Sauver la finance et enterrer les peuples?

Sauver la finance et enterrer les peuples : Telle est la perspective de cette «drôle de guerre» contre le terrorisme qui est menée en France. L’économie manipulée par la finance est une arme de destruction massive au coeur de l’Europe pour asseoir le choix de la soumission.


« Pas de défense sans dépenses» trouvait-on dans le premier numéro de Causeur pour l’année 2016 en titre du papier de Jean-Luc Gréau. Cet article a eu le grand mérite d’affirmer une vérité qui semble exclue de la réflexion économique. Oubliée aussi des effets d’annonce qui ont accompagné le tournant sécuritaire pris par la France, suite aux traumatismes de 2015. L’exacerbation des peurs à la fin de l’année 2015 a eu raison du discours ressassé des faux droits de l’homme. On voit clairement qu’en ce qui concerne l’aspect des droits des femmes en ce début d’année 2016, le panorama est fort contrarié par les conséquences de la mouvance «Printemps arabe» que la France acclamait hier! Que dire au moment où des élus recommandent aux femmes de ne plus sortir seule…  ou de garder une distance conventionnelle…d’un bras entre elles et le genre masculin! D’ailleurs comment savoir?
Parfois en la matière l’ironie sur ce bras sert mieux la cause des femmes que la soumission imposée d’en haut en Europe. 2015 servira ainsi à nous faire voir que cette Soumission, titre du livre de Michel Houellebecque  – et dernier commentaire littéraire que nous aura laissé notre collègue Bernard Maris (1) avant son assassinat-, fait bien son chemin chez les élites européennes.
Ceux qui font le choix de la soumission et cherchent à l’imposer sont aussi ceux qui vont continuer à condamner à l’austérité les peuples européens… L’austérité, elle, prend tout son relief quand elle en vient à toucher à la sécurité des personne. Le phénomène s’expose chaque jour avec plus de clarté. Considérer de tel choix avec distance et ouvrir les yeux pour s’assurer que contrairement à la doxa, les alternatives existent.
On comprend bien que la sécurité des Français et de ses autorités a un coût. Ce coût est relativement calculable, il représente des consommations et des investissements «extraordinaires» qui doivent être réalisés pour assurer la sécurité des administrés et des administrants dans le contexte présent.
Jean-Luc Gréau ose ce rappel «original» à la responsabilité pour une meilleure cohérence dans les déclarations publiques. La sécurité réelle et concrète d’une nation, aussi relative soit-elle, ne se nourrit pas uniquement d’effets d’annonce et de vocabulaire. L’état d’urgence impose aussi d’organiser différemment les priorités de politiques économiques…
Lever le voile sur ce sujet qui semble tabou permettra peut être d’éviter la répétition grotesque qui s’annonce : une «drôle de guerre» contre le terrorisme, parce qu’une guerre sans moyens…un effet de communication de plus! Un flop en prime et des plus dramatiques.
On a entendu les déclaration guerrières de notre président puis rapidement on a appris que le réel manquait de munitions, au sens propre du terme (2)! Ainsi point de surprise que les négociations sur la Syrie s’organisent en ce moment en Suisse entre la Russie, les USA et l’ONU (ici et ) ! La France et l’Europe hors-jeu ?… Elles sombrent sous les violences faites à leurs femmes et que les autorités ont choisies souvent de dissimuler ; violences symboliques à plusieurs titres et absences de courage aussi bien symbolique de sociétés qui se désespèrent et se meurent (cf. article de J. Laughland sur RT ici).

 

Exit les féministes et les FEMENs qui s’affichaient pour faire «respecter» les femmes et en recevaient des subventions… Des subventions, elles, pas que symboliques. Habituées de les voir bondir dans les lieux de culte qu’elles aiment profaner pour soi-disant éduquer les femmes occidentales à la liberté…on aurait aimé les voir s’exhiber sur les places des villes européennes agressées ou en négociatrices pour apaiser les réfugiés. Entre être humain bénéficiant semble-t-il des mêmes réseaux de sponsoring, il devrait y avoir moyen de faire passer des messages. Et bien non, FEMENs invisibles! Prévenues juste à temps par des pouvoirs extralucides seraient-elles parties en vacances à Kiev ces jours-ci?

L’impuissance de la France à laquelle il faudrait se résigner est incompréhensible comptablement… La France a une dépense militaire encore supérieure à celle de la Russie et en plus exporte moins d’armement si on se réfère aux statistiques disponibles ( ici et encore).
Y a-t-il une erreur de calcul ou une divergence dans l’affectation efficace des flux? Qui pourrait trancher?….Oserait-on avancer l’argument de gaspillages et les surcoûts improductifs liés à notre engagement dans l’OTAN et ses implications commerciales à la clef pour soutenir l’économie des USA? (Voir l’analyse du Saker repris par Sputnick sur ce thème ici).

Le contribuable qu’on a berné avec le sauvetage des banques et de l’Euro depuis 2008 et qui subit austérité élargie et sécurité de plus en plus relative, ne pourrait-il pas demander les comptes et exiger des comparaisons? Proposons un audit auprès d’institutions spécialisées russes pour étudier ce qui ne va pas chez nous et ce que les Russes finissent par faire plutôt pas mal. Ce serait de bonne guerre avec les tires longues d’experts et de «Marriot boys» (3) de qui ont été envoyés de l’occident pour chercher rentes et pitances depuis la chute du mur…
En économiste non formé aux idées reçues, Jean-Luc Gréau a pris soin de mettre l’accent dans son article de nouvel an dans Causeur, du «bon» côté de la situation présente : plus besoin de chercher la relance dans la demande sans la trouver… Elle s’imposerait désormais. C’est un devoir que d’assurer la sécurité du peuple et la France peut le faire. Les dirigeants nous parlent de guerre contre le terrorisme et une guerre c’est de la demande automatiquement pour en finir avec la crise économique et ses récessions. L’effet de relance et de rupture d’avec les crises économiques issues des désastres financiers grâce à la demande est donc possible. Véritable remède à la crise de 29, complétant le New Deal de façon irréversible, les dépenses militaires et autres engagées pour la Seconde Guerre mondiale serve de cas d’école à l’analyse.

Il est ainsi possible de sécuriser le pays et en même temps d’en finir avec les fausses demandes, celles de la spéculation sur les titres financiers et l’immobilier et à coup de QEs qui détournent des nécessités économiques. Ces artefacts alimentent alors par boulimie les bulles et l’instabilité du casino financier….et quand les bulles éclatent les gouvernement nous reparlent d’assurer la sécurité du système financier…au combien couteuse!

Un argument entaché de dissimulation systématique est dans le contexte contemporain à rappeler : ne nous y trompons pas, l’Europe et la France peuvent se donner les moyens de la sécurité pour peu que la volonté réelle existe. En effet depuis 2008 jamais autant de monnaie en un laps de temps si court dans le monde occidental n’a été créée, pour la sécurité des banques. La finance a été sauvées d’elle-même pour un temps. Mais jusqu’à quand?
Si on l’a fait pour les banques et le système financier qui avaient joué avec le feu…et ainsi compromis l’Euro -nous le savons, système ficelé dès le début et bien fragile de fait-, pourquoi se retenir maintenant pour sauver aussi les peuples de la menace terroriste et ainsi assurer la reprise du développement économique.

Après les QEs européens pour sécuriser la finance, les QEs pour faire face aux responsabilités régaliennes de base s’imposent : la sécurité des peuples importes! On sait qu’on sait le faire et qu’on peut le faire…les instruments existent.

Quelle idéologie embrume les esprits? Quelle contrainte retient nos dirigeants? La stabilité en Europe, la paix européenne, l’Euro… Tous ça sera évidemment compromis si nous sombrons dans le chaos social et la soumission qu’on nous vante maintenant chaque jour un peu plus. L’euthanasie, votée et vantée comme une mort choisie, digne et responsable… Elle arrange qui ? Précisément ceux qui font peu de cas de leur responsabilité. Qu’ils nous parlent de leurs vraies préoccupations et de leurs choix économiques avec clarté au lieu de se contenter d’effet d’annonces et d’avancer en secret des traités qui nous asservissent toujours plus (TAFTA). La souveraineté n’est pas une mascarade et une comédie à ne ressortir qu’à la veille d’élections… Elle est le fondement de la liberté pour un pays, de la paix et de la sécurité de ses habitants (4).
Le drapeau, le sursaut républicain, le «je vous ai compris» ou à peu près de F. Hollande le lendemain du Bataclan et pour les autres après la victoire amère (pour nous) des régionales, sans la responsabilité et sans le sou…. ne sont que de vains espoirs que le cynisme révélé pourrait effacer, face à l’horreur du réel et de ses menaces.
L’incapacité des élites ou de ces éternels innocents, aveugles du réel mais pourtant bien aptes à imaginer de se transporter rapidement ailleurs, hors de cette Europe en déliquescence d’identité, hors de ce le grand tout européen et de son appel du vide construit par la logique fonctionnaliste. Cette logique on sait qu’elle a été mise en place en UE sur un héritage sulfureux (cf. Viableco la résistance du gain de sable )

Que conclure de ces impuissances qui nous font rejouer la partition d’une «drôle de guerre»… Cette fois contre le terrorisme: L’économie de la duplicité est bien en place depuis plusieurs décennies et elle ronge les économies et les pays. Roland Gori dans son ouvrage, La fabrique des imposteurs, fait la caricature de ses vecteurs et hommes de main… La plupart se condamnent eux-mêmes aussi en se dupant finalement eux-même aussi avec les autres. La communication toute puissante et les dissimulations exacerbent le devoir de rendre des comptes…un jour (5).
Notes
(1) la critique du livre par Bernard Maris parue le 7 janvier 2015 est favorable, il nie que le livre critique l’islam et conclut par « Encore un magnifique roman. Encore un coup de maître ». Ils seront ses derniers mots pour Charlie Hebdo.

(2) On apprécie le commentaire de «Gloupie» du 5/12/2015 sur le Blog de l’Express à ce sujet :
«Après 680 bombes larguées depuis 2014, il paraitrait que nous sommes obligés de commander des bombes aux Américains ? Sommes nous déjà à court de munitions comme en 1940 ? Au moment des bombardements en Libye, j’avais déjà vu des articles moqueurs dans la presse anglo-saxonne disant que les Rafale, à court de bombes, larguaient des parpaings de béton ! Au-delà de la malveillance de ces articles, si ce problème de bombes existe bien, et n’a pas été réglé depuis 2011, il traduit un amateurisme coupable de la part de tous ceux qui nous dirigent et sont censés assurer notre protection. Il est essentiel que nous soyons capables de produire nous-même nos bombes, sinon où est l’indépendance nationale si chère à De Gaulle, qui doit se retourner dans sa tombe ? Dans le cas contraire, autant laisser Poutine se charger de ce dossier, lui, ne sera pas à court de munitions … La guerre est une affaire sérieuse, où il n’y a pas de place pour les amateurs et les chefs de guerre matamores …» Voir l’article du journal de l’express ici
(3) appellation favorite de Joseph Stiglitz en la matière.
(4) Jacques Sapir vous l’explique dans son dernier ouvrage Souveraineté, laïcité et démocratie qui sort aujourd’hui en librairie

(5) comme à Nuremberg mais avec des mailles juridiques plus serrées pour ne pas laisser filer les économistes et financiers hautement coupables de crimes contre l’humanité. Ils y en avaient à Nuremberg qui ont réussi à fuir leur responsabilité comme Hjalmar Schacht le banquier du diable, titre d’un ouvrage récent de Jean-François Bouchard (Max Milo)…depuis les banquiers du diable ont proliféré. Chine et Islande ont un point commun en ce moment… ils y sont mis en prison durablement.

 

Image à la une : final du feu d’artifice des sables d’Olonnes, 14 juillet  2015… Le drapeau français  avant que F. Hollande le redécouvre!