement des divers secteurs pour faire apparaître les domaines prometteurs et ainsi orienter les stratégies pour approfondir  la coopération entre la France et la Russie. Au-delà des coopérations en termes de nouvelles technologies, nous voulions examiner les potentiels viables de la dynamique de cette coopération ; comme par exemple la capacité des entreprises à mettre en place de nouvelles formes d’organisation pour la coopération, la gouvernance ou l’accès aux financements.
La situation politico-économique avec la stratégie des sanctions et de contre sanctions (2) a remis en compte notre approche et la réalité : les principes de la concurrence et des accords de l’OMC ont été radicalement battu en brèche. La méthodologie que nous devions mettre en oeuvre sur l’étude de questionnaire a dû être reformulée en fonction de ce contexte incertain. Les modifications du contexte réglementaire affectent directement les choix et les stratégies des groupes français et des firmes qui interviennent en Russie ainsi que leur dynamique de développement. L’étude de la réalité et des activités dominantes, la places des entreprises françaises dans le panorama des entreprises étrangères en Russie a permis d’éclairer le contexte réel. Nous avons mené une étude à partir de l’exploitation d’une base de données rendue disponible par notre coopération avec les services clients extérieurs (entreprises) de la banque Gazprombank. Les résultats descriptifs seront donné en annexe.

Actualisation de la problématique de l’étude
De nouvelles questions se posent avec plus d’acuité dont l’étude devra rendre compte:

Comment se mette en place l’adaptation aux nouvelles donnes politico-réglementaires? Peut-on exhiber des réponses types et les classifier ? Quelle est la réaction des firmes à la transformation de l’environnement économique (crise en Europe, tournant asiatique et substitution aux importations en Russie) ?
 De la réalité à ces représentations

Tenter de faire le point sur ces questions amène à une appréhension la réalité par rapport à ces représentations. Dans le cas qui nous intéresse les représentations contrarient  le développement des relations et ainsi le développement économique (inertie voire retrait)

La théorie économique reconnaît l’importance de l’information et de ses représentations dans les décisions économiques. Les idées reçues et autres formes de «propagande» sont partie prenante dans la mise en forme de conventions qui affectent les comportements des acteurs étrangers en Russie. Ce constat n’est pas nouveau il atteste de la contextualisation des relations économiques et des choix des stratégies économiques de développement des firmes.
Les conventions économiques (représentations) jouent un rôle via la diffusion de l’information économique et sa mise en forme comme sur les analyses qui sont mises à disposition des firmes candidates au développement.
Il existe des cadres normés qui apportent des classifications quant au «doing business» sur un territoire donné ainsi que des informations fournies par des agences de notations. Des biais politiques sont évidents et l’étape présente à confirmer leur radicalisation en fonction des orientations politiques et des alliances internationale (agences à domination US vs agences asiatiques).
Les transmissions de ses informations/conventions accusent la rigidité de l’adaptation et font des entreprises des instruments économiques au service des intérêts politiques voire d’intérêt économiques spécifiques. Rien que dans les institutions qui sont mises au service des acteurs français en Russie, des clivages sont visibles : la Chambre de Commerce Franco Russe CCIFR contribue à un discours de soumission aux diktats internationaux alors que la Chambre européenne de commerce adopte une position politiquement plus neutre et plus «pro-business». Comprendre les divergences des positions permet de mesurer l’imbrication du discours politique et l’influence de la rhétorique néo-conservatrice dans les orientations et les stratégies des entreprises privées. Nous sommes loin des principes de développement d’entreprises dans l’environnement concurrentiel prônée par l’OMC. Les paradoxes foisonnent et perturbent la capacité d’analyse et de compréhension des stratégies économiques. Un drame est survenu avec la mort brutale du PDG de l’entreprise Total, Philippe de Margerie, qui avait fait connaitre sa rhétorique d’opposition aux sanctions (véritable guerre économique et médiatique) avec brio. Il était le fer de lance du discours d’autonomie des firmes vis-à-vis des contraintes anti-concurrentielles imposées par les alliés dans la structure de l’OTAN destiné à isoler la Russie. Son décès brutal a contribué à crisper les esprits, à accentuer les clivages et à renforcer les paradoxes et les incohérences économiques. La question se pose de mesurer l’effet de désinvestissement humain et matériel ainsi que leur degré de réversibilité dans le contexte donné.
Par exemple la question des délocalisations de firmes française se pose : ralentissement ou accélération des implantations en Russie? Le développement des activités sur le territoire russe est un mode de contournement des sanctions dans le contexte de substitution aux importations qui s’affirme. Comment peut-on en mesurer l’ampleur?

Dans le contexte on doit aussi être examiner l’aggravation des contraintes de financements: Elles sont un enjeu clef du maintien de l’activité des entreprises françaises sur des marchés extérieurs comme en témoigne une étude récente (3). La situation économique globale en Europe et les contraintes structurelles sur les activités des banques dans l’économie affectent toutes les entreprises et leur potentiel de développement.
Il s’avère qu’un événement de l’été 2014 à lui aussi peser dans l’accès au financement des firmes françaises intervenant en Russie (pays soumis à sanctions): Le cas des 9 milliards de l’amende qu’à du régler la BNP aux USA (4)
sous l’accusation d’avoir violé la règle des sanctions américaines tout en utilisant le dollar… Elle a induit un comportement de précaution très vif, une menace crédible, limitant les financements et les activités en Russie des entreprises françaises.

 

(1) Этот поиск (исследование) материально поддержан основанием для Русских гуманитарных наук (RGNF) и основы Дома Гуманитарных наук (FMSH) под номером 14-22-08001
(2 )Etapes des sanctions : les sanctions ont été décidées par les pays de l’OTAN, le Japon et l’Australie dans le but d’influencer les décisions politiques de la Russie (référendum en Crimée et soutien à l’insurrection dans l’Est de l’Ukraine). Imposées en plusieurs étapes, elles ciblent des citoyens, des entreprises et des banques russes pour tenter de paralyser les secteurs économiques. Un ensemble de mesures (en incluant celles prévues au 8 septembre 2014) incluent tant le domaine des coopérations industrielles que celui des transactions financières. Cf. J. Sapir chapitre Russie supra et le blog de J. Sapir, L’économie russe face aux sanctions du 18 octobre 2014, http://russeurope.hypotheses.org/2924 Jacques Sapir fournit une liste précise des « vagues » de sanctions depuis le mois de mars 2014.
– Les Etats-Unis ont décidé dès le 30 mars d’interdire tout contrat et de geler les avoirs de la banque ROSSIYA et de 6 petites banques. Ils ont, dans le cours du mois de juillet, décidé d’étendre ces mesures au secteur de défense, concernant alors la compagnie d’Etat des constructions navales (OSK) et la compagnie d’Etat des constructions aériennes (OAK).
– Nous avons les sanctions, ensuite, qui tombent sous le régime SSI des sanctions sectorielles. Il s’agit d’une interdiction pour des entreprises russes d’emprunter à plus de 90 jours sur les marchés financiers internationaux. Ces sanctions, de fait, interdisent tant l’accroissement de la dette extérieure des entreprises privées, que le roulement de cette dette (roll-over) quand cette dernière arrive à maturité.
– Les gouvernements des pays de l’Union européenne ont, quant à eux, décidé de suspendre les nouveaux contrats avec la Russie, que ce soit dans le domaine pétrolier ou dans celui des industries militaires. Le gouvernement français a décidé de suspendre l’exécution du contrat « Mistral » alors que ce contrat était bien antérieur à la crise ukrainienne, et n’était théoriquement pas touché par les sanctions décidées depuis le mois de mars 2014
– Ces mesures sont d’autant plus importantes que le précédent établi par l’affaire dite « BNP-Paribas » a reconnu au gouvernement américain la possibilité d’exercer son droit de manière extra-territoriale. Ce précédent a considérablement inquiété les grandes entreprises et les banques européennes qui ont, dans un certain nombre de cas, de leur propre initiative réduit les opérations avec la Russie.
(3) Ph. Askenazy et alii, «Financial constraints and foreign market entries or exits : firm-level evidence from France», Review of World Economics, January 2015
http://link.springer.com/article/10.1007/s10290-014-0206-5# et résumer http://www.parisschoolofeconomics.eu/fr/expertise-dissemination/economistes-pse-et-societe-civile/5-articles-en-5-minutes/fevrier-2015/les-contraintes-de-financement-pesent-elles-sur-les-exportations-francaises
(4)  à examiner dans cet article juridique : Arnaud Dotézac, L’ineptie des sanctions économiques, revue Market, Genève, Numéro 118, septembre-octobre 2014.  http://arretsurinfo.ch/lineptie-des-sanctions-economiques/



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2016, 29 janvier). Perspectives sur l’activité des entreprises françaises en Russie. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v71b

Une réflexion sur « Perspectives sur l’activité des entreprises françaises en Russie »

Les commentaires sont fermés.